Cabotin : définition de cabotin, cabotine


Cabotin, cabotine : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CABOTIN, INE, subst.

Gén., péj.
A.− Comédien.
1. Vx. Comédien ambulant. Il nous vient une troupe de cabotins (Ac.1835-1932).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
2. Usuel, fam., gén. péj. Comédien de second rang ou d'un jeu trop extérieur. Cabotin de province. Synon. fam. cabot :
1. ... la figure de mauvais mouton d'une femme parlant haut, avec une voix qui a le diapason du théâtre, affichant très haut l'estime qu'a pour elle son chef de claque, mauvaise cabotine d'opéra-comique, qui pue le théâtre, ses poses, ses jalousies et son argot, ... E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 708.
[En parlant d'un animal, et de ce fait moins péj.] Les chiens sont d'incroyables cabotins (J. de La Varende, Le Souverain seigneur,1953, p. 114).
B.− P. comp. et p. métaph. :
2. ... le ménage Wasselin m'apparaît comme un couple de cabotins jouant leur vie à la façon d'une pièce tragi-comique. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 80.
3. Celles [les femmes] d'aujourd'hui sont des cabotines, les cabotines de l'amour, répétant de chic une pièce qu'elles jouent par tradition et à laquelle elles ne croient plus. Il leur faut des cabotins pour leur donner la réplique et mentir leur rôle comme elles. J'entends par cabotins les pitres du monde ou d'ailleurs. Maupassant, Notre cœur,1890, p. 456.
P. ext. Personne qui manque de naturel, dont les attitudes, les manières sont trop étudiées et trop théâtrales :
4. J'ai vu, au cours de mes études, des sujets de Luys, de Dumontpallier, de Charcot, devenir de vrais cabotins d'amphithéâtre, disant « ma lésion » comme ils auraient dit « mon rôle », transformés, pour le coup, en « m'as-tu vu » achevés. L. Daudet, L'Homme et le poison,1925, p. 115.
Emploi adj. :
5. À Paris, on n'écoute jamais son voisin de table, à moins qu'il ne soit très amusant. Ce n'était pas le cas pour Quesnay de Beaurepaire, un peu solennel et cabotin à mon gré... L. Daudet, Au temps de Judas,1920, p. 40.
6. − Écoutez, remarqua Olivier Mainville posément, je me demande parfois d'où vous pouvez tenir ce ton cabotin. Et puis, vous venez de rater votre effet de scène, mon petit. Bernanos, Un Mauvais rêve,1948, p. 883.
Rem. On rencontre dans la docum. cabotinement, adv. À la manière d'un cabotin. Parler sur une note cabotinement oratoire (E. et J. de Goncourt, Journal, 1890, p. 1235).
PRONONC. ET ORTH. : [kabɔtε ̃], fém. [-tin]. On relève la forme cabottin dans Ch.-L. Carabelli, [Lang. pop.].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1807 cabotin « comédien ambulant » (Feydel, Rem. sur le dict. de l'Ac., 42 dans Quem.); 1834 « mauvais acteur » (Berthoud dans Larch. 1861, p. 57); d'où 1890, supra; cf. 1899 (Virm. Suppl., p. 56 : Cabotin [...] Dans le peuple on applique cette expression à tous ceux qui jouent l'amour, la sincérité, la conviction). Orig. incertaine. Soit du nom de Cabotin (hyp. adoptée par la plupart des dict. ainsi que par W. F. Schmidt, p. 17) qui aurait été un célèbre comédien ambulant à la fois directeur de théâtre et charlatan sous le règne de Louis XIII (M.E. Fournier dans Courrier de Vaugelas, 15 juill. 1875, p. 43 cité par Littré), hyp. repoussée par F. Letessier dans Fr. mod., t. 20, 1952, pp. 116-117, le nom de Cabotin n'étant cité, selon lui, que fort tardivement (1858) par E. Fournier, loc. cit. [à la suite de Littré, le nom de Cabotin est attesté dans Lar. 19eet 20eet Lar. encyclop.]. Soit, dans la mesure où l'existence de Cabotin paraît hypothétique, extension de sens du pic. cabotin « homme de très petite taille » (Jouanc.; cf. se caboter « rester petit ») terme attesté dès la fin du xviiies. dans P. Daire, Dict. pic., gaul. et fr. au sens de « petit badin », c'est-à-dire « petit sot » (Fr. mod., loc. cit.) à rattacher au lat. caput « tête » (FEW t. 2, 1, p. 335a); v. aussi P. Emrik, Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 1949, pp. 148-165. L'hyp. d'une dérivation de caboter*, les acteurs ambulants voyageant par petites étapes (DG), est séduisante mais insuffisamment étayée.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 151.
BBG. − Letessier (F.). Notes lexicol. Fr. mod. 1952, t. 20, pp. 116-118. − Pamart (P.). Écriture artiste et créations verbales. Vie Lang. 1970, p. 306 (s.v. cabotinement).Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 444; t. 3 1972 [1930], p. 527.

Cabotin, cabotine : définition du Wiktionnaire

Adjectif

cabotin \ka.bɔ.tɛ̃\ masculin

  1. Relatif à Choisey, commune française située dans le département du Jura.

Nom commun 1

cabotin \ka.bɔ.tɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : cabotine)

  1. (Théâtre), (Péjoratif) Comédien ambulant.
    • Il nous vint une troupe de cabotins.
  2. (Par extension) (Théâtre) Tout comédien sans talent.
    • Très épris de théâtre, et pourvu de remarquables dons comiques, il travailla d’abord pour être acteur, se destinant au Théâtre-Français ; mais, dégoûté par les cabotins pontifiants qu’il était obligé de rencontrer, il se fit acteur de mélodrame et parut, dans des pièces de cape et d’épée, sur les scènes de province et de quartier. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 76.)
    • Des cabotins, pour la plupart, cabotins, pantins, plaisantins.
      Il y avait une hiérarchie chez les artistes. Les chanteurs occupaient le haut de l’affiche, suivis par les comiques, venaient ensuite les danseuses, toujours ravissantes, puis enfin les prestidigitateurs et les dresseurs d’animaux.
      — (Eoin Colfer, W.A.R.P., tome 1 : L’Assassin malgré lui, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2015, chap. 3)
  3. (Figuré) Celui qui affecte dans la vie privée des attitudes de théâtre.
    • Le cabotinage est roi, tellement roi que personne ne peut s’en passer. Les hommes les plus supérieurs sont obligés de devenir cabotins eux-mêmes pour faire triompher leurs meilleures idées. C’est par ce moyen qu’on sépare en deux un continent ; c’est par ce moyen qu’on devient député. — (Les Chroniques de Guy de Maupassant : Enthousiasme et cabotinage, dans Le Gaulois, 19 mai 1881)

Nom commun 2

cabotin \ka.bɔ.tɛ̃\ masculin

  1. (Ichtyologie) (Pêche) Un des noms vernaculaire de la vandoise.
  2. Marionnette.
    • «  Marionnettes royales… marionnettes ! » criait à pleins poumons cet homme. Il est venu de Castlebar, le chef-lieu du comté de Mayo, ce montreur de cabotins. — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 1, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)

Nom commun

cabotine \ka.bɔ.tin\ féminin (pour un homme on dit : cabotin)

