La langue française

Exhaler

Sommaire

  • Définitions du mot exhaler
  • Étymologie de « exhaler »
  • Phonétique de « exhaler »
  • Évolution historique de l’usage du mot « exhaler »
  • Citations contenant le mot « exhaler »
  • Traductions du mot « exhaler »
  • Synonymes de « exhaler »
  • Antonymes de « exhaler »

Définitions du mot exhaler

Trésor de la Langue Française informatisé

EXHALER, verbe trans.

A.− [Le suj. désigne gén. une chose] Émettre, dégager (des odeurs, des vapeurs, etc.). Ces fleurs exhalent une douce odeur (Ac.).Il marchait [l'animal] au milieu de la fumée qu'exhalaient ses flancs et ses naseaux (Gautier, Fracasse,1863, p. 140).Les épais brouillards qu'exhalent les canaux dormants et les polders (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 365):
1. Quand Sénac était « au noir », sa chambre exhalait jusque dans le corridor une abominable odeur de pharmacie. Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 134.
Emploi pronom. passif. La brume qui s'exhalait du marécage (Sand, Lélia,1839, p. 444).Il s'exhalait là-dedans cette terrible odeur de pipe, de vin, de bière, d'eau-de-vie, particulière à ces endroits (Duranty, Malh. H. Gérard,1860, p. 129).
Vieilli. ,,Se dissiper par l'évaporation. L'esprit-de-vin s'exhale. Ces liqueurs s'exhalent aisément. Cette liqueur s'est toute exhalée. L'eau de ce marais s'exhale en vapeurs malignes`` (Ac. 1835, 1878).
Au fig. :
2. La vie sentait bon; toute cette nature exhalait la candeur, le secours, l'assistance, la paternité, la caresse, l'aurore. Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 466.
P. anal. Laisser s'échapper, émettre (un son, en particulier provenant d'un instrument de musique, une chaleur, une fraîcheur). Un poêle de fonte exhalait une température écœurante (Flaub., Éduc. sent.,t. 1, 1869, p. 251).Le long hululement pénétrant qu'exhale la sirène d'un bateau en détresse sur la mer (Barbusse, Feu,1916, p. 233).Elle avait le même sentiment que si, au milieu du désert, elle avait exhalé d'un instrument divin une musique perdue (Montherl., Songe,1922, p. 34):
3. Ce pays-là, plein de sources et de nappes, exhalait une fraîcheur humide qui détendait après l'âpre brûlure des chemins. La Varende, Dern. fête,1953, p. 245.
Emploi pronom. passif. Dans la chaleur qui s'exhalait de la terre, le landau roulait pesamment (Zola, D. Pascal,1893, p. 74).Un chant de piano s'exhalait d'une fenêtre entr'ouverte dans les hauteurs (Duhamel, Jardin bêtes sauv.,1934, p. 17):
4. Les bengalis... Et les verts colibris et les perroquets bleus, ... sur les figuiers superbes, Passaient, sifflaient, chantaient. Au sein des grandes herbes Un murmure joyeux s'exhalait des halliers... Leconte de Lisle, Poèmes ant.,1874, p. 55.
P. ext. Laisser échapper par un orifice quelque chose de volatil ou de liquide. Les soupiraux des calorifères béants exhalaient un air lourd (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 26).
Emploi pronom. passif :
5. L'eau qui s'exhalait des soupiraux [du cratère du volcan] était parfaitement pure et nullement acide, comme je m'en suis assuré au goût et par quelques expériences. Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 2.
B.− [Le suj. désigne gén. une pers.]
