La langue française

Défaillant

Sommaire

  • Définitions du mot défaillant
  • Étymologie de « défaillant »
  • Phonétique de « défaillant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « défaillant »
  • Citations contenant le mot « défaillant »
  • Traductions du mot « défaillant »
  • Synonymes de « défaillant »
  • Antonymes de « défaillant »

Définitions du mot défaillant

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFAILLANT, ANTE, part. prés. et adj.

I.− Part. prés. de défaillir*.
II.− Emploi adj.
A.− [Avec une idée de perte quantitative, de manque matériel]
1. [En parlant des manifestations physiques d'un phénomène naturel gén. cyclique] Qui décline jusqu'à disparaître complètement. Nous rentrions de nuit à Londres, aux rayons défaillants des étoiles, submergées l'une après l'autre dans le brouillard de la ville (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 486).
2. [En parlant d'une pers.] Qui fait défaut, qui est absent, qui ne répond pas à l'attente de quelqu'un. L'un des jurés manque à l'appel. On n'a reçu de lui aucune lettre d'excuses; rien ne motive son absence. (...) quand s'amène tout suant le juré défaillant (Gide, Souv. Cour d'ass.,1913, p. 620):
1. ... si celui-ci [le prévôt de Saint-Denis] manque au rendez-vous, ils pousseront jusqu'à Saint-Denis même, pour y trouver l'abbé, ou à défaut le prieur, ou à défaut le portier. Prévôt, abbé, prieur ou portier auront charge de faire procéder à la répartition des emplacements. S'ils sont défaillants, les bourgeois y pourvoiront d'eux-mêmes. Faral, La Vie quotidienne au temps de St Louis,1942, p. 67.
B.− [Avec une idée de perte qualitative]
1. [En parlant de la nature physique d'une pers., d'un organe, d'une activité physiologique] Qui remplit avec moins d'efficacité ou ne remplit plus du tout ses fonctions, généralement sous l'effet d'une forte émotion. Main, voix défaillante; forces défaillantes. Pendant ces longues neiges, ma santé défaillante éteignant l'imagination (Michelet, Oiseau,1856, p. XXXI).Moite, les membres défaillants, elle avait l'impression de vivre un cauchemar (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 184).
Spéc., MÉD.
a) [En parlant d'une pers.] Qui perd connaissance, par suite du ralentissement du rythme cardiaque et de la diminution de la respiration sous l'effet d'un choc physique ou émotionnel. Mariette étendue défaillante sur le lit (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 264).Le duc (...) défaillant, sans voix, tomba sur un canapé (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 21):
2. Mais, soit qu'il apportât trop d'ardeur à l'ouvrage, soit qu'il eût négligé de prendre ce matin-là le repas substantiel qu'exige un pareil déploiement de force physique, il parut bientôt las et défaillant. Verne, Les 500 millions de la Bégum,1879, p. 75.
P. ext. et affaiblissement de sens. Qui éprouve une forte émotion au point de se sentir ou de sembler prêt à perdre connaissance. Ce silence effrayant de la campagne la bouleversait. (...) Elle sonna de nouveau, défaillante, prête à perdre connaissance (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Serre, 1883, p. 677).
P. anal. Les dernières fleurs d'automne, quelques défaillantes roses du Bengale, demi-effeuillées (Michelet, Insecte,1857, p. 308).
b) [En parlant du cœur] Qui ralentit son rythme sous l'effet d'une forte émotion. Cette faiblesse dans les jambes, cette tête pleine de coton, ce cœur défaillant et, surtout, surtout, une impérieuse envie de pleurer, de gémir (Duhamel, Confess. min.,1920, p. 203).Et lui, son visage altéré, son cœur défaillant, tout son être détruit par cette beauté éblouissante (Barrès, Jard. Oronte,1922, p. 214).
2. [En parlant de la vie morale, affective et intellectuelle d'une pers.]
a) [En parlant d'une notion morale, d'un sentiment, d'une faculté intellectuelle] Qui s'affaiblit ou disparaît. Courage défaillant; attention, raison, volonté défaillante. Cette pudeur patriotique (...) dut réveiller en son cœur sa dignité défaillante (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 135).L'imagination défaillante ne sait plus suggérer que ce qu'elle a déjà conçu (Valéry, Variété IV,1938, p. 77).
b) [En parlant d'une pers.] Qui perd (en tout ou en partie) ses forces morales, qui présente une attitude d'apathie, de défaitisme et de renoncement. Avec les hésitations (...) du désespéré qui se suicide, défaillant (Proust, Swann,1913, p. 158).Il se sentait déprimé et défaillant (Brémond, Hist. sent. relig.,t. 3, 1921, p. 448).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi subst. de défaillant au sens de : celui qui commet une erreur, une faute sous l'effet d'un relâchement ou d'un abandon des forces morales. Brandissant la loi, il frappait sans pitié les faibles, les défaillants (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Veillée, 1882, p. 795).
3. [En parlant des productions de l'activité humaine : une machine, un instrument, une institution, un système social, une œuvre littéraire ou artistique] Qui perd son efficacité, son intensité d'expression. Gilliatt avait sa cambuse vide, son outillage ébréché ou défaillant (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 297).N'est-ce donc rien que de faire durer un régime défaillant quelque vingt années de plus? (Sainte-Beuve, Cahiers,1869, p. 101).Passé deux heures avec J.-É. Blanche à rapetasser son manuscrit terriblement défaillant par endroits (Gide, Journal,1916, p. 534).
Prononc. et Orth. : [defajɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Ds Ac. 1694, s.v. deffaillant; ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Fréq. abs. littér. : 409. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 408, b) 611; xxes. : a) 968, b) 480.

