La langue française

Brèche

Sommaire

  • Définitions du mot brèche
  • Étymologie de « brèche »
  • Phonétique de « brèche »
  • Évolution historique de l’usage du mot « brèche »
  • Citations contenant le mot « brèche »
  • Traductions du mot « brèche »
  • Synonymes de « brèche »
  • Antonymes de « brèche »

Définitions du mot brèche

Trésor de la Langue Française informatisé

BRÈCHE1, subst. fém.

A.− Ouverture, trouée accidentelle ou volontaire faite dans un mur, une clôture, un obstacle artificiel ou naturel. La brèche d'une digue, d'une haie, d'un mur; une brèche pratiquée dans la haie (Ponson du Terrail, Rocambole, t. 5, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 441):
1. Cette vieille sorcière habitait une hutte, (...) L'herbe y pend à foison ses panaches mouvants, Par les fentes du toit, par les brèches des voûtes... T. Gautier, Albertus,1833, p. 126.
1. En partic., (TECHN. MILIT.). Ouverture pratiquée par les assaillants dans un rempart, une fortification. Faire, ouvrir une brèche; colmater, combler, refaire, réparer une brèche; combattre, monter sur la brèche. Entrer par la brèche dans une ville (Ac.1798-1932).
a) Locutions
[P. réf. à l'attitude offensive des assaillants]
Faire brèche dans qqc. Porter un coup, ouvrir une brèche; au fig., affaiblir, ébranler (la position, les convictions d'une personne) :
2. ... chaque parole de la sainte fille en cornette faisait brèche dans la résistance indignée de la courtisane. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 146.
Battre en brèche. Attaquer de manière à ouvrir une brèche; au fig., attaquer violemment et systématiquement (une personne, ses idées, etc.) :
3. Ses remords d'aimer étaient battus en brèche et détruits avec une rapidité délicieuse. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 303.
[P. réf. à l'attitude tenacement défensive des assiégés au plus fort de la bataille]
Être (toujours) sur la brèche. Être (toujours) en plein combat; au fig., avoir une activité soutenue, p. ext., être (toujours) en activité. Eh bien alors Ferdinand! Toujours d'attaque? Toujours sur la brèche? (Céline, Mort à crédit,1936, p. 196):
4. Je trouve qu'on a besoin d'une franche détente quand on a été comme lui [le professeur Cottard] toute l'année sur la brèche. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 965.
Mourir sur la brèche. Mourir au plus fort de la lutte; au fig., mourir en pleine activité.
b) P. anal., au fig. Trouée faite dans un front de troupes :
5. Au centre, dans une brèche de quinze kilomètres d'ouverture, l'ennemi, libre de ses mouvements, courait à la Vesle et l'atteignait dans la soirée, entre Courlandon et Braine; ... Foch, Mémoires,t. 2, 1929, p. 89.
c) [P. allus. à l'ouverture d'une brèche dans des fortifications, annonçant la victoire des assaillants] JEU DE PAUME. Coup de brèche. Coup difficile à parer faisant entrer la balle dans les limites de l'aire de jeu, mais à proximité des encoignures.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. du xixes. ainsi que dans Lar. 20eet Lar. Lang. fr.
2. P. anal.
a) [P. réf. à la brèche en tant que lieu de passage] GÉOGR. Dépression, échancrure dans une chaîne de montagnes, une crête rocheuse, souvent utilisée comme passage. La fameuse brèche de Roland (Dusaulx, Voyage à Barège,t. 2, 1796, p. 169).
