La langue française

Accueil > Orthographe > « En vacances » ou « en vacance » ?

« En vacances » ou « en vacance » ?

« Je pars en vacances demain. La vacance de mon poste sera appréciée. »

Le temps des vacances... Qui ne l'a pas attendu avec impatience ? Mais lorsqu'on s'adresse à ses proches, gare à la faute de français ! Tout comme la question sur vive/vivent les vacances, nous étudions aujourd'hui la confusion entre « en vacances » (au pluriel) ou « en vacance » (au singulier). Voici nos explications pour partir en vacances avec l'esprit tranquille ! Bonne lecture.

« En vacances » et « en vacance » : pluriel ou singulier ?

On écrit « en vacances » : on écrira toujours « en vacances » au pluriel lorsqu'il s'agit de partir en vacances (ou d'être en vacances). L'expression désigne alors la période légale d’arrêt de travail des salariés et les périodes pendant lesquelles un travailleur ainsi que les étudiants sont en repos.

Exemples :

  • Je serai en vacances demain ;
  • Que c'est agréable de partir en vacances ;
  • J'aimerai partir en vacances dans un autre pays ;
  • Je suis en vacances alors qu'on me laisse tranquille ! ;
  • Être en vacances n'est pas donné à tout le monde.

On peut écrire « la vacance » : « la vacance » au singulier signifie tout autre chose. « Vacant » vient du latin vacare, signifiant « être vide, inoccupé ». Ainsi, la définition de « vacance » est « l'état de ce qui est vide, inoccupé », « l'état d'un emploi, d'un poste, d'une charge momentanément dépourvu(e) de titulaire ».

Exemples :

  • Le poste est en vacance jusqu'à la semaine prochaine ;
  • La place de bus à côté de moi est vacante ;
  • La vacance du supérieur durera deux mois ;
  • Les affaires de l'État ne peuvent supporter plus longtemps la vacance du pouvoir ! (Césaire) ;
  • Cet appartement est vacant.

À noter que cette règle est différente pour « en congé » qui s'écrit généralement au singulier.

Exemples d'usage de « en vacances » et de « la vacance » dans la littérature

Pourquoi, puisque je suis en vacances ? Personne, sauf Morin et ma mère, ne me sait à Paris.

George Simenon, Malempin

Et en vacances, vous serez pas derrière moi à me surveiller. On va partir tous ensemble sur la côte. T'entends? Oui. (Mais il n'a rien entendu.) T'as décidé. (Au père.) Tu entends, elle va en vacances. Oui. Ta fille va en vacances.

Georges Michel, L'Agression

J'avais rencontré Jean en vacances en Bretagne, Jean était si beau il avait dix-neuf ans c'était impossible qu'il s'intéresse à moi, il passait ses vacances dans la belle villa du bord de mer...

Catherine Cusset, En toute innocence

Là, nous ne souffrirons plus rupture, dessèchement ni agonie nous ne sèmerons plus devant nous notre contradiction renouvelée, nous ne sécrèterons plus la vacance où s'engouffrait la pensée, mais nous maintiendrons ensemble sous l'orage à jamais habitué, nous offrirons à sa brouillonne fertilité, les puissants termes ennemis...

René Char, Le nu perdu

Je ne me méfie plus je suis un fils de femme
La vacance de l'homme et le temps bonifié
La réplique grandiloquente
Des étoiles minuscules

Paul Éluard, Poésie ininterrompue

Faut-il écrire « vive les vacances » ou « vivent les vacances » ?

Règle : on peut écrire les deux. Cette forme est l'une des seules dans la langue française qui autorise les deux orthographes, c'est vous qui voyez en fonction de comment vous interprétez le « vive »... En savoir plus >

Désormais, vous pouvez partir en vacances sans aucun doute sur l'orthographe de « vacance ». Si vous avez le temps pendant votre repos bien mérité, vous pouvez lire les autres articles pour être sûr que vous connaissez toutes les subtilités de la langue française.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

philippe lecocq

Merci pour cette rubrique et le contenu de ce site.

Une petite faute…
« Le temps des vacances… Qui ne les a pas attendu avec impatience ? »
On écrira plutôt : « Qui ne l’a pas attendu…  » (le temps) ou « Qui ne les a pas attendues…  » (les vacances, mais c’est alors une anacoluthe)

Répondre
Nicolas Le Roux

En effet merci de relever cette coquille !

Nicolas.

Répondre
Max

Une autre petite faute.
La corriger me rendrait « l’esprit tranquille ».

Merci pour votre travail.

Max

Répondre
Nicolas Le Roux

Merci Max, c’est corrigé 😉

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Martine pierre

Merci pour tous les ARTICLES.

Répondre
Roland

Eh bien. . .et « lieu DE vacances » !

Répondre
Alin Lange

Vous faites un excellent travail. Merci!!!

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager