Conflagration : définition de conflagration


Conflagration : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CONFLAGRATION, subst. fém.

LITTÉRAIRE
A.− Incendie, embrasement, déflagration d'une grande vigueur et d'une grande étendue. Immense conflagration; conflagration effroyable, céleste. Conflagrations dévorantes que nos chasseurs allument au milieu des plaines herbées (Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 2, 1801, p. 99):
1. Une étoile, un soleil, peut faire explosion. Si le bruit d'une conflagration aussi effroyable pouvait se transmettre jusqu'à nous, nous ne l'entendrions qu'au bout de « trois millions sept cent quatre-vingt-quinze mille ans »! C. Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 381.
En partic. Conflagration de l'univers, universelle, ... Fin du monde par le feu :
2. La plus terrible des catastrophes imaginables, la conflagration de l'univers, que pourrait-elle être autre chose que le pétillement, l'éclat et l'évaporation d'un grain de poudre à la chandelle? J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 143.
B.− P. métaph. ou au fig.
1. [L'idée dominante est celle de cataclysme, de grand bouleversement dévastateur]
a) [Au plan humain] Profond bouleversement sociopolitique d'une ou de plusieurs nations; en partic. déclenchement d'un conflit armé où de nombreux pays sont engagés :
3. Depuis la fin de la dernière guerre, l'unique alternative à une nouvelle conflagration est un plan de développement mondial. Perroux, L'Écon. du XXes.,1964, p. 276.
SYNT. Conflagration européenne, générale, mondiale, universelle; menace de conflagration, symptômes d'une conflagration future; amener une grande conflagration.
b) [Au plan abstr.] Rare. Bouleversement, conflit :
4. ... j'en arrive presque à me demander... si les guerres ne seraient pas plutôt le résultat d'un obscur, d'un indomptable conflit de passions, auquel la conflagration des intérêts servirait seulement d'occasion, de prétexte... R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 608.
2. [L'idée dominante est celle de déflagration, d'explosion; au plan abstr.] :
5. Étonnez-vous après cela, (...) de la soudaine conflagration de tous ces griefs accumulés et de ces scènes de ménage (...) de cette furie déchaînée... Claudel, Un Poète regarde la Croix,1938, p. 225.
Rem. 1. Guérin 1892 enregistre le verbe pronom. se conflagrer, qualifié de néol., avec le sens « s'enflammer, faire une conflagration » et un passage de Ch. Nodier : Toute cette puissance effrayante d'éléments confus, discords, irrités, qui se heurtent, se combattent, se conflagrent 2. Rheims 1969 enregistre le verbe trans. conflagrer, qualifié de néol. ,,Calqué sur le latin cumflagrare, brûler, avec influence sémantique de conflagration, embrasement, bouleversement politique`` et un passage de G. Kahn, Le Roi fou, p. 7 : D'autres menus griefs conflagrèrent la révolution.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃flagʀasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694, puis ds Ac. 1798-1932; absent de Ac. 1718-1762. Étymol. et Hist. [Ca 1375 Raoul de Presles, Cité de Dieu, XX, 18, édit. 1531 ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 470] 1488 [édit. 1491] « embrasement général » (La Mer des Histoires, I, 25c ds Rom. Forsch., t. 32, p. 35); av. 1791 fig. (Mirabeau, Collect. t. II, p. 185 ds Littré). Empr. au lat. impérial conflagratio de même sens, au propre et au figuré. Fréq. abs. littér. : 44. Bbg. Gohin 1903, p. 342.

Conflagration : définition du Wiktionnaire

Nom commun

conflagration \kɔ̃.fla.ɡʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Embrasement général.
    • Cet incident amena une conflagration générale.
  2. (Figuré) Grande révolution qui remue tous les esprits.
    • A la veille de la conflagration européenne de 1914, l’Angleterre et la France avaient élaboré, d’un commun accord, un projet de statut qui fut soumis à l’adhésion de l’Espagne. — (Wladimir d’Ormesson, La Question de Tanger dans La Revue de Paris, 1922)

Nom commun

conflagration

  1. Conflagration.
  2. Déflagration.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Conflagration : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONFLAGRATION. n. f.
Embrasement général. La conflagration d'une planète, etc. Il annonça que le monde finirait par une conflagration universelle. Il se dit figurément d'une Grande révolution qui remue tous les esprits. Cet incident amena une conflagration générale.

Conflagration : définition du Littré (1872-1877)

CONFLAGRATION (kon-fla-gra-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Embrasement général. La conflagration du globe terrestre. Néron fit accuser les chrétiens de la conflagration de Rome, Furetière.
  • 2 Fig. Bouleversement politique. La conflagration générale qui suivit la Révolution française. Vous périrez, et dans la conflagration universelle que vous ne frémissez pas d'allumer, la perte de votre honneur ne sauvera pas une seule de vos détestables jouissances, Mirabeau, Collect. t. II, p. 185.

