Éclater : définition de éclater


Éclater : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLATER, verbe intrans.

I.− Domaine des sensations
A.− Domaine de l'ouïe
1. Se briser avec violence, soudaineté, sous l'influence d'une pression, d'un choc ou d'un changement de température, en projetant des fragments. Ballon, mine, vitre qui éclate. Des gamins (...) faisant éclater des pétards dans la rue (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Jour de fête, 1886, p. 1056).Un beau matin le récipient dans lequel je fabriquais de l'hydrogène m'éclata au nez (Gide, Si le grain,1924, p. 440):
1. Quatorze bocaux furent emplis de tomates et de petits pois; ils en lutèrent les bouchons avec de la chaux vive et du fromage, (...) puis les plongèrent dans l'eau bouillante. Elle s'évaporait; ils en versèrent de la froide; la différence de température fit éclater les bocaux. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 1, 1880, p. 54.
Impersonnellement. Il éclate des obus, à toute minute, sur la voie du chemin de fer (Goncourt, Journal,1871, p. 729).
P. métaph. Le mécanisme constitutionnel ne peut convenir qu'aux zones tempérées; au-delà de trente degrés de chaleur, les chartes fondent ou éclatent (Gautier, Tra los montes,1843, p. 237).Les fleurs deviennent nuages, les étoiles tombent sur le sol et éclatent en corolles magnifiques (Béguin, Âme romant.,1939, p. 170).
En partic., emploi trans. [Le compl. d'obj. dir. désigne un arbre] Briser en éclats. Tandis qu'il éclatait un tronc d'arbre, frappait à grands coups de masse sur son ébuard... (Arnoux, Chiffre,1926, p. 61).
Rem. On rencontre un emploi pronom. à valeur intrans. Le bois de l'alizier (...) a (...) l'avantage d'être très liant, de ne point s'éclater (Baudrillart, Nouv. manuel forest., t. 1, 1808, p. 264).
P. métaph. et p. exagér. [Le suj. désigne une pers. ou une partie d'une pers.] Le sang de mes veines bat si fort qu'il va les rompre, ma tête éclate en morceaux, mon âme déborde par-dessus moi (Flaub., Tentation,1849, p. 409).
2. P. ext.
a) Domaine physique.Produire un bruit subit et violent analogue à un éclatement. L'orage, le tonnerre, une fusillade éclate. Sur quoi est-ce qu'il [Joseph] a tiré? Il devient fou. Le second coup de feu éclate (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 253).
P. métaph. La cérémonie allait finir, l'encens fumait, les orgues éclataient d'allégresse (Zola, Page amour,1878, p. 922).
Au fig. Les choses en sont venues à ce point qu'il faut que l'orage éclate. Sur qui tombera le tonnerre (Dumas père, Intrigue et amour,1847, I, 10, p. 190).
b) Domaine physique et moral.Se manifester bruyamment et subitement.
α) [Le suj. désigne un sentiment] La joie (...) éclatait de toutes parts (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 11).Sa colère éclata contre la jeune fille (Zola, Joie de vivre,1884, p. 878).
Éclater en + subst.Sa douleur éclata tout à coup en sanglots (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 55).Leur indignation éclatait en menaces et en débordements (Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 7).
β) [Le suj. désigne une pers.]
Éclater en + subst.Éclater en sanglots, en insultes. J'éclatai en cris, je jetai mon bonnet, je me donnai des coups de poing sur la tête (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 186).Le public (...) reste un instant ébahi avant d'éclater en applaudissements (Proust, Le Temps retr.,1922, p. 921).J'éclatai en imprécations contre les vieilles dames de cette sorte (Sagan, Bonjour tristesse,1954, p. 49).
Éclater de + subst.Éclater de rire. Éclater de joie (cf. Borel, Champavert, 1833, p. 182). Éclater de colère (cf. Rolland, J. Chr., Révolte, 1907, p. 514).
Littér. :
2. N'éclatez pas de silence; laissez jaillir votre humeur négative; ce sera moins intolérable que de vous voir ainsi sous pression suffoquant d'arguties. Arnoux, Suite variée,1925, p. 223.
Absol. Cette fois, la Rousse faillit tomber à la renverse, tant elle éclata. Elle se laissa aller contre le mur (...) riant à se crever (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1420).Alors le vieux éclata tout d'un coup : − Me prends-tu pour un imbécile et crois-tu que je ne sache pas ce que parler veut dire? (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 262).
Vieilli, emploi pronom. à valeur intrans. Ils s'éclatèrent de rire [les garçons] comme un cent de pets (Queneau, Pierrot,1942, p. 26).Le cœur m'éclate de joie (Camus, Esprits,1953, III, 5, p. 511).
γ) Rare [Le suj. désigne un coq] Un coq éclate (...) en fanfares (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 21).
3. P. anal.
a) S'ouvrir, se fendre brutalement, avec ou sans bruit. Christophe (...) sauta, et tomba. (...) et, pour comble de malheur, son vêtement éclata aux genoux, et ailleurs (Rolland, J.-Chr.,Aube, 1904, p. 36).Il lui décrivait la dinde dont la peau de bronze et d'or éclatait comme un corsage trop étroit, les patates prises dans le sucre (Green, Journal,1928-34, p. 287).Nous sommes passés sur une partie de la route qui avait été récemment refaite. Le soleil avait fait éclater le goudron (Camus, Étranger,1942, p. 1134).
b) Se diviser
α) [Le suj. désigne une chose] Être l'objet d'une répartition en plusieurs branches, directions, éléments, etc. Une autoroute (va) aboutir et éclater sur la place Denfert-Rochereau (M.f 6.7.54 ds Gilb.1971).L'autoroute éclatera en deux branches (M. 26.10.66, ds Gilb.1971).Bien des villes ont vu leurs équipements universitaires éclater aux quatre points cardinaux (M. 28.2.67, ds Gilb.1971).La ville de T., éclate vers la campagne (E. 27.6.70, ds Gilb.1971).
β) [Le suj. désigne un groupe humain (pol., soc., etc.)] Se séparer par suite d'une mésentente. Une tentative pour faire éclater de l'intérieur le Marché commun, en dressant les libéraux contre les protectionnistes (Fabre-Luce, 58 ds Gilb.1971).Politiquement, Nanterre est une mosaïque. La gauche est éclatée. Les anarchistes ne sont qu'une poignée (O. 21.2.68, ds Gilb.1971).
γ) Spéc., PHILOS. SARTRIENNE. Sortir de soi, effectuer un mouvement vers l'objet (avec emploi pronom. à valeur intrans.) :
3. Être, c'est éclater dans le monde, c'est partir d'un néant de monde et de conscience pour soudain s'éclater − conscience − dans − le − monde. Sartre, Situations I,1947, p. 33.
