La langue française

Endurer

Définitions du mot « endurer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENDURER, verbe trans.

[Le suj. désigne un être animé]
A.− Souffrir, subir quelque chose de pénible, de douloureux (situation difficile, épreuve, etc.). Endurer des peines, des tourments, le martyre. (Quasi-)synon. éprouver.Jamais je n'en ai été réellement maltraité. Je n'ai pas souffert la centième partie de ce qu'a enduré M. de Baure (Stendhal, H. Brulard,t. 2, 1836, p. 451).La maison devenait un enfer, Berthe y endurait une continuelle torture, car sa sœur Hortense (...) ne prononçait pas une phrase, sans y glisser une allusion blessante (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 344):
1. Mes douleurs d'estomac sont revenues, horribles, intolérables. (...) Dieu seul peut savoir ce que j'endure. Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1145.
Faire endurer qqc. à qqn.La nourrice de Marie [Stuart] se plaint au commandant de la forteresse des traitements qu'il fait endurer à sa prisonnière (Staël, Allemagne,t. 2, 1810, p. 318).
B.− Supporter avec fermeté et constance. Endurer la fatigue. (Quasi-)synon. supporter, résister à, être dur à.
1. [Fatigue ou douleur physique] Il était rude à lui-même, infatigable, sachant endurer patiemment la faim, la soif, le froid, la pluie, la chaleur (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 4, 1821-24, p. 268).Quand j'étais bien sage, quand j'endurais vaillamment mes bobos, j'avais droit à des lauriers, à une récompense (Sartre, Mots,1964, p. 50):
2. Elles piétinaient dans la boutique du matin au soir, portaient des sacs, déplaçaient des caisses, battaient des vêtements, brossaient, nettoyaient, couraient, se démenaient jusqu'à l'épuisement. Édith, robuste, endurait cette énorme besogne sans fatigue. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 198.
2. [Fatigue morale, épreuve] Votre amour (...) ne savait supporter ni le dédain ni la raillerie; le mien peut tout endurer sans faiblir (Balzac, Langeais,1834, p. 338).Il sut avec une heureuse sagesse endurer de longs mépris. Il recevait les affronts avec tranquillité (France, Orme,1897, p. 208):
3. Bernard devina qu'il n'endurerait pas trente jours ce qu'il avait à peine supporté sans exploser pendant une fin de semaine : il résolut de partir... Nizan, La Conspiration,1938, p. 160.
SYNT. a) Endurer + compl. d'obj. dir. : endurer une épreuve, des misères, des peines, des privations, des souffrances, un supplice, la torture. b) Endurer + adv. ou compl. circ. : endurer lâchement, passivement, patiemment, stoïquement, vaillamment; endurer sans murmurer, sans se plaindre, avec patience, avec résignation.
Emploi abs. Cette devise, par exemple, que je vous offre : « Endurer, pour durer! » (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 45).Patience! Qui veut durer, doit endurer (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 986).
C.− Tolérer. Synon. admettre, supporter.Ce trait d'impolitesse est le dernier que je veuille endurer (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 218):
4. Toutefois, la jeune MmeMaréchal (...) n'endurait pas les plaisanteries sur la piété, et son mari, qui adorait la gaudriole de Béranger, dut être souvent ramené, de façon sévère, au sentiment des convenances de sa position. Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 21.
Constr. vieillies
Endurer de + inf.À chaque heure qui tourne au cadran de l'église d'à côté, je me demande si je vais pouvoir endurer de vivre encore (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1913, p. 352).
(Ne pas) endurer que + subj.Mais j'endure mal qu'on injurie ma femme, en mon absence surtout (Bloy, Journal,1895, p. 184).Touvereyn endura que le patron silencieux le regardât en face, puis il mâcha de lentes paroles (Hamp, Champagne,1909, p. 105).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃dyʀe], (j')endure [ɑ ̃dy:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1050 « supporter, souffrir » (Alexis, éd. Chr. Storey, 397 : Tantes dolurs ad pur tei andurede[s]). Empr. au lat.indurare « endurcir son corps; son cœur » en lat. impérial. Fréq. abs. littér. : 590. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 836, b) 729; xxes. : a) 1 328, b) 603.

