La langue française

Chou

Sommaire

  • Définitions du mot chou
  • Étymologie de « chou »
  • Phonétique de « chou »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chou »
  • Citations contenant le mot « chou »
  • Images d'illustration du mot « chou »
  • Traductions du mot « chou »
  • Synonymes de « chou »

Définitions du mot chou

Trésor de la Langue Française informatisé

CHOU, subst. masc.

A.− Plante de la famille des Crucifères dont existent de nombreuses variétés cultivées pour l'alimentation de l'homme et des animaux. Planter des choux; chou farci; soupe aux choux. Un carré où se pommelaient quelques choux aux feuilles veinées et vert-de-grisées (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 3):
1. Au carrefour de la rue des Halles, les choux faisaient des montagnes; les énormes choux blancs, serrés et durs comme des boulets de métal pâle; les choux frisés, dont les grandes feuilles ressemblaient à des vasques de bronze; les choux rouges, que l'aube changeait en des floraisons superbes, lie de vin, avec des meurtrissures de carmin et de pourpre sombre. Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 627.
SYNT. Chou cabus, pommé; chou vert; feuille, trognon de chou. Un carnet à couverture vert chou (Gide, Journal, 1904, p. 142).
Chou de Bruxelles. Chou à longue tige dont on consomme les bourgeons. Le vieil homme récoltait, sur le talus de la voie ferrée, des choux de Bruxelles. Car il avait converti le remblai en jardin (Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 446).
B.− [P. anal. de forme, d'aspect]
1. Pâtisserie soufflée généralement fourrée à la crème. Chou à la crème; pâte à chou. La pyramide était composée de minuscules choux à la crème, enduits d'un caramel résistant (Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 380):
2. Madame Lebègue, une vieille dame en deuil qui avait des boucles blanches et qui était toujours assise à la caisse, me proposa des éclairs succulents et des choux glacés à la crème, mais je ne voulus rien qu'un chou sec pour le manger dans la rue. Gyp, Souvenirs d'une petite fille,1927, p. 91.
2. Nœud de ruban ou d'étoffe à nombreuses coques, utilisé en confection. [Un] bonnet de nuit orné de touffes de rubans jaunes, appelées techniquement des choux (A. Dumas Fils, La Dame aux Camélias,1848, p. 121).
C.− Au fig.
1. Terme d'affection désignant le plus souvent un enfant lorsqu'on s'adresse à lui. Mon pauvre chou; mon petit chou. Je n'ai pas le temps de lire. (...) Tu comprends, avec les deux choux à soigner (Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 78).
Bout de chou. Petit enfant (cf. bout III B).
Rem. Attesté ds Lar. encyclop.-Lar. Lang. fr., Dub.
Spéc., emploi adj. invar. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Charmant, joli, mignon. Sorel avait un chapeau chou (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 194).Vous allez être tout à fait chou, vous allez dédicacer quelques livres (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 266).
2. Vieilli. Chou colossal. Entreprise montée à grands renforts de promesses alléchantes pour duper le monde :
3. Tâche d'arriver à la croyance du plan de l'univers, de la moralité, des devoirs de l'homme, de la vie future et du chou colossal; (...) à la véracité de tous les mensonges possibles. Flaubert, Correspondance,1838, p. 35.
3. Fam. Feuille de chou. Journal insignifiant. J'ai écrit quelquefois, jadis, dans des feuilles de chou (L. Daudet, La Vie orageuse de Clemenceau,1942, p. 25).
D.− Expr. fam.
Aller à travers choux. Agir avec étourderie.
Rem. Attesté ds les dict. gén. du xixesiècle.
Aller planter ses choux. Se retirer à la campagne ou quitter la vie active. Une fois cette campagne finie, (...) je plante mes choux; car, après tout, qu'est-ce que je veux, moi? Je n'ai pas d'ambition (Sue, Atar Gull,1831, p. 2).
Envoyer qqn planter ses choux. Le congédier ou le destituer.
Rem. Attesté ds les dict. gén. du xixes. ainsi que ds Rob., Lar. Lang. fr.
Avoir été trouvé (ou être né) sous un chou. ,,Mode de génération supposé qu'on propose à la crédulité des enfants (...)`` (Nouv. Lar. ill.). Cet innocent! S'il ne croit pas que les enfants naissent dans les choux, c'est tout juste (Colette, Claudine à l'école,1900, p. 25).
P. ext. Être de naissance inconnue. Je ne me regarde point comme né sous un chou; j'entre dans la vie avec certains avantages (Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 169).
Proverbes
Chou pour chou (Aubervilliers vaut bien Paris). [En parlant de deux pers. ou deux choses] Qui se valent.
Rem. Attesté ds les dict. gén. du xixesiècle.
Être bête comme (un) chou. Être stupide. Sans compter qu'elle est bête comme un chou! Elle écrit catégorie par un th (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 1, 1869, p. 209).