  1. (Théâtre) (Péjoratif) Comédienne ambulante.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Par extension) (Théâtre) Tout comédien sans talent.
    • L’appartement, très riche, avait des coins de bohême, où l’on retrouvait la cabotine. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
  3. (Figuré) Celle qui affecte dans la vie privée des attitudes de théâtre.
    • Contre l'oubli, les cabotines illustres et périmées ont une suprême ressource : elles organisent leur publicité sur un collier de perles qui leur a peut-être été offert par un admirateur, qu'elles ont sans doute perdu, qui leur a certainement été rapporté par un inconnu. — (Georges de La Fouchardière, « Devant la tribune », en préface à Le Collier de Bellone : Âneries, palabres, mensonges - et document officiels - relatifs à la Guerre, recueillis par Ermenonville, Paris : Éditions du Progrès civique, s.d. (1921), p. III)
    • Ah ! ah ! ah ! voilà avec quoi elle se tue, un accessoire de théâtre !… Va donc… cabotine ! — (Georges Feydeau, Un fil à la patte, 1894)

Forme d’adjectif

cabotine \ka.bɔ.tin\

  1. Féminin singulier de cabotin.

Forme de verbe

cabotine \ka.bɔ.tin\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cabotiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe cabotiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe cabotiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe cabotiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe cabotiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cabotin, cabotine : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CABOTIN, INE. n.
Terme de mépris. Comédien ambulant et, par extension, Tout comédien sans talent. Il nous vint une troupe de cabotins. Il se dit figurément de Celui qui affecte dans la vie privée des attitudes de théâtre.

Cabotin, cabotine : définition du Littré (1872-1877)

CABOTIN (ka-bo-tin) s. m.

Terme très familier.

  • Comédien ambulant, et, par extension, mauvais comédien.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CABOTIN. - ÉTYM. Ajoutez : M. Éman Martin (Courrier de Vaugelas, 15 juillet 1875, p. 43) conteste l'étymologie par caboter ; il a raison, d'autant plus qu'il indique la vraie étymologie : elle est dans ce passage, qu'il emprunte à M. Édouard Fournier, Chansons de Gaultier Garguille, Préface, LXXVI., " Les farceurs au nom roturier ont survécu davantage… les comédiens de bas étage qui s'en vont, comme on dit, rôtir le balai dans les provinces, avaient déjà un patron tout baptisé, le sieur Cabotin, célèbre opérateur nomade, qui, en même temps que tous les gens de son métier, était tout ensemble impresario et charlatan, vendait des drogues, et jouait des farces. " On voit que Cabotin est un nom propre qui est devenu générique. M. Éman Martin ajoute que, comme cette préface est consacrée à l'histoire de notre théâtre avant 1660, cabotin, dans le sens de mauvais acteur, quoique ne se trouvant pas dans Trévoux (1771), pourrait très bien dater de la seconde moitié du XVIIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « cabotin »

Étymologie de cabotin - Wiktionnaire

Origine incertaine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de cabotin - Littré

Probablement caboter, à cause de la vie errante du cabotin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cabotin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cabotin kabɔtɛ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cabotin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cabotin »

