Subsister : définition de subsister


Subsister : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUBSISTER, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Persévérer dans l'existence, continuer à être. L'homme s'aime lui-même: sans ce principe actif comment agirait-il, et comment subsisterait-il? L'homme aime les hommes parce qu'il sent comme eux, parce qu'il est près d'eux dans l'ordre du monde (Senancour, Obermann, t. 2, 1840, p. 74).L'être n'est point accessible à la raison. Son sens c'est d'être et de tendre. Il devient raison à l'étage des actes. Mais non d'emblée. Sinon nul enfant ne subsisterait car il est si faible vis-à-vis du monde (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 862).
[Le suj. désigne une collectivité] Sans vertus militaires, un peuple ne subsiste pas; elles ne suffisent pas à le faire subsister (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 14).
2. Subvenir à ses besoins essentiels. Synon. survivre, vivre.Subsister tant bien que mal; n'avoir pas de quoi subsister. Elle mettait une confiance absolue dans les oracles de ses grains de chapelet. Devenue danseuse pour subsister, elle ne s'était pas trouvée rabaissée le moins du monde (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 72).
[Le suj. désigne une collectivité] Des populations différentes, mais également indépendantes et originales, ont su s'implanter, subsister, créer et entretenir des oasis (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 234).
B. − [Le suj. désigne une chose concr. ou abstr.]
1. Continuer d'être, demeurer dans un certain état. Synon. se conserver, durer, se maintenir, persister, rester.
[Le suj. désigne une chose concr.] Va-t-il à pied dans les rues? Il ne conçoit pas que la police laisse subsister les cabriolets (Jouy, Hermite, t. 5, 1814, p. 98).Au-dessous, on laisse subsister un espace libre suffisant permettant la circulation de l'air nécessaire au refroidissement (Barnerias, Aciéries, 1934, p. 77).
[Le suj. désigne une chose abstr.] Je ne sais si cette coutume subsiste encore de faire porter aux élèves qui entrent les vieux habits de ceux qui sortent (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 154).Pour que subsiste notre bonheur, il ne faut pas que nous cessions de croire au bonheur fixe, à cette paix à ce repos, qui est l'objet de toute tendance (Rivière, Corresp., [avec Alain-Fournier], 1908, p. 43).
Empl. impers. Il subsiste de nombreux points obscurs dans cette affaire. L'obus toxique (...) paraissait à ce moment au point, mais il subsistait des incertitudes sur la stabilité du produit (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 34).
2. En partic. Continuer d'être, exister encore malgré des transformations ou/et l'effet du temps. Subsister intégralement, partiellement; subsister à titre de, sous forme de.
[Le suj. désigne une chose concr.] Sans doute, les exploitations qui subsisteront atteindront-elles une productivité qui permettra au Danemark d'écouler ses marchandises en Grande-Bretagne (Wolkowitsch, Élev., 1966, p. 143):
Un instant, je risquai de me perdre, car les poteaux dont les palettes annoncent diverses routes n'offrent plus, par endroits, que des caractères effacés. Enfin, laissant le Désert à gauche, j'arrivai au rond-point de la danse, où subsiste encore le banc des vieillards. Tous les souvenirs de l'antiquité philosophique, ressuscités par l'ancien possesseur du domaine, me revenaient en foule... Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 613.
[Le suj. désigne une chose abstr.] Une erreur qui subsiste. Tout me prouve (malgré ce qui est dit plus haut et qui subsiste) le grand talent déployé par Lamartine (Sainte-Beuve, Pensées, 1868, p. 79).Bien que l'enquête ait mis la comtesse hors de cause, un doute subsiste, en effet. La médisance n'a pas désarmé (Bernanos, Mauv. rêve, 1948, p. 933).
[Le suj. désigne un animal] La plupart [des espèces] disparaissent et vont meubler les traités de paléontologie; certaines subsistent en se réfugiant dans des fonds plus importants (J.-M. Pérès, Vie océan, 1966, p. 163).
3. [Dans une tournure impers.] Il subsiste que, il n'en subsiste pas moins que. Il demeure que, il n'en demeure pas moins que. Je ne sais. Peu importe. Il subsiste que je dis: entrez, monsieur; et qu'il entra (Vercors, Sil. mer, 1942, p. 66).Il n'en subsiste pas moins que l'aspect physique de la monnaie continue de satisfaire une curiosité concentrée sur les personnages antiques (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 375).
Prononc. et Orth.: [sybziste], (il) subsiste [-zist]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1495-96 [éd.] « demeurer en vigueur (en parlant d'une loi, d'une coutume, d'un traité, etc.) » (Jean de Vignay, Miroir historial, XX, 84, fo177 ro); b) 1550 « continuer d'être (en parlant de choses) » (Bible Louvain, Marc, 3c); 2. a) 1541 « se maintenir en vie » (Calvin, Institution chrétienne, III, 17, 14, éd. J. D. Benoît, t. 3, p. 296); b) 1654 subsister par qqc. « entretenir son existence, pourvoir à ses besoins » (Perrot d'Ablancourt, Lucien, L'Orateur ridicule, vol. 2, p. 245). Empr. au lat.subsistere « s'arrêter, faire halte, rester, demeurer, résister, tenir bon », formé de sub- (sub-*) et de sistere « placer, poser, se poser, s'arrêter, résister ». Fréq. abs. littér.: 2 293. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 741, b) 1 761; xxes.: a) 3 201, b) 3 688.

