Plagiaire : définition de plagiaire


Plagiaire : définition du Wiktionnaire

Nom commun

plagiaire \pla.ʒjɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui s’approprie ce qu’il a pillé dans les ouvrages d’autrui.
    • La gloire est le seul héritage du véritable génie, […] ; il ne faut pas la lui laisser dérober par des plagiaires. — (Lamartine, Jacquard)
    • Non, non, elle ne croyait plus en moi. Elle ne voyait plus en moi qu’un plagiaire, réduit à ses proportions misérables. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 169)

Adjectif

plagiaire \pla.ʒjɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui s’approprie ce qu’il a pillé dans les ouvrages d’autrui.
    • Auteur plagiaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Plagiaire : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLAGIAIRE. adj. des deux genres
. Qui s'approprie ce qu'il a pillé dans les ouvrages d'autrui. Auteur plagiaire. Il s'emploie plus ordinairement comme nom masculin. C'est un plagiaire. Impudent plagiaire.

Plagiaire : définition du Littré (1872-1877)

PLAGIAIRE (pla-ji-ê-r') s. m.
  • 1Au sens propre, celui qui détourne les enfants d'autrui, qui débauche et vole les esclaves d'autrui. Ils font plus, ils arrachent les enfants du sein des pères, ils se les supposent, ils les défigurent, ils les blessent, ils les immolent comme des victimes à leur pauvreté ; ce sont de véritables plagiaires condamnés par la loi de Constantin, Guyot de Pitaval, Causes célèbres, I, 108. Ces plagiaires impitoyables [les jésuites] qui les [les enfants] enlevaient à leurs mères, Michelet, Du prêtre et de la femme, 1re part. ch. 1.

    À peine usité en ce sens.

  • 2Celui qui prend, dans un ouvrage qu'il ne cite pas, des pensées, des expressions remarquables, ou même des morceaux entiers. Ces larrons et plagiaires qui dérobent tous les jours l'écorce de ses œuvres [de Pic de la Mirandole], pour en tirer le suc et la moelle de leurs écrits, Naudé, Rosecroix, VII, 3. Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui, Et que l'on nomme plagiaires, La Fontaine, Fabl. IV, 9. Molière prit deux scènes entières dans la ridicule comédie du Pédant joué de Cyrano de Bergerac : ces deux scènes sont bonnes, disait-il en plaisantant avec ses amis, elles m'appartiennent de droit, je reprends mon bien ; on aurait été, après cela, très mal reçu à traiter de plagiaire l'auteur du Tartufe et du Misanthrope, Voltaire, Dict. phil. Épopée. Je hais comme la mort l'état de plagiaire, Musset, la Coupe et les Lèvres, dédicace.

    Adj. Auteur plagiaire.

    Fig. Les plagiaires de la terreur de 1793.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils m'ont chargé de calomnie, accusé de plagiaire [plagiat], et, sans ouïr mes raisons, condamné d'ignorance et de temerité, Paré, XX, Préf.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PLAGIAIRE.

Adj. Ajoutez : Loin des bassesses plagiaires Ton goût [de Boileau] prudemment généreux…, Lamotte, Odes, à l'ombre de Despréaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Plagiaire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLAGIAIRE, s. m. écrivain qui pille les autres auteurs, & donne leurs productions comme étant son propre ouvrage.

Chez les Romains on appelloit plagiaire une personne qui achetoit, vendoit ou retenoit comme esclave une autre personne libre, parce que par la loi Flavia, quiconque étoit convaincu de ce crime, étoit condamné au fouet, ad plagas. Voyez Esclave. Thomasius a fait un livre de plagio litterario, où il traite de l’étendue du droit que les auteurs ont sur les écrits des uns des autres, & des regles qu’on doit observer à cet égard. Les Lexicographes, au moins ceux qui traitent des arts & des sciences, paroissent devoir être exemts des lois communes du mien & du tien. Ils ne prétendent ni bâtir sur leur propre fonds, ni en tirer les matériaux nécessaires à la construction de leur ouvrage. En effet le caractere d’un bon dictionnaire tel que nous souhaiterions de rendre celui-ci, consiste en grande partie à faire usage des meilleurs découvertes d’autrui : ce que nous empruntons des autres nous l’empruntons ouvertement, au grand jour, & citant les sources où nous avons puisé. La qualité de compilateurs nous donne un droit ou un titre à profiter de tout ce qui peut concourir à la perfection de notre dessein, quelque part qu’il se rencontre. Si nous dérobons, c’est seulement à l’imitation des abeilles qui ne butinent que pour le bien public, & l’on ne peut pas dire exactement que nous pillons les auteurs, mais que nous en tirons des contributions pour l’avantage des lettres. Que si l’on demande de quel droit ; sans nous arrêter à la pratique de nos prédécesseurs dans tous les tems & parmi toutes les nations, nous répondrons que la nature de notre ouvrage autorise notre conduite, & la rend même indispensable. Seroit-il possible d’en remplir le plan sans cette liberté que le lecteur judicieux ne nous refusera pas, & que nous accordons à ceux qui écriront après nous ?

Hanc veniam petimusque damusque vicissim. Horat.

