Dada : définition de dada


Dada : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DADA1, subst. masc.

A.− [Dans le lang. enfantin et ses imitations] Cheval. Le petit Pierre ouvrit la boîte et vit les moutons, les vaches, les chevaux (...) il (...) les nommait par leurs noms (...) dada! toutou! (A. France, Livre ami,1885, p. 252).J'ai cent francs à mettre sur un dada (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 65):
1. J'ai plus un seul grain d'avoine! (...) Et puis tiens je vais emmener le dada (...) Comme il a son fer qu'est parti (...) Je passerai à la forge (...) Je rentrerai à cheval... Céline, Mort à crédit,1936, p. 659.
À dada (sur...). À califourchon. Et prenant Georges sur un genou, il lui fit faire « à dada » (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 590).Quand Jules Verne voulait se moquer d'un marin, il le juchait avec humour à dada sur un âne, un mulet, une rosse de louage (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 62).
Rem. Ac. 1835, 1878, Littré, Guérin 1892, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. attestent le sens « bâton, objet allongé sur lequel un enfant se met à cheval ».
B.− Au fig., p. métaph. Sujet favori; idée ou occupation à laquelle on revient sans cesse. Avoir un nouveau dada; le dada favori de qqn; avoir un dada; c'est son dada. Synon. manie, marotte, toquade.Chaque Anglais a sa manie propre, son dada, son hobby (Morand, Londres,1933, p. 78).Toujours des nouveaux caprices! Des nouveaux dadas! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 641):
2. Un homme qui n'a pas de dada ignore tout le parti qu'on peut tirer de la vie. Un dada est le milieu précis entre la passion et la monomanie. Balzac, Autre étude de femme,1842, p. 411.
[Accompagné d'autres termes fig. du même champ sém.] Pourvu qu'elle n'enfourche pas son dada socialiste (Flaub., Corresp.,1866, p. 246).M. de Flagny suivait pour l'ordinaire mes galops d'amour au petit trot de son dada de la fraternité (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 222).À cheval sur tous les grands dadas de l'entre-trois-guerres (H. Bazin, Vipère,1948, p. 18).
Prononc. et Orth. : [dada]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1. 1508 lang. des enfants (E. d'Amerval, Livre de la deablerie, 2096, éd. Ch. F. Ward); 2. 1776 « manie, sujet favori » (Frenais, trad. de Tristam Schandy ds Mack., t. 1, p. 180). 1 onomat.; 2 calque de l'angl. hobby-horse « id. » (1676 ds NED) que Frenais traduisit par dada. Fréq. abs. littér. : 62. Bbg. Greimas (A.-J.). Nouv. dat. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 301. − Morin (Y. C.). The Phonology of echo-words in fr. Language. Baltimore. 1972, t. 48, no1, p. 105. − Rog. 1965, p. 40. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 408, 432, 438, 443.

DADA2, subst. masc.

