Embarquer : définition de embarquer


Embarquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMBARQUER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [L'obj. désigne une pers.]
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Faire monter à bord d'un bateau, d'un navire, pour un déplacement. Embarquer l'armée (Ac.1798-1932).Anton. débarquer.
Emploi pronom. réfl. Monter à bord d'un bateau. Sigognac, resté seul, éprouva la sensation des gens qui s'embarquent et que leurs amis quittent sur la jetée du port (Gautier, Fracasse,1863, p. 51).
P. métaph. :
1. ... il n'y avait point pour lui [Mazarin] de planche plus solide et plus sûre où il pût s'embarquer que le cœur de cette princesse espagnole, romanesque et fidèle, et que ce vaisseau-là, réputé le plus fragile par les sages, résisterait cette fois à toutes les tempêtes. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 2, 1851-62, p. 254.
Loc. fig. S'embarquer sans biscuit (cf. biscuit1ex. 2).Partir en voyage sans le nécessaire; s'engager dans une affaire sans les moyens nécessaires à sa réussite. M. Tailland pense à tout, et n'est pas homme à s'embarquer une seule fois sans biscuit (Sand, Meunier d'Angib.,1845, p. 356).
b) P. ext.
Faire monter à bord d'un moyen de transport quelconque. Grand-Louis ayant embarqué les deux domestiques dans les diligences de Paris (Sand, Meunier d'Angib.,1845p. 149):
2. Je me réjouissais même, il faut bien le dire, de ces jours où, les transports publics étant en grève, j'avais l'occasion d'embarquer dans ma voiture, aux points d'arrêt des autobus, quelques-uns de mes malheureux concitoyens, empêchés de rentrer chez eux. Camus, La Chute,1956, p. 1484.
En partic. [Le suj. désigne une force de police] Interpeller et contraindre à monter dans un véhicule de police. Louise (...) prise dans une râfle ordinaire, elle avait été identifiée, une rare déveine, et évidemment aussitôt embarquée (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 244).Mais y [les flics] vont m'emballer! se récria Mario. (...) Oui, y vont t'embarquer (Le Breton, Rififi,1953, p. 122).
Emmener avec soi (avec rapidité, de façon imprévue). Si elle [Violette] piquait un vrai cave, elle l'embarquait au « Pélican » à deux pas... en face du Louvre (Céline, Mort à crédit,1936, p. 524).
c) Au fig., souvent péj.
Embarquer dans.Entraîner dans, engager à (quelque chose de désagréable, d'aléatoire, ou de risqué dont on ne peut se dégager facilement). Embarquer dans une affaire, une aventure :
3. − « Le plus rigolo », reprit Bouvier, avec un rire étouffé, « c'est qu'ils croient nous embarquer dans une guerre nationaliste! Ils ne se doutent pas que, avant un mois, ce sera la guerre civile! » Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 618.
Emploi pronom. réfl. Il serait peut-être imprudent de m'embarquer dans ce sujet [la pédérastie] (Du Bos, Journal,1927, p. 360).
Être embarqué (souvent dans un cont. négatif).Être entraîné dans une situation (souvent fâcheuse). Je fis couler mon bain, je plongeai dans l'eau tiède tout en me disant que nous étions bien mal embarqués (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 315).
2. [P. méton. du suj.]
a) [Le suj. désigne un bateau] Prendre à son bord. Le brick vint au port embarquer ses matelots (Balzac, Langeais,1834, p. 349).
b) P. ext. [Le suj. désigne un moyen de transp. quelconque] Sur la route, notre diligence embarque un paysan du comté (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 76).
B.− [L'objet désigne un inanimé concr.]
1. [Le suj. désigne une pers. ou p. méton. un bateau]
a) Charger à bord (d'un bateau, d'un navire). Embarquer du charbon. Le bateau, en passant par Bordeaux, y a embarqué des vins pour l'Angleterre (Ac.1932).
Emploi pronom. à sens passif. Tout ce que vous envoyez au marché s'embarque à votre quai, avec une extrême facilité (Crèvecœur, Voyage,t. 3, 1801, p. 254).
b) P. ext.
Charger à bord d'un autre moyen de transport. La comparaison des tonnages embarqués par le rail et par le fer s'établit ainsi par les diverses catégories de marchandises (Nav. intér. Fr.,1952, p. 21):