b) Brisure, ébréchure sur le bord d'un objet lisse ou tranchant. Faire une brèche à un couteau (Ac.1798-1932) :
6. Cette colonne a été, paraît-il, canonnée par les Allemands, et ainsi s'expliquent les brèches ou dentelures qui donnent de loin à ce monument l'aspect d'un inconcevable tire-bouchon dressé vers le ciel. Bloy, Journal,1900, p. 340.
B.− P. ext. Atteinte portée à l'intégrité d'une chose par prélèvement. La brèche qu'il avait faite dans son petit pécule (R. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 512):
7. ... je vous ai dit que j'avais retrouvé dans ma cave du vin de Porto vraiment sublime; le docteur Maur y fait des brèches notables ... Mérimée, Lettres à M. Panizzi,1870, p. 35.
En partic. Entame, premier morceau coupé dans une chose comestible. Faire brèche à un pâté (Ac.1798-1932);ouvre-moi une brèche dans ce pâté de Chartres (Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 116):
8. On apporta bientôt un assez grand fromage blanc dans lequel il fit une brèche angulaire de quatre-vingt-dix degrés; ... Brillat-Savarin, Physiol. du goût,1825, p. 63.
P. métaph. Tort, dommage touchant une personne, son moral ou ses facultés :
9. D'où viennent ces langueurs immotivées? Sans doute de l'intuition vague que l'on baisse, (...) qu'il faut constater chaque jour une lézarde, une fêlure, une brèche quelconque dans sa chair ou dans ses facultés, bref que l'homme extérieur se détruit et que l'homme intérieur se renouvelle de moins en moins. Amiel, Journal intime,1866, p. 115.
10. ... je n'ai pu insinuer en moi quelque vertu qu'à travers les brèches faites par la souffrance et par l'âge à ma constitution. A. France, La Rôtisserie de la Reine Pédauque,1893, p. 197.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bʀ ε ʃ]. Enq. : /bʀeʃ/. 2. Homon. brèche2. 3. Forme graph.Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,Richelet écrit bréche, avec un accent aigu, le Rich. Port. breche, sans accent; l'Acad. brèche avec l'accent grave, et c'est ainsi qu'il faut écrire.``
ÉTYMOL. ET HIST. − 1119 fig. « ouverture » (Ph. de Thaon, Comput, 1659 dans T.-L. : Par le cerne entendum Paräis par raisun, E la breche est l'entree Ki nus est aprestee); 1304 brèche d'une haie (Year books of the reingn of Edward the first ds Gdf. Compl.); 1419 brèche dans un mur (Reg. consul. de Lyon, ibid.); 1704 artill. (Trév. : le canon bat en breche); 1823 fig. (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, p. 518 : avec eux on est toujours battu en brèche). Terme d'orig. germ. Étant données son aire géogr. d'origine, limitée au domaine gallo-rom. (l'a. prov., tôt attesté par ses dér. bercar « ébrécher » et brech « ébréché », xiies. dans Rayn., doit son origine au fr.; l'ital., l'esp., le port. sont empr. au fr., REW3, no1281), et son ancienneté, il est prob. issu de l'a. b. frq. *breka « id. » (Gam. Rom.2t. 1, p. 376; EWFS2; FEW t. 15, 1, p. 263), correspondant à l'a. h. all. brecha, déverbal de l'a. h. all. brechan [all. mod. brechen « rompre, briser »] (Graff t. 3, col. 262-268). Pour le maintien de l'occlusive apr. une voyelle brève dans l'a. b. frq. *brekan, v. Gam., loc. cit. − L'étymon a. h. all. brecha (Diez5, p. 532, REW3, loc. cit.; Dauzat 1968) fait difficulté en raison de la grande ancienneté du mot français.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 6; pp. 321-322. − Thurneysen 1884, p. 93. − Walt. 1885, p. 73.

