Rayonner : définition de rayonner


Rayonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAYONNER1, verbe

I. − [Corresp. à rayonnement]
A. −
1. Empl. intrans., littér. Émettre des rayons lumineux, briller.
a) [Le suj. désigne une source de lumière directe] Maintenant, en plein ciel, le soleil d'avril rayonnait dans sa gloire, échauffant la terre qui enfantait (Zola, Germinal, 1885, p. 1591):
1. Les lampes électriques du lustre, les ampoules lumineuses des appliques, au-dessus de la cheminée et de chaque côté de la glace ronde, toutes ces lumières rayonnaient, pures et immobiles, exprimant la sécurité au sein des richesses. Larbaud, F. Marquez, 1911, p. 192.
b) [Le suj. désigne une source de lumière indirecte ou réfléchie] Le ciel était beau et la gelée rayonnait sous le soleil (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 13).La table (...) rayonnait doucement avec ses porcelaines, ses cristaux, et l'argent de ses couverts, ainsi que la terre au clair de lune (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p. 100).
[P. réf. à la représentation conventionnelle de la lumière sous forme de triangles allongés] Le prêtre (...) posa sur la dentelle son grand soleil d'or qui rayonnait (Flaub., Cœur simple, 1877, p. 72).
2. Empl. trans. ou intrans. [En parlant de la chaleur] Se propager par rayonnement. La condensation de la vapeur est accompagnée d'un dégagement de chaleur; c'est ce dernier qui, par l'intermédiaire du radiateur, rayonne dans les locaux (Lar. mén.1926, p. 320).Tous les deux, nous avons bien bu, tout notre corps est à l'aise et fait rayonner une chaleur saine (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 293).
Empl. trans., PHYS. Émettre ou propager par rayonnement. Antenne qui rayonne des ondes. Les considérations précédentes ont été étendues au soleil et l'on a proposé d'admettre que l'énergie qu'il rayonne est d'origine radioactive (H. Poincaré, Hyp. cosmogon., 1911, p. 220).
B. − P. métaph. ou au fig.
1. Empl. intrans. ou trans. indir.
a) [Le suj. désigne une pers. ou une chose abstr.] Briller d'un vif éclat. Vérités morales qui rayonnent (dans l'esprit). Il est bon, il est beau que les pensées rayonnent; mais il ne faut pas qu'elles étincellent, si ce n'est fort rarement (Joubert, Pensées, t. 2, 1824, p. 96).Il aurait dû tout de même se méfier ce jour-là. Il était vraiment trop brillant, il brillait trop, il rayonnait trop parmi les docteurs (Péguy, Myst. charité, 1910, p. 112).
b) [Le suj. désigne une pers. ou, p. méton. son visage; souvent avec un compl. introd. par de exprimant la cause] Refléter l'expression d'un grand bonheur, d'une vive satisfaction. Rayonner d'aise, de bonheur, de gloire, de jeunesse. M. Rambaud rayonnait d'avoir ainsi fait la paix avec sa petite chérie (Zola, Page amour, 1878, p. 946):
2. ... quand il avait vu, en rentrant, le visage de sa sœur rayonner d'une joie qu'elle s'efforçait en vain de cacher, il s'était senti plus heureux qu'il n'aurait pu l'être en entendant la plus belle musique du monde. Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 876.
P. anal. Ce lieu rayonnait de gloire par la présence d'un certain nombre de brahmanes (Renan,Avenir sc., 1890, p. 470).Zaza de son côté luttait pour son bonheur. Sa première lettre rayonnait d'espoir (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 348).
c) [Le suj. désigne une chose abstr.; avec un compl. prép. exprimant l'endroit, la destination] Répandre sa lumière. Jamais (...) la reine n'avait été plus séduisante; on voyait rayonner un air de triomphe et de plaisir dans ses beaux yeux (Scribe, Bertrand, 1833, v, 1, p. 215).Elle venait sans doute de prier car, sur ses traits fatigués, rayonnait une lueur de courage et d'espérance (Duhamel, Cécile, 1938, p. 261).
d) [Le suj. désigne une chose abstr.; avec un compl. introd. par de précisant l'origine] Émaner. Le bonheur rayonne de tout son être. Cet éclat rayonnait de tout l'être: du jeune corps sculpté dans la blancheur d'un fourreau de moire ivoire; des lignes harmonieuses du buste (Vogüé, Morts, 1899, p. 61):
3. Mais de son front, de tout son visage rayonnait une flamme qui la distinguait de la souriante et banale vendeuse de magasin, − celle de sa foi révolutionnaire, issue des profondeurs les plus vivantes de son être. Bourget, Actes suivent, 1926, p. 59.
