Avarier : définition de avarier


Avarier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVARIER, verbe trans.

I.− Emploi trans. Causer une avarie à quelque chose et par suite endommager. Un coup de vent avaria sa mâture, l'eau avait avarié ses provisions (Ac. 1878-1932) :
1. − Et puis, ajouta le marin, si le document avait plusieurs années de date, si depuis plusieurs années il était enfermé dans cette bouteille, il eût été avarié par l'humidité. Or, il n'en était rien, et il se trouvait dans un parfait état de conservation. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 370.
2. Des Allemands isolés sont abattus, des grenades éclatent sous les pas des occupants, des charges de plastic avarient les véhicules. De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 252.
P. métaph. et au fig. [Le compl. désigne une pers. ou une collectivité] Attaquer, dégrader :
3. − Le peuple, fit Des Hermies, en versant de l'eau dans la cafetière, au lieu de l'améliorer, les siècles l'avarient, le prostrent, l'abêtissent! Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 231.
II.− Emploi pronom. [En parlant d'objets consommables] ,,Se détériorer, se gâter`` (Lar. 19e) :
4. Notre biscuit s'est un peu avarié; mais notre grain, nos farines, notre vin, etc. se sont conservés au-delà de nos espérances, et n'ont pas peu contribué à nous maintenir en bonne santé. Voyage de La Pérouse,t. 4, 1797, p. 154.
5. Lors même que le fourrage paraît sec après le fanage et la rentrée, il contient encore beaucoup d'humidité qui ne tarde pas à se dégager lorsque la chaleur s'élève du milieu du tas. La fermentation, qui se produit alors, marche d'autant plus vite que la masse du foin est plus grande et que, par suite, l'humidité a plus de peine à sortir. Dans de pareilles circonstances, le fourrage noircit, moisit, prend une saveur désagréable, et peut même s'avarier complètement; ... Ch. Durand, Les Gdes industr. minérales en Lorraine,1893, p. 31.
Au fig. [En parlant de sentiment] S'altérer, se dégrader :
6. Quelque chose manque à son cœur [de l'abbé Fervet], qui a des élans de sensibilité généreuse et de tendresse vraie, mais qui s'est comme avarié dans les luttes avec l'esprit. G. Sand, Mademoiselle de la Quintinie,1863, p. 231.
7. ... les Radicaux trouvent bon d'imaginer qu'il y a trois ans j'étais un parfait patriote avec lequel on pouvait frayer; mais que, depuis, mon patriotisme s'est avarié. Jaurès, Le Guêpier marocain (1906-08),1914, p. 195.
PRONONC. : [avaʀje].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1723, Sav[ary des] Br[uslons] (Dict. universel de Commerce cité par Arveiller ds Z. rom. Philol., t. 85, p. 128 : Avarié, Avariée. Ils se disent des marchandises et effets, qui ont été endommagez dans les vaisseaux Marchands, pendant leur voyage). 1752 avarié adj. (Trév.); 2. 1807 s'avarier pronom. « se gâter, être endommagé par des avaries » (Destutt-Tracy, Montesquieu, Livre XIII, p. 267 : ... Celle consommée par le producteur lui-même, ni même celle qui pourrait s'avarier ou se perdre en magasin); 1866 pronom. arg. (A. Delvau, Dict. de la langue verte, p. 151 : Faisander (se) [...] vieillir − dans l'argot des faubouriens... Ils disent aussi s'avarier); trans. à partir de Lar. 19e[et non de l'Ac. 1835, selon FEW, t. 19 s.v. awariya, 13a]. 1 dér. de avarie*; suff. *; 2 conjug. refaite sur 1, pris à tort pour un part. passé.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 8.
BBG. − Arveiller (R.). Addenda au FEW XIX/1 (abarqubba). Z. rom. Philol. 1969, t. 85, no1/2, p. 128. − Forest. 1946.

Avarier : définition du Wiktionnaire

Verbe

avarier \a.va.ʁje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Endommager par une avarie.
    • Un coup de vent avaria sa mâture.
    • L’eau avait avarié ses provisions.
    • Ce bâtiment a été avarié dans son échouage.
    • Café, sucre avarié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Avarier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVARIER. v. tr.
Endommager par une avarie. Un coup de vent avaria sa mâture. L'eau avait avarié ses provisions. Ce bâtiment a été avarié dans son échouage. Café, sucre avarié. Le participe passé

AVARIÉ, ÉE, s'emploie figurément comme nom pour désigner Celui, celle qui est atteint de la syphilis.

Avarier : définition du Littré (1872-1877)

AVARIER (a-va-ri-é) v. a.
  • Causer une avarie, gâter. La pluie a avarié les foins.

    S'avarier, v. réfl. Être endommagé, se gâter. Ces blés se sont avariés dans le grenier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « avarier »

Étymologie de avarier - Littré

Avarie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de avarier - Wiktionnaire

Dénominal de avarie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « avarier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avarier avarje play_arrow

Conjugaison du verbe « avarier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe avarier

Évolution historique de l’usage du mot « avarier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « avarier »

Langue Traduction
Corse manciare
Basque hondatu
Japonais だめにする
Russe отвал
Portugais estragar
Arabe يفسد
Chinois 破坏
Allemand verwöhnen
Italien rovinare
Espagnol mimar
Anglais spoil
Source : Google Translate API

Synonymes de « avarier »

Source : synonymes de avarier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avarier »



mots du mois

Mots similaires