Copiste : définition de copiste


Copiste : définition du Wiktionnaire

Nom commun

copiste \kɔ.pist\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui copie, et, notamment autrefois, dont le métier était de copier des textes manuscrits ou de la musique.
    • La profession des copistes était une des plus nombreuses, des plus honorées et des plus lucratives. Des librairies entretenaient des milliers de copistes, revendaient leurs copies, […]. — (Alphonse de Lamartine ; Gutenberg,)
    • C'est là que j'ai cherché la véritable orthographe du manuscrit original, tel qu'il fut exécuté sous les yeux de Joinville par un des clercs de sa chancellerie. C'est là que je crois avoir retrouvé sa langue, exempte de toutes les altérations qu'y ont introduites des copistes d'un autre temps et d'un autre pays. — (Natalis de Wailly, Mémoire sur la langue de Joinville, Paris : librairie A. Franck, 1868, p.3)
    • Cette dernière disposition a pour corollaire une autre mesure interdisant aux copistes de prendre des libertés avec les manuscrits. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Plagiaire.
    • Dépourvu d’invention, il s’est fait le copiste de cet auteur, de ce peintre, etc. Un froid, un insipide copiste.
  3. (Mali)(Belgique) Élève qui copie sur son voisin, copieur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Copiste : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COPISTE. n. des deux genres
. Celui, celle qui copie en quelque genre que ce soit. Un bon, un excellent copiste. Un mauvais copiste. Copiste de musique. C'est une faute de copiste. Dépourvu d'invention, il s'est fait le copiste de cet auteur, de ce peintre, etc. Un froid, Un insipide copiste.

Copiste : définition du Littré (1872-1877)

COPISTE (ko-pi-st') s. m.
  • 1Celui qui copie. Un bon copiste. Et le copiste [de musique] Jean-Jacques, prenant dix sous par page de son travail pour s'aider à vivre, est un Juif que son avidité fait universellement mépriser, Rousseau, Dial.

    Ceux qui écrivaient les livres dans l'antiquité et au moyen âge.

  • 2En parlant des littérateurs et des artistes, celui qui imite, qui n'a point d'originalité. Ce n'est qu'un copiste. Nous ne sommes déjà que les traducteurs de leurs romans [des Anglais] ; n'avons-nous pas assez baissé pavillon devant l'Angleterre ? C'est peu d'être vaincus, faut-il être copistes ? Voltaire, Lett. Mme d'Argental, 18 oct. 1760. Les élèves de Raphaël et des Caraches n'en ont pas été les copistes ; mais, dans leurs tableaux, on reconnaît le génie de leur école, la touche, le dessin, la couleur de leur maître, la manière de composer, Marmontel, Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 199, dans POUGENS.

    Par extension, celui qui imite une autre personne. L'assemblée des animaux se moqua de ces deux mauvais copistes [le singe et le perroquet] de l'homme, Fénelon, XIX, 75. Il a, dit-on, choisi Cléon pour son modèle ; Il est son complaisant, son copiste fidèle, Gresset, Méchant, I, 1.

  • 3Titre que prenaient les chanceliers des abbayes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Copiste : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* COPISTE, s. m. (Art méch.) c’est un homme qui sait bien lire & bien écrire, & qui gagne sa vie avec ces deux talens, en transcrivant pour les particuliers, des ouvrages qu’on veut avoir ou plus corrects, ou doubles. Voyez Copie.

Copistes, se dit en Peinture, des dessinateurs, des peintres qui travaillent toûjours d’après les ouvrages des autres, & qui ne font rien de génie. Les plus habiles copistes sont moins estimés que de médiocres inventeurs. V. Copie & le Dict. de Peint. (R)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Copiste : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « copiste » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « copiste »

Étymologie de copiste - Wiktionnaire

De « copie » avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « copiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
copiste kɔpist play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « copiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « copiste »

  • • Culture – Un copiste de génie ! , Replay Télématin - Émission du mercredi 27 mai 2020 - France 2
  • Contempler, toucher, palper un livre d’heures c’est comme pénétrer l’âme de ses anciens possesseurs, c’est en quelque sorte revivre sa minutieuse élaboration, suivre les mains expertes des enlumineurs et des ornemanistes, les manies d’un copiste singulier. Comprendre le manuscrit reste l’objectif principal du chercheur. Né du désir d’un commanditaire, modeste ou prestigieux, le livre d’heures, livre de piété privée par excellence, s’illumine comme le miroir du pécheur en prière. Aussi, s’est-il souvent représenté en imploration devant son saint patron, unique intermédiaire avec Dieu. C’est du moins une grande caractéristique des manuscrits bretons. Un autre élément révélateur de ces livres d’heures, dont l’origine n’est pas toujours établie, reste la présence des saints locaux dans les calendriers ou (et) les litanies. Pour la Bretagne, les diocèses de Saint-Pol-de-Léon et de Vannes nous ont fourni des listes hagiologiques précieuses. Enfin, soulignons l’intérêt des livres de raison, ces livres d’heures portant naissances ou décès des membres d’une même famille, parfois sur plusieurs générations. Agence Bretagne Presse, Le livre d'heures enluminé en Bretagne
  • Certains monastères possédaient un atelier consacré à la copie. Il était souvent à côté du chauffoir de l’abbaye, ce qui permettait à l’encre de rester à la bonne température. Mais tous les monastères n’avaient pas de scriptorium, et les copistes se plaignaient souvent dans le colophon (note rajoutée en fin du manuscrit) de leurs conditions d’écriture, demandant l’obtention d’une indulgence ou une prière pour la bonne action effectuée. Croire, Qui sont les moines copistes  ?
  • La copie est aussi un art. De jeudi à dimanche prochain, l’institut Courbet d’Ornans organise un concours de copistes. Ces derniers sont appelés à reproduire une œuvre du grand maître sur plusieurs jours. La tâche s’annonce compliquée pour coller au plus près, des tableaux du chef de file du courant réaliste. Jean-François Grebert, copiste professionnel, s’apprête à relever le défi. , Edition Besançon | Un concours de copistes organisé par l’institut Courbet

Traductions du mot « copiste »

Langue Traduction
Corse copistista
Basque kopiatzaile
Japonais 模倣者
Russe переписчик
Portugais copista
Arabe الناسخ
Chinois 抄写员
Allemand kopist
Italien copista
Espagnol copista
Anglais copyist
Source : Google Translate API

Synonymes de « copiste »

Source : synonymes de copiste sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « copiste »


Mots similaires