La langue française

Visa

Définitions du mot « visa »

Trésor de la Langue Française informatisé

VISA, subst. masc.

A. −
1. Formule, sceau ou paraphe apposé(e) sur un document pour le rendre régulier ou valable ou attester le paiement d'un droit; acte sur lequel cette mention est apposée. Visa du directeur; visa d'engagement de dépenses; visa des livres de commerce; demander, obtenir un visa; apposer, mettre son visa. M. de La Hourmerie (...) revisait les rédactions de Chavarax avant de les envoyer au visa d'approbation du Directeur (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 91).Il nous suffisait d'amuser le censeur qui donnait le visa à la copie [du journal] ; dans la chaleur d'une discussion savamment dirigée, il tamponnait l'article dangereux sans le lire (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 116).
Visa pour timbre. Attestation du paiement d'un droit (d'apr. Cap. 1936).
Visa du chèque. ,,Attestation par le tiré de l'existence de la provision au moment où il est donné`` (Barr. 1967).
Visa (d'un passeport). Cachet authentique apposé sur un passeport, autorisant un étranger à pénétrer sur un territoire national pour une durée donnée. Visa de tourisme; visa de long séjour ; demander un visa pour le Canada. Le passeport avec toutes ses petites pages et ses visas l'étonnait un peu (Céline, Voyage, 1932, p. 543).Tant d'heures à courir de bureau en bureau pour obtenir les visas, estampilles et tampons nécessaires (Gide, Journal, 1942, p. 116).V. ambassade ex. 13.
Visa de censure (d'un film, d'un livre). Autorisation de diffusion. La censure a donné le visa à ma pièce, sans demander la suppression d'une phrase (Goncourt, Journal, 1889, p. 935).
HIST. DE L'ÉGLISE. Acte par lequel un évêque conférait un bénéfice à charge d'âmes à celui qui lui était présenté par le patron du bénéfice. L'évêque ne pouvait refuser son visa, sans donner par écrit les raisons de son refus (Ac.).
2. Au fig. Accord, autorisation, aval. Accorder, refuser son visa. Lesueur et Bénin ont engagé certains préparatifs, noué certaines combinaisons... N'ont-ils pas des droits acquis? Leurs idées, par ailleurs, ne sont-elles pas des plus séduisantes? Nous ne pouvons que donner notre visa (Romains, Copains, 1913, p. 161).
B. − DR. ,,Partie des actes administratifs où sont mentionnées les références aux textes dont ces actes constituent l'exécution et, le cas échéant, les formalités qui ont été suivies pour leur édiction; indication, dans un jugement, de la loi ou de l'acte de procédure auquel il se réfère (en général ainsi conçue: « vu l'a. 1134, C. civ. »; « vu le procès-verbal de non-conciliation... »)`` (Juridique 1987). Les décisions du Conseil d'État comportent: les visas (...); les motifs (Réau-Rond.1951, s.v. Conseil d'État).
Prononc. et Orth.: [viza]. Att. ds Ac. dep. 1694. Plur. des visas. Étymol. et Hist. 1. 1527 « attestation qu'un acte a été examiné, qui rend cet acte valable » (Guillaume Crétin, Chant royal, IV, 53 ds Œuvres, éd. K. Chesney, p. 10); 1912 « cachet apposé sur un passeport » (G. Leroux, Roul. tsar, p. 149); 2. 1964 dr. « ensemble de textes législatifs et réglementaires énumérés en tête d'une décision » (Lar. encyclop.); 3. 1972 fig. visa pour les rêves (Secrets pour la vie, févr. ds Giraud-Pamart Nouv. 1974). Mot lat. visa « choses vues », qui se mettait sur les actes vérifiés, neutre plur. subst. de visus, part. passé de videre « voir » (v. ce mot). Fréq. abs. littér.: 68. Bbg. Lindekens (R.). Essai de description d'un espace sém. Cah. Lexicol. 1968, no12, pp. 15-36.

