La langue française

Embobeliner

Définitions du mot « embobeliner »

Trésor de la Langue Française informatisé

EMBOBELINER, verbe trans.

A.− Vieux
1. [Avec un compl. en dans] Envelopper soigneusement (quelqu'un, quelque chose) dans quelque chose. Embobeliner un nourrisson dans un linge. (Quasi-)synon. emmitoufler.Godefroid (...) eut le bonheur d'apercevoir Isaure et Malvina embobelinant leur sémillante maman dans sa pelisse (Balzac, Mais. Nucingen,1838, p. 615).Ils marchent la tête embobelinée dans des linges (Flaub., Tentation,1849, p. 449).
Emploi pronom. réfl. En attendant les voitures, on s'embobelina dans les capelines et les manteaux (Flaub., Éduc. sent.,t. 1, 1869, p. 161).
Emploi pronom. réfl. indir. Et elle donnait l'exemple, accumulant sur elle des cloches de jupes, s'embobelinant la tête dans des amas de bonnets et de fichus (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 231).
Rem. La docum. atteste embobelinage, subst. masc. Ce qui enveloppe soigneusement quelqu'un ou quelque chose. La petite comtesse de Foder, son bout de nez pointu tout affairé de curiosité dans un embobelinage de dentelles (A. Daudet, Immortel, 1888, p. 227).
2. [Avec l'indication du moyen]
a) [Le suj. désigne l'agent] Envelopper soigneusement (quelqu'un ou quelque chose) au moyen de quelque chose. Synon. emmitoufler.Au part. passé. J'ai la figure embobelinée de linge et passablement grotesque (Flaub., Corresp.,1846, p. 421).Hier je suis allé à l'imprimerie, tout embobeliné de laine et de foulard (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1885, p. 101).
b) [Le suj. désigne le moyen] Envelopper soigneusement (quelque chose ou quelqu'un). Son bec-de-lièvre mal recousu laissait voir ses incisives, et des linges embobelinaient sa joue, tuméfiée par une énorme fluxion (Flaub., Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 76).
B.− Au fig., fam. Séduire (quelqu'un) par des paroles en vue de le tromper. Il veut nous embobeliner. Synon. emberlificoter (fam.), embobiner (fam.), empaumer (fam.), enjôler.Il reconnut Mademoiselle Laheyrard. − Voilà, pensa-t-il, la dangereuse créature qui a embobeliné Gérard (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 118):
− Bon, bon, − sourit Caroline, − ce n'est pas moi qui préviendrai les gendarmes... D'abord, mon pauvre Cavrois était des vôtres. Fouché l'avait embobeliné... Moi, je ne veux rien savoir de toutes vos diableries, que le Ciel confonde!... Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 71.
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃bɔbline]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1587 [éd.] emboubelinez prob. « emmitouflé, harnaché » (Cholières, 8eApres disnee, p. 354 ds Hug., s.v. entintimbraillé : astrologues encuirassez, encavelez, encoutelacez, emboubelinez...); fig. et fam. [1594 « duper, tromper, enjôler » (Satire Menippée ds Guérin)]; 1611 (Cotgr.); 2. 1611 « réparer grossièrement » (ibid.). Terme bien attesté dans les dial. de l'Ouest et du Centre (FEW t. 2, p. 418a), dér. de l'a. fr. bobelin « chaussure grossière » 1375-70 (J. de Brie, Bon berger, 70 ds T.-L.), lui-même dér. de l'onomat. bob-, exprimant une idée d'enflure, de difformité; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 13. Bbg. Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, p. 101. − Pauli 1921, p. 18. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 136.