BRÈCHE2, subst. fém.

GÉOL. ,,Roche composée de fragments anguleux de pierre cimentés entre eux par des dépôts minéraux`` (Perraud 1963). Brèche basaltique, fossilifère; brèche de silex. ... ces élégans portiques que supportent de nombreuses colonnes en brèche violette (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 312):
Du bout des doigts, elle traçait des signes mystérieux, dans la poussière, sur le marbre de brèche violette. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 78.
Prononc. et Orth. : [bʀ ε ʃ]. S'écrit aussi brêche (cf. L. Hourticq, Hist. gén. de l'Art, La France, 1914, p. 149). Homon. et homogr. brèche1. Étymol. et Hist. 1611 bresche « sorte de marbre très dur, de diverses couleurs » (Cotgr.). Empr. prob. à l'ital. breccia terme de minér. attesté dep. 1469 d'apr. DEI, cf. xvies., Cellini dans Batt.1; pour l'orig. de l'ital. v. FEW t. 15, 1, p. 265a.
STAT. − Brèche1 et 2. Fréq. abs. littér. : 636. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 742, b) 1 214; xxes. : a) 841, b) 914.

Wiktionnaire

Nom commun 1

brèche \bʁɛʃ\ féminin

  1. Ouverture dans une clôture, un mur, une haie…
    • L’ennemi entrait dans la ville par escalade ou par une brèche, sans que pour cela la garnison se rendît ; car alors, celle-ci renfermée dans les tours qui, je le répète, sont autant de réduits indépendants, pouvait se défendre encore. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Au bout de cinq minutes de cette course, il parvint à un endroit où le mur avait une sorte de brèche ; il la franchit. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Ouvrir une brèche dans une artère de calibre important afin de réaliser un cathétérisme.
  2. (Par extension) Vide ou cassure que l’on fait dans quelque chose.
    • J’obstrue avec du coton et de l’étoupe la brèche que présente le pont. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil’'; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le tranchant de ce couteau a de nombreuses brèches.
  3. Partie entamée d'un ensemble.
    • Il y a une brèche à ce pâté, quelqu’un en a mangé une partie. — On a abattu cent arpents de bois dans cette forêt, cela fait une grande brèche.
  4. (Figuré) Tort, dommage que l’on fait à quelque chose, la diminution d’un bien qui devrait être conservé entier, intact.
    • Il a fait une brèche à sa réputation.
    • Cela fait brèche à sa fortune.
  5. (Tennis) Écart de deux jeux d’avance[2], break.
  6. (Marine) Ouverture dans la coque résistante d’un sous-marin pour embarquer du matériel.
  7. (Génétique) Absence d’un ou plusieurs nucléotides dans un des deux brins de l’ADN.
  8. (Géologie) Roche détritique appartenant à la famille des conglomérats.
    • La chapelle de la Vierge, entièrement revêtue de porphyre, de jaspe, de brèches jaunes et violettes d’un poli admirable, est d’une richesse qui dépasse les splendeurs des Mille et une Nuits. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)

Nom commun 2

brèche \bʁɛʃ\ féminin

  1. (Géologie) Réunion de pierres agglutinées par un ciment naturel.
    • Les alluvions anciennes […] sont essentiellement formées d'un sable quartzeux dans la masse duquel on rencontre du gravier et des cailloux roulés de nature variable : porphyre pétrosiliceux, brèche, granite à amphibole des Ballons, porphyrites et quartzites, celles-ci provenant du démantèlement des poudingues de grès. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 15)
    • Brèche. Roche hétérogène, formée de fragments assez volumineux, anguleux, quelquefois émoussés mais non roulés, agglutinés par une pâte contemporaine ou un peu postérieure à la formation des fragments. — (Nicolas Jean-Baptiste Gaston Guibourt, Histoire naturelle des drogues simples, Cambridge University Press, 2014, p. 496)
    • Là, au moins deux grands fossiles ont été exhumés. Arrachés à la terre devrait-on dire, tant ils étaient incarcérés dans les brèches, et tant a été difficile leur extraction. Tout d’abord Mrs Ples, un Australopithecus africanus (mâle en réalité) découvert par Robert Broom en 1947. — (Denis Sergent À la recherche des ancêtres de l’homme - Journal La Croix, page 13-14, 8 septembre 2015)
    • Les ossements, très fragiles et souvent associés à ceux d’animaux (léopard, hyène), sont pris dans un sédiment, la brèche, aussi solide que du béton.— (Denis Sergent À la recherche des ancêtres de l’homme - Journal La Croix, page 13-14, 8 septembre 2015)
  2. (Marbrerie) Sorte de marbre veiné qui semble formé d’un amas de petits cailloux de différentes couleurs fortement unis, de manière qu'en le cassant il se forme des brèches qui lui ont fait donner ce nom.
    • De la brèche violette.
    • […] bronze, stuc, bois précieux, fer forgé, brèche de Numibie. — (Stéphane Foucart, « Au Métropole », Le Monde, 31 juillet 2015, p. 23)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRÈCHE. n. f.
Ouverture produite par force ou par accident à ce qui sert de clôture, comme un mur, une haie. Ils pénétrèrent dans le jardin par une brèche et volèrent tous les fruits. Il y a une brèche à ce mur, à cette haie. Fermer les brèches. En parlant d'une Place assiégée, Faire une brèche. Refaire, réparer une brèche. Entrer par la brèche dans une ville. Battre en brèche et figurément Battre en brèche une personne, un système, une doctrine. Voyez BATTRE. Fig., Être toujours sur la brèche, Être toujours prêt à attaquer ou à défendre. Par extension, Faire une brèche, des brèches à un couteau, à une serpe, Faire une ou plusieurs cassures au tranchant. Faire brèche à un pâté, L'entamer et en manger une partie. On a abattu cent arpents de bois dans cette forêt, c'est une grande brèche, C'est un grand vide qu'on y a fait. Il signifie figurément Tort, dommage que l'on fait à quelque chose, la diminution d'un bien qui devrait être conservé entier, intact. Il a fait une brèche à son honneur, à sa réputation. Cela fait brèche à sa fortune. Réparer les brèches de sa fortune. Par analogie, il désigne, en termes de Géologie, une Sorte de marbre veiné qui semble formé d'un amas de cailloux unis ensemble. De la brèche violette. Brèche d'Alep, de Dourlais, etc. Il désigne aussi une Réunion de pierres agglutinées par un ciment naturel, trouvée dans des fentes de rochers.

