La langue française

Clinique

Sommaire

  • Définitions du mot clinique
  • Étymologie de « clinique »
  • Phonétique de « clinique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « clinique »
  • Citations contenant le mot « clinique »
  • Images d'illustration du mot « clinique »
  • Traductions du mot « clinique »
  • Synonymes de « clinique »
  • Antonymes de « clinique »

Définitions du mot « clinique »

Trésor de la Langue Française informatisé

CLINIQUE1, adj. et subst. fém.

I.− Adjectif
A.− Qui s'opère au chevet du malade. Formation clinique. P. ext. qui repose sur l'observation directe du malade alité. Analyse, observation, description, traité, médecine clinique. P. méton. signe, symptôme clinique. Mon éducation clinique veut que l'application soit, à mes yeux, l'épreuve définitive des théories (P. Bourget, Le Sens de la mort,1915, p. 323):
1. ... Françoise qui, ayant voulu regarder ce que le signet marquait, lisait la description clinique de la crise et poussait des sanglots maintenant qu'il s'agissait d'une malade-type qu'elle ne connaissait pas. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 123.
En partic. [P. oppos. à la méthode psychanalytique] Qui repose sur l'observation des symptômes physiques :
2. ... on sait que Freud a rattaché aux troubles de l'affectivité bien des comportements aberrants et que c'est au niveau de l'affectivité inconsciente qu'il invite à rechercher le principe de l'automatisme au sens clinique du mot. Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 290.
P. ext. Psychologie clinique (cf. infra II B 1).
B.− Qui est typique des diagnostics médicaux les plus fréquents :
3. Puis nous parlâmes de cette impossibilité − qui atteint presque à la valeur d'un cas clinique − (...), de ne s'intéresser jamais aux choses autrement que comme à autant d'indices psychologiques sur la personne qui les profère. Du Bos, Journal,1924, p. 51.
4. Il n'a pas été absolument inutile que la folie de ces dernières années ne trouvât pas devant elle que des intelligences exercées à une prévision de la crise pour ainsi dire clinique, et, jusqu'à un certain point, fataliste. J.-R. Bloch, Destin du siècle,1931, p. 234.
C.− Au fig. Qui a la sécheresse d'écriture d'un diagnostic clinique :
5. Toutes ces choses dites à froid, couchées toutes nues sur le papier, ces mots d'une précision horrible, ces phrases cliniques, privées d'ivresse, car il n'y aurait que l'ivresse des sens pour les faire passer. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 174.
II.− Subst. fém.
A.− MÉD. [P. oppos. à l'enseignement magistral plutôt pratique]
1. Enseignement médical pratiqué au chevet des malades. Ensemble des connaissances ainsi acquises. Chaire, professeur de clinique. Un manuel de pathologie et de clinique médicale (Zola, La Joie de vivre,1884, p. 854).
Spéc. Épreuve pratique d'examen de malades que subissent les futurs médecins avant la présentation de leur thèse (d'apr. Lafon 1963).
Rem. Le mot est donné comme masc. et comme ell. d'examens cliniques par Rob. et Lar. Lang. fr.
2. P. méton.
a) Méthode de diagnostic par l'observation directe, et sans l'aide des moyens de laboratoire, du malade alité. Pratiquer la clinique (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 269):
6. Les théories les plus logiques sont condamnées dès que la clinique les dément, ... P. Bourget, Le Sens de la mort,1915, p. 12.
Résultat de cette observation :
7. Déjà, la clinique présente, en face du « type Hölderlin », toujours à fleur de nerfs, des « ruines glacées, figées, presque inanimées, végétant impassibles comme des bestiaux dans un coin obscur de l'asile... Mounier, Traité du caractère,1946, p. 364.
P. métaph. Le roman peut être une clinique, ou une féerie, ou les deux à la fois (L. Daudet, Quand vivait mon père,1940, p. 31).
b) Local où est donné cet enseignement, où est pratiquée cette méthode. Clinique médicale, chirurgicale; chef de clinique.
En partic. Établissement ou section d'établissement hospitalier public ou privé, généralement spécialisé. Clinique conventionnée; clinique des enfants, infantile; clinique militaire, municipale (policlinique*); clinique de rééducation, pour maladies nerveuses.
Clinique ouverte. Service hospitalier dans lequel le malade est libre de faire appel au médecin de son choix; ,,partie d'un centre hospitalier général public, où un ou plusieurs chefs de service peuvent recevoir leur clientèle privée`` (Lafon 1963).
P. ext. Les cliniques pour chiens pauvres (Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 28).
P. anal., plais. Les cliniques pour locomotives (Fargue, Le Piéton de Paris,1939p. 22).
B.− P. ext.
1. PSYCHOL. Observation directe du malade par l'analyse approfondie de son comportement dans différentes situations. Clinique armée. Clinique associée à la méthode des tests (d'apr. Psychol. 1949).
2. SOCIOL. Observation de petits groupes de sujets et de situations individuelles (d'apr. Foulq.-St-Jean 1962).
Rem. On rencontre ds la docum. le dér. clinicat, subst. masc. Fonction de chef de clinique.
Prononc. et Orth. : [klinik]. Ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1626 subst. fém. « méthode médicale consistant à examiner le malade au lit » (O. du Mesnil, Actions forenses, 355 ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 458); 1696 adj. médecine clinique (D. le Clerc, Hist. de la méd. ds Trév.); b) 1808 « enseignement médical donné par le professeur près du lit du malade » (Boiste); 2. a) 1814 « établissement où est donné cet enseignement médical » (Nysten); b) 1890 « établissement où les malades reçoivent des soins » (E. et J. de Goncourt, Journal, p. 1205). Empr. au lat. impérial clinice « médecine exercée près du lit du malade », empr. au gr. κ λ ι ν ι κ η ́ (sous-entendu τ ε ́ χ ν η) « id. ». Bbg. Eyraud (D.). Vive la lang. Vie Lang. 1969, p. 201.