1. Laisser échapper de sa gorge, de sa bouche (un souffle, un soupir, un gémissement). La respiration devient lente, bruyante; la poitrine exhale un air froid. Ces préludes sont terribles (Latouche, L'Héritier, Lettres amans,1821, p. 100).L'enfant exhale une plainte faible (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 223).Elle [Camille] exhala un soupir furieux (Colette, Chatte,1933, p. 165).
Emploi pronom. passif. Le gémissement qui s'exhalait sans arrêt de sa bouche entrouverte, cessa (Bernanos, Crime,1935, 1repart., II, p. 755):
6. Trilby (...) se rapprochait plus timide de la fileuse endormie, et (...) rassuré par le souffle égal qui s'exhalait de ses lèvres à intervalles mesurés... Nodier, Trilby,1822, p. 118.
Exhaler son dernier soupir, souffle. Rendre l'âme, mourir :
7. ... quand elle [Félicité] exhala son dernier souffle, elle crut voir, dans les cieux entr'ouverts, un perroquet gigantesque, planant au-dessus de sa tête. Flaub., Cœur simple,1877, p. 73.
Littér. Exhaler son âme. Rendre l'âme, mourir. Les époux Floche avaient tous deux exhalé vers Dieu leur âme tremblante et douce, à quelques jours d'intervalle (Gide, Isabelle,1911, p. 659).
2. Laisser échapper de sa bouche (des paroles, les manifestations d'un sentiment; généralement à caractère péjoratif). Exhaler sa rage, sa colère. Cachant ma tête dans mes mains, j'exhalai des sanglots désespérés (Sand, Mauprat,1837, p. 127).J'exhale ma bile devant un gros aubergiste et un individu à basse mine d'instituteur (Bloy, Journal,1902, p. 112).Le cousin exhala sa fureur d'avoir sollicité l'affection d'une sotte (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 519).
En partic. et rare. Témoigner, indiquer. J'ai beaucoup entendu parler de vous, dit-elle avec un accent rude qui exhalait une âme commune (Chardonne, Épithal.,1921, p. 221).
Emploi pronom. passif. Quand sa rage se fut exhalée, il se prit à pleurer amèrement (Sand, Compagnon Tour de Fr.,1840, p. 324).
S'exhaler en, par.La rage du baron de Haut-Lieu n'ayant point d'issue, elle s'exhale par des gestes dont la foule ne saisit que le côté comique (Gozlan, Notaire,1836, p. 147).La rage de toutes ses douleurs s'exhalait en injures contre les trois hommes (Flaub., Salammbô, t. 1, 1863, p. 111).
3. Au fig. Exprimer. Grande, jolie, son être exhalait maintenant une ardeur violente (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 25):
8. L'accent et le regard de la bonne femme exhalaient cette douce cordialité qui n'efface pas le chagrin, mais qui l'apaise, qui le berce et l'émousse. Balzac, Peau chagr.,1831, p. 135.
9. Isolés dans l'amour ainsi qu'en un bois noir, Nos deux cœurs, exhalant leur tendresse paisible, Seront deux rossignols qui chantent dans le soir. Verlaine, Œuvres compl.,t. 1, Bonne chans., 1870, p. 112.
Rem. On rencontre ds la docum. exhalé, ée, part. passé en emploi adj., littér. Qui a laissé échapper hors de soi une odeur. Comme on respire encor dans un vase exhalé L'odeur d'un doux parfum après qu'il a brûlé (Lamart., Harm., 1830, p. 385).
Prononc. et Orth. : [εgzale], (j')exhale [εgzal]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1350 exalé « qui a rendu le dernier soupir » (G. Le Muisit, l. 77 ds T.-L.); début xvies. pronom. « (d'une vapeur, d'un gaz) s'échapper » (Response de l'alchymiste à Nature ds Rose, éd. Méon, t. IV, p. 192, 610). Empr. au lat. class. exhalare « rendre par le souffle ». Fréq. abs. littér. : 1 405. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 426, b) 2 523; xxes. : a) 2 557, b) 1 010. Bbg. Gir. t. 1 1834, pp. 43-44.

