La langue française

Empirique

Sommaire

  • Définitions du mot empirique
  • Étymologie de « empirique »
  • Phonétique de « empirique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « empirique »
  • Citations contenant le mot « empirique »
  • Traductions du mot « empirique »
  • Synonymes de « empirique »
  • Antonymes de « empirique »

Définitions du mot empirique

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPIRIQUE, adj.

A.− Vieilli, MÉD. [Correspond à empirisme A] Médecine, thérapeutique empirique. Médecine, thérapeutique qui a recours uniquement à l'expérience. Anton. rationnel, scientifique.Rien n'était plus décourageant, cela se conçoit, qu'une telle croyance, qui ne permettait qu'une physiologie approximative et une médecine empirique. Ce fut Claude Bernard qui, s'appuyant sur l'autorité de ses propres expériences, imposa aux physiologistes la notion d'un « déterminisme » rigoureux et sans réserves (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 142).
Médecin empirique. La chirurgie exercée par des barbiers empiriques (France, Bonnard,1881, p. 421):
1. ... si le médecin empirique possède le sens ou l'esprit scientifique, il aura conscience de son ignorance, il ne considérera plus l'empirisme que comme un état transitoire de la science qu'il faut se hâter de traverser; mais, si le médecin empirique n'a pas le sens scientifique qui lui donne conscience de son ignorance, il croira que l'empirisme est l'état définitif de la médecine, il tombera nécessairement dans l'empirisme non scientifique et deviendra charlatan. C. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 48.
P. ell. Un empirique. Il [le prêtre] ne la toucha pas, ne lui prescrivit aucun remède. Je sortis, persuadé que cet empirique était ou un fumiste ou un fou, mais quand trois jours après, les bras se levèrent, quand cette fille ne souffrit plus et qu'au bout d'une semaine elle put marcher, je dus bien me rendre à l'évidence; j'allai revoir ce thaumaturge (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 212).Souvent péj. Celui qui exerce la médecine sans la connaître. Synon. charlatan (cf. ex. 1).Saint-Ernest s'était fait empirique et charlatan, marchand de panacées, d'onguent pour la brûlure (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 87).
Rem. À l'époque mod., en méd. vétér., empirique, subst. masc., désigne une pers. ne possédant pas le diplôme de méd. vétér. mais pouvant pratiquer certaines interventions sans que ses actes tombent sous le coup de la loi.
B.− Cour. Qui ne s'appuie que sur l'expérience.
1. [Dans quelque domaine que ce soit, en parlant d'une méthode ou d'un mode de connaissance] La sociographie, dans laquelle l'accent est mis sur l'observation empirique des sociétés (Hist. sc.,1957, p. 1584):
2. Ces conceptions nouvelles ne sont pas nées de l'observation empirique mais, au contraire, de l'étude précise, chez le nourrisson, des anticorps qui sont, on le sait, les facteurs de l'immunité et dont la présence permet à l'organisme de lutter contre les maladies infectieuses. R. Schwartz, Nouv. remèdes et maladies d'actualité,1965, p. 125.
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. L'équilibre du conceptuel et de l'empirique (Traité sociol.,1968, p. 124).
En partic. Qui repose sur l'expérience du métier, des autres ou de la vie. Connaissance, morale, précepte, sagesse, vérité empirique. Choix et amélioration empirique des fruits, des céréales et des troupeaux (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 227):
3. Elle [Céleste] posa sur la table le bol bouillant, toisa le clergeon du même regard empirique, infaillible dont elle estimait le poids d'un poulet de grain, haussa les épaules et sortit. Bernanos, Un Crime,1935, p. 759.
Péj. Approximatif, confus, routinier. Recettes, tâtonnements empiriques. Une politique d'humeurs, et une petite politique au jour le jour, empirique et bornée (Montherl., Malatesta,1946, III, 4, p. 496).
[En parlant d'une sc.] Stade empirique. Qui constitue la première étape d'une démarche scientifique dont la seconde étape serait celle de l'abstraction, de la déduction, du raisonnement. La médecine, plus que toutes les autres branches des connaissances humaines a été forcée d'être pratique et empirique avant d'être scientifique (C. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 297).Puis, la décoration du corps humain, des outils et des instruments, l'art du potier, les préoccupations architecturales qui surgirent quand l'homme se mit à construire, impliquaient quelques considérations géométriques qui souvent en restèrent au stade purement empirique, mais qui d'autres fois atteignirent un niveau plus élevé (Gds cour. pensée math.,1948, p. 513).
