La langue française

Bailleur, bailleresse

Sommaire

  • Définitions du mot bailleur, bailleresse
  • Étymologie de « bailleur »
  • Phonétique de « bailleur »
  • Traductions du mot « bailleur »
  • Synonymes de « bailleur »

Définitions du mot bailleur, bailleresse

Trésor de la Langue Française informatisé

BAILLEUR, BAILLERESSE, subst.

A.− Vx. Celui qui donne. Bailleur de coups, de conseils (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
1. Fam. Bailleur de bourdes, de balivernes. ,,Celui qui a l'habitude de dire, de conter des choses fausses. ``(Ac. 1835, 78) Je ne crois pas un mot de ce qu'il dit, c'est un bailleur de bourdes (Ac.1835, 78).
2. JEUX. ,,Celui qui au jeu de paume sert la balle ou éteuf, par opposition à naquet, qui est le nom du marqueur`` (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
B.− Domaine du comm. et du dr.
1. Celui, celle qui donne à bail. Bailleur d'immeuble (Rob.). Le bailleur et le preneur :
1. Les contrats signés avec les métayers prenaient le nom, solennel presque, « d'actes de bourdalerie », de « bourdalé », métayer. Ils sont l'énumération minutieuse des droits et des devoirs réciproques du bailleur et du preneur dans l'exploitation de la terre dont ils vivent. Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. IX.
Emploi adj. :
2. Attendu en définitive qu'en la cause, le droit de repentir, d'ailleurs exercé in extremis, ne peut plus être opposé à la locataire qui, par la manifestation persistante de la société bailleresse de sa volonté de refuser le renouvellement, a été amenée à acquérir un terrain en vue de la réinstallation de son exploitation... T.G.I. Caen,2 mai 1967, p. 627.
Rem. Pas d'attest. du fém. en dehors des emplois comm. et jur. Bailleresse est dit ,,maintenant presque inusité`` par Ac. 1835, et usité seulement au sens de « celle qui consent une location » ds Lar. 19e, Lar. encyclop. Il semble que, caractéristique de la lang. du dr., ce fém. arch. n'ait pu être étendu qu'à des domaines très voisins (bailleresse de fonds est noté ds Lav. Diffic. 1846), tout en éclipsant bailleuse dans tous les domaines (v. cependant bailleuse de fonds dans l'ex. 4 ci-dessous et ds Canada 1930).
2. Bailleur de fonds. Celui qui fournit de l'argent, comme prêteur ou commanditaire :
3. ... Mauserel lui-même, ce Mauserel que Gaure, un jour, avait vu disparaître avec la caisse du bureau d'espionnage, profitait adroitement du bon vent, trouvait des bailleurs de fonds et ouvrait, rue Nationale, à Lille, un comptoir de banque et de bourse. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 494.
a) Au fém., rare, p. ext. :
4. amélie. − ... mon mari (...) caliste. − ... tu as rencontré un homme pour qui le mariage n'était pas une spéculation. Il cherchait une compagne et non une bailleuse de fonds... E. Augier, Ceinture dorée,1855, p. 341.
b) Celui qui fournit des fonds sans espoir de remboursement, par libéralité ou calcul :
5. Par malheur le papa Jonquières (...) m'a déclaré que si je ne partais pas avec lui « tout est rompu, mon gendre » et (...) tu comprends que j'ai dû me rendre aux injonctions de mon bailleur de dot. E. Augier, Jean de Thommeray,1874, p. 423.
P. ext., rare. Celui qui fournit à une entreprise le moyen de fonctionner :
6. Les journaux dits populaires se font une âpre concurrence pour la publicité indispensable à leur existence, et tombent de ce fait de plus en plus dans la dépendance des bailleurs de publicité. La Civilisation écrite,1939, p. 3815.
PRONONC. : [bajœ:ʀ], fém. [bajʀ εs].
ÉTYMOL. ET HIST. A.− 1. a) 1321 dr. balleour « celui qui donne à bail » (A. Sarthe ds Gdf. Compl.); 1337 baylleor (Fontevr., Valette, A. M.-et-Loire, ibid.); 1690 bailleur (Fur.); b) 1835 comm. bailleur de fonds (Ac.); 2. a) xves. [date du ms.] « celui qui donne » (Gloss. lat.-fr., B.N. 1. 7679, fo257 vods Gdf. Compl. : Traditor, oris, balleur); d'où expressions figurées 1543 (R. Est., Thes., Palpo, ibid. : Bailleur de belles parolles, abuseur); 1694 « moqueur, trompeur » bailleur de bourdes (Ac.), cette expr. est notée comme ,,n'étant plus d'usage`` à partir de Besch. 1845; b) av. 1510 jeux « celui qui livre l'éteuf (au jeu de paume) » (Coquillart, p. 27 ds La Curne t. 2 : Au beau bailleur ferme nacquet Qui sache rachasser derrière). B.− 1694 bailleresse subst. fém. (Ac. : Bailleresse. Celle qui baille à ferme, qui passe un bail. Et la dite bailleresse a affermé cette terre. Ce mot n'est bon qu'en stile de Notaire). Dér. de bailler* étymol. 3; suff. -eur2*, -eresse*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 70.
BBG. − Barb. Misc. 2, p. 95. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 8. − Lew. 1960, p. 134, 222, 359, 360. − Rigaud (A.). La Vraie cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 160.

