Buter : définition de buter


Buter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BUTER, verbe.

I.− [Idée de rencontre d'un point d'arrêt par le suj.]
A.− [Le point d'arrêt est le point terminal d'une visée]
1. JEUX (billard), emploi abs. Frapper au but.
2. Emploi intrans., au fig., vx. Buter (à).Viser (à). C'est à quoi je bute. Il butait à telle charge, à tel emploi (Ac.1798-1878) :
1. « Ainsi, s'écriait M. Bail, si l'on me demande quel est mon dessein dans cette visite, à quoi je tends, à quoi je bute, je répondrai : sorores quaero, je cherche mes sœurs. » Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 38.
Emploi abs. Buter. Aller à son but.
B.− [Le point d'arrêt est un obstacle]
1. Emploi trans. Buter qqc. ou qqn, (suivi éventuellement de la prép. de ou avec).[Le suj. désigne un animé] Buter du pied, de la tête. Elle perdit l'équilibre et vint buter la porte avec son front (R. Rolland, Jean-Christophe,L'Adolescent, 1905, p. 255).
Au fig., emploi pronom. réciproque. Ce sont des gens qui se butent, qui se sont butés l'un contre l'autre (Ac.1835-1932).
2. Emploi intrans., usuel (suivi d'un compl. d'obj. indir., prép. à, contre, dans, devant, sur, précisant la relation à l'obstacle)
a) [Le suj. désigne un inanimé] S'appuyer contre un objet qui arrête ou qui limite un mouvement :
2. Le tenon ne doit pas traverser de part en part la pièce de bois adverse; il doit venir buter contre un épaulement qui rend l'assemblage plus solide et plus propre. J. Viaux, Le Meuble en France,1962, p. 6.
b) [Le suj. désigne un animé] Se heurter à un obstacle. Je ne prends garde qu'à tes pieds pour qu'ils ne butent pas aux pierres (Ramuz, Aimé Pache, peintre Vaudois,1911, p. 233).
SYNT. Buter contre une marche, un meuble, un mur, les pavés, une pierre, une porte close, les racines, une souche, un tronc d'arbre; buter du front, du nez, du pied contre un meuble, une porte. Buter dans. Parfois son pied butait dans les ornières (Alain-Fournier. Le Grand Meaulnes, 1913, p. 67); elle expliqua qu'elle avait buté dans un caillou et s'était flanquée par terre (Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein, 1944, p. 168). Buter sur. Ses pieds butaient sur la route noire (Zola, La Terre, 1887, p. 236).
Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou une collectivité; le verbe est suivi d'une prép.] Buter contre.Buter contre son impuissance, son incompétence, son incompréhension. Buter dans.On bute dans des riens. On rêve de trop (Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 300).Buter devant.Ce n'est pas la première fois que je bute devant un diagnostic (R. Martin du Gard, Les Thibault,Le Pénitencier, 1922, p. 756).Buter sur.Buter sur un problème, sur une réticence.
3. Emploi abs. [Le suj. désigne un animé] Synon. trébucher.Buter à chaque pas, buter comme un homme ivre. Le cheval bute et tombe sur la face antérieure de ses boulets (E. Garcin, Guide vétér.,1944, p. 178).
Au fig. [Avec un compl. circ.; à « avec, à l'occasion de »] Buter à chaque mot.
Rem. On rencontre parfois dans ces accept. et avec un tel compl. la forme pronom. (emploi subjectif). Se buter à, contre, dans qqc. Il devait ou retourner sur ses pas ou se butter contre les murs (Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 283); je me bute dans une allée contre quelque chose que je croyais un paquet de chiffons (E. et J. de Goncourt, Journal, 1889, p. 955). Au fig. Se buter à un obstacle, à une impossibilité, à un veto.
II.− [Idée de rencontre d'un point d'arrêt par l'obj.] Emploi factitif. Faire en sorte que quelqu'un ou quelque chose soit dans tel ou tel état.
