La langue française

Pétiller

Sommaire

  • Définitions du mot pétiller
  • Étymologie de « pétiller »
  • Phonétique de « pétiller »
  • Citations contenant le mot « pétiller »
  • Images d'illustration du mot « pétiller »
  • Traductions du mot « pétiller »
  • Synonymes de « pétiller »

Définitions du mot pétiller

Trésor de la Langue Française informatisé

PÉTILLER, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne une matière en combustion] Éclater avec des petits bruits secs et répétés, généralement en jetant des étincelles. Synon. crépiter, péter.Le bois, la branche, la bûche, le charbon, le laurier pétille. L'allumette pétilla, la lumière devint blanche et claire (Zola,Th. Raquin, 1867, p.104).Sous le chaudron noir, pétillait un fagot de sarments (Bosco,Mas Théot., 1945, p.87).
[P. méton. du suj.] L'âtre, le bûcher, les étincelles, le foyer pétille(nt). Déjà la flamme pétillait au foyer (Toepffer,Nouv. genev., 1839, p.355).Feu! (...) Ne pétille pas trop, ne crache pas d'étincelles sur ma fourrure, sois clément, feu varié (Colette,Dialog. bêtes, 1905, p.101).
2. P. anal. Faire des petits bruits secs et répétés. À des distances lointaines, (...) des coups de feu pétillent, se répondent (Gozlan,Notaire, 1836, p.273).Un chant d'alouettes qui pétillaient dans l'air comme des flammes au bout de hauts cierges (Renard,Journal, 1896, p.334).Des sonneries de clairons (...) pétillaient ou s'éteignaient selon les sursauts de la brise (Duhamel,Cécile, 1938, p.271).
[Le suj. désigne un liquide] Rare. Synon. grésiller.Vous faites cuire quatre onces de beurre d'Isigny à la noisette, c'est-à-dire qu'après l'avoir écumé et qu'il ne pétille plus, vous le laissez se colorer légèrement (Gdes heures cuis. fr.,Carême, 1833, p.147).
3. [Le suj. désigne une boisson gazeuse] Mousser, dégager des petites bulles qui éclatent en bruissant à la surface. L'eau gazeuse, le vin pétille. Le rose pâle d'un reste de champagne pétille dans les flûtes (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p.358).
[P. méton. du suj.] Je remplis mon verre de nouveau, pour avoir le plaisir de voir pétiller la mousse (Gobineau,Pléiades, 1874, p.4).
B. − P. anal., littér.
1. Briller d'un éclat très vif. Synon. chatoyer, étinceler, flamboyer, rayonner, scintiller.Les diamants, les joyaux, le soleil pétille(nt). Autour de sa tête, dans ses nattes noires, il y avait des plaques de métal qui pétillaient au soleil et faisaient à son front une couronne d'étoiles (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p.375).
Pétiller de + subst. concr.Cette campagne où la feuille découpée de la vigne, le maïs oriental, les tiges de la fève, les plantes artistiques du midi, pétillaient partout de lumière (Goncourt,MmeGervaisais, 1869, p.157).
2. [Le suj. désigne les yeux, le regard] Briller sous l'effet de quelque chose.
Pétiller de + subst. concr., vx.Cet oeil gris pétille d'une larme (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.6, 1852, p.504).
Pétiller de + subst. abstr.Manifester, révéler quelque chose (un trait de caractère, un sentiment, une émotion) par l'éclat du regard. Yeux qui pétillent d'intelligence, d'ironie, de malice, de passion. Les yeux de charbon de la servante pétillèrent de curiosité maligne (Gautier,Rom. momie, 1858, p.293).Il avait rosi: derrière ses lunettes ses yeux pétillaient de rancune et de gloire (Sartre,Mort ds âme, 1949, p.70).
Empl. abs. Quelques douzaines de gamins dont les yeux pétillaient dans les guenilles comme des diamants noirs (Gautier,Tra los montes, 1843, p.33).
P. méton. [Le suj. désigne un sentiment humain] Se révéler, se manifester par l'éclat du regard. Synon. briller, éclater.La pauvre fille essaya de cacher sa joie, mais elle pétillait dans ses yeux (Balzac,Peau chagr., 1831, p.134).