Wiktionnaire

Adjectif

défaillant \de.fa.jɑ̃\

  1. Qui fait défaut, en parlant des forces physiques ou morales.
    • Toujours penchée sur le grabat des âmes, Elle lavait les plaies, pansait les blessures, réconfortait les défaillantes langueurs des conversions. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Il y a dans le texte de Kagan un écho certainement délibéré de la formule fameuse de Kipling, annonçant, dès la fin du XIXe siècle ([…]) que les Américains, représentants jeunes et dynamiques de la race anglo-saxonne, reprendraient aux Britanniques défaillants « le fardeau de l'homme blanc » qui est de tenir le monde en ordre. — (Étienne Balibar, L'Europe, l'Amérique, la guerre: Réflexions sur la médiation européenne, La Découverte, 2005, note n° 19)
  2. (Droit) Qualifie une lignée qui n’a plus d’héritiers.
  3. (En particulier) Qui manque à comparaître.
    • Témoin défaillant. — Parties défaillantes.
  4. (Transport) Qualifie un voyageur qui n'utilise pas la réservation effectuée en sa faveur.
  5. (Administration) Qui ne fait ce qu'il s'est engagé à faire, qui manque à ses obligations.
    • Un locataire défaillant. (= qui ne paye pas, ou n'a pas payé, son loyer)
    • Un emprunteur défaillant. (= qui ne rembourse pas, ou n'a pas remboursé, l'argent qu'il a emprunté)

Nom commun

défaillant \de.fa.jɑ̃\ masculin

  1. (Droit) Personne qui manque à comparaître.
    • Le défaillant a été condamné.
    • À l’appel des candidats à cet examen, on constata qu’il y avait beaucoup de défaillants.

Forme de verbe

défaillant \de.fa.jɑ̃\

  1. Participe présent de défaillir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFAILLANT, ANTE. adj.
Qui fait défaut, en parlant des Forces physiques ou morales. Rappeler sa force défaillante. Sa main défaillante cherchait à presser la mienne. Ligne défaillante, Ligne qui n'a plus d'héritiers. Il signifie particulièrement Qui manque à comparaître. Témoin défaillant. Parties défaillantes. On l'emploie dans ce sens comme nom. Le défaillant a été condamné. À l'appel des candidats à cet examen, on constata qu'il y avait beaucoup de défaillants.

Littré (1872-1877)

DÉFAILLANT (dé-fa-llan, llan-t', ll mouillées, et non dé-fa-yan) adj.
  • 1Qui fait défaut, qui manque. Ligne défaillante, ligne qui n'a plus d'héritiers.

    Qui fait défaut en justice. Le défendeur défaillant. Un témoin défaillant.

    S. m. et f. Terme de pratique. Celui, celle qui n'a pas comparu en justice.

  • 2Qui s'affaiblit. Le secret sans doute en est beau Pour la nature défaillante, La Fontaine, Fabl. VIII, 3. J'ai vu sa main défaillante chercher encore en tombant de nouvelles forces pour appliquer sur ses lèvres le bienheureux signe de notre rédemption, Bossuet, Duchesse d'Orl. C'est ainsi que parlait autrefois un roi selon le cœur de Dieu, quand ses jours défaillants et ses infirmités mortelles l'approchaient du tombeau, Fléchier, Dauphine. Toi-même rappelant ma force défaillante, Racine, Phèd. III, 1. Je souhaite qu'un souvenir riant de vos traits puisse encore se retracer dans mon âme défaillante, Staël, Corinne, XX, 3. Par l'ordre d'Omasis, une escorte brillante Guide vers ce palais sa marche défaillante, Baour Lormian, Omasis, III, 7.

HISTORIQUE

XIIe s. Li chaitif fil d'Adam nen ont cure de veriteit ne de celes choses k'à lor salveteit apartiennent, anz quierent icil les choses defaillans et trespassavles, Job, 521.

XIIIe s. Il fu jugié que li defalans ne perdroit pas saizine, Beaumanoir, XXXIX, 76. Et se c'est li sires qui ait porsivi por soi, il doit monstrer les deffautes à ses homes, qui sont envers le defalant, Beaumanoir, XXXIX, 49.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « défaillant »

Participe présent de défaillir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Défaillir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « défaillant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défaillant defajɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « défaillant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défaillant »

  • Platonique. L'amour platonique est une dénomination totalement aberrante de la relation affective entre un glaçon et un défaillant. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Lorsque l’un des parents n’exerce pas le droit de visite et d’hébergement vis-à-vis de son enfant, le juge aux affaires familiales peut être saisi pour le condamner à une amende. S’il n’est pas possible de le contraindre à exercer ce droit, le montant de la pension alimentaire dû par le parent défaillant peut être relevé. , Le non-respect du droit de visite et d’hébergement est sanctionné 

Traductions du mot « défaillant »

Langue Traduction
Anglais failing
Espagnol defecto
Italien in mancanza di
Allemand versagen
Chinois 失败
Arabe فشل
Portugais falhando
Russe провал
Japonais 失敗
Basque huts
Corse fallimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « défaillant »

Source : synonymes de défaillant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « défaillant »

Partager