Wiktionnaire

Verbe

exhaler \ɛɡ.za.le\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’exhaler)

  1. Émettre des vapeurs, des gaz, des odeurs.
    • Et voilà que tout à coup, parmi tant de barbes rondes, ovales, carrées, qui floconnaient, qui frisaient, qui exhalaient ambre et benjoin, fut remarquée une barbe taillée en pointe. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • La principale industrie de la capitale du nord est la fabrication de l’huile de foie de requin. Les ateliers sont situés à une certaine distance de la ville, afin qu'elle soit à l'abri de l’infection qui s'en dégage. La fabrique d’huile de baleine que je visitai naguère à Vadsö n’exhalait pas une odeur aussi nauséabonde. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 75)
    • Avec la fumée bleue de son éternelle cigarette achève de s’exhaler le peu de vie qui reste encore en elle, […]. — (Isabelle Eberhardt, Pleurs d’amandiers, 1903)
    • C’est ainsi que parmi les insectes nous trouvons beaucoup d’espèces d’animaux comme la punaise qui exhalent une odeur fétide. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie., 1924, page 15)
    • (Pronominal)Des porches cintrés s’exhale parfois une odeur enivrante ; […], et l’on surprend souvent dans l’air, le puissant arôme des distillations qui s’opèrent. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Figuré) Laisser échapper un sentiment, lui donner libre cours.
    • Le silence régnait dans la salle ; au dehors résonnait le chant lugubre de la garde rurale, tantôt venant de loin comme une lamentation funèbre, tantôt tout près de nous et tout bas, comme si l’âme de cet étranger se fût exhalée en vibrations douloureusement joyeuses. — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch, Don Juan de Kolomea, in Contes Galiciens, traduction anonyme de 1874)
    • Ce n’est pas de réprimer le juste ressentiment qui oppresse mon cœur depuis une année, et que l’on force enfin à s’exhaler. — (Mirabeau, En réponse sur la procédure du Châtelet dans l’affaire du 5 et 6 octobre 1789, Assemblée constituante du 2 octobre 1790)
    • Dans une lettre adressée au duc de Nevers, en 1208, Innocent III exhale sa rancœur contre les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • [...] les Divagations apparentes traitent un sujet, de pensée, unique – si je les revois en étranger, comme un cloître quoique brisé, exhalerait au promeneur, sa doctrine. (Stéphane Mallarmé, Divagations, Poésie/Gallimard, 1976, p. 69)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXHALER. v. tr.
Émettre des vapeurs, des gaz, des odeurs. Ces fleurs exhalent une douce odeur. Au printemps, la terre exhale une sorte de parfum. Ces marais exhalent des vapeurs malsaines. L'odeur qui s'exhale d'une rose. Il s'exhale des vapeurs de cet égout. Il signifie encore figurément Laisser échapper un sentiment, lui donner libre cours. Exhaler sa fureur contre quelqu'un. Exhaler sa colère en menaces, en reproches. Exhaler sa douleur en plaintes. On dit, dans un sens analogue, Exhaler sa bile, exhaler sa mauvaise humeur.

Littré (1872-1877)

EXHALER (è-gza-lé) v. a.
  • 1Émettre, dégager, en parlant de vapeurs, d'odeurs. Les ruisseaux des rues exhalaient une odeur infecte. Ces montagnes de morts… Dont les troncs pourris exhalent dans les vents De quoi faire la guerre au reste des vivants, Corneille, Pomp. I, 1. … Quels abîmes ouverts Exhalent jusqu'à moi les vapeurs des enfers ? Corneille, Tois. d'or, III, 5.
  • 2 Fig. Il se dit de ce que l'on compare à une exhalaison. Et son âme exhalait un soupir amoureux, Régnier, Élég. IV. Depuis que je suis né, j'ai vu la calomnie Exhaler les venins de sa bouche impunie, Voltaire, Tancr. III, 3. Et du sang de Clotaire éternel déshonneur [elle eût] Exhalé sur sa race un souffle empoisonneur, Lemercier, Fréd. et Br. II, 3.

    Exhaler son âme, la vie, mourir. Celui-ci, consumé de langueur et d'infirmités, voit de loin l'appareil de son sacrifice, exhale chaque jour une portion de son âme, et se sent mourir mille fois avant que d'avoir pu mourir une seule, Massillon, Villars. Il exhale à présent les restes de sa vie, Lemercier, Fréd. et Bruneh. V, 1.

    Évaporer. Qui pleure l'affaiblit [le ressentiment], qui soupire l'exhale, Corneille, Sertor. V, 3.

  • 3Exprimer avec vivacité ; faire éclater en paroles. Dans le prologue de cette pièce, Labérius exhale sa douleur d'une manière fort respectueuse pour César, et en même temps fort touchante, Rollin, Hist. anc. liv. XXV, I, II, 2. Ce droit d'accusation non-seulement tiendrait les grands en respect, mais servirait encore à exhaler les murmures du peuple qui, sans ce secours, pourraient se tourner en sédition, Vertot, Révol. rom. II, 170. Exhaler son dépit contre un mari coupable, C'est, en voulant se faire aimer, S'efforcer d'être moins aimable, Imbert, Jaloux sans amour, I, 5. Il exhale sa rage en hurlements horribles, Delille, Énéide, II. Mais tandis qu'exhalant le doute et le blasphème, Lamartine, Méd. I, 18.

    On dit dans un sens analogue exhaler sa bile, sa mauvaise humeur. … Lorsqu'autrefois Horace après Lucile Exhalait en bons mots les vapeurs de sa bile, Boileau, Sat. VII.