  • 1984, alors que la conquête de l’espace se poursuit et que derrière le rideau de fer, les Etats-Unis font rêver, le comique Boris Arkadiev (extraordinaire Aleksey Agranovich que l’on découvre dans ce rôle) cumule crise de la cinquantaine, pression de la doxa du parti sur ses sketchs et de sérieuses pulsions autodestructrices. Adulé par tous, y compris les cosmonautes et les gloires nationales, il cabotine, boit trop et tourne à vide sur son intelligence qui blesse et qui le blesse volontiers en premier. Au retour du festival de Jurmala aux Pays-Baltes, il essaie un nouveau sketch devant le syndicat des cheminots et le KGB sonne à sa porte pour l’emmener… Sa femme et ses enfants ne cachent pas leur inquiétude… Toutelaculture, "The humorist", un film ciselé sur l'URSS des années 1980 à voir au Festival Français du Film juif - Toutelaculture
  • On aurait aimé dans la première partie du long-métrage se laisser emporter par la folie fantasque de ces personnages, aussi caricaturaux soient-ils, dans un univers bienveillant et queer, où le star system, à l’instar de la réussie série Hollywood, en prend parfois pour son grade. Mais rien ne prend. Aussi prestigieux soit-il, le casting cabotine à l’outrance, semble se perdre et ne jamais totalement s’investir dans le projet. Seul Andrew Rannells, acteur de Broadway vu notamment dans la série Girls, tire son épingle du jeu. , Critique Netflix. The Prom, une comédie musicale de Noël (trop) sucrée | Actu Val-de-Marne
  • Là, on la sent tour à tour larguée et cabotine, ce qui ne lui ressemble guère. Avec Noémie Lvovsky (Camille redouble) en religieuse anticommuniste, c’est le phénomène inverse qui se produit. Le Devoir, «La bonne épouse»: différences irréconciliables | Le Devoir
  • Bouffon malgré lui, Tom Hardy reste pourtant l'attraction principale du film : un gangster en bout de course, reclus, parano et rongé par la syphilis. Si l'acteur sombre dans l'auto-parodie, cabotine en permanence comme s'il en avait marre de donner ce qu'il a dans les tripes, on peut y voir une métaphore du tournant que prend sa carrière. Une chute inévitable amorcée dès le trivial Venom, en 2018, où il campait sans passion l'un des némésis les plus intéressants de Spider-Man dans un film au rabais. Il se pourrait bien que l'industrie cinématographique actuelle, codifiée, frileuse et aseptisée, étouffe le talent brut de l'acteur. Ou que Tom Hardy n'en ait plus rien à faire de son image de performeur. À moins que cela ne soit un peu des deux. Le Point, Avec « Capone », Tom Hardy touche le fond - Le Point
  • Prenant la suite de grands anciens comme Errol Flynn ou Douglas Fairbanks, Johnny Depp compose un personnage mémorable. Que serait Jack Sparrow sans lui ? On se le demande. L’acteur, visiblement, s’en donne à coeur joie. Il virevolte, cabotine, s’amuse, grimace, et transforme un banal film de genre en feu d’artifice. Gore Verbinski, le réalisateur, se contente de suivre le scénario et lâche ses comédiens : Orlando Bloom, Keira Knightley, Bill Nighy et Geoffrey Rush. Déjanté, outrancier, pittoresque, le film est un plaisir de gamin : pour un peu, on battrait des mains. L'Obs, « Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde », un plaisir de gamin
  • Sympathique et cabotine. Unification France, Scooby ! : La critique - Unification France
  • L’acteur cabotine ici dans la peau d’un personnage homosexuel dont il brosse le portrait à grands coups de clichés exaspérants et d’exubérance forcée qui feront rouler des yeux et soupirer n’importe quel membre de la communauté LGBTQ.  Le Journal de Montréal, Spectaculaire et touchant | Le Journal de Montréal
  • L’acteur ne cabotine jamais dans un rôle qui l’autoriserait pourtant à toutes les démesures. Celui de représentant presque caricatural d’une certaine élite intellectuelle dominante, sûr de lui et de ses goûts, vaniteux et égocentrique, dissimulant son arrogance derrière une éternelle décontraction chic. La Croix, « On the rocks », mémoires de nos pères
  • Le casting est correct. Mais il ne réussit pas à rendre les protagonistes attachants, d’autant que ceux-ci sont souvent caricaturaux. Kostja Ullmann réussit à être touchant en jeune professeur voulant trouver une solution pacifique à tant d’émotions exacerbées. Alli Neumann est intéressante dans le rôle de sa récente petite amie. Sascha Alexander Gersak cabotine un peu trop en chef d’une petite milice locale. Merlin Rose est progressivement irritant en amoureux transi. Et Sophia Thomalla est très bonne en femme fatale. Unification France, Un très mauvais plan : La review du film Netflix - Unification France
  • D’emblée, il harangue et cabotine… « Bonne chance à toutes et à tous, pour les heures qui suivront ce concert… C’est formidable d’être ensemble, ce soir. Et je pèse mes mots ! Je voudrais vous présenter les êtres humains ici sur scène, triés sur le volet, de grande qualité… » , Le Mans. Philippe Katerine invite à faire la révolution avec lui - Le Mans.maville.com
  • « Ils parlent ! Les voix des grands interprètes » Pierre Monteux et Arturo Toscanini en répétition, Wilhem Kempff francophile, Cziffra se souvient, Alfred Cortot enseigne, Benedetti-Michelangeli chante, Rubinstein cabotine. France Musique, « La 200ème »
  • Ce bon vieux Jeff Bridges – qui connaît décidément une carrière sexagénaire remarquable ! – cabotine au moins aussi bien que le légendaire John Wayne dans ce remake refondu au fer à cheval par les illustres frangins de Minneapolis du dernier western de Henry Hathaway, « Cent dollars pour un shérif ». Aucun amateur du genre n’oserait cracher dans la soupe, malgré quelques ridicules images de synthèse. Soirmag, À la télé ce soir: «Bullitt» ou «Les Tuche 3» (vidéos) - Soirmag
  • Rapidement, Cumberbatch, qui cabotine, est réclamé par son réalisateur – qui se rappelle sans doute qu’il a des scènes à tourner : cette pause café un peu spéciale aurait risqué de prendre plus de temps que prévu. Avant de partir, le Doctor ne se ferme aucune porte : il demande à l’un des gérants s’il pourra travailler dans le magasin, au cas où le film fasse un flop.  ActuaLitté.com, Benedict Cumberbatch s'amuse à jouer Doctor Strange en librairie
  • Mathieu Quesnel cabotine avec Yves Jacques avant l’entrée en salle des spectateurs. Les jambes croisées sur sa chaise, l’acteur s’avoue très relaxe en ce soir de première. « Ça fait trois ans qu’on joue ce spectacle-là ! Mais c’est excitant de retrouver le public. Hier, à la générale, les gens ont longuement applaudi au début du spectacle. On sent qu’ils sont heureux d’être là. » Les créateurs ont songé pendant un moment à intégrer la COVID-19 à la nouvelle mouture du spectacle, mais y ont renoncé. « Les gens veulent flyer ! », lance Yves Jacques. La Presse, Une soirée au théâtre | La Presse
  • Elle cabotine et fait durer le numéro quand elle voit que son public marche.   Le Journal de Montréal, Balade au centre- ville | Le Journal de Montréal
  • Le Bruit de la mer porte bien son titre. La mer, on l’entend, on la voit, on l’admire, on la touche, elle va, elle vient, elle mouille, elle déferle, elle rugit, elle cabotine, elle change de couleur, elle est présente du début à la fin du livre, dans ses anses, ses falaises, ses plages, ses ports, ses villes, ses campagnes, ses tempêtes, ses pêcheurs. Elle est mille fois décrite. Si vous ne l’aimez pas, ça tombe bien, restez chez vous! "Je regarde l’eau cogner contre les rochers, écrit l’auteur, et je ne m’en lasse pas." Nous non plus. À condition quand même qu’il y ait du soleil, des oiseaux et des bateaux. lejdd.fr, "Une balade à l'Ouest, ça vous dit?", la chronique de Bernard Pivot
  • Difficile, alors, de croire un seul instant à cette lutte de pouvoir meurtrière, entre un Cassius (Clotilde de Bayser) qui surjoue et un Marc Antoine (Georgia Scalliet) qui cabotine. Les trois moments forts de la pièce - l'assassinat de César, le discours de Brutus, la harangue de Marc Antoine - n'y pourront rien et tombent tristement à plat. Au sortir, le tableau est cruel. Voilà Shakespeare vidé de sa substance, les comédiens-français désemparés. Le premier, comme les seconds, n'en méritaient pas tant. Les Echos, Pauvre, pauvre « Jules César » | Les Echos
  • @Charlieeeee c'est vrai pour Depp (enfin ça dépend des rôles) mais la différence avec Robbie c'est qu'avec lui ça passe bien. Pour cabotiner encore faut-il pouvoir se le permettre, que ça soit bien exécuté, que ça apporte quelque chose. Dans Edward aux mains d'argents il est magnifique , Robbie dans Suicide Squad elle est irritante. EcranLarge.com, Pirates des Caraïbes : encore un autre film en préparation avec un casting aux petits oignons ?
  • On pourrait dire... bien des choses en somme. Mais retenez surtout qu’Alexis Michalik a réalisé une œuvre de cinéma : flamboyante, aérienne, certes sacrément cabotine mais tellement jubilatoire. LA VDN, Cinéma « Edmond » *** d’Alexis Michalik, à la fin de l’envoi, il fait mouche
  • Cette série ne fait que creuser davantage encore les tranchées de chaque camp et elle conforte ceux qui s'y terrent. Les auteurs de cette série font joujou avec Kad Merah qui cabotine à longueur de scènes en nous abreuvant de ce que les dialoguistes qui l'alimentent pensent être des bons mots mais qui ne font que discréditer davantage encore la politique. Club de Mediapart, BARON NOIR S3 E3 et 4 (les auteurs ont demandé à être oubliés) | Le Club de Mediapart
  • Autant RDJ était très bon en Iron Man, autant en SH, je suis plus réservé. Je n’ai jamais trouvé qu’il avait le profil pour Sherlock, ne serait-ce que physiquement (pas assez grand et longiligne), il n’a pas le flegme que requiert le rôle, il cabotine à foison. Après son interprétation n’est pas ridicule, et les films pas mauvais, mais j’aurais bien vu une inversion des rôles entre lui et Jude law, ça aurait été d’avantage fidèle aux livres à mon sens. Ça ne vaut pas la série Sherlock où Bénédicit Cumberbatch a fait un travail remarquable. Quant à faire un univers étendu avec SH, par pitié pas ça. On voit bien que copier le MCU ne fonctionne pas a chaque coup (Dark universe, DCEU, etc...). EcranLarge.com, Sherlock Holmes en mode Marvel : Robert Downey Jr. veut créer un MCU pour le détective
  • Mais le problème est ailleurs : Afin de rendre plus crédible ces chats chantants dans l’espoir d’être choisis par l’aîné de leur clan pour vivre une nouvelle vie, Tom Hooper a pris le parti de créer des créatures hybrides dopées aux effets spéciaux jusqu'aux oreilles . Dans cette débauche de CGI, le spectateur ne sait plus où donner de la tête : Rebel Wilson en grosse chatte à la tête d’une armée de cafards, James Corden en fouineur de poubelles ou Taylor Swift distribuant de l’herbe à chat comme de la drogue. A l’origine de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Weber en 1981, il y avait un recueil de poèmes de T.S. Eliott très christique où des chats rêvaient de résurrection. De poétique, il ne reste pas grand-chose dans ce grand barnum où s’enchaînent les numéros et les guest stars. Taylor Swift était-elle trop chère pour faire le film dans sa totalité ? Ian Mc Kellen cabotine et on ne s'explique pas le grand manteau de fourrure qui vient engoncer Judi Dench dans un numéro de reine mère assez fade. On croirait assister à une revue dans un cabaret acrobatique. Premiere.fr, Cats : Chat fait peur ! [Critique] | Premiere.fr