Wiktionnaire

Verbe

endurer \ɑ̃.dy.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Souffrir, supporter avec fermeté, constance.
    • Les foules annamites endureront-elles longtemps les assassins payés par la Démocratie ? — (Paul Nizan, Les Chiens de garde, 1932)
    • Malgré les souffrances physiques que j’endure au moment où je trace ces lignes, je me souviens non sans une mélancolie amusée de l’abominable caban bleu marine dont m’affublait l’autrice de mes jours sans tenir compte de mes supplications : […]. — (Alain Giraudo, Le Respect qu'on se doit, Mon Petit Éditeur, 2014, page 19)
    • Endurer le froid, la faim, la soif.
    • Endurer une injure, un affront.
    • Endurer le martyre.
    • J’en ai à endurer avec lui !
  2. (Par extension) Permettre.
    • N’endurez pas qu’on fasse tort à votre famille.
  3. (Marine) Relâcher son effort sur les avirons.
    • Endurez partout ! lança Allday qui se tenait genoux fléchis, barre au poing. Les avirons en dedans !. — (Alexander Kent, traduction d’Alain Bories, Capitaine de Sa Majesté, Phébus, coll. « libretto », 1992, p. 41)

Verbe

endurer \Prononciation ?\

  1. Endurer.
    • Mout i suefrent e i endurent — (Le Roman de Troie, édition de Constans, tome III, page 356, c. 1165)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENDURER. v. tr.
Souffrir, supporter avec fermeté, constance. Endurer du mal. Les peines, les tourments que j'endure. Endurer le froid, la faim, la soif. Endurer une injure, un affront. Endurer le martyre. J'en ai à endurer avec lui! Il signifie par extension Permettre. N'endurez pas qu'on fasse tort à votre famille. On dit plus ordinairement Ne souffrez pas.

Littré (1872-1877)

ENDURER (an-du-ré)
  • 1 V. a. Supporter ce qui est dur, pénible. Là par un long récit de toutes les misères Que durant notre enfance ont enduré nos pères, Corneille, Cinna, I, 3. Tous les maux qu'un esclave endure dans les fers, Corneille, Rodog. I, 6. Pour rompre un hymen qu'avec peine elle endure, Corneille, ib. III, 2. Il faut de ses amis endurer quelque chose, Molière, l'Étour. I, 10. …D'un refus cruel l'insupportable injure N'était qu'un faible essai des tourments que j'endure, Racine, Phèd. IV, 6. La terre avec horreur dès longtemps les endure [les Juifs], Racine, Esth. II, 2. Un affront vit toujours sur le front qui l'endure, Voltaire, Triumv. v, 2. Il est dans la nature de l'homme d'endurer patiemment la nécessité des choses, mais non la mauvaise volonté d'autrui, Rousseau, Em. II. C'est vous qui avez voulu vous passer de feu et endurer le froid pour nous envoyer votre bois, Genlis, Veillées du chât. t. II, p. 538, dans POUGENS.

    Endurer que, avec le subjonctif. Mais as-tu vu mon père et peut-il endurer Qu'ainsi dans sa maison tu t'oses retirer ? Corneille, Hor. I, 4. Endurer que l'Espagne impute à ma mémoire D'avoir mal soutenu l'honneur de ma maison, Corneille, Cid, I, 10. Comment, mesdames, nous endurerons que nos laquais soient mieux reçus que nous ? Molière, Préc. ridic. 16. Je me veux fâcher et tu es une vilaine, toi, d'endurer qu'on te cajole, Molière, Fest. de P. II, 3. J'arrêtai toute l'affaire, et ne voulus point endurer qu'on opinât, si les choses n'allaient dans l'ordre, Molière, l'Am. méd. II, 3. Vous pour qui seuls elle ne pouvait endurer qu'on lui dît que ses trésors étaient épuisés, Bossuet, Marie-Thér. Vous qui sans désespoir ne pouviez endurer Que Pyrrhus d'un regard la voulût honorer, Racine, Andr. IV, 2.

    Endurer de, avec l'infinitif. Mais haïr un rival, endurer d'être aimée… N'est-ce point dire trop ce qui sied mal à dire ? Corneille, Attila, II, 6.

  • 2 V. n. Avoir de la constance à supporter. On recommande assez la patience aux autres, Mais il s'en trouve peu qui veuillent endurer, Corneille, Imit. II, 12. Hélas ! s'il est ainsi, quel malheur est le mien ? Je soupire, j'endure, et je n'avance à rien, Corneille, l'Illus. com. II, 3. Il veut me voir souffrir : je me tais et j'endure, Th. Corneille, Ariane, IV, 3.

    Terme de marine. Diminuer son effort sur les avirons.