e) [Le suj. désigne une chose abstr.; souvent avec un compl. exprimant l'origine ou la destination] Exercer une influence en se propageant, faire sentir son action (sur une certaine étendue). Arts, sciences, civilisation, culture, pensée qui rayonne dans le monde; journal qui rayonne(nt) sur plusieurs départements. Hassler, le grand musicien qu'il avait tant aimé, quand il était enfant, et dont la gloire maintenant rayonnait sur tout le pays allemand (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 537).Les poètes, les grands politiques, les capitaines songent qu'ils se sont élevé un grand monument qui rayonnera quand leur corps sera défait (Barrès, Cahiers, t. 10, 1914, p. 259).
2. Empl. trans. [Le suj. désigne une pers.] Laisser apparaître clairement et répandre autour de soi. Rayonner l'amour, le calme, l'énergie, l'enthousiasme; rayonner une atmosphère apaisante. Le garde-à-vous réglementaire ne nous permettait pas de bouger la tête (...) mais nous sentions tous qu'un flottement s'était produit dans notre bande, et les plus résolus rayonnaient leur ardeur pour soutenir ceux qui s'abandonnaient (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 294):
4. ... ce docteur (...) entraîné en de longs voyages sur les côtes d'Afrique et au Levant, s'était embrasé de toutes les ardeurs du mysticisme arabe et alexandrin; il les rayonnait à son tour parmi la foule, que l'admiration de sa vie aventureuse réunissait avide autour de lui. Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 52.
II. − [Corresp. à rayon1]
A. − [En parlant de choses concr.] Empl. intrans. ou trans. indir. Être disposé en rayons (v. rayon1C), en lignes divergentes à partir d'un centre. Sur un pan de muraille moins humide que les autres et tendu d'ailleurs d'un lambeau de serge verte, rayonnait un faisceau d'épées soigneusement fourbies (Gautier, Fracasse, 1863, p. 305):
5. ... un mode d'habitat où tout l'espace réservé aux maisons se concentre, où toutes les parcelles sont accessibles et d'où rayonnent en longues bandes les pièces de terre alloties à tour de rôle. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 182.
P. anal. [En parlant de choses concr. ou abstr.] Se manifester dans toutes les directions à partir d'un centre ou depuis des directions différentes vers un point de convergence. Synon. irradier.Les douleurs indiscrètes qui, de sa jambe, rayonnaient maintenant à travers tout son corps (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p. 247).Ces perversions (...) rayonnent toujours autour de l'inadaptabilité sociale, greffée sur l'anarchie des instincts (Mounier, Traité caract., 1946, p. 727).
B. − [En parlant d'une pers. ou d'une chose concr.] Empl. intrans. ou trans. indir. Circuler, à partir d'un point donné, dans un certain rayon (v. rayon1D). Rayonner dans une région; service de cars qui rayonne autour, à l'entour d'une ville. Paris ne serait la métropole du monde que lorsque de toutes ses portes des chemins de fer partiraient pour rayonner sur la surface de la France (Gozlan, Notaire, 1836, p. 177):
6. C'est ainsi que Rémy, animateur magnifique et organisateur pratique, menant l'action secrète comme un sport grandiose mais calculé, opérait principalement à Paris et dans l'Ouest; que Bingen rayonnait dans le Midi; que Manuel inspectait sur place nos réseaux et nos transmissions. De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 91.
Prononc. et Orth.: [ʀ εjɔne], (il) rayonne [-ɔn]. Homon. et homogr. rayonner2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. A. Intrans. 1. 1564 « émettre des rayons » (Thierry); 2. 1690 au fig. « étendre ses bienfaits ou son influence sur » (Fur.); 3. 1677 « avoir une expression de bonheur, laisser paraître la plénitude ou une satisfaction particulière » part. prés. adj. rayonnante (E. de Coulanges ds Sévigné, Lettres, éd. Monmerqué, t. 5, p. 349); 4. 1760 « être disposé, présenter une disposition en forme de rayons » (Bonnet, Ess. anal. âme, V, 21 ds Littré); 1765 rayonné (Encyclop. t. 5, p. 440a); 5. 1836 (v. supra II B). B. Trans. 1587 « émettre, diffuser » (Cholières, Apres disnees, f o213 v ods Gdf. Compl.). II. xiiies. trans. reoner « creuser des sillons dans » (Traité d'écon. rurale, éd. Lacour, chap. 10 ds Gdf.); 1564 rayonner (Ch. Estienne, L'Agric. et maison rustique, f o98 b). I dér. de rayon1*. II dér. de rayon3*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 1 080. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 161, b) 2 167; xxes.: a) 1 696, b) 1 420.