CLINIQUE2, subst. masc.

ANTIQ. CHRÉT. Celui qui se faisait baptiser sur son lit de mort ou à un âge avancé :
Un fragment de lettre du pape Corneille [...] nous donne, vers le milieu du iiiesiècle, le premier exemple historiquement attesté du baptême administré à un clinique. Archéol. chrét.1914.
Prononc. et Orth. : [klinik]. Ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. 1. 1611 subst. masc. « malade qui reste au lit » (Cotgr.); 1845 adj. malade clinique (Besch.); 2. av. 1704 hist. « chrétien qui, vers les iiie-ives., avait reçu le baptême au lit, étant malade » (L. Ellies du Pin, Théologien [1657-1719] ds Trév. 1704). Empr. au lat. chrét. clinicus aux sens 1 et 2, lui-même empr. au gr. κ λ ι ν ι κ ο ́ ς, « qui concerne le lit », dér. de κ λ ι ́ ν η « lit ».
STAT. Clinique1 et 2. Fréq. abs. littér. : 328. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 39, b) 134; xxes. : a) 417, b) 1 038.

Wiktionnaire

Adjectif

clinique \kli.nik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a lieu auprès du lit des malades.
    • En plus des expériences cliniques avec narcose mixte et barbiturique, nous avons voulu étudier électroencéphalographiquement l'action du R sur le sommeil barbiturique. — (Acta anaesthesiologica Belgica, vol. 7 à 10, page 175, Société belge d'anesthésie et de réanimation, Brussels, 1956)
    • L’échographie s’intègre dans la démarche diagnostique, comprenant l’examen clinique et, sauf cas particuliers, la mammographie à tous les stades de la prise en charge de la patiente en sénologie. — (René-Charles Rudigoz, Échographie et écho Doppler en gynécologie, page 164, Masson, 2004)
  2. Qui a la sécheresse des diagnostics médicaux.
    • — Faut pas faire attention, Théo est une brute née de la guerre.
      — En langage clinique, on appelle ça un paranoïaque, en langage militaire un brigadier.
      — (Michel Audiard, Un taxi pour Tobrouk, 1961)