C. − Au fig.
1. Vieilli, fam. [Le suj. désigne une pers.] Pétiller de + inf. ou subst.Être extrêmement impatient de. Synon. bouillir de, brûler de.Pétiller de dire, de faire qqc. Pendant toute cette première partie de l'expédition [de Crimée], le maréchal de Saint-Arnaud, on le conçoit, pétille d'impatience; il voudrait tout hâter, tout concentrer dans sa main pour une exécution rapide (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.13, 1857, p.442).
Empl. abs. Je pétille, je n'y tiens plus (Besch.1845).
Loc. Avoir le sang qui pétille dans les veines. Être bouillant d'excitation, d'ardeur, d'irritation, d'impatience. Synon. avoir le sang* qui bout.Gertrude [à Pauline]: Son sang-froid me fait bondir le coeur ! Mon sang pétille dans mes veines. Je vois du noir devant mes yeux! Sais-tu que je préfère la mort à la vie sans lui? (Balzac,Marâtre, 1848, ii, 11, p.70).
2. [Le suj. désigne une pers. et p. méton., un aspect de sa personnalité]
a) Manifester quelque chose avec spontanéité, vivacité. Pétiller de colère, d'indignation, de joie. Ses lèvres, si bien scellées naguère, pétillaient d'interrogations (Gautier,Fracasse, 1863, p.433).J'envie Marthe, qui, dès la gare, pétillait d'un enthousiasme de convention (Colette,Cl. s'en va, 1903, p.175).
Empl. abs. Tout-à-coup monsieur de Valois avisa madame Granson qui avait arboré son chapeau vert à bouquets d'oreilles d'ours, et dont la figure pétillait (Balzac,Vieille fille, 1836, p.334).
b) Pétiller (d'esprit). Manifester un esprit brillant, éclatant, vif, plein d'humour. Il a de l'esprit, il en pétille (Goncourt,Journal, 1862, p.1135).La curiosité [du duc] naquit très vite. Il pétille, il étincelle (La Varende,Saint-Simon, 1955, p.35).
P. méton. [Le suj. désigne l'esprit, les choses de l'esprit, etc.] Se manifester d'une manière vive, pétulante; jaillir avec éclat. Les paroles, les traits d'esprit pétillent. Tout y pétille d'esprit et d'impertinence [dans le discours de l'abbé de Caumartin]. C'est le modèle classique du persiflage (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t.11, 1856, p.344):
. C'est en eux le coeur qui déborde, c'est l'esprit qui s'élance, qui pétille, qui bondit, qui s'arrête, qui retourne au coeur, qui circule, se hâte, se ralentit, s'emporte, bat, frémit, s'enflamme, bouillonne et s'apaise, et va sans savoir où, et partout comme le sang. Vigny,Mém. inéd., 1863, p.17.
REM.
Pétilleux, -euse, adj.,vieilli. [Corresp. à supra A 3] qui pétille. Ferment pétilleux. (Ds Boiste 1819-1834, Ac. Compl. 1842, Besch. 1845).
Prononc. et Orth.: [petije], (il) pétille [petij]. Ac. 1694-1798: petiller; 1835: pe-, pé-; dep. 1878: pé-. V. péter. Étymol. et Hist. 1. Ca 1440 part. prés. yeux ... pétillans «qui brillent d'un vif éclat» (Amant rendu cordelier, éd. A. de Montaiglon, 1546); 1765 pétiller d'esprit (Encyclop.); 2. a) 1575 «craquer, crépiter en se consumant dans le feu» (Paré, OEuvres, éd. J. F. Malgaigne, III, p.560); 1660 «mousser, produire un bruit (d'un vin)» (Oudin); b) 1564 «être agité par un sentiment» (Thierry); 1606 pétiller de dépit (Nicot); 1690 pétiller d'impatience (Fur.); c) 1572 part. prés. jeunesse pétillante «vive, pleine d'ardeur» (Amyot, Comm. nourrir les enfants, 39 ds Littré); 1776 le sang lui pétille dans les veines (Voltaire, Lett. d'Argental, 19 juill., ibid.); d) 1669 «se manifester (de traits d'esprit)» (Boileau, Art poétique, éd. C.H. Boudhors, I, 175, p.86). Dér. de pet1*; suff. -iller*. Fréq. abs. littér.: 265. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 392, b) 698; xxes.: a) 303, b) 233. Bbg. Gohin 1903, p.346. _ Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.125.