4. Des employés pressés et costauds embarquaient, arrimaient à grand fracas de métal dans les voitures de tête de rame, les coffres lourds... Arnoux, Double chance,1958, p. 141.
Pop. Emporter avec soi (avec précipitation, par mégarde ou avec l'intention de voler). Un homme de son âge et de sa situation ne devait pas embarquer les bouteilles de champagne ou les briquets (Trignol, Pantruche,1946, p. 40).
c) Au fig. [L'obj. désigne un inanimé abstr.] Mener, diriger. J'embarquai fort mal toute cette affaire, je le confesse (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 785).La conversation était mal embarquée; des mots qu'on se dit à soi-même à ceux qu'on prononce tout haut, le passage n'est pas facile (Beauvoir, Mandarins,1954p. 240).
2. Domaine de la nav.[Le suj. désigne un bateau ou, p. méton. du suj., des pers.] Embarquer (de) l'eau. Laisser entrer l'eau. Nos mâts de hune étaient rompus, nos chaloupes emportées, le gaillard d'arrière rasé, et nous embarquions l'eau à chaque tangage (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 359).
Emploi abs. La mer est forte, nous embarquons (Ac.1932).À de certains coups de lame, l'avant de la corvette embarquait (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 22).
II.− Emploi intrans.
A.− [Le suj. désigne une pers.] Monter à bord d'un bateau pour un déplacement. Dans la soirée, nous embarquions à bord du croiseur « Lorraine II » (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 449).Le total des passagers embarquant dans des ports français ou y débarquant est, malgré l'avion, en constante augmentation (M. Benoist, Pettier, Transp. mar.,1961, p. 63).
En partic. Monter à bord d'un bateau comme membre de l'équipage. Les jeunes officiers qui embarquaient sous ses ordres pour la première fois n'étaient pas très rassurés (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 14).
B.− [Le suj. désigne l'eau, les vagues] Pénétrer dans un bateau. L'eau embarque (Ac.1932).La mer était comparativement calme, de sorte qu'elle n'embarquait plus sur le brick que par le travers (Baudel., Avent. Pym.,1858, p. 115).Le revers des vagues embarquait par masses d'eau considérables (Verne, Enf. cap. Grant,t. 3, 1868, p. 39).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Embarqué, ée, en emploi adj. Qui est transporté à bord d'un bateau. L'aviation embarquée se développa sensiblement non seulement en quantité, mais aussi en qualité dans les pays où l'aviation basée à terre était intégrée organiquement dans la marine (Le Masson, Mar., 1951, p. 25). Les droits de « conduite », par exemple, sont fixés d'après la qualité du navire, le genre de navigation, la quantité des marchandises embarquées et débarquées (M. Benoist, Pettier, op. cit., p. 165). b) Embarqueur, subst. masc., rare. ,,Ouvrier de gare, de parc à bestiaux chargé d'assurer l'embarquement, le débarquement de ceux-ci`` (Mét. 1955). Faut aussi que vos transports et que vos assurances marchent comme al'doivent, que vos embarqueurs embarquent comme y savent que vous le faites vous-même (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 274).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃baʀke], (j')embarque [ɑ ̃baʀk]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1419 s'enbarchier « monter à bord d'un bateau » (N. de Caumont, Voyaige d'oultremer à Jhérusalem, éd. de la Grange, p. 76); 1511 ambarquer (Lettres de Louis XII, éd. de 1712, t. 2, p. 285 ds Delboulle, Notes manuscr. Bibl. Sorbonne : Il avait laissé ses gens d'armes prets pour ambarquer). Dér. de barque*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 1 420. Fréq. rel. littér. : xixes. a) : 2 644, b) 2 166; xxes. : a) 1 200, b) 1 896. Bbg. Chautard (É.) La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 513. − Dulong (G.). L'Infl. du vocab. mar. sur le franco-can. In : [Mél. Straka (G.)]. Lyon-Strasbourg, 1970, t. 1, p. 336. − Juneau (M.). R. Ling. rom. 1973, t. 37, p. 481.

Embarquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

embarquer \ɑ̃.baʁ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’embarquer)

  1. Mettre dans une barque, dans un navire, dans un vaisseau, en parlant des hommes, des armes, des vivres, des marchandises, etc.
    • Jean Donnard et Pierre Kerhuon embarquaient les filets dans la chaloupe, amarrée au quai, près de la cale qu’ensanglantaient des débris de poissons fraîchement éventrés. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • […], nous embarquâmes des explosifs, des munitions, des vêtements chauds et une année de vivres. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Ce dernier était un navire américain dans lequel avait embarqué un pasteur résidant à Canton, avec des naufragés japonais : il fit voile vers le Japon, afin d'essayer d'établir des contacts avec les autorités shogunales. — (Paul Akamatsu, Meiji-1868 : révolution et contre-révolution au Japon, Éditions Calmann-Lévy, 1968, chap. 5)
    • Les momai fournissent un effort énorme pour charrier ces lourdes charges jusqu’au dégrad du village, où on les embarque sur des canots. — (Jean Hurault, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale, p.97, ORSTOM, 1985)
  2. (Canada) (Québec) Faire monter dans un véhicule ou sur quelque chose.
    • Il avait enfin trouvé un semblant de sommeil lorsqu'il fut réveillé et embarqué de force par un groupe d'hommes qui le cagoulèrent et lui lièrent les mains. Lorsqu'il lui retirèrent sa cagoule, après un voyage dans un véhicule, il reconnut le conseiller, […]. — (Christophe Tabard, La Polka des mandibules: Recueil de nouvelles, Iggybook, 2015, chap. 5)
    • Les enfants embarquent encore sur la table.
  3. (Intransitif) Laisser entrer de l’eau, en parlant d’un bateau, ou de l’eau qui entre dans le bateau.
    • La mer est forte, nous embarquons. – L’eau embarque.
  4. (Pronominal) Entrer dans un vaisseau ou dans quelque autre bâtiment pour faire route.
    • C’était lui, c’était Kernok qui frappait à la porte. Voilà un digne et brave compagnon, jugez-en. Il naquit à Plougasnou ; à quinze ans il se sauva de chez son père, s’embarqua sur un négrier, et là commença son éducation maritime. — (Eugène Sue, Plik et Plok, chap. 2 : Kernok le pirate, 1831, Paris : chez Paulin, 1845, p. 175)
    • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 210 de l’éd. de 1921)
  5. (Pronominal) (Figuré) S’engager à quelque chose, ou dans une affaire.
    • Je ne le puis, […]; et, pour être franc avec vous, mon frère, je ne m’embarquerais pas volontiers dans cette affaire, alors même que j’aurais l’espoir de réussir. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • En fait, dès 1865, il est évident que le penseur en chef du futur mouvement communiste international est embarqué dans une psychose économétrique de type thorézien. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 205)
    • Cependant, après les dévastations mongoles, l’islam s’embarqua dans une nouvelle phase d’expansion qui dura quatre cents ans (1300 – 1700), ère de conquête et d’empire, de la Hongrie à l’Indonésie. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Embarquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMBARQUER. v. tr.
Mettre dans une barque, dans un navire, dans un vaisseau. Il se dit en parlant des Hommes, des armes, des vivres, des marchandises, etc. Embarquer l'armée. Embarquer du charbon. Le bateau, en passant par Bordeaux, y a embarqué des vins pour l'Angleterre. Il est aussi intransitif et signifie, en parlant d'un Bateau, Laisser entrer de l'eau. Dans ce sens, il se dit aussi de l'Eau qui entre dans le bateau. La mer est forte, nous embarquons. L'eau embarque.