Nom commun 1

clinique \kli.nik\ féminin

  1. Enseignement qui se fait auprès du lit des malades.
    • Cours de clinique.
    • Chef de clinique.
    • Clinique médicale.
    • Clinique chirurgicale.
    • Clinique des maladies mentales.
    • Clinique ophtalmologique.
  2. (Par extension) Équipe de cliniciens.
    • L’échographie cardiaque transthoracique (présence de valves remaniées ou/et de végétations) et les hémocultures confirment le diagnostic évoqué par la clinique : streptococcémies, staphylococcémies, etc. — (Edmond Bertrand, Urgences médicales en Afrique, De Boeck Supérieur, 2005, p.7)
  3. (Par métonymie) Établissement dans lequel se donne cet enseignement ou dans lequel on opère, on soigne, ou on fait des examens médicaux.
    • Ah docteur! Je rentre de la clinique. On m’a opérée de la cataracte. Bien sûr, ce n’est pas une anesthésie générale. Mais je ne me sens pas très stable. — (Jean-Paul Schneck, Les contes d’un médecin généraliste ordinaire L'Harmattan, 2002, p.118)
    • On nous a fait à tous deux des piqûres antitétaniques, qui nous donneront, paraît-il, de l’urticaire dans deux ou trois jours. Pierre, très abattu, est resté à la clinique. — (Claude Lévi-Strauss, « Chers tous deux » : Lettres à ses parents 1931-1942, Éditions du Seuil, 2015)

Nom commun 2

clinique \kli.nik\ masculin

  1. (Christianisme) Nom donné, au premier temps de l'église chrétienne, à celui qui n'acceptait de recevoir le baptême que sur son lit de mort
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLINIQUE. adj. des deux genres
. Qui a lieu auprès du lit des malades. Observation clinique. Leçons cliniques. Médecine clinique. On dit souvent, comme nom féminin, La clinique, L'enseignement qui se fait auprès du lit des malades. Cours de clinique. Chef de clinique. Clinique médicale. Clinique chirurgicale. La clinique de l'Hôtel-Dieu de la Charité. Clinique des maladies mentales. Clinique ophtalmologique. Il se dit aussi, par extension, du Local dans lequel se donne cet enseignement ou du Local dans lequel un chirurgien opère ordinairement ou même donne des consultations.

Littré (1872-1877)

CLINIQUE (kli-ni-k') adj.
  • 1 Terme de médecine. Qui se fait au lit du malade.

    Leçon clinique, celle qui est donnée dans un hôpital près du lit des malades.

    Médecine clinique, celle qui s'occupe du traitement des maladies considérées individuellement.

    Médecin clinique, celui qui visite les malades par opposition à celui qui donne des consultations. Vieux en ce sens.

  • 2 S. f. Enseignement médical au lit des malades.

    Institution dans laquelle les élèves apprennent l'art de guérir les maladies au lit même des malades. On dit, en ce sens, la clinique de l'Hôtel-Dieu, de la Charité, etc.

  • 3 S. m. Terme d'histoire ecclésiastique, qui se dit de ceux qui recevaient le baptême au lit de la mort. La secte des cliniques.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CLINIQUE, adj. (Medecine.) épithete commune à la Medecine, & aux Medecins, à l’Art & aux Artistes, se donnant également à l’un & à l’autre.

On appelle Medecine clinique, la méthode suivie de voir & de traiter les malades alités ; & l’on nomme Medecins cliniques, ceux qui assistent auprès du lit des malades pour traiter leurs maux. C’étoit principalement les medecins des empereurs auxquels on donnoit anciennement ce nom.

On employoit chez les Romains les esclaves au soin de garder les malades, ce qui fit qu’on les appella medici ad matulam ; & pour leur faire plus d’honneur, quelques auteurs leur donnerent aussi le nom de medici clinici, parce qu’ils ne bougeoient d’auprès du lit des malades. Mais c’étoit-là détourner ironiquement la signification du mot clinicus, qui désignoit dans son vrai sens un medecin proprement dit, un homme éclairé qui voyoit les malades au lit, & leur prescrivoit des remedes.

Martial, lib. I. epigramm. xxxj. détourne aussi la véritable signification de clinicus, dans une épigramme où il parle d’un pauvre chirurgien, en Latin vespillo, qui faute d’emploi s’étoit mis à porter les morts en terre ou sur le bûcher :

Chirurgus fuerat, nunc est vespillo Diaulus ;
Cæpit quo potuit, clinicus esse modo.

La pointe de cette épigramme consiste dans l’équivoque qui naît du double sens du mot κλίνη, d’où clinicus a été formé, & qui signifie également un lit & une bierre.

