La langue française

Draper

Définitions du mot « draper »

Trésor de la Langue Française informatisé

DRAPER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− Vx, TECHNOL. Effectuer les opérations (foulage, lainage) propres à convertir une étoffe de laine en drap. Draper une étoffe (Besch.1845).
Emploi abs. :
1. J'étais l'élève du père Fritz, (...) qui m'enseignait l'art de « draper », c'est-à-dire de lisser le poil d'un tissu brut et de le faire briller. A. Maurois, Mémoires,I, VI, p. 85 ds Rob.
B.− Habiller, garnir, recouvrir de drap, de draperies.
1. Habiller de drap.
a) [Le suj. désigne une pers., le compl. un vêtement ou un ornement vestimentaire] Habiller, recouvrir de vêtements amples qui forment des plis harmonieux. Madame Bergeret y déposait le mannequin sur lequel elle drapait les jupes taillées par elle (France, Mannequin,1897, p. 3).Elle s'amusait, parfois, à draper sur moi le burnous noir léger, rayé de lames d'or (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 157).
Disposer en plis harmonieux. Elle prit le châle, le drapa sur elle (Balzac, Gaudissart II,1844, p. 594).À la lueur d'une bougie, je drapais ma cravate en rêvassant (Arnoux, Chiffre,1826, p. 25).
b) [Le suj. désigne un vêtement, le compl. une pers.] Vêtir, recouvrir en formant des plis amples, harmonieux, majestueux. Chemise, corsage qui drape le torse de qqn; épaule que drape une redingote. Un vieux nègre assez flasque enveloppé dans un pagne jaune qui le drapait fort dignement (Céline, Voyage,1932, p. 193).Deux pièces de laine grise la drapaient jusqu'à mi-jambes (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1435).
Spéc., PEINT. et SCULPT. Représenter une personne vêtue de vêtements légers et amples. Draper une statue, une personne à l'antique. Les maîtres du XVIIeeurent recours à un artifice ingénieux [dans le Baptême du Christ]; ils drapèrent le Christ dans une large écharpe aux plis harmonieux (Mâle, Art relig.,1932, p. 261).
Au fig., fam. ,,Draper quelqu'un. En faire un portrait satirique. J'ai vu ce que vous avez dit de votre adversaire : le voilà bien drapé`` (Ac.1932).
2. Recouvrir de drap, d'une draperie. Draper un salon de soie; draper une coiffeuse de mousseline. Un petit tapis jaune qui drapait l'accoudoir d'une fenêtre en mirador (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 27):
2. J'ai trois pages dans ma famille, répondit M. de Charlus, et le droit de draper en rouge à cause d'un titre cardinalice, ... Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 612.
Spéc. Recouvrir d'un drap noir en signe de deuil. Draper une voiture de noir; draper un portail d'église. Des tapissiers étaient occupés à draper à la porte les tentures mortuaires (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 88).
Absol. Porter le deuil. Sous Louis XIV, nous drapâmes à la mort de Monsieur, comme ayant la même grand'mère que le roi (Proust, Sodome,1922, p. 1089).
3. P. anal. Décorer d'une étoffe en la disposant en plis harmonieux. Draper une fenêtre, une baie de rideaux. Aux portes, aux croisées, un de ces tapissiers qui sont de vrais artistes avait drapé de moelleux rideaux en cachemire (Balzac, Fille Ève,1839, p. 67).
P. métaph. Le bouquet d'ormes (...) drapait la tenture verte de ses branches (Zola, Page amour,1878, p. 879).Le chèvrefeuille, qui drapait un grand arbre mort, apportait aussi le miel de ses premières fleurs (Colette, Chatte,1933, p. 3).
4. Au fig. Cacher ses sentiments, un aspect de sa personnalité en adoptant une attitude trompeuse. Irène sourit d'un sourire glacé, impertinent. « Ne drapez pas votre jalousie, mon petit Jacques, dans l'étendard de l'amitié incorruptible » (Gracq, Beau tén.,1945, p. 167).
Vx. Critiquer sévèrement et systématiquement. Il a joliment drapé votre dernier ouvrage (L.-B. Picard, Théâtre,t. 8, Les Charlatans et les compères, 1821, p. 339).Nous ennemis, Paris? pour quelques mots! (...) fi donc! On m'a souvent drapé de bien autre façon! (Augier, Ciguë,1844, I, p. 40).
II.− Emploi pronom.
A.− S'envelopper dans un vêtement ample qui forme des plis harmonieux. Se draper dans sa cape, son manteau, dans un peignoir :
3. J'enfilai ma robe de chambre et lui son vieux peignoir blanc. − Vous devriez jeter cette horreur, dis-je. Il se drapa étroitement dans le tissu éponge : − Jamais! J'attendrai qu'il me quitte. Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 434.
P. métaph. La masse confuse de la forteresse, en face, se drapait, s'élargissait, ramassait autour d'elle le brouillard du soir (Gracq, Syrtes,1951, p. 127).
B.− Au fig. [Le compl. est introduit par dans] S'enorgueillir, prendre une attitude imposante qui met en avant ce qui est considéré comme une vertu. Se draper dans sa vertu. Luce s'amuse de tout son cœur, Anaïs se drape dans sa dignité et s'en va (Colette, Cl. école,1900, p. 281).
[Le compl. est introduit par dans ou de] Faire parade. Il [l'attaché au journal] se drape souvent de puritanisme (Balzac, Œuvres div.,t. 3, 1836-48, p. 569).Moi (...) la seule à ne pas me draper dans les vestiges de la bourgeoisie (Cocteau, Par. terr.,1938, p. 193).Se draper superbement dans l'ironie du dandysme (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1891, p. 64).
Absol. Je trouve que les étrangers font mieux que nous. Ils ne posent pas, et nous, ou nous nous drapons, ou nous nous vautrons (Sand, Corresp.,t. 5, 1812-76, p. 291).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. drapement. Action, manière de (se) draper, son résultat. On parle du costume des peuples antiques, du drapement de leurs corps dans des morceaux d'étoffe carrés, sans coupe appropriée à la forme des membres (Goncourt, Journal, 1890, p. 1113). P. métaph. Je pensais mes Destinées. Je les voulais, hautes et graves, emphatiques En un clair drapement de gloire (Régnier, Poèmes anc., 1890, p. 163).
Prononc. et Orth. : [dʀape], (je) drape [dʀap]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1225 « fabriquer le drap » (Péages de Sens, 35, Lecoy de La Marche ds R. Hist. litt. Fr., t. 10, p. 337) − début xviies., O. de Serres ds Littré; 2. a) 1503-04 « habiller, vêtir [ici au fig.] » (J. d'Aut[on], Ann. de Louis XII, Ms., fol. 131 ds La Curne : ... forestz de verdure drappées); b) 1552 « frapper; dauber » (Rabelais, Quart Livre, chapitre XIV, éd. Marty-Laveaux, t. 2, p. 321); c) 1622 spéc. peint. (R. François, Essay des merveilles de nature, 2eéd., Rouen, p. 313 : drap bien drappé); 1838 fig. (Hugo, Ruy Blas, 1, 2 : drapant sa gueuserie avec son arrogance); 1901 part. passé subst. (Colette, Cl. Paris, p. 256). Dénominatif de drap*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 169.