RAYONNER2, verbe trans.

[Corresp. à rayon2, à rayonnage2] Rare. Garnir de rayons, de rayonnages. J'ai fait rayonner cette pièce pour y mettre mes livres (Ac.1935).
Part. passé en empl. adj. Un grand placard, rayonné dans le haut seulement, est d'une grande commodité: on range dans le bas les balais, balayettes (...); sur les rayons, les paniers à provisions (Lar. mén.1926, p. 466).
Prononc. et Orth.: [ʀ εjɔne], (il) rayonne [-ɔn]. Homon. et homogr. rayonner1. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1869 (Littré). Dér. de rayon2*; dés. -er.

Rayonner : définition du Wiktionnaire

Verbe

rayonner \ʁɛ.jɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Jeter, envoyer des rayons.
    • Le soleil commençait à rayonner sur la cime des montagnes.
  2. (Figuré) Exprimer un sentiment vif.
    • Sous l’action d’une pensée indevinable, elle a rougi. J’ai vu l’onde sanguine se propager à son visage ; j’ai vu rayonner son cœur. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  3. (Figuré) Faire sentir son action sur une certaine étendue.
    • De ce point central, l’armée rayonnait sur les pays voisins.
    • Là, le mythe aurait acquis sa force de crédibilité, qui lui aurait permis de rayonner sur les jeunes salariées. — (Edgar Morin, La rumeur d’Orléans, Seuil, Paris, 1969, page 24)

rayonner transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Garnir de rayons.
    • J’ai fait rayonner cette pièce pour y mettre mes livres.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rayonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAYONNER. v. intr.
Jeter, envoyer des rayons. Le soleil commençait à rayonner sur la cime des montagnes. Fig., Son visage rayonne de joie, il rayonne de joie, Sa figure exprime une joie très vive.

RAYONNER signifie aussi, figurément, Faire sentir son action sur une certaine étendue. De ce point central, l'armée rayonnait sur les pays voisins.

RAYONNER est aussi verbe transitif et signifie Garnir de rayons. J'ai fait rayonner cette pièce pour y mettre mes livres.

Rayonner : définition du Littré (1872-1877)

RAYONNER (rè-io-né) v. n.
  • 1Jeter des rayons. La planète Vénus rayonne. La mélancolie… telle qu'en automne à travers des vapeurs un jour plus doux rayonne, Delille, Jard. II.

    Fig. [Socrate]… à travers ce front où son âme est tracée On voyait rayonner sa sublime pensée, Lamartine, Socr. 346. Rayonne ! il en est temps, et, s'il vient un orage, En prisme éblouissant change le noir nuage, Hugo, Odes et ball. IV, 7.

    Fig. Son visage rayonne de joie, il rayonne de joie, sa figure exprime une vive satisfaction. Du haut de sa victoire il [Apollon] regarde sa proie [Python], Et rayonne d'orgueil, de jeunesse et de joie, Delille, Imag. V. Sa tête [à Godefroy de Bouillon] rayonne, son visage brille d'un éclat inconnu, Chateaubriand, Génie, II, II, 12.