S'EMBARQUER signifie Entrer dans un vaisseau ou dans quelque autre bâtiment pour faire route. Nous nous embarquâmes à Toulon. Fig., S'embarquer sans biscuit, Entreprendre un voyage sans être pourvu de ce qui est nécessaire; et, plus figurément, S'engager dans une entreprise sans avoir les moyens nécessaires pour la faire réussir.

EMBARQUER signifie en outre, figurément, Engager à quelque chose, ou dans quelque affaire; et alors il se dit ordinairement en mauvaise part. On l'a embarqué dans une méchante affaire. S'embarquer dans une fausse démarche.

Embarquer : définition du Littré (1872-1877)

EMBARQUER (an-bar-ké) v. a.
  • 1Mettre, charger dans une barque ou dans un navire. Embarquer des marchandises, des troupes, des vivres.

    Embarquer en grenier, mettre les marchandises sans emballage dans le navire.

    Embarquer un coup de mer, un paquet de mer, et, absolument, embarquer, recevoir par-dessus le bord une forte lame. La chaloupe embarquait.

  • 2 Fig. Mettre quelqu'un dans une affaire, par une métaphore prise de l'homme qui, une fois en mer, ne peut plus quitter le navire. Il ne regardera pas tant… aux intérêts d'autrui dans lesquels on les embarque, qu'à leurs vrais et naturels intérêts, Guez de Balzac, Avis écrit. Je me trouve dans un engagement qui m'embarrasse ; je suis embarquée dans la vie sans mon consentement ; il faut que j'en sorte, cela m'assomme, et comment en sortirai-je ? Sévigné, 126. Harlay suggéra l'expédient d'embarquer le parlement [à légitimer les bâtards de Louis XIV] par l'affaire du chevalier de Longueville qui réussit si bien, Saint-Simon, 20, 236.
  • 3 V. n. Se rendre à bord d'un vaisseau. J'embarque tel jour
  • 4S'embarquer, v. réfl. Monter sur un navire pour faire un voyage. Il s'embarqua sur un paquebot. J'espère partir de Rome dans trois semaines, et, si je trouve un vaisseau, je m'embarquerai pour Marseille, Voiture, Lett. 96.

    Avec ellipse du pronom personnel. Hâtez-vous de faire embarquer ce jeune étranger, Fénelon, Tél. III.

    S'embarquer sans biscuit, se mettre en route sans provisions, et aussi faire quelque entreprise sans prendre les précautions nécessaires, commencer une affaire sans argent.

    Par extension, se mettre dans un véhicule quelconque pour aller d'un lieu à un autre. S'embarquer dans une diligence, dans un wagon.

  • 5 Fig. S'engager, commencer, entreprendre. S'embarquer dans une méchante affaire. Puisque je me suis embarqué, il faut que j'achève, Scarron, Dial. dans LE ROUX, Dict. comique. Laissez-moi la liberté de vous écrire, sans vous embarquer dans des réponses, Sévigné, 8. Pourquoi s'embarque-t-il dans de si extrêmes protestations ? Sévigné, 93. Puis, de là, s'embarquant dans la nouvelle guerre [se mettant à en parler], Boileau, Sat. III. Pourquoi, d'un faux espoir me flattant à mon âge, De nouveau m'embarquer dans de folles amours ? Chaulieu, Ép. de l'abbé C. Vous me conseilleriez de m'embarquer dans un commerce de cette nature, Hamilton, Gramm. 10. Les grands géomètres ne parvinrent à l'entendre [un livre de Newton] qu'en l'étudiant avec soin ; les médiocres ne s'y embarquèrent qu'excités par le témoignage des grands, Fontenelle, Newton. Je me garderai bien de m'embarquer dans les réflexions philosophiques, Rousseau, Orig. notes.