Wiktionnaire

Verbe

embobeliner \ɑ̃.bɔ.bə.li.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Envelopper sommairement de vêtement.
    • Son bec-de-lièvre, mal recousu, laissait voir ses incisives, et des linges embobelinaient sa joue, tuméfiée par une énorme fluxion. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Lemerre, Paris, 1881)
    • Le peintre l’a représentée, posant dans son salon, embobelinée dans une robe ample et colorée. — (Antoine Duclercq, Les Métamorphoses de Soi, TheBookEditions, 2012)
    • La Jeanne s’embobelina de sa cape car elle car elle sentait vite la fraîcheur du soir.— (Robert Audidier, Les Sentiers de traverse, éditions de Borée, 2006)
  2. Embobiner, séduire dans le but de duper, de tromper.
    • Le peu que je sais d’elle, je l’ai appris par mon frère, qui n’y voit que du feu. Elle a l’art de l’embobeliner. Elle lui écrit de temps en temps, lui raconte qu’elle travaille, que sa santé est bonne, promet chaque fois d’aller bientôt le voir. — (Georges Simenon, Maigret et la jeune morte, chapitre 5, 1954, Presses de la Cité)
    • […] Donc, elle te séduit, t’embobeline tellement que tu romps avec le peu de relations qui te restent… et elle le ruine peu à peu. — (Léo Malet, Les rat de Montsouris, Robert Laffont, Paris, 1955)
    • Bon eh bien, c’te nénette — il l’avait complètement embobelinée. — (Herbert Liebermann, Nécropolis, traduction de Maurice Rambaud en 1977)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMBOBELINER. v. tr.
Voyez EMBOBINER.

Littré (1872-1877)

EMBOBELINER (an-bo-be-li-né ou an-bo-bi-né) v. a.
  • Terme familier. Enjôler, séduire par des paroles flatteuses, captieuses.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

Ajoutez :
2Au propre, enrouler autour d'une bobine, former en bobine. Si on embobine cet acier à la façon d'un électro-aimant ordinaire, de manière à lui communiquer le maximum de puissance…, De Parville, Journ. offic. 16 nov. 1876, p. 8320, 2e col. Lorsqu'elle [la soie] revient de la teinture, elle est de nouveau embobinée pour servir soit à des organsins, soit à des trames, Journ. offic. 21 nov. 1876, p. 8485, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « embobeliner »

De l’ancien français bobelin (« chaussure grossière »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

En 1, et bobine : enlacer comme la bobine avec le fil.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « embobeliner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
embobeliner ɑ̃bɔbœline

Évolution historique de l’usage du mot « embobeliner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « embobeliner »

  • Je disais donc que le verbe embobiner (quelqu'un), le flatter par de belles paroles afin de lui faire accepter une chose qui n'est pas réellement à son avantage, se disait jadis embobeliner - ce qui e... Le Figaro.fr, Se laisser embobiner II
  • Un premier et rapide coup d'œil à Alfred Delvau et à son Dictionnaire de la langue verte, de 1867, me confirma qu'embobiner quelqu'un apparaît bien, vers la première moitié du XIXe siècle, dans « l'argot du peuple » - ainsi le lexicographe désigne-t-il le langage populaire des faubourgs de Paris. Mais il ajoute ceci : « On disait autrefois, et on dit encore quelquefois aujourd'hui, Embobeliner »? Remarque essentielle, car la voilà, la clef du mystère ! Ce verbe « embobeliner » à la sonorité plaisante va nous fournir toute l'explication des origines. Mais je m'aperçois qu'à force de digressions didactiques, j'ai utilisé tout mon temps de parole, chers lecteurs, et que je n'ai toujours pas abordé le cœur du sujet. Le Figaro.fr, Se laisser embobiner
  • Pour bénéficier de son droit de rétractation, le client doit donc être particulièrement attentif à l’adresse qui figure sur le mandat qu’elle soit manuscrite ou pré-imprimée. Il ne doit surtout pas se laisser embobeliner par les arguments cauteleux de son interlocuteur, évidemment plus habitué que lui à ces négociations commerciales. Village de la Justice, Le démarchage de l’agent immobilier. Par Romain Rossi-Landi, Avocat

Traductions du mot « embobeliner »

Langue Traduction
Anglais entangle
Espagnol enredar
Italien entangle
Allemand verwickeln
Chinois
Arabe تشابك
Portugais enredar
Russe опутать
Japonais 絡み合う
Basque nahaspilatu
Corse impastà
Source : Google Translate API

Synonymes de « embobeliner »

Source : synonymes de embobeliner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « embobeliner »

Embobeliner

Retour au sommaire ➦

Partager