Wiktionnaire

Nom commun

visa \vi.za\ masculin

  1. Attestation qu’un acte a été examiné, qui rend cet acte valable.
    • Je me vis donc forcé d'aller trouver M. Pilat, le directeur de cette institution [la censure], en lui exposant qu'on me faisait attendre trop longtemps le visa. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Ces textes sont établis de la même manière que les arrêtés ministériels. Ils comprennent des visas, quelquefois des considérants et des avis des conseils administratifs, en bas à gauche, l’indication des ampliataires ; enfin, un dispositif divisé en articles. — (Adamou Ndam Njoya, Manuel pratique de rédaction administrative et des documents diplomatiques, Éditions Sopecam, 1983, page 48)
    • En effet, la mention « Le Conseil d’État entendu, » ou « Le Conseil d’État (section de …) entendu, » figurant dans les visas a pour conséquence d’imposer, en principe, la consultation du Conseil d’État pour modifier le texte ultérieurement, alors même qu’aucun texte ne rendait obligatoire cette consultation à l’origine — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Le banquier ayant le devoir de s’informer est fautif s’il consent des concours avec des documents comptables non assortis du visa du commissaire aux comptes ou lorsqu'il ne prend pas connaissance de leur rapport. — (André Buthurieux, Responsabilité du banquier, chez l’auteur/TheBookEdition, 2012, p. 97)
  2. Cachet apposé sur un passeport.
    • Le visa du consul sur un passeport.
  3. (Juridiction ecclésiastique) Acte par lequel un évêque conférait un bénéfice à charge d’âmes à celui qui lui était présenté par le patron du bénéfice.
    • L’évêque ne pouvait refuser son visa sans donner par écrit les raisons de son refus.

Forme de verbe

visa \vi.za\

  1. Troisième personne du singulier du passé simple de l’indicatif de viser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VISA. n. m.
Terme emprunté du latin. Attestation qu'un acte a été examiné, qui rend cet acte valable. Le visa du consul sur un passeport. Donner son visa. Il se disait aussi, en termes de Juridiction ecclésiastique, de l'Acte par lequel un évêque conférait un bénéfice à charge d'âmes à celui qui lui était présenté par le patron du bénéfice. L'évêque ne pouvait refuser son visa sans donner par écrit les raisons de son refus.

Littré (1872-1877)

VISA (vi-za) s. m.
  • 1Formule qui se met sur un acte, et qui doit être signée par celui dont la signature est nécessaire pour que l'acte soit authentique ou valable. Il faut que l'ambassadeur mette son visa sur votre passe-port.
  • 2 Terme de pratique. Formule par laquelle un magistrat ou un officier de justice certifie qu'un acte lui a été présenté. L'original de certains procès-verbaux de saisie doit porter le visa du maire.
  • 3 Terme de commerce. Énonciation datée et apposée sur un effet pour constater qu'il a été présenté et vu à temps.

    Visa pour timbre, équivalent du timbre pour les effets d'une valeur très élevée et pour certains actes.

    Visa de 1715, opération faite pour vérifier et réduire les papiers émis par Law. On reconnut par cet examen si célèbre sous le nom de visa, qu'il avait été livré à la circulation pour 2 696 400 000 livres de billets de banque, Raynal, Hist. phil. IV, 18.

  • 4En matière bénéficiale, l'acte par lequel un évêque conférait un bénéfice à charge d'âmes à celui qui lui était présenté par le patron du bénéfice.

    Nouvelle provision qu'un évêque ou son grand vicaire donnait à son curé ou à un autre bénéficier, en exécution de celle qu'il avait obtenue du pape.

    Au plur. Des visas.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VISA, s. m. (Gram. & Jurisprud.) terme latin usité dans le langage françois, pour exprimer certaines lettres d’attache que l’évêque accorde à un pourvu de cour de Rome, par lesquelles après avoir vu les provisions, il atteste que ce pourvu est capable de posséder le bénéfice qui lui a été conféré.

L’origine du visa, tel qu’on le donne présentement, est assez obscur.

Il n’étoit pas question de visa, avant que les papes se fussent attribué le droit de conférer en plusieurs cas les bénéfices dépendans des collateurs ordinaires.

Les mandats de providendo n’étant d’abord que de simples recommandations adressées aux ordinaires, il n’y avoit pas lieu au visa, puisque c’étoit le collateur ordinaire qui conféroit.

Lors même que ces mandats furent changés en ordre, le collateur, quoiqu’il n’eût plus le choix du sujet, étoit toujours chargé d’expédier la provision ; ainsi il n’y avoit point encore de visa dans le sens qu’on l’entend aujourd’hui.

L’usage du visa ne s’est introduit qu’à l’occasion des préventions de cour de Rome ; des provisions sur résignation, permutation & démission.

Dans l’origine le visa de l’ordinaire n’étoit autre chose que l’examen qu’il faisoit de la signature, ou plutôt de la bulle de cour de Rome, pour s’assurer qu’elle étoit véritablement émanée de l’autorité du pape ; on examinoit moins les mœurs & la capacité du pourvu que ses provisions.

Mais depuis le concile de Trente, les évêques veillerent plus particulierement à ce que les bénéfices ne fussent remplis que par des sujets capables.

Le clergé de France, par l’article 12 de ses remontrances au roi Charles IX. en 1574, demanda que les pourvus en cour de Rome, informâ dignum, ne pussent s’immiscer dans la possession & administration des bénéfices, que préalablement ils ne se fussent présentés à l’évêque, & qu’ils n’eussent subi l’examen pardevant lui.