[En parlant d'une pers.]
Rem. Les dict. enregistrent l'expr. avec ou sans l'art. un; Lar. Lang. fr. la note comme étant ,,vieillie``.
[En parlant d'une chose] Être facile, simple. À Aix la vie de l'internat coulait bête comme chou (Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 294).
C'est bête comme chou. C'est facile à comprendre ou à faire. C'est bête comme chou, c'est simple, vous pouvez en faire autant... Essayez (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 182).
Être dans les choux. Être le dernier d'un classement :
4. « Vous venez du golf, Octave? lui demanda-t-elle [Albertine]. Ça a-t-il bien marché? Étiez-vous en forme? − Oh! ça me dégoûte, je suis dans les choux, répondit-il. » Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 878.
P. ext. Être dans une position très fâcheuse (cf. Proust, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 871).
Faire chou blanc. [P. allus. au jeu de quille où cette expr. signifie ne rien abattre] Échouer dans une démarche, une entreprise :
5. Après s'être assurés par ce dernier ou par Mirolier qu'ils ne feraient pas chou blanc, ceux qui désiraient voir l'évêque en demandaient la permission au Supérieur qui leur remettait alors sa clef, ... Billy, Introïbo,1939, p. 61.
Faire ses choux gras de qqc. Faire son profit ou son régal de ce que les autres dédaignent. Je fais mes choux-gras d'un vieux tricot que m'a donné madame Edmond et d'un imperméable de l'armée américaine (Giono, Les Grands chemins,1951, p. 93).
P. ext. Exploiter une situation avantageuse. Vous êtes un tas de galapiats qui vous fichez du monde, et faites vos choux gras de la France (Balzac, Le Médecin de campagne,1833, p. 176).
Faites-en des choux, (faites-en) des raves. [En parlant d'une chose] Disposez-en, utilisez-la à votre guise. Je vous rends vos broderies tout de suite, donnez-les à un autre, faites-en des choux, des raves, ça ne me regarde pas (Champfleury, Les Souffrances du professeur Delteil,1853, p. 189).
Il en fait comme des choux de son jardin. ,,Il dispose de cela comme s'il en était le maître, le possesseur`` (Ac. 1835).
Rem. Attesté ds Ac. 1835-78, Besch. 1845, Lar. 19e.
Ménager la chèvre et le chou (cf. chèvre I B).
Ne pas valoir un trognon de chou. N'avoir aucune valeur.
Rem. Attesté ds Ac. 1835-78, Littré, Lar. 19e, Lar. encyclop., Lar. Lang. fr., Quillet 1965.
Rentrer dans le chou à qqn. Le heurter violemment ou l'attaquer de front.
Rem. Attest. ds Rob., Lar. encyclop.-Lar. Lang. fr., Dub.
S'entendre à qqc. comme à ramer des choux. [P. allus. au fait que les choux ne se rament pas] Ne pas savoir s'y prendre pour faire quelque chose.
Prononc. et Orth. : [ʃu]. Ds Ac. 1694-1932. Fait partie des 7 mots qui prennent x au plur. au lieu de s : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 bot. chous (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, vers 3617); 2. a) 1549 pâtiss. (Est.); b) 1694 « nœud de ruban » (J.-F. Regnard, Attendez-moi sous l'orme ds Brunot t. 6, 2, pp. 1103-1104); c) 1809 terme de tendresse (P. Leclair, Les Méditations d'un hussard, p. 14). Du lat. class. caulis « tige des plantes, chou ». Fréq. abs. littér. : 692. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 503, b) 1 103; xxes. : a) 1 519, b) 1 008.
COMP. 1. Chou-navet, subst. masc. Variété de chou dont on mange la racine ronde et charnue. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que ds Rob., Quillet 1965, Lar. 20e, Lar. Lang. fr. [ʃunavε]. Ds Ac. 1762-1932. Au plur. des choux-navets. 1reattest. 1732 (Trév.); composé de chou et de navet*. 2. Chou-palmiste, subst. masc. Bourgeon terminal comestible de certains palmiers (cf. arec, aréquier). De petites tranches de choux-palmistes saupoudrées de sucre et de vanille (Sue, Atar Gull, 1831, p. 26). Seule transcr. ds Land. 1834 : chou-pale-micete (-icete = [ist]). Ds Ac. 1878 et 1932. Au plur. des choux-palmistes. 1reattest. 1694 (Corneille, s.v. palmiste); composé de chou et de palmiste*. Fréq. abs. littér. : 6. 3. Chou-rave, subst. masc. Variété de chou dont la tige, renflée en boule au-dessus du sol, est comestible. Un beau chou-rave qu'on peut manger avec de l'oie ou du cochon (Renard, Journal, 1903, p. 835). [ʃuʀa:v]. Ds Ac. 1762-1932. Au plur. des choux-raves. 1reattest. 1600 choux-raves (O. de Serres, Théâtre d'agriculture, VI, 8 ds Gdf. Compl.); composé de chou et de rave*. Lat. class. coles rapicii (TLL, s.v. caulis, 653, 40), b. lat. ravacaulus (fin du viiies., Capitulare de villis ds André Bot., p. 271).
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Goug. Mots t. 1 1962, p. 96. − Millepierres (F.). De qq. légumes. Vie Lang. 1966, no166, pp. 21-24. − Rog. 1965, passim.Sain. Lang. par. 1920, p. 383.

