La langue française

Vicieux

Définitions du mot « vicieux »

Trésor de la Langue Française informatisé

VICIEUX, -EUSE, adj.

A. − [En parlant d'une pers.]
1. Vieilli ou littér. [Corresp. à vice I A et B 1 a]
a) Qui a une disposition naturelle à faire le mal; qui a de mauvais penchants, des vices. Synon. immoral, pervers, taré1.Gamine vicieuse; collégien vicieux. Lui, quand elle tournait la tête, coulait sur elle un regard luisant, aigu comme une épée, et toute sa personne de garçon vicieux s'allongeait et guettait rêvant une traîtrise (Zola, Cap. Burle, 1883, p. 160).La grande défaite, en tout, c'est d'oublier (...) et de crever sans comprendre jamais jusqu'à quel point les hommes sont vaches. Quand on sera au bord du trou faudra (...) raconter tout sans changer un mot, de ce qu'on a vu de plus vicieux chez les hommes (Céline, Voyage, 1932, p. 32).
Empl. subst. Rien au monde (...) ne peut arracher le meurtrier au fantôme de sa victime, le vicieux a l'obsession de son vice (Péladan, Vice supr., 1884, p. 67).Vous êtes ce que je hais le plus au monde! Ce que je trouve le plus niais et le plus bête. (...) j'aime mieux une vicieuse qui se fourre de la poudre dans le nez, une clocharde cuvant son vin rouge sous un pont, dans sa crasse (Anouilh, Répét., 1950, iv, p. 106).
P. anal. [En parlant d'un animal, notamment d'un cheval] Ombrageux, rétif. Les chevaux d'agoyate (...) sont des animaux très-laids, passablement vicieux, et plus obstinés que toutes les mules de l'Andalousie (About, Grèce, 1854, p. 25).
b) Qui dénote une disposition au vice, au mal; qui a, dévoile un côté pervers. Son caractère est vicieux.C'est un coureur de tabagies (Musset, Caprices Mar., 1834, ii, 3, p. 162).Cet homme [un visiteur] m'intriguait (...) son air régence, son air éveillé de flâneur des rues de Paris à la manière du Neveu de Rameau, son air vicieux, l'œil à l'affût (...), oui, j'avais déjà dû rencontrer cet oiseau, mais où (Cendrars, Main coupée, 1946, p. 277).
c) [Corresp. à vice I A 2] Qui a des habitudes bizarres, étranges ou perverses; qui dénote de la perversité, de l'étrangeté. Ce qui me plaît le plus là dedans, c'est le contraste vicieuxparfaitement, vicieux,de cette robe dans les roses tendres avec cet affreux fond de paysage désolé (Colette, Cl. s'en va, 1903, pp. 41-42).À moins d'avoir un goût vicieux pour l'esclavage, l'existence d'un facteur-receveur n'est possible que s'il est pourvu d'une femme (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p. 1025).
Empl. subst. Nous assistâmes encore ce même jour à deux autres corrections mémorables (...)(...) je finirais par croire qu'ils y prennent goût à ma justice ces saligauds-là! (...) Croyez-moi si vous voulez, jeune homme, ce sont presque toujours les mêmes qui reviennent!... Des vicieux quoi! (Céline, Voyage, 1932, p. 195).
2. [Corresp. à vice I B 1; en parlant d'une pers.] Qui a des mœurs, des goûts dépravés, déréglés; en partic., dans le domaine sexuel, qui a des habitudes, des pratiques condamnées par la morale sociale. Synon. cochon, débauché, libertin, lubrique, vicelard (pop.).Elle regarda son père roulé dans son vomissement; puis, la figure collée contre la vitre, elle resta là, à attendre que le jupon de sa mère eût disparu chez l'autre homme, en face. Elle était toute grave. Elle avait de grands yeux d'enfant vicieuse, allumés d'une curiosité sensuelle (Zola, Assommoir, 1877, p. 633).Le père était un homme vicieux qui ne répugnait pas à toucher les cuisses avec ses mains. Jusque dans la tombe, sa lubricité gardait pour certaines femmes une trouble attirance (Aymé, Travelingue, 1941, p. 31).
Empl. subst. Petite vicieuse; sale vicieux. Alors, on rêve d'innocence, de pureté, de rachatque sais-je? des bêtises. Un vicieux est toujours idéaliste (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1400).
[P. méton., en parlant d'un comportement, d'une attitude] Geste vicieux; habitude, imagination, voix vicieuse; yeux vicieux. Regardant avec attention dans la glace un petit signe brun qu'elle avait au-dessus de la hanche droite (...), elle le faisait saillir en se renversant davantage (...). Puis, elle étudia d'autres parties de son corps, amusée, reprise de ses curiosités vicieuses d'enfant (Zola, Nana, 1880, p. 1270).Elle a appris à sourire d'un air vicieux, à secouer ses boucles d'écolière, à cacher sa figure, quand on lui dit des inconvenances (Colette, Music-hall, 1913, p. 83).
B. − [En parlant d'une chose]
1. Vieilli. [Corresp. à vice II A] Qui présente des anomalies, des malformations des vices qui rendent défectueux. Le tunnel finissait en intérieur d'entonnoir; rétrécissement vicieux, imité des guichets de maisons de force, logique dans une prison, illogique dans un égout, et qui a été corrigé depuis (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 554).
