La langue française

Manie

Définitions du mot « manie »

Trésor de la Langue Française informatisé

MANIE, subst. fém.

A. −
1. Vx. Égarement d'esprit, folie. (Dict. xixeet xxes.).
2. PSYCH. Syndrome mental caractérisé par des troubles de l'humeur (exaltation), des troubles du comportement (agitation, surexcitation) et des troubles intellectuels (fuite des idées, perte de mémoire). Manie délirante, furieuse, périodique; guérison de la manie:
1. Au bout d'un mois, déjà s'annoncent les signes précurseurs d'un accès de manie, constipation, rougeur du visage, volubilité de langue; il sort de son état d'inertie et de stupeur, se promène dans l'intérieur de l'hospice, se livre à mille extravagances folles et gaies: cet accès dure dix-huit jours, le calme revient avec le rétablissement gradué de la raison... Pinel,Alién. ment.,1801, p. 171.
3. Trouble mental dans lequel l'esprit se fixe sur un seul point; obsession, idée fixe (v. monomanie). Manie des grandeurs, de la jalousie, du suicide. Jacques Collin (...) tomba dans une de ces méditations fatales où l'idée du suicide, à laquelle il avait déjà cédé sans avoir pu l'accomplir, arrive à la manie (Balzac,Splend. et mis.,1846, p. 470).Ce qui éclate dans ces lignes, c'est le désordre mental le plus caractérisé: manie de la persécution, délire à forme religieuse (Mauriac,Noeud vip.,1932, p. 304).
B. − P. ext.
1. Passion concentrée sur un seul objet. Manie des bibelots, des chevaux, des colifichets, des inventions; manie de collectionneur. Goncourt est là-dedans chez lui, vieux type de collectionneur, indifférent à tout ce qui n'est pas sa manie (Renard,Journal,1891, p. 85).Ma future belle-mère était à peine installée à la maison que la manie du théâtre la prenait (Léautaud,In memor.,1905, p. 198).
2. Goût, habitude bizarre, quelque peu ridicule, provoquant l'agacement, l'irritation ou la moquerie. On se rappelait (...) les manies du grand homme, ses façons de travailler quand, pour amener l'inspiration, il voulait que sa femme fût à côté de lui, parée, décolletée (A. Daudet, Femmes d'artistes,1874, p. 188).Du bout des doigts, je tourmentais mes chaussettes, ce qui est une manie grotesque dont je ne peux me défaire (Duhamel,Confess. min.,1920, p. 41).
Loc. verb. Avoir la manie de + inf.:
2. Mon père (...) avait la manie de jouer avec les boutons de l'habit de l'homme avec qui il causait. Un jour, parlant d'une affaire du Parlement (...) à un ambassadeur, il tourna tant le bouton de son interlocuteur qu'il l'arracha... Vigny,Mém. inéd.,1863, p. 42.
SYNT. Dangereuse, folle, vieille manie; manie bizarre, dérisoire, détestable, favorite, habituelle, infernale, nouvelle, singulière; affreuses, petites, sottes manies; avoir ses manies; contracter des manies de vieille fille, de vieux célibataire.
Prononc. et Orth.: [mani]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. 1398 [ms. xves.] «folie, égarement d'esprit, fureur» (Somme MeGautier, BN 1288, fo25 rods Gdf. Compl.); 2. 1660 «goût pour quelque chose porté jusqu'à l'excès» (Molière, Précieuses ridicules, scène 9); 3. 1755 «habitude bizarre» (Mllede Staal, Mém., t. 1, p. 5 ds Littré). Empr. au b. lat. mania «folie», du gr. μ α ν ι ́ α «folie, démence» et «folle passion pour». Fréq. abs. littér.: 1301. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1445, b) 1762; xxes.: a) 1986, b) 2156.