Wiktionnaire

Nom commun 1

chou \ʃu\ masculin

  1. (Botanique) Plante potagère de la famille des crucifères et qui sert d’aliment.
    • On entendait, sur le pavé, le craquement des roues des hautes charrettes chargées de choux, de navets, de poireaux, de carottes. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • C’est avec de telles calembredaines que le prêtres s’imaginent piper la confiance des enfants à l’âge où, précisément, ils commencent à discerner qu’ils n’ont pas poussé dans les choux. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
    • Et enfin, vous voudriez que Dieu fît courir le soleil, qui est quatre cent et trente-quatre fois plus grand que la terre, rien que pour pommer nos choux ? — (Umberto Eco, L’île du jour d'avant, Grasset & Fasquelle, 1996)
    • De toutes les les plantes cultivées dans le monde, le chou [Brassica oleracea L.], de la famille des Brassicaceae, est probablement l’espèce légumière présentant le polymorphisme le plus important.— (Philippe Marcheney et Laurence Bérard, Aux Origines des plantes. Tome 1, Des plantes anciennes à la botanique du Modèle:s- 2008, p.70, Fayard - ISBN 978-2-213-62836-3)
  2. (Par extension) Plante ou partie de plante qui a plus ou moins de ressemblance avec le chou.
    1. (La Réunion) Bourgeon de certaines plantes comme le cocotier ou le vacoa.
      • Comme pour d'autres palmiers, on peut consommer l'unique bourgeon coronal, le chou de coco, ce qui est fatal au cocotier ; on pratique donc cette amputation sur un cocotier victime d'un cyclone ou qui doit être abattu. — (Tonelli Nicole, ‎Gallouin François, Des fruits et des graines comestibles du monde entier, Éd. Lavoisier, 2013)
      • Signalons celle de l'extrémité de la fleur de bananier, dite «baba de figue», qui, débarrassée de ses premières enveloppes, puis battue à l'aide de deux couteaux, est cuite en cari, comme le chou de vacoa ou le jaque vert. — (Marie Valentin, La cuisine réunionnaise, Éd. Institut d'anthropologie du Centre universitaire de la Réunion, 1982)
  3. (Par analogie)
    1. (Mode) Nœud de ruban, d’étoffe, en forme de chou stylisé.
      • [Un] bonnet de nuit orné de touffes de rubans jaunes, appelées techniquement des choux. — (A. Dumas Fils, La Dame aux Camélias, 1848)
      • La mode était aux chapeaux cloches, aux petits marquis fort seyants, aux turbans ornés parfois d’un chou de ruban. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 250.)
      • Je recevais un cadeau orné d'un chou. Parfois, il y avait des spirales multicolores autour du chou [...]. — (David Goudreault, La bête à sa mère, Stanké, 2015, p. 151.)
    2. (Pâtisserie) Pâtisserie en forme de petite boule.
      • Et à l'été de la Saint-Martin, l'oie est à point. Et l'oie, on s'en fourrait jusque-là, même les morceaux honteux. Et pas que l'oie, d'ailleurs. Du potage gras, et des huîtres aux saucisses truffées, et du rôti à la ficelle, et des crèmes fines ! Et des petits choux ! Quel gueuleton ! — (Jean-Luc Hennig, Érotique du vin, éd. Zulma, 1999, p. 91)
      • […] revenait dix fois, pour passer devant les gâteaux aux amandes, les saint-honoré, les savarins, les flans, les tartes aux fruits, les assiettes de babas, d’éclairs, de choux à la crème.— (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    3. (Argot) (Familier) Tête.
      • Ah! v’là une môme qui a autant d'idées dans le chou, que de ce que je me pense où je pense! — (San-Antonio, Béru-Béru, Éditions Fleuve noir, 1970, II, 7)