B.− Domaine de la vue.Frapper le regard.
1. [Par le caractère lumineux d'une chose] Briller, scintiller. Sa prunelle éclatait comme une chandelle (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 345).La rivière éclatait de lumière (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Partie camp., 1881, p. 372).
2. [Par le caractère coloré d'une chose ou d'un ton] Ressortir, trancher par l'intensité et la vivacité du ton. Dans cette verdure (...) éclate le vermillon d'une tige rouge (Goncourt, Journal,1858, p. 520).Un plat ovale (...) au milieu duquel éclate une tulipe violette (Goncourt, Journal,1894, p. 688).
Éclater de + subst.Des bigarreaux, qui éclataient d'ambre et de pourpre (Pesquidoux, Livreraison,1928, p. 72).
Éclater en + subst.Des villas dispersées éclataient en blancheur (A. Daudet, Nabab,1877, p. 217).
En partic. [Le sujet désigne une femme ou un de ses attributs] La tunique bleue, le manteau noir, faisoient éclater la blancheur de son teint (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 209).Un bras dont la blancheur éclate (Toulet, Comme une fantaisie,1918, p. 238).
3. [Par le caractère luxueux, somptueux d'une chose] Étinceler. Partout les pierreries, le satin, la parure éclataient avec somptuosité (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 13).
Éclater de + subst.Les trois rangées de tables, (...) éclataient d'argenterie, de verres en cristal, teintés d'émeraude (Mille, Barnavaux,1908, p. 256).
II.− Au fig. [Avec l'idée de frapper la sensibilité ou l'esprit]
A.− [Le suj. désigne un incident, un événement] Survenir brutalement. Une guerre éclate; un incident éclate. La coalition qui éclata en 1805 (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 627).La faillite éclate pendant la fabrication [du cosmétique] (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 159).
B.− [Le suj. désigne un être humain] Se distinguer brillamment par ses capacités intellectuelles ou ses aptitudes physiques. Éclater de + subst.Vous a-t-on raconté que cet homme sans lois, Tout chargé d'attentats, tout éclatant d'exploits (Hugo, Les Burgraves,1843, p. 58).Ce Louis XIV [de Lavisse] éclate d'intelligence (Thibaudet, Hist. de la littér. fr. de 1789 à nos jours,1936, p. 312).
Absol. [Le suj. désigne une pers.] Accéder soudainement à la célébrité. On dit d'un skieur qu'il éclate lorsque, d'honnête membre de son équipe, il passe brutalement au stade de champion irrésistible (A. 12.2.70 ds Gilb.1971).Le pilote (de course automobile) suédois éclate sur la scène internationale (A. 29.1.70, ds Gilb.1971).
1. Frapper l'esprit par son caractère glorieux, grandiose. Nous aimons tous que nos actions éclatent, ne demeurent pas sous le boisseau (Arnoux, Rêv. policier amat.1945, p. 35).
2. Apparaître de façon manifeste ou évidente. Ce n'est qu'un tissu de faux où éclate la preuve de tous les crimes de l'état-major (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 348):
4. ... elle [l'église] déclara sur-le-champ la guerre à ces réformateurs nouveaux, dont les méthodes la menaçaient bien plus que leurs doctrines. C'est là le grand fait qui éclate à la fin du onzième et au commencement du douzième siècle, ... Guizot, Hist. gén. de la civilisation en Europe,1828, leçon 6, p. 36.
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adjectivé éclaté, ée. Qui est brisé avec violence, soudaineté, en projetant des fragments. Leur perron éclaté sous la poussée des figuiers (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 95). Spéc. a) Blas. ,,Se dit lorsque la division de l'écu, au lieu d'être en ligne droite, offre un contour irrégulier, une ligne brisée, comme si une partie de l'écu avait été brisée avec force, avait volé en éclats`` (cf. Adeline, Lex. termes art, 1884). Attesté ds Rob. b) Bât. Pierre éclatée. ,,Aspect d'un parement obtenu en frappant la pierre au marteau à arêtes vives, le long des arêtes de la face, avec une force telle que chaque coup provoque un éclat important sur cette face. La taille ainsi obtenue ne doit pas être retouchée`` (Noël 1968). Attesté ds Lar. Lang. fr.
Prononc. et Orth. : [eklate], (j')éclate [eklat]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Av. 1150 esclater « se séparer de » (Lapidaire ds Studer-Evans, p. 30, 58), emploi isolé; b) 1176-81 « se rompre, s'émietter (d'une lance) » (Chr. de Troyes, Lancelot, éd. M. Roques, 3590) − 1306, G. Guiart, Royaux Lignages, éd. J.-A. Buchon, I, 2291; c) 1552 s'éclatter « se rompre avec violence » (Rabelais, Quart Livre, LVI, éd. R. Marichal, p. 229) − 1783, Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. 1, p. 262; 1564 esclater « se rompre avec violence et avec bruit, en projetant des fragments » (Rabelais, Cinquième Livre ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 3, p. 64); d) 1552 s'éclater de rire (Id., Quart Livre, Prol., éd. R. Marichal, p. 25) − 1798, Ac.; 1640 esclater de rire (Oudin Curiositez); 2. ca 1330 esclatants « qui s'emporte » (G. de Digulleville, Pèlerinage vie hum., 615 ds T.-L.), attest. isolée; de nouv. 1643 éclater « s'emporter bruyamment » (Corneille, Pompée, IV, 1); 3. a) ca 1480 esclatant au fig. « brillant, remarquable » (G. Coquillart, Droitz nouveaulx, 18 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 128); b) 1643 éclater « apparaître de façon manifeste; se manifester avec évidence » (Corneille, Pompée, III, 2); 4. 1538 esclatant « qui fait un grand bruit » (Est. ds FEW t. 17, p. 142 b); 1671 « faire entendre un bruit violent et soudain » (Pomey); 5. 1564 « briller d'un vif éclat » (Thierry); 1578 esclatant « qui brille avec éclat » (R. Garnier, Marc-Antoine, I, 70 ds Œuvres, éd. W. Foerster, t. 1, p. 155); 6. 1640 éclater « se manifester tout à coup en un début brutal » (Corneille, Horace, IV, 4). De l'a. b. frq. *slaitan « fendre, briser », cf. l'a h. all. sleizan « déchirer » (Graff t. 6, col. 817), all. schleißen, aujourd'hui seulement dans les dér. verschleißen « user (des vêtements) », zerschlissen « usé (de vêtements) ». Fréq. abs. littér. : 5 311. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 983, b) 7 851; xxes. : a) 9 965, b) 8 134. Bbg. Alessio (G.). Saggio di etimologie francesi. R. Ling. rom. 1950, t. 17, pp. 173-174. − Gottsch. Redens. 1930, p. 316. − Meier (H.). Lateinisch-Romanisches. Rom. Jahrb. 1959, t. 10, p. 271.