Wiktionnaire

Nom commun

manie \ma.ni\ féminin

  1. (Médecine) Folie qui n’est pas complète comme la démence et qui se manifeste par des accès intermittents.
    • Il est atteint de manie.
    • Sa manie est de se croire réduit à la misère.
    • Ce dernier combat, qu’il racontait à sa manière et dont sa mémoire troublée ne gardait que le résultat funeste, avait dû présenter de terribles dangers, car il était sans armes, tandis que ses adversaires étaient armés tous les deux, et, avant de broyer l’une contre l’autre, avec la vigueur que donne la manie, les têtes de maître Gruff et de sa femme, il avait soutenu de nombreux et redoutables assauts. — (Paul Féval, Les Mystères de Londres, 1844)
  2. (Par extension) Habitude bizarre, contraire à la raison.
    • Si on blaguait ses tics et ses manies de professeur, c’était avec une espèce de respect et de fierté. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Entre autres manies, mon oncle avait celle de tuer tous les chats qu’il rencontrait. Il faisait, à ces pauvres bêtes, une chasse impitoyable, une guerre acharnée de trappeur. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
  3. (Par extension) Goût porté jusqu’à l’excès.
    • Il a la manie de faire des vers.

Forme de verbe

manie \ma.ni\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de manier.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de manier.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de manier.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de manier.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de manier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANIE. n. f.
T. de Médecine. Folie qui n'est pas complète comme la démence et qui se manifeste par des accès intermittents. Il est atteint de manie. Sa manie est de se croire réduit à la misère. Il signifie, par extension, Habitude bizarre, contraire à la raison. Il sort toujours sans pardessus : c'est une manie. Il signifie encore, par extension, Goût porté jusqu'à l'excès. Il a la manie de faire des vers.

Littré (1872-1877)

MANIE (ma-nie) s. f.
  • 1Égarement d'esprit. Depuis que parmi nous leurs brutales manies [des sectaires] Ne causent que des pleurs, Malherbe, II, 12. Maudite ambition, détestable manie, Corneille, Cid, II, 3. Ainsi sans m'aveugler d'une vaine manie, Boileau, Disc. au roi. Quelle étrange manie Vous peut faire envier le sort d'Iphigénie ? Racine, Iphig. IV, 1. Tel aux premiers accès d'une sainte manie Mon esprit alarme redoute du génie L'assaut victorieux, Rousseau J.-B. Odes, III, 1. Délires insensés ! fantômes monstrueux, Et d'un cerveau malsain rêves tumultueux ! Ces transports déréglés, vagabonde manie, Sont l'accès de la fièvre, et non pas du génie, Chénier, l'Invention.
  • 2Folie dans laquelle l'imagination est constamment frappée d'une idée particulière. Sa manie est de se croire de verre, de se croire le grand Turc.

    Ce sens est une acception vulgaire, et non l'acception médicale du mot manie.

  • 3Travers d'esprit. De ces combats, dont la manie Est l'éternelle ignominie De Jarnac et de Moncontour ? Malherbe, III, 3. Certes les chrétiens ont d'étranges manies, Corneille, Poly. IV, 5. Je flattais ta manie, afin de t'arracher Du honteux précipice où tu vas trébucher, Corneille, ib. V, 2. Élans de l'âme et du génie, Du calcul la froide manie Chez nos pères vous remplaça, Lamartine, Méd. I, 10.

    Habitude bizarre, contraire à la raison. Il a la manie de se faire toujours peindre en habit romain. Elle [une abbesse] était sœur de la Rochefoucauld si connu par son esprit, et elle en avait beaucoup aussi ; mais l'esprit n'empêche pas d'avoir des manies, il les rend seulement plus remarquables, Staal, Mém. t. I, p. 5.

    Goût porté jusqu'à l'excès. Sa manie pour les tulipes, pour les coquilles l'a ruiné. J'ai cette manie de vouloir donner généralement sur tout ce qu'il y a de plus beau, Molière, Préc. 10. L'amour de vos aïeux passe en vous pour manie, Boileau, Sat. V.

  • 4 Terme de médecine. Aliénation caractérisée par un délire général avec agitation, irascibilité, penchant à la fureur.

HISTORIQUE

XVIe s. La façon de se vestir presente luy [à notre peuple] faict incontinent condamner l'ancienne, d'une resolution si grande et d'un consentement si universel, que vous diriez que c'est une espece de manie qui lui tourneboule ainsi l'entendement, Montaigne, I, 369.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANIE, s. f. (Medecine.) μανιη, vient du mot grec μαινομαι, qui signifie je suis en fureur. On appelle de ce nom un délire universel sans fievre, du moins essentielle : assez souvent ce délire est furieux, avec audace, colere, & alors il mérite plus rigoureusement le nom de manie ; s’il est doux, tranquille, simplement ridicule, on doit plutôt l’appeller folie, imbecillité. Voyez ces mots. Comme ces différens états ne sont que des degrés, des especes de manie, tous dépendans de la même cause, nous comprendrons en général dans cet article toutes ces maladies longues dans lesquelles les malades non seulement déraisonnent, mais n’apperçoivent pas comme il faut, & font des actions qui sont ou paroissent être sans motifs extraordinaires & ridicules. Si les malades n’avoient qu’un ou deux objets déterminés de délire, & que dans les autres sujets ils se comportassent en personnes sensées, c’est-à-dire comme la plûpart des hommes, ils seroient censés mélancoliques & non pas maniaques, &c. Voyez l’article Mélancholie.

La manie est ordinairement annoncée par quelques signes qui en sont les avant-coureurs ; tels sont la mélancholie, des douleurs violentes dans la tête, des veilles opiniâtres, des sommeils legers, inquiets, troublés par des songes effrayans, des soucis, des tristesses qu’on ne sauroit dissiper, des terreurs, des coleres excitées par les causes les plus legeres. Lorsque la manie est sur le point de se décider, les yeux sont frappés, éblouis de tems en tems par des traits de lumieres, des especes d’éclairs ; les oreilles sont fatiguées par des bruits, des bourdonnemens presque continuels ; l’appétit vénérien devient immodéré, les pollutions nocturnes plus fréquentes ; les malades fondent en pleurs, ou rient demesurément contre leur coutume & sans raison apparente ; ils parlent beaucoup à-tort & à-travers, ou gardent un silence profond, paroissant ensevelis dans quelque grande méditation ; les yeux deviennent fixes, appliqués à un seul objet, ou furieux, menaçans & hagards, le pouls est dur ; il se fait, suivant l’observation d’Hippocrate, appercevoir au coude ; les urines sont rouges sans sédiment, mais avec quelque leger nuage. Lorsque la manie est déclarée, ils s’emportent le plus souvent contre les assistans, contre eux-mêmes ; ils mordent, déchirent, frappent tout ce qui les environnent, mettent leurs habits en pieces, se découvrent indécemment tout le corps ; ils marchent ainsi pendant les froids les plus aigus sans en ressentir les atteintes ; ils ne sont pas plus sensibles à la faim, à la soif, au besoin de dormir. Il y en a qui, au rapport de Fernel, ont passé jusqu’à quatorze mois sans dormir ; leur corps s’endurcit, devient robuste ; leur tempérament se fortifie. On observe qu’ils sont d’une force étonnante, qu’ils vivent assez long-tems, que les causes ordinaires de maladie ne font point ou que très-peu d’impression sur eux ; il est rare de les voir malades, même dans les constitutions épidémiques les plus meurtrieres. Il y en a qui ne cessent de chanter, de parler, de rire, ou de pleurer ; ils changent de propos à chaque instant, parlent à bâtons rompus, oublient ce qu’ils viennent de dire & le répetent sans cesse. Il y en a de téméraires, d’audacieux, qui ne connoissent aucuns dangers, les affrontent hardiment, méprisent & bravent tout le monde : d’autres au contraire, sont timides, craintifs, & quelquefois le délire est continuel ; d’autres fois il est périodique : les malades semblent pendant un tems jouir de toute leur raison ; ils étonnent par leur sagesse ceux qui les traitent de fous ; mais après quelques heures, quelques jours, quelquefois aussi des mois entiers, ils retombent de nouveau dans leur folie. Des auteurs dignes de foi, rapportent avoir vû des fous, qui dans le plus fort de leurs accès, parloient des langues étrangeres, faisoient des vers, & raisonnoient supérieurement sur des matieres qui ne leur étoient pas connues ; quelques-uns même prédisoient l’avenir ; ce qui pourroit faire présumer que les devins, sibylles, & ceux qui rendoient des oracles chez les idolâtres anciens, n’étoient que des fous qui étoient dans quelqu’accès de fureur. Les portraits qu’on nous a laissés de ces enthousiasmes prophétiques qui précédoient leurs oracles, s’accordent assez bien à cette idée. Peut-être pour lire dans l’avenir ne faut-il qu’une tension extraordinaire & un mouvement impétueux dans les fibres du cerveau. Parmi les causes qui produisent cette maladie, les passions d’ame, les contensions d’esprit, les études forcées, les méditations profondes, la colere, la tristesse, la crainte, les chagrins longs & cuisans, l’amour méprisé, &c. sont celles qu’une observation constante nous a appris concourir le plus fréquemment à cet effet ; les excrétions supprimées ou augmentées, en sont aussi des causes assez ordinaires. Hippocrate, & après lui Forestus, Bonningerus, ont observé que la manie étoit quelquefois une suite de la suppression des regles, des lochies. Elle est pour lors annoncée par l’amas du sang dans les mamelles. Aphor. 40. liv. V. Hippocrate remarque encore que la cessation d’un ulcere, d’une varice, la disposition des tumeurs qui sont dans les ulceres, sont souvent suivies de manie : les observations de Schenkius confirment cette assertion.