Wiktionnaire

Verbe

draper transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se draper)

  1. Couvrir de drap, ou plus généralement de draperies tendues en signe de deuil.
    • Draper les piliers, les chaises d’une église.
    • On remarqua dans la ville ce deuil, et l'on jasa. On en conclut qu'il avait quelque alliance avec le vénérable évêque. "Il drape pour l'évêque de Digne", dirent les salons. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 5, 4 ; 1862)
  2. (Peinture) (Sculpture) (Par extension) Habiller une figure, ou en représenter les vêtements amples, formant des plis.
    • Draper une figure.
  3. (Par analogie) Garnir d’une étoffe de manière à ce qu’elle forme des plis harmonieux.
    • Assis sur le coffre et déjà emmitouflé dans la pelisse de M. Butteridge, Bert avait drapé autour de son buste le vaste manteau de dame, et enroulé autour de ses jambes une épaisse couverture. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 89 de l’éd. de 1921)
    • Comme c'est une matière très souple, son emploi sans mélange n'est pas toujours avantageux et donne des étoffes qui ne drapent pas suffisamment; on l'emploie donc généralement en mélange avec la laine de mouton. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  4. Disposer une tenture.
    • Draper une portière.
  5. (Figuré) Donner une apparence trompeuse.
    • – Mais il est catholique ! dit Mrs. Calthorpe, avec cet art merveilleux qu’ont les Anglais pour draper d’un voile religieux et moral les préoccupations les plus terre à terre. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, pages 51-52.)
  6. (Figuré) (Familier) Faire un portrait satirique de quelqu’un.
    • J’ai lu ce que vous avez dit de votre adversaire : vous l'avez bien drapé.
  7. (Pronominal) (Par analogie) Arranger ses vêtements, pour un acteur, surtout lorsqu’il est habillé à la grecque ou à la romaine.
    • Cet acteur se drape bien. Il sait bien se draper. Acteur drapé à l’antique.

Nom commun

draper masculin

  1. Variante de drapier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DRAPER. v. tr.
Couvrir de drap. Il se dit généralement des Draperies tendues en signe de deuil. Draper les piliers, les chaises d'une église. En termes de Peinture et de Sculpture, il signifie, par extension, Habiller une figure, ou en représenter les vêtements; mais il ne se dit qu'en parlant de Vêtements amples et formant des plis. Draper une figure. Par analogie, il signifie aussi Garnir d'une étoffe de manière qu'elle forme des plis harmonieux. Draper une fenêtre. Il signifie aussi Disposer une tenture. Draper une portière. Fig. et fam., Draper quelqu'un, En faire un portrait satirique. J'ai lu ce que vous avez dit de votre adversaire : le voilà bien drapé.