    Il peut avoir pour sujet un nom de chose. À ce nouvel affront un reste de chaleur En sanglots mal formés exhale sa douleur, Corneille, Pomp. III, 1.

  • 4S'exhaler, v. réfl. Être exhalé. Les vapeurs qui s'exhalent le soir. L'odeur qui s'exhale d'une rose. La fumée qui s'exhale et s'évanouit dans les airs, Fléchier, Dauph.

    Impersonnellement. Il s'exhale des vapeurs de ce marais.

    Fig. On voyait sur son visage les furies peintes ; et tout le venin empesté du noir Cocyte semblait s'exhaler de son cœur, Fénelon, Tél. VII. Leurs soupirs n'osaient s'exhaler, mais leurs cœurs s'entendaient : ils croyaient souffrir et ils étaient heureux, Rousseau, Hél. III, 18.

  • 5Se dissiper par l'évaporation. L'éther s'exhale rapidement. Dans les pays froids la partie aqueuse du sang s'exhale peu par la transpiration, Montesquieu, Esp. XIV, 10.

    Fig. Il se dit de la vie, de l'âme. Un reste de chaleur tout prêt à s'exhaler, Racine, Phèd. I, 3. Dans la nuit du tombeau l'âme s'engloutit-elle ? Tombe-t-elle en poussière ? ou, prête à s'envoler, Comme un son qui n'est plus va-t-elle s'exhaler ? Lamartine, Méd. I, 5.

  • 6Éclater, en parlant de sentiments, de passions. Non, je n'ai point un courroux à s'exhaler en paroles vaines, Molière, le Fest. I, 3. C'était en ces discours que s'exhalait ma plainte, Rousseau J.-B. Odes, I, 12.

    Il peut aussi avoir pour sujet un nom de personne. M. le prince de Conti et son fils s'exhalaient en désespoirs, Saint-Simon, 11, 128.

HISTORIQUE

XIVe s. Car l'element du feu et d'air, Si ainsi est, doibt s'exhaler, l'Alch. à nat. 610.

XVIe s. Une vapeur qui exhale de tout leur corps, Paré, Intr. 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « exhaler »

Du latin exhalare, de halare (« souffler »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. exhalare, de ex, hors, et halare, respirer (voy. HALEINE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « exhaler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exhaler ɛgzale

Évolution historique de l’usage du mot « exhaler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exhaler »

  • Le protocole ressemble à s'y méprendre à l'étude réalisée par le Professeur Docteur Fritz Sterz et l'Orchestre philharmonique de Vienne, mais les résultats sont plus alarmants. Dans les locaux de la Radio bavaroise à Unterföhring, dans le Studio n°2, les scientifiques ont installé deux dispositifs du 20 au 26 mai 2020 avec 10 choristes (et 10 instrumentistes à vent de l'orchestre symphonique maison servant pour les mesures témoin). Les mesures ont été prises à mesure que les musiciens parlaient, jouaient et chantaient de plus en plus fort. Ce sont d'abord les gouttelettes qui ont été examinées, grâce à des caméras ultra-rapides et à des lasers balayant l'espace pour refléter des postillons. Ensuite, une puissante lumière blanche servait à révéler les plus petits aérosols (rendus visibles par les musiciens qui devaient exhaler la fumée de cigarettes électroniques). Olyrix.com, Etude moins encourageante sur la transmission du virus dans les chorales - Actualités - Ôlyrix
  • Le risque d’exhaler des gouttelettes potentiellement contagieuses est en effet accru quand on fait de l’exercice, même si l’exercice en plein air les disperse davantage qu’en salle. Il y a lieu aussi de ne pas parcourir des kilomètres pour faire son footing et rester le plus près de son domicile. La règle est au confinement pour tout le monde. Libre aussi à chaque passant de se tenir à distance des joggeurs dans les parcs (et vice-versa). Le Soir, Coroanvirus: un footing oui, mais à deux maximum et pas trop loin - Le Soir

Traductions du mot « exhaler »

Langue Traduction
Anglais to exhale
Espagnol exhalar
Italien espirare
Allemand ausatmen
Chinois 呼气
Arabe للزفير
Portugais exalar
Russe выдыхать
Japonais 吐き出す
Basque kanporatzeko
Corse a inhalà
Source : Google Translate API

Synonymes de « exhaler »

Source : synonymes de exhaler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exhaler »

Partager