Zacutus Lusitanus assure que le même effet est produit par la suppression du flux hémorrhoïdal ; une évacuation trop abondante de semence a été le principe de la manie dans un vieillard dont parle Henri de Heers, & dans un jeune homme dont Forestus fait mention, qui ayant épousé une jolie femme dans l’été, devint maniaque par le commerce excessif qu’il eut avec elle. Les fievres aiguës, inflammatoires, ardentes, la petite vérole, ainsi que l’ont observé Fabrice, Hildan, & Christien Ewincler, & le plus souvent la phrénésie, laissent après elles la manie. Sydenham en compte une espece assez fréquente parmi les accidens qui succedent aux fievres intermittentes mal traitées par les saignées & les purgatifs réitérés. Opusc. med. cap. v. Il n’y a point de causes qui agissent plus subitement que certaines plantes vénéneuses ; telles sont le stramonium, la jusquiame, les baies du solanum, la dulcamare, les semences de pomme épineuse : l’opium même ordonné inconsiderément dans les délires fébrils, loin de les calmer les fait dégénérer en manie. Pour que ces causes agissent plus surement, il faut qu’elles soient aidées par une disposition, une foiblesse du cerveau acquise, naturelle, ou héréditaire. Les personnes pesantes, stupides ; celles qui sont au contraire douces, d’un esprit vif, pénétrant, les Poëtes, les Philosophes, les Mathématiciens, ceux qui se livrent avec passion aux analyses algébriques, sont les plus sujets à cette maladie.