Pline fait Hippocrate auteur de la medecine clinique : il n’y a pas toutefois de vraissemblance que l’on ait tardé si long-tems à visiter les malades dans leur lit ; mais ce qui distingua si fort à cet égard l’ami de Démocrite, c’est comme le remarque le même auteur, qu’il a été le premier qui ait clairement enseigné la Medecine. Génie supérieur, il profita des lumieres de son siecle, & fit servir, comme Boerhaave a fait de nos jours, la Philosophie à la Medecine, & la Medecine à la Philosophie. « Il faut, disoit ce grand homme, réunir avec soin ces deux sciences ; car un medecin qui est philosophe est égal à un dieu ».

Cependant c’est Esculape qui est le véritable inventeur de la medecine clinique, celui qui le premier l’a pratiquée : les Medecins avant lui ne visitoient point les malades au lit, on les portoit dans les carrefours pour recevoir les avis des passans. Le centaure Chiron se tenoit dans sa grotte, attendant qu’on l’y vînt consulter. Quant aux medecins de moindre importance, il est probable que semblables à nos empyriques modernes, ils couroient les foires pour débiter leurs remedes, sans s’aviser d’aller voir les malades pour observer les changemens qui arrivent dans les maladies, & y apporter les secours nécessaires.

Cette coûtume introduite par Esculape, fit que les Medecins qui l’imiterent furent appellés cliniques, afin de les distinguer des coureurs de marchés. Sa méthode clinique lui réussit au point qu’on ne parla plus que de la Medecine d’Esculape & de ses miracles. Les jumeaux, Castor & Pollux, le voulurent avoir avec eux au fameux voyage des Argonautes ; & quelques cures surprenantes qu’il avoit faites de certains malades desespérés, firent que l’on crut qu’il guérissoit les morts. La fable ajoûte que sur la plainte rendue par Pluton que si on laissoit agir Esculape, personne ne mourant, les enfers seroient bientôt vuides, Jupiter tua d’un coup de foudre le célebre medecin d’Epidaure, & Hippolyte que ce medecin avoit ressuscité. Aujourd’hui les sectateurs d’Esculape n’ont pas à craindre le sort du fils d’Apollon. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Cliniques, s. m. pl. terme d’hist. ecclésiast. c’est le nom qu’on donnoit anciennement à ceux qui avoient été baptisés dans leur lit & en maladie ; du Grec κλίνη, lit.

Cela étoit assez fréquent dans les premiers siecles, où plusieurs différoient ainsi leur baptême jusqu’à l’article de la mort, quelquefois par humilité, souvent aussi pour pécher avec plus de liberté. L’empereur Constantin ne fut baptisé que quelques jours avant sa mort. On appelloit ces sortes de personnes cliniques, comme qui diroit chrétiens du lit, & on les regardoit comme foibles dans la foi & dans la vertu. Les peres s’éleverent contre cet abus ; & le concile de Neocesarée, canon 12. déclare les cliniques irréguliers pour les ordres sacrés, à moins qu’ils ne soient d’un mérite distingué, & qu’on ne trouve pas d’autres ministres ; parce qu’on croyoit qu’il n’y avoit qu’une crainte servile qui avoit déterminé les cliniques à recevoir le baptême. Et le pape S. Corneille, dans une lettre rapportée par Eusebe, dit que le Peuple s’opposa à l’ordination de Novatien, parce qu’il avoit été baptisé dans son lit étant malade. Thomass. discipl. de l’église, part. IV. liv. II. ch. xiij (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « clinique »

(Adjectif) (1696) Du latin clinicus (« alité, relatif au lit du malade »).
(Nom commun) (1626) Du latin clinice (« médecine exercée près du lit du malade »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Clinicus, de ϰλινιϰὸς, de ϰλίνη, lit, de ϰλίνω, incliner, coucher (voy. CLIMAT et CLIGNER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « clinique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clinique klinik

Évolution historique de l’usage du mot « clinique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clinique »