Éclater : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLATER, verbe intrans.

I.− Domaine des sensations
A.− Domaine de l'ouïe
1. Se briser avec violence, soudaineté, sous l'influence d'une pression, d'un choc ou d'un changement de température, en projetant des fragments. Ballon, mine, vitre qui éclate. Des gamins (...) faisant éclater des pétards dans la rue (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Jour de fête, 1886, p. 1056).Un beau matin le récipient dans lequel je fabriquais de l'hydrogène m'éclata au nez (Gide, Si le grain,1924, p. 440):
1. Quatorze bocaux furent emplis de tomates et de petits pois; ils en lutèrent les bouchons avec de la chaux vive et du fromage, (...) puis les plongèrent dans l'eau bouillante. Elle s'évaporait; ils en versèrent de la froide; la différence de température fit éclater les bocaux. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 1, 1880, p. 54.
Impersonnellement. Il éclate des obus, à toute minute, sur la voie du chemin de fer (Goncourt, Journal,1871, p. 729).
P. métaph. Le mécanisme constitutionnel ne peut convenir qu'aux zones tempérées; au-delà de trente degrés de chaleur, les chartes fondent ou éclatent (Gautier, Tra los montes,1843, p. 237).Les fleurs deviennent nuages, les étoiles tombent sur le sol et éclatent en corolles magnifiques (Béguin, Âme romant.,1939, p. 170).
En partic., emploi trans. [Le compl. d'obj. dir. désigne un arbre] Briser en éclats. Tandis qu'il éclatait un tronc d'arbre, frappait à grands coups de masse sur son ébuard... (Arnoux, Chiffre,1926, p. 61).
Rem. On rencontre un emploi pronom. à valeur intrans. Le bois de l'alizier (...) a (...) l'avantage d'être très liant, de ne point s'éclater (Baudrillart, Nouv. manuel forest., t. 1, 1808, p. 264).
P. métaph. et p. exagér. [Le suj. désigne une pers. ou une partie d'une pers.] Le sang de mes veines bat si fort qu'il va les rompre, ma tête éclate en morceaux, mon âme déborde par-dessus moi (Flaub., Tentation,1849, p. 409).
2. P. ext.
a) Domaine physique.Produire un bruit subit et violent analogue à un éclatement. L'orage, le tonnerre, une fusillade éclate. Sur quoi est-ce qu'il [Joseph] a tiré? Il devient fou. Le second coup de feu éclate (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 253).
P. métaph. La cérémonie allait finir, l'encens fumait, les orgues éclataient d'allégresse (Zola, Page amour,1878, p. 922).
Au fig. Les choses en sont venues à ce point qu'il faut que l'orage éclate. Sur qui tombera le tonnerre (Dumas père, Intrigue et amour,1847, I, 10, p. 190).
b) Domaine physique et moral.Se manifester bruyamment et subitement.
α) [Le suj. désigne un sentiment] La joie (...) éclatait de toutes parts (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 11).Sa colère éclata contre la jeune fille (Zola, Joie de vivre,1884, p. 878).
Éclater en + subst.Sa douleur éclata tout à coup en sanglots (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 55).Leur indignation éclatait en menaces et en débordements (Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 7).
β) [Le suj. désigne une pers.]
Éclater en + subst.Éclater en sanglots, en insultes. J'éclatai en cris, je jetai mon bonnet, je me donnai des coups de poing sur la tête (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 186).Le public (...) reste un instant ébahi avant d'éclater en applaudissements (Proust, Le Temps retr.,1922, p. 921).J'éclatai en imprécations contre les vieilles dames de cette sorte (Sagan, Bonjour tristesse,1954, p. 49).
Éclater de + subst.Éclater de rire. Éclater de joie (cf. Borel, Champavert, 1833, p. 182). Éclater de colère (cf. Rolland, J. Chr., Révolte, 1907, p. 514).
Littér. :
2. N'éclatez pas de silence; laissez jaillir votre humeur négative; ce sera moins intolérable que de vous voir ainsi sous pression suffoquant d'arguties. Arnoux, Suite variée,1925, p. 223.
Absol. Cette fois, la Rousse faillit tomber à la renverse, tant elle éclata. Elle se laissa aller contre le mur (...) riant à se crever (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1420).Alors le vieux éclata tout d'un coup : − Me prends-tu pour un imbécile et crois-tu que je ne sache pas ce que parler veut dire? (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 262).
Vieilli, emploi pronom. à valeur intrans. Ils s'éclatèrent de rire [les garçons] comme un cent de pets (Queneau, Pierrot,1942, p. 26).Le cœur m'éclate de joie (Camus, Esprits,1953, III, 5, p. 511).
γ) Rare [Le suj. désigne un coq] Un coq éclate (...) en fanfares (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 21).
3. P. anal.
a) S'ouvrir, se fendre brutalement, avec ou sans bruit. Christophe (...) sauta, et tomba. (...) et, pour comble de malheur, son vêtement éclata aux genoux, et ailleurs (Rolland, J.-Chr.,Aube, 1904, p. 36).Il lui décrivait la dinde dont la peau de bronze et d'or éclatait comme un corsage trop étroit, les patates prises dans le sucre (Green, Journal,1928-34, p. 287).Nous sommes passés sur une partie de la route qui avait été récemment refaite. Le soleil avait fait éclater le goudron (Camus, Étranger,1942, p. 1134).
b) Se diviser
α) [Le suj. désigne une chose] Être l'objet d'une répartition en plusieurs branches, directions, éléments, etc. Une autoroute (va) aboutir et éclater sur la place Denfert-Rochereau (M.f 6.7.54 ds Gilb.1971).L'autoroute éclatera en deux branches (M. 26.10.66, ds Gilb.1971).Bien des villes ont vu leurs équipements universitaires éclater aux quatre points cardinaux (M. 28.2.67, ds Gilb.1971).La ville de T., éclate vers la campagne (E. 27.6.70, ds Gilb.1971).
β) [Le suj. désigne un groupe humain (pol., soc., etc.)] Se séparer par suite d'une mésentente. Une tentative pour faire éclater de l'intérieur le Marché commun, en dressant les libéraux contre les protectionnistes (Fabre-Luce, 58 ds Gilb.1971).Politiquement, Nanterre est une mosaïque. La gauche est éclatée. Les anarchistes ne sont qu'une poignée (O. 21.2.68, ds Gilb.1971).
γ) Spéc., PHILOS. SARTRIENNE. Sortir de soi, effectuer un mouvement vers l'objet (avec emploi pronom. à valeur intrans.) :
3. Être, c'est éclater dans le monde, c'est partir d'un néant de monde et de conscience pour soudain s'éclater − conscience − dans − le − monde. Sartre, Situations I,1947, p. 33.
B.− Domaine de la vue.Frapper le regard.