A.− Mouvement artistique, créé en 1916, protestant par la dérision et l'irrationalité contre l'absurdité universelle. Prenons, comme dada, un parti franc (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 250):
... le surréalisme s'est forgé d'abord dans le mouvement « dada » dont il faut noter les origines romantiques, et le dandysme anémié. La non-signification et la contradiction sont alors cultivées pour elles-mêmes. « Les vrais dadas sont contre Dada. Tout le monde est directeur de Dada. » Camus, L'Homme révolté,1951, p. 119.
[En constr. d'appos. avec valeur d'adj.] Spectacle, symphonie dada; le mouvement dada (cf. ex. supra). Je venais de rater une occasion unique d'écrire un chef-d'œuvre dada (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 366).
B.− P. méton. Membre du mouvement dada. Synon. dadaïste (cf. dér.).Les vrais dadas (cf. ex. supra). Il ne leur suffit pas aux dadas que j'aie écrit un livre qui leur plaise (Gide, Journal,1924, p. 787).
Rem. Barrès ds Mes Cahiers, fait venir dada2et ses dér. de dada1(par association étymol.). Les dadaïstes : Les enfants appellent un dessin un dada (il représente souvent un cheval). Nos dadaïstes veulent retrouver la fraîcheur, le neuf, le primitif (Barrès, Cahiers, t. 13, 1920-22, p. 31).
Prononc. : [dada]. Étymol. et Hist. 1916, 14 juil. hist. litt. (T. Tzara, « Le Manifeste de M. Antipyrine » ds La Première aventure céleste de M. Antipyrine ds Œuvres complètes, éd. H. Béhar, t. 1, p. 81). Terme volontairement dépourvu de sens, choisi comme un défi par ce mouvement littéraire qui voulait libérer l'instinct au détriment des idées reçues. Le mot dada (cf. dada1) a été trouvé au moyen d'un coupe-papier glissé au hasard entre les pages d'un dict. Larousse, par Tzara, Arp et Huelsenbeck, le 8 févr. 1916 à Zurich au café Terrasse. Fréq. abs. littér. : 13.
DÉR. 1.
Dadaïsme, subst. masc.L'école, le mouvement dada. La révolte fut d'abord négation, volonté de désorganisation, à l'époque du dadaïsme (Béguin, Âme romant.,1939, p. 389). [dadaism̥]. 1reattest. 1917 (Courteline, Boubouroche, Philos. de Courteline, p. 124); de dada2, suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 4.
2.
Dadaïste, adj. et subst.(Pers.) qui appartient à l'école dada. Jeune poète dadaïste; cinéma, poésie dadaïste; le dadaïste Tristan Tzara. Entouré d'une bande de métèques dadaïstes attardés à Montparnasse (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 325).Ils soutiendront que le mot en tant que son est vide d'idée − l'« inanité sonore » des dadaïstes − a les mêmes propriétés émotives que la musique (Benda, Fr. byz.,1945, p. 274). [dadaist]. 1reattest. 1918 (Tzara, Manif. Dada, p. 33); de dada2, suff. -iste*. Fréq. abs. littér. : 13.
BBG. − Ac. Fr. Dict. de l'Ac. Banque Mots. 1973, no5, p. 98 (s.v. dadaïsme).Chevalier (J. C.). Dada. Ét. ling. de la fonction d'un terme qui ne signifie rien. Cahiers Dada du Surréalisme. 1966, t. 1, pp. 7-15. − Hasselrot 20es. 1972, p. 14 (s.v. dadaïste).Thomasson (Lieutenant-colonel de). D'où vient dada? Fr. mod. 1939, t. 7, pp. 347-348.

Dada : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

dada \da.da\ masculin

  1. (Langage enfantin) Cheval.
    • C'était pourtant réjouissant et distrayant de voir courir les dadas sans être obligé de passer au guichet pour lâcher son fric. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XXII, Série noire, Gallimard, 1956, p. 199)
  2. (En particulier) Petit cheval à bascule en bois.
    • Je veux aller à dada !
  3. (Par métaphore) (Figuré) Sujet qui intéresse beaucoup ; idée fixe.
    • Cette dette de trois milliards était son dada ; elle expliquait le cas avec un grand luxe de détails, faisait tout un cours d’histoire, et des rougeurs d’enthousiasme montaient à ses joues, molles et jaunes d’ordinaire comme de la cire. — (Émile Zola, La Curée, Charpentier, Paris, 1871)
    • Vous savez bien ce qu'on appelle un dada, c’est-à-dire une idée fixe qui vous revient toujours en tête, et qui vous mène quelquefois plus loin que vous ne voudriez aller. — (Émile Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, page 321)
    • Toujours chevauchant leur dada (foncer, avec des armées mobiles), nos pontifes de l’X, général Langlois en tête, ne rêvaient que canon léger. — (Victor Margueritte, Au bord du gouffre - août-septembre 1914, 1919)
    • Péteurs ou roteurs, rigolos ou plaideurs, stratèges ou despotes, atrabilaires ou taquins, tous, selon leur tempérament ou leur humeur, débridaient leurs dadas. — (Raymond Guérin, Les Poulpes, Gallimard, Paris, 1953)
    • J’aimais ça biner les betteraves, c’était mon dada, ma vie. C’était un plaisir pour moi de démarier les betteraves. — (Catherine Vigor, Maurice: garde-chasse en Picardie, 2000, page 24)
  4. (Art) Mouvement artistique fondé sur le rejet des règles, conventions et contraintes idéologiques, artistiques ou politiques.
    • Aragon, dans son Projet d’histoire littéraire contemporaine, considère dada comme défunt, dès 1921-1922.