Adjectif

chou \ʃu\

  1. (Familier) Mignon.
    • Et bingo, une petite toute chou qui nous as donné des frayeurs dès la naissance. Elle est devenue en une fraction de seconde toute bleue et ne respirait plus. — (Marane d'Océanie, Mon ange gardien, lulu.com, s.d.)
    • Nous n’avons suspendu nos sarcasmes que devant deux jeunes mariés italiens : elle était vraiment choute dans sa robe en dentelle, lui évoquait un prince, et tous deux resplendissaient à l’instar du soleil éclaboussant les eaux de la Seine. — (Éric-Emmanuel Schmitt, Le Poison d’amour, Albin Michel, Paris, 2014, p. 22)
    • Ils sont choux tout plein, ajouta Amélie en me tendant l'un des petits, curieusement noir alors que les autres avaient le poil blanc. — (Ancelin Piery, Un sentiment étrange, me dit-elle, Iggybook, 2016)
    • Elle est chou quand elle parle de banane ! — (site www.staragora.com)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHOU. n. m.
Plante potagère de la famille des Crucifères et qui sert d'aliment. Choux blancs. Choux rouges. Choux verts. Choux de Milan. Choux de Bruxelles. Choux cabus. Choux pommés. Choux frisés. Choux gelés. Semer des choux. Planter des choux. Soupe aux choux. Perdrix aux choux. Chou farci. Fig. et fam., Il est allé planter ses choux, se dit d'un Homme qui se retire à la campagne après avoir vécu dans le monde, après avoir exercé des emplois. On l'a envoyé planter ses choux, On lui a ôté sa place, son emploi; il n'a plus qu'à vivre dans la retraite. Fig. et fam., Faire ses choux gras de quelque chose, En faire ses délices, en faire son profit. Fig. et fam., Faites-en des choux et des raves, Faites-en ce que vous voudrez. Fig. et fam., Ménager la chèvre et le chou. Voyez CHÈVRE. Prov., Il s'y entend comme à ramer des choux. Voyez RAMER. Fam., Mon chou, mon petit chou, mon chouchou. Mots de tendresse qu'on emploie surtout en parlant aux enfants. Le chouchou, Le préféré, le favori de ses parents, de ses maîtres. Il se dit, par extension, de Certaines plantes ou parties de plantes qui ont plus ou moins de ressemblance avec le chou. Chou de chien, ou Mercuriale sauvage. Chou de mer, ou Soldanelle. Chou de cocotier. Chou-palmiste, etc. Chou à la crème, Sorte de pâtisserie. Il se dit aussi, en termes de Modes, d'un Nœud de ruban, d'étoffe, en forme de chou. Au jeu de Quilles, au Tir, à la Chasse, etc. Faire chou blanc. Voyez BLANC.

Littré (1872-1877)

CHOU (chou) s. m.
  • 1Plante potagère de la famille des crucifères. Chou cabus, chou pommé. L'une voudra que tu plantes des choux ; L'autre voudra que ce soient des carottes, La Fontaine, Mazet. Cet homme, disent-ils, était planteur de choux ; Et le voilà devenu pape ! La Fontaine, Fabl. VII, 12. Le lièvre était gîté dessous un maître chou ; On le quête ; on le lance : il s'enfuit par un trou, La Fontaine, ib. IV, 4.

    Chou-fleur, chou dont les rameaux et les fleurs naissantes se mangent. Au plur. Des choux-fleurs.

    Chou-rave, chou dont la tige, s'épaississant, forme une sorte de pomme bonne à manger. On appelle aussi chou-rave le chou-navet. Au plur. Des choux-raves.

    Chou-navet, chou dont la racine est ronde et charnue comme le navet. Au plur. Des choux-navets.

    Chou de Bruxelles ou de Brabant, chou vert dont la tige est garnie de petites têtes de feuilles frisées.

    Chou cavalier, chou à tige élevée et qui ne pomme jamais.

    Chou de chien ou brède de Chine, noms vulgaires d'un chou indéterminé de la Chine, introduit dans les colonies, à l'est du cap de Bonne-Espérance.

    Familièrement. Aller à travers choux ou tout au travers des choux, agir en étourdi, sans rien examiner.

    Tonner sur les choux, faire plus de peur que de mal. Simple, ignorant, à tromper très facile, Bon gentilhomme et qui, dans son courroux, N'avait encor tonné que sur les choux, La Fontaine, Papef.

    Populairement. Bête comme un chou, très bête. Tête de chou, tête d'homme stupide.

    Aller planter ses choux, se retirer à la campagne. Il fallut retourner à ses choux de Pekam, Hamilton, Gramm. 10. La conclusion fut que le maréchal est allé dans sa maison planter des choux, Sévigné, 134. Dans un autre sens. Ce qui me console c'est que vous êtes en lieu de planter choux [en terre ferme] et que vos Alpes ni votre mer Méditerranée ne sauraient plus vous faire périr, Sévigné, 145.

    On l'a envoyé planter ses choux. on l'a destitué.

    S'entendre à une chose comme à ramer des choux, n'y rien entendre : comme les choux ne se rament pas, savoir ramer les choux c'est ne rien savoir.

    Faites-en des choux, des raves, faites, disposez de la chose comme il vous plaira. Qu'il en fasse des choux, des raves, Disaient quelques-uns des plus braves, Scarron, Virg. travesti, ch. V. Il en fait comme des choux de son jardin, il en dispose à son gré.

    Faire ses choux gras de quelque chose, c'est-à-dire faire gras ses choux de cette chose, en engraisser ses choux, d'où le sens : en retirer profit. Faire ses choux gras d'une chose, en faire son meilleur plat, d'où le sens : s'en régaler, au propre et au figuré. Je vous conseille de faire vos choux gras de cet homme, Sévigné, 266.

    Absolument. Faire ses choux gras, faire bien ses affaires.

    Il a été trouvé sous un chou, sa naissance est inconnue.

    Populairement. Manger les choux par les trognons, être mort et enterré.

    Cela ne vaut pas un trognon de chou, cela ne vaut rien.

    Ménager, sauver la chèvre et le chou, ménager également deux partis, deux adversaires.

  • 2Nom de certaines plantes qui ont de la ressemblance avec le chou. Chou de cocotier, chou palmiste, noms vulgaires par lesquels on désigne le bourgeon terminal de l'arec oléracé (palmiers).

    Chou caraïbe, espèce de gouet.

    Chou bâtard, arabette ou navette.

    Chou oléifère, le colza cultivé.

    Chou poivré, gouet commun.

    Chou marin, crambé, sorte de légume.

  • 3Mon chou, mon petit chou, mon chou-chou, expression familière de tendresse.
  • 4Assemblage de coques de rubans, en forme de chou, sur un petit carton rond.

    Terme de tapissier. Nœud que l'on forme avec l'étoffe par le haut d'une draperie.

  • 5Chou ou petit chou, sorte de pâtisserie.
  • 6Au jeu de quille, faire chou blanc, ne rien abattre ; et, figurément, n'arriver à aucun résultat dans une entreprise. M. Jaubert, dans son Glossaire, dit que chou est ici pour coup, par suite de la prédominance du ch dans l'idiome du Berry. Si on n'admet pas cette explication, la locution reste tout à fait obscure.
  • 7 Terme de zoologie. Chou-fleur de mer, espèce de polypier.

PROVERBES

Ce n'est pas le tout que des choux, il faut encore de la graisse, c'est-à-dire qu'on n'a qu'une partie de ce qui est nécessaire pour faire une certaine chose.

Chou pour chou, Aubervilliers vaut bien Paris, c'est-à-dire, s'il s'agit de choux, Aubervilliers vaut Paris, et, de là, chaque chose a son mérite particulier.

On dit aussi, absolument, chou pour chou, dans le même sens. Chou pour chou, cet homme-là vaut bien l'autre.

La gelée n'est bonne que pour les choux. Aussi sain qu'un chou cabus après la gelée, Cyrano de Bergerac, le Pédant joué, dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 62.

Elle fait bien valoir ses choux, se dit d'une personne qui fait trop valoir ses bonnes qualités.

HISTORIQUE

XIIe s. Dunc comença sun cors durement à grever, E les grasses [crassus] viandes, chous e nes [navets] à user, Th. le mart. 93.

XIIIe s. Tot fruit et chol sont malvais à user, Alebrand, f° 4. Dant Prestre, il est la feste as fox ; Si fera on demain de chox Et grant departie à Baieus, Ren. 20960. … Je vi la soif [haie] branler, Et la feuille du chol trembler, Où cil se gist qui est repost [caché], ib. 1350. Et Renart, qui veü l'avoit, Desoz un chol muciez se fu, ib. 5055. La où li palis fu desclos, Avoit li vilain planté chos, ib. 1318.

XIVe s. La tige d'un rouge chol, Modus, f° CXIV.

XVe s. Combien qu'il soit sailly d'ung trou De la cliquette d'ung musnier, Voire ou de la lignée d'un chou, Coquillart, Droits nouveaux. Ne aussi d'en faire ses choux gras, Ses grans chieres, ses ralias De gueulle, ses gaudeamus, Coquillart, Plaidoyer de la simple et de la rusée. Quand le choux passe la soi [la haie], Le vigneron meurt de soif, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 63. S'il veut du dur, il a du moul [mou] ; S'il veut des pois, il a des choul, Deschamps, Poesies mss. f° 424, dans LACURNE. Monstrant en ce, que il pensoit à venir par ce à chou pour chou, et au mesme par le semblable, Chastelain, Chron. des D. de Bourg. III, ch. 45.