1. [Par le caractère lumineux d'une chose] Briller, scintiller. Sa prunelle éclatait comme une chandelle (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 345).La rivière éclatait de lumière (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Partie camp., 1881, p. 372).
2. [Par le caractère coloré d'une chose ou d'un ton] Ressortir, trancher par l'intensité et la vivacité du ton. Dans cette verdure (...) éclate le vermillon d'une tige rouge (Goncourt, Journal,1858, p. 520).Un plat ovale (...) au milieu duquel éclate une tulipe violette (Goncourt, Journal,1894, p. 688).
Éclater de + subst.Des bigarreaux, qui éclataient d'ambre et de pourpre (Pesquidoux, Livreraison,1928, p. 72).
Éclater en + subst.Des villas dispersées éclataient en blancheur (A. Daudet, Nabab,1877, p. 217).
En partic. [Le sujet désigne une femme ou un de ses attributs] La tunique bleue, le manteau noir, faisoient éclater la blancheur de son teint (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 209).Un bras dont la blancheur éclate (Toulet, Comme une fantaisie,1918, p. 238).
3. [Par le caractère luxueux, somptueux d'une chose] Étinceler. Partout les pierreries, le satin, la parure éclataient avec somptuosité (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 13).
Éclater de + subst.Les trois rangées de tables, (...) éclataient d'argenterie, de verres en cristal, teintés d'émeraude (Mille, Barnavaux,1908, p. 256).
II.− Au fig. [Avec l'idée de frapper la sensibilité ou l'esprit]
A.− [Le suj. désigne un incident, un événement] Survenir brutalement. Une guerre éclate; un incident éclate. La coalition qui éclata en 1805 (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 627).La faillite éclate pendant la fabrication [du cosmétique] (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 159).
B.− [Le suj. désigne un être humain] Se distinguer brillamment par ses capacités intellectuelles ou ses aptitudes physiques. Éclater de + subst.Vous a-t-on raconté que cet homme sans lois, Tout chargé d'attentats, tout éclatant d'exploits (Hugo, Les Burgraves,1843, p. 58).Ce Louis XIV [de Lavisse] éclate d'intelligence (Thibaudet, Hist. de la littér. fr. de 1789 à nos jours,1936, p. 312).
Absol. [Le suj. désigne une pers.] Accéder soudainement à la célébrité. On dit d'un skieur qu'il éclate lorsque, d'honnête membre de son équipe, il passe brutalement au stade de champion irrésistible (A. 12.2.70 ds Gilb.1971).Le pilote (de course automobile) suédois éclate sur la scène internationale (A. 29.1.70, ds Gilb.1971).
1. Frapper l'esprit par son caractère glorieux, grandiose. Nous aimons tous que nos actions éclatent, ne demeurent pas sous le boisseau (Arnoux, Rêv. policier amat.1945, p. 35).
2. Apparaître de façon manifeste ou évidente. Ce n'est qu'un tissu de faux où éclate la preuve de tous les crimes de l'état-major (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 348):
4. ... elle [l'église] déclara sur-le-champ la guerre à ces réformateurs nouveaux, dont les méthodes la menaçaient bien plus que leurs doctrines. C'est là le grand fait qui éclate à la fin du onzième et au commencement du douzième siècle, ... Guizot, Hist. gén. de la civilisation en Europe,1828, leçon 6, p. 36.
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adjectivé éclaté, ée. Qui est brisé avec violence, soudaineté, en projetant des fragments. Leur perron éclaté sous la poussée des figuiers (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 95). Spéc. a) Blas. ,,Se dit lorsque la division de l'écu, au lieu d'être en ligne droite, offre un contour irrégulier, une ligne brisée, comme si une partie de l'écu avait été brisée avec force, avait volé en éclats`` (cf. Adeline, Lex. termes art, 1884). Attesté ds Rob. b) Bât. Pierre éclatée. ,,Aspect d'un parement obtenu en frappant la pierre au marteau à arêtes vives, le long des arêtes de la face, avec une force telle que chaque coup provoque un éclat important sur cette face. La taille ainsi obtenue ne doit pas être retouchée`` (Noël 1968). Attesté ds Lar. Lang. fr.
Prononc. et Orth. : [eklate], (j')éclate [eklat]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Av. 1150 esclater « se séparer de » (Lapidaire ds Studer-Evans, p. 30, 58), emploi isolé; b) 1176-81 « se rompre, s'émietter (d'une lance) » (Chr. de Troyes, Lancelot, éd. M. Roques, 3590) − 1306, G. Guiart, Royaux Lignages, éd. J.-A. Buchon, I, 2291; c) 1552 s'éclatter « se rompre avec violence » (Rabelais, Quart Livre, LVI, éd. R. Marichal, p. 229) − 1783, Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. 1, p. 262; 1564 esclater « se rompre avec violence et avec bruit, en projetant des fragments » (Rabelais, Cinquième Livre ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 3, p. 64); d) 1552 s'éclater de rire (Id., Quart Livre, Prol., éd. R. Marichal, p. 25) − 1798, Ac.; 1640 esclater de rire (Oudin Curiositez); 2. ca 1330 esclatants « qui s'emporte » (G. de Digulleville, Pèlerinage vie hum., 615 ds T.-L.), attest. isolée; de nouv. 1643 éclater « s'emporter bruyamment » (Corneille, Pompée, IV, 1); 3. a) ca 1480 esclatant au fig. « brillant, remarquable » (G. Coquillart, Droitz nouveaulx, 18 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 128); b) 1643 éclater « apparaître de façon manifeste; se manifester avec évidence » (Corneille, Pompée, III, 2); 4. 1538 esclatant « qui fait un grand bruit » (Est. ds FEW t. 17, p. 142 b); 1671 « faire entendre un bruit violent et soudain » (Pomey); 5. 1564 « briller d'un vif éclat » (Thierry); 1578 esclatant « qui brille avec éclat » (R. Garnier, Marc-Antoine, I, 70 ds Œuvres, éd. W. Foerster, t. 1, p. 155); 6. 1640 éclater « se manifester tout à coup en un début brutal » (Corneille, Horace, IV, 4). De l'a. b. frq. *slaitan « fendre, briser », cf. l'a h. all. sleizan « déchirer » (Graff t. 6, col. 817), all. schleißen, aujourd'hui seulement dans les dér. verschleißen « user (des vêtements) », zerschlissen « usé (de vêtements) ». Fréq. abs. littér. : 5 311. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 983, b) 7 851; xxes. : a) 9 965, b) 8 134. Bbg. Alessio (G.). Saggio di etimologie francesi. R. Ling. rom. 1950, t. 17, pp. 173-174. − Gottsch. Redens. 1930, p. 316. − Meier (H.). Lateinisch-Romanisches. Rom. Jahrb. 1959, t. 10, p. 271.