P. anal., littér., mod. [En parlant d'un raisonnement, d'une vérité d'expérience] Argument vicieux; maxime vicieuse. Pendant cinquante ans la science a fait fausse route et (...) il n'y a plus qu'à oublier tant d'efforts accumulés qu'une conception vicieuse condamnait d'avance à l'insuccès (H. Poincaré, Valeur sc., 1905, p. 178).Même dans la science pure, le savant n'est pas à l'abri des poids truqués, des raisonnements vicieux (Maurois, Dialog. commandement, 1924, p. 88).
2. Littér. Qui va à l'encontre des normes, des règles. Synon. fautif, incorrect.Accord, contrat vicieux; expression, locution, phrase, prononciation vicieuse. En un mot nos alphabets, vu leurs défectuosités et le mauvais usage que nous en faisons, c'est-à-dire nos vicieuses ortographes [sic], méritent encore à peine le nom d'écriture (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p. 379).Elle avait remarqué que devant ce nom Swann et Forcheville avaient plusieurs fois supprimé la particule. (...) elle souhaitait d'imiter leur fierté, mais n'avait pas bien saisi par quelle forme grammaticale elle se traduisait. Aussi sa vicieuse façon de parler l'emportant sur son intransigeance républicaine, elle disait (...) les de La Trémoïlle (...) par une abréviation (...) qui dissimulait le de, les d'La Trémoïlle (Proust, Swann, 1913, p. 265).
3. MÉD. Qui présente des anomalies morphologiques ou fonctionnelles. Cal vicieux; position vicieuse. On a signalé (...) des nécroses du cartilage qui peuvent (...) provoquer des cicatrices vicieuses du larynx (Teissier dsNouv. Traité Méd.fasc. 21928, p. 278).
4. LOG. Cercle vicieux. V. cercle I B 4 au fig.
5. SPORTS. Qui est exécuté de façon à surprendre l'adversaire. (Dict. xxes.). Balle vicieuse; coup vicieux (Rob. 1985).
Prononc. et Orth.: [visjø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 « qui dénote une disposition au vice » (Moralités sur Job, éd. W. Foerster, p. 311: cant nos tornons les vitiouses penses es vertuz); 1931 subst. « ce qui dénote une disposition au vice » (Morand, 1900, p. 178: Henry Bataille, réinventeur de la pâleur, du maladif, du vicieux); 2. a) fin xiiies. « qui a un vice, des vices » (Jean de Meung, Testament, éd. Méon, p. 37: Ou abbés, ou évesques qui ne soit vicieus); 1370 subst. (Nicole Oresme, Éthiques, éd. A. D. Menut, p. 195: le jugement du vicieus); b) 1559 « ombrageux, rétif (en parlant d'un animal) » (Amyot, Vie des hommes illustres, Alexandre, 9 ds Littré: beste vicieuse, sauvage); 1606 (Nicot, s.v. franc: cheval franc, qui n'est point vicieux); c) 1964 sports balle vicieuse, coup vicieux (Rob.); 3. 1660 « qui a des mœurs déréglées, des habitudes sexuelles que réprouve le sentiment moral collectif » (Oudin Fr.-Esp.); 4. 1932 « qui a des goûts dépravés, bizarres » (Céline, Voyage, p. 44: une horde de fous vicieux). B. 1. Ca 1265 « qui est défectueux, mauvais, entaché de vices » (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, p. 358: c'est mal dit et vicieus); 1738 subst. « caractère défectueux, vicieux de quelque chose » (Argens, Lettres juives, t. 4, p. 333: en faire connaître le Faux et le Vicieux [de lois]); 2. a) ca 1265 log. (Brunet Latin, op. cit., p. 379: li argumens [...] est vicieus); b) 1725 log. cercle vicieux ([Cl. Huart], Les Hipotiposes ou Institutions Pirroniennes de Sextus Empiricus, trad. du gr., l. 1, chap. 15, p. 80: C'est le cercle vicieux ou le Dialléle, par lequel de deux choses, également contestées, on prend la seconde pour la preuve de la premiére, et alternativement la premiére pour la preuve de la seconde); 1755 lang. cour. cercle vicieux « situation, alternative dont on ne peut sortir » (Mirabeau, L'Ami des hommes, t. 2, p. 175); 3. 1606 prononciation vicieuse (Nicot, s.v. salade); 1652 [éd 1665] locution vicieuse (Guez de Balzac, Socrate Chrestien, p. 230); 1701 expression vicieuse (Fur.); 4. 1798 méd. conformation vicieuse (Ac.); 1911 position vicieuse (Macaigne, Précis hyg., p. 181: positions vicieuses du membre ou du tronc). Empr. au lat.vitiosus « gâté, corrompu; défectueux, mauvais, entaché de vice, irrégulier », dér. de vitium (vice*). Fréq. abs. littér.: 648. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 240, b) 785; xxes.: a) 841, b) 770.
DÉR.
Vicieusement, adv.D'une manière vicieuse. Regarder, exciter qqn vicieusement. J'accuse toujours ma malheureuse organisation qui est toujours en effet vicieusement disposée, à cette époque de l'année, par l'humidité et les frimas (Maine de Biran, Journal, 1822, p. 344). [visjøzmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1erquart xiiies. « d'une manière vicieuse, mauvaise » (Reclus de Molliens, Miserere, éd. A. G. van Hamel, CXLVII, 8, p. 213: vivre visciousement); b) ca 1355 « d'une manière vicieuse, défectueuse, irrégulière » (Bersuire, Tite-Live, ms. Ste-Gen., fo214b ds Gdf., s.v. vicioseté: Marcellus avoit esté creez vicieusement); de vicieux*; suff. -ment2*.