Subsister : définition du Wiktionnaire

Verbe

subsister \syb.zis.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Exister encore, continuer d’être ; dans ce sens, ne peut se dire que des choses.
    • Les pyramides d’Égypte subsistent depuis bien des siècles.
    • La plupart des grands édifices des romains ne subsistent plus.
    • Le Panthéon subsiste en son entier à Rome.
  2. Demeurer en force et en vigueur ; se dit particulièrement des lois, des traités qu’on invoque, des propositions qu’on avance, etc.
    • Cette loi subsiste encore.
    • On a révoqué cette ordonnance, elle ne subsiste plus.
    • Tant que les traités subsisteront.
    • Malgré vos objections, ma remarque subsiste.
    • L’amitié ne peut subsister sans l’estime.
  3. Vivre et s’entretenir.
    • Quant à ceux qui, dans ce monde de richards, n'ont pour subsister que leurs salaires, il enragent, ils maugréent; ils se considèrent comme des déshérités. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Subsister : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUBSISTER. v. intr.
Exister encore, continuer d'être; dans ce sens, il ne se dit que des Choses. Les pyramides d'Égypte subsistent depuis bien des siècles. La plupart des grands édifices des Romains ne subsistent plus. Le Panthéon subsiste en son entier à Rome. Il signifie aussi Demeurer en force et en vigueur; il se dit particulièrement des Lois, des traités qu'on invoque, des propositions qu'on avance, etc. Cette loi subsiste encore. On a révoqué cette ordonnance, elle ne subsiste plus. Tant que les traités subsisteront. Malgré vos objections, ma remarque subsiste. L'amitié ne peut subsister sans l'estime. Il signifie encore Vivre et s'entretenir. Quoiqu'il ait peu de bien, il ne laisse pas de subsister honnêtement. Faire subsister une armée. Il n'a pas les moyens de subsister. Il ne subsiste que d'aumônes.

Subsister : définition du Littré (1872-1877)

SUBSISTER (sub-si-sté) v. n.
  • 1En parlant des choses, exister encore, continuer d'être. Les trois cents statues de Démétrius de Phalère furent toutes renversées de son vivant même ; et le tableau où le courage de Miltiade était représenté, subsista plusieurs siècles après lui, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. III, p. 155, dans POUGENS. Il est évident que les modes d'une substance ne peuvent point subsister sans la substance qu'ils modifient, Anal. de Bayle, t. III, p. 411. Ces deux grands empires [d'Occident et d'Orient] sont anéantis, et les ouvrages de Virgile et d'Horace et d'Ovide subsistent, Voltaire, L'homme aux quarante écus, Un bon souper. Son livre des synonymes est très utile ; il subsistera autant que la langue, et servira même à la faire subsister, Voltaire, Louis XIV, écrivains, l'abbé Girard. Qu'Oromase, le bienfaisant, et Arimane, le malfaisant, tous deux ennemis mortels, se concilient pour faire subsister ensemble la lumière et les ténèbres, Voltaire, Princ. d'act. 21.