    S'embarquer à… Se mettre à, entreprendre de. Comme en de certains temps il fait bon s'expliquer, En d'autres il vaut mieux ne s'y point embarquer, Corneille, Othon, II, 3. Il s'embarquait à payer cent mille francs, Sévigné, 83. Je ne veux point m'embarquer à vous dire, Sévigné, 110. Voilà une belle chose que de m'être embarquée à vous conter ce que vous savez déjà, Sévigné, 211.

HISTORIQUE

XVIe s. Il embarqua dedans les esquifz de ses galeres les meilleurs combattans, Amyot, Arist. 23. … Ains s'embarqua il, et se mit à la voile la droitte routte de l'Affrique, Amyot, Cat. 8.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EMBARQUER.
1Ajoutez :

Embarquer se dit non-seulement du navire dans lequel les vagues entrent, mais aussi de la vague qui entre dans le navire. L'eau embarquait dans les plus grands navires et venait presque sur la promenade, Extr. du Phare de la Loire, dans Journ. offic. du 13 janv. 1877, p. 318, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « embarquer »

Étymologie de embarquer - Littré

En 1, et barque ; provenç. et espagn. embarcar ; ital. imbarcare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de embarquer - Wiktionnaire

 Composé de barque, par dérivation parasynthétique, avec le préfixe en- et la terminaison en -er des verbes du premier groupe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « embarquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
embarquer ɑ̃barke play_arrow

Conjugaison du verbe « embarquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe embarquer

Évolution historique de l’usage du mot « embarquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « embarquer »

  • NEW DELHI – Quelques jours avant la réouverture des aéroports à travers le pays, le gouvernement indien pousse les voyageurs à installer son application controversée de recherche des contacts, qui nécessite un accès constant au Bluetooth et aux données de localisation d’un téléphone, pour embarquer sur les vols. C’est une décision qui pourrait donner un aperçu de la façon dont les voyages aériens dans le monde pourraient changer après la première vague de la pandémie de coronavirus. News 24, Une application de suivi des contacts peut être nécessaire pour embarquer sur des vols dans les aéroports indiens - News 24
  • Au milieu d’une bande de copains qui passent commande à la buvette avant d’embarquer, Rachel Kremers, une juriste de 27 ans, ne pensait pas « aller à un festival cet été » en raison de la pandémie. « C’est mieux que le live stream qu’on voit dans son divan », s’enthousiasme la jeune femme, invitée par un ami, et qui n’a « même pas regardé » l’affiche avant de venir. LA VDN, Ils embarquent pour un festival electro au temps du coronavirus
  • La compagnie aérienne Tunisair a annoncé ce jeudi 2 juillet que les enfants de moins de 12 ans sont autorisés à embarquer à bord de vols « Tunisair » à destination de Tunisie, sans présenter des tests PCR. Webdo, Tunisair : Les enfants -12 ans autorisés à embarquer sans test PCR
  • Cercle polar : les livres à embarquer dans ses valises pour pimenter l’été Télérama, Cercle polar : les livres à embarquer dans ses valises pour pimenter l’été
  • Il y a de grands profits à faire dans les voyages de mer ; mais pour éviter le danger, le plus sûr est de ne pas s'embarquer et de demeurer sur le rivage. De Proverbe oriental
  • Armés de la connaissance de notre passé, nous pouvons avec confiance embarquer, cap vers notre futur. De Malcolm X / Par tous les moyens nécessaires, 1970
  • Agir dans la colère, c’est s’embarquer dans la tempête. De Proverbe allemand
  • Les derniers à embarquer sur un navire sont les premiers à prendre pied sur la rive. De Proverbe chinois
  • Il ne faut pas s’embarquer sans biscuit. De Proverbe québécois

Traductions du mot « embarquer »

Langue Traduction
Corse imbarcà
Basque ekitea
Japonais 乗り出す
Russe отправьтесь
Portugais embarcar
Arabe الشروع
Chinois 出发
Allemand einschiffen
Italien imbarco
Espagnol embarcar
Anglais embark
Source : Google Translate API

Synonymes de « embarquer »

Source : synonymes de embarquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « embarquer »


Mots similaires