Capitaliste : définition de capitaliste


Capitaliste : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CAPITALISTE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.−
1. [En parlant de pers. ou de collectivités] Qui détient une part plus ou moins importante de capital. La bourgeoisie moderne (...) forme une espèce d'aristocratie capitaliste et foncière (Proudhon, La Révolution sociale démontrée par le coup d'État du 2 déc.,1852, p. 15).
2. [En parlant d'un état de la société] Qui se caractérise par la propriété privée des moyens de production. Production capitaliste :
1. ... Jacques poursuivait, à bâtons rompus, son réquisitoire : − « L'asservissement, l'exploitation, de toute l'activité humaine par le système capitaliste, ne finiront qu'avec lui. L'appétit de possession des exploiteurs n'aura jamais de limites... » R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 160.
2. ... l'économie communiste est une économie dirigée, planifiée, qui se soucie non plus de poursuivre le profit, comme en régime capitaliste, mais de satisfaire par priorité les besoins humains les plus fondamentaux. J. Lacroix, Marxisme, existentialisme, personnalisme,1949, p. 34.
SYNT. Économie, régime, société, système capitaliste; le monde, (les pays) capitaliste(s).
B.− P. ext. [En parlant d'institutions ou de comportements] Qui est propre aux sociétés de système capitaliste, qui est le produit de ce système. Il croise des troupeaux de prolétaires (...) revenant des bagnes capitalistes quotidiens (J. Laforgue, Moralités légendaires, 1887, p. 37) :
3. La censure interdit jusqu'au mot de fox-trot qui, là-bas à Moscou est synonyme de débauche capitaliste et occidentale. Morand, L'Europe galante,1925, p. 110.
II.− Subst. masc.
A.− Personne qui possède des capitaux et qui en tire un revenu en les faisant valoir notamment par prêt ou investissement dans une entreprise :
4. L'emploi de capital le plus avantageux pour le capitaliste est celui qui, à sûreté égale, lui rapporte le plus gros intérêt... Say, Traité d'écon. pol.,1832, p. 402.
P. ext. (souvent péj.), usuel. Personne qui possède une (sur-)abondance de biens monétaires ou autres. Synon. fam. richard :
5. On a aussi un peu trop dit que le Parisien était un homme plutôt aisé, sinon secrètement très riche, un capitaliste égoïste possédant bibliothèque, miniatures, tabatières, vases, coupé, laquais, cave, château et maîtresse. Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 176.
Rare, littér. Personne qui capitalise (cf. capitaliser), qui amasse ou a amassé quelque chose. Ces socialistes sont de grands capitalistes de popularité (Péguy, L'Argent,1913, p. 1255).
B.− Celui qui possède les moyens de production et en contrôle l'emploi :
6. ... la concurrence pour les marchés extérieurs, la nécessité d'investissements de plus en plus grands dans le matériel nouveau, produisent les phénomènes de concentration et d'accumulation. Les petits capitalistes sont d'abord absorbés par les grands... Camus, L'Homme révolté,1951, p. 251.
P. plaisant. [en constr. appos., et en réf. à l'image, caricaturale du capitaliste mod.] :
7. Les moineaux frétillaient, vibratiles, dans la poussière, comme s'ils y éprouvaient le même plaisir que nous éprouvons dans l'eau : des moineaux capitalistes, si gras que leurs jabots les retenaient au sol, ou presque; il ne leur manquait qu'une chaîne de montre dessus. Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 839.
C.− Partisan du régime capitaliste. On est capitaliste ou communiste, pas de milieu (Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 239).
Prononc. et Orth. : [kapitalist]. Ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. A. Adj. 1755 (Encyclop. d'apr. Dauzat 1972, sans indication de sens); 1. 1832 « qui a des capitaux et les investit dans des entreprises » (Raymond : banquier capitaliste); 2. 1869 « qui est partisan du capitalisme » (A. Blanqui, Crit. soc., éd. s., 178 ds Dubois Pol., p. 238a : faction capitaliste). B. Subst. 1. 1759 « personne qui possède un capital, personne riche » (Lettre à J.-J. Rousseau signée L. B., Corr. gén. de J.-J. Rousseau, IV, 204 ds R. Philol. fr., t. 45, p. 11); cf. 1790 (Dict. nat. et anecd., art. Capitaliste ds Brunot t. 9, p. 1080 : Ce mot n'est connu qu'à Paris et dans quelques villes de France. Il désigne un monstre de fortune, un homme au cœur d'airain qui n'a que des affections métalliques); 2. 1798 « personne qui possède des capitaux et qui en tire profit grâce à des investissements » (Ac.). Dér. de capital*; suff. -iste*. L'hyp. d'un empr. au néerl. kapitalist (Bl.-W.5) ne semble pas justifiée. Le corresp. all. Kapitalist « possesseur d'un capital » est attesté dep. 1694 (Weigand). Fréq. abs. littér. : 638. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 617, b) 277; xxes. : a) 1 569, b) 1 093.
DÉR.
Capitalistique, adj.Degré capitalistique d'une production. Degré du capital, poids des investissements. Investissement (hautement) capitalistique. Dont le poids (dans les coûts) est croissant (p. rapp. aux dépenses courantes) [cf. Suavet 1970 et L'Univers écon. et soc., 1960, p. 1005, 3801]. 1reattest. 1872 (M. Bloch, Les Théoriciens du socialisme en Allemagne, Paris, p. 8 ds Dub. Pol. 1962, p. 239); de capitaliste, suff. -ique*, cf. anglo-amér. capitalistic (1873 ds DAE).
BBG. − Barb. Misc. 25 1944-52, pp. 48-50. − Febvre (L.), Hauser (L.). Capitalisme et capitaliste. Annales d'hist. soc. 1939, pp. 401-406. − Gohin 1903, p. 269.