Éclater : définition du Wiktionnaire

Verbe

éclater \e.kla.te\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’éclater)

  1. (Intransitif) Exploser; se rompre, se briser en projetant des fragments.
    • Ce bois a éclaté.
    • La bombe éclata en tombant.
    • Sous l’influence de la gelée, la pierre éclata.
  2. (Intransitif) Faire entendre tout à coup un bruit violent ou perçant; exploser.
    • Le tonnerre vient d’éclater.
    • Éclater de rire.
  3. (Intransitif) (Figuré) Se manifester tout à coup.
    • Il m’était impossible de rester cinq minutes avec elle, qu’une dispute —qui se terminait invariablement par des violences de sa part— n’éclatât aussitôt. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Camille-Eugène-Marie Dieudonné. Il a vingt six ans, quand éclate l’affaire Bonnot. De métier, il est ouvrier ébéniste ; d’idées : anarchiste. — (Albert Londres, L’Homme qui s’évada, Les Éditions de France, 1928, p. 9)
    • Gloussements, pouffements, puis les rires finissent par éclater. Forcés, produits artificiellement, ils n’en sont pas moins communicatifs. — (Petit Futé Rennes 2013, p. 244)
    • Je prétends que la vraie charité doit être couillue, pas pleurnicharde, ni dégoulinante de bonté. Quand les gens éclatent en sanglots c'est souvent parce qu'ils ne peuvent pas te dire que tu les fais chier. — (Jean Tirelli, Le journal d'une cloche, Édition de la Mouette, 2012, page 21)
    • L’incendie éclata pendant la nuit. — Il faut empêcher que la division n’éclate dans cette famille.
  4. (Intransitif) (Figuré) Montrer son ressentiment à découvert et avec force, après s’être contenu quelque temps, en parlant des personnes.
    • Ce fut alors qu’il éclata.
    • Prenez garde : un jour il éclatera.
  5. (Intransitif) (Par extension) S’emporter jusqu’à l’extrême.
    • Éclater en injures, en invectives, en reproches.
  6. (Intransitif) (En particulier) Blâmer avec force.
    • Éclater contre une injustice.
  7. (Intransitif) Avoir de l’éclat, briller, frapper les yeux.
    • L’or et les pierreries éclataient de toutes parts.
  8. (Intransitif) (Figuré) Briller par l’esprit, par la gloire.
    • L’intelligence éclate dans ses yeux.
    • Le génie éclate dans ses ouvrages.
    • Sa gloire éclate aux yeux du monde entier.
  9. (Pronominal) (Familier) S’amuser.
    • Je me suis éclatée à cette soirée !
    • Pour autant, Bertrand Pourcel voit, dans ce qui peut être considéré comme des obstacles, des challenges formateurs au bout du compte : « Même si on râle au premier abord contre Apple parce qu'ils ont encore changé tel ou tel aspect dans macOS, on s'éclate vraiment à trouver les bonnes solutions pour s'y adapter ». — (Florian Innocente, Témoignages : les pros ne se précipitent pas sur les mises à jour de macOS, MacGeneration, 26 septembre 2018 → lire en ligne)
  10. (Pronominal) (Familier) Se passionner.
    • Ce débat sur webdesign/intégrateur m’éclate totalement.
  11. (Transitif) (Pronominal) (Familier) Se cogner, se faire mal, voire écraser, disloquer.
    • Aïe, je me suis encore éclaté le petit orteil sur le pied de la table basse !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éclater : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCLATER. v. intr.
Se rompre, se briser en projetant des fragments. Ce bois a éclaté. La bombe éclata en tombant. La chaudière de ce bateau à vapeur a éclaté. La mine éclata. Sous l'influence de la gelée, la pierre éclata. Il signifie encore Faire entendre tout à coup un bruit violent ou perçant. Le tonnerre vient d'éclater. Éclater de rire. Il se dit figurément de Ce qui se manifeste tout à coup. L'incendie éclata pendant la nuit. Leur haine, longtemps dissimulée, vient enfin d'éclater. Il faut empêcher que la division n'éclate dans cette famille. Sa colère a éclaté. Faire éclater son ressentiment. La dispute s'échauffe, l'orage est près d'éclater. Il se dit aussi figurément des Personnes et signifie Montrer son ressentiment à découvert et avec force, après s'être contenu quelque temps. Ce fut alors qu'il éclata. Prenez garde : un jour il éclatera. Éclater en injures, en invectives, en reproches, S'emporter jusqu'à des injures, des invectives, des reproches. Éclater contre une injustice, La blâmer avec force. Il signifie aussi Avoir de l'éclat, briller, frapper les yeux. L'or et les pierreries éclataient de toutes parts. Il se dit figurément, dans ce sens, en parlant de l'Esprit, de la gloire. L'intelligence éclate dans ses yeux. Le génie éclate dans ses ouvrages. Sa gloire éclate aux yeux du monde entier.