    Souffrir, avoir de la peine. [Autrement il faudrait dire] que nous faisons plaisir aux arbres que nous arrosons de peur que la terre qui n'est point remuée, venant à s'endurcir par la sécheresse, ne soit occasion de les faire endurer, Malherbe, le Traité des bienf. de Sénèque, IV, 14. Boire, manger et se vêtir Sont d'étranges fardeaux qu'impose la nature ; Oh ! qu'un esprit fervent endure Quand il s'y faut assujettir, Corneille, Imit. III, 26. Un traître ne pourra se vanter un moment D'avoir fait endurer Alcide impunément, Rotrou, Hercule mourant, III, 1.

  • 3S'endurer, v. réfl. Être enduré. Un tel reproche s'endure difficilement.

HISTORIQUE

XIe s. Et endurer et granz chauz et granz freiz, Ch. de Rol. LXXVII.

XIIe s. Onc [je] ne cuidai par li [elle] maus endurer, Couci, VI. Amors me dit qu'ainsi [je] doi endurer, ib. XX. Encor faiseit-il plus cel cor [à son corps] mal endurer, Chascune nuit faiseit sa char discipliner, E as verges trenchanz et batre e descirer, Th. le mart. 102.

XIIIe s. [Elle] Prent pour Dieu plus en gré tous les maus qu'ele endure, Berte, XLII. Puisqu'il vous plaist, dous sire, que j'oie à endurer, ib. XLIII. Quant li rois Ferrans et sa gent virent qu'il ne poroit plus endurer, si tournerent le dos, Chr. de Rains, p. 78. Mais moult doit prode feme soufrir et endurer, avant qu'ele se mete hors de se [sa] compaignie [qu'elle ne quitte son mari], Beaumanoir, LVII, 4. Esperance d'avoir pardon Ou par penitançe ou par don Fet endurer mainte mesaise ; Li endurers fet mult grant aise ; Car mult legierement endure Qui eschive paine plus dure, Rutebeuf, II, 199.

XIVe s. Ceulz sont diz mols qui ne les pevent endurer [les souffrances], Oresme, Eth. 201. Car je sui granz et fors, si que bien endurroie Paine et labour dou corps, s'un poi apris l'avoie, Beaud. de Seb. VIII, 51.

XVe s. … Certes j'endureray Au deplaisir des jaloux envieux, Et me tendray par semblance joyeulx, Orléans, Ball. 11. Ladite armée avoit enduré grand faim et soif, Commines, VIII, 7.

XVIe s. Le serviteur n'est de loyal affaire Prenant esbat, quand son seigneur endure, Marot, I, 298. Un corps bien composé pour endurer tout travail, Amyot, Préf. xx, 37. Le papier endure tout, Amyot, ib. XII, 39. Hannibal se mict au plus honorable lieu, ce que Scipion endura patiemment, Amyot, Flamin. 43. Il pensa que ce luy seroit une honte, d'endurer que les ennemis approchassent si près de luy, Amyot, Pyrrhus, 34. Sois courageux ; toute rude avanture Par traict de temps est douce s'on l'endure : Pour endurer, Hercule se fit dieu, Ronsard, 625. Enfant, tu es venu au monde pour endurer ; endure, souffre et tais-toi, Montaigne, IV, 267.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « endurer »

En 1, et durer ; provenç. endurar ; ital. indurare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin indurare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « endurer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endurer ɑ̃dyre

Évolution historique de l’usage du mot « endurer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « endurer »