    Il se dit des peuples en un sens analogue. Au lieu que les peuples de Grèce et d'Italie, de Lacédémone, d'Athènes, de Rome, et les autres qui sont venus si longtemps après, ont fini il y a si longtemps, ceux-ci [les Juifs] subsistent toujours, Pascal, Pens. XIV, 4, éd. HAVET.

    Il se dit également des races d'animaux. Les ossements conservés dans le sein de la terre… présentent des espèces d'animaux quadrupèdes, qui ne subsistent plus, Buffon, Min. t. VII, p. 220.

  • 2Se maintenir, conserver sa position, son rang. Un tas d'hommes perdus de dettes et de crimes, Que pressent de mes lois les ordres légitimes, Et qui, désespérant de les plus éviter, Si tout n'est renversé, ne sauraient subsister, Corneille, Cinna, v, 1. Pour subsister en cour c'est la haute science, Corneille, Poly. v, 1. De sorte qu'au lieu que les rois ont une obligation insigne à ceux qui demeurent dans leur obéissance, il arrive, au contraire, que ceux qui subsistent dans le service de Dieu, lui sont eux-mêmes redevables infiniment, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 5. Je me souviens fort bien qu'ils [les Provençaux] ne se font valoir et ne subsistent que sur les dits et redits, et les avis qu'ils donnent toujours pour animer et trouver de l'emploi, Sévigné, 3 janv. 1689. Ne pouvant subsister sans les soldats, il [l'empire romain] ne pouvait subsister avec eux, Montesquieu, Rom. 16.
  • 3 Fig. Il se dit de toutes les choses qui subsistent idéalement. Ma remarque subsiste. Un trône imaginaire Qui ne peut subsister que par l'heur de vous plaire, Corneille, Sertor. IV, 2. Les fondateurs d'ordres, en établissant l'esprit de retraite, ont prévu que la dévotion et l'esprit d'oraison ne pouvaient subsister sans le silence, Bossuet, Sermons, Instruct. sur le silence, 1. C'est une faute que j'ai laissée subsister trop longtemps, Voltaire, Lett. au pr. roy de Prusse, 15 avr. 1739. Le culte de ces divinités [Apollon et Diane] subsiste dans l'île [Délos] depuis une longue suite de siècles, Barthélemy, Anach. ch. 76.
  • 4En parlant des personnes, vivre et s'entretenir. La priant [la fourmi] de lui prêter [à elle cigale] Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle, La Fontaine, Fabl. I, 1. Comme il y a longtemps que vous subsistez sur l'impossible [les dépenses excédant les revenus], il faut prendre encore sur ce fonds miraculeux, Sévigné, 526. Que de pauvres, que de familles ruinées pour la cause de la foi ont subsisté, pendant tout le cours de sa vie, par l'immense profusion des aumônes de la reine ! Bossuet, Reine d'Anglet. Bientôt, pour subsister, la noblesse sans bien Trouva l'art d'emprunter et de ne rendre rien, Boileau, Sat. v. Une muse affamée Ne peut pas, dira-t-on, subsister de fumée, Boileau, Art p. IV. Il est impossible qu'une ville soit bien peuplée si les campagnes ne le sont pas, à moins que cette ville ne subsiste uniquement du commerce étranger, Voltaire, Mœurs, 193. Il [Turenne] brûla, avec le même sang-froid, les fours et une partie des campagnes de l'Alsace, pour empêcher les ennemis de subsister, Voltaire, Louis XIV, 12. Ce peuple [les Zaporaviens] sans femmes et sans famille, subsistant de rapines, entassant leurs provisions dans leurs îles [du Borysthène] pendant l'hiver, Voltaire, Russ. I, 17. Solon donna tous ses soins à ce que chaque citoyen pût subsister de son travail, Condillac, Hist. anc. Lois, ch. 16.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVIe s. Seigneur, si tu prens garde aux iniquitez, qui est-ce qui subsistera ? Calvin, Inst. 646.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « subsister »

