La langue française

Exécrer

Sommaire

Définitions du mot exécrer

Trésor de la Langue Française informatisé

EXÉCRER, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
1. Éprouver pour quelqu'un un sentiment d'horreur et de haine. L'humanité, qui a toujours mis entre le bien et le mal une différence infinie, qui a exécré Néron et adoré Titus (Lacordaire, conf. N.-D.,1848, p. 185):
1. Oui; va, feins d'exécrer le blanc qui fut son père, Achète, au prix de l'or, l'enfant à ses gardiens, Embarque-la sur l'heure à tout hasard, et viens M'assurer que la mer avec cette bannie Emporte tout témoin de mon ignominie. Lamart., T. Louverture,1850, IV, 2, p. 1358.
2. Éprouver une vive antipathie pour. J'exécrais tout le monde et ma tante Séraphie superlativement (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 101).Je n'avais aucune souplesse, et je me contentais d'exécrer ces gens-là, et de les éviter autant que je le pouvais (Larbaud, Journal,1935, p. 359).
Emploi pronom. réciproque. Il y avait dans cet embrassement adultère de deux êtres qui se méprisaient et s'exécraient mutuellement quelque chose de trop révoltant, même pour ces âmes dégradées (Hugo, Han d'Isl.,1823, p. 84).
B.− [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose]
1. Manifester du dégoût ou de l'aversion pour. Les mathématiques, tu entends, je les exècre, je les dégobille (Arnoux, Algorithme,1948, p. 249).
2. [À un degré moindre] Ne pas pouvoir supporter. Resté garçon par amour du repos et de la tranquillité, il exécrait le mouvement et le bruit (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 285):
2. Il l'essuya, la serviette rosit. Ainsi, non contente de se mettre du rouge, ce qu'il exécrait et méprisait, Solange restait assez pensionnaire pour acheter du rouge de bazar! Montherl., Lépreuses,1939, p. 1404.
Rem. On rencontre ds la docum. le dér. exécrateur, subst. masc. Celui qui exècre (quelqu'un ou quelque chose). Exécrateur victimaire du propos banal et de la rengaine (Bloy, Désesp., 1886, p. 42). Exécrateur des tyrans (Arnoux, Algorithme, 1948, p. 23).
Prononc. et Orth. : [εgzekʀe], [e-] ou par emphase [-ks-], (j')exècre [εgzεkʀ ̥] ou [εksεkʀ ̥]. Cf. é-1. Ds Ac. 1798-1932. Conjug. Devant syll. muette change [e] du rad. en [ε]. Étymol. et Hist. 1. 1495 « avoir en horreur, abominer » (J. de Vignay, Mir. hist., XX, 110, édit. 1531); 2. 1822 p. hyperb. « ne pas aimer quelqu'un, avoir de l'antipathie pour » (Hugo, Lettres fiancée, p. 113 : je me déteste, je m'exècre). Empr. au lat. class. ex(s)ecrari « charger d'imprécations, vouer à l'exécration », de ex « hors de » et de sacer « consacré, saint ». Fréq. abs. littér. : 359. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 297, b) 714; xxes. : a) 1 024, b) 271.

Wiktionnaire

Verbe

exécrer \ɛɡ.ze.kʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Avoir en exécration, avoir en horreur, abominer.
    • Mais as-tu bientôt fini ? Qu’est-ce que tu as aujourd’hui ? Tu as donc décidé qu’il fallait que je te déteste, que je t’exècre ? — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 224)
    • Nous voici devisant avec des Montalbanais de toutes sortes, gens fins et subtils, très avertis du fléau dont nous recherchons les causes, le dénonçant, le déplorant même, le vitupérant, le décrivant, l'analysant, l'exécrant, l'accablant d'imprécations, mais s'en tenant là. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • A un point tel que, ne supportant plus l'omniprésence de ce nom qu'ils exècrent sur les papiers officiels, ils se disent incapables de prendre le volant, de voter, de signer leurs chèques... — (Nina Gheddar, Un prénom comme on veut ?, Vosges Matin, 15 mai 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXÉCRER. v. tr.
Avoir en exécration. Répandre de telles calomnies, c'est le moyen de vous faire exécrer. C'est un méchant homme : tout le monde l'exècre.

Littré (1872-1877)

EXÉCRER (è-gzé-kré. La syllabe xé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : j'exècre ; excepté au futur et au conditionnel ; j'exécrerai, j'exécrerais) v. a.
  • Avoir en exécration. Tout le monde l'exècre. Ce ministre s'était fait exécrer par sa tyrannie.

    S'exécrer, v. réfl. Avoir une haine violente l'un pour l'autre. Ils ne peuvent se souffrir, ils s'exècrent.

HISTORIQUE

XVIe s. Execré, Baïf, Œuv. f° 68, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « exécrer »

(Siècle à préciser) Du latin exsecrari dérivé de ex et sacer (« sacré ») → voir consacrer et consécration pour l’alternance vocalique /a/ > /e/.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. exsecrari, de ex, hors, et sacer, sacré (voy. ce mot) : proprement, rendre maudit ; ex, par opposition à cum (consecrare), donne un sens péjoratif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « exécrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exécrer œksekre

Évolution historique de l’usage du mot « exécrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exécrer »

  • La procédure est méconnue, et plutôt simple. La communauté de Notre-Dame-de-Charité s'est adressée à l'évêque. « Il a accepté d'exécrer le lieu, c'est à dire le désacraliser », indique Laurent Berthout. Aucune cérémonie ne marque l'événement. « On signe simplement un document, et on récupère tout ce qu'il y a de précieux et de dédié au culte. » Du matériel réparti ensuite dans d'autres églises. leparisien.fr, À Caen, la chapelle désaffectée reconvertie en... salle de sport - Le Parisien
  • Alors le terme juridique exacte est exécrer mais ce n'est pas très beau à entendre (rire).  Le terme désaffectation est aussi plus connu parce qu'une église ou une chapelle est affectée au culte, à un prêtre. C'est à dire que le lieu n'est plus du tout utilisé à des fins cultuelles. France Bleu, Pourquoi et comment des églises et des chapelles perdent leur usage religieux
  • C’est vrai ça, on ne s’écoute plus – et moi, je me mets à parler comme ma grand-mère. Qui disait exécrer les voyages organisés parce que les participants n’aspiraient, selon elle, qu’à ressasser leurs états d’âme entre deux photos de cathédrale. Je n’ai jamais été sur le terrain pour vérifier mais j’imagine sans peine les trajets en car, mué en théâtre deux étages pour monologues geignards. L’enfer. «C’est un cercle vicieux, disait-elle. Comme plus personne ne prend le temps de nous écouter, on vide notre sac à la moindre occasion.» Le Temps, En 2020, le syndrome de l’oreille cassée - Le Temps
  • Ce renversement des valeurs est un classique de la rhétorique terroriste: l'assassin devient un «résistant», sa victime «l'occupant». Suprême ironie, une théorie raciste directement héritée des nazis, adaptée par un auteur qui dit exécrer le nazisme, permet d'ériger les néo-nazis en victimes. Slate.fr, En cinq ans, le nombre d'attentats d'extrême droite a triplé en Occident | Slate.fr

Traductions du mot « exécrer »

Langue Traduction
Anglais loathe
Espagnol detestar
Italien detestare
Allemand verabscheuen
Chinois 厌恶
Arabe يكره
Portugais detestar
Russe ненавидеть
Japonais 嫌う
Basque nekez kokatzen
Corse lenghjà
Source : Google Translate API

Synonymes de « exécrer »

Source : synonymes de exécrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exécrer »

Partager