La langue française

Abominer

Définitions du mot « abominer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABOMINER, verbe trans.

[En parlant d'une pers., ou d'un être à qui on prête les sentiments d'une pers. hum.] Avoir en horreur, en exécration :
1. Emploi trans. [L'obj. désigne une pers. ou une chose souvent mise en relation avec une pers.] :
1. ... il est des choses damnables sans équivoque, et qu'on ne peut jamais se permettre, comme le bal, les spectacles, le jeu et autres passe-temps semblables. Pendant qu'on les abomine, ainsi que ceux qui les mettent en pratique, la gourmandise se présente et se glisse avec une face tout à fait théologique. J.-A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût,1825, p. 160.
2. Ce sont des infâmes, des scélérats; je les abomine, je les maudis; je me relèverai, la nuit, de mon cercueil pour les remaudire, car, enfin, mes amis, ai-je tort? H. de Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 293.
3. Son cousin [de Pauline] (...) attaquait aussi les rêves, comme troublant le parfait bonheur du néant; tandis que son oncle distinguait, aimait les songes agréables, abominait les cauchemars de la fièvre. É. Zola, La Joie de vivre,1884, p. 868.
4. Les vaches abominent tellement l'oignon qu'elles seraient mortes de faim plutôt que de rien avaler. H. Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 85.
5. ... elle absorbait tout avec le même appétit. Elle ne faisait de réserve que pour les légumes, que, disait-elle, elle « abominait ». M. Arland, L'Ordre,1929, p. 405.
6. Corte. − Vous n'aimez pas la verdure? Le Malade. − Je hais la verdure. J'exècre les arbres, j'abomine les fleurs. Cela vous semble étrange? A. Camus, Un Cas intéressant,adapté de D. Buzzati, 1955, p. 694.
2. Emploi pronom. réciproque :
7. Puis ils [Gervaise et Coupeau] s'abominaient, à l'hôtel Boncœur; ils trouvaient ça dégoûtant, plein de sales fréquentations... É. Zola, L'Assommoir,1877, p. 463.
8. Eh! Que diable! On s'abomine, mais l'on marche dans le même rang contre l'ennemi commun; l'on s'insulte même après, si l'on veut, loin des spectateurs, dans les coulisses, mais on joue ensemble, car c'est folie que de disséminer ses forces lorsqu'on lutte, à quelques-uns, contre toute une foule. J.-K. Huymans, L'Art moderne,1883, p. 285.
3. Emploi absolu :
9. Les nerveux sont trop primaires pour haïr : ils détestent, ils exècrent, ils abominent, ils méprisent, mais leur inconstance donne à ces sentiments violents un rythme explosif qui écarte l'immobilité inexorable de la haine. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 519.
Stylistique − 2 dict. mentionnent ce verbe comme arg. : 10. Abominer. − Haïr. V. Bosco. (...) « Et ta portière qui me demande toujours où je vais!... Je l'abomine, c'te vieille bosco-là. » (H. Monnier.) Larch. 1872, p. 23. 11. Abominer. Détester; argot du peuple. Vieux mot; de ab, hors; et omentum estomac. France 1907. De là sans doute son emploi dans un cont. plus ou moins burl. (cf. ex. 4 et 5).
Prononc. − 1. Forme phon. : [abɔmine]. 2. Dér. et composés : abominable, abominablement, abomination.
Étymol. − Corresp. rom. : a. prov. abominar; n. prov. aboumina; esp. abominar; cat. abominar; ital. abbominare, abominare. 1. a) Début xiies. « refuser avec horreur » terme relig. dans trad. (Ps. Oxford, éd. F. Michel, 106, 18 : Tute viande abominad l'aneme d'els); b) « considérer comme impie, avoir en horreur » id. (ibid., 105, 37 : ... E iriez est par fuirur li Sire en sun pople, e abomina la sue heredité); c) 1remoitié xives., « id. (une pers.) » ds trad. (Bersuire, Tite-Live, fol. 48 ds Gdf.); d) 1370 abhominer contre « id. » ds trad. (Jehan Lefèvre, Lament. de Matheolus, éd. van Hamel I, 746, ds T.-L.); 2. dernier tiers xives. « profaner » ds trad. (La Vieille, trad. du lat. par Jehan Lefèvre éd. Cocheris I, 746 ds T.