XVIe s. Pastennades, raves, choux-cabus, De Serres, 201. Les chous premiers meurs sont les cabus ou pommés… plusieurs blancs se resserrent au milieu ainsi que cabus… de mesme avient de certains verts crespés, s'affermissans vers le milieu… plusieurs autres especes de chous y a-il, presque sauvages, degenerans des bons : comme rouges, tannés, griseastres, chous raves, servans plus pour medecine que nourriture… outre lesquels les cauli fiori [chouxfleurs], ainsi dits des Italiens, encores assés rares en France, tiendront rang honorabie au jardin pour leur delicatesse, De Serres, 534. Gasteaux, popelins, gaufres, petits-chous [pâtisserie], De Serres, 825. L'herbe au Turc, le chou rouge, Paré, XVI, 35. Comment ! est-il fol, comme ung chou à pommes ? Rabelais, Pant. III, 43. Je voy bien que c'est la revanche de la Reole, et que le roi de Navarre a voulu faire chou pour chou, mais le mien est mieux pommé, Mém. de SULLY, t. I, p. 124, dans LACURNE. Il l'aime comme les choux, il voudrait l'avoir mangé, Oudin, Curios, fr. Faites en des choux ou des pastez, Oudin, ib. Souffler les choux en dormant [ronfler], Oudin, Dict.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHOU. Ajoutez : - REM.

1. Feuille de chou se dit quelquefois pour chose sans valeur, sans efficacité. Des traités qui, d'après les principes de la constitution, sont une feuille de chou, le Père Duchêne, lettre 297, p. 7.

2. Bête comme un chou… Cette locution viendrait-elle, par plaisanterie, de ce que le chou a une tête et ne pense pas ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHOU, s. m. (Hist. nat. Bot.) brassica, genre de plante dont la fleur est à quatre feuilles disposées en croix ; le calice pousse un pistil qui, lorsque la fleur est passée, devient un fruit ou une silique grêle, longue, cylindrique, & composée de deux panneaux pliés en gouttiere, appliqués sur les bords d’une cloison qui divise ce fruit dans sa longueur en deux loges remplies de quelques semences presque rondes. Ajoûtez au caractere de ce genre le port de ses especes, qui consiste principalement dans les feuilles ondées sur les bords, ridées le plus souvent, & de couleur bleue céleste. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Choux, (Jardinage.) Il y a peu de plantes potageres qui ayent autant d’especes.

Il se distingue en chou pommé blanc, en colsa, chou blond, chou frisé blanc, chou pommé, chou cabu, chou rouge, chou-fleur, chou de Milan ou poncalier, choux-raves.

Les choux rouges ont des feuilles rougeâtres, & la tige très-élevée ; les frisés ont des feuilles toutes découpées & garnies de rides.

Lorsque vous avez coupé les têtes des vos choux, les tiges repoussent l’hyver de petits rejettons appellés brocolis, que l’on mange en salade. Voyez Brocolis.

Les choux-fleurs sont les plus délicats ; ils se sement sur couche en Avril & en Mai. On leur entoure la tête avec quelques liens de paille, afin qu’elle soit moins exposée à l’ardeur du soleil. En les levant en motte de dessus la couche, on leur rogne le bout du pivot ; & souvent pour les faire pommer, & les garantir des gelées, on les met dans la serre dans une planche de demi-pié de haut. Leur graine ne réussit pas en France, il faut en faire venir du Levant.

Les choux de Milan se sement sur couche en Mai, & on les replante en pleine terre, dans des rayons, à un pié l’un de l’autre ; & si l’on veut que les choux grossissent, il faut les arroser souvent dans les chaleurs, & leur donner un labour dans le mois de Juin, afin que la terre soit plus disposée à recevoir utilement les pluies du ciel.

Les choux en général ne se perpétuent que de graines, qu’il faut laisser secher aux montans que l’on a coupés, & ensuite les vanner, & les serrer pour les semer l’année suivante. (K)

Chou, (Mat. med. & Diete.) Les différentes especes de choux qu’on cultive dans nos jardins, sont beaucoup plus d’usage dans les cuisines que dans la Medecine : les feuilles de chou rouge sont pourtant employées par les Apoticaires, qui préparent un sirop de leur suc.

Les choux doivent être rangés avec les plantes alkalines ; car quoiqu’ils ne contiennent que peu ou point d’alkali volatil absolument libre, ou capable de s’élever dans la distillation au degré de l’eau bouillante, cependant la présence de ce principe dans cette plante, & la foiblesse des liens qui l’y retiennent, sont bien annoncés par la facilité avec laquelle il se développe dans sa décoction par le secours de la moindre fermentation.