Wiktionnaire

Adjectif

vicieux

  1. Qui a quelque vice, quelque défaut, quelque imperfection.
    • Conformation vicieuse, contrat vicieux, clause vicieuse.
    • Une méthode vicieuse. — Une façon de parler vicieuse.
  2. Qualifie les chevaux, mulets et autres montures ou bêtes de trait qui mordent et ruent, qui sont ombrageux ou rétifs.
    • Ce cheval est vicieux. — Il deviendra vicieux.
    • Il montait une jument assez vicieuse. En gravissant des pentes où les cailloux roulaient vilainement sous les sabots de nos bêtes, la sienne eut un tour de rein qui le dépocha, et sa tempe tapa contre un coin de roche. — (Joseph Jolinon, Guerrillas 1808, Ed. Charlot, 1942, page 54)
  3. Qui a une disposition habituelle au mal, et particulièrement à la débauche et au libertinage.
    • La petite, qui roulait sur ses vingt ans, était aguichante au possible, mince et rembourrée, les yeux clairs, mouillés de candeur vicieuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 30)
    • On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, […]; qu'un homme vicieux trouve en elles des partenaires expertes, aux impudeurs extraordinaires, aux habiles jeux de la débauche et de la lubricité. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  4. Qualifie les choses qui tiennent du vice, qui ont rapport au vice.
    • Penchants vicieux. — Inclinations vicieuses. — Goûts vicieux.

Nom commun

vicieux \vi.sjø\ masculin (pour une femme on dit : vicieuse) singulier et pluriel identiques

  1. Substantif de l’adjectif : personne vicieuse.
    • Le vicieux se plaît dans son vice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VICIEUX (vi-si-eû, eû-z') adj.
  • 1Qui a des défauts, des imperfections graves. Conformation vicieuse. Contrat vicieux. Il [un des personnages] ne semble commencer à l'aimer [une femme] que quand il lui a donné sujet