La langue française

Définitions du mot « dé »

Trésor de la Langue Française informatisé

1, subst. masc.

A.− JEUX
1. Au sing et au plur. Petit cube (en os, ivoire, bois, métal ou matière plastique) dont chaque face est marquée d'un nombre différent, de 1 à 6, utilisé dans les jeux de hasard. [Le comte de La Marche] s'oublia (...) dans les divertissements de la Cour et dans les jeux de cartes et de dés (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 2, 1824, p. 352):
1. L'art d'écrire est nécessairement l'art d'écrire mal; c'est l'art de combiner, selon un dessin préconçu, les clichés, cubes d'un jeu de patience. Le cube à six faces. Jetez les dés. Le nombre des combinaisons possibles (...) touche à l'infini dans l'absolu; ... Gourmont, Esthétique de la lang. fr.,1899, p. 306.
SYNT. Dé à jouer; dé chargé, pipé, plombé; un cornet à dé(s), un coup de dé(s); lancer, remuer, secouer les dés; jouer qqn ou qqc. aux dés; le dé roule, tombe.
P. méton., au plur. Jeu de dés. L'on avait vu (...) un chanoine de Saint-Merry, grand amateur de dés, tenir un jeu dans sa propre maison (A. France, J. d'Arc,t. 1, 1908, p. 482).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi p. ext., vieilli. Pièce du jeu de dominos, jeton. On prit un jeu de dominos et on tira au plus gros dé (Murger, Scènes vie boh., 1851, p. 125).
Loc. fig. Coup de dé(s). Opération dont la chance de réussite est laissée au hasard. Un coup de dés Jamais quand bien même lancé dans des circonstances éternelles Du fond d'un naufrage (Mallarmé, Coup dés,1897, p. 459).
2. Gén. au sing., au fig.
a) [P. réf. au rôle décisif du dé, symbole de la victoire sur le sort, sur les autres] Redoutez la réaction, (...) vos ennemis ne vous épargneront pas, si le dé leur revient (Marat, Pamphlets,L'Ami du Peuple aux Français patriotes, 1792, p. 299).
Loc. hist. Le dé en est jeté, les dés (en) sont jetés. [P. allus. au mot de César alea jacta est, franchissant le Rubicon] Se dit d'une résolution audacieuse sur laquelle, quoi qu'il arrive, on ne reviendra pas.
b) [P. réf. au joueur qui a le dé en main] Tenir le dé. L'emporter. Une femme [Mmede Sévigné] en qui (...) la raison tenait le dé parmi tant de qualités prodigues et charmantes (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 149).
Tenir le dé de la conversation. Tenir le premier rang dans la conversation, y briller. Benjamin Constant (...) a presque toujours tenu le dé de la conversation; il a été constamment fort spirituel (Delécluze, Journal,1825, p. 254):
2. [Anne d'Orgel] n'agissait de la sorte que pour conserver le de la conversation. Buvait-il, mangeait-il, il agitait sa main libre pour empêcher qu'on s'en emparât, et imposer silence. Radiguet, Le Bal du comte d'Orgel,1923, p. 64.
B.− [P. anal. de forme et d'aspect]
1. ARCHIT. Partie cubique formant la base d'un piédestal ou d'une construction. La cathédrale de Mayence, cet édifice (...) assis par larges dés, par vastes caissons sur un sol à jamais assujetti (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1899-1926, p. 184):
3. Alors, par une rampe douce tapissée d'un gazon épais et semée de fleurs bleues que la pleine lune semblait avoir fait ouvrir, je suis monté sur le massif circulaire et j'ai regardé le tombeau. Un grand obélisque tronqué, posé sur un énorme figurant un sarcophage romain, le tout, obélisque et , en granit bleuâtre... Hugo, Le Rhin,1842, p. 107.
Rem. Il arrive que tel écrivain rétablisse l'expr. qui est au départ de l'emploi analogique. Au loin, Paris montrait ses dés à jouer (Renard, Journal, 1892, p. 125). Vidal, qui habite à trois cents mètres d'ici un dé peint en rose (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 19).
2. ART CULIN. Partie d'un aliment découpée en forme de cube. Quelques champignons coupés en dés, un bouquet garni et une tranche de jambon (Gdes heures cuis. fr., Grimod de la Reynière, 1838, p. 156).Elle enfile les petits pois, et les dés de légumes variés (...) l'un après l'autre sur les dents de sa fourchette (Butor, Passage Milan,1954, p. 171).
3. TECHNOLOGIE
a) Garniture métallique placée au centre d'une pièce de bois ou d'une poulie. Au centre [de la réa] un disque de cuivre, le dé qui supporte directement le frottement de l'essieu (Galopin, Cours lang. mar.,1925, p. 43).
b) Bloc de pierre ou de maçonnerie de forme cubique servant de support à une tuyauterie ou à des rails. La voie sur appuis discontinus constitués par des dés en pierre (Bricka, Cours ch. de fer,t. 1, 1894, p. 377).Les tuyaux sont posés (...) sur des petits dés en maçonnerie construits de distance en distance (Quéret, Industr. gaz,1923, p. 197).
Prononc. et Orth. : [de]. Homon. d (lettre), des. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Av. 1150 (Trad. du Lapidaire de Marbode, éd. P. Studer et J. Evans, 836); 1680 archit. (Rich.). Orig. obsc.; l'étymon le plus couramment proposé est un part. passé neutre substantivé de dare « donner » (cf. des syntagmes possibles comme *tesseram, calculum dare). Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 291. − Rog. 1965, p. 92.

2, subst. masc.

COUT. Petit étui, en métal ou autre matière solide, de forme tronconique, à surface piquetée, qui protège le doigt qui pousse l'aiguille. Dé à coudre :
1. Anne-Marie continuait de coudre. Elle appuya sur son pour y enfoncer le doigt, tourna la tête vers le jet de glaïeul. Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 192.
[P. anal. de fonction] MAR. Dé de voilier. Plaque de métal fixée sur la paume de la main, utilisée pour coudre les voiles.
[P. anal. de forme] :
2. [L'insecte] découpe dans les feuilles du rosier des demi-cercles parfaits qu'on croirait enlevés à l'emporte-pièce, les ploie, les ajuste et en forme un étui composé d'une suite de petits dés à coudre admirablement réguliers, dont chacun est la cellule d'une larve. Maeterlinck, La Vie des abeilles,1901, p. 278.
Spéc., fam. Dé (à coudre). Petit verre à boire. Un verre de punch dans un dé à coudre (Goncourt, Journal,1858, p. 466).Les verres de fine étaient ridiculement petits, des dés à coudre (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 62).P. méton. La petite tasse qu'un serviteur faisait circuler à la ronde, en y versant chaque fois la valeur d'un dé à coudre de café (Tharaud, Alerte en Syrie,1937, p. 105).
Prononc. et Orth. Cf. dé1. Étymol. et Hist. Ca 1200 deel (Auberee, éd. G. Ebeling, 205); 1260 plur. dez [pour cardre] (E. Boileau, Le Livre des métiers, 184 ds T.-L.). Du b. lat. digitale, proprement « ce qui couvre le doigt » neutre substantivé de digitalis « du doigt, de la grosseur du doigt », dér. de digitus « doigt ». La forme sous l'infl. de 1*.
STAT. − 1 et 2. Fréq. abs. littér. : 551. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 503, b) 777; xxes. : a) 664, b) 1 097.

Wiktionnaire

Nom commun 1

\de\ masculin

  1. (Couture) Objet cylindrique dans lequel on peut insérer un doigt pour le protéger.
    • Ma tante, voici le de ma mère, je le gardais précieusement dans ma toilette de voyage, dit Charles en présentant un joli d’or à madame Grandet, qui depuis dix ans en désirait un, — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)

Nom commun 2

\de\ masculin

  1. (Jeux) Petit morceau d’os ou d’ivoire, cubique, à six faces, dont chacune est marquée d’un nombre depuis un jusque six, et qui sert à jouer.
    • Sa spécialité consistait à scier les dés et à les piper. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • – Qu'est-ce que vous vouliez écouter ? lui demanda le patron en jetant sur le velours vert de la piste les trois dés qu'il avait dans la main. — (Lorris Murail, Bleu cerise, Gründ, 2010)
  2. (Par extension) Objet dont la forme cubique rappelle celle d’un .
    • Couper de la viande en dés.
  3. (Par extension) Tout autre objet aux faces numérotées, permettant de faire un jet aléatoire.
    • Il existe des dés à quatre, huit, dix, douze, vingt, voire même trente faces.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

. n. m.
Petit morceau d'os ou d'ivoire, de figure cubique, ou à six faces, dont chacune est marquée d'un différent nombre de points, depuis un jusqu'à six, et qui sert à jouer. Des dés bien marqués. Jeu de dés. Jouer aux dés. Tenir les dés. Piper les dés. On dit aussi Dé à jouer pour le distinguer de Dé à coudre. Coup de dés, Le nombre de points que l'on amène en jetant une fois les dés. Un beau coup de dé, Un heureux hasard. Fig. et fam., C'est un coup de dés ou de dé, C'est une affaire où le hasard aura beaucoup d'influence. Jouer sa fortune sur un coup de dé, La risquer dans une entreprise hasardeuse. Fig. et fam., Tenir le dé dans la conversation, Se rendre maître de la conversation. Fig. et fam., Faire quitter le dé à quelqu'un, rompre le dé, Obliger quelqu'un à céder, à renoncer à quelque entreprise. Fig. et fam., Le dé en est jeté, se dit en parlant d'un Parti pris, de la résolution où l'on est de faire une chose, quoi qu'il puisse arriver. Fig. et fam., À vous le dé, C'est à vous à parler, à répondre, à agir. Fig., Les dés sont pipés, Les choses ont été préparées pour que le jeu ne soit plus loyal; il y a de la tromperie, de la tricherie. Par extension, en termes d'Arts, il désigne Toutes sortes d'objets ou de dispositifs qui en rappellent la forme, tels que la Partie cubique d'un piédestal; les Petits cubes qu'on place sous des poteaux, des colonnes, des vases, etc., pour les isoler de terre; le Petit bloc de cuivre ou de fonte qu'on fixe au centre d'une poulie pour en recevoir l'axe, etc.

Littré (1872-1877)

(dé) s. m.
  • 1Petit morceau d'os ou d'ivoire, de figure cubique, marqué sur chaque face d'un différent nombre de points, et servant à jouer Jeter les dés. Dés pipés, dés qu'on a préparés pour tricher au jeu. Dés chargés, dès qui, garnis d'un petit poids dans leur intérieur, tombent de préférence sur un côté déterminé. Je dis que l'on doit faire ainsi qu'au jeu de dés, Où, s'il ne vous vient pas ce que vous demandez, Il faut jouer d'adresse et d'une âme réduite Corriger le hasard par la bonne conduite, Molière, Éc. des f. IV, 8. Un fatal jeu de dés dont la fureur les possédait, noircissait leur esprit et absorbait leur âme, Marmontel, Mém. liv. VII, t. II, p. 206, dans POUGENS. Chacun après le dé vous montre comment il fallait jouer, Courier, Lett. I, 129. Voyons si la vertu n'est qu'une sainte erreur, L'espérance un dé faux qui trompe la douleur, Lamartine, Harm. IV, 11.

    Coup de dé ou coup de dés, le nombre de points qu'on amène en jetant une fois les dés ; et, figurément, coup de hasard. Ma fille, il ne s'en faut qu'une tête qu'elle [une terre] soit à vous ; ce serait un beau coup de dé, Sévigné, 349. Elle peut vous valoir beaucoup, elle peut vous valoir très peu ; tout est coup de dé dans ce monde, Voltaire, Lett. Thiriot, 4 mars, 1769.

    Avoir le dé, être le premier à jouer. À vous le dé, c'est à vous de jouer ; et, figurément, à vous le dé, c'est à vous de parler, d'agir. À vous le dé, monsieur [c'est de vous qu'il s'agit], Molière, Mis. V, 4. Fauteuil vacant à la deuxième classe, On meurt souvent parmi ces immortels, à vous le dé…, Millevoye, Épigr. Fauteuil acad.

    Tenir le dé, avoir les dés en main pour jouer ; et, figurément, tenir le dé dans la conversation, s'en rendre maître, la diriger. … L'on est chez vous contrainte de se taire : Car madame, à jaser, tient le dé tout le jour, Molière, Tart. I, 1. Silly tenait le dé du raisonnement et de la politique, Saint-Simon, 136, 262.

    Quitter le dé, abandonner les dés qu'on tient à la main ; et, figurément, ne vouloir pas tenir ce qu'un autre veut jouer.

    Faire quitter le dé, faire abandonner les dés par le joueur qui les tient pour qu'ils passent à un autre, et, figurément, faire quitter le dé à quelqu'un, obliger quelqu'un à renoncer à une entreprise.

    Rompre le dé, c'est brouiller le dé avant qu'on ait vu ce qu'il porte ; et, figurément, rompre le dé à quelqu'un, faire avorter ses desseins, ses entreprises.

    Flatter le dé, jeter doucement les dés dans l'espoir de n'amener qu'un petit nombre de points ; et, figurément, ne pas parler franchement et librement de quelque chose, adoucir quelque chose de fâcheux.

    Le dé en est jeté, la résolution en est prise.

    Fig. et familièrement. Je jetterais cela à trois dés, je jouerais cela à trois dés, c'est-à-dire le choix entre ceci ou cela m'est tout à fait indifférent, et je m'en remettrais volontiers au hasard pour choisir.

    Au plur. Dés, jeu de dé. Pierre le bon enfant aux dés a tout perdu, Régnier, Sat. XI.

  • 2Synonyme de domino, au jeu qui porte ce nom ; synonymie qui vient de ce qu'il y a une grande analogie entre les dés et les dominos qui sont en quelque sorte des dés étendus. Je n'ai plus que deux dés. Couvrir, boucher, fermer un dé, mettre, par exemple, du six contre du six. Ouvrir un dé, le faire paraître pour la première fois. Jouer à dé forcé. Rendre le dé, remettre à son partner du six, par exemple, s'il a déjà ouvert le six.
  • 3 Terme d'architecture. La partie cubique d'un piédestal.

    Petits cubes de pierre qu'on place sous des poteaux, des colonnes, des vases pour les isoler de terre.

  • 4Dé de drapeau, garniture en métal à l'extrémité inférieure de la hampe d'une enseigne.
  • 5Plaque de cuivre percée d'un trou circulaire, qu'on adapte aux rouets des bois des poulies pour recevoir l'axe.

    Morceau de bois percé de trous dans lesquels l'orfévre enfonce au marteau les pièces d'argent qu'il veut rétreindre.

    Terme de vitrier. Espèce de compartiment de panneau.

    Terme de marine. Plaque percée pour exécuter les coutures des voiles.

    Diverses chevilles ou tampons.

    Terme de typographie. Morceau d'acier qui se place dans la grenouille d'une presse et reçoit le pivot de la vis.

REMARQUE

Delille a écrit dez, comme on faisait dans le XVIIe siècle : Dans le cornet fatal le dez a retenti, Delille, Imag. II.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant cil denier serunt despendu e alé, E en malvaises genz et en guerre guasté, Malvaisement conquis, malement alué, Li dé serunt mult tost sur ambes as turné, Qui unt esté sovent sur sines [le six] ruelé, Th. le mart. 157.

XIIIe s. Je cuit et croi vos dites voir ; Jà por ce n'ert li dez changiez, Ren. 3229. Bien me seront li dé changié, Quant por ce que j'aurai mangié, M'aura Diex issi estrangié De sa meson, Fab. mss. n° 7218, f° 299, dans LACURNE.

XIVe s. Et dient les expositeurs que tetragone est un corps quarré comme un dey, Oresme, Eth. 24. Sire, ce dit Bertran, qu'avez-vous empensé ? Visez-vous à l'avoir ? je n'y acompte un dé, Guesclin. 15930. J'ai dez du plus, j'ai dez du mains [moins], De Paris, de Chartres, de Rains ; Si en ai deuz, ce n'est pas gas [plaisanterie], Qui au hocher chieent [tombent] sor as, Dict. du mercier, dans DE LABORDE, Émaux, p. 247.

XVe s. [Le prud homme] s'en vint à la porte de Gand, où les gardes veilloient, et là les trouva jouant aux dés, Froissart, II, II, 213. Fortune fait souvent tourner Les dez contre moi malement, Orléans, Ball. 45.

XVIe s. Que n'entreprendroit-il [l'homme], puis que la brefveté qui luy coupe le chemin et luy rompt le dé, comme l'on dict, et l'incertitude d'icelle [la vie] qui oste tout courage, ne le peust arrester, vivant comme s'il avoit tousjours à vivre ? Charron, Sagesse, I, 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉ, (Jeu de) s. m. Littér. sorte de jeu de hasard fort en vogue chez les Grecs & chez les Romains. L’origine en est très-ancienne, si l’on en croit Sophocle, Pausanias, & Suidas, qui en attribuent l’invention à Palamede. Hérodote la rapporte aux Lydiens, qu’il fait auteurs de tous les jeux de hasard.

Les dés antiques étoient des cubes de même que les nôtres ; c’est pourquoi les Grecs les appelloient κύϐοι : ils avoient par conséquent six faces, comme l’épigramme xvij. du liv. XIV. de Martial le prouve.

Hic mihi bis seno numeratur tessera puncto.


Ce qui s’entend des deux dés avec lesquels on joüoit quelquefois. Le jeu le plus ordinaire étoit à trois dés, suivant le proverbe, ἢ τρεῖς ἕξ, ἢ τρεῖς κύϐοι ; trois six ou trois as, tout ou rien.

Je ne parcourerai point les diverses manieres de joüer aux dés qui étoient en usage parmi les anciens, il me suffira d’indiquer les deux principales : je renvoye pour les autres aux ouvrages des érudits, qui les ont rassemblés dans des livres exprès.

La premiere maniere de joüer aux dés, & qui fut toûjours à la mode, étoit la rafle, que nous avons adoptée. Celui qui amenoit le plus de points emportoit ce qu’il y avoit sur le jeu. Le plus beau coup étoit, comme parmi nous, rafle de six, mot dérivé de ῥᾴως ἀφελών. On le nommoit venus, qui désignoit dans les jeux de hasard le coup le plus favorable. Les Grecs avoient donné les premiers les noms des dieux, des héros, des hommes illustres, & même des courtisanes fameuses, à tous les coups différens des dés. Le plus mauvais coup étoit trois as. C’est sur cela qu’Epicharme a dit, que dans le mariage comme dans le jeu de dés, on amene quelquefois trois six & quelquefois trois as. Outre ce qu’il y avoit sur le jeu, les perdans payoient encore pour chaque coup malheureux : ce n’étoit pas un moyen qu’ils eussent imaginé pour doubler le jeu ; c’étoit une suite de leurs principes sur les gens malheureux, qu’ils méritoient des peines par cela même qu’ils étoient malheureux. Au reste comme les dés ont six faces, cela faisoit cinquante-six combinaisons de coups, savoir six rafles, trente coups où il y a deux dés semblables, & vingt où les trois dés sont différens.

La seconde maniere de joüer aux dés généralement pratiquée chez les Grecs & chez les Romains, étoit celle-ci : celui qui tenoit les dés nommoit avant que de joüer le coup qu’il souhaitoit ; quand il l’amenoit, il gagnoit le jeu : ou bien il laissoit le choix à son adversaire de nommer ce coup ; & si pour lors il arrivoit, il subissoit la loi à laquelle il s’étoit soûmis. C’est de cette seconde maniere de joüer aux dés que parle Ovide dans son art d’aimer, quand il dit,

Et modò tres jactet numeros, modò cogitet aptè,
Quam subeat partem callida, quamque vocet.


Voyez les mém. des Inscript. & Belles-lett. tome I. & les dictionn. des antiq. greq. & rom.

Comme le jeu s’accrut à Rome avec la décadence de la république, celui de dés prit d’autant plus faveur, que les empereurs en donnerent l’exemple. Quand les Romains virent Néron risquer jusqu’à quatre mille sesterces dans un coup de dés, ils mirent bien-tôt une partie de leurs biens à la merci des dés. Les hommes en général goûtent volontiers tous les jeux où les coups sont décisifs, où chaque évenement fait perdre ou gagner quelque chose : de plus, ces sortes de jeux remuent l’ame sans exiger une attention sérieuse dont nous sommes rarement capables ; enfin on s’y jette par un motif d’avarice, dans l’espérance d’augmenter promptement sa fortune ; & les hommes enrichis par ce moyen sont rares dans le monde, mais les passions ne raisonnent ni ne calculent jamais.

Ceux qui tirent avec Ducange l’étymologie du mot jeu de dé, du vieux Gaulois jus de dé, auront beaucoup de personnes de leur avis ; car nous savons que jus autrefois signifioit jugement, que nos anciens poëtes ont dit De pour Dieu ; & personne n’ignore que la superstition n’a fait que trop souvent intervenir la divinité dans les évenemens qui dépendent entierement du hasard. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt.

Dé, (Anal. des hasards.) Il est visible qu’avec deux dés on peut amener trente-six coups différens ; car chacune des six faces du peut se combiner six fois avec chacune des six faces de l’autre. De même avec trois dés on peut amener 36 × 6, ou 216 coups différens : car chacune des 36 combinaisons des deux dés peut se combiner six fois avec les six faces du troisieme dé. donc en général avec un nombre de dés = n, le nombre des coups possibles est 6n.

Donc il y a 35 contre 1 à parier qu’on ne fera pas rafle de 1, de 2, de 3, de 4, de 5, de 6, avec deux dés. Voyez. Mais on trouveroit qu’il y a deux manieres de faire 3, 3 de faire 4, 4 de faire 5, 5 de faire 6, & 6 de faire 7, 5 de faire 8, 4 de faire 9, 3 de faire 10, 2 de faire 11, 1 de faire 12 ; ce qui est évident par la table suivante qui exprime toutes les 36 combinaisons.

2 3 4 5 6 7
3 4 5 6 7 8
4 5 6 7 8 9
5 6 7 8 9 10
6 7 8 9 10 11
7 8 9 10 11 12

Dans la premiere colonne verticale de cette table, je suppose qu’un des dés tombe successivement sur toutes ses faces, l’autre amenant toûjours 1 ; dans la seconde colonne, que l’un des dés amene toûjours 2, l’autre amenant ses six faces, &c. les nombres pareils se trouvent sur la même diagonale. On voit donc que 7 est le nombre qu’il est le plus avantageux de parier qu’on amenera avec deux dés, & que 2 & 12 sont ceux qui donnent le moins d’avantage. Si on prend la peine de former ainsi la table des combinaisons pour trois dés, on aura six tables de 36 nombres chacune, dont la premiere aura 3 à gauche en haut, 13 à droite en bas, & la derniere aura 8 à gauche en haut, & 18 à droite en bas ; & l’on verra par le moyen des diagonales, que le nombre de fois que le nombre 8 peut arriver est égal à 6 + 5 + 4 + 3 + 2 + 1, c’est-à-dire à 21 ; qu’ainsi il y a 21 cas sur 216 pour que ce nombre arrive, qu’il y a 15 cas pour amener 7, 10 pour 6, 6 pour 5, 3 pour 4, 1 pour 3 ; que pour amener 9 il y a un nombre de combinaisons = 5 + 6 + 5 + 4 + 3 + 2 = 25 ; que pour amener 10 il y a 4 + 5 + 6 + 5 + 4 + 3 = 27 ; que pour amener 11 il y a 3 + 4 + 5 + 6 + 5 + 4 = 27 ; que pour amener 12 il y a 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 5 = 25 ; que pour amener 13 il y a 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 = 21 ; que pour amener 14 il y a 15 ; que pour amener 15 il y a 10 ; que pour amener 16 il y a 6 ; que pour amener 17 il y a 3 ; & pour amener 18, une seule combinaison. Ainsi 10 & 11 sont les deux nombres qu’il est le plus avantageux de parier qu’on amenera avec trois dés, il y a à parier 27 sur 216, c’est-à-dire 1 contre 8, qu’on les amenera ; ensuite c’est neuf ou douze, ensuite c’est huit ou treize, &c.

On peut déterminer par une méthode semblable quels sont les nombres qu’il y a le plus à parier qu’on amenera avec un nombre donné de dés ; ce qu’il est bon de savoir dans plusieurs jeux. Voyez Baraïcus, Trictrac, &c. (O)

, en terme d’Architecture ; c’est le tronc du pié-d’estal, ou la partie qui est entre sa base & sa corniche.

Les Italiens l’appellent dado, & Vitruve le nomme tronc. Voyez Pié-d’estal.

se dit aussi, & des pierres qui se mettent sous des poteaux de bois qui portent un engard, pour les élever de terre crainte qu’ils ne pourrissent, & des petits quarrés de pierre avec une moulure sur l’arrête de dessus, qui servent à porter des vases dans un jardin. (P)

, petit cylindre d’or, d’argent, de cuivre ou de fer, creusé en-dedans, & grené tout-au-tour avec symmétrie, qui sert aux ouvrieres & tailleurs à appuyer la tête de leur aiguille, afin de la pousser plus facilement & sans se piquer les doigts à-travers les étoffes ou autres matieres qu’ils veulent coudre ensemble. Le se met ordinairement au doigt du milieu de la main qui tient l’aiguille.

Il y a deux sortes de dés ; les uns sont fermés par le bout avec la même matiere du  ; les autres sont ouverts par le bout : c’est ordinairement de ceux-ci que se servent les Tailleurs, Tapissiers, &c.

Les dés qui se font à Blois sont extrèmement recherchés.

Les dés de cuivre & de fer font partie du négoce des Merciers, & des maîtres Aiguilliers & Epingliers qui les fabriquent. Voyez la Planche du Tailleur.

Dé à emboutir, est un cube de cuivre à six faces, sur chacune desquelles sont pratiqués des trous de forme & grandeurs différentes, dans lesquels s’emboutissent les fonds des chatons en frappant dessus avec des morceaux de fer appellés bouteroles. Voyez Bouterole.

Chez les Grossiers, ce n’est qu’un morceau de bois avec des trous de diverses grandeurs, dans lesquels ils enfoncent au marteau les pieces d’argent qu’il faut retraindre. Voyez Retrainte. Voyez aussi les figures du Metteur en œuvre & du Joüaillier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dé »

(Nom 1, dé à coudre) Du latin digitus (« doigt »).
(Nom 2, dé à jouer) Du latin datum (« pion, dame »).
(Nom 3) Du latin .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. dat, datz ; catal. dau ; espagn. portug. et ital. dado ; d'après Ménage, du latin dare, dans le sens de jeter : datum, ce qui est jeté sur la table ; d'après Golius, de l'arabe dadd, jeu. De ces deux étymologies, la première est de beaucoup la plus vraisemblable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
de

Évolution historique de l’usage du mot « dé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dé »