Rem. En ce sens, synon. de expérimental; s'oppose par contre à expérimental quand le stade empirique d'une science est une fin et non une étape, par refus de la théorie ou du raisonnement (cf. ex. 1).
Spéc., PHYS. Formule, loi empirique. Loi fondée exclusivement sur l'expérience. Les lois empiriques des sciences physiques et naturelles (Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 24).Lois empiriques indiquées par Bragg comme expression approximative des faits (Friedel, Cristallogr.,1926, p. 341).
2. [En parlant d'une pers.] Qui fait des découvertes fortuites, ne reposant sur aucun système ou théorie. La liste des sociologues américains à la fois théoriciens et chercheurs empiriques (Traité sociol.,1967, p. 63):
4. ... beaucoup d'inventions retentissantes furent accomplies non par des spécialistes, mais par de simples amateurs, généralement plus riches d'imagination que de savoir technique, et souvent contre l'avis même des professionnels. C'est ainsi que la fabrication moderne de l'acier fut mise au point par deux bricoleurs empiriques, Bessemer et Thomas, en dépit des pontifes de la métallurgie... P. Rousseau, Hist. des transp.,1961, p. 204.
Le plus souvent avec une nuance péj. Il faut laisser l'enluminure aux Italiens et le clinquant aux architectes empiriques (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 244).
Emploi subst. masc. Un empirique. Il serait certes injuste de ne voir dans ces hyperchimistes que de vulgaires empiriques (Caron, Hutin, Alchimistes,1959, p. 95).
C.− PHILOS. [Correspond à empirisme C] École, philosophie empirique. Qui professe l'empirisme. Philosophe empirique et p. ell., un empirique. Philosophe partisan de l'empirisme :
5. La philosophie tout entière n'est que la science de la « cause », du « moyen » et de l'« effet ». Elle est purement rationnelle, si elle s'élève aux causes; empirique ou expérimentale, si elle se borne aux « effets ». Bonald, Législ. primitive,t. 1, 1802, p. 292.
Spéc., dans la philos. kantienne de la connaissance.Intuition empirique. L'intuition sensible est empirique, l'intuition spatiale est pure ou a priori (M. Alexandre, Lecture de Kant,Paris, P.U.F., 1961, p. 25).
P. anal. Le moi empirique (p. oppos. au moi* transcendantal). Il ne faut pas traiter le Je transcendantal comme le vrai sujet et le moi empirique comme son ombre ou son sillage (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 488).Le moi empirique, le sujet psychologique de nos états de conscience vécus dans le monde de la représentation (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 71).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Empiriquement, adv. D'une manière empirique. α) [Correspond à empirique A] Anton. rationnellement, scientifiquement. Aujourd'hui, le médecin se sert empiriquement, c'est-à-dire à peu près au hasard, de la plupart des moyens thérapeutiques puissants qu'il a entre les mains (C. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 8). β) [Correspond à empirique B] Une grande équitation arabe, qui d'ailleurs ne se transmet qu'empiriquement (Morand, Extrav., 1936, p. 80). γ) [Correspond à empirique C] Les autres hommes qui existent empiriquement (Merleau-Ponty, op. cit., p. 511). Le moi posé comme un objet, empiriquement composite (Mounier, Traité caract., 1946, p. 576). b) Anempirique, adj. Indépendant de l'expérience. La conscience de l'intervalle onctueux et de l'épaisse continuation n'a prise à tout moment que sur des motivations et des déterminations, la détermination étant à la fois particularité représentable et relation nécessaire; une indétermination qui serait neutralité pure ne peut être qu'anempirique (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 245).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃piʀik]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 2 1787 signale : ,,Plusieurs à caûse de l'étymologie grecque, ont cru qu'il falait écrire ces mots avec un y; mais ils n'en ont point dans l'origine``. Étymol. et Hist. 1314 (H. de Mondeville, Chirurgie, 1739, ds T.-L.). Empr. au gr. ε ̓ μ π ε ι ρ ι κ ο ́ ς « empirique » (ο ́ ε ̓ μ π ε ι ρ ι κ ο ι ́ « les médecins empiriques »), lat. class. empiricus subst. « médecin empirique ». Fréq. abs. littér. : 732. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 159, b) 1 730; xxes. : a) 367, b) 1 829. Bbg. Gohin 1903, p. 313, 364.