Éclater : définition du Littré (1872-1877)

ÉCLATER (é-kla-té) v. n.
  • 1Se briser par éclats. La branche trop pliée éclata.

    Faire explosion. La mine éclata. La bombe éclate en tombant. L'incendie avait déjà éclaté. À chaque instant il appelait et faisait répéter cette fatale nouvelle [les préparatifs de l'incendie de Moscou] ; cependant il se retranchait encore dans son incrédulité, quand, vers deux heures, il apprit que le feu éclatait, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 6. L'attention de l'empereur était alors fixée sur sa droite, quand tout à coup, vers sept heures, la bataille éclata à sa gauche, Ségur, ib. VII, 9.

    Fig. La bombe va éclater, il va survenir quelque malencontre, quelque grand mystère va être connu.

  • 2Faire entendre un bruit soudain et violent. Le tonnerre éclata. C'est en éclatant sur nos têtes Que la foudre nous éclaira, Béranger, Orage.

    Fig. …sur eux quelque orage est tout près d'éclater, Racine, Iph. II, 8.

    Parler à très haute voix. Je l'entends de l'antichambre, il grossit la voix à mesure qu'il approche ; le voilà entré : il rit, il crie, il éclate, La Bruyère, V.

  • 3Éclater de rire, rire avec effusion et d'une manière bruyante. Ce passage pensa rompre notre entretien, car je fus sur le point d'éclater de rire de la bonté et douceur d'un brûleur de grange, Pascal, Prov. 8.

    Absolument. Éclater, rire bruyamment. De peur d'éclater à son nez, Sévigné, 20. Il en rit jusqu'à éclater, La Bruyère, V.

  • 4Manifester son ressentiment, sa colère, son chagrin, par de vives paroles, par des pleurs, par des cris. Ne crains pas toutefois que j'éclate en injures, Corneille, Cinna, IV, 6. Vous voudriez que je prisse feu d'abord contre eux, et qu'à leur exemple j'allasse éclater promptement en invectives et en injures, Molière, Impr. 3. Mademoiselle éclata en pleurs et en cris, Sévigné, 10. Darius avait enfin éclaté contre la Grèce, Bossuet, Hist. I, 8. Que, saisi d'un indigne courroux, En reproches honteux j'éclate contre vous, Racine, Alex. IV, 2. Toute la Grèce éclate en murmures confus, Racine, Andr. I, 1. Après cela, Madame, éclatez contre un traître, Racine, ib. IV, 5. Les ennemis se mirent en quartiers de fourrages, non sans force querelles d'avoir tant éclaté en menaces et de n'avoir rien pu exécuter, Saint-Simon, 40, 220.

    Absolument. Et pour peu qu'on le pousse, il est près d'éclater, Corneille, Pomp. IV, 1. … il faut qu'enfin j'éclate, Que je lève le masque et décharge ma rate, Molière, Femm. sav. II, 7. Le roi n'éclata point ; les cris sont indécents à la majesté souveraine, La Fontaine, Fabl. XII, 12. À ce propos le galant éclata, La Fontaine, Rich. Après avoir tant enduré pour votre satisfaction, je pense qu'à la fin j'éclaterai pour la mienne, Pascal, Prov. 8. Puisqu'on la pousse jusqu'à Rome, il faudra éclater malgré nous, Bossuet, Lett. quiét. 114. Moins on osait éclater, plus le mal était violent, Fénelon, Tél. XII. Ceux d'Antioche, qui haïssaient mortellement Ammonius, crurent qu'il était temps d'éclater, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. IX, p. 340, dans POUGENS. Terriblement Blanford éclatera, Voltaire, Prude, II, 9. À ces mots, il me fut impossible de me contenir davantage, j'éclatai, Genlis, Veillées du château, t. III, p. 404, dans POUGENS. À peine fut-elle hors de la chambre que, ne pouvant plus se contenir, elle éclata sans ménagement et sans mesure, Genlis, Mme de Maintenon, t. I, p. 40.