Étymologie de subsister - Wiktionnaire

Du latin subsistere dérivé de sistere avec le préfixe sub-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de subsister - Littré

Lat. subsistere, de sub, sous, et sistere, fréquentatif de stare, être debout (voy. STABLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « subsister »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
subsister sybziste play_arrow

Conjugaison du verbe « subsister »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe subsister

Citations contenant le mot « subsister »

  • La nouvelle loi sur Hong Kong a détruit le peu de confiance en Pékin qui pouvait subsister chez les Taïwanais. Journal L'Union, L’île de Taïwan, prochaine cible du régime de Pékin ?
  • À quelques heures d'affronter l'Olympique Lyonnais pour tenter de soulever une 9e Coupe de la Ligue, le PSG voit quelques doutes subsister concernant la composition pour laquelle va opter son entraîneur Thomas Tuchel. Présent face à la presse lors de la traditionnelle conférence d'avant-match ce jeudi, le technicien allemand laissait entendre que Thilo Kehrer, Colin Dagba et Juan Bernat étaient tous les trois incertains en marge de cette finale, en plus de Kylian Mbappé.  CulturePSG, Match : Marquinhos et Verratti pressentis au milieu pour PSG/OL | CulturePSG
  • C’est l’un des rares festivals qui va subsister cet été dans un contexte de crise sanitaire et d’annulations successives, autant de bonnes raisons pour ne pas manquer ce rendez-vous ! , Culture - Loisirs | Seize groupes programmés au Lounge Music Festival
  • Une petite ondée localisée peut encore subsister sous un passage nuageux, mais la tendance générale penche plutôt vers une amélioration progressive. France 3 Grand Est, Vos prévisions météo pour ce dimanche 26 juillet : faiblesse passagère de l'anticyclone
  • Peu d’amitiés subsisteraient, si chacun savait ce que son ami dit de lui lorsqu’il n’y est pas. De Blaise Pascal / Pensées
  • L'homme a besoin de se tromper lui-même : d'une part, il sauve une espèce qui a perdu sa capacité de survivre, d'autre part, il accélère la destruction de l'environnement qui lui permettait de subsister. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • L’amour est un sentiment qui, pour paraître honnête, a besoin de n’être composé que de lui-même, de ne vivre et de ne subsister que par lui. De Chamfort / Maximes et pensées
  • L'amour est un sentiment qui, pour être honnête, a besoin de n'être composé que de lui-même, de ne vivre et de ne subsister que par lui. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Nous ne devons pas tenter de sauver le monde, mais de subsister ; c'est la seule véritable aventure qui s'offre encore à nous, en cette heure tardive de l'histoire. De Friedrich Dürrenmatt / Le Soupçon
  • Le consentement des hommes réunis en société est le fondement du pouvoir. Celui qui ne s'est établi que par la force ne peut subsister que par la force. De Denis Diderot / Encyclopédie
  • L’amour, aussi bien que le feu, ne peut subsister sans un mouvement continuel, et il cesse de vivre dès qu’il cesse d’espérer ou de craindre. De François de La Rochefoucauld
  • Lorsque nous critiquons, il faut le faire avec une humilité et une courtoisie qui ne laisse subsister aucune amertume. De Gandhi / Lettres à l'Ashram
  • Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. De Saint Matthieu / L’Evangile
  • Le corps ne peut subsister sans l'esprit, mais l'esprit n'a nul besoin de corps. De Érasme
  • Les objets solides ont une tendance à subsister qui confine à la monotonie. De Roger Zelazny / L’île des morts
  • Les lieux meurent comme les hommes, quoiqu'ils paraissent subsister. De Joseph Joubert / Pensées, maximes et essais

Traductions du mot « subsister »

Langue Traduction
Corse sussiste
Basque iraun
Japonais 生計を立てる
Russe прокормиться
Portugais subsistir
Arabe تعيش
Chinois 生存
Allemand bestehen
Italien sussistere
Espagnol subsistir
Anglais subsist
Source : Google Translate API

Synonymes de « subsister »

Source : synonymes de subsister sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « subsister »


Mots similaires