Wiktionnaire

Adjectif

empirique \ɑ̃.pi.ʁik\ masculin et féminin identiques

  1. Fondé essentiellement sur l’expérience et l’observation, plutôt que sur l'usage de la raison abstraite (le rationalisme).
    • Pour en revenir aux pratiques empiriques de nos anciennes pharmacopées, qui reposaient sur l'emploi de Matières médicales animales, j'aurai à vous dire, plus tard, certaines ressemblances curieuses que présentaient ces pratiques avec la méthode opothérapique moderne. — (Louis Landouzy, Les Sérothérapies, Paris : chez Georges Carré & C. Naud, 1898, p.65)
    • Il semble au contraire que, dans l’épistémologie de la physique épicurienne, l'observation du monde, sa connaissance empirique, soit non seulement légitime, mais encore nécessaire. — (Pierre-Marie Morel, Épicure: la nature et la raison, Librairie J. Vrin, 2009, p. 36)
    • Savoir reconnaître et différencier les différents champignons est un savoir très empirique qui demande temps, patience et conseils.— (Xavier RENARD, Le champignon prétexte aux balades d'automne, Journal La Croix du 4-5 octobre 2014, page 26)

Note : Se dit d'une connaissance, d'une pratique, d'une règle…

Nom commun

empirique \ɑ̃.pi.ʁik\ masculin et féminin identiques

  1. Philosophe partisan du système de l’empirisme.
  2. (Par extension) Praticien de méthodes empiriques.
    • Tout en s’extasiant sur la façon de conduire de notre compagnon, le maître de la voiture nous racontait ses petites affaires, et comme quoi il avait été guéri d’une maladie de foie par un empirique des plus singuliers. Cet empirique était un paysan du village de Lyss. Il demandait aux consultants leur nom, leur âge, et ne leur adressait, du reste, aucune question sur leur maladie. — (Théophile Gautier, Ce qu’on peut voir en six jours, 1858, réédition Nicolas Chadun, pages 39-40)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPIRIQUE. adj. des deux genres
. Qui ne s'attache qu'à l'expérience, sans suivre les méthodes, les principes scientifiques. Méthode empirique. Médecine empirique. Procédés empiriques. Formule empirique. Médecin empirique, Qui s'appuie sur une soi-disant expérience et ne tient aucun compte des données de la science. Il s'emploie aussi comme nom et se dit des Philosophes partisans du système de l'empirisme. Un empirique.

Littré (1872-1877)

EMPIRIQUE (an-pi-ri-k') adj.
  • 1Qui se guide seulement par l'expérience. Méthode empirique. Procédés empiriques.

    Terme de physique. Formule empirique, formule de nature approximative, qui dérive non de la théorie, mais d'une série de faits ou cas particuliers.

    Substantivement. Un empirique, un homme qui traite les maladies par des remèdes secrets, et sans aucune notion scientifique du corps et de ses maladies. On peut juger par là que M. Fagon n'aura pas fait beaucoup de grâce aux empiriques ; ces sortes de médecins, d'autant plus accrédités qu'ils sont moins médecins, et qui ordinairement se font un titre ou d'un savoir incompréhensible et visionnaire ou même de leur ignorance, ont trop souvent puni la crédulité de leurs malades, Fontenelle, Fagon. [Caretti] C'était un Italien qui gagnait de l'argent en faisant l'empirique, Saint-Simon, 56, 195. Osons croire que toute économie qui provient de la vente qu'on nous fait de ce que nous donnons n'est qu'un secret d'empirique, Mirabeau, Collection, t. II, p. 482.

  • 2Qui appartient à l'empirisme.

    S. m. Les empiriques, les philosophes qui appartiennent à l'empirisme.

    Dans l'antiquité, nom donné à une secte de médecins opposée aux dogmatistes et qui, fondée par Philinus de Cos, disciple d'Hérophile, et par Sérapion, ne consultait que les faits reconnus expérimentalement, et rejetait tout raisonnement dogmatique, et, avec lui, la connaissance de l'anatomie.

    En mauvaise part, ceux qui suivent la routine et dédaignent l'expérience.

HISTORIQUE

XVIe s. La curation de toutes ces pointures [piqûres] est emperique ou artificial, H. de Mondeville, f° 82, verso. Parole est ici faite de plusieurs emperiques [remèdes, amulettes] pendus au col du pacient, H. de Mondeville, f° 98, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMPIRIQUE, s. m. & adj. (Medec.) Ce terme dans le sens propre, a été donné de tout tems aux medecins qui se sont fait des regles de leur profession sur leur pratique, leur expérience, & non point sur la recherche des causes naturelles, l’étude des bons ouvrages, & la théorie de l’art. Voyez Empirique (Secte), & Empirisme.