  • Bon, une fois passé le clin d’œil, c’est d’une tout autre Catherine dont il s’agit (la II, celle de Russie) et d’un Divine Comedy/Neil Hannon revigoré en mode Grand Siècle, peu importe celui dont on parle. Ça clavecine, ça violonne, ça cabotine. C’est la grande forme. Radieux au Radiant, comme on a coutume de dire. Lyon Capitale, Concerts : The Great Divine Comedy au Radiant |
  • La mémoire de ses nuits, c’est ce que Kaori Ito offre à la salle des Eaux-Vives, avec un art sûr de l’anacoluthe, ce plaisir de la rupture syntaxique. Voyez son pied, plus malin que la moyenne. Il surgit en préambule, comme un point d’exclamation, au-dessus d’une dalle carrée qui tient lieu de scène. La danseuse s’y cache encore, lovée sous la plateforme, mais sa jambe parade déjà, sacrée cabotine va. Une sonate de Schubert l’a appelée. A présent, Kaori Ito se dresse tout entière sur le plateau, fille des ombres faite pour jouer avec les mailles du temps, pour se glisser d’un fuseau horaire à l’autre, comme une héroïne de Jiro Taniguchi, l’auteur vénéré de Quartier lointain. Le Temps, Kaori Ito, danseuse dans l’encre des songes - Le Temps
  • "Reese Witherspoon, parfaite dans un rôle qui lui colle à la peau, et Jennifer Aniston plutôt convaincante (même si elle cabotine parfois un peu trop)" J'aurais dis l'inverse perso EcranLarge.com, The Morning Show : critique du chaos médiatique d'Apple TV+
  • Et que Colin Farrell est nul ! Cet acteur cabotine constamment et ressort les mêmes gestuelles et mimiques de rôle en rôle (yeux écarquillés, mimiques surjoués, postures, etc) EcranLarge.com, Ava : critique super-nana(r) sur Netflix
  • Il n'avait pas enregistré depuis des années, son dernier album studio Little Richard Meets Masayoshi Takanaka date de 1992, mais conservait dans le coeur de ses fans une place particulière. Son sourire et ses bagouses, son toucher de piano et son charisme. Les 6 et 7 juin 2005, il s'était produit pour la dernière fois à Paris, à l'Olympia. Il cabotine énormément, imite Pavarotti (?) mais rayonne dans son costume blanc étincelant de paillettes. Il n'en revient pas d'avoir 73 ans. « Je suis vieux non ? » Non. Il n'y a pas d'âge pour faire chavirer les foules. Little Richard a atteint l'âge très honorable de 87 ans. Cela faisait une dizaine d'années qu'il avait des problèmes cardiaques, mais la raison réelle de sa mort n'a pas été rendue publique par son fils Danny. Gageons qu'il y aura une place pour lui au paradis des rockers… Les Echos, Mort de Little Richard : la légende dorée du rocker flamboyant | Les Echos
  • La direction d'acteurs est remarquable : Marina Foïs est très sobre et Johathan Cohen en fait beaucoup. Il cabotine d'une manière totalement spectaculaire et réjouissante. La mise en scène est très précise. Le cadre carré, c'est vraiment une idée géniale pour filmer l'encombrement de ces corps qui deviennent difformes. La grossesse de Marina Foïs, c'est un gag génial et d'autant plus fort qu'il est enserré dans ce cadre carré qui donne toujours le sentiment que les personnages sont à l'étroit dans l'image". France Inter, "Énorme" de Sophie Letourneur : Le Masque & la Plume applaudit "une comédie extrêmement originale"
  • Une énième histoire de braquage, une bande-annonce tapageuse, un casting de seconds couteaux ne confirmant pas les espoirs jadis placés en eux (Edgar Ramirez, Michael Pitt) et un grotesque cabotin (Sharlto Copley) qui a le don d’aligner les mauvaises performances autant que les mauvais choix artistiques. Sur le papier, The last days of American crime n’envoie pas beaucoup de signaux positifs. La présence d’Olivier Megaton à la barre, piètre metteur en scène responsable des bourrinades estampillées Besson (Le transporteur 3, Colombiana, Taken 2 et 3…), clignote comme un énième avertissement pour qui se lance tête baissée dans le visionnage de cette nouveauté Netflix de ce début de mois de juin. LE BLEU DU MIROIR | Critiques cinématographiques, THE LAST DAYS OF AMERICAN CRIME | Critique du film (Netflix)
  • Que cette ancienne cantatrice fortunée se décide à faire de ses animaux de compagnie ses légataires universels déclenche la jalousie machiavélique d’Edgar, le valet de Madame, qui va être prêt à tout pour les faire disparaître. Heureusement en chemin, Duchesse pourra s’échapper, croisera la route de O’Malley, un matou cabotin et débrouillard, puis s’encanaillera chez les chats de gouttière avant que tout ne finisse évidemment très bien… Télérama, Nos recettes faciles avec les enfants : la crème de la crème des “Aristochats”
  • Jean Raspail était un très grand écrivain, il sera encore lu dans 50 ans, à la différence du verbeux et cabotin Jean d'Ormesson. Certes, il a écrit le Camp des Saints, mais aussi bien d'autres choses. Mon préféré est L'anneau du pêcheur. ladepeche.fr, Mort de l'écrivain royaliste Jean Raspail, auteur d'un roman controversé sur l'immigration - ladepeche.fr
  • Peu de professeurs auront laissé une empreinte aussi forte sur ce qui me tenait lieu d’intelligence qu’Henri Guillemin. Ses cours à l’Abbaye Royale de Saint-Maurice étaient époustouflants : il délayait son cœur dans chacune de ses analyses d’écrivains que tantôt il adulait, comme Victor Hugo, Bernanos ou Claudel dont il était très proche ou qu’il flinguait avec une liberté de ton qui nous ravissait et nous surprenait tout à la fois. Gide ? «  Une boursouflure ». Malraux ? «  Un cabotin ». Benjamin Constant ? « Un arriviste ». Alfred de Vigny ? «  Un indicateur de police ». Il y avait du commissaire Maigret en lui, un goût pour la filature et un refus de croire à l’histoire officielle : autant croire des criminels sur parole, nous enseignait-il. Causeur, Les confessions d’Henri Guillemin - Causeur
  • Sans pathos mais avec quelques pics, Nicolas Bedos n'oublie pas de rendre hommage au tempérament et au mauvais caractère de son père, qu'il qualifie d'"incorrigible cabotin". Ce qui rend, paradoxalement, ce passage bouleversant. "Tu auras mélangé les vacheries et l’amour jusqu’au baisser de rideau. Les 'foutez l’camp' et les 'je t’aime'. Caresses et gifles, jusqu’au bout. Incorrigible Cabotin, tu avais bien prévu ton coup : dans ton dernier morceau d’mémoire, tu avais mis des 'vous êtes beaux, je suis heureux, j’ai de la chance. C’est ta mère, là, devant moi ? C’est ma femme ? Oh Tant mieux !'." Marie Claire, La tendre lettre d'adieu de Nicolas Bedos à son père, Guy Bedos - Marie Claire
  • Au milieu des années 70, le maire de Marseille veut transformer la vieille halle de négoce du poisson, quai de rive neuve, en scène théâtrale. Le nom et la façade demeureront : la Criée. Defferre sollicite l’acteur pour inventer ce nouveau lieu d’art vivant à vocation nationale. Maréchal a déjà bâti sa renommée dans la patrie de Guignol. Tour à tour saltimbanque, auteur, directeur de salle, metteur en scène, animateur de troupe, cet autodidacte va devenir, sur le Vieux-Port, un patron généreux et charismatique; sur scène un ours aérien, un cabotin sublime.  Gomet, [Carnet] Marcel Maréchal, ours aérien et cabotin sublime - Gomet
  • C’est la fierté des hommes des lettres d’arriver dans la considération des femmes tout de suite après les cabotins. De Georges Courteline / La Philosophie de Georges Courteline

Traductions du mot « cabotin »

Langue Traduction
Portugais canastrão
Italien istrione
Espagnol comicastro
Anglais ham
Source : Google Translate API

Synonymes de « cabotin »

Source : synonymes de cabotin sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cabotin »



mots du mois

Mots similaires