A.− Emploi trans. [Le point d'arrêt est un point d'appui]
CONSTR. Buter une poutre. La placer, l'appuyer contre quelque chose.
Buter un mur, une voûte. Soutenir un mur, une voûte à l'aide d'un étai, d'une culée, d'un arc-boutant pour l'empêcher de s'écarter. Synon. épauler, étayer.Une suite d'épais contreforts en pierre destinés à buter des voûtes (Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit.,t. 2, 1872, p. 63).
B.− Usuel. [Le point d'arrêt est un blocage psychique]
1. Emploi trans. Buter qqn.Le pousser à une détermination où il se fixe. Synon. braquer, choquer.Léo. − Je veux dire ne pas buter Michel. Être habile... / Yvonne. − Non, non. Il faut couper net (Cocteau, Les Enfants terribles,1929, I, 9, p. 220);« laisse-la donc libre. Il ne faut pas la buter », m'a dit Robert (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 61).
2. Emploi pronom. réfl. Se buter. Se fixer dans une position sans issue :
3. Ce pauvre Mareste est devenu, (...) l'un des défenseurs les plus acharnés de ce qu'on appelle le genre romantique dans les arts, et l'on sait par expérience ce que c'est de défendre forcément une doctrine dont on n'est pas intimement imbu, et qui contrarie même souvent nos impressions personnelles : on s'obstine, on se bute, ou l'on tourne la chose en plaisanterie. Delécluze, Journal,1824, p. 33.
SYNT. Se buter par entêtement, par orgueil, par vanité.
Se buter à, contre, dans, sur.Être arrêté par une chose sur laquelle on s'acharne avec opiniâtreté. Synon. s'entêter, s'obstiner.Se buter dans le mensonge, dans le silence.
Se buter à + subst.Se buter à, contre une difficulté, un problème :
4. Je passai de la sorte trois ou quatre mois, devenant chaque jour plus amoureux, parce que je me butais chaque jour plus contre une difficulté que j'avais créée moi-même, ... Constant, Le« Cahier rouge », 1830, p. 21.
Se buter à + inf. (rare).On sait que je ne me butais pas à plier les circonstances à mes idées (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 376).
Rem. On rencontre dans la docum. le composé contre-buté. Feuilly, (...), avait contre-buté les barriques et le haquet de deux massives piles de moellons (Hugo, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 327).
PRONONC. ET ORTH. : [byte], (je) bute [byt]. Homon. butée (plante), but(t)ée (constr.), but(t)er (tuer), butter (agric.). Écrit avec un seul t dans les dict. gén. dont Ac. 1798-1932; dans les textes, on rencontre parfois butter.
ÉTYMOL. ET HIST. I.− 1. 1289 « (d'une terre) aboutir à, toucher à » (Cart. S. Sauv.-le-Vic., p. 27, Arch. Manche dans Gdf., s.v. bouter) − 1606, Nicot; 2. 1539 « heurter le pied (contre qqc. de saillant) » (Est.); 3. 1636 pronom. fig. « s'opposer à qqn » (Monet, Invent. dans Gdf. Compl.); 1690 (Fur. : ils sont buttez, [...] ils se buttent en toutes occasions); 4. 1690 part. passé, fig. (Fur. : Butté, signifie aussi, fixé à un certain point où on se tient opiniâtrement); 5. 1694 archit. (Corneille : Buter. Contretenir, empescher la poussée d'un mur). II.− 1560 fig. buter a + subst. « viser à » (Pasquier, Recherches, VI, 9 dans Gdf. Compl.); 1583 trans. « viser » (Cl. Gauchet, Le Plaisir des Champs, l'Automne, Divers plaisirs, p. 280 dans Hug.); 1585 emploi abs. « tirer sur une cible » fig. (Cholières, 6eAp. Disnée, p. 230, ibid.); attesté dans les dial. comme terme de jeu (FEW t. 15, 2, p. 35b, 36a). Dér. de but*; II de but* étymol. 3 a; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 412. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 29, b) 190; xxes. : a) 685, b) 1 212.
BBG. − Orr (J.). Qq. étymol. scabreuses. Archivum linguisticum. 1949, t. 1, no1, p. 58.