Quelques anciens ont regardé les choux comme un remede universel. On dit que les Romains l’ont employé à ce titre pendant six cents ans ; & que le grand Caton s’en est servi avec succès pour garantir sa famille de la peste. Pline nous apprend que Pythagore faisoit un cas tout particulier du chou : c’est grand dommage qu’un traité entier que Dieuches, compté par Galien entre les principaux des plus anciens medecins, avoit composé sur les vertus du chou, ne soit pas parvenu jusqu’à nous.

L’école de Salerne a dit du chou, que son suc lâchoit le ventre, & que sa substance le resserroit, Jus caulis solvit, cujus substantia stringit.

Plusieurs anciens l’ont célebré comme vulnéraire, antiscorbutique, utile contre l’hydropisie, & surtout spécifique dans les maladies de la poitrine, par une vertu particuliere, ou par une certaine analogie qu’ils ont cru appercevoir entre cette plante & ce viscere. On ne le regarde aujourd’hui que comme adoucissant l’acrimonie des humeurs de la poitrine, détergeant les ulceres commençans, appaisant très-bien la toux, en un mot comme un béchique incrassant ; mais on peut douter encore à bon droit de cette derniere propriété, & remettre le chou dans la classe des purs alimens, dans laquelle les Medecins ont puisé leurs prétendus incrassans. Voyez Incrassans.

Au reste, comme le choix même des alimens est assûrément de conséquence dans les maladies chroniques, & sur-tout dans les maladies du poumon, le chou, quoique dépouillé de toute vertu médicamenteuse proprement dite, pourroit bien avoir dans ces maladies une utilité réelle. C’est à l’observation à nous instruire sur ce point.

Quant aux qualités malfaisantes que le plus grand nombre des Medecins a attribuées aux choux considérés comme plante potagere ou aliment, on ne voit pas que l’observation réponde à cette prétention, qui dès-lors est nulle de plein droit comme toute loi medicinale fondée sur le seul raisonnement.

Il est évident, & plusieurs auteurs se sont même trahis là-dessus, le célebre M. Geoffroy, par exemple ; il est évident, dis-je, que c’est de la pente à la putréfaction qu’on a dès long-tems observée dans le chou, & sur-tout dans sa premiere décoction plûtôt que de l’expérience, qu’on a déduit la prétendue disposition du chou à produire des sucs grossiers & une bile noire. Les paysans & le peuple de tous les pays de l’Europe s’en nourrissent presque journellement. En Béarn & dans quelques autres provinces voisines, il n’est peut-être pas un seul habitant qui n’en mange au moins une fois par jour ; la garbure de ce pays est un potage aux choux & aux cuisses d’oie, ou au lard, qu’on sert régulierement à souper sur toutes les tables : or on n’a observé ni dans ces provinces ni ailleurs, aucune maladie ou indisposition particuliere qu’on puisse raisonnablement attribuer à l’usage des choux.

C’est avec moins de fondement encore que les mêmes auteurs ont avancé que le chou nourrissoit peu & se digéroit difficilement. On peut avancer au contraire 1°. qu’il contient beaucoup d’aliment vrai, & que cet aliment est même plus solide ou plus analogue aux humeurs nutritives de nos corps, que celui que fournissent les autres familles de végétaux nourrissans ; celui-ci étant dans un état qui le rapproche de très-près de la nature des lymphes animales, ou des sucs des viandes. Voyez Legume & Diete.

2°. Qu’il est peu d’estomacs qui ne le digerent très-bien ; & que si on peut l’accuser de vitier quelquefois la digestion, c’est au contraire en la hâtant ou en lâchant le ventre.

Le sauer-kraut qui est une espece de mets très usité en Allemagne, n’est autre chose que du chou porté par une fermentation, à laquelle on l’a disposé dans cette vûe, à l’état acéteux ou acide. Voyez Sauerkraut. (b)

Chou caraïbe, plante qui doit être rapportée au genre appellé pié de veau. Voyez Pié de veau. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chou »

(Nom 1 & 2, adjectif) (XIIe siècle) Du latin caulis. En tant que terme de tendresse, date du début du XIXe siècle.
(Interjection) De l’ancien français ço (« ce, ça ») → voir haro pour un autre terme de chasse dérivé d’un pronom.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, cau ; bourguig. chô ; picard, caulet, colet ; provenç. caul ; espagn. col ; portug. couve ; italien cavolo ; du lat. caulis, grec ϰαυλὸς, tige. Dans le vieux français, au singulier, nominatif li chols ou chos ou chous, régime le chol ; au pluriel, nominatif li chol, régime les chols ou chos ou chous.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chou ʃu

Évolution historique de l’usage du mot « chou »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chou »

