La langue française

Camouflet

Sommaire

  • Définitions du mot camouflet
  • Étymologie de « camouflet »
  • Phonétique de « camouflet »
  • Évolution historique de l’usage du mot « camouflet »
  • Citations contenant le mot « camouflet »
  • Traductions du mot « camouflet »
  • Synonymes de « camouflet »

Définitions du mot camouflet

Trésor de la Langue Française informatisé

CAMOUFLET, subst. masc.

A.− Lang. commune
1. Rare. Espièglerie consistant à souffler, avec un cornet de papier allumé, la fumée au nez d'un dormeur. Ce laquais dormait, on lui donna un camouflet (Ac.1835-78).
P. méton., arg. Objet qui dégage de la fumée, chandelier (F. Vidocq, Les Voleurs,1836, p. 53).
2. Au fig., usuel. Affront blessant. Donner, essuyer, recevoir un camouflet. Une grève dans une entreprise est encore considérée le plus souvent comme un camouflet pour la direction (J.-D. Reynaud, Les Syndicats en France,1963, p. 150).
B.− TECHN. MILIT., GUERRE DES MINES
1. Vx. Donner un camouflet. Souffler de la fumée vers la mine d'un adversaire pour l'étouffer.
2. Fourneau (cavité) de mine creusée pour détruire une galerie souterraine adverse. Les sapeurs creusaient fébrilement, sous la menace des camouflets (Genevoix, Les Éparges,1923, p. 80).
Prononc. et Orth. : [kamuflε]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) xves. chault moufflet « fumée épaisse que l'on souffle malicieusement au nez de quelqu'un avec un cornet de papier enflammé » (Bibl. de l'Ecole des chartes, 1resérie, t. 3, p. 459 ds Littré); 1611 chaumouflet, camouflet (Cotgr.), sens qualifié de ,,vieux`` par Lar. 20e; b) ca 1545 chault moufflet « pet » (Sottie du roy de Sots, éd. Emile Picot, Sotties, t. 3, p. 220), rare; c) 1752 milit. donner un camouflet (Trév.); 1863 « fourneau de mine dont l'effet est d'enterrer le mineur assiégeant dans les déblais dont il est subitement environné » (Littré); d) 1836 arg. « chandelier » supra; 2. 1680 fig. « affront » (Jean Oudart Richesource, Le Camouflet des auteurs d'apr. Cioranescu 17et. 3, no59558), qualifié de ,,familier`` dep. Ac. 1718. Issu de chault (chaud*) mouflet p. substitution du préf. ca- (caboche*) à l'adj., peut-être à la faveur d'une forme normanno-picarde caut-; mouflet « souffle », peut se déduire du wallon moufler « enfler ses joues » (Grandg.) dér. de moufle « gros visage aux traits épais [aux joues gonflées comme pour souffler] » (1536, Rouen ds Sotties, éd. E. Picot, t. 3, p. 48) en usage en norm. (Moisy); le sens 2 dériverait plutôt de 1b que de 1 a; cette hyp. semble préférable du point de vue sém. à celle de FEW t. 16, pp. 574b-575a qui considère chault mouflet comme composé de mouflet-moufle « gifle » (terme dial. relevé en Forez; cf. liégeois mofler « gifler », Haust et donner sur la moufle « gifler », Fur. 1690) extension de sens de moufle « visage épais ». Moufle est prob. empr. à l'all. Muffel, v. muffle. Fréq. abs. littér. : 19. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 86. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 91; t. 2 1972 [1925], p. 320; t. 3 1972 [1930], p. 335.

Wiktionnaire

Nom commun

camouflet \ka.mu.flɛ\ masculin

  1. (Rare) Fumée épaisse que l’on souffle malicieusement dans le nez de quelqu’un avec un cornet de papier allumé.
    • Guide de mon esprit
      Qui surtout chéris le burlesque
      Souffle-moi par un camouflet
      Un style qui soit bien grotesque
      — (Scarron)
  2. Vexation humiliante, affront, offense.
    • Vendôme apprit qu’il ne serait plus payé comme général d’armée; le camouflet fut violent — (Saint-Simon)
    • Qu’est-ce que recevoir un soufflet ? La métaphore banale répond : C’est voir trente-six chandelles. Ici l’argot intervient, et reprend : Chandelle, camoufle. Sur ce, le langage usuel donne au soufflet pour synonyme camouflet. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
    • Moi, j'assistais à tout cela en parfait spectateur, car la moindre entame de discussion avec une fille se terminait immanquablement et très rapidement par un snobage, un camouflet, une éconduite, en termes plus crus un vent, une veste ou un râteau. — (Adrien Sarrault, Buisson d'Amarante, éd. Daphnis et Chloé, 2013, p. 48)
  3. (Poliorcétique) Fourneau de mine destiné à détruire une galerie ennemie tout en préservant, en surface, les ouvrages alliés.
    • Pendant la Première Guerre mondiale, la plupart des camouflets se posaient au moyens de sondes avancées par des perforatrices. Certains étaient creusés d'avance et « jouaient » lorsque les travaux ennemis étaient censés s'en approcher. D'autres étaient destinés au déclenchement prématuré des charges ennemies ou pour répandre des gaz toxiques dans leurs galeries.
  4. Explosion souterraine qui s’entend ou qui ne débouche pas à la surface, due à une mine qui a mal fonctionné, provoquant ainsi une chambre d’explosion fermée s’effondrant, le plus souvent sur elle-même.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAMOUFLET. n. m.
Mortification, affront. Il a reçu un vilain camouflet. C'est un homme habitué aux camouflets. Il est familier.