Toutes ces causes sont constatées par un grand nombre d’observations ; mais l’on n’a pas encore pû découvrir quel est le vice, le dérangement intérieur qui est l’origine & la cause immédiate des symptomes qui constituent cette maladie. En général l’étiologie de toutes les maladies de la tête, & sur-tout de celles où les opérations de l’esprit se trouvent compliquées, est extrèmement obscure ; les observations anatomiques ne répandent aucun jour sur cette matiere ; le cerveau de plusieurs maniaques ouvert n’a offert aux recherches les plus scrupuleuses aucun vice apparent : dans d’autres, il a paru inondé d’une sérosité jaunâtre. Baillou a vu dans quelques-uns les vaisseaux du cerveau dilatés, variqueux ; ils étoient de même dans un maniaque dans lequel on trouva le plexus choroïde prodigieusement élargi, & embrassant presque toute la surface interne des ventricules, & parsemé de vaisseaux rouges, dilatés & engorgés. Miscellan. nat. curios. decad. 2. ann. 6. L’état le plus ordinaire du cerveau des personnes mortes maniaques, est la sécheresse, la dureté, & la friabilité de la substance corticale. Voyez à ce sujet Henri de Heers, objerv. 3. le lettere mediche del signor Martine Ghisi, pag. 26. le sepulchretum de Bonet, lib. & tom. I. sect. viij. pag. 203. les observations de Littre, insérées dans les mémoires de l’acad. royale des Scienc. ann. 1705. pag. 47. Antoine de Pozzis raconte qu’un maniaque fut guéri de sa maladie en rendant dans un violent éternument une chenille par le nez. Fernel dit avoir trouvé deux gros vers velus dans le nez d’une personne qui étoit tombée dans une manie mortelle à la suite de la suppression d’un écoulement fétide par le nez ; & Riolan assure avoir vu un vers dans le cerveau d’un cheval devenu fou. Tous ces faits, comme l’on voit, ne contribuent en rien à éclaircir cette théorie ; ainsi ne pouvant rien donner de certain, ou au moins de probable, nous ne nous y arrêterons pas ; nous nous contenterons d’observer qu’il y a nécessairement un vice dans le cerveau idiopathique ou sympathique ; les symptomes essentiels de la manie viennent de ce que les objets ne se présentent pas aux malades tels qu’ils sont en effet ; on a attaché aux mouvemens particuliers & déterminés des fibres du cerveau, la formation des idées, l’apperception. Lorsque ces motitations sont excitées par les objets extérieurs, les idées y sont conformes ; les raisonnemens déduits en conséquence sont justes ; mais si le sang raréfié, les pulsations rapides ou desordonnées des arteres, ou quelqu’autre dérangement que ce soit, impriment le même mouvement aux fibres, elles représenteront comme présens des objets qui ne le sont pas, comme vrais ceux qui sont chimériques ; & ainsi les fous ne me paroissent pécher que dans l’apperception ; la fausseté apparente de leur raisonnement doit être attribuée à la non conformité de leurs idées avec les objets extérieurs. Ils sont furieux, emportés contre les assistans, parce qu’ils croient voir en eux autant d’ennemis prêts à les maltraiter. Leur insensibilité au froid, au chaud, à la faim, au sommeil, vient sans doute de ce que ces impressions ne parviennent pas jusqu’à l’ame ; c’est pour cela qu’Hippocrate a dit que si quelque partie est affectée de quelque cause de douleur sans que le malade la ressente, c’est signe de folie.

On peut en examinant les signes que nous avons détaillés au commencement de cet article, non-seulement s’assurer de la présence de la manie, mais même la prédire lorsqu’elle est prochaine ; elle ne sauroit être confondue avec la phrénésie, qui est une maladie aiguë toûjours accompagnée d’une fievre inflammatoire. On la distingue de la mélancholie par l’universalité du délire, par la fureur, l’audace, &c. Voyez Mélancholie. On peut en consultant les parens, les assistans, connoître les causes qui l’ont excitée.

La manie est une maladie longue, chronique, qui n’entraîne pour l’ordinaire aucun danger de la vie : au contraire ceux qui en sont attaqués, sont à l’abri des autres maladies ; ils sont forts, robustes, à leur état près, bien portans ; ils vivent assez long-tems ; les convulsions & l’atrophie survenues dans la manie, sont des symptomes très-fâcheux. Un signe aussi très-mauvais, & qui annonce l’accroissement & l’état desespéré de manie, c’est lorsque les malades passans d’un profond sommeil à un délire continuel, sont insensibles à la violence du froid, & à l’action des purgatifs les plus énergiques. La mort est prochaine si les forces sont épuisées par l’abstinence ou par les veilles, & que le malade tombe dans l’épilepsie ou dans quelqu’autre affection soporeuse. Quoique la manie ne soit pas dangereuse, elle est extrèmement difficile à guérir, sur-tout lorsqu’elle est invétérée : elle est incurable lorsqu’elle est héréditaire ; on peut avoir quelque espérance si les paroxismes sont legers, si la manie est récente, & sur-tout si alors le malade observe exactement & sans peine les remedes qu’on lui prescrit ; car ce qui rend encore la guérison des maniaques plus difficile, c’est qu’ils prennent en aversion leur medecin, & regardent comme des poisons les remedes qu’il leur ordonne. Lorsque la manie succede aux fievres intermittentes mal traitées, à quelque écoulement supprimé, à des ulceres fermés mal-à-propos, à des poisons narcotiques, on peut davantage se flatter de la guérison, parce que le rétablissement des excrétions arrêtées, la formation de nouveaux ulcerés, l’évacuation prompte des plantes vénéneuses, sont quelquefois suivies d’une parfaite santé. Hippocrate nous apprend que les varices ou les hémorrhoïdes survenues à un maniaque, le guérissent. lib. VI. aphor. 21. que la dysenterie, l’hydropisie, & une simple aliénation d’esprit dans la manie, étoient d’un très-bon augure ; lib. VII. aphor. 5. que lorsqu’il y avoit des tumeurs dans les ulceres, les malades ne risquoient pas d’être maniaques ; Aph. 56. liv. V. Il y a dans Forestus, Observ. 24. lib. X. une observation d’une fille folle, qui guérit de cette maladie par des ulceres qui se formerent à ses jambes. Les fievres intermittentes, fievres quartes, sont aussi, suivant Hippocrate, des puissans remedes pour opérer la guérison de la manie. Ceux qui guérissent de cette maladie restent pendant long tems tristes, abattus & languissans ; ils conservent un fonds de mélancholie invincible, que le souvenir humiliant de leur état précédent entretient.