REMARQUE

Conflagration, bien qu'employé par Rabelais et Montaigne, n'a été remis en usage que dans le XVIIIe siècle ; il n'est dans aucune des anciennes éditions du Dictionnaire de l'Académie.

HISTORIQUE

XVIe s. Les geants emporterent leur roi Anarche à leur col, le mieux qu'ils purent, hors du fort, comme fit Aenée son pere Anchise de la conflagration de Troye, Rabelais, Pant. II, 29. Chrysippus estimoit qu'en la derniere conflagration du monde, tous les dieux auroient à finir, sauf Jupiter, Montaigne, II, 277.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Conflagration : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONFLAGRATION, s. f. (Physiq.) se dit quelquefois de l’incendie général d’une ville ou de toute autre place considérable.

Cependant ce mot est plus ordinairement restraint à signifier ce grand incendie que la foi nous apprend devoir arriver à la fin des siecles, & dans lequel la terre sera consumée par un déluge de feu.

Les Pythagoriciens, les Platoniciens, les Épicuriens, & les Stoïciens, paroissent avoir eu quelques idées de cet incendie futur : mais il seroit difficile de dire d’où ils les ont tirées, à moins que ce ne soit des livres sacrés, ou des Phéniciens qui eux-mêmes les avoient reçues des Juifs.

Séneque dit expressement : Tempus adveniet quo sidera sideribus incurrent ; & omni flagrante materia uno igne, quicquid nunc ex deposito lucet, ardebit. Les Stoïciens appellent cette dissolution générale ἐκπύρωσις, inflammation. Il en est aussi fait mention dans les écrits de Sophocle, d’Ovide, de Lucain, &c. Le docteur Burnet, après le pere Tachard & d’autres, rapporte que les Siamois croyent qu’à la fin du monde la terre sera toute desséchée par la chaleur ; que les montagnes disparoîtront ; que toute la surface de la terre deviendra platte & unie, & qu’alors elle sera toute consumée par le feu. De plus, les bramines Siamois soutiennent que non-seulement toute la terre sera détruite par le feu, mais encore qu’il en renaîtra une autre des cendres de la premiere. Les auteurs ont des sentimens très-partagés non sur la cause premiere de cet incendie, qui est sans contredit la volonté divine, mais sur la cause seconde. Les uns croyent qu’il sera produit par un miracle, comme par le feu du ciel. Les autres disent que Dieu produira cet incendie par des causes naturelles & agissantes selon les lois des Mécaniques. Quelques uns pensent que l’irruption d’un feu central suffira pour le produire ; & ils ajoûtent que cette éruption peut arriver de différentes manieres, soit parce que la violence du feu central sera augmentée, soit parce que les parties de la terre seront devenues plus inflammables, soit parce que la résistance des couches terrestres deviendra moindre par la consommation des parties centrales, ou par la diminution de l’adhérence des parties de notre globe. D’autres en cherchent la cause dans l’atmosphere : selon eux une quantité extraordinaire de météores s’y engendrant, & éclatant avec une violence extraordinaire par le concours de différentes circonstances, sera capable de produire ce feu. Les Astrologues l’expliquent par la conjonction de toutes les planetes dans le signe du Cancer, de même que le déluge arriva, selon eux, par la conjonction des planetes dans le signe du Capricorne. Cela ne vaut pas la peine d’être refuté.

Enfin, d’autres ont recours à une cause selon eux plus puissante & plus efficace. Ils pensent qu’une comete s’approchant trop de nous en revenant du Soleil, causera cet incendie. A la vérité on pourroit craindre de la part de ces corps quelques bouleversemens, étant capables par leur mouvement au-travers de l’orbite de la terre, par leur prodigieuse grosseur, & par l’intensité du feu dont ils sont embrasés dans leur retour du périhélie, de produire les plus grands changemens & les plus grandes révolutions dans notre système. Voyez Comete.

M. Newton a calculé que la comete de 1680 a dû éprouver dans son périhélie, une chaleur 2000 fois plus grande qu’un fer rouge : si lorsque cette comete a traversé l’orbite de la terre, la terre se fût trouvée proche du point de cette orbite où la comete a passé, il ne paroît pas douteux qu’elle n’eût pû causer sur la masse de notre globe de grandes altérations. Whiston a prétendu que cette comete, dont la période paroît être d’environ 575 ans, avoit dû paroître l’année du déluge, & qu’elle en a peut-être été la cause. Quoi qu’il en soit de tous ces systèmes physiques, il faut toûjours y reconnoître la volonté divine comme cause premiere : Dieu saura bien réduire notre terre en cendres quand il lui plaira ; il n’aura besoin pour cela, ni de feu central, ni de comete ; sa seule volonté suffira. Et pourquoi ne pas vouloir que la fin du monde & sa destruction soit un miracle ? la création en est bien un : il n’est pas plus difficile de détruire que de construire. Dieu même, suivant plusieurs Théologiens, ne fait que créer continuellement quand il conserve. Il n’a qu’à cesser de créer pour que tout soit anéanti. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « conflagration »