Les articles proposés dans ces remontrances, furent autorisés par des lettres-patentes ; mais étant demeuré sans exécution faute d’enregistrement, l’article dont on vient de parler fut inséré dans le 12°. de l’ordonnance de Blois ; qui porte que ceux qui auront impétré en cour de Rome provision de bénéfice en la forme qu’on appelle dignum, ne pourront prendre possession desdits bénéfices, ni s’immiscer en la jouissance d’iceux, sans s’être préalablement présentés à l’archevêque ou évêque diocésain, & en leur absence à leurs vicaires généraux, afin de subir l’examen, & obtenir leur visa, lequel ne pourra être baillé sans avoir vu & examiné ceux qui seront pourvus, & dont ils seront tenus de faire mention expresse, pour l’expédition desquels visa, ne pourront les prélats ou leurs vicaires & secrétaires, prendre qu’un écu pour le plus, tant pour la lettre que pour le scel d’icelle.

L’édit de Melun, art. 14, & l’édit du mois d’Avril 1695, art. 2, ordonnent la même chose.

Le visa doit contenir une description sommaire de la signature de la cour de Rome, c’est-à-dire, expliquer quelle grace y est accordée, de qui elle est signée, sa date & la forme de son expédition.

2°. Il doit aussi faire mention de l’expéditionnaire qui l’a obtenue en cour de Rome, & de la certification qui en est faite par deux autres.

3°. Le visa doit faire mention que l’impétrant a été examiné, & qu’il a été trouvé capable, tant du côté des vie & mœurs, que du côté de la science, &c.

4°. Il doit contenir la collation du bénéfice avec la clause salvo jure cujuslibet.

5°. Enfin la mise en possession.

Le visa est tellement nécessaire à celui qui est pourvu in forma dignum, que s’il prenoit autrement possession du bénéfice, il se rendroit coupable d’intrusion. La signature & le visa ne doivent point en ce cas être séparés l’un de l’autre. Ces deux actes composent un tout qui forme le titre canonique du pourvu.

Cependant la provision donne à l’impétrant tellement droit au bénéfice, qu’avant d’avoir obtenu & même requis le visa, il peut résigner en faveur ou permuter.

Pour ce qui est des signatures en forme gracieuse, elles forment provisions irrévocables, en vertu desquelles le pourvu peut prendre possession sans aucun visa, excepté pour les bénéfices à charge d’ames, suivant la déclaration du 9 Juillet 1646, & l’article 1 de l’édit de 1695.

L’article 21 de l’ordonnance de 1629 veut que le visa soit donné par l’évêque du lieu où est situé le bénéfice.

Le pourvu qui a besoin de visa doit le demander avant de prendre possession, & pour cet effet se présenter en personne, subir l’examen nécessaire, & obtenir les lettres de visa de l’évêque du diocèse, ou de son grand-vicaire, lorsqu’il a un pouvoir spécial, à l’effet de donner les visa.

Le prélat qui est hors de son diocèse peut y renvoyer les pourvus qui lui demandent le visa.

Celui qui est pourvu de plusieurs bénéfices a besoin d’un visa pour chaque bénéfice.

L’examen qui précede le visa doit être proportionné à la qualité du bénéfice, au lieu & aux autres circonstances. On doit écrire toutes les questions & les réponses pour être en état de juger de la capacité ou incapacité du pourvu.

Dans cet examen l’évêque est le juge des mœurs & de la capacité du pourvu, mais non pas de la validité des provisions.

S’il refuse le visa, il doit exprimer les causes de son refus, à peine de nullité.

Le défaut de certificat de vie & de mœurs n’est pas une cause légitime de refus de visa ; l’exercice d’un emploi ecclésiastique dans un diocèse, sous les yeux des supérieurs, & sans aucune plainte de leur part, tient lieu de certificat.

Celui qui veut se plaindre du refus de visa, doit le faire constater par le procès-verbal de deux notaires, ou par un notaire, assisté de deux témoins.

Il peut se pourvoir contre ce refus, s’il est injuste, par la vole de l’appel simple pardevant le supérieur ecclésiastique.

Il peut aussi se pourvoir au parlement par appel comme d’abus.

Les moyens sont 1°. si les causes du refus ne sont pas exprimées.

2°. Si l’évêque affecte de ne pas s’expliquer.

3°. S’il exprime un cause insuffisante.

4°. S’il en exprime une fausse, ou dont il n’y ait point de preuves, & qui tende à ternir la réputation du pourvu.

5°. Si l’évêque a pris connoissance de la validité des titres & capacités du pourvu & de l’état du bénéfice, dont il n’est point juge.