SE DRAPER se dit, par analogie, de la Manière dont un acteur arrange ses vêtements, surtout lorsqu'il est habillé à la grecque ou à la romaine. Cet acteur se drape bien. Il sait bien se draper. Acteur drapé à l'antique. Fig. et fam., Se draper dans sa vertu, dans sa probité, En faire parade.

Littré (1872-1877)

DRAPER (dra-pé) v. a.
  • 1Recouvrir de drap noir en signe de deuil. Draper un tambour. Les carrosses furent drapés.

    Absolument. Le souverain drape de violet. En Espagne, la reine mère mourut ; elle était sœur de l'empereur et seconde femme de Philippe IV, qui de sa première femme avait eu notre reine Marie-Thérèse, en sorte que le roi en drapa pour un an sans regret, Saint-Simon, 35, 154. Le roi déclara à la mort du roi d'Espagne, qu'il draperait, Saint-Simon, 82, 65.

  • 2Mettre de petits morceaux de drap aux sautereaux d'un clavecin, d'une épinette.
  • 3Garnir de draperies. Draper un lit, une fenêtre.
  • 4 Terme de peinture. Habiller une figure de vêtements amples, ou la représenter habillée de vêtements amples. Draper une figure.

    Absolument. Le talent de bien draper. C'est un sac d'où sortent une tête et deux bras ; il faut draper large, sans doute ; mais ce n'est pas ainsi, Diderot, Salon de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 21.

  • 5 Fig. et familièrement, dire beaucoup de mal de quelqu'un. Que nous puissions draper comme ils font nos écrits, Régnier, Sat. IX. On dit qu'on l'a drapé dans certaine satire, Boileau, Sat. III. Quand Despréaux fut sifflé sur son ode, Ses partisans criaient par tout Paris : Pardon, messieurs, le pauvret s'est mépris ; Plus ne louera, ce n'est pas sa méthode ; Il va draper le sexe féminin, Fontenelle, Madrigal. Une épître au colonel où je le drapai de mon mieux, Rousseau, Conf. IV.
  • 6 Terme de relieur. Frotter avec le drap fin. On dit aussi serger.
  • 7Se draper, v. réfl. En parlant des acteurs, disposer son costume à l'antique.

    Fig. Se draper, prendre une attitude théâtrale, se faire remarquer par sa pose.

  • 8 Ironiquement. Se draper dans sa vertu, dans sa probité, vanter sa vertu, sa probité, comme si l'on s'en faisait un manteau. Cela se dit surtout d'une vertu, d'une probité affectée plutôt que réelle.
  • 9Ils se sont joliment drapés, ils ont dit beaucoup de mal l'un de l'autre.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nus ne puet [peut] mettre aignelins avec laine pour draper, et se il le fet, il est de chascune drapée en dix sous d'amende, Liv. des mét. 121.

XVIe s. Lessez les fleurs, o deesses napées, Et appellez les fontalles nayades, Et aux forests de verdure drapées Allez querir satires et dryades, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, ms. f° 131, dans LACURNE. Oudart se chausse de son guantelet : et de daulber Chicquanous, et de drapper Chicquanous, Rabelais, Pant. IV, 14. Tant plus avant nous entrons en ce propos, et plus ces bons seigneurs ici draperont sur la tissure, et tous, à nos depens, Marguerite de Navarre, Nouv. X. … Comme la grande quantité de fines laines, se drappans dedans le royaume, et transportèes es païs voisins, pour estre ouvrées, en rendent bon tesmoignage, De Serres, 316.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « draper »

De drap.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Drap. Draper, dans le sens de critiquer, est le terme de peinture détourné pour signifier couvrir d'une draperie ridicule, railler, se moquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « draper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
draper drape

Évolution historique de l’usage du mot « draper »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « draper »

  • DRAPÉ / DRAPER. "Les mots draperie et drapé font partie du vocabulaire des arts depuis la Renaissance. Ils sont définis ainsi dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française paru en 1694 : « [ce terme de draperie] signifie en termes de peinture, la représentation des étoffes & des habits ». La draperie est ainsi un vêtement (ou un tissu) représenté ou imité. Si le mot a été défini au XVIIe  siècle, cela ne veut pas dire pour autant que l’objet draperie n’existait pas au préalable. Toutes les périodes de l’histoire de l’art, toutes les civilisations et toutes les techniques artistiques sont en effet concernées. Quelle œuvre d’art ne comporte pas une figure drapée, en mouvement ou statique, un pan de draperie déployé au premier plan ou encore une tenture accrochée à l’arrière-plan ? " France Culture, L'art du drapé ou comment cacher le nu pour mieux le révéler

Images d'illustration du mot « draper »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « draper »

Langue Traduction
Anglais drape
Espagnol cubrir
Italien drappo
Allemand drapieren
Chinois 悬垂
Arabe ثنى
Portugais cortina
Russe драпировка
Japonais ドレープ
Basque drape
Corse drape
Source : Google Translate API

Synonymes de « draper »

Source : synonymes de draper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « draper »

Draper

Retour au sommaire ➦

Partager