Littré (1872-1877)

CAMOUFLET (ka-mou-flè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des kamou-flè-z et des rebuffades ; camouflets rime avec traits, jamais, succès, paix, etc.) s. m.
  • 1Fumée épaisse qu'on souffle malicieusement dans le nez de quelqu'un avec un cornet de papier allumé. Guide de mon esprit follet, Qui surtout chéris le burlesque, Souffle-moi par un camouflet Un style qui soit bien grotesque, Scarron, la Foire St-Germain, 25. Grand nez digne d'un camouflet, Mâchoire à recevoir soufflet, Scarron, dans RICHELET. Et toutes les nuits régulièrement ils me donnaient des camouflets qui puaient le soufre, Regnard, le Retour impr. sc. 13.
  • 2 Fig. et familièrement, affront, mortification. La Briffe se lassa des camouflets que Harlay ne lui épargnait pas, Saint-Simon, 17, 262. Vendôme apprit qu'il ne serait plus payé comme général d'armée ; le camouflet fut violent, Saint-Simon, 216, 163. Le camouflet des auteurs, titre d'un ouvrage publié dans le XVIIe siècle.
  • 3 Terme d'art militaire. Nom donné, par une plaisanterie militaire, à un petit fourneau de mine ou fougasse, dont l'effet est d'enterrer le mineur assiégeant dans les déblais et les éboulements dont il est subitement environné.

HISTORIQUE

XVe s. Qui dormira, qu'on le resveille, Ou qu'on lui donne un chault moufflet, Ou hardiement ung grant soufflet, Mystère, dans Bibliot. des chartes, 1re série, t. III, p. 459.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CAMOUFLET. Ajoutez : - SYN. CAMOUFLET, FOUGASSE., Le camouflet diffère de la fougasse en ce sens que le camouflet est un fourneau sous-chargé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAMOUFLET, s. m. Donner un camouflet, dans l’Art militaire, c’est chercher à étouffer ou écraser le mineur ennemi dans sa galerie.

Le camouflet se donne de différentes façons, suivant la distance de l’éloignement & de la ligne de moindre résistance. Voici la plus commune.

Si le mineur est bien voisin, on se sert pour lui donner le camouflet d’une bombe de douze pouces chargée avec sa fusée. On la loge dans un trou du côté du parvis opposé au mineur qu’on veut étouffer ; on regarnit le trou ; on le couvre d’un ou de plusieurs bouts de madriers que l’on arcboute bien solidement contre le côté opposé ; on remplit le bout du rameau ou de la galerie, que l’on arcboute encore à proportion de la résistance qu’elle doit faire. Avant de faire cette opération, on met le saucisson avec son auget, qui commence à la fusée jusqu’à la sortie de l’étançonnement, de la même maniere qu’on en use pour mettre le feu au fourneau, ou à la chambre des mines. On met le feu au saucisson, & le mineur ennemi se trouve étouffé par le renversement des terres, le manque d’air, & la fumée dont il est accablé. Voyez Mine. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « camouflet »

De l’ancien français chault mouflet ; de ca-, préfixe péjoratif remplaçant chaud, et moufle (« visage rebondi »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, cafouma ; génev. camouflet, soufflet. Grandgagnage admet un verbe wallon kifoumer, kafoumer, de la préposition ka, ki, équivalente au préfixe con, et fumée : enfumer ; d'où le français serait venu par inversion. Il y a aussi l'italien camuffare, embéguiner, qui se prêterait à une étymologie. Mais ni l'un ni l'autre ne s'accommodent à chaud moufflet, du XVe siècle, qui semble composé de chaud et d'un diminutif de mufle ou moufle, et dont on a fait ca-mouflet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « camouflet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
camouflet kamuflɛ

Évolution historique de l’usage du mot « camouflet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « camouflet »

  • Elections municipales: camouflet pour la maire de Vence, Régis Lebigre élu Nice-Matin, Elections municipales: camouflet pour la maire de Vence, Régis Lebigre élu - Nice-Matin
  • "Un camouflet pour la municipalité : l’entretien du maire avec King Street est refusé, Longuépée reste à la manœuvre, rien ne change" a ainsi commenté l'écologiste ; qui avait indiqué vouloir, lui aussi, rencontrer l'actionnaire du FCGB pour lui poser des questions quant à la crise chez les Marine et Blanc. , Pierre Hurmic : "Un camouflet pour la mairie"

Traductions du mot « camouflet »

Langue Traduction
Anglais snub
Espagnol afrenta
Italien schiaffo
Allemand ohrfeige
Portugais afronta
Source : Google Translate API

Synonymes de « camouflet »

Source : synonymes de camouflet sur lebonsynonyme.fr
Partager