La manie est une de ces maladies où les plus habiles medecins échouent ordinairement, tandis que les charlatans, les gens à secret, réussiront très-souvent. La guérison qui s’opere par la nature, est la plus simple & la plus sûre ; la Medecine n’offre aucun secours propre à corriger le vice du cerveau qui constitue la manie, ou du moins qui produit constamment cet effet : bien plus, tel remede qui a guéri un maniaque, augmente le délire d’un autre. L’opium, par exemple, que de grands praticiens défendent absolument dans la manie, instruits par leurs observations de ses mauvais effets ; l’opium, dis-je, a guéri plusieurs maniaques, pris à des doses considérables. Nous lisons dans le journal des Savans du mois de Juillet, ann. 1701. page 314, qu’une jeune fille fut parfaitement guérie de la manie, après avoir avalé un onguent dans lequel il y avoit un scrupule d’opium ; quelques medecins l’ont donné en assez grande quantité avec succès. Wepfer, histor. apoplect. pag. 687. Aëtius, Sydenham, n’en desapprouvent pas l’usage ; la terreur, affection de l’ame, très-propre à produire la manie, en a quelquefois été l’antidote ; Samuel Formius, Observat. 32. rapporte qu’un jeune maniaque cessa de l’être après avoir été châtré ; des chûtes avec fracture du crâne, le trépan, le cautere, ont été suivis de quelques heureux succès : on a même vu la transfusion dissiper totalement la manie ; quelquefois cette opération n’a fait qu’en diminuer les symptomes ; ses effets pernicieux ne sont rien moins que solidement constatés. Voyez là-dessus Dionis, cours d’opérations de Chirurgie, demonstr. viij. pag. 498. & la bibliotheque medico-pratique de Manget, tom. III. lib. XI. pag. 344. & sequent. It me paroît que pour la guérison de la manie, il faut troubler violemment & subitement tout le corps, & opérer par-là quelque changement considérable ; c’est pourquoi les remedes qui ont beaucoup d’activité, donnés par des empyriques aussi hardis qu’ignorans, ont quelquefois réussi. Lorsque la manie dépend de quelque excrétion supprimée, il faut tenter tous les secours pour les rappeller ; rouvrir les ulceres fermés, exciter des diarrhées, des dysenteries artificielles ; tâcher en un mot, dans l’administration des remedes, d’imiter la nature & de suivre ses traces. Dans les manies furieuses, les saignées sont assez convenables ; il est souvent nécessaire ou utile de les réitérer ; l’artériotomie peut être employée avec succès. Fabrice Seldan rapporte plusieurs observations qui en constatent l’efficacité. Efficac. medic. part. II. pag. 45. & seq. On ne doit pas négliger l’application des sang-sues aux tempes, aux vaisseaux hémorrhoïdaux, ni les ventouses ; quant aux vésicatoires, leur usage peut être très pernicieux ; les seules saignées copieuses ont quelquefois guéri la manie. Felix Plater raconte avoir vu un empyrique qui guérissoit tous les maniaques en les saignant jusqu’à soixante & dix fois dans une semaine. Observ. lib. I. pag. 86. Une foule de praticiens célebres assurent qu’ils ne connoissent pas dans la manie de remede plus efficace. Les purgatifs émétiques & cathartiques sont aussi généralement approuvés. Les anciens faisoient beaucoup d’usage de l’hellébore purgatif violent ; Horace conseille aux fous de voyager à Anticyre, île fertile en hellébore. Quelques modernes croient qu’il ne faut pas user des purgatifs drastiques ; ils pensent que l’hellébore des anciens étoit châtré & adouci par quelque correctif approprié ; il faut cependant remarquer que ces malades étant moins sensibles, moins impressionables aux irritations, ont besoin d’être plus violemment secoués, & exigent par-là qu’on leur donne des remedes plus forts & à plus haute dose. Non-seulement l’évacuation opérée par l’émétique est utile, mais en outre la secousse générale qui en résulte, l’ébranlement de tout le corps, les efforts qui en sont la suite, rendent leur usage très-avantageux. Les bains chauds étoient fort usités chez les anciens dans le traitement de la manie. Galien, Aretée, Alexandre de Tralles, Prosper Alpin, &c. en vantent les heureux succès ; on ne se sert plus aujourd’hui dans cette maladie que des bains froids ; c’est Vanhelmont qui nous a fait connoître l’utilité de ce remede ; le hasard la lui avoit apprise : on transportoit sur un chariot un artisan maniaque, qui ayant pu se débarrasser des chaînes dont il étoit garroté, se jetta dans un lac profond. On l’en retira le croyant mort ; mais peu de tems après, il donna des signes de vie & de santé ; il vécut ensuite assez long-tems sans éprouver aucune atteinte de folie ; Vanhelmont animé par cet exemple, essaya depuis ce remede sur plusieurs maniaques, & presque toûjours avec un succès complet, excepté, dit-il, lorsque craignant pour la vie du maniaque, on ne le laissoit pas assez long-tems dans l’eau. L’immersion dans la mer ou dans la riviere est indifférente ; la seule attention qu’on doive avoir, c’est de plonger subitement & à l’improviste, les malades dans l’eau, & de les y soutenir très-long-tems ; il n’y a rien à craindre pour leur vie. L’eau froide ou glacée appliquée ou versée de fort haut sur la tête, a produit le même effet ; lorsqu’elle réussit, cette application est suivie d’un sommeil profond. J’ai connu une personne maniaque, qui s’échappant d’une prison où elle étoit retenue, fit plusieurs lieues avec une pluie violente sans chapeau & presque sans habits, & qui recouvra par ce moyen une santé parfaite. Voyez les mémoires de l’acad. roy. des Scienc. ann. 1734. histoir. pag. 56. Psychrolousia, ou the history of cold Bathings, &c. pag. 452. Quelques auteurs emploient dans ce cas-ci avec succès les essences aromatiques violentes, les spiritueux à haute dose, le musc, l’ambre, le camphre, &c. D’autres assurent que les humectans, rafraîchissans, calmans, les nitreux, &c. sont les remedes sur lesquels on peut le plus compter : mais ce ne sont pas des remedes curatifs ; ils ne sont propres qu’à diminuer la violence des fureurs, propriété que possede éminemment le sucre de Saturne, donné depuis deux grains jusqu’à huit ; ils sont préférables à l’opium dont ils ont les avantages sans les inconvéniens. La manie qui succede aux fievres intermittentes, demande un traitement particulier. Sydenham, le seul qui en ait parlé, remarque que les saignées & les purgatifs l’aigrissent & l’opiniâtrent ; que les remedes les plus appropriés sont une diete analeptique, restaurante des legers cordiaux comme la thériaque, la poudre de la comtesse, &c. Il assûre avoir guéri par cette méthode plusieurs manies, qui devoient leur origine à cette cause. M. Menuret.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « manie »

