La langue française

Rameau

Définitions du mot « rameau »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAMEAU, subst. masc.

A. −
1. Division, ramification d'une tige, d'une branche d'arbre; petite branche. Dans les rameaux fleuris Les oiseaux s'appelaient avec de petits cris (Bouilhet, Melaenis, 1857, p. 76).La route jonchée de rameaux morts (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 354):
1. ... [ces grands hêtres] sont si chargés de rameaux, et ces rameaux ramifiés encore par filaments sont si chargés de feuilles, qu'on aperçoit à peine, à travers le réseau de leur ramure, l'étang limpide qui brille en bas sous les peupliers. Lamart., Nouv. Confid., 1851, p. 133.
SYNT. Rameau cassé, desséché, flétri; rameau de chêne, de lierre, de sapin; rameaux épais, flexibles, frêles, frémissants, nus, vivaces; longs, lourds, vastes rameaux; jeunes rameaux; les rameaux se balancent, s'étendent.
2. Locutions
a) Rameau d'olivier, rameau vert
[P. allus. au rameau rapporté par la colombe à Noé, annonçant la fin du Déluge] Christophe Colomb I: Je suis la colombe dans sa main. Qu'il ouvre la main et je partirai et du rivage inconnu là-bas c'est moi qui lui rapporterai un rameau vert (Claudel, Chr. Colomb, 1929, 1repart., p. 1155).
[Symb. d'espoir, de paix] Cette simple remarque, dans le silence qui l'entoure, est pour notre obstiné le rameau d'olivier. Elle lui fait aussitôt reprendre courage (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p. 90):
2. Un jour l'Émir de Qalaat reçut une ambassade des chrétiens de Tripoli, désireux d'établir avec lui des rapports de bon voisinage. Il accueillit avec empressement ces porteurs du rameau vert, car il ne rêvait que de jouir en paix de ses richesses, de ses beaux jardins et de son harem... Barrès, Jard. Oronte, 1922, p. 13.
b) Rameau d'or
[P. allus. au rameau d'or qu'Énée doit trouver pour pouvoir descendre aux Enfers] N'y a-t-il pas aussi un rameau d'or pour me guider et m'ouvrir les grilles? (Butor, Modif., 1957, p. 180).
− Dans le domaine des traditions, des symb.
Gui, branche de gui. Si le rameau d'or, déjà brandi dans les vallées de la préhistoire, s'est distribué triomphalement dans nos forêts druidiques, il s'éparpille aujourd'hui encore dans la pluie scintillante des étrennes (Dévigne, Légend. de Fr., 1942, p. 100).
[Symb. d'immortalité ou de sagesse] La loi des lois est qu'il faut penser ce qu'on ne sait pas par ce qu'on sait. Remontant, avec ce rameau d'or, jusqu'aux pensées de nos naïfs ancêtres, je comprends que la magie fut la première physique (Alain, Propos, 1921, p. 333).
3. RELIG. CHRÉT.
a) Dimanche, fête, jour des Rameaux, et p. ell., les Rameaux. Dimanche, fête, jour commémorant l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem acclamé par la foule agitant des palmes, se situant le dimanche avant Pâques et comprenant en particulier une procession et une bénédiction de petites branches d'arbres ou d'arbustes de diverses espèces selon les régions (buis surtout). Synon. Pâques fleuries, dimanche des palmes (v. palme1).Cérémonie, procession des Rameaux. Je viens de suspendre à mon bénitier le rameau bénit. C'était hier les Rameaux (E. de Guérin, Journal, 1835, p. 56).Les enfants viennent pour le jour des Rameaux, de tous les villages chercher le buis des ancêtres (Barrès, Cahiers, t. 4, 1906, p. 204).C'était le 21 mars 1728, le dimanche des Rameaux et le premier jour du printemps (Guéhenno, Jean-Jacques, 1948, p. 42).
Expr. fig. et pop. Faire Pâques avant (les) Rameaux. Avoir des relations sexuelles, attendre un enfant avant le mariage. (Ds France 1907).
b) Petite branche d'arbre ou d'arbuste relative à cette commémoration. Rameau (de buis); bénédiction des rameaux. Recevoir les rameaux des mains du Saint-Père (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 81).V. supra ex. de E. de Guérin.
B. − P. anal.
1. Division d'une chose concrète. Synon. branche.Et des chandeliers d'or aux immenses rameaux (Hugo, Rayons et ombres, 1840, p. 1032).Au pied de la descente du Bois-Clair, la route se bifurque: un de ses rameaux conduit à Cluny (...) l'autre rameau mène dans les montagnes du Charolais (Lamart., Tailleur pierre, 1851, p. 388).
Spécialement
a) ANAT. Division d'un vaisseau, d'un nerf, d'un conduit. Paralyser un membre en injectant du curare par un rameau artériel (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 142).
Rameaux communicants. ,,Filets nerveux unissant chaque nerf rachidien au ganglion de la chaîne sympathique correspondant`` (Méd. Flamm. 1975).
b) GÉNÉAL. Division d'une branche d'une famille, représentée sur un arbre généalogique; p. méton., réalité correspondante. Je m'appliquai à suivre les rameaux touffus d'une généalogie princière (A. France, Bonnard, 1881, p. 284).L'origine toute provinciale d'un rameau de la famille de Guermantes (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 494).
2. Au plur., littér. Bois d'un cervidé. Synon. ramure.Des peaux de loups géants, et des rameaux de rennes (Leconte de Lisle, Poèmes barb., 1878, p. 82).
C. − Au fig. Division d'une chose abstraite. Chacune des sciences acquises lui paraissait être un des rameaux de cette vérité absolue qu'il cherchait (Reider, MlleVallantin, 1862, p. 36).L'art arabe sorti de l'art romain et de l'art byzantin, eux-mêmes rameaux de l'art grec (Faure, Espr. formes, 1927, p. 14).
Prononc. et Orth.: [ʀamo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1165 ramel « petite branche » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 2185); 2. a) 1562 anat. (Paré, Œuvres, éd. J. F. Malgaigne, t. 1, p. 146); b) 1580-81 « bras d'un cours d'eau » (Montaigne, Journal de voyage, p. 244 ds Hug.); 3. 1520 fig. généal. (G. Michel, Suétone, VII, 221 r ods Hug.); 4. av. 1747 « subdivision d'une science » (Vauvenargues, Étendue de l'esprit ds Littré). II. 1. 1549 feste des Rameaux (Est.); 1660 jour des Rameaux (Oudin); 1669 le dimanche des Rameaux (Widerhold); 2. 1907 faire Pâques avant Rameaux (France). I du lat. pop. *ramellus, dimin. de ramus « rame, branche, ramification ». II d'apr. le b. lat. eccl. Dominica in ramis Palmarum « le dimanche dans les branches de palmes: le dimanche des Rameaux », v. aussi dies ramorum, Ramorum festum, Rami palmarum ds Blaise Latin. Med. Aev. et xives. prov. jorn de Rams (Guillaume de La Barre, éd. Meyer, v. 3819 ds Gay). Fréq. abs. littér.: 1 702. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 774, b) 2 230; xxes.: a) 1 689, b) 952.

