La langue française

Carême-prenant

Définitions du mot « carême-prenant »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARÊME-PRENANT, subst. masc.

A.− (Les) trois jours de réjouissance précédant le début du carême (mercredi des Cendres). Synon. (les) jours gras :
... les temps de bombance y [au pays de Cocagne] ont été multipliés : au calendrier de chaque année figurent quatre Pâques, et quatre Saint-Jean, et quatre Assomptions, et quatre Toussaints, et quatre Noëls, et quatre Chandeleurs, et quatre Carême-Prenant, tandis que le Carême ne revient qu'une fois tous les vingt ans. Faral, La Vie quotidienne au temps de St Louis,1942, p. 174.
Rem. ,,On dit plutôt aujourd'hui Carnaval`` (Ac. 1932).
P. plaisant., vieilli. Tout est de Carême-prenant. ,,Se dit (...) en parlant de certaines libertés qu'on prend pendant les jours gras`` (Ac. 1835, 1878).
Spéc. Mardi gras. Le jour de carême-prenant (Ac. 1835, 1878).
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. anc. et région. carême-entrant, caramentran (cf. R. Dévigne, Le Légendaire de France, 1942, pp. 99-100) signalé par Ac. Compl. 1842, Lar. 19eet Guérin 1892. Cf. B 2 rem. infra.
Loc. proverbiale. Il faut faire carême-prenant avec sa femme et Pâques avec son curé. ,,Il faut se réjouir en carnaval et remplir à Pâques ses devoirs religieux`` (Lar. 19e-20e); il faut faire chaque chose en son temps et en son lieu, et sans s'écarter de la bonne règle.
B.− P. méton.
1. Réjouissances auxquelles on se livre durant ces trois jours (cf. DG, Rob.).
2. Personne déguisée, masquée, parcourant les rues durant ces trois jours.
P. ext., fam. Personne vêtue de façon extravagante, ressemblant à une personne masquée. V. accommoder, ex. 50.
Rem. Même sens pour le synon. région. caramantran, subst. masc. (cf. A rem.) employé par A. Arnoux ds Rhône, mon fleuve, 1944, p. 119.
Prononc. et Orth. : [kaʀ εmpʀ ənɑ ̃]. Pour une durée longue sur [ε] ouvert cf. carême. Au plur. des carêmes-prenants. Ds Ac. 1694 et 1718 sous la forme caresme-prenant. Ac. 1694 note en outre : quaresme avec la rem. : ,,on écrit caresme``. Ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. Fin xiies. feste caren-pernent « fête de mardi-gras » (Girart de Roussillon, éd. W. M. Hackett, 7733); 1670 un carême-prenant désigne une pers. ridicule (Molière, Le Bourgeois gentilhomme, éd. du Seuil, V, 6, p. 537). Composé de carême* et du part. prés. du verbe prendre* au sens de « s'engager dans ». Fréq. abs. littér. : 8.

Wiktionnaire

Nom commun

carême-prenant \ka.ʁɛm.pʁə.nɑ̃\ masculin

  1. (Christianisme) Les trois jours gras qui précèdent immédiatement le mercredi des cendres.
  2. (En particulier) (Vieilli) Mardi-gras.
  3. (Par extension) (Vieilli) Gens masqués et déguisés qui courent les rues pendant les jours gras.

Expression peu usitée, reprise dans le texte de la chanson française écrite et composée par Albert Vidalie et interprétée par Serge Reggiani "Les loups sont entrés dans Paris";
Extrait :

"Cent loups sont entrés dans Paris
Cessez de rire, charmante Elvire
Cent loups sont entrés dans Paris.
Le deuxième n’avait que trois pattes
C’était un loup gris des Carpates
Qu’on appelait Carêm’-Prenant
Il fit faire gras à ses enfants
Et leur offrit six ministères..."

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARÊME-PRENANT. n. m.
Les trois jours gras qui précèdent immédiatement le mercredi des Cendres. On dit plutôt aujourd'hui CARNAVAL. Il se disait plus particulièrement du Mardi gras et, par extension, des Gens masqués et déguisés qui courent les rues pendant les jours gras. Fig. et fam., C'est un vrai carême-prenant, se dit d'une Personne vêtue d'une manière extravagante, qui la fait ressembler à un masque.

Littré (1872-1877)

CARÊME-PRENANT (ka-rê-me-pre-nan) s. m.
  • 1Les trois jours gras avant le mercredi des cendres, et particulièrement le mardi. On dirait qu'il est céans carême-prenant tous les jours, Molière, B. gent. III, 3. Je vous trouve heureuse d'être délivrée de carême-prenant [des farces des jours gras], Sévigné, 411.

    Tout est de carême-prenant, se dit en parlant de certaines libertés qui se prennent pendant les jours gras. Au milieu de tant d'honnêtetés tout est de carême-prenant, Sévigné, 157.

  • 2Personne masquée pendant ces jours gras ; et figurément, toute personne ridiculement vêtue. Au secours, au secours, votre fille on l'emporte, Des carêmes-prenants lui font passer la porte, Regnard, le Bal, sc. 18. Vous voulez donner votre fille à un carême-prenant, Molière, B. Gent. V, 7.

    PROVERBE

    Il faut faire carême-prenant avec sa femme et Pâques avec son curé.

REMARQUE

Au pluriel des carêmes-prenants, et non des carême-prenant. Le sens de la locution est non pas qui prend, qui commence carême, mais carême qui prend, qui commence.

HISTORIQUE

XIIe s. De ci qu'à une feste quarem-pernant, Gér. de Ross. p. 363.

XIIIe s. La vegile de quaresme pernant [je] vi une merveille que je vous veull raconter, Joinville, 236. Ceste emprise fu atirée à passer le jour de quaresme prenant, Joinville, 224. Et s'a [au pays de Cocagne] en l'an quatre vendenges, Quatre tozsainz, quatre noex [noëls], Et quatre chandeliers anuex [annuels], Et quatre quaresmiaux prenans, Barbazan, Fabl. éd. MÉON, t. IV, p. 178.

XVe s. Messire Pierre de Craon avoit en voyé dès le caresmeprenant, à Paris, audit chastel, de ses varlets qui le servoient pour son corps, Froissart, III, IV, 28.

XVIe s. En lieu d'amaigrir pour le jeune de caresme, elle estoit plus belle et plus fraische qu'à caresme-prenant, Marguerite de Navarre, Nouv. XXX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « carême-prenant »

De carême et prendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Carême, et prenant (voy. PRENDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « carême-prenant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carême-prenant karɛmɛprenɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « carême-prenant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « carême-prenant »

Langue Traduction
Anglais shrovetide
Source : Google Translate API

Synonymes de « carême-prenant »

Source : synonymes de carême-prenant sur lebonsynonyme.fr

Carême-prenant

Retour au sommaire ➦

Partager