  • Une salle de clinique est l’endroit idéal où les amis des malades donnent rendez-vous à d’autres amis des malades pour parler entre eux de choses qui n’intéressent absolument pas les malades. De Anonyme
  • Avec la vie que nous menons, il est facile de comprendre qu’il y ait dans toutes les cliniques psychiatriques un monde fou. De Anonyme
  • Si le cinéma est le reflet d'une société alors la nôtre doit être peuplée de cas cliniques. De Eric Neuhoff
  • La clinique du Croisé-Laroche, à Marcq, est dédiée au sport et à la chirurgie orthopédique, mais aussi aux soins de suite et de réadaptation gériatrique (35 lits). Le service a tourné pendant la crise sanitaire et les visites des familles sont à nouveau possibles. L’après-Covid impose des mesures strictes, dans ce domaine comme dans celui du plan anti-canicule. La Voix du Nord, À la clinique du Croisé, à Marcq, le service gériatrique est resté actif pendant toute la crise sanitaire
  • De son coté, Bayer mène actuellement en France plus de 45 études cliniques, dont plus de la moitié en oncologie, et soutient 70 études institutionnelles dont 62% en partenariat avec l’AP-HP. Conscient de la valeur potentielle associée aux mégadonnées et de l’intérêt des analyses avancées pour l’avenir de la médecine et l’intérêt des patients, Bayer travaille sur des projets utilisant l’IA pour répondre à des besoins médicaux concrets. De telles technologies pourraient donc aider à fournir le bon traitement au bon patient au bon moment, plus efficacement et plus rapidement qu’aujourd’hui. Actu IA, Recherche clinique : L’AP-HP et Bayer signent un accord-cadre sur des projets innovants utilisant l’IA
  • La clinique annonce sa réouverture dès ce mardi 30 juin, après une dizaine de jours de suspension de son activité suite à une panne informatique et une carence en infirmières SudOuest.fr, Orthez : la clinique Labat autorisée à reprendre son activité dès ce mardi
  • À la suite de à la lettre ouverte des élus du bassin et les ex-salariés de la clinique du Nohain de Cosne, le directeur de l’agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté, Pierre Pribile, s’est rendu, lundi 29 juin après-midi, à Nevers, pour échanger avec eux. www.lejdc.fr, Pas d'avancée sur le dossier de la clinique de Cosne après la venue du directeur de l'ARS - Cosne-Cours-sur-Loire (58200)
  • Pendant la crise sanitaire, eux aussi ont pris des risques, parfois sans protection, dans des chambres de patients touchés par le Covid-19. Des personnels de restauration ou de nettoyage de Restalliance, société sous-traitante de plusieurs Ehpad et cliniques, seront en grève ce mercredi, pour réclamer une augmentation. France Inter, Des personnels d'un sous-traitant des EHPAD et cliniques en grève pour réclamer une prime Covid
  • GeNeuro a recruté le 1er patient de son essai clinique de phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP à l'Academic Specialist Center (ASC) du Karolinska Institutet, à Stockholm, en Suède. Bourse Direct, GeNeuro recrute le 1er patient de l'essai clinique de phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP
  • Reprise de la clinique du Nohain à Cosne ou non ? C’est la question qui brûle toutes les lèvres lundi 29 juin, jour de la visite de Pierre Pribille, le directeur de l’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté à Nevers. Tout le monde, la délégation formée d’élus et de représentants des ex-salariés de l’établissement, la population espèrent que le haut fonctionnaire va répondre clairement à cette question en milieu d’après-midi. www.lejdc.fr, La clinique de Cosne sera-t-elle reprise ? Une réponse est espérée avec la visite du directeur de l'ARS à Nevers - Cosne-Cours-sur-Loire (58200)
  • Enfin, selon les statisticiens interrogés, le problème dans l’approche de Didier Raoult est qu’une étude menée sur trop peu de patients ne permettra de détecter que des effets extrêmement importants, alors que des effets plus modestes peuvent tout à fait avoir une pertinence clinique. Libération.fr, «Plus l'échantillon d'un essai clinique est faible, plus c’est significatif» : que veut dire Didier Raoult ? - Libération
  • Quatorze jours après le début de leur mobilisation, des salariés de la clinique de la Côte d’Opale (CMCO), à Saint-Martin-Boulogne, tiennent toujours leur piquet de grève. La Voix du Nord, Le piquet de grève de retour ce lundi devant la clinique de la Côte d’Opale

Images d'illustration du mot « clinique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « clinique »

Langue Traduction
Anglais clinical
Espagnol clínico
Italien clinico
Allemand klinisch
Chinois 临床
Arabe مرضي
Portugais clínico
Russe клиническая
Japonais 臨床
Basque klinikoak
Corse clinicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « clinique »

Source : synonymes de clinique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « clinique »

Partager