Littré (1872-1877)

BRÈCHE (brè-ch') s. f.
  • 1Ouverture faite à un mur, à une haie. Il faut réparer les brèches de cette clôture.
  • 2 Terme de guerre. Ouverture faite aux remparts d'une place assiégée. Les Normands firent brèche et donnèrent trois assauts, Voltaire, Mœurs, 25. Essex monte à la brèche où combattait d'Aumale, Voltaire, Henr. VI. Voici déjà la seconde fois qu'il est sorti de Paris par une brèche, Guez de Balzac, Liv. III, Lett. 7. Restait cette redoutable infanterie de l'armée espagnole dont les gros bataillons, semblables à autant de tours, mais à des tours qui sauraient réparer leurs brèches, demeuraient inébranlables au milieu de tout le reste en déroute, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Battre en brèche, tirer avec de l'artillerie contre une muraille.

    Fig. Battre en brèche un argument, l'attaquer, le ruiner. Battre en brèche quelqu'un, attaquer sa réputation, sa position.

    Par extension. La légion chrétienne ouvre une large brèche dans les rangs des barbares, Chateaubriand, Mart. 207.

    Fig. Flèche Assez forte pour faire en mon cœur une brèche, Régnier, Dial. Dans ces omissions et dans ces oublis il se fait une brèche au discours, et la pensée s'enfuit par cette ouverture qu'il fallait fermer, Guez de Balzac, Entretien 29.

  • 3Cassure au tranchant d'une lame. Faire une brèche, des brèches à un couteau.

    Familièrement. Faire une brèche à un pâté, l'entamer.

  • 4 Fig. Perte, dommage, tort. Il a fait une brèche à sa fortune. Cela ne fera pas brèche au capital. Mais aussi gardez-vous d'oublier votre faute ; Et comme elle fait brèche au pouvoir souverain…, Corneille, Nicom. II, 2. Si nous perdons Philisbourg, il sera difficile de réparer cette brèche, Sévigné, 266. Réparant les brèches que le temps avait faites à leur discipline, Fléchier, Lam. C'est déjà faire une brèche considérable au système ordinaire, Fontenelle, Oracles, Préf.
  • 5Le sommet d'une montagne, lorsqu'il est ouvert et comme séparé en deux parties.

    Brèche de Roland, ouverture dans une muraille de montagnes, aux Pyrénées, qui ressemble à une brèche, et que la légende attribue à un coup d'épée de Roland.

  • 6 Terme de géologie. Marbre noir, mêlé de taches blanches et jaunes, qu'on tire des Pyrénées et d'autres lieux et qui prend un fort beau poli : ainsi dit parce que la brèche d'où on le tire a donné son nom au marbre qu'on en tire.

    Réunion de pierres agglutinées dans un ciment naturel ; quand ces fragments sont ronds, comme des cailloux roulés par les eaux, on en appelle la réunion des pouddings ; si, au contraire, ils sont les débris anguleux de pierres plus grandes, on les nomme brocatelles.

    Brèche osseuse, brèche où il y a des ossements. Les fentes des rochers de Gibraltar, de Cette, de Nice et d'autres lieux des bords de la Méditerranée, sont remplies d'un ciment rouge et dur qui enveloppe des fragments de rochers et des coquilles d'eau douce avec beaucoup d'os de quadrupèdes, la plupart fracturés : c'est ce qu'on a nommé des brèches osseuses, Cuvier, Révolutions, p. 337.

  • 7 Terme de jeu de paume. Coup de brèche, coup qui fait entrer directement la balle dans le dedans, près des encoignures.

HISTORIQUE

XIVe s. Ou regarde les bresches où les bestes puent [peuvent] mieulx passer, Modus, f° LX, verso.

XVe s. J'aime mieux n'estre point en taverne en defaut Que suivre un capitaine à la bresche, à l'assaut, Basselin, XIX.