  • 5Se manifester d'une manière qui frappe les yeux, les esprits. … l'ire divine, Bientôt contrainte d'éclater, Dans un triste néant vous va précipiter, Corneille, Imit. II, 6. Votre faveur pour nous éclata la première, Corneille, Pomp. III, 2. Mais le plus sûr pour vous est que sa mort éclate, Corneille, Héracl. III, 4. Votre zèle pour moi visiblement éclate, Molière, l'Étour. V, 3. Une vie d'action qui éclate en événements nouveaux, Pascal, Amour. La grandeur de la foi éclate bien davantage lorsqu'on tend à l'immortalité par les ombres de la mort, Pascal, dans COUSIN. Quoique cette noce n'ait pas éclaté, Sévigné, 225. Un prodige qui a éclaté aux yeux de tout le peuple, Bossuet, Hist. II, 8. L'année d'auparavant, c'est-à-dire en 1532, le roi avait déjà épousé Anne de Boulen en secret ; elle était grosse, et il était temps d'éclater, Bossuet, Var. VII. Dis-lui par quels exploits leurs noms ont éclaté ! Racine, Andr. IV, 1. Sa reconnaissance Ne peut-elle éclater que par sa dépendance ? Racine, Brit. I, 2. Enfin l'heure est venue Qu'il faut que mon secret éclate à votre vue, Racine, Mithr. III, 1. Est-ce Dieu, sont-ce les hommes Dont les œuvres vont éclater ? Racine, Esth. II, 9. La mauvaise conduite de cette personne vient d'éclater, Massillon, Car. Médis. Le nom de ce Romain qui vainquit Mithridate, Par ses travaux guerriers a bien moins éclaté Que par la volupté tranquille et délicate Que lui fit savourer la molle oisiveté, La Fare, Ode sur la paresse. En 1661, la disgrâce de M. Fouquet ayant éclaté, le premier commis fut mis à la Bastille, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 287, dans POUGENS.

    Se produire avec violence. La conspiration éclata. On craint que la révolte n'éclate. Éclatez, mes douleurs, à quoi bon vous contraindre ? Corneille, Hor. IV, 4. Ne pouvez-vous haïr sans que la haine éclate ? Corneille, Cinna, I, 2. Mais puisque le péril a fait parler l'amour, Je veux bien qu'il éclate et se montre en plein jour, Corneille, Tois. d'or, V, 1. Ce feu longtemps caché éclata dans la conspiration d'Amboise, Bossuet, Var. 10. La vengeance devait éclater sur les Juifs, Bossuet, Hist. II, 7. Pour la veuve d'Hector ses feux ont éclaté, Racine, Andr. I, 1. Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux, Racine, ib. II, 2. Et ma joie à vos yeux n'ose-t-elle éclater ? Racine, Iphig. II, 2. Eh bien ! votre colère éclate avec raison, Racine, Phèd. I, 3. Cet amour si puissant, ce charme de ma vie, Dans toute son ardeur n'avait point éclaté, Voltaire, Zaïre, IV, 1.

    Faire éclater, provoquer l'explosion. Combien je vais sur moi faire éclater de haines ! Racine, Andr. III, 7.

    Faire éclater, rendre manifeste. Émilie en mourant va tout faire éclater, Corneille, Cinna, IV, 7. Les rebelles font éclater la puissance, Bossuet, Hist. II, 13. Il a fait à son tour éclater sa bonté, Racine, Alex. III, 3. Ce zèle que pour lui vous fîtes éclater, Racine, Esth. III, 1. Dieu faisait éclater aux yeux du peuple cette communication, Bossuet, Hist. II, 4. Souffrez quelques froideurs sans les faire éclater, Racine, Brit. I, 2.

  • 6Frapper par l'intensité de la lumière. Le soleil éclatait au haut du firmament. L'or éclate dans sa parure. Le plumage éclate de brillantes couleurs. Jamais en son habit doré Tant de richesses n'éclatèrent, Malherbe, IV, 5. Éclater de satin, de perles, de rubis, Régnier, Sat. XII. Quoi ! pour voir sur sa tête éclater ma couronne, Corneille, Pomp. II, 4. L'or éclate en ses vêtements, Racine, Esth. II, 9. Le feu divin qui éclatait dans ses yeux, Fénelon, Tél. X. Les habits [de Mentor devenu Minerve] éclatent comme les vives couleurs dont le soleil en se levant peint les sombres voûtes du ciel, Fénelon, ib. XXIV. Dieu d'un sourire a béni la nature ; Dans leur splendeur les cieux vont éclater ; Reviens, ma voix, faible mais douce et pure : Il est encor de beaux jours à chanter, Béranger, le Malade.

    Fig. Mais il est mort, madame, avec toutes les marques, Dont éclatent les morts des plus dignes monarques, Corneille, Pomp. V, 3. Une soudaine joie éclatant sur son front, Corneille, Hor. I, 1. La joie qui éclatait malgré elle sur son visage, Fénelon, Tél. I. Les plaisirs éclataient sur leurs visages, Fénelon, ib. IV. Madame de Castries avait une physionomie qui éclatait d'esprit et qui tenait encore plus parole, Saint-Simon, 42, 252.

    Faire éclater, donner de l'éclat. Allons faire éclater sa gloire aux yeux de tous, Corneille, Poly. II, 6. Dieu choisit cette maison pour y faire éclater sa puissance, Pascal, Mir. 9. Dieu se plut à faire éclater la gloire de ses martyrs, Bossuet, Hist. I, 11. Les héros qui ont fait éclater leur courage dans les combats, Fénelon, Tél. XI.

  • 7 V. a. Briser en éclats. Prenez garde de trop baisser cette branche, de peur de l'éclater, La Quintinye, Jardins, dans RICHELET.

    Terme de jardinage. Séparer les racines ou les pousses d'une plante, de manière à la multiplier.

