La langue française

Carnaval

Définitions du mot « carnaval »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARNAVAL, subst. masc.

A.−
1. Période qui précède le Carême (de l'Épiphanie au mercredi des cendres) − notamment jours gras (dimanche, lundi et Mardi gras) − durant lesquels se déroulent des réjouissances publiques (mascarades, défilés de chars, batailles de confetti, etc.) ou semi-publiques (bals, etc.); p. méton., ensemble de ces réjouissances :
1. Les Italiens prétendent que notre carnaval vient de leur carnavale; que nous leur devons le mot et la chose. L'étymologiste Ducange dérive ce mot de carn-avale, parce que, dit-il, dans ce tems on mange beaucoup de viande pour se dédommager, à l'avance, des privations que le carême impose. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 61.
2. ... le carnaval se meurt en France. Ces files de voitures fermées qui marchent lentement, toute cette population parée qui sort de chez elle pour jeter un regard méprisant sur le peu de population qui paraît masquée dans les rues, le sérieux glacial qui règne sur tous les visages, tout indique que le temps du carnaval n'est plus une époque de divertissement populaire. Delécluze, Journal,1825, p. 125.
SYNT. Carnaval romain; carnaval de Nice, de Rio, de Venise (cf. Quinet, Allemagne et Italie, 1836, p. 153); chars, cortège, costumes, masques de carnaval.
Expr. En carnaval. En période de carnaval (cf. Apollinaire, Casanova, 1918, p. 970).Jeûner en carnaval. Vivre continuellement dans la misère (cf. Béranger, Chansons, Le Voisin, t. 1, 1829, p. 180).Faire carnaval. Fêter le carnaval (Pesquidoux, Le Livre de raison,1932, p. 81).
Rem. Carnaval figure dans des titres d'œuvres musicales : les fameuses variations [de Paganini] sur l'air du Carnaval de Venise (Coppée, La Bonne souffrance, 1898, p. 67); le carnaval de Schumann (cf. R. Rolland, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 663), etc.
2. P. allégorie. Sa Majesté Carnaval ou Carnaval. Figure symbolique et grotesque promenée dans les cortèges de carnaval :
3. En Provence, le mercredi des Cendres, le mannequin de Caramentran (Carême-Entrant) était processionnellement promené, jugé, condamné, exécuté. En Bretagne, carnaval était enterré; en Normandie, brûlé avec charivari; dans les Charentes, Carnaval était brûlé ou noyé. R. Devigne, Le Légendaire de France,1942, p. 100.
P. anal., injure fam. (à l'adresse d'un animal). Vilain carnaval! (Genevoix, Rroû, 1931, p. 242); le traitant de vieux bouc, de grand carnaval et de charogne malade (Aymé, La Vouivre,1942, p. 30).
B.− P. ext. Bouffonnerie plus ou moins grotesque.
1. [P. réf. aux défilés de carnaval] Spectacle qu'offre une succession ou un pêle-mêle grotesque de personnes, de choses. Nos ministres (...) jouissent (...) d'un pouvoir éphémère, ils président (...) à des carnavals qu'ils ornent plutôt qu'ils ne les dirigent (Barrès, Mes cahiers,t. 5, 1906-07, p. 241):
4. La salle principale [de...] a été décorée par Jordaens d'une peinture insensée qui représente le triomphe de Frédéric-Henry; c'est un carnaval de viandes crues bon à jeter à la voirie; j'ai horreur de ce peintre! Du Camp, En Hollande,1859, p. 69.
[P. réf. à certains divertissements à huis clos du Carnaval] Partie débraillée et vulgaire de plaisir :
5. Ces chasses, c'est toujours comme ça, pour les messieurs. Vous voyez le carnaval d'ici. Dans le mitan de la nuit, la viande saoule monte l'escalier, eux débraillés, elles nues, ... Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 100.
2. [P. réf. aux déguisements de carnaval]
a) [En parlant d'une pers.] Spectacle qu'offre son accoutrement ridicule :
6. Les femmes, jalouses, lui faisaient des yeux mauvais et ricanaient méchamment, se disaient de l'une à l'autre : − Elle est encore une fois fichue comme l'as de pique! Non, quelle dégaine! un vrai carnaval! Et Antoinette, insolente, triomphante, étalait sa robe violine et sa chevelure invraisemblablement échafaudée en coques monstrueuses. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 85.
En carnaval. À la manière d'un masque de carnaval. Des nez et des mentons en carnaval (Erckmann-Chatrian, L'Ami Fritz,1864, p. 65).
b) [En parlant d'une chose] :
7. Gui Patin a aussi l'expression pittoresque, inattendue, la comparaison voyante; il y a un peu de carnaval jusque dans son sérieux. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 7, 1851-62, p. 114.
Prononc. et Orth. : [kaʀnaval]. Ds Ac. 1694-1932. Pour le plur. des carnavals, cf. Gramm. Ac. 1932, p. 21 et 22 : ,,Les noms en al (...) font leur pluriel en aux, sauf : bal, cal, carnaval, chacal, festival, pal, régal``. Étymol. et Hist. 1. 1268 wallon quarnivalle (Ord. du duché de Bouill., p. 3 ds Gdf. Compl.); 2. 1549 carneval « fête donnée pendant la période du carnaval » (M. de Navarre, Heptaméron, 3 ds Hug.). Empr. à l'ital. carnevalo, -le (xiiies. ds Batt.) altération, peut-être favorisée par le lat. Natale « Noël » (cf. P. Aebischer, v. bbg, p. 10) du lat. médiév. carnelevare (965 dans le Latium) bien attesté en Italie du Nord au xiies. (cf. article cité pp. 4-8) composé de carne « viande » et de levare soit au sens d'« ôter » (cf. le type concurrent en Italie carne laxare) soit par altération plaisante des formules jejunium levare « soutenir un jeûne » (ds Blaise) ou jejunium levare de carne « s'abstenir de viande » (ds Nierm.). L'attest. de 1268 pourrait être due à une relation locale avec des commerçants toscans (cf. FEW t. 2, p. 391b). Le sens premier aurait donc été « [entrée en] carême », puis « veille de l'entrée en carême » par une évolution sém. parallèle à celle de carême prenant. Fréq. abs. littér. : 435. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 737, b) 777; xxes. : a) 452, b) 531. Bbg. Aebischer (P.). Les Dénominations du Carnaval d'après les chartes ital. du Moy. Âge. Mél. Michaëlsson (K.) 1952, pp. 1-10. − Hope 1971, p. 175. − Kohlm. 1901, p. 37.

Wiktionnaire

Nom commun

carnaval \kaʁ.na.val\ masculin

  1. Festival de costume et de couleur qui commence le jour des Rois et finit le mercredi des cendres.
    • A la suite des bals masqués du carnaval de 1820, qui furent plus brillants que de coutume, la société de Milan vit éclater cinq ou six démarches complètement folles. — (Stendhal, De l'Amour, 1822, 3e préface du 15 mars 1843)
    • La ville est toute illuminée. Une musique joue, la population est en fête. C'est le dimanche du carnaval. De fenêtres à fenêtres, à travers la rue, les gens se lancent des serpentins. — (Albert Londres, L'Homme qui s'évada, page 163, Les éditions de France, 1928)
    1. Divertissement.
      • Si vous étiez tombée sur un talent hypocrite, sur un railleur dont les livres sont mélancoliques et dont la vie est un carnaval continuel, vous auriez pu trouver au dénouement de votre sublime imprudence un méchant homme. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    2. Homme bizarrement accoutré.
      • C’est un vrai carnaval.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARNAVAL. n. m.
Temps destiné aux divertissements, lequel commence le jour des Rois et finit le mercredi des Cendres. Les divertissements du carnaval. Les carnavals étaient plus gais autrefois qu'aujourd'hui. Fam., Enterrer le carnaval, Le terminer par toutes sortes de divertissements. Fig., C'est un vrai carnaval, se dit d'un Homme bizarrement accoutré.