  • 2Il se dit du mode de propagation du calorique. Le calorique rayonne. Les corps rayonnent ou lancent du calorique, à toute espèce de température, Thenard, Traité de chim. t. I, p. 28, dans POUGENS.
  • 3Être disposé en forme de rayons. Le siége de l'âme serait ainsi un centre où tous les nerfs iraient rayonner, Bonnet, Ess. anal. âme, V, 21. C'étaient des espèces de feuillets qui rayonnaient autour de différents centres, Saussure, Voy. Alpes, t. III, p. 173, dans POUGENS.

    Fig. Un auteur s'applique à un genre d'étude ; les traces du sujet de son occupation s'impriment si profondément et rayonnent si vivement dans tout son cerveau, qu'elles effacent quelquefois les traces des choses même fort différentes, Malebranche, Rech. II, II, 2. Il n'y a pour l'ordinaire jamais qu'un petit nombre de faits autour desquels les autres viennent rayonner, Sennebier, Ess. art d'observ. t. II, p. 223.

  • 4 Fig. Faire sentir son action dans un certain rayon, dans une certaine étendue. Ainsi campée, l'armée rayonnait au loin.
  • 5 Terme rural. Tracer des raies sur le sol pour diriger les ouvriers pour la semence ou la transplantation des carottes, betteraves, colzas, etc.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 6 V. a. Rayonner une chambre, une salle, y faire mettre tout autour des rayons de bibliothèque.

HISTORIQUE

XVIe s. Pendant que ces beaux yeux, allumés d'un si doux feu, rayonnoient douteusement…, Yver, p. 639. Le plus grand et le plus belliqueux empereur [Charles-Quint] que le soleil ait rayonné [éclairé] depuis Charlemaigne, Carloix, VII, 17. En lieu plain, le champ est raionné ou fossoié des deux costés ; les fossés s'entre-croisans l'un l'autre, De Serres, 189.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rayonner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAYONNER, voyez l’article Rayon.

Rayonner, (Jardinage.) c’est l’usage où l’on est dans un potager de rayonner les planches, avant que de semer les graines potageres, telles que l’oseille, la poirée, le persil, le cerfeuil & les épinars : ce qui se fait avec la pointe d’un bâton qui trace des rigoles à distance convenable, suivant un cordeau téndu d’un bout à l’autre de la planche ; les autres graines, telles que les racines, les raves, les oignons, se sement en pleine planche, sans rayonner, & même les jardiniers marechais, pour aller plus vite, sement tout sans rayonner : ce qui n’est jamais si propre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rayonner »

Étymologie de rayonner - Littré

Rayon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rayonner - Wiktionnaire

→ voir rayon et -er. Littéralement, « envoyer des rayons (de lumière) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rayonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rayonner rɛjɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « rayonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rayonner

Citations contenant le mot « rayonner »

  • Communiqué 📢 | Faire rayonner la gastronomie, les produits et terroirs français à travers le monde : le @GouvernementFR lance « Taste France magazine » pour soutenir les entreprises françaises à l’export ⤵ https://t.co/orwQ9EFCWV Métropolitaine, TasteFrance.com : comment la France cherche à faire rayonner sa gastronomie en ligne
  • Quand la guerre est là, les artistes sont peut-être les derniers qui s’accordent une parole de liberté et peuvent faire rayonner cette force dans le peuple. De Cheyenne Carron / Extrait de l'interview du Figaro du 16 novembre 2015
  • La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. De Victor Hugo / Discours d’ouverture du congrès littéraire, 1878
  • Où manque la force, le droit disparaît ; où apparaît la force, le droit commence de rayonner. De Maurice Barrès / La grande Pitié des églises de France

Images d'illustration du mot « rayonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rayonner »

Langue Traduction
Corse brilla
Basque distira
Japonais 輝く
Russe блеск
Portugais brilho
Arabe يلمع
Chinois 闪耀
Allemand scheinen
Italien splendere
Espagnol brillar
Anglais shine
Source : Google Translate API

Synonymes de « rayonner »

Source : synonymes de rayonner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires