La langue française

Bousculer

Sommaire

  • Définitions du mot bousculer
  • Étymologie de « bousculer »
  • Phonétique de « bousculer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bousculer »
  • Citations contenant le mot « bousculer »
  • Traductions du mot « bousculer »
  • Synonymes de « bousculer »
  • Antonymes de « bousculer »

Définitions du mot bousculer

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUSCULER, verbe trans.

A.− Usuel
1. Bousculer qqn ou qqc.
a) Heurter quelqu'un ou quelque chose avec violence et vivacité en le renversant ou non. Synon. culbuter, renverser, secouer.Elle était toute verte de colère, et bousculait ses marmites en parlant (Erckmann-Chatrian, Le Conscrit de 1813,1864, p. 40):
1. ... jurer l'union, jouer le double jeu politique de la vigilance et de la force, bousculer, bâtonner, fouetter ceux qui se moquent ou qui seulement refusent de saluer, c'est partie gagnée d'avance. Alain, Propos,1928, p. 775.
P. compar. :
2. Stéphane était un grec des Îles... un nez busqué rouge comme un piment, des sourcils charbonneux... Il parlait d'une voix tonitruante qui faisait rouler des r, comme la Kicking Horse river bousculait les galets dans ses crues. Genevoix, Éva Charlebois,1944, p. 75.
b) Heurter violemment de manière à renverser :
3. ... Les tramways, ces mastodontes beuglants qui vont tout droit sans s'inquiéter de ce qu'ils bousculent, de ce qu'ils tuent! Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 29.
[Dans un cont. milit] Bousculer une troupe. La vaincre par une attaque violente et rapide qui la désorganise :
4. ... la veille à Saint-Quentin, il [le Général Lanrezac] m'avait exprimé son intention, dès qu'il serait sorti de la zone boisée où l'emploi de son artillerie était difficile, de bousculer par une contre-offensive vigoureuse les troupes allemandes qui le suivaient. Joffre, Mémoires,1931, p. 322.
Pop. [Dans un cont. érotique] Bousculer une femme :
5. Allons donc! Le pauvre diable qui bouscule sa bonne amie sur la mousse, un soir de printemps, est tenu par vous en état de péché mortel, ... Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1221.
c) Renverser en créant le désordre. Il (...) bouscula mes livres, bouleversa mes papiers, renversa mon encrier (A. France, La Vie en fleur,1922, p. 437).Bousculer des meubles. Synon. bouleverser, déranger. Anton. ordonner, ranger.
2. Bousculer qqn.
a) Heurter involontairement (quelqu'un). Dans le couloir, je bousculai un peu une fille qui entrait (Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 16).Quelqu'un le bouscula de l'épaule (Aragon, Les Beaux-quartiers,1936, p. 496).
Loc. verbale. Se faire, se laisser bousculer. Voilà le tramway (...) Juliette se précipita (...) se laissa bousculer (E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 83):
6. ... il y eut aussi une place vide tout à coup dans cet autobus de la ligne S presque complet parce qu'il était midi, place qu'occupa bientôt le jeune homme au long cou et au chapeau ridicule, place qu'il convoitait parce qu'il ne voulait plus se faire bousculer sur cette plate-forme d'autobus, un jour, vers midi. Queneau, Exercices de style,1947, p. 53.
P. ext. Secouer, ballotter :
7. Cette vive allure pour laquelle la voiture avec ses ressorts durs n'était pas faite avait pas mal bousculé les voyageuses. Giono, Bonheur fou,1957, p. 76.
b) Écarter, par des poussées plus ou moins violentes, les personnes d'une foule afin de se frayer un passage :
8. Le clos était noir de monde. On se pressait autour du monticule, des bavards, des curieux que Pascuali dut bousculer, un cercle de chasseurs consternés qui discutaient le coup, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 132.
P. métaph. :
9. Dans une démocratie, tout petit bourgeois peut et veut s'élever, et c'est une ruée, chacun devient féroce, bouscule les autres... Zola, Fécondité,1899, p. 30.
P. anal. :
10. ... en Andalousie, c'étaient les taureaux, les plus sages parce que les plus forts, qui rentraient les premiers, docilement. Et derrière, comme là-bas, les vaches s'affairaient et se bousculaient, aussi puériles d'esprit que leurs veaux. Montherlant, Les Bestiaires,1926, p. 569.
Emploi pronom. :
11. J'allai avec lui et avec Pradelle voir passer en Sorbonne les oraux du concours : on se bousculait pour entendre la leçon de Raymond Aron, ... S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 272.
P. métaph. :
12. J'aimais la façon dont les mots se bousculaient dans sa bouche [de Lewis]. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 328.
Loc. fig. Se bousculer au portillon. Utiliser tous les moyens possibles pour atteindre un but :
13. Un Français capable de se réjouir aussi vertueusement à la perspective de voir son pays à jamais écrasé sous la botte, cela dépassait le but poursuivi et relevait si évidemment du coup de pied au cul que les Allemands se refusaient à employer, sinon une fois, et peut-être par surprise, de si maladroits complices. D'ailleurs, passé le début, où les idiots et les traîtres se bousculaient au portillon nazi, le recrutement devint difficile. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 145.
3. Emplois métaph. Renverser, détruire afin de renover des systèmes devenus routiniers. Bousculer les habitudes, les idées, les institutions, les traditions :
14. ... mes parents ne plaisantaient pas avec la religion, maman avait bien trop peur de s'y laisser prendre, de tomber dans un piège et de bousculer toute sa conception du monde qu'elle maintenait avec tant de peine et d'application! E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 275.
15. Mais lui [Spears], pour bousculer les routines, mettait au jeu son intelligence, la crainte qu'inspiraient les morsures de son esprit, enfin le charme qu'il savait montrer, à l'occasion. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 85.
B.− Emplois fig.
1. [L'accent est mis sur la violence de la blessure morale] Synon. rudoyer, maltraiter :
16. Elle [Catherine] n'avait plus que le désir de vivre jusqu'au bout avec celui-là, s'il voulait seulement ne pas la bousculer si fort. Zola, Germinal,1885, p. 1402.
17. Annie aimait sortir avec lui parce que, comme je te l'ai dit, ils faisaient un très beau couple. (...) il avait des opinions sur tout : la politique, la poésie, le théâtre, le cinéma, la musique, l'amour même et il exigeait d'elle qu'elle partageât ses opinions, il la bousculait (en paroles, pas comme toi avec Chloé), il était intransigeant, implacable, méprisant. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 103.
2. [L'accent est mis sur la vivacité, la hâte] Contraindre une personne à se presser :
18. ... nous n'eûmes même pas le temps de faire honneur à ce bon déjeuner, Ricordi nous bousculant, tant son amour de se mêler aux grands était intempestif, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 122.
19. Ils [les enfants] ne se dépêchaient point comme elle le voulait; ils s'attardaient à picorer dans les plats, à chercher leurs effets. Alors Rose-Anna se prit à les bousculer un peu; ... G. Roy, Bonheur d'occasion,1945, p. 440.
Emploi pronom. :
20. Ce sont des choses que, quand j'y pense, je suis là pour me bousculer comme un bègue : « Eh, si tu ne peux pas le parler, siffle-le ». Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 161.
21. Je fais tout très lentement. J'aime ça. Si on se bouscule pour quoi que ce soit, je m'en vais, quitte à ne pas attraper ce que les autres attrapent. Giono, Voyage en Italie,1953, p. 168.
3. Déranger quelqu'un dans ses occupations :
22. Alexis défendait catégoriquement qu'on fasse le ménage là où il travaillait, (...). L'apparition d'une femme de ménage le bousculait immédiatement de ses effluves étrangers, si bien qu'Alexis en avait pour des heures à s'en remettre. E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 122.
4. Au passif [L'accent est mis sur l'énervement causé par le grand nombre de choses qui accaparent l'attention d'une pers.] Être très occupé par diverses affaires qui demandent un règlement rapide. Être bousculé par qqc.
Absolument :
23. Le visage de Lambert s'assombrit et Henri ajouta : − Écoute, laisse-moi huit jours. En ce moment je suis trop bousculé, mais j'irai lui parler tout de suite après la générale; ... S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 359.
Rem. On rencontre dans la docum. l'adj. bousculatoire. Qui bouscule. On ne bercera jamais assez les enfants, du temps de leur prime jeunesse. Et même je serais d'avis qu'on usât, pour les calmer, les endormir, d'appareils profondément bousculatoires (Gide, Voyage au Congo, 1927, p. 683).
PRONONC. : [buskyle], (je) bouscule [buskyl].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1798 « mettre sens dessus dessous » (Ac.); 2. 1798 « pousser en tout sens » (Ac.), qualifié de ,,familier`` par Ac. 1835 et 1878; spéc. 1833 « défaire, battre (une armée) » (Balzac, Le Médecin de campagne, p. 175); 1852 « malmener, tourmenter » (Flaubert, Correspondance, p. 156). Composé tautologique formé : 1 du m. fr. bousser « heurter » 1416 (Du Cange, s.v. boutare), terme largement attesté dans les domaines lorr. et franco-prov. (FEW t. 15, 1, pp. 231-232) empr. au m. h. all. bôzen « frapper, heurter » corresp. à l'a. b. frq. bôtan, v. bouter. − 2 de culer « marcher à reculons » (1482 G. Flamang dans DG) dér. de cul* et dés. -er (P. Guiraud dans Z. rom. Philol., t. 77, p. 444 et Structures étymologiques du lexique fr., Paris, 1967, p. 11). L'hyp. d'une altération de l'a. fr. bouteculer « chercher en retournant » xiiies. (Renart, 4516, Méon dans Gdf.) sous l'infl. du m. fr. bousser (EWFS2et FEW t. 2, p. 1521) ne semble pas à retenir étant donné la rareté extrême du mot en a. fr. (v. T.-L.). Même objection contre l'hyp. d'une altération de bouteculer par pousser remplaçant mod. de bouter, tous deux confondus dans la forme bousser (J. Orr dans Mélanges Dauzat, pp. 245-256). L'hyp. d'une altération de bouteculer d'apr. basculer (Cor., s.v. masculillo; Dauzat 1973) n'est pas plus probable, basculer, mentionné une seule fois en 1611 (Cotgr.), n'étant bien attesté qu'à partir de Littré 1863.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 646. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 24, b) 754; xxes. : a) 1 547, b) 1 391.
BBG. − Orr (J.). Qq. mises au point étymol. In : [Mél. Dauzat (A.)]. Paris, 1951, pp. 245-247. − Pinchon (J.). Questions de vocab. Fr. Monde. 1968, no60, p. 54.

Wiktionnaire

Verbe

bousculer \bus.ky.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se bousculer)

  1. (Familier) Mettre en désordre.
    • On a bousculé tous mes livres.
  2. (Familier) Pousser en tous sens.
    • Pour elle, pour la protéger contre les moqueries et les coups, il était toujours prêt à bousculer les railleurs. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Emmené à la Kommandantur de Tergnier, j'y fus complétement déshabillé, fouillé, bousculé, traité d'espion. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.30)
    • …des joueurs de flipper qui tiltaient, et qui poussaient des grognements, en bousculant fiévreusement le flipper, des joueurs de baby qui rejouaient la belle, pour la centième fois. — (Louis Nicoletto, Une petite Mouche noire, TheBookEdition, page 52)
  3. (Pronominal) Se pousser en tous sens.
    • …Mimile faisait de temps à autre claquer vigoureusement son fouet pour, d’une façon précise et tangible, rappeler au sentiment de la discipline ses tributaires encornés se bousculant dans les ornières boueuses de l’étroit chemin. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les girls passaient la tête hors de la loge en se bousculant pour admirer les duettistes qu'elles avaient entendu si flatteusement rappeler. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOUSCULER. v. tr.
Mettre sens dessus dessous. On a bousculé tous mes livres. Il signifie aussi Pousser en tous sens. Nous fûmes horriblement bousculés dans la foule. Il est familier dans les deux sens.

Littré (1872-1877)

BOUSCULER (bou-sku-lé) v. a.
  • 1Mettre en désordre, renverser. Quand il entre dans cette chambre, il bouscule tout.

    Fig. J'ai gagné la mienne [ma croix] à ces guerres Où nous bousculions tous les rois, Béranger, Vieux cap.

  • 2Pousser en tous sens. La foule nous bouscula horriblement,
  • 3Se bousculer, v. réfl. Ils se pressent, ils se bousculent, mais ils n'en avancent pas davantage.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bousculer »

Plutôt que de l’ancien français bouteculer « chercher en retournant » (→ voir bouter, cul et -er), il s’agit du croisement du moyen français bousser « heurter » et de culer « marcher à reculons »[1]. Le moyen français bousser est un mot largement attesté dans les domaines lorrain et franco-provençal emprunté au moyen haut allemand bōzen « frapper, heurter » (d’où l’allemand régional boßen « rouer de coups ») et correspondant à bouter[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. bosculer, busculer. On trouve dans l'ancien français bouteculer : [le paysan] au feu bouteculant, Ren. 4517. Sans doute bousculer est une altération de bouteculer, qui vient de bouter et cul, étymologie confirmée par la forme bousser, au lieu de bouter, laquelle a été usitée dans le XVe siècle (voy. DU CANGE, boutare).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bousculer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bousculer buskyle

Évolution historique de l’usage du mot « bousculer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bousculer »

  • En général les vies semblent virer abruptement d’une chose à une autre, se bousculer, se cogner, se tortiller. De Paul Auster / La Chambre dérobée
  • A propos du sport professionnel : tant et aussi longtemps que l'opium moderne du peuple fera planer, on se bousculera pour en acheter. Et les vendeurs riront jusqu’à la banque. De Jean Dion / Liberté - Octobre 1998
  • "Si être un bon ministre revenait à céder à toutes les demandes, il n'y aurait plus aucun ministre. Cette maison peut parfois résister au changement. Mais j'assume de bousculer les choses", assure Christophe Castaner, dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France, ce dimanche 21 juin. ladepeche.fr, Christophe Castaner "assume de bousculer les choses" et souhaite rester à l'Intérieur - ladepeche.fr
  • L’objectif affiché par Hello Watt est de bousculer le marché avec des installations autour de 8 000 € clé en main, avec une puissance de 3 kilowatts/crête, suffisante pour un ménage, avec dix panneaux occupant une surface de 20 m2 sur le toit. Aujourd’hui, les prix moyens tournent plutôt autour de 13 000 à 15 000 €, voire plus. « Le pari est qu’en apportant un volume d’affaires suffisant aux installateurs, ils puissent baisser leur prix », explique Sylvain Le Falher. La Croix, Une entreprise veut bousculer le marché de l’auto-consommation d’électricité

Traductions du mot « bousculer »

Langue Traduction
Anglais push
Espagnol empujar
Italien spingere
Allemand herumschubsen
Portugais empurrar
Source : Google Translate API

Synonymes de « bousculer »

Source : synonymes de bousculer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bousculer »

Partager