On contraignoit autrefois les collateurs par saisie de leur temporel à donner des visa & provisions à ceux auxquels ils en avoient refusé sans cause : l’ordonnance de Blois abrogea cet usage, & sa disposition fut renouvellée par l’ordonnance de 1629.

Cependant la jurisprudence n’a été fixée sur ce point que par l’édit de 1695, qui enjoint de renvoyer pardevant les supérieurs ecclésiastiques.

C’est au supérieur immédiat que l’on doit renvoyer, & en remontant de l’un à l’autre de degré en degré, suivant l’ordre de la hiérarchie. Voyez Fuet, la Combe, M. Piales, & le mot Bénéfice, Collation, Institution, Provision.

Visa est aussi un terme que le garde des sceaux met au bas des ordonnances & édits qu’il scelle. Il ne met pas son visa aux déclarations, elles sont seulement contresignées par un secrétaire d’état. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « visa »

(1527) Du latin visa (« choses vues »), neutre pluriel substantivé de visus, participe passé de video (« voir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français visa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. visa, sous-entendu carta, papier vu, de visus, part. passif de videre, voir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « visa »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
visa viza

Citations contenant le mot « visa »

  • Le gouvernement Trump a renoncé à sa décision controversée de priver de visa les étudiants étrangers dont les cours resteraient virtuels à la rentrée universitaire pour cause de pandémie, a annoncé, mardi 14 juillet, une juge fédérale. Le Monde.fr, Le gouvernement Trump renonce à priver de visa les étudiants étrangers dont les cours resteront virtuels
  • Un jour, on aura besoin d'un visa pour passer du 31 décembre au 1er janvier. De Jacques Sternberg
  • Si vous envisagez de prendre la carte Visa Premier, cette fois, l’encours nécessaire si vous ne respectez pas le revenu minimal imposé atteint 5 000 € (10 000 € pour un compte joint). Clubic.com, Quelle carte Boursorama (Visa ou Mastercard) choisir ?
  • Grâce à la création d’un visa numérique, l’Estonie permet à des étrangers de venir télétravailler sur son territoire pendant 12 mois. euronews, Estonie : un e-visa pour attirer les "nomades numériques" | Euronews
  • L’extension automatique de visa accordée par la Thaïlande depuis le 26 mars, prendra fin le 26 septembre 2020. thailande-fr.com, Séjour en Thaïlande: n’attendez pas le 26 septembre ! - Visas - thailande-fr.com
  • L'avocat français de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, condamné pour détournement de fonds, a annoncé vendredi 31 juillet que la République démocratique du Congo avait refusé de lui octroyer un visa pour venir défendre son client en appel. «J'ai été reçu ce matin par le chargé d'affaire de l'ambassade de RDC en France. Il m'a signifié solennellement (...) que mon visa a été refusé, faute pour moi de pouvoir prouver qu'un accord bilatéral entre nos deux pays m'autoriserait à plaider à Kinshasa», a écrit Me Pierre-Olivier Sur. Le Figaro.fr, RDC: pas de visa pour l'avocat français de Kamerhe
  • Une nouvelle méthode d’indicateur de compétence permet désormais de déterminer la durée pour laquelle un travailleur migrant, titulaire d’un visa de compétences essentielles (essential skills), peut rester en Nouvelle-Zélande. Les conditions des visas diffèrent selon le type d’emploi occupé par le migrant : un emploi moins qualifié, moyennement ou plus qualifié (lower-skilled/ mid-skilled/ higher-skilled). Ces indicateurs de compétences étaient jusqu’alors calculés à partir de la rémunération et de la classification australienne et néo-zélandaise des professions (ANZSCO). Depuis le 27 juillet, un salaire médian de 25,5 dollars néo-zélandais de l’heure viendra remplacer ce système. Les conditions des visas dépendront de la rémunération du travailleur migrant titulaire du visa, selon qu’elle est inférieure ou supérieure ou égale au salaire médian. , Emploi : modification du visa "Essential Skills" en Nouvelle-Zélande | lepetitjournal.com
  • Donald Trump a décrété le blocage d'une grande partie des visas, notamment ceux utilisés par les entreprises de la tech pour faire venir des experts de l'étranger. Une opportunité à saisir pour l'Europe dans la course aux talents, écrivent quatre personnalités. Les Echos, Opinion | Créons d'urgence un visa pour le « rêve européen » | Les Echos

Images d'illustration du mot « visa »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « visa »

Langue Traduction
Anglais visa
Espagnol visa
Italien visa
Allemand visa
Chinois 签证
Arabe تأشيرة دخول
Portugais visto
Russe виза
Japonais ビザ
Basque visa
Corse visa
Source : Google Translate API

Synonymes de « visa »

Source : synonymes de visa sur lebonsynonyme.fr

Visa

Retour au sommaire ➦

Partager