Mais le mot empirique se prend odieusement dans un sens figuré, pour désigner un charlatan, & se donne à tous ceux qui traitent les maladies par de prétendus secrets, sans avoir aucune connoissance de la medecine. Voyez Charlatan.

Empirique, secte (Med.) Cette célebre secte qui fit autrefois une grande révolution dans la Medecine, commença environ 287 ans avant la naissance de J. C. Celse nous apprend que Sérapion d’Alexandrie fut le premier qui s’avisa de soûtenir qu’il est nuisible de raisonner en Medecine, & qu’il falloit s’en tenir à l’expérience ; qu’il défendit ce sentiment avec chaleur, & que d’autres l’ayant embrassé, il se trouva chef de cette secte.

Quelques-uns racontent la même chose de Philinus de Cos, disciple d’Hérophile. D’autres ont aussi prétendu qu’Acron d’Agrigente étoit fondateur de cette secte ; & les empiriques jaloux de l’emporter par l’antiquité sur les dogmatiques dont Hippocrate fut le chef, appuyoient cette derniere opinion.

Pour éclaircir le fait, il faut distinguer entre les anciens medecins empiriques, ceux qui exercerent la medecine, depuis qu’Esculape l’avoit réduite en art, jusqu’au tems de son union avec la philosophie. On peut regarder ces premiers medecins comme les premiers empiriques : mais il y a cette différence entr’eux & les disciples de Sérapion ou de Philinus, qu’ils étoient empiriques sans en porter le titre, & qu’ils pouvoient d’autant moins passer pour sectaires, qu’il n’y avoit alors qu’une opinion ; au lieu que les empiriques qui leur succéderent, choisirent eux-mêmes ce titre, & se séparerent des dogmatiques : enfin l’empirisme des premiers étoit purement naturel ; c’étoit au contraire dans les derniers un effet de méditation & d’amour de nouveaux systèmes qu’ils inventerent pour établir leur parti, & bannir le raisonnement de la Medecine, se conduisant en ce point comme quelques modernes qui méprisent toute pratique excepté la leur.

Quoi qu’il en soit, les empiriques proprement nommés ne connoissoient qu’un seul moyen de guérir les maladies qui étoit l’expérience. Le nom d’empirique ne leur venoit point d’un fondateur ou d’un particulier qui se fût illustré dans la secte, mais du mot grec ἐμπειρία, expérience.

L’expérience, disoient-ils, est une connoissance fondée sur le témoignage des sens : ils distinguoient trois sortes d’expériences. La premiere & la plus simple, disoient-ils, est produite par le pur hasard, c’est un accident imprévû, par lequel on guérit d’une maladie, comme dans le cas où quelqu’un auroit été soulagé d’un grand mal de tête par une hémorrhagie, ou de la fievre par une diarrhée qu’on n’auroit point provoquée. La seconde espece d’expériences est de celles qui se font par essai, comme il arrive lorsque quelqu’un ayant été mordu par un animal venimeux, applique sur la blessure la premiere herbe qu’il trouve. La troisieme espece d’expériences comprend celles que les empiriques appelloient imitatoires, ou dans lesquelles on répete dans l’espoir d’un pareil succès, ce que le hasard, l’instinct, ou l’essai, ont indiqué.

C’est la derniere espece d’expérience qui constituoit l’art : ils la nommoient observation, & la narration fidele des accidens, des remedes, & des effets, histoire. Or comme l’histoire des maladies ne peut jamais être complete faute de lumieres, ils avoient encore recours à la comparaison, qu’ils appelloient épilogisme, que M. le Clerc traduit par les mots de substitution d’une chose semblable. L’observation, l’histoire, la substitution d’une chose semblable, étoient les seuls fondemens de l’empirisme. Toute la medecine des empiriques se réduisoit donc à avoir vû, à se ressouvenir, & à comparer ; ou pour me servir des termes de Glaucias, les sens, la mémoire, & l’épilogisme, formoient le trépié de leur medecine. Ajoûtons qu’ils rejettoient toutes les causes diversifiées, occultes ou cachées des maladies, toute hypothèse, la recherche des actions naturelles, l’étude de la théorie de l’art, de la pharmacie, des méchaniques, & des autres sciences. Ils prétendoient encore qu’il étoit inutile de disséquer des cadavres, & que quand la dissection n’avoit rien de cruel, elle devoit être regardée comme malpropreté. Ce croquis peut suffire sur la doctrine des empiriques. Voyons ce que Celse en a pensé.