Wiktionnaire

Nom commun

rameau \ʁa.mo\ masculin

  1. (Botanique) Petite branche d’arbre.
    • On cultive le loganberry comme le framboisier, en lui laissant, toutefois, plus d'espace : le loganberry a une végétation exubérante, et ses rameaux, ont souvent quatre à cinq mètres de longueur. — (Le Loganberry, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, page 21, éditions La Terre nationale)
    • Un rameau d’olivier.
  2. (Par extension) (Anatomie) Branche, divisions des artères, des veines, des nerfs, etc.
    • Cette veine a plusieurs rameaux.
    • Cette artère, ce nerf se partage en plusieurs rameaux.
  3. (Métallurgie) Branche d’une mine.
    • Une mine qui a plusieurs rameaux.
    1. (Militaire) Galerie de petite dimension, qui part de la galerie principale.
  4. (Généalogie) Sous-division d’une branche de la même famille.
  5. Subdivision d’une science, de celles d’une secte.
    • Cette branche de l’histoire naturelle a bien des rameaux.
    • Cette secte s’est partagée en une infinité de rameaux.
  6. (Antilles) (Botanique) Nom régional des cycas, parce que leur feuillage est utilisé pour fêter le dimanche des Rameaux.
    • Les Rameaux meurent parce que l’ «ennemi naturel » de cette cochenille est resté tranquillement en Thaïlande, tandis que ce « ravageur », ce tueur des Cycas, arrivait clandestinement dans les Antilles sans doute sur du matériel végétal. — (Édouard Boulogne, Guadeloupe-Martinique : Un dimanche des rameaux...sans rameaux! , lescrutateur.com, 29 mars 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAMEAU. n. m.
Petite branche d'arbre. Cet arbre a poussé bien des rameaux cette année. Un rameau d'olivier. Fig., Présenter le rameau d'olivier, Offrir la paix, faire des propositions d'accommodement. Dimanche des Rameaux, jour des Rameaux, Le dimanche d'avant Pâques, ainsi appelé à cause des rameaux qu'on porte ce jour-là à la procession, en mémoire de l'entrée de Notre-Seigneur dans Jérusalem.