-L. : les autelz affem[en]ine Et les ordoye et abhomine). Empr. au lat. abominari, dep. Tite-Live (3025, 12 ds TLL s.v., 124, 1) « écarter comme un mauvais présage » terme relig., d'où : « s'écarter avec horreur, exécrer » terme gén., dep. Tite-Live (32, 38, 5 ibid., 124, 22 : non aspernatos modo sed abominatos etiam nomen tyranni), d'où 1; très fréq. en lat. chrét. (cf. avec 1 a Ps. CVI, 18 : omnem escam abominata est anima eorum; avec 2 a id. CV, 40 : et abominatus est beneditatem suam); élargissement de sens en lat. chrét. « rendre exécrable qqc. de sacré, le rendre capable d'inspirer l'horreur », « le souiller », « le profaner » Itala, Cod. Monac. Lévit., II, 43 ds TLL s.v., 124, 64 : non abominamini animas vestras in omnibus quae repunt in terram, d'où 2. HIST. − C'est uniquement par les trad. de textes relig. et aussi profanes (celui du psautier d'Oxford, Bersuire, Jehan Lefèvre, Oresme) que le terme sav. abominer est entré dans la lang. (cf. étymol.). Le terme couramment utilisé dès le xiies. pour exprimer le dégoût était le doublet pop. abo(s)mer, (qui, outre le sens « avoir du dégoût pour..., abominer », avait un second sens, act. « accabler, consterner » et un sens réfl. « s'effrayer »). On remarquera que le 1ersens de abo(s)mer exprime dès le xiies. soit a) le dégoût phys. (abosmer sa viande, ds Gdf., à rapprocher de abomination, hist. I, sens méd.); soit b) le dégoût mor. (Hume de sancs e tricheur abomerat nostre sire, ds Liv. des Ps., Cambridge, V, 5, Michel, ds Gdf.). Une concurrence a donc pu s'établir, en dépit de la nature différente des 2 verbes issus du même étymon lat., abominari, d'une part entre abominer sens étymol. 1 a et abo(s)mer sens 1 a, d'autre part entre abominer, sens étymol. 1 b et 1 c et abo(s)mer sens 1 b. I.− Sens et emplois entièrement disparus av. 1789. − Rem. Ces sens et emplois n'étant attestés dans la docum. disponible que par un ex. unique pour chacun d'eux, il est difficile de se faire une idée de leur vie réelle et de leur mort. A.− Sens − 1. « refuser avec horreur » (cf. étymol. 1 a); 2. « profaner » (cf. étymol. 2); B.− Emplois 1. abominer contre qqc. (cf. étymol. 1 d); 2. inf. substantivé : Ces prestres abominoient le poisson, de sorte que quant ils vouloient escrire le hayr, et l'abominer, ils peignoyent un poisson. G. Bouchet, 31eSeree, IV, 297 (Hug.). II.− Hist. de l'unique sens attesté apr. 1789. − A.− Emploi trans. 1. Du début du xiies. (cf. étymol. 1 b et c) jusqu'au xvies. inclus : Quant aux meurtriers et decepteurs, Celui qui terre et ciel domine, Les abomine. C. Marot (Hug.). 2. Donné unanimement comme inusité ou presque aux xviieet xviiies. par les lexicographes qui l'ont recensé (Nicot 1606; Cotgr. 1611; Fur. 1690, 1701; Trév. 1704, 1752, 1771), se trouve consigné dans un répertoire d'arch. de Brunot t. 6, p. 1289 de la façon suiv. : ,,Absent de Ac. 1694; vieux mot qui ne se dit que dans le style burl. ou marotique, Fér., Crit. 1787-1788.`` Le mot appartient encore au vx lang. selon Ac. Compl. 1842. 3. Reparaît au xixes., apr. une éclipse de 2 s., sur le conseil de certains lexicographes tels que Besch. 1845 : ,,Ce mot a vieilli et n'est plus guère en usage. Il est à désirer qu'on le rajeunisse et qu'on l'introduise de nouveau dans la langue``, ou Littré, qui se montre plus précis sur les motifs d'une remise en usage : ,,Ce verbe, très ancien dans la langue, mérite d'être repris; il se comprend sans peine, et n'a rien qui choque, puisqu'on a abominable et abomination.`` Les ex. les plus anc. à notre disposition pour prouver cette résurgence, sont respectivement de : 1801 : O malheureux jeune homme! l'éclat de ses charmes te séduit; mais apprends de moi que c'est elle qui a empoisonné ta mère, et juge combien tu dois l'Abominer! S. Mercier, Néol., t. 1, 1801, p. 2. 1825, 1835 (cf. sém.); 1838 (Barbey d'Aurevilly, non cité ds sém.); 1852 : Abominer, v. a. Avoir en abomination. Terme vieux français. (Humbert, Gloss. Genevois, p. 3). La recherche d'un effet litt. est peut-être à l'orig. de sa résurgence chez les aut. du début du xixes. Sa résurgence et sa vitalité dans la lang. actuelle ont été consacrées par son admission ds Ac. 1932-1935 (qui précise que le mot s'emploie surtout par exagération plais.). B.− Emploi pronom. 1. Avec prép. S'abominer de, « avoir horreur de » (ds Besch. 1845 uniquement, ds l'ex. s'abominer d'un crime, hors d'usage au xixes.), remonte pour le moins au xves., comme le montre l'ex. de E. Deschamps : [Choses] Dont Dieux et le ciel s'abhomine. 2. Sans prép. Il s'agit là vraisemblablement d'une création de qq. aut. du xixes. (cf. sém. 2, ex. 7 et 8), sans antécédent dans l'hist. de la lang.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 48.
BBG. − Engels (J.). La Survie du verbe latin abominari et l'anc. fr. abosmer. Neophilologus. 1961, t. 45, pp. 106-122 [Cr. Lecoy (F.). Romania. 1963, t. 84, p. 422; Simone (F.). St. fr. 1962, t. 6, p. 198].