Wiktionnaire

Verbe

pétiller \pe.ti.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Éclater avec un petit bruit réitéré et en sautant.
    • Le sel pétille dans le feu.
    • L’on entendait vaguement pétiller des coups de fusil comme des grains de sel que l’on jetterait au feu. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Dehors, on n’entendait rien ; le feu pétillait sur l’âtre. Il faisait bien bon dans cette grande cuisine, […]. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Par extension) Jeter une sorte d’éclat en faisant un léger bruit.
    • Le vin de Champagne pétille dans le verre.
  3. (Figuré) Être vif et étincelant.
    • Ses yeux pétillent.
  4. (Figuré) Manifester de l’ardeur, l’impatience, de la joie, etc.
    • Le sang lui pétille dans les veines. - Pétiller d’ardeur, d’impatience, de joie, etc.
  5. (Figuré) Pétiller de faire quelque-chose : avoir grand-envie de le faire, avec, dans la mine, dans le comportement, une influence de l'impatience de le faire.
    • Depuis que ces régiments de noblesse escadronnent à dix lieues d'ici, le baron pétillait de s'y joindre ; il gémissait de votre scrupule à le retenir. — (Stella Blandy, L'arrière-ban, chapitre II, dans Saint-Nicolas – journal illustré pour garçons et filles, 23 novembre 1893, Librairie Charles Delagrave, Paris, 1893, page 828)
    • À la droite de Georges, madame Bokanowski pétillait de converser. — (Roger Peyrefitte, Les juifs, deuxième partie, chapitre II ; Éditions Flammarion, Paris, 1965, page 103)
  6. (Figuré) Avoir, montrer, annoncer ce qui est vif et brillant, en parlant de l’esprit.
    • Pétiller d’esprit,
    • Cet enfant pétille d’esprit.
    • Son style pétille d’esprit.
    • Ses yeux pétillent de contentement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PÉTILLER (pé-ti-llé, ll mouillées, et non pé-ti-yé ; quelques-uns prononcent pe-ti-llé) v. n.
  • 1Éclater avec un petit bruit réitéré. Le sel pétille dans le feu. Dès que le vin commence à briller et à pétiller dans la coupe, Bossuet, Élévat. sur myst. XI, 4. D'autres sur des trépieds placent l'airain bouillant, Que la flamme rapide entoure en pétillant, Delille, Én. I.

    Fig. J'avais senti pétiller mon argent au moment qu'il avait lâché le mot de cartes et de dez, Hamilton, Gramm. III.

  • 2 Par extension, se dit de coups de feu. Dix mille vaillants Alcides D'éclairs au loin homicides Font pétiller leurs remparts, Boileau, Ode I.
  • 3Jeter un vif éclat. Les yeux lui pétillaient d'un désir langoureux, Régnier, Élég. IV. Elle accompagna cet adieu d'un coup d'œil passionné, où pétillait le vin de Champagne, Marmontel, Cont. mor. Philos. soi-dis. Un chambellan qui de clinquant pétille, Béranger, B. fille. Ses cheveux pétillaient de mille diamants, Hugo, Voix. int. 12.

    Terme de peinture. On dit que deux couleurs éclatantes placées l'une auprès de l'autre sont ennemies et pétillent trop ; telles sont le vermillon et le bleu.

  • 4 Fig. Être plein de vivacité. Quand à cette humeur naturellement gaillarde il se joint encore de nouveaux motifs de gaillardise, Dieu sait comme on pétille, Marivaux, Pays. parv. 2e part.

    Le sang lui pétille dans les veines, il est plein d'ardeur, d'impatience, d'irritation. Le sang pétille dans mes vieilles veines en vous parlant de lui [le traducteur de Shakspeare], Voltaire, Lett. d'Argental, 19 juill. 1776.