  • Il ne faut pas profiter de ses amis. Ils sont déjà gentils de nous endurer. De Jean-Claude Clari / L'Appartenance
  • Si les sots pouvaient se faire une idée des souffrances qu'ils nous font endurer, ils se tairaient. De Albert Husson
  • Ce sont généralement les gens qu'on aime beaucoup qu'on a le plus de difficulté à endurer. De Jean-Marie Poupart / Terminus
  • Le non-sens est plus proche du réel que la raison, qui ne sert qu'à l'endurer. De Roland Topor
  • Il est dans la nature de l'homme d'endurer patiemment la nature des choses, mais non la mauvaise volonté d'autrui. De Jean-Jacques Rousseau
  • Une vie de bonheur ! Il n’est pas d’homme capable de l’endurer : ce serait l’enfer sur terre. De George Bernard Shaw / L'homme et le surhomme
  • Au début, on croit mourir à chaque blessure. On met un point d'honneur à souffrir tout son soûl. Et puis on s'habitue à endurer n'importe quoi et à survivre à tout prix. De Virginie Despentes / Baise-moi
  • J'ai compris pourquoi les stars sont payées si cher. C'est parce qu'elles doivent endurer toutes les conneries qu'on peut écrire sur elles. De Leonardo DiCaprio
  • Quels que soient les tourments que te font endurer les hommes, ils sont le souffle vital de l'humanité. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • L’essentiel n’est ni l’éclat ni la gloire, l’essentiel est d’apprendre à endurer. De Jean-Jacques Beineix / Evene.fr - Mai 2006
  • C’est toujours ceux qu’on aime qui sont pris pour endurer les malheurs qu’on enferme et les défauts qu’on ne peut plus cacher. De Paul Piché
  • J'admire et méprise les hommes pour tout ce qu'ils sont capables d'endurer. Gérard Bauër, Carnets, Gallimard
  • Qui sait endurer connaît la tranquillité. De Zhang Xianliang / Mimosa
  • On peut tout endurer, sauf une prospérité ininterrompue. De Johann Wolfgang von Goethe
  • Je peux joyeusement endurer une douleur et savourer sans joie le bouquet d’un vin. De Scheler
  • Ne jamais perdre le contact avec les menues réalités quotidiennes, c'est là un principe qui permet de beaucoup endurer. De Louis Bromfield / Mrs Parkington
  • Que votre esprit de dévouement prenne le dessus sur votre envie de fuir votre mère est admirable, mais ça ne doit pas se faire au détriment de votre santé mentale. Votre mère vieillit comme elle a vécu, et il n’y a aucune chance, vu son âge, qu’elle s’améliore de quelque façon. Mais vous n’êtes pas tenue, loin de là, de l’endurer sans réagir. Mettez vos limites, puisqu’elle n’en mettra jamais à sa méchanceté. Exigez le respect de sa part et n’oubliez jamais de lui remettre sur le nez qu’en votre qualité d’unique ressource d’aide, vu son mauvais caractère qui a fait fuir tout le monde, elle vous doit un minimum d’égards. Bonne chance ! Le Journal de Montréal, La vieillesse ne rend pas meilleur l’être méchant | JDM
  • Ce drame aurait-il pu être évité ? Selon l'agence de presse Yonhap, citant l'une de ses connaissances, la jeune athlète avait alerté le Comité olympique et sportif coréen (KSOC) en avril dernier des agressions physiques et psychologiques que lui faisaient endurer ses entraîneurs. Mais ses plaintes n'auraient pas été entendues. Et c'est donc seule que Choi Suk-hyeon a dû endurer son calvaire, qu'elle avait pris soin de documenter. , Corée du sud : victimes d'agressions de ses entraîneurs, une triathlète se suicide - Terrafemina
  • Le tempérament normand d’Édouard Philippe, qui pousse – paraît-il – à l’indécision tactique n’aura pas été de trop pour lui faire endurer son périlleux passage au gouvernement. Contrepoints, Édouard Philippe retourne dans son havre de paix | Contrepoints
  • Étant le capitaine du FC Barcelone et poids lourds du vestiaire, les décisions exécutives du Barça sont souvent liées à Lionel Messi dans la presse. Une situation que le principal intéressé refuserait d’endurer éternellement. Le 10 Sport, Mercato | Mercato - Barcelone : Ça commence à faire beaucoup pour Messi…
  • Voici aujourd’hui une bonne nouvelle sur ce segment pour toute l’industrie des véhicules électriques. Selon un récent rapport de Bloomberg, la société du nom de Contemporary Amperex Technology affirme avoir mis au point une nouvelle batterie pour les véhicules électriques capable d’endurer pas moins de 2 millions de kilomètres. Pour remettre les choses en perspective, cela représente environ 16 années de conduite. Autrement dit, cette batterie pourrait durer aussi longtemps que la voiture en elle-même. Pas mal, non ? Begeek.fr, Voiture électrique : un fabricant annonce avoir mis au point une batterie pouvant tenir 2 millions de kilomètres
  • Mais cette fois-ci, ce n’est pas un roman mais un livre coup de poing, témoignage de toute la souffrance qu’elle et ses collègues ont dû endurer. , Rentabilité et sexisme : une Croisicaise raconte l'enfer de France Télécom | L'Écho de la Presqu'île
  • Le prévenu, n’ayant pas de souvenirs du passage à tabac qu’il a fait endurer à une femme, a été incapable de fournir une explication. Il a été condamné à 22 mois de prison ferme. SudOuest.fr, "Je suis en train de te tuer" : en Dordogne, il s’invite chez elle et lui fait vivre un calvaire

Traductions du mot « endurer »

Langue Traduction
Anglais endure
Espagnol soportar
Italien sopportare
Allemand ertragen
Chinois 忍受
Arabe تحمل
Portugais suportar
Russe терпеть
Japonais 耐える
Basque jasan
Corse suppurtà
Source : Google Translate API

Synonymes de « endurer »

Source : synonymes de endurer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « endurer »

Endurer

Retour au sommaire ➦

Partager