Wiktionnaire

Verbe

abominer \a.bɔ.mi.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Avoir en horreur, détester, haïr.
    • La pauvre Marie abomina la dissipation de cette vie qui ne lui permettait plus d’être seule avec son Dieu. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Il appréciait aussi l’architecture religieuse et, bien qu’il abominât les papistes, il ne manquait jamais d’entrer dans les églises quand elles étaient gothiques ; romanes, cela dépendait de son humeur. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 52.)
    • On avait eu la bonté de me donner un avenir et je le proclamais enchanteur mais, sournoisement, je l’abominais. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 136.)

Note : Ce verbe s’emploie parfois par exagération plaisante.

Je vous abomine de penser de la sorte.

Verbe

abominer \Prononciation ?\ transitif, 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie ABCD)

  1. Injurier, insulter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABOMINER. v. tr.
Détester, haïr. Il s'emploie surtout par exagération plaisante. Je vous abomine de penser de la sorte.

Littré (1872-1877)

ABOMINER (a-bo-mi-né) v. a.
  • Avoir en abomination. Ce verbe, très ancien dans la langue, mérite d'être repris ; il se comprend sans peine, et n'a rien qui choque, puisqu'on a abominable et abomination.

HISTORIQUE

XIVe s. Il est inutile à telles collocutions et esbattements ; car il n'i confere et n'i fait rien, mes est triste en toutes choses et abhomine gieu qui est necessaire, Oresme, Eth. 138.

XVe s. [choses] Dont Dieux et le ciel s'abhomine, Deschamps, dans RAYNOUARD, abhominar.

XVIe s. Certaines nations abominent la…, Montaigne, II, 226. Qu'est-ce que veut dire cela, que le Seigneur rejette et abomine si fort l'observation de la loi ?…, Calvin, Instit. 609. Quant aux menetriers et decepteurs, Celui qui terre et ciel domine, Les abomine, Marot, IV, 234.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abominer »

Du verbe latin abominari (« repousser avec horreur comme un mauvais présage »), de ab-, préfixe indiquant l’éloignement, et omen (« présage », « augure »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, abominer ; provenç. abominar ; ital. abbominare ; de abominari (voy. ABOMINABLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abominer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abominer abɔmine

Évolution historique de l’usage du mot « abominer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abominer »

  • Comme cela ne suffisait pas, ils ont encore créé, la cour pénale internationale, la CPI contre ces noirs pendant que les blancs tuent, blessent, ne respectent rien comme droit des noirs et cette cour, est créée pour abominer, enfoncer, remettre le couvert de l’esclavage au goût du jour. Business & Actuality TV, Afrique: Quand est- ce que le réveil sonnera pour revendiquer dignité et respect? - Business & Actuality TV
  • Rovere mêle l'intime à l'extime dans son approche de la connerie et fait ressentir la sidération un peu effrayante qu'éveille son voisinage. Mais, face au bloc d' "inquestionnabilité", qu'est le con, face à son inaptitude à tout "retour sur soi", le spinoziste sait qu'il est inutile de tempêter, de vaticiner, de s'emporter. Haïr le con, abominer la conne, leur faire la leçon n'est pas plus recommandé.   LExpress.fr, Et si l'on concluait un pacte avec la connerie? - L'Express

Traductions du mot « abominer »

Langue Traduction
Anglais abominate
Allemand verabscheuen
Source : Google Translate API

Synonymes de « abominer »

Source : synonymes de abominer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abominer »

Abominer

Retour au sommaire ➦

Partager