    Terme d'orfévrerie. Enlever l'émail qui ornait une pièce d'or.

  • 8S'éclater, v. réfl. Se briser en éclats. Le mât, chargé de voiles, s'éclata. De ces dards joints ensemble un seul ne s'éclata, La Fontaine, Fabl. IV, 18.
  • 9S'éclater, faire explosion. C'est alors que ses cris en tonnerres s'éclatent, Malherbe, I, 4.

    S'éclater de rire, et, absolument, s'éclater, faire de grands rires. En ce beau saut m'éclatant comme un fou, Régnier, Sat. X. La surprise est cause qu'on s'éclate de rire, Descartes, Pass. 178. Le premier qui les vit de rire s'éclata, La Fontaine, Fabl. III, 1. Les nonnains s'éclatent de rire, La Fontaine, Tabl. Quand je vins à une Latone de bois qui était très mal faite, je m'éclatai de rire, Fontenelle, Parmenisque, Théocr. de Chio.

    Archaïque et inusité en l'emploi du n° 9.

REMARQUE

Éclater se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'action : l'arbre a éclaté sous mes yeux ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : l'arbre est éclaté depuis ce matin.

HISTORIQUE

XVIe s. J'ay cuydé demourer pour une chuste que je feiz, où je m'esclatay la peau dessus le genoul de près d'un empan, Marguerite de Navarre, Lett. 47. À ces motz tous les venerables dieux et deesses s'esclaterent de rire, Rabelais, Pant. Prol. nouv. Nous entendismes en l'aer ung son hault et strident, comme si quelque groz chesne esclattoyt en deux pieces, Rabelais, ib. V, 16. Si le bruit esclatant d'une arquebusade vient à me frapper les aureilles, Montaigne, I, 50. Un accoustrement riche, et de couleur esclatante, Montaigne, III, 174. Gaigner une bresche, regir un peuple, ce sont actions esclatantes, Montaigne, III, 263. Lors la cholere esclate touts ses efforts à la premiere charge, Montaigne, III, 351. À la fin, à force de tirer [ses chausses], il esclata [déchira] tout, Despériers, Contes, XXIX. Contre-fente se fait quand l'os est fracturé, fendu ou esclaté autre part qu'à…, Paré, VIII, 1. La fouldre n'esclate jamais la nue pour se lancer çà bas, qu'il ne…, Paré, IX, 2e disc. Lors le fer devenoit si aigre et si esclatant, que l'on ne le pouvoit plus battre ne forger, Amyot, Lyc. 13. Et si avoit sa voix un vigueur et fermeté telle, qu'elle ne se rompoit ny ne s'esclattoit jamais, Amyot, Cat. d'Ut. 9. [Le vent] Fait ores esclater les rives d'un grand bruit, Ronsard, 278. Je voy l'esclair du bel acier des armes Sous le soleil s'esclatter jusqu'aux cieux, Ronsard, 981.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉCLATER. - HIST. Ajoutez : XVe s. Pour ce que les manches de chesne estoient trop esclatans, Mantellier, Glossaire, Paris 1869, p. 29.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éclater »

Étymologie de éclater - Littré

Wallon, sklaté ; provenç. et catal. esclatar ; de l'anc. haut allem. skleizân, rompre ; allem. mod. schleissen, schlitzen (la diphthongue ei de l'anc. haut-allem. correspond d'ordinaire à l'a français). Diez y rattache l'italien schiantare (avec une n parasite, comme dans lontra, loutre), mettre en pièces ; sicil. scattari. On comprend comment le sens de se rompre en éclats a passé par une métaphore aussi bien au sens de bruyant qu'au sens de brillant, le son qui se fait entendre, la lumière qui brille étant comme un éclat qui va frapper les oreilles ou les yeux. L'ancien français avait esclate, race, extraction ; celui-là vient de l'ancien haut allemand slahta, race ; allem. Geschlecht.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de éclater - Wiktionnaire

De l’ancien français esclater (Avant 1150), de l’ancien bas francique *slaitan[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éclater »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éclater eklate play_arrow

Conjugaison du verbe « éclater »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe éclater

Évolution historique de l’usage du mot « éclater »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éclater »

  • Comme chaque année, il n’y aura pas de place pour l’ennui avec de nombreuses propositions pour s’amuser, s’éclater, s’époumoner. Quelques exemples d’activités : du trampoline, du roller, une chasse aux trésors, du kayak, VTT, des nouveautés comme le spike ball, tchoukball… Le Telegramme, Cap sports été : les jeunes vont pouvoir s’éclater ! - Loudéac - Le Télégramme
  • La suite ? Harobaze et RDN entendent juste continuer de s’éclater et de proposer du contenu toujours plus qualitatif.  , VIDÉO À Brest, ils s'éclatent en enchaînant les figures avec leur vélo en centre-ville ! | Côté Brest
  • Aujourd’hui, on a clairement dépassé le stade de la surchauffe. Shanghaï, par exemple, compte plus de 1,5 million de vélos, soit un pour 16 habitants. Presque 10 fois plus qu’à Paris ! Les tentatives du gouvernement chinois pour limiter l’euphorie restent vaines car les autorisations sont délivrées localement et donc faciles à contourner pour une startup implantée hors de la ville. L’énorme bulle est à présent en train d’éclater. Sur internet, on trouve des impressionnantes photos de « cimetières de vélos », avec des monceaux bleu et jaune d’engins abandonnés par leurs usagers. Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, Vélo libre service : la bulle est-elle en train d’éclater ?
  • La grenade finit par éclater l'écorce. De Jean Grenier

Traductions du mot « éclater »

Langue Traduction
Corse romper
Basque lehertu
Japonais バーストに
Russe взрываться
Portugais estourar
Arabe ينفجر
Chinois 爆裂
Allemand platzen
Italien per scoppiare
Espagnol de estallar
Anglais to burst
Source : Google Translate API

Synonymes de « éclater »

Source : synonymes de éclater sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éclater »



mots du mois

Mots similaires