Wiktionnaire

Adjectif

bailleur \ba.jœʁ\

  1. Qui baille.
    • Les organes de la société bailleresse continuent à fonctionner normalement et les droits et devoirs des différents membres de la société ne supportent aucune modification. — (Michael Bode, Le groupe international de sociétés : le système de conflit de lois en droit comparé français et allemand, Peter Lang, 2010, page 398)
    • On se réjouit que Téléfilm et la SODEC, les grosses institutions bailleuses de fonds, ne tiennent plus le baromètre du succès de salles à tout prix, d’autant moins depuis que les œuvres sont diffusées sur plusieurs plateformes. — (L’année glorieuse du cinéma québécois, Le Devoir.com, 3 janvier 2014)

Nom commun

bailleur \ba.jœʁ\ masculin (pour une femme on dit : bailleresse)

  1. (Justice) Celui, celle qui baille à ferme ou à loyer ; par opposition à celui qui prend une ferme, ou une maison à loyer, et qu’on appelle preneur.
    • Lorsque le locataire se marie en cours de bail, le conjoint qui n'a pas signé le contrat peut quand même se prévaloir du bail. Il faudra donc que le renon donné par les locataires soit signé par les deux époux et si l'un ne le fait pas, le bailleur pourra considérer que le congé est nul. — (Pierre Jammar, Guide du propriétaire bailleur et de ses conseillers, EdiPro, 2e éd., 2016)
  2. (Désuet) Celui qui baille, fournisseur, donneur, livreur.
    • Bailleur de fonds

Nom commun

bailleresse \ba.j(ə).ʁɛs\ féminin (pour un homme on dit : bailleur)

  1. (Justice) Celle qui baille à ferme ou à loyer ; par opposition à celle qui prend une ferme, ou une maison à loyer, et qu’on appelle preneresse.
    • Il est intéressant de noter que certains féminins sortis de l’usage courant sont cependant conservés dans la langue juridique, comme demanderesse, défenderesse, venderesse, acquéresse et bailleresse. — (Michaël Lessard et Suzanne Zaccour, Quel genre de droit ? Autopsie du sexisme dans la langue juridique, dans Revue de droit de l'Université Sherbrooke, no 47, 2017, p. 227-298 [texte intégral])

Adjectif

bailleresse \ba.jə.ʁɛs\

  1. Qui baille.
    • Les organes de la société bailleresse continuent à fonctionner normalement et les droits et devoirs des différents membres de la société ne supportent aucune modification. — (Michael Bode, Le groupe international de sociétés : le système de conflit de lois en droit comparé français et allemand, Peter Lang, 2010, page 398)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BAILLEUR (ba-lleur, lle-rè-s', ll mouillées, et non ba-yeur ; il ne faut pas confondre l'a de bailleur avec l'â de bâilleur, qui est long) s. m. et f.
  • 1 Terme de pratique. Celui, celle qui donne à bail.
  • 2Bailleur de fonds, celui qui fournit de l'argent.
  • 3Bailleur de bourdes, celui qui a l'habitude de dire, de conter des choses fausses.

    Cette locution vieillit.

  • 4Au jeu de paume, celui qui livre l'éteuf, c'est-à-dire qui sert la balle.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BAILLEUR. Ajoutez :
5Bailleur de blé se disait, dans les anciens moulins, de l'auget distributeur.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BAILLEUR, s. m. terme de Pratique, est celui des deux parties contractantes dans un bail, qui loue ou afferme sa propre chose. Il est opposé à preneur. Voy. Preneur. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bailleur »

(Date à préciser) Dérivé de bailler avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bailler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bailleur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bailleur bajœr

Traductions du mot « bailleur »

Langue Traduction
Anglais lessor
Espagnol arrendador
Italien locatore
Allemand vermieter
Chinois 出租人
Arabe المؤجر
Portugais locador
Russe арендодатель
Japonais 貸し手
Basque errentatzailea
Corse locatore
Source : Google Translate API

Synonymes de « bailleur »

Source : synonymes de bailleur sur lebonsynonyme.fr
Partager