Qu’est-ce donc proprement qu’un plagiaire ? C’est un homme, qui voulant à quelque prix que ce soit s’ériger en auteur, & n’ayant pour cela ni le génie, ni les talens nécessaires, copie non-seulement des phrases, mais encore des pages & des morceaux entiers d’autres auteurs, & a la mauvaise foi de ne les pas citer ; ou qui, à l’aide de quelques légers changemens dans l’expression ou de quelques additions, donne les productions des autres pour choses qu’il a imaginées & inventées, ou qui s’attribue l’honneur d’une découverte faite par un autre. Rien n’est plus commun dans la république des lettres ; les vrais savans n’y sont pas trompés ; ces vols déguisés n’échappent guere à leurs yeux clairvoyans. Cependant les mépris que méritent les plagiaires ne diminue pas beaucoup le nombre.

M. Bayle à l’article de Boccalin, pense qu’on ne doit point appeller plagiaire un auteur qui prête son nom à un autre, qui pour certaines raisons ne veut pas être connu pour auteur de tel ou tel ouvrage, parce que, dit-il, le premier ne dérobe pas la travail d’autrui, & que le second peut se dépouiller de son droit & le transporter à qui bon lui semble. Dictionn. critiq. tom. 2, lett. B, au mot Boccalin. Il ajoute ailleurs que le défaut ordinaire des plagiaires n’est pas de choisir toujours ce qu’il y a de meilleur dans les écrivains qu’ils pillent. Tout leur est bon. « Ils enlevent, dit-il, les meubles de la maison & les balayures aussi ; ils prennent le grain, la paille, la balle, la poussiere en même tems » ; rem auferunt cum pulviculo. Plaut. in prolog. truculenti.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Plagiaire : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « plagiaire » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « plagiaire »

Étymologie de plagiaire - Littré

Lat. plăgiarius, proprement celui qui débauche et récèle les esclaves d'autrui, de plăgium, crime de débaucher les esclaves, du grec πλάγιος, oblique : celui qui met de côté, qui détourne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de plagiaire - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin plagiarius (« voleur d’homme »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « plagiaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plagiaire plaʒjɛr play_arrow

Citations contenant le mot « plagiaire »

  • Si plagiat et emprunts sont aussi vieux que la littérature, la justice cherchera, elle, à établir non seulement l’antériorité du texte de l’auteur qui s’estime pillé, mais aussi la probabilité que le plagiaire présumé ait pu en prendre connaissance. Avant internet, il fallait démontrer qu’un texte avait voyagé à travers les époques, mais aussi à l’échelle du globe. Aujourd’hui, les possibilités de braconnage ont été maximisées.  France Culture, Plagiat, copie, inspiration, pot commun : à qui appartiennent les mots ?
  • Ils n’ont nul besoin de se donner cette peine. Selon nos critères à nous, Shakespeare, qui a vécu bien avant l’avènement de la notion moderne de paternité des œuvres, était un plagiaire en série. Slate.fr, Plagier ou ne pas plagier? Telle est la question que ne s'est pas posée Shakespeare | Slate.fr
  • Après son atterrissage à Bratislava, Matovič a déclaré aux journalistes que les médias avaient mis en péril «des centaines de millions d’euros», en publiant l’article alors qu’il se rendait au sommet de jeudi 16 juillet, car «les dirigeants n’auraient pas voulu négocier avec un plagiaire », a-t-il affirmé., bien qu’il ait avoué les accusations. Africa Daily News, BRATISLAVA – Accord historique, plagiat et gâteau aux prunes – Africadaidly – Africa Daily News
  • Je ne prétends pas que ma façon de faire est la bonne pour traiter les plagiaires. Il existe de nombreuses approches pour faire tomber les contenus plagiés. Faites ce qui vous semble le mieux adapté. Les dernières News, Comment traiter le plagiat - Journal des moteurs de recherche - Les dernières News
  • Bon, une fois remise de l’émotion de l’accusation, ma situation n’est pas très alarmante vu l’explication justifiable de l’erreur de citation commise dans ce travail. L’enseignante concernée me permet de faire une reprise du travail plagiaire. Cependant, je suis maintenant dans une sorte de période de probation de plusieurs mois durant laquelle une « récidive » pourrait entrainer des mesures plus drastiques. C’est stressant ! Je suis maintenant paranoïaque des mauvaises citations et des mauvaises utilisations de sources. Impact Campus, Moi qui croyais que ça arrivait seulement aux autres! - Impact Campus
  • Je hais comme la mort l'état de plagiaire ; Mon verre n'est pas grand, mais je bois dans mon verre. De Alfred de Musset / La coupe et les lèvres
  • Le plagiaire est un individu qui ne donne le meilleur de lui-même qu'après l'avoir pris à un autre. De Noctuel
  • Le plagiaire a un mérite : il conserve. De Benjamin Disraeli

Traductions du mot « plagiaire »

Langue Traduction
Corse plagiatore
Basque plagiarista
Japonais 盗作
Russe плагиатор
Portugais plagiador
Arabe انتحال
Chinois pla窃者
Allemand plagiator
Italien plagiario
Espagnol plagiario
Anglais plagiarist
Source : Google Translate API

Synonymes de « plagiaire »

Source : synonymes de plagiaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « plagiaire »


Mots similaires