RAMEAU se dit, par extension, en termes d'Anatomie, des Diverses branches ou divisions des artères, des veines et des nerfs. Cette veine a plusieurs rameaux. Cette artère, ce nerf se partage en plusieurs rameaux. Il se dit aussi, en termes de Métallurgie, des Différentes branches d'une mine. Une mine qui a plusieurs rameaux. Il se dit également, en termes d'Art militaire, d'une Galerie de petite dimension, qui part de la galerie principale. Il se dit figurément, en termes de Généalogie, des Différentes sous-divisions d'une branche de la même famille. Il se dit encore des Subdivisions d'une science, de celles d'une secte. Cette branche de l'histoire naturelle a bien des rameaux. Cette secte s'est partagée en une infinité de rameaux.

Littré (1872-1877)

RAMEAU (ra-mô) s. m.
  • 1Petite branche d'arbre. Les branches et les rameaux. Comme la grêle Qui, dans un grand jardin, à coups impétueux, Abat l'honneur naissant des rameaux fructueux, Boileau, Lutr. V. À ses rameaux féconds pend un fruit que colore Un or pur où se joint la pourpre de l'aurore, Delille, Parad. perdu, IX. Ces verts rameaux penchent leur chevelure, Ducis, Othello, V, 2. À travers les rameaux et le feuillage sombre, Je vois leurs yeux étinceler, Hugo, Orient. 33.

    Terme de jardinage. Petite branche qui est une division ou une continuation des plus grandes, et qui est le résultat du bourgeon de l'année.

    Fig. Rameaux de laurier, gloire, succès militaires. Lauriers, sacrés rameaux qu'on veut réduire en poudre, Corneille, Hor. V, 3. Ah ! que ce rude et dur guerrier [Napoléon Ier] Nous a coûté de sang et de pleurs et d'outrage Pour quelques rameaux de laurier ! Barbier, l'Idole.

  • 2Le dimanche des Rameaux, le jour des Rameaux (avec une majuscule), dit aussi Pâques fleuries, dimanche des palmes, dimanche des baies, le dimanche d'avant Pâques, jour où l'on porte des rameaux en mémoire de l'entrée de Jésus-Christ à Jérusalem.
  • 3Rameau d'olivier, rameau qui, chez les anciens, était le symbole de la paix, de la supplication. En achevant ces mots, Mentor leva son bras pour montrer à tant de peuples le rameau d'olivier qui était dans sa main le signe pacifique, Fénelon, Tél. X. Il a présenté un rameau d'olivier comme suppliant, Fénelon, ib. XX.

    Fig. Présenter le rameau d'olivier, offrir la paix, la proposer.

    Rameau d'olive, voy. OLIVE, n° 2.

  • 4Le rameau d'or, rameau que portait un des arbres qui entouraient l'entrée des enfers, et qu'il fallait cueillir pour le présenter aux divinités infernales quand on voulait descendre dans leur royaume ; à peine arraché ; il en repoussait un autre. Ces dernières parties [le jugement, la grâce, etc.] sont du peintre, et ne se peuvent enseigner ; c'est le rameau d'or de Virgile, que nul ne peut trouver ni recueillir, s'il n'est conduit par le destin, Poussin, Lett. 7 mars 1665. Le talent ressemble au rameau d'or ; Qu'on le cultive, il renaîtra sans cesse, Marmontel, Polymn. ch. 3.

    Rameau d'or, variété de la giroflée de muraille.

  • 5Rameaux, au pluriel se dit quelquefois du bois d'un cerf. Hélas ! que lui servit [au cerf] son port majestueux, Et sa taille élégante et ses rameaux superbes, Et ses pieds qui volaient sur la pointe des herbes ? Delille, Hom. des champs, I.
  • 6 Terme d'anatomie. Subdivision des vaisseaux, des nerfs. Cette artère, ce nerf envoie des rameaux dans tel organe.
  • 7 Terme de géologie. Nom qu'on donne aux massifs qui se détachent d'une chaîne de montagne en suivant des directions diverses. Les Alpes et même les rameaux entièrement séparés de ces montagnes, comme les Apennins, s'abaissent à leurs bords et s'élèvent à leur centre, Saussure, Voy. Alpes, t. I, p. 391, dans POUGENS.
  • 8 Terme de métallurgie. Différentes branches d'une mine. Une mine qui a plusieurs rameaux. À mesure que les rameaux de la veine approchent plus de la surface de la terre, le charbon en est moins compacte, Buffon, Min. t. II, p. 268.
  • 9Embranchement de voies souterraines. Les catacombes ou Rome souterraine sont là [à Tournai] en petit, pas si petit pourtant que qui aurait mis ensemble tous les tours et détours et tous les rameaux de ces voûtes souterraines ne fît près de deux lieues de chemin, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 274.