    Pétiller d'esprit, avoir l'esprit vif et brillant.

    On dit aussi que l'esprit, le sentiment pétillent. C'est peu qu'en un ouvrage où les fautes fourmillent, Des traits d'esprit semés de temps en temps pétillent, Boileau, Art p. I. Comme ici le sentiment pétille ! Imbert, Jaloux sans amour, III, 1.

    Pétiller de joie, d'ardeur, etc. manifester beaucoup de joie, d'ardeur, etc. Entend-elle un carrosse, elle pétille de goût pour quiconque est dedans, La Bruyère, VII. Pétillant de joie d'avoir enfin triomphé de moi, Rousseau, Ém. II.

  • 5 Familièrement. Pétiller de faire une chose, avoir une extrême impatience de la faire. M. de Vendôme a pourtant une très belle armée en Flandre, et pétille de faire quelque chose, Maintenon, Lett. à Mme des Ursins, 12 sept. 1706. M. du Maine voulut mettre son aile en ordre, qui y était depuis longtemps et qui pétillait d'entrer en action, Saint-Simon, 30, 94.

    Absolument. Être impatient. Je ne sais où j'en suis, à cause de la maladie de ma tante ; l'abbé et moi, nous pétillons ; et nous sommes résolus, si son mal se tourne en langueur, de nous en aller en Provence, Sévigné, 130. Le duc d'Estrées poussait un peu loin les reproches… le duc de Charost pétillait, et lui dit…, Sévigné, 28 mars 1689.

HISTORIQUE

XVIe s. Dans l'arbre espez cest or ainsi brilloit, Sa feuille ainsi d'un doux vent petilloit, Du Bellay, J. IV, 45, verso. Plus dru que ne chet la gresle, Qui en petillant se mesle Aux ondoyans tourbillons, Du Bellay, J. VII, 18, verso. Si une goutte de telle huile jettée dans le feu ne crepite point et ne petille avec bruit, Paré, XXV, 24.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pétiller »

(1453) De pet et du suffixe -iller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pétiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pétiller petijr

Citations contenant le mot « pétiller »

  • Sûrement, mais lentement, la Champagne se remet à pétiller. Oh, ce n'est pas la fête, mais cela frémit, au vent de quelques expéditions vers d'autres horizons. Longtemps que le plus français des vins n'avait pas traversé pareille épreuve. La dernière fois, c'était il y a presque trente ans, quand l'Occident partit en croisade dans le ciel d'Orient. Pour la maison AR Lenoble, créée en 1920 à Damery, ce n'est pas la crise de la centaine, juste une crise du centenaire. Dont elle se relèvera, comme elle se releva trois fois déjà. L'étiquette champenoise ne retient que les bonheurs et enfouit les malheurs. Mais l'histoire du champagne est bien le récit de victoires gagnées sur les vicissitudes. Lenoble eut pu finir au fond d'une cuve, celle où Armand-Raphaël Graser, « AR », le fondateur - un ancien courtier qui, deux ans après la fin de la Première Guerre, baptisa sa maison en hommage à la noblesse des vins de champagne -, se brisa le crâne, le 28 septembre 1947. Deux ans après la fin de la Seconde Guerre… Les Echos, Vin : noblesse centenaire | Les Echos
  • Didier Depond, président de Delamotte, révèle, à l'AFP, son secret pour faire pétiller le champagne grâce à un aliment à tout petit prix. Gourmand et rafraîchissant, découvrez cet accord improbable dont vous ne pourrez plus vous passer. Femme Actuelle, Champagne : l’astuce surprenante pour le rendre pétillant à tous les coups : Femme Actuelle Le MAG

Images d'illustration du mot « pétiller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pétiller »

Langue Traduction
Anglais sparkle
Espagnol brillar
Italien scintillare
Allemand funkeln
Chinois 火花
Arabe التألق
Portugais brilhar
Russe искриться
Japonais 輝く
Basque sparkle
Corse scintilla
Source : Google Translate API

Synonymes de « pétiller »

Source : synonymes de pétiller sur lebonsynonyme.fr
Partager