  • « Le chou de Saint-saëns a fait connaître Saint-Saëns et la Normandie », précise le passionné de jardinage, qui a fait inscrire le légume en 1999 au catalogue des plantes potagères. , Gérard Mallet cosigne un livre sur le chou de Saint-Saëns | Le Réveil de Neufchâtel
  • Je veux que la mort me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d'elle, et encore plus de mon jardin imparfait. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 19
  • Ô que trois ou quatre fois heureux sont ceux qui plantent choux ! Ô Parques, que ne me filâtes-vous pour planteur de choux ! François Rabelais, Le Quart Livre, 18
  • Un idéaliste est quelqu'un qui, remarquant qu'une rose sent meilleur qu'un chou, conclut qu'elle fera une meilleure soupe. Henry Louis Mencken, Chrestomathy, 617
  • On ne peut ménager la chèvre et le chou. De Proverbe français
  • Le chou-fleur n'est pas autre chose qu'un chou qui est passé par l'université. De Mark Twain / Le Calendrier de Pudd'nhead Wilson
  • Il faut savoir ménager la chèvre et le chou quand on est bouc émissaire. De Pierre Perret
  • Couteau qui ne fait pas le tour du tronc n’emporte pas le chou. De Proverbe français
  • La louange et le chou ont bon goût, mais ils gonflent. De Proverbe polonais
  • Il y a plus de noblesse dans un chou fraîchement cueilli que dans un homard surgelé. De Guy Savoy / Vivement dimanche - 19 Novembre 2000
  • Vous avez régalé vos pupilles avec le film "Les Saveurs du Palais" ? Pensez également à vos papilles en découvrant la fameuse du recette du chou farci extraite du film de Christian Vincent ! AlloCiné, La recette du chou farci des Saveurs du Palais [Cuisine et Cinéma] - Actus Ciné - AlloCiné
  • Des feuilles de chou pour recevoir une farce de plantes aromatiques, pour une recette estivale plein de fraicheur, une recette à déguster chaude ou froide. France Bleu, Chou estival
  • A consommer cuit ou cru, le chou kale est revenu dans nos assiettes depuis quelques années car ses valeurs nutritives ont fait parler d'elles. Pourtant, elles ne semblent pas plus bénéfiques que celles d'autres aliments... Science-et-vie.com, Chou kale : est-il plus nutritif que les autres légumes ? - Science & Vie
  • Producteurs de choux-fleurs et coopératives notent un bon démarrage de la saison 2020. « La récolte a commencé dès le 19 mai dans notre secteur, indique Élise Roussez, conseillère production à la Sipema (Société interprofessionnelle des producteurs et expéditeurs du Marais audomarois). La qualité des premiers légumes est satisfaisante, c’est une bonne entrée en matière. » Terres et Territoires, La récolte du chou-fleur d'été débute sous de bons auspices
  • Comme en Alsace ou au Japon, avec des noix ou des herbes fines. Découvrez comment préparer une salade de chou gourmande pour épater vos convives. Femme Actuelle, 5 recettes de chou blanc faciles à réaliser : Femme Actuelle Le MAG
  • Un radis? Un navet? Sans doute avez-vous déjà aperçu sur les étals de votre primeur, sans parvenir à l’identifier, sa silhouette dodue, blanche, vert pâle ou violacée, dont jaillissent de fines tiges surmontées de feuilles vert bleuté. Avec ses faux airs de spoutnik, le chou-rave, de son nom scientifique Brassica oleracea (variété gongylodes) appartient bien à la grande famille des choux. C’est le bas de sa tige, en forme de pomme joufflue, qui se consomme, une fois épluchée, crue (en fines lamelles ou râpée) ou cuite (à la vapeur, en gratin, en potage, en ragoût, sautée ou frite). Bien que relativement simple à cultiver - il demande une exposition ensoleillée, un sol frais et meuble et un bon arrosage - et à cuisiner, le chou-rave reste peu connu en France ; contrairement au Canada, à l’Allemagne ou à l’Europe de l’Est qui en sont friands. «Les fruits et légumes frais», le site internet géré par l’interprofession de la filière, ne daigne même pas le référencer - alors qu’il consacre une Le Figaro.fr, Le chou-rave de Seine-et-Marne par Manon Fleury
  • Pas moins de 3.000 robes de mariées seront mises à la vente, 900 costumes pour hommes, 860 robes de cocktail, 4.800 paires de chaussures, 1.890 crinolines et près de 3.000 chou-choux. Les organisateurs de la ventes aux enchères précisent qu'il y aura aussi "un très important stock de bijoux fantaisies, accessoires cheveux, guêpières et sous-vêtements" mis en vente.  France Bleu, Costumes, noeuds papillon, chou-choux : une vente aux enchères de produits Pronuptia bientôt à Laval

Images d'illustration du mot « chou »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chou »

Langue Traduction
Anglais cabbage
Espagnol cariño
Italien cavolo
Allemand schatz
Portugais querido
Source : Google Translate API

Synonymes de « chou »

Source : synonymes de chou sur lebonsynonyme.fr
Partager