Littré (1872-1877)

CARNAVAL (kar-na-val) s. m.
  • 1Temps de divertissements compris entre le jour des Rois et le mercredi des Cendres ; les fêtes et les amusements mêmes de ce temps. Avoir, passer, faire un triste carnaval. Les carnavals des deux dernières années. Là, dans le carnaval, vous pouvez espérer Le bal et la grand'bande, à savoir deux musettes, Et parfois Fagotin et les marionnettes, Molière, Tart. II, 3. Les hospodars de Valachie et de Moldavie ne feront pas leur carnaval à Venise, Voltaire, Lett. à Cath. 34.

    Jeûner en carnaval, être très pauvre. Depuis peu chez ma cousine, Qui jeûnait en carnaval, Béranger, Le voisin.

    Familièrement. Il est fait comme un carnaval, c'est un vrai carnaval, il est habillé d'une manière extravagante.

    Il est triste comme s'il revenait d'enterrer carnaval, par allusion à la fin du carnaval suivie du carême.

  • 2 Par extension, divertissement grotesque.

    Au plur. Des carnavals.

HISTORIQUE

XVIe s. Croyez qu'en Avignon, on temps de carnaval…, Rabelais, Pant. IV, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CARNAVAL, s. m. (Hist. mod.) tems de fête & de réjoüissance qu’on observe avec beaucoup de solennité en Italie, sur-tout à Venise.

Ce mot vient de l’Italien carnavale : mais du Cange le dérive de carn-aval, parce qu’on mange alors beaucoup de viande, pour se dédommager de l’abstinence où l’on doit vivre ensuite ; il dit en conséquence que dans la basse latinité on l’a appellé carne levamen, carnis privium ; & les Espagnols carnes tollendas.

Le tems du carnaval commence le lendemain des Rois, ou le sept de Janvier, & dure jusqu’au carême. Les bals, les festins, les mariages, se font principalement dans le carnaval. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « carnaval »

(XVIe siècle) De l’italien carnevale, composé de carne (« viande ») et de levare (« enlever »). La fin du carnaval marque le début du carême. Voir charivari.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’italien carnevale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, les carnevieux ; de l'italien carnovale ; milanais, carnelevale, dans DU CANGE, du bas-latin carnelevamen, dit pour carnis levamen, de caro, chair (voy. CHAIR), et levamen, action d'ôter, de levare (voy. LÉGER) : c'est-à-dire temps où l'on enlève l'usage de la chair, vu que carnovale est proprement la nuit avant le mercredi des Cendres. Diez, d'après des auteurs italiens, le tire de carne et vale : adieu la chair ; mais vale n'est pas italien ; et le milanais carnelevale fait un suffisant intermédiaire entre carnis levamen, pour un mot populaire et par conséquent sujet à de fortes altérations.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « carnaval »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carnaval karnaval

Évolution historique de l’usage du mot « carnaval »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carnaval »

  • Gilles Blaevoet, à la tête de la Société philanthropique depuis 2012, reste à tête de l’association organisatrice du carnaval de Bailleul. La Voix du Nord, Carnaval de Bailleul : Gilles Blaevoet réélu président de la Philanthro
  • L’alerte a été lancée par un spécialiste de plongée sous-marine en Méditerranée. A écouter Laurent Lombard, « on verra bientôt plus de masques que des méduses dans l’eau ». Ce fervent défenseur de l’environnement force un peu le trait, mais soulève un vrai problème. Dans les régions situées loin des côtes aussi, les masques jetables débordent des poubelles. À tel point que le gouvernement envisage de porter à 135 euros, contre 68 euros aujourd’hui, le montant de l’amende en cas de jet de déchet sur la voie publique. Un épisode de plus dans la « saga » des masques qui alimente la chronique de la crise sanitaire depuis des semaines. On se souvient que la polémique sur la pénurie de matériel de protection et le manque de stocks avait fait rage au début du confinement. Contraint d’importer des millions de masques chinois, pas toujours d’une qualité irréprochable, l’État a mis du temps avant d’encourager, et encore du bout des lèvres, les Français à en porter. L’exécutif a fini par écouter les scientifiques et se résoudre à appeler à la rescousse l’industrie textile et tout ce que l’Hexagone compte comme couturières. Résultat : en quelques semaines, la pénurie a cédé le pas à la surproduction, et les usines mobilisées pour l’effort national ne parviennent plus à écouler leur production. Pour tenter de remédier à ce carnaval, deux ministres ont même été priés de monter au créneau pour faire la promotion des masques en tissu made in France. Le problème, c’est qu’entre-temps, entreprises et particuliers ont constitué leur propre stock de masques jetables fabriqués en Chine et achetés par lots de 50 au supermarché du coin. Les mêmes qui jonchent aujourd’hui les caniveaux… Une vraie mascarade, qui n’a certainement pas fini de coller aux basques du gouvernement comme le sparadrap du capitaine Haddock. , Edito | Carnaval
  • Si on éradiquait radicalement les cartes de voeux et les cadeaux, Noël deviendrait une espèce de scintillant carnaval païen qui nous distrairait agréablement des rigueurs de l’hiver. De Helen Fielding / Le Journal de Bridget Jones
  • Le monde contemporain n'est peut-être pas exactement l'endroit le plus brillant où l'on puisse rêver de vivre. C'est une espèce d'étrange carnaval. Où il y a pas mal de douleur mais qui peut-être assez drôle aussi. De David Lynch / Première - Novembre 1990
  • Au temps du carnaval, l'homme se met sur son masque un visage de carton. Xavier Forneret, Sans titre, par un homme noir, blanc de visage
  • Et je suis venu passer le carnaval à Venise. François Marie Arouet, dit Voltaire, Candide
  • Au carnaval tout le monde est jeune, même les vieillards. Au carnaval tout le monde est beau, même les laids. De Nicolaï Evreïnov / Inventions théâtrales
  • Si le carnaval venait trois fois l'an Tous nus il mettrait les gens. De Proverbe français
  • Le vingt-cinquième anniversaire du célèbre carnaval vénitien de Remiremont, prévu du 2 au 5 avril 2020 , n’aura finalement pas lieu cette année. Après l’annonce d’un report en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus , les organisateurs ont pris la décision de ne se retrouver qu’en 2021. Du 25 au 28 mars très exactement. , Coronavirus | L’édition 2020 du carnaval vénitien de Remiremont est annulée
  • À l'heure des grands remaniements et des nouvelles échéances à court terme qui font l'orgueil et la vanité de tout temps politique, n'est-ce pas à un grand carnaval des figures du grotesque auquel nous assistons béat, comme devant un tableau de James Ensor ? La comédie lugubre des tyrans du pouvoir s'est affublée de masques derrière lesquels on peine à distinguer l'humain et les traits de la réalité profonde qui anime leurs âmes dans le théâtre des affects et des peurs qui agitent nos esprits. Le masque, à défaut d'être celui qui protège, est devenu celui du déni et de la farce réunis. Club de Mediapart, La mort et les masques ou la tyrannie des clowns | Le Club de Mediapart
  • Malgré une saison tronquée, bouleversée par l'épidémie de Covid-19, le palmarès du 57 e Prix du Syndicat de la critique théâtre, musique et danse a fière allure. Se distinguent des spectacles forts comme « Une des dernières soirées de carnaval » de Goldoni, mis en scène par Clément Hervieu-Léger (grand prix théâtre), « Féminines » de Pauline Bureau, « Outside » de Kirill Serebrennikov, « Body and Soul » de Crystal Pite, « Une maison » de Christian Rizzo, « Ercole Amante » de Cavalli et « Démons » d'Arthur Rubinstein. Les Echos, Clément Hervieu-Léger couronné par la critique | Les Echos

Traductions du mot « carnaval »

Langue Traduction
Anglais carnival
Espagnol carnaval
Italien carnevale
Allemand karneval
Portugais carnaval
Source : Google Translate API

Synonymes de « carnaval »

Source : synonymes de carnaval sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « carnaval »

Carnaval

Retour au sommaire ➦

Partager