Nom commun 2

dada \da.da\ féminin

  1. (Maroc) (Vieilli) Anciennement esclave noire travaillant en tant que nourrice. Actuellement nourrice.
    • Quand elle a eu deux ans, elle s'est mise à dormir avec sa dada'. — (Fatima Mernissi , Le Maroc raconté par ses femmes, Société marocaine des éditeurs réunis, 1984)

Nom commun

dada féminin

  1. Variante de data.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dada : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DADA. n. m.
Cheval, dans le langage enfantin. Aller à dada. Il désigne aussi familièrement une Idée à laquelle on revient sans cesse, par une sorte de manie. Avoir un dada. C'est son dada. Mettre quelqu'un sur son dada.

Dada : définition du Littré (1872-1877)

DADA (da-da) s. m.
  • 1Cheval, dans le langage des entants. Aller à dada. Le délivreur d'Andromeda Monté sur un ailé dada, Voiture, dans RICHELET. Oh ! si vous faites la rétive, Je vous mets à dada, vous, maman Valentin, Dancourt, le Curieux, 22.

    Son dada demeura court à Lérida, fragment d'une chanson satirique, faite contre le prince de Condé qui avait échoué au siége de Lérida ; on l'employa au XVIIe siècle pour signifier, d'une façon voilée mais libre, une déconvenue dans le combat amoureux, des aiguillettes nouées. J'admire dedans votre lettre Celui qui dit que son dada Demeura court à Lérida, Voiture, Réponse pour Mme de Montausier. Il avait trouvé une occasion favorable [auprès de la Champmeslé], et cependant oserais-je le dire ? Son dada demeura court à Lérida, Sévigné, Lett. 8 avril 1671, éd. 1861, t. II, p. 149.

  • 2Bâton sur lequel un enfant se met à cheval.
  • 3 Fig. et familièrement. C'est son dada, c'est son idée favorite, le désir auquel il revient sans cesse. Le voilà qui enfourche son dada.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dada »

Étymologie de dada - Wiktionnaire

(Nom commun 1) C’est un vocable enfantin relatif aux premiers pas (en anglais, on a to dade a child) et qui a donné « dadais, dandiner » avec une nasalisation de la voyelle ; « dodiner » ou « dodeliner » procèdent du même procédé à partir de « dodo » et expriment aussi l’idée de balancement.
En ce qui concerne le mouvement artistique le nom aurait été trouvé en ouvrant au hasard un dictionnaire, en 1916.
(Nom commun 2) Mot d'arabe dialectal du Maroc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dada »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dada dada play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dada »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dada »

  • Toujours en vue de mieux satisfaire les clients, M. Ducrot a dit miser sur les innovations. "C'est mon dada", a-t-il reconnu, prenant l'exemple de l'affichage en temps réel du taux d'occupation des wagons sur l'application des CFF. SWI swissinfo.ch, CFF: Vincent Ducrot met le client au centre des priorités
  • Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) est née en Suisse et est devenue l'une des artistes dada les plus importantes de sa génération. Auteure de centaines de tableaux, elle a également fabriqué des marionnettes en bois, réalisé des tapisseries, décoré de nombreuses maisons et centres culturels, dansé dans le mythique Cabaret Voltaire de Zurich, lieu de naissance du dadaïsme, et sculpté sa célèbre tête Dadá dans les années 1920. AD Magazine, Sophie Taeuber-Arp, artiste dada et danseuse | AD Magazine

Images d'illustration du mot « dada »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dada »

Langue Traduction
Corse dada
Basque dada
Japonais ダダ
Russe папа
Portugais dada
Arabe دادا
Chinois 达达
Allemand dada
Italien dada
Espagnol dada
Anglais dada
Source : Google Translate API

Synonymes de « dada »

Source : synonymes de dada sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires