La langue française

Propriétaire

Sommaire

  • Définitions du mot propriétaire
  • Étymologie de « propriétaire »
  • Phonétique de « propriétaire »
  • Citations contenant le mot « propriétaire »
  • Images d'illustration du mot « propriétaire »
  • Traductions du mot « propriétaire »
  • Synonymes de « propriétaire »
  • Antonymes de « propriétaire »

Définitions du mot propriétaire

Trésor de la Langue Française informatisé

PROPRIÉTAIRE, subst. et adj.

I. − Subst. Celui, celle qui possède en propriété un bien acquis légalement.
A. − [Sans compl.]
1. Possesseur d'un bien, et plus particulièrement d'un bien immeuble ou d'un bien-fonds. Durant notre révolution, les propriétaires ont, il est vrai, concouru avec les non-propriétaires à faire des lois absurdes et spoliatrices (Constant, Princ. pol., 1815, p.56).Il s'écriait en fronçant le sourcil et épanouissant le front, de l'air important d'un gros propriétaire: «Quel beau temps pour les foins!» (Stendhal, L. Leuwen, t.2, 1836, p.14):
1. ... le marquis se présenta avec un bail de trois ans, elle le lui jeta au nez: «Je veux être propriétaire!» Et elle le battit. «Dis merci», fit-elle. Il dit merci. «Et maintenant ne reviens qu'avec l'acte d'achat en mon nom» (...). Quand l'hôtel fut acheté: «Meuble, mon chéri, et vieux style». Il meubla. Enfin, radieux, il lui remit les clefs avec une certaine grâce. Péladan, Vice supr., 1884, p.148.
SYNT. Propriétaire foncier, forestier, légitime, paysan, riverain, rural, terrien; grand, gros, petit, riche propriétaire; devenir propriétaire; changer, changement de propriétaire; la classe des propriétaires; propriétaire et usufruitier.
P. exagér. [L'obj. de la possession est une pers.] De Montègre, un innocent qui accepte l'amour pur, a la bonté de servir de dupe et de restituer la femme à son propriétaire (Taine, Notes Paris, 1867, p.223).
Faire le tour du propriétaire. Visiter sa propriété, sa maison et/ou ses dépendances:
2. ... le chrétien, qui était de joyeuse humeur, frappa sur l'épaule de son hôte et l'obligea, en quelque sorte, de faire ce que nous appellerions le tour du propriétaire. Il le promena d'abord dans la maison principale, puis, à travers les jardins, dans une autre maison... Barrès, Cahiers, t.4, 1906, p.260.
En partic., MODE. Redingote à la propriétaire. Manteau en usage au xixes. qui consistait en une longue veste croisée à basques tombant jusqu'aux talons. Une figure flasque, de longs cheveux de savant et une cravate blanche sous une redingote à la propriétaire (Goncourt, Journal, 1875, p.1060).
En compos. Co-propriétaire*. Multi-propriétaire. V. multi- I D 1 a.
2. Possesseur d'un immeuble (maison, appartement, local) loué à un locataire. Charges du propriétaire; assemblée, syndicat de(s) propriétaires. Des soucis, Quinette en avait, qui provenaient des difficultés de sa petite industrie, et de la charge d'un loyer déjà trop lourd, que le propriétaire menaçait d'augmenter (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.82).
B. − [Suivi d'un compl. déterminant la nature de la possession]
1. [L'obj. de la possession est]
a) [un bien corporel, meuble ou bien-fonds] [La mort] de mon père me fit propriétaire d'une fortune considérable (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p.1781).Le père, un employé. Pourtant ils étaient propriétaires de la maison qu'ils habitaient sur le quai au Havre (Barrès, Cahiers, t.10, 1913, p.18).Chaque colon n'est rien que le fermier d'Israël. Le peuple juif demeure le seul propriétaire du sol (Tharaud, An prochain, 1924, p.159).
SYNT. Propriétaire d'un appartement, d'un château, d'un champ, d'un domaine, d'une entreprise, d'une ferme, d'un fonds, d'un hôtel, d'un immeuble, d'une maison, du sol, de terres, de vignobles, d'une ville; propriétaire d'un bijou, d'un cheval, d'un animal, de biens, de titres.
b) [un bien incorporel] Je suis en effet propriétaire absolu de mes oeuvres, sauf les stipulations nécessaires pour les exploitations que je concède (Balzac, Corresp., 1841, p.280).
c) [une pers. ou un groupe de pers., dans le cont. de l'esclavage] Il y a dans les États-Unis du sud des prêtres chrétiens et peut-être de bons prêtres (propriétaires d'esclaves pourtant) qui prêchent en chaire des doctrines qui, sans doute, sont analogues aux vôtres (Tocqueville, Corresp.[avec Gobineau], 1857, p.277).
2. P. ext. ou exagér.
a) [L'obj. de la possession est une pers. différente du suj.] Celui qui a loué ses enfants dans une ferme. Il reste le propriétaire de ses enfants. Et c'est le fermier qui en devient le locataire (Péguy, Porche Myst., 1911, p.200).La propriété privée apparaît: maître des esclaves et de la terre, l'homme devient aussi propriétaire de la femme (Beauvoir, Deux. sexe, t.1, 1949, p.97).
b) [L'obj. de la possession est identique ou inhérente au suj.] Je suis propriétaire de mon corps, de ma santé, de mon honneur, de ma réputation, au même titre et de la même manière que des choses matérielles qui me sont soumises (Durkheim, Divis. trav., 1893, p.88).Il balance le ventre florissant dont il est propriétaire, et déambulant sur ses jambes arquées comme deux anses, crache tout autour de lui, abondamment, richement (Barbusse, Feu, 1916, p.97).
c) Au fig. Être propriétaire du temps. Maîtriser le temps, en disposer à son gré. On est exempts de tout travail jusqu'au soir, on est libres, on est propriétaires de son temps (Barbusse, Feu, 1916, p.323).
II. − Adjectif
A. − Qui possède des biens en propre. La classe capitaliste et propriétaire, usant de sa puissance, fait payer à la classe prolétarienne une large redevance (Jaurès, Ét. soc., 1901, p.125).
B. − Qui est propre aux possesseurs de biens. L'instinct propriétaire. Tout ceci, je le sais bien, n'est qu'un rêve de socialiste, une utopie contredite par la routine propriétaire (Proudhon, Syst. contrad. écon., t.2, 1846, p.67).
THÉOL. CATH., vx. Âme propriétaire. Personne qui vit sa religion d'une manière non désintéressée, mais plutôt dans l'espoir d'une récompense divine. Âmes propriétaires. Cette expression est du Père Surin qui désigne par là les âmes éprises d'elles-mêmes et de leurs vertus (Green, Journal, 1957, p.289).
REM.
Propriétairement, adv.,peu us. En (qualité de) propriétaire, à la façon d'un propriétaire. Et j'eus, de mon côté, l'intention d'être aimable pour celle de ces demoiselles qui vint prendre mon bras, tout aussi propriétairement que si elle eût été ma femme (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.84).Qu'est-ce que consommer propriétairement? C'est consommer sans travailler, consommer sans reproduire (Proudhon, Propriété, 1840, p.287).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔpʀijetε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: -prie-; dep. 1740: -prié-. Étymol. et Hist.1. Subst. a) 1263 «celui qui possède quelque chose en propre» (Constit. de la maison Dieu de Troyes, LXXV, A. Aube ds Gdf. Compl.); b) 1315 «celui qui possède un immeuble» (A.N. S 1522b, pièce 34, ibid.); c) 1690 «celui qui possède un immeuble occupé par un ou des locataires» (Fur.); d) ca 1538 [éd.] «patrimoine» (Mistère Viel Testament, éd. J. de Rothschild, t.2, p.353, var.); 2. adj. a) 1317 «qui concerne la propriété» (Texte cité ds Espinas, Vie urbaine de Douai au M.-A., t.4, p.100) −xvies. (v. Gdf.); b) av. 1704 âme propriétaire (Bossuet, Lett. quiét., 12 ds Littré). Empr. au b. lat. des juristes proprietarius «appartenant à quelqu'un» et subst. «celui qui possède (un bien)», de proprietas «propriété». Fréq. abs. littér.: 3306. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6956, b) 4906; xxes.: a) 4855, b) 2573. Bbg. Dub. Pol. 1962, pp.390-391. _Gohin 1903, p.253 (s.v. propriétairement). _Lalande (J.-N.). Ét. lexico-sém. du mot propriété... Grammatica. 1979, no7, pp.21-23. _ Vardar Soc. pol. 1973 [1970], pp.295-296.

Wiktionnaire

Adjectif

propriétaire \pʁɔ.pʁi.je.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Dont un ayant droit possède la propriété intellectuelle, dont la duplication, la modification ou l'usage est limité, en particulier en parlant d’un logiciel.
  2. (Programmation informatique) Qualifie un logiciel distribué sans son code source.
    • Cette solution de téléphonie sur Internet multi-plateformes utilise une technologie propriétaire basée sur le peer-to-peer afin d'établir une connexion vers le correspondant. — (Nicholas Petreley & ‎Jono Bacon, Utiliser Linux à 200%, traduit par Amaury Amblard-Ladurantie, Eric Aupépin & Eric Barons, Paris : éditions O'Reilly, juillet 2005, page 201)

Nom commun

propriétaire \pʁɔ.pʁi.je.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Celui ou celle à qui une chose appartient en propriété.
    • Le moulin de Montgon ayant été supprimé par suite de la création du canal des Ardennes , outre l'indemnité d’expropriation due au propriétaire , il en était dû une au fermier. — (Germain Roche & Félix Lebon, Recueil général des arrêts du Conseil d'état, t.5, 1848, page 95)
    • Son propriétaire, Ferréol Tournier, l’avait, sans façons aucunes, prévenu qu’il en avait assez d’un locataire aussi mauvaise langue que lui et qu’il eût à songer à prendre ses cliques et ses claques pour le 25 mars prochain. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • L'énorme rouf construit sur l’embarcation et son gréement, démontraient l'inexpérience totale que son propriétaire avait des choses de la mer. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il est expédient de bifurquer à faux pour dérouter les pillards qui braconnent les tenderies dès l'aube, avant le propriétaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d'abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, p.46)
  2. (Spécialement) Celui ou celle qui détient des propriétés et qui en tire ses revenus.
    • En effet, c'était le propriétaire, un propriétaire comme il y en a malheureusement beaucoup, un de ces barons du pignon sur rue et du bien au soleil, qui ont remplacé la féodalité du fer par la féodalité de l'or. — (La folle d'Ostende, dans Revue de Bruxelles, 1839, page 169)
    • Ainsi peu à peu, […], on est arrivé à l'état actuel de la société, où quelques hommes détiennent héréditairement la terre et toutes les richesses sociales, pendant que la grande masse, privée de tout, est frustrée et opprimée par une poignée de propriétaires. — (Errico Malatesta, Le Programme anarchiste,)
    • Les grands propriétaires ont, naturellement, été les premiers à se servir d'un outillage perfectionné : cela leur a permis de produire et, par cela aussi, de vendre meilleur marché. Il en est résulté une baisse des prix, détrimentaire aux intérêts des moyens et des petits producteurs. — (Bulletin des engrais, 1938, vol.11, n°221-244, page 331)
    • La propriété individuelle était encore très peu développée. Il y a cinquante ans, les rares propriétaires fonciers étaient de chorfa, des zaouïas, des dignitaires du makhzen qui avaient obtenu leurs terres par dahir chérifien. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 115)
  3. (Par analogie) Celui ou celle qui détient une pratique, un savoir-faire, etc.
    • Les blanquistes, qui se regardent comme les légitimes propriétaires de la tradition terroriste, estiment qu'ils sont, par cela même, appelés à diriger le mouvement prolétarien. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROPRIÉTAIRE. n. des deux genres
. Celui, celle à qui une chose appartient en propriété. Cette maison appartient à plusieurs propriétaires. Cette terre rapporte tant à son propriétaire. Ce brave homme a rapporté le portefeuille qu'il avait trouvé à son propriétaire. Le propriétaire et le locataire. Le propriétaire et l'usufruitier. La propriétaire est absente. Nu-propriétaire. Voyez ce mot à son ordre alphabétique.

Littré (1872-1877)

PROPRIÉTAIRE (pro-pri-é-tê-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui a une propriété. Le propriétaire n'est lui-même que le premier des salariés ; ce que nous appelons vulgairement sa propriété, n'est autre chose que le prix que lui paye la société pour les distributions qu'il est chargé de faire aux autres individus par ses consommations et ses dépenses ; les propriétaires sont les agents, les économes du corps social, Mirabeau, Collection, t. II, p. 12. Faire proriétaire, sans dépouiller personne, l'homme qui n'est que mercenaire ; donner la terre au laboureur, c'est le plus grand bien qui se puisse faire en France depuis qu'il n'y a plus de serfs à affranchir, Courier, Lett. v. On le sait : nouveau propriétaire, nouveau travail, nouveaux essais, Courier, ib. Il est propriétaire ; aussi n'a-t-il voté Qu'avec un saint amour de la propriété, Delavigne, La Popularité, I, 3.

    Grand propriétaire, celui qui possède des biens-fonds très étendus. Les grands propriétaires régiront leurs terres par eux-mêmes, ou ils les donneront à régir, Condillac, Comm. gouv. I, 11. Gouvernant lui-même ses terres avec une économie noble et sage, M. de Maurepas fut pour les grands propriétaires un modèle d'administration, Condorcet, Maurepas.

    Nu propriétaire, celui qui a la nue propriété. Les nus propriétaires.

  • 2Particulièrement, celui qui possède une maison et qui la loue. Danville : Et j'ai, pour me distraire, admiré mon hôtel. - Bonnard : Celui du duc d'Elmar. - Danville : C'est mon propriétaire, Delavigne, École des vieill. I, 1.
  • 3Il se dit aussi des propriétés autres que les immeubles. Le propriétaire de ces meubles, de cette bibliothèque. Ce pauvre bélître, se disant propriétaire d'un si grand secret [la pierre philosophale], devrait mourir de honte de se démentir lui-même, nous publiant sa nécessité, Naudé, Rosecroix, VI, 2.
  • 4 Adj. Terme ascétique. âme propriétaire, s'est dit, dans le style mystique, d'une personne qui n'aime pas Dieu d'un amour désintéressé, mais plutôt par l'espoir d'une récompense. L'âme attirée à quelque chose de plus deviendrait propriétaire et intéressée, Bossuet, Lett. quiét. 12.
  • 5Propre (vieilli en ce sens). Comme ils [nos ancêtres] n'ont pas fait la couronne élective en faveur d'eux-mêmes, ils ne l'ont pas voulu rendre propriétaire en faveur du roi, ni la lui commettre si absolument qu'il fût en sa puissance d'instituer un héritier, Guez de Balzac, De la cour. 7e disc.

HISTORIQUE

XIVe s. La quelle action proprietaire [spéciale d'une herbe] est impossible à estre trouvée en aultre herbe, Lanfranc, f° 110, verso. Action proprietaire si est telle, que la proprieté vient et descent par succession naturelle, Bouteiller, Somme rural, tit. XXVII, p. 160, dans LACURNE.

XVe s. Tous proprietaires [égoïstes] et qui ayment soymesmes, convoiteux, avaricieux, Intern. consol. II, 32.

XVIe s. L'homme mesme, qui s'attribue la constance pour une chose naturelle et proprietaire, Despériers, Contes, XCII. Les douairies doyvent tenir en estat les maisons et heritages… sans coupper les bois, autres que ceux qui sont en couppes ordinaires, si ce n'est pour reparer les maisons et manoirs appelés le proprietaire, Coust. gén. t. I, p. 1019.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PROPRIÉTAIRE. Ajoutez :
2Qui a le caractère de la propriété. Si quelque dieu voulait lui bailler la possession propriétaire du monde à cette condition de n'en rien donner, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROPRIÉTAIRE, s. m. (Jurisprud.) est celui qui a le domaine d’une chose mobiliaire ou immobiliaire, corporelle ou incorporelle, qui a droit d’en jouir & d’en faire ce que bon lui semble, même de la dégrader & détruire, autant que la loi le permet, à-moins qu’il n’en soit empêché par quelque convention ou disposition qui restraigne son droit de propriété.

Le droit du propriétaire est bien plus étendu que celui de l’usufruitier ; car celui-ci n’a que la simple jouissance, au lieu que le propriétaire peut uti & abuti re suâ quatenùs juris ratio patitur.

Ainsi le propriétaire d’un héritage peut changer l’état des lieux, couper les bois de haute-futaie, démolir les bâtimens, en faire de nouveaux, & fouiller dans l’héritage si avant qu’il juge à propos, pour en tirer de la marne, de l’ardoise, de la pierre, du plâtre, du sable, & autres choses semblables.

Le propriétaire d’un héritage jouit en cette qualité de plusieurs priviléges.

Le premier est que lorsqu’il vient d’acquérir l’héritage, il peut résilier le bail fait par son vendeur, quand même ce ne seroit pas pour occuper en personne, & sans être tenu d’aucune indemnité envers le locataire, sauf le recours de celui-ci contre le vendeur, liv. XXV. § j. ss. locati, & l. IX. cod. de locato cond.

Le second privilége du propriétaire est qu’il peut évincer le locataire auquel il a lui-même passé bail, pourvu que ce soit pour occuper en personne ; c’est ce qu’on appelle le privilége de la loi æde, parce qu’il est fondé sur la loi 3 au code locato, qui commence par ce mot æde.

Ce privilége n’appartient qu’à celui qui est propriétaire de la totalité de la maison, & non à celui qui n’en a qu’une partie, même par indivis, à-moins qu’il n’ait le consentement par écrit de ses co-propriétaires.

Le locataire même de la totalité, ne jouit pas de ce droit.

Mais une mere tutrice de sa fille qui demeure avec elle, peut user de ce droit au nom de sa fille.

Ce privilége n’a lieu que pour les maisons, & non pour les fermes des champs.

Quand le propriétaire a expressément renoncé à ce privilége, il ne peut plus en user ni son héritier ; mais cela ne lie pas les mains de l’acquéreur, à moins que le propriétaire n’eût expressément affecté la propriété à l’exécution du bail ; car en ce cas, le bail seroit une charge réelle.

Le propriétaire qui use du privilége de la loi æde, doit une indemnité au locataire ; cette indemnité s’évalue ordinairement au tiers du loyer qui reste à écouler ; par exemple, s’il reste trois années à expirer, & que le loyer fût de 1000 livres par an, l’indemnité sera de 1000 livres.

Le troisieme privilége du propriétaire est celui qu’il a pour être payé des loyers ou fermages à lui dûs par préférence aux autres créanciers.

Pour les loyers d’une maison il est préféré à tous créanciers, même aux frais funéraires, sur le prix des meubles dont le locataire a garni les lieux.

Ce privilége a lieu, quoique le propriétaire ne soit pas le premier saisissant ; mais il faut qu’il ait formé son opposition avant que les meubles soient vendus par justice. Coutume de Paris, article 171.

Le propriétaire n’est ainsi préféré que pour les trois derniers quartiers & le courant, à-moins que le bail n’ait été passé devant notaire ; auquel cas le privilége auroit lieu pour tous les loyers échus & à échoir.

Les meubles des sous-locataires ne sont obligés envers le propriétaire, que pour le loyer de la portion qu’ils occupent. Coutume de Paris, article 172.

La même coutume, article 171, autorise le propriétaire à faire procéder par voie de gagerie sur les meubles étant en sa maison, pour le louage à lui dû. Voyez Gagerie & Saisie.

Quand les meubles sont transportés hors de la maison, le propriétaire perd son privilége sur ces meubles.

Mais si les meubles ont été enlevés sans son consentement, il peut revendiquer comme son gage, & les faire réintégrer dans la maison pour la sûreté de ses loyers.

Le droit romain ne donne de privilége au propriétaire d’une ferme de campagne pour être pavé de ses fermages, que sur les fruits recueillis dans sa ferme.

Ce privilége sur les fruits a lieu, soit que le fermier exploite lui-même, ou qu’il ait subrogé une autre personne en sa place, ou qu’il ait sous-ferme.

Mais le droit romain ne donne au propriétaire de la ferme aucun privilége sur les meubles & ustensiles, qu’au cas qu’il ait été ainsi stipulé.

Cependant la coutume de Paris, article 171, accorde un privilége sur les meubles pour les fermes comme pour les maisons en faveur des propriétaires. Cette disposition étant singuliere, ne doit point être admise dans les coutumes qui ne l’ordonnent point ainsi. Voyez au digeste le titre locati conducti, & au code le titre de locato conducto ; Louet & Brod. lettre f, tome IV. & Coquille, quest. & rép. art. 102 ; le Prêtre, arrêts de la cinquieme & seconde cent. ch. lvij. Henrys, tome I. liv. IV. ch. vj. quest. 27. journ. des aud. tome I. livre VIII. ch. xxv. & les mots Achat, Bail, Ferme, Fermage, Loyer. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « propriétaire »

(XIIIe siècle)[1] Dérivé de propriété avec le suffixe -aire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. proprîtaire ; prov. proprietari ; espagn. propietario ; ital. proprietario ; du lat. proprietarius, propre, spécial, et aussi propriétaire, de proprietas, propriété. On a dit, au féminin, propriéteresse : Dame Anne de Montaffie, comtesse de Soissons, proprieteresse des offices de regratiers, Cour des aides, 9 juill. 1633.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « propriétaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
propriétaire prɔprietɛr

Citations contenant le mot « propriétaire »

  • Faire en soi le tour du propriétaire. De Paul Valéry
  • Le propriétaire a une maison et le locataire en a mille. De Proverbe persan
  • La façade d'une maison n'appartient pas à son propriétaire mais à celui qui la regarde. De Proverbe chinois
  • Le mensonge ressemble à la ceinture : il n’attache que son propriétaire. De Proverbe malgache
  • L’arbre qui ne donne pas d’ombre à son propriétaire doit être coupé. De Proverbe arabe
  • La vache connaît son berger, mais pas son propriétaire. De Proverbe amharique
  • La mort pour certains hommes n'est pas seulement la mort : elle est la fin du propriétaire. De Edmond et Jules de Goncourt / Idées et sensations
  • La France a une civilisation dont elle n'est pas propriétaire, mais dont elle est responsable devant l'univers. De Jean Giraudoux
  • Le romantique est un propriétaire. Le don juan, un locataire. De Yann Moix / Une simple lettre d'amour
  • La liberté de la presse, c'est le droit de dire ce que ne pense pas le propriétaire du journal à condition que ça ne gêne pas les annonceurs. De Hannen Swafer
  • Pénis : Un instrument des plus capricieux, sur qui l'on ne peut guère compter, encombrant quand il ne sert à rien, absent quand on aurait besoin de lui, partageant rarement les idées de son propriétaire, bref une source de contrariétés sinon de tracas. De Jean Dutourd / Les Pensées
  • On reconnaît un propriétaire de chevaux à l’intérieur de sa voiture ; on y trouve des bottes, de la boue, des friandises pour poney, de la paille, des objets de sellerie... Et puis, naturellement, au-dessus de tout ça, des enfants et des chiens. De Helen Thomson
  • La chèvre morte est un malheur pour le propriétaire de la chèvre ; mais que la tête de la chèvre soit mise dans la marmite n'est un malheur que pour la chèvre elle-même. De Proverbe africain
  • Tant qu'on n'est pas propriétaire, on ne peut s'imaginer combien il est ignoble de porter atteinte à la propriété. De Tristan Bernard / Le fardeau de la liberté - 1897.
  • Si votre femme a envie d’habiter un appartement plus cher, inutile de déménager. Allez voir votre propriétaire et demandez-lui d’augmenter son loyer. De Pierre Doris
  • Dix ans que Marilyn utilise le site Homelidays, devenu Abritel-HomeAway, pour louer sa maison du Var l'été. Mais cette année, cette propriétaire est très inquiète : 7000 euros de locations ne lui ont toujours pas été versés par la plate-forme. leparisien.fr, Locations de vacances : des propriétaires furieux de n’avoir pas été payés par Abritel - Le Parisien
  • Le château de Montpoupon en Indre-et-Loire appartient à la même famille depuis 1857. Son propriétaire actuel, Amaury de Louvencourt, petit neveu de Solange de la Motte-Saint-Pierre,  partage sa vie entre son métier d'expert en art à Paris et de châtelain à Céré-la-Ronde.  France 3 Centre-Val de Loire, Amaury de Louvencourt, propriétaire du château de Montpoupon : "la vie de châtelain n'est pas une vie de château"
  • Géraud de Laffon, propriétaire de Gizeux France 3 Centre-Val de Loire, Géraud de Laffon, propriétaire du château de Gizeux : " Si on ne le fait pas par passion, ce n’est pas la peine"
  • Un propriétaire qui souhaite louer un de ses biens a l’obligation de délivrer un logement décent qui répond à des critères de surface et de confort minimum, mais également en termes de sécurité, de ventilation, de protection contre les infiltrations d’air parasites, d’aération… , Magazine Immobilier | Propriétaires : bientôt un critère de performance énergétique à respecter pour louer votre bien
  • Le vol a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, selon la source policière qui confirme une information de LCI. La propriétaire des tableaux avait laissé une fenêtre ouverte durant son sommeil. Les cambrioleurs se sont emparés de huit tableaux signés, dont deux du maître de l'outrenoir Pierre Soulages. Ils ont également volé des bijoux et de l'argent liquide. La brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire de Paris a été saisie de l'enquête. Le Figaro.fr, Des cambrioleurs emportent deux tableaux de Soulages pendant le sommeil de leur propriétaire
  • Plus habitué aux candidats libres du permis ou aux étudiants d'auto-école en mal d'heures de cours supplémentaires à moindres frais, c'est la première fois, en 8 ans d'exercice, qu'Antoine recueille un doudou. En attendant de retrouver son véritable propriétaire, il l'assure : « On va le chouchouter ». leparisien.fr, Paris : cette auto-école se mobilise pour retrouver le propriétaire… d’un doudou - Le Parisien
  • "(...) Si l'OM est vendeur, vendons-lui le stade, a alors lancé l'élu phocéen. Tous les grands clubs européens ont besoin de leur outil de travail pour se développer. Plutôt que de dépenser des millions d'euros par an pour le contribuable marseillais, nous aurions tous intérêt à vendre le stade à l'Olympique de Marseille", estime-t-il encore. Mais selon le quotidien régional, le propriétaire de l'OM Frank McCourt n'est semble-t-il pas acheteur. Dans ce cas, Benoît Payan a évoqué une autre solution, également déjà abordée par le passé : que cet équipement passe sous pavillon métropolitain. Foot National, OM : le club bientôt propriétaire du Vélodrome ?

Images d'illustration du mot « propriétaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « propriétaire »

Langue Traduction
Anglais owner
Espagnol propietario
Italien proprietario
Allemand inhaber
Chinois 所有者
Arabe صاحب
Portugais proprietário
Russe владелец
Japonais オーナー
Basque jabea
Corse pruprietariu
Source : Google Translate API

Synonymes de « propriétaire »

Source : synonymes de propriétaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « propriétaire »

Partager