XVIe s. Le sort a de quoy ouvrir cent bresches à la pauvreté au travers de nos richesses, Montaigne, I, 314. Je ne faisois bresche à cet bourse, Montaigne, I, 316. La muraille estoit si mauvaise, que cela fit 120 pas de toutte breche, D'Aubigné, Hist. III, 43. La place, qui ne valloit rien, fut attaquée à demie breche et sur un commencement de parlement, D'Aubigné, ib. III, 250. Avant bresche raisonnable ils donnerent en vain un premier assaut, D'Aubigné, ib. III, 250.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BRÈCHE. Ajoutez :
8Nom donné par Engramelle à la noctuelle du bouillon-blanc, noctua verbasci.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brèche »

(Nom 1) (1119)[1] Du vieux-francique *breka « brisé », adapté en gallo-roman en *brecca avec gémination (le latin sicca donne sèche), car le mot fut emprunté à une époque ou les occlusives sourdes simples n’existaient plus à l’intervocalique, en gallo-roman du Nord.
(Nom 2) (1611)[1] Du ligure bresche, en italien breccia, terme minéralogique attesté dès (1469). Cette roche est très présente en Ligurie. Apparenté au précédent.
(Nom 3) Origine inconnue. Peut-être est-il issu du dessin présent sur les ailes de l'animal semblant former deux entailles.
(Nom 4) Voir l’ancien français bresche, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, brèke ; provenç. bercar, ébrécher ; espagn. brecha ; ital. breccia ; angl. breach ; de l'anc. haut-allem. brecha, action de briser, patois breke, chose rompue ; suisse, breche, chute de pierrailles. Il y a aussi dans le kymri brêg, rupture. Le XVIe siècle avait brecher, faire brèche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brèche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brèche brɛʃ

Évolution historique de l’usage du mot « brèche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brèche »

  • Sur chaque visage on lit un désespoir Où même le chagrin ne pourrait faire brèche. De Malcolm Lowry / Pour l'amour de mourir
  • La pudeur de la femme est un mur mitoyen. N'allez pas, imprudent, le dégrader vous-même, car il s'effritera, à la longue fera brèche, et les voisins entreront chez vous. De Jules Renard / L'Ecornifleur
  • Les dimanches, surtout en fin d’après-midi, et si vous êtes seul, ouvrent une brèche dans le temps. Il suffit de s’y glisser. De Patrick Modiano / L'herbe des nuits
  • « Dès la fin mars, cet enjeu-là a été soulevé et on a travaillé étroitement avec les autorités de la santé publique et la Société d’aide à l’enfance (d’Ottawa) pour un peu faire un état des lieux et commencer à réfléchir à ce qui pouvait être fait pour tenter de colmater cette brèche-là de la façon la plus efficace possible dans les circonstances », affirme d’emblée Sylvie Tremblay, surintendante à l’éducation. Le Droit, Baisse de signalements pour enfants vulnérables à Ottawa: colmater une brèche | Société | Actualités | Le Droit - Gatineau, Ottawa
  • Il s'agit là d'un bizarre concours de circonstances. Trend Micro avait en janvier informé Netgear qu'elle avait découvert des problèmes de sécurité dans différents types de routeur wifi, notamment pour la maison et dans de petits bureaux. Ils convinrent que Trend Micro serait autorisée à communiquer sa découverte à partir du 15 juin. Ce faisant, cela donnait à Netgear le temps de résoudre lesdits problèmes. C'est là une pratique courante en matière de brèches de sécurité. Site-DataNews-FR, Une brèche non colmatée dans des routeurs Netgear rendue publique - ICT actualité - Data News
  • 9Deux idées‑propositions sur l'art du théâtre selon Olivier Neveux méritent d'être mises en évidence : celle qu’il dessine autour « de l’infiniment petit », « de l’infime », qui réoriente l'attention vers le détail, et celle de la « brèche » dans sa réflexion sur le temps au théâtre et la compacité du monde. , Théâtre en résistance. À la recherche d’une brèche & de l’infime (Acta Fabula)
  • Les 1756 personnes touchées par cette brèche de sécurité ont renouvelé par carte de crédit leur inscription au Tableau de l’Ordre, du 20 au 25 mai. Le Journal de Montréal, Une brèche de sécurité informatique affecte les données de l’Ordre des ingénieurs du Québec | JDM

Traductions du mot « brèche »

Langue Traduction
Anglais breach
Espagnol brecha
Italien breccia
Allemand spalt
Portugais brecha
Source : Google Translate API

Synonymes de « brèche »

Source : synonymes de brèche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brèche »

Partager