Capitaliste : définition du Wiktionnaire

Adjectif

capitaliste \ka.pi.ta.list\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif au capital ou au capitalisme.
    • La société capitaliste est tellement riche, et l’avenir lui apparaît sous des couleurs si optimistes qu’elle supporte des charges effroyables sans trop se plaindre […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap.I, Lutte de classe et violence, 1908)
    • Au moment où prenaient fin les principaux affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis, sur le plan militaire, s’étaient substitués dans le monde entier à la plupart des autres puissances capitalistes. — (Armando Uribe, Le Livre noir de l’intervention américaine au Chili, Seuil, 1974, traduction de Karine Berriot et Françoise Campo)

Nom commun

capitaliste \ka.pi.ta.list\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui a des capitaux, des sommes d’argent considérables et qui les fait valoir dans les entreprises de commerce, d’agriculture, de manufacture ou dans des opérations de finance.
    • Charles Mignon répondit que tout capitaliste devrait examiner cette affaire à tête reposée […] — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • On doit regarder comme illusoire la prétendue possibilité de vendre les biens ecclésiastiques à des capitalistes. — (Anonyme, Le Clergé en Espagne, Revue des Deux Mondes, tome 1, 1829)
    • Son adjonction au ministre, avec le titre de directeur-général du trésor, fut accueillie comme une bonne nouvelle dans toutes les places de commerce du continent, car les capitalistes prévoyaient que le nouveau ministre ferait des emprunts, et tâcherait de relever les finances par le crédit public. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, t. 2, 4, 1833)
    • Les troupeaux transhumants appartiennent tantôt à de riches propriétaires ou capitalistes, tantôt à de petits cultivateurs de Provence, qui les confient à un bayle ou berger chef qui, à ses risques et périls, conduit les troupeaux, loue les pâturages, etc., en un mot se charge de l'estivage moyennant une redevance. — (Marchand (Garde général des forêts), « Le pâturage dans les Alpes », dans la Revue des eaux et forêts: annales forestières, tome 11, Paris, 1872, p. 14)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Capitaliste : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPITALISTE. n. des deux genres
. Celui, celle qui a des capitaux, des sommes d'argent considérables et qui les fait valoir dans les entreprises de commerce, d'agriculture, de manufacture ou dans des opérations de finance.

Capitaliste : définition du Littré (1872-1877)

CAPITALISTE (ka-pi-ta-li-st') s. m.
  • 1Celui qui possède un capital et qui vit de son revenu. Dans le monde, on n'accorde le nom de capitaliste qu'aux hommes dont l'unique ou du moins le principal revenu consiste dans l'intérêt de leurs capitaux, Say, Cours d'écon. polit. t. II, p. 65.
  • 2Celui qui tire profit d'un capital. Nous avons donné ce nom à tous ceux qui possèdent un capital petit ou grand, une portion même d'un capital, ID. ib.
  • 3Celui qui prête son capital à un entrepreneur d'industrie. Le gérant sera-t-il fondé à refuser au capitaliste toute participation à une augmentation de produits due en si grande partie à son capital ? ID. ib. p. 68. Réprouver les capitalistes comme inutiles à la société, c'est s'emporter follement contre les instruments mêmes du travail, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 279.
  • 4Celui qui possède des fonds considérables. Un gros, un riche capitaliste. Ma sœur, que je ne pouvais garder avec moi, se trouve à merveille chez ce vieux et respectable capitaliste, Scribe, le Puff, I, 8.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « capitaliste »

Étymologie de capitaliste - Wiktionnaire

(Nom) (1759) De capital avec le suffixe -iste.
(Adjectif) (1832)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « capitaliste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
capitaliste kapitalist play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « capitaliste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « capitaliste »

  • Le Manifeste international du collectif féministe socialiste révolutionnaire Du Pain et des Roses : "Les travailleuses, féministes anticapitalistes et socialistes révolutionnaires, nous faisons le pari que, nous les femmes, soyons aussi en première ligne de la lutte politique et de la lutte de classes pour vaincre les capitalistes, leurs gouvernement et leur État." Révolution Permanente, Les femmes en première ligne de la crise sanitaire et dans le combat contre le capitalisme patriarcal et raciste !
  • Mais est-il pour autant possible d’affirmer que «le coronavirus précipite la crise, il ne la cause pas» comme le font Frédéric Boccara et Alain Tournebise? Il faudrait selon eux «distinguer facteur accélérant ou précipitant (le virus) et cause (la suraccumulation financière) [5]». On retrouve à peu près la même position chez Michael Roberts: «Je suis sûr que lorsque ce désastre sera terminé, l’économie dominante et les autorités prétendront qu’il s’agissait d’une crise exogène qui n’a rien à voir avec les défauts inhérents au mode de production capitaliste et à la structure sociale de la société: c’est la faute du virus! (…) Le Covid-19, tout comme ce krach financier, n’est pas vraiment un coup de tonnerre – un soi-disant “choc” frappant une économie capitaliste dont la croissance était en soi harmonieuse [6].» Eric Toussaint affirmait quant à lui: «non, le coronavirus n’est pas le responsable de la chute des cours boursiers [7]». , Le capitalisme sur le fil du rasoir | A l'encontre
  • En second lieu, il me semble que la thèse d’Iversen achoppe sur l’absence de distinction entre le capital et l’industrie. Il n’y a pas d’acteur capitaliste hégémonique. Il semble très difficile de ne pas distinguer l’industrie manufacturière, enracinée dans l’État-nation et dans une longue histoire de relations et de conflits entre le capital et le travail, et le « capital sans attache », et de dire que le capital avait un seul et même programme. Les travaux historiques sur les organisations d’employeurs montrent en effet que le vieux capital et le nouveau capital avaient des positions et des intérêts différents par rapport à la réforme néolibérale [2]. Les banques et les acteurs financiers, comme l’a montré Ravi Abdelal [3], ainsi que les sociaux-démocrates et les planificateurs à la Jacques Delors ont joué un rôle-clef dans la déréglementation des marchés de capitaux dans l’UE. La littérature sur le néolibéralisme tend de plus en plus à montrer que les traditions intellectuelles nationales, les structures de la négociation collective et les hiérarchies de décision ont eu ici une grande importance [4], et que le néolibéralisme a pris au moins deux formes : une forme dogmatique orientée vers le marché, qui est celle qu’Iversen semble viser, et une forme plus sociale qui, dans de nombreux pays européens, par exemple, a recherché une compatibilité entre les nouvelles politiques monétaires et les investissements dans l’éducation et la formation continue. , Les démocraties capitalistes sont-elles vraiment résilientes ? - La Vie des idées
  • "C'est l'exemple d'une entreprise capitaliste, qui grandit de manière disproportionnée en réalisant des acquisitions grâce à l'endettement", déclare Myriam Djegham, secrétaire permanente CNE. "Tant que ce système fonctionne, les actionnaires sont rétribués. Quand le projet gargantuesque ne fonctionne plus, ce sont les travailleurs qui paient les risques pris, alors qu'ils ne sont pas responsables", dénonce-t-elle. Site-Trends-FR, FNG est "l'exemple d'une société capitaliste gargantuesque" - Entreprises - Trends-Tendances
  • Partageant le constat fait par le philosophe Lucien Sève et l’historien Jean Sève que le système capitaliste est entré en phase terminale, une trentaine de militants issus d’horizons variés lancent l’Initiative Capitalexit. Leur ambition est de produire un nouvel espace de débat collectif démultiplié sur les contenus politiques de dépassement du modèle mortifère. L'Humanité, Initiative Capitalexit : « Engager sans délai la sortie du capitalisme » | L'Humanité
  • Alain Minc : "En 2008, le système capitaliste pouvait mourir. Là la question n'est pas là : le système capitaliste ne mourra pas"#Europe1 pic.twitter.com/q8PxZywSne— Europe 1 (@Europe1) June 12, 2020 Marianne, Remettre en question le capitalisme ? Pour Alain Minc aussi, la question elle est vite répondue (et c'est "non")
  • Nous pensons exactement le contraire. Avec le temps, l’État démocratique capitaliste avancé s’est paradoxalement renforcé grâce à la mondialisation. Nous appuyant sur une vaste littérature en géographie économique, en étude de l’innovation et en management, nous montrons que les entreprises avancées dont l’activité repose sur le savoir, souvent des multinationales ou des filiales de multinationales, sont de plus en plus immobiles parce qu’elles sont liées à des regroupements ou clusters de compétences dans les villes qui ont réussi, et que leur valeur ajoutée trouve sa source dans une main-d’œuvre très qualifiée et largement immobile. De notre point de vue, qui ressort des recherches que nous menons depuis quelques décennies, le savoir est ancré géographiquement – dans les pays, les régions, les métropoles et les villes avancées –, généralement dans des regroupements ou clusters de travailleurs, d’ingénieurs, de chercheurs qualifiés et de professionnels. Les institutions, privées et publiques, sont, elles aussi, ancrées géographiquement. Les atouts sont co-spécifiques à un lieu. , Réinventer le capitalisme - La Vie des idées
  • Pendant les trente ans qui ont suivi la guerre, de 1946 à 1975, ils ont donc pris en compte les revendications d’équité sociale de ceux qui avaient travaillé dans les usines et qui s’étaient battus. Pendant cette période, de nouvelles lois ont protégé les travailleurs et une classe moyenne est apparue, qui a cru que les promesses capitalistes se réalisaient enfin. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Explosion des inégalités et folie capitaliste : le best-seller de Piketty adapté à l’écran
  • Si ce sont les choses qui, dans la société capitaliste à son stade avancé, symbolisent l'argent, qu'en conclure ? Que les mots qui représentent les choses ne représentent plus que de l'argent ? Impeccable syllogisme. Que la société médiatique a accompli. De Morgan Sportès / Solitudes
  • Dans le passé, une certaine garantie de permanence et de stabilité structurelles donnait des possibilités de travail aux générations suivantes. Actuellement, la logique de l'évolution capitaliste et ultranéolibérale détruit tout cela. De Eric Hobsbawm / Antoine Spire - Le Monde de l'éducation - Octobre 2000
  • Le grand problème de la production capitaliste n'est plus de trouver des producteurs et de décupler leurs forces mais de découvrir des consommateurs, d'exciter leurs appétits et de leurs créer des besoins factices. De Paul Lafargue / Le Droit à la paresse
  • Le moulin à bras vous donnera la société avec le suzerain ; le moulin à vapeur, la société avec le capitaliste industriel. De Karl Marx / Misère de la philosophie, 2002
  • Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste : ce sont des chômeurs en puissance. De Michel Audiard / Un Idiot à Paris
  • Dieu disait à Moïse : Je suis celui qui est ; le capitaliste dit aujourd'hui : Je suis celui qui a. De Louis Auguste Commerson / Pensées d'un emballeur
  • Investissez Dieu dans vos affaires et vous allez voir votre potentiel atteindre son maximum dans notre société divinement capitaliste. De Norman Vincent Peale
  • En société capitaliste, seuls ceux qui n'ont rien à perdre peuvent gagner. De Philippe Bouvard / Un oursin dans le caviar
  • Monsieur le capitaliste affirme, sournois : "C’est le destin qui fait les pauvres". De Hilal Naji
  • Crise : Etat structurel de l’économie capitaliste libérale. De Luc Fayard / Dictionnaire impertinent des branchés
  • L'état est le capitaliste idéal. De Friedrich Engels / Anti-dürhing

Images d'illustration du mot « capitaliste »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « capitaliste »

Langue Traduction
Portugais capitalista
Allemand kapitalist
Italien capitalista
Espagnol capitalista
Anglais capitalist
Source : Google Translate API

Synonymes de « capitaliste »

Source : synonymes de capitaliste sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « capitaliste »



mots du mois

Mots similaires