Étymologie de conflagration - Littré

Latin conflagratio, de conflagrare, de cum, et flagrare, brûler (voy. FLAGRANT)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de conflagration - Wiktionnaire

Du latin conflagratio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conflagration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conflagration kɔ̃flagrasjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « conflagration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conflagration »

  • Le chaos libyen va-t-il déboucher sur une conflagration militaire régionale ? Les gesticulations de plus en plus bruyantes de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan en soutien au gouvernement de Tripoli et en riposte à l’ingérence déjà avérée des Russes, des Emiratis et des Egyptiens appuyant le maréchal dissident Khalifa Haftar sont en train de transformer le théâtre libyen en une poudrière géopolitique. Le Monde.fr, Le théâtre libyen, nouvelle poudrière régionale
  • Incendie ou conflagration? La question aujourd'hui peut surprendre parce qu'une conflagration, depuis le XXe siècle, représente un bouleversement de grande portée, un cataclysme, voire un conflit international. Or autrefois, une conflagration n'était autre qu'un embrasement de très grande ampleur. Il existait même un verbe, se conflagrer désignant le fait de s'enflammer: un château qui se conflagre pouvait-on lire… Le Figaro.fr, Ces mots qui mettent le feu au français
  • Recours à l'émission massive de dettes publiques, politiques monétaires ultra accommodantes, les recettes appliquées pour combattre les effets de la crise sanitaires sont calquées sur celles de 2008. Au risque de préparer une nouvelle conflagration, financière cette fois-ci. Les Echos, Nous sommes entrés dans une économie de bulles et de dettes | Les Echos
  • Face au risque de conflagration nucléaire, l’espoir et la résistance doivent venir de la société civile. L’adoption, en juillet 2017 à l’ONU à New York, du premier traité sur l’interdiction des armes nucléaires sous la pression de la nobélisée Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), dont le siège est à Genève, est un signe positif, bien qu’insuffisant. La mobilisation doit être massive et immédiate. Le Temps, Le risque de conflagration nucléaire - Le Temps
  • Enfin, nos sources lient les derniers bruits de bottes qui menacent d’une conflagration générale à la crise sanitaire mondiale qui a, selon elles, exacerbé les «égoïsmes nationaux», faisant que «chaque Etat cherche son intérêt propre au détriment des alliances constituées par le passé et qui, désormais, battent de l’aile». Ces analystes citent l’exemple du conflit libyen qui évolue vers une guerre entre deux groupes de belligérants constitués de pays en mal de ressources et d’espace. Ils citent également l’éclatement annoncé de l’Alliance atlantique provoquée par la crise en Libye qui oppose deux pays de l’Otan, la France et la Turquie. «La relation entre les guerres qui risquent d’éclater à tout moment et la crise sanitaire mondiale se trouvent dans les difficultés financières et économiques qui ont, depuis la nuit des temps, préludé à des hostilités qui ont, parfois, fait des millions de morts», relèvent ces analystes qui concluent qu’un retour au confinement serait tout simplement suicidaire. Algérie Patriotique, Des experts expliquent pourquoi un retour au confinement serait suicidaire - Algérie Patriotique
  • "People associated with both the extreme right and left are being accused of igniting the conflagration." Pretty much guarantees more division with each side blaming the other and sharing videos to confirm their biases. No idea how we break the cycle. https://t.co/KGcOqlaGER France Culture, Les terroristes à moto infligent un "week-end infernal" au Burkina Faso
  • Des deux auteurs, éminents spécialistes, qui ont produit en commun ce livre fondamental, l’un est Français, l’autre Britannique : Michel Biard, professeur à l’université de Rouen, dont les imposants travaux font autorité depuis un tiers de siècle ; Marisa Linton, qui est professeure à l’université de Kingston à Londres, dont l’œuvre s’est attachée à analyser les comportements collectifs et le mouvement singulier des sensibilités communes et de masse dont la conflagration a toujours marqué ici ou là les temps révolutionnaires, en France particulièrement. L'Humanité, Essai. L’histoire de la conflagration des temps révolutionnaires | L'Humanité
  • La petite honte de l’enfance brûle toujours, à côté de la grande conflagration des hontes ultérieures. De Pierrette Fleutiaux / Les amants imparfaits

Images d'illustration du mot « conflagration »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conflagration »

Langue Traduction
Corse conflagrazione
Basque conflagration
Japonais 大火
Russe пожарище
Portugais conflagração
Arabe حريق هائل
Chinois 爆燃
Allemand feuersbrunst
Italien conflagrazione
Espagnol conflagración
Anglais conflagration
Source : Google Translate API

Synonymes de « conflagration »

Source : synonymes de conflagration sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « conflagration »


Mots similaires