(fin XIVe siècle) Du latin mania (« folie »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. espagn. ital. mania ; du lat. mania ; grec μανία, folie. On a rattaché mănia à mānia (voy. MANIE 2), la mère des larves, des mânes, qui trouble l'esprit ; mais c'est une erreur ; μανία n'a rien de commun avec mānia, et tient au sanscrit manyu, colère, fureur ; comparez manas, μένος, mens, et voy. MENTAL.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « manie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
manie mani

Citations contenant le mot « manie »

  • Étonnant, cette manie qu’a la nature de tuer tout ce qui est vivant et de laisser vivre tout ce qui est mort. De Marc Dugain / Quinquennat
  • Cette abominable manie de ne pas dire tout de suite qui l’on est ! De Dino Buzzati / A l’hydrogène
  • Une manie, c'est le plaisir passé à l'état d'idée ! De Honoré de Balzac / Le cousin Pons
  • Sans technique, un don n'est rien qu'une sale manie. De Georges Brassens / Le Mauvais Sujet repenti
  • J'aime bien l'insolence, si c'est moi qui la manie. De José Artur / Parlons de moi, y'a que ça qui m'intéresse
  • Dis-moi un peu d'où vient cette manie de n'être jamais ce qu'on est ? De Alfred de Musset / La roman par lettres
  • Une manie, c'est le plaisir passé à l'état d'idée ! Honoré de Balzac, Le Cousin Pons
  • Qui manie le miel s'en lèche les doigts. De Proverbe français
  • La manie d'écrire a supprimé complètement les sexes. De Anonyme / L'écho - 16 Mai 1886
  • Le talent sans travail n'est qu'une sale manie. De Anonyme
  • La loi est comme le couteau : elle n'offense pas la manie. De José Hernandez / Martin Fierro
  • Le satanique ennemi de la véritable histoire : la manie du jugement. De Marc Bloch
  • De la coutume du hara-kiri, les Japonais ont gardé la manie du cure-dents. De Paul Claudel
  • Cette manie de faire des référendums pour un oui ou pour un non ! De Patrick Sébastien / Carnet de notes
  • On est et on demeure esclave aussi longtemps que l'on n'est pas guéri de la manie d'espérer. De Emil Michel Cioran / Ecartèlement
  • Les Français ont la manie de juger, d’apprécier, de condamner ou d’absoudre. En tout Français, il y a un juré qui s’ignore. De Alfred Capus
  • Un des pires travers de la prudence administrative, c'est l'attentisme. Autre facette : le corporatisme. Chez certains fonctionnaires qui ont la manie de la vérification, on peut rencontrer de la méfiance obsessionnelle. Ils sont souvent soupçonneux à l'égard des nouveautés. Leur devoir est d'agir avec circonspection. Les Echos Executives, Les 6 idées de l'ouvrage « La sagesse du fonctionnaire », Contrat de travail - Les Echos Executives
  • La Bajon décrypte l’actualité et ne s’interdit aucune impertinence. La comédienne, formée au cours Simon, s’est fait connaître grâce à ses vidéos décapantes vues plusieurs millions de fois sur le web. Elle y prend le pouls de la France sous de nombreux déguisements : en interprétant l’avocate de Pénélope Fillon, la banquière d’Emmanuel Macron, le médecin de Jacques Chirac, une factrice, une femme chef de chantier, ou une policière égarée dans une cité du 9-3. Rassemblée dans son spectacle, cette galerie de portraits passe les sujets les plus épineux au vitriol : Impôts, chômage, licenciements, injustice sociale… Dotée d’un regard acéré sur les travers de ses contemporains, qu’ils soient modestes ou puissants, l’humoriste manie avec aisance ironie et sarcasme. Sur scène, elle s’attaque aux absurdités de ce monde avec une férocité qui n’est pas sans rappeler d’autres caustiques fameux. Un grand moment d’humour ! Radio Intensité, MORTAGNE-AU-PERCHE (61) - Humour : La Bajon | Radio Intensité

Images d'illustration du mot « manie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « manie »

Langue Traduction
Anglais mania
Espagnol manía
Italien mania
Allemand manie
Chinois 狂躁
Arabe هوس
Portugais mania
Russe мания
Japonais マニア
Basque mania
Corse mania
Source : Google Translate API

Synonymes de « manie »

Source : synonymes de manie sur lebonsynonyme.fr

Manie

Retour au sommaire ➦

Partager