Buter : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

buter \by.te\ intransitif, transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se buter)

  1. Achopper, heurter un corps que l’on trouve saillant sur son chemin.
    • Et il fuit, il fuit toujours, et il bute contre les pierres, contre les mottes de terre, contre les touffes d’herbe, poursuivi sans cesse par les cris de mort. — (Octave Mirbeau, « La Mort du chien » dans Lettres de ma chaumière, 1886)
    • Ça m’abrutissait à tel point que je butai sur un gosse qui tenait un sac : « Tu peux pas faire attention, saligaude ! » hurla-t-il. — (Calixthe Beyala, Assèze l’Africaine, Albin Michel, 2012, chap. 14)
    • Il lisait le scénario comme un enfant qui apprend à lire, il butait sur les mots, tout sonnait faux, […]. Pour lui, c'était un pensum, c'était sa manière de dire que ça le barbait. — (Bertrand Tessier, Belmondo : L'incorrigible, éd. Flammarion, 2009, chap. 25)
  2. Appuyer contre quelque chose qui arrête.
  3. Soutenir (un mur, une voûte...) par le moyen d’un pilier-boutant, d’un arc-boutant, pour l’empêcher de s’écarter.
  4. Pousser (quelqu’un) à une résolution où il se fixe, s’arrête.
  5. (Familier) Tuer.
    • — Plus moches que des terreurs, disait-il. Ça buterait père et mère, histoire d’se faire la main. — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, Troisième partie, ch. III, Le Mercure de France, Paris, 1914)
    • Un renardeau s'est fait buter par une voiture.
    • C'est bien la fatalité qu'il se soit noyé, murmure-t-il. J'aurais tant voulu le buter ! — (San Antonio, Réflexions définitives sur l'au-delà , S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
  6. (Pronominal) (Figuré) (Familier) Se fixer, se tenir à quelque chose avec obstination.
    • Cet enfant se bute.
  7. (Sport) (Football) (Rugby) Scorer, marquer un but.
    • Très rapide, il se fait souvent remarquer pour ses relances pleines de culot. Également très bon dans le jeu au pied, il bute régulièrement avec son pied gauche au CA Brive. — (Alexis Palisson, article Wikipédia.)

Verbe 2

buter \by.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Tendre à un but, à une fin.
    • Une naissance si distinguée donnait lieu au jeune Hugues de buter à tout ce qu'il y avait de plus grand. — ((Anonyme), Histoire abrégée des reliques et des saints qu'on honore à la prévôté d'Haspres, chapitre V ; Alexandre Régnier-Farez, Cambrai, 1860, page 31)
  • « buter », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage

Verbe

buter \bu.ter\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de bouter.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Buter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BUTER. v. intr.
Achopper, heurter un corps que l'on trouve saillant sur son chemin. Il a buté contre une pierre. Ce cheval bute à chaque pas. Il est aussi transitif et signifie Appuyer contre quelque chose qui arrête. Ils se sont butés l'un contre l'autre.

SE BUTER signifie, figurément et familièrement, Se fixer, se tenir à quelque chose avec obstination. Je me bute à cela. Voilà à quoi je me bute. Cet enfant se bute. Il est buté. Fig., Buter quelqu'un. Le pousser à une résolution où il se fixe, s'arrête. En termes de Maçonnerie, Buter un mur, une voûte, Les soutenir par le moyen d'un pilier-butant, d'un arc-boutant, pour les empêcher de s'écarter.

Buter : définition du Littré (1872-1877)

BUTER (bu-té) v. n.
  • Frapper au but, toucher le but.

    Fig. Tendre à une fin. Si je suivais mon goût, je saurais où buter, La Fontaine, Fabl. III, 1. Toutes mes volontés ne butent qu'à vous plaire, Molière, l'Étour. V, 3. Mais que chaque Romain t'inspire de la peur, Puisque chaque Romain ne bute qu'à ton cœur, Du Ryer, Scévole, IV, 6. L'abbé de Polignac butait toujours à toucher le cœur, l'esprit et les yeux, Saint-Simon, 153, 239.

    Ce terme vieillit à tort.

HISTORIQUE

XVIe s. Nos actions doivent butter à la gloire et à l'honneur de Dieu, Castelnau, 70. Je ne laisseray pas tousjours de buter premierement et principalement à la cure et guerison des fievres dont ils sont accidents et effects, Paré, XXI, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Buter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BUTER, v. n. terme d’Architecture, c’est par le moyen d’un arc ou pilier butant ou boutant, contre-tenir ou empêcher la poussée d’un mur ou l’écartement d’une voute. On dit buté ou bouté, pour signifier l’effet de cet arc ou pilier butant. Voyez Culée. (P)

Buter, en Jardinage ; on dit butter un arbre, quand on le contient avec de la terre amassée autour de son pié ; pratique usitée dans les terres extrèmement fraîches, pour garantir les végétaux d’une trop grande humidité.