  • Le budget du ministère de la Santé pourrait être pensé autrement. Mais il faudrait pour cela repenser complètement le modèle jacobin actuel, ce qui ne sera malheureusement mais sûrement pas le cas. Contrepoints, Ségur de la Santé : la réforme passe par la dé-bureaucratisation | Contrepoints
  • Me fendre Juritravail, Le télétravail à l'heure du dé-confinement.
  • Toute Pensée émet un Coup de Dés. Stéphane Mallarmé, Un coup de dés jamais n'abolira le hasard
  • Avec le -confinement, l’activité repart dans les magasins de l’enseigne E.Leclerc. Le Drive continue de progresser, se félicite Michel-Edouard Leclerc, patron du groupement. « Cela confirme l’évolution vers le multi-canal » souligne-t-il. Durant le confinement, il y a eu une baisse d’activité jusqu’à 30% dans certains gros hypermarchés. Le dirigeant demeure convaincu que les prix bas sont l’argument clé pour faire venir la clientèle dans ses points de vente, surtout après que les clients aient fréquenté les magasins de proximité et couvert de gros écarts de prix. « Le prix bas est juste une urgence sociale » estime-t-il face à « la crise qui arrive, dure, avec du chômage et une baisse de revenus ». Michel Edouard Leclerc se félicite d’un record historique de part de marché pour E.Leclerc avec 23,3%, soit 1,9 point de progression. La Revue du Digital, Dé-confinement, l’évolution vers le multi-canal confirmée chez E.Leclerc | La Revue du Digital
  • Après le Mâchon fisien la semaine dernière avec dix convives, Maxime Caminale a organisé au restaurant Le Loup Pendu le mâchon de la Libération (post-confinement). De nombreux convives ont répondu présent essayant de respecter au mieux les mesures sanitaires. , People | People en dé-confinement : retrouvailles, apéros, inauguration et… en direct de Saint-Tropez
  • Surpopulation carcérale, récidives, atteintes à la dignité des tenus… Le modèle pénitentiaire français a été particulièrement montré du doigt pendant la panmie. Dans son livre Décarcérer (Rue de L’Échiquier, 2020), Sylvain Lhuissier avance justement plusieurs pistes pour une refonte complète des prisons. , « Décarcérer » : 5 pistes pour (dé)construire la prison de demain
  • Pour la 4e année consécutive, quatre centres sociaux lorientais (Maison de quartier de Bois-du-Château, le Polygone, l’Escale Brizeux et le Centre social de Keryado) s’unissent pour organiser le concours photo « Lorient estival », du 29 juin au 20 septembre. « L’objectif de ce concours est de valoriser la pratique de la photographie, d’avoir un regard anonyme sur la ville de Lorient, tout en veloppant une participation citoyenne urbaine par les habitants ou les touristes de passage », explique Tidiane Diouf, l’un des initiateurs de ce rendez-vous. Le concours est ouvert à tous, amateur comme professionnel expérimenté. Cette année, le thème du concours permettra aux Lorientais de livrer leur témoignage sur la ville de Lorient confinée ou confinée… Le Telegramme, Concours photo Lorient Estival : (dé)confinement insolite ! - Lorient - Le Télégramme
  • Préparer le monde de demain, celui d’après la crise du coronavirus, Oui, à condition de tirer les enseignements de cette période totalement inédite du confinement que nous venons de vivre et celle, tout aussi licate du confinement qui a buté en France il y a maintenant un peu plus d’un mois. ladepeche.fr, (Dé)confinement et COVID-19 : participez à l’enquête - ladepeche.fr
  • Taco Chat Bouc Cheese Pizza. Le nom fait un peu peur au demeurant, mais le principe devrait en séduire plus d’un. Un jeu de rapidité dans lequel les joueurs doivent se barrasser le plus vite possible de leurs cartes. Une sorte de Jungle Speed amélioré. Encore un clin d’œil à une licence plus que jouée ces dix dernières années. Le portrait-robot du jeu deman Au Dé café Inné est simple : règles rapides, à jouer à plusieurs pour novices ou amateurs de jeux de société. Mais aussi, plus étonnant, des titres qui ne rebutent pas les mauvais perdants. Ou du moins, les joueurs ayant peur d’être ridicules. « Il faut éviter de mettre les adultes ou jeunes adultes en difficulté. Certains se disent “mais de quoi je vais avoir l’air.” Il faut apprendre à ces personnes à jouer à autre chose qu’au Monopoly et à la Bonne Paye », explique Sarah Palestro, sourire aux lèvres derrière son masque. Et le plus drôle est d’admirer l’évolution des habitués du troquet. Certains viennent ici en famille, entre amis, chaque semaine. Alors à force, Aurélien et Sarah Palestro les reconnaissent. « On se dit parfois “tiens ça, ça pourrait plaire à untel”. Les gens viennent ici aussi pour tester avant d’acheter. S’ils ont vu un titre à 50 €, on ne va pas tout faire pour les faire repartir avec si on sait qu’ils n’accrocheront pas. On vend des moments de bonheur autour du jeu. » La convivialité comme maître mot du bar à jeu ponot.  www.leveil.fr, TTMC, le jeu le plus joué depuis l’ouverture du bar Au Dé café Inné au Puy-en-Velay - Le Puy-en-Velay (43000)
  • Les grandes crises peuvent parfois boucher sur des changements profonds et positifs. Les mobilisations populaires sont la clé, « d’autant plus puissantes qu’elles s’appuieront sur un imaginaire social alternatif à celui de l’accumulation infinie, du consumérisme et du fantasme de toute-puissance ». Cet imaginaire, des chercheurs et militants l’alimentent avec un manifeste publié ce 5 juin : Ce qui pend de nous. Manifeste pour une relocalisation écologique et solidaire. Basta !, Repenser les besoins, planifier la (dé)croissance, reconvertir : les gestes « barrière » contre le monde d’avant - Basta !
  • À tous les fans du Journal d’une panmie, le confinement se poursuit vitesse grand V. Pour preuve, même Félix revient au bureau. Pour autant, on n’en a pas encore fini avec les TiCovid. À partir de la semaine prochaine, les aventures du Covid-19 deviennent hebdomadaires. Rendez-vous, vendredi 26 juin. En attendant faites au mieux pour échapper aux postillons. Charlie Hebdo, (Dé)confinement : journal d’une pandémie, épisode 67 - Charlie Hebdo

Images d'illustration du mot « dé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dé »

Langue Traduction
Anglais of
Espagnol de
Italien di
Allemand von
Chinois
Arabe من
Portugais do
Russe из
Japonais
Basque of
Corse di
Source : Google Translate API

Synonymes de « dé »

Source : synonymes de dé sur lebonsynonyme.fr

Retour au sommaire ➦

Partager