    Terme d'art militaire. Chemins sous terre, qui communiquent d'un puits à l'autre dans les mines et les contre-mines.

  • 10 Terme de généalogie. Division d'une branche de la même famille.
  • 11Subdivision. Les différents rameaux d'une science. Il saisit d'un coup d'œil tous les rameaux des choses, Vauvenargues, Étendue de l'esprit.

    Il se dit aussi des subdivisions d'une secte. Le protestantisme s'est subdivisé en une foule de rameaux.

HISTORIQUE

XIIe s. Lorsque florissent li ramel, Benoit de Sainte-Maure, dans RAYNOUARD, Lexique, ramel.

XVe s. Le roy de France fut avec le pape et les cardinaux, je ne say quants jours en joye, en rameaux [sorte de réjouissance] et en esbatements, Froissart, liv. IV, p. 13. Les festes et les rameaulx que l'on fist pour resjouir les nobles chevaliers, Perceforest, t. II, f° 143.

XVIe s. La veine lui est baillée par le quatrieme rameau de la veine porte, Paré, I, 20. Portez rameaux parvenus à croissance, Marot, III, 302.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAMEAU, s. m. (Jardinage.) se dit d’une jeune branche.

Rameau, (Anatomie.) se dit de la subdivision des vaisseaux. Chaque artere se divise en différentes branches, & chacune de ces branches se subdivise en plusieurs rameaux.

Rameau, (Fortificat.) ce mot se dit des mines & de leurs divers conduits qui s’appellent aussi branches, canaux, retours, araignées, galeries. Les rameaux partent ou du chemin couvert, ou du fossé, & prolongent jusqu’au pié du glacis, ou même quelquefois jusque sur des ouvrages hors du glacis. De ces rameaux principaux il s’en tire d’autres à droite & à gauche sur le glacis, & le long du chemin couvert. On ne peut se parer de l’effet de ces mines qu’en découvrant leurs rameaux. Il faut toujours prendre le dessous de ces rameaux, sans quoi on n’est jamais en sûreté. Dict. milit.

Rameau, (Hydraul.) est une veine, un filet d’eau qui se détache d’une source ; ce peut être encore une pierrée droite faite en forme de patte d’oie, pour ramasser le plus d’eau que l’on peut.

Rameau, (Hist. & Généalog.) il se dit dans les généalogies de diverses branches qui sortent d’un même tronc. Cette illustre famille s’est divisée en plusieurs rameaux dont les uns se sont portés en France, les autres en Italie.

Rameaux, s. m. pl. (terme de Mines.) ce mot se dit des mines d’or, d’argent & d’autres métaux qui se trouvent dans les mines, & qui sont plus ou moins abondantes en minérai. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rameau »

Bourguig. raimea ; provenç. ramel ; du lat. ramellus, diminutif de ramus, rame 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français ramel, issu du latin populaire *ramellus, diminutif du latin ramus (« branche ») qui donne raim en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rameau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rameau ramo

Citations contenant le mot « rameau »

  • […] Un même fait porte des rameaux opposés et le malheur qu'il engendre annule le bonheur qu'il avait causé […]. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs , Gallimard
  • Il faut courber le rameau quand il est jeune. De Proverbe anglais
  • Un même fait porte des rameaux opposites et le malheur qu'il engendre annule le bonheur qu'il avait causé. De Marcel Proust / A l'ombre des jeunes filles en fleurs
  • Nous sommes tous liés les uns aux autres comme des rameaux de la même branche. Nous sommes tenus à bout d'âme par les êtres les plus spirituels. De Fernand Ouellette / Lucie ou un midi en novembre
  • Et la surface de l’eau n’est que lumière, Mais au-dessous ? Troncs d’arbres sans couleur, rameaux Enchevêtrés comme le rêve, pierres Dont le courant rapide a clos les yeux Et qui sourient dans l’étreinte du sable. De Yves Bonnefoy / Les Planches courbes

Images d'illustration du mot « rameau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rameau »

Langue Traduction
Anglais branch
Espagnol rama
Italien ramo
Allemand ast
Chinois
Arabe فرع شجرة
Portugais ramo
Russe филиал
Japonais ブランチ
Basque adar
Corse ramu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rameau »

Source : synonymes de rameau sur lebonsynonyme.fr

Rameau

Retour au sommaire ➦

Partager