On dit encore buter un jalon haut ; c’est y faire apporter de la terre au pié pour le mettre à la hauteur du nivellement, de même qu’on décharge un jalon du pié quand il se trouve trop bas.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « buter »

Étymologie de buter - Littré

But.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de buter - Wiktionnaire

(Verbe 1) De l’ancien français buter (« pousser, frapper »), variante de bouter ; le sens de « tuer, faire mourir » tient de but.
(Verbe 2) Du substantif but.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « buter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
buter byte play_arrow

Conjugaison du verbe « buter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe buter

Évolution historique de l’usage du mot « buter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « buter »

  • « J’essaye de me réinsérer. Je veux m’occuper de mes enfants. Mon but, ce n’est pas de passer devant le tribunal à chaque fois », raconte celui dont le casier judiciaire porte treize mentions, notamment pour des faits de vols et de violences avec armes. Se réinsérer ? Entre mai et juin 2020, le prévenu continue pourtant de harceler et menacer de mort la victime. « Pauvre fille, tu es une grosse merde. Je vais te buter », lit le président du tribunal. Selon la victime, qui s’est constituée partie civile, son ex-compagnon la suit aussi dans la rue. Des faits répétés régulièrement. Le Telegramme, « Évitez de la regarder » : l’ex-conjoint menaçant jugé le 28 juillet - Quimper - Le Télégramme
  • Toutefois, la mise en œuvre de ce projet de monnaie unique dans l’espace CEDEAO, est certes partagée par les Etats membres, mais cette volonté semble buter sur une stratégie de positionnement de tous ordres. Mosaiqueguinee.com, Alpha Condé : « en aucun cas la Guinée ne saurait adhérer à une zone monétaire sans les 15 États de la CEDEAO » - Mosaiqueguinee.com
  • pour aujourd'hui je vois l'open vert quelques minutes puis après avoir buté sur la bleu je vois la b buter sur la rouge par contre le timming probablement avant midi .. puis reprise de la hausse avec la C possible 4850 , Après consutation avec l'astrlogue bubu voici l'avenir du CAC
  • Et puis, le coronavirus est passé par là, repoussant encore un peu plus l'échéance. D'aucuns ont craint que la Premier League soit annulée. C'eût été du déni. Mais voilà, puisque la communion de toute une ville sera décalée à plus tard, le destin a décidé de se passer d'une validation avec les Reds sur le terrain. C'est devant leur télévision qu'ils ont compris qu'ils y étaient parvenus, voyant Manchester City buter sur Chelsea et s'incliner 2-1 (buts de Pulisic et Willian sur penalty, contre un coup franc de De Bruyne). SWI swissinfo.ch, Liverpool est champion d'Angleterre
  • Washington a remis lundi à ses partenaires du Conseil de sécurité un projet de résolution qui propose de prolonger un embargo sur les armes visant Téhéran, qui expire en octobre. Mais si les Européens y sont favorables, la résolution devrait buter sur l'opposition de la Russie et de la Chine. Le Figaro.fr, Iran: Washington menace d'«imposer» à l'ONU le retour des sanctions
  • Nous traînons toute notre vie des chapelets de mauvais vers et de maximes creuses qui nous font buter à chaque pas. De Alain / Propos sur le bonheur
  • Vivre dans le passé est ennuyeux ; regarder en arrière fatigue les muscles du cou, vous fait buter contre les personnes ne suivant pas le même chemin que vous. De Edna Ferber
  • Les papillons cinéphiles qu’attirent la lumière des projecteurs viennent buter contre les vitres d’une vie plus fascinante qu’heureuse. De Jack Cohen
  • L’armée, c’est un inconnu qui t’envoie buter un autre inconnu. De Mike Newell / Donnie Brasco

Traductions du mot « buter »

Langue Traduction
Portugais matar
Allemand töten
Italien uccidere
Espagnol matar a
Anglais kill
Source : Google Translate API

Synonymes de « buter »

Source : synonymes de buter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « buter »



mots du mois

Mots similaires