Il est vrai, dit ce judicieux écrivain, que sur les causes de la santé & des maladies, les plus savans ne peuvent faire que des conjectures ; mais il ne faut pas pour cela négliger la recherche des causes cachées qui se trouvent quelquefois, & qui sans former le medecin, le disposent à pratiquer la medecine avec plus de succès. Il est vraissemblable que si l’application qu’Hippocrate & Erasistrate (qui ne se contentoient pas de panser des plaies & de guérir des fievres) ont donnée à l’étude des choses naturelles, ne les a pas fait medecins à proprement parler, ils se sont du moins rendus par ce moyen de beaucoup plus grands medecins que leurs collegues. Ils n’auroient pas été l’ornement de leur profession, s’ils s’en étoient tenus à la simple routine. Si la similitude ou l’analogie apparente doit être le seul guide de l’art, comme le prétendent les empiriques, au moins faut-il raisonner pour distinguer entre toutes les maladies connues, quelle est celle dont les rapports à la maladie présente sont les plus grands, & pour déterminer par ces rapports les remedes qu’on doit employer. Il est constant que les maladies ont souvent des causes purement méchaniques faciles à distinguer ; & en ce cas le medecin ne balancera jamais dans l’application des remedes. D’un autre côté, si les dogmatiques avoient raison de prétendre qu’on ne pouvoit appliquer les remedes convenables sans connoître les causes premieres de la maladie, les malades & les medecins seroient dans un état bien déplorable, les uns se trouvant dans l’impossibilité de traiter la plûpart des maladies dont les autres ne peuvent toutefois guérir sans le secours de l’art.

Tel est le précis du jugement impartial de Celse sur le grand procès des empiriques & des dogmatiques, procès dont M. le Clerc a fait le rapport avec tant d’exactitude. Mais il suffira de remarquer ici qu’on vit dans cette querelle (& on le présume sans peine) les mêmes passions, les mêmes écarts, les mêmes abus, qui sont inséparables de toutes les disputes, où l’on se propose toûjours la victoire, & jamais la recherche de la vérité. Si quelqu’un est curieux de la seconde partie de cette histoire, il la trouvera dans l’empirisme & le dogmatique modernes. Voyez donc Empirisme. Article de M. le Chevatier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « empirique »

Du latin empirica, empiricus (« médecine empirique, médecin empirique ») emprunté au grec ancien ἐμπειρικός, dérivé de ἐμπειρία « celui qui se guide sur l’expérience ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἔμπειριϰὸς, de ἐν, en, et πεῖρα, expérience.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « empirique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empirique ɑ̃pirik

Évolution historique de l’usage du mot « empirique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empirique »

  • En médecine empirique, un bon guéri vaut mieux que deux qui ne le sont pas. De Pierre Dac
  • Le proverbe empirique qui dit : "C'est en forgeant qu'on devient forgeron" est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare, en effet, qu'en forgeant, un forgeron devienne petit télégraphiste ou mannequin de haute-couture. De Pierre Dac
  • Nouveau rapport de recherche empirique sur les tendances, les moteurs, les stratégies et l’application de segmentation du marché de l’extraction et de l’extraction de pierres , Nouveau rapport de recherche empirique sur le marché des logiciels de contrôleur de stockage défini par logiciel pour témoigner d’une expansion robuste tout au long de la période de prévision 2020-2025 – Pêche Alliance
  • Ce n'est pas une étude, c'est de l'observationnel, c'est de la médecine empirique mais il ne faut pas la balayer du revers de la main parce que ça marche !  France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, Un médecin de Saint-Cyr-sur-Mer revendique la prescription de l'azithromycine pour soigner les patients du Covid-19
  • Meilleur rapport empirique sur le marché des alliages de laiton sans plomb 2020-2027 , Meilleur rapport empirique sur le marché des alliages de rhodium 2020-2027 – Pêche Alliance
  • Meilleur rapport empirique sur le marché des pays du CCG en alliage de polycarbonate (alliage PC) 2020-2027 , Meilleur rapport empirique sur le marché des superalliages nickel-chrome 2020-2027 – Pêche Alliance
  • Meilleur rapport empirique sur le marché des alliages d’aluminium à très haute résistance 2020-2027 , Meilleur rapport empirique sur le marché des alliages d’acier pour les matériaux aérospatiaux chinois 2020-2027 – Pêche Alliance

Traductions du mot « empirique »

Langue Traduction
Anglais empirical
Espagnol empírico
Italien empirico
Allemand empirisch
Chinois 经验
Arabe تجريبي
Portugais empírico
Russe эмпирический
Japonais 経験的
Basque enpirikoak
Corse empiricu
Source : Google Translate API

Synonymes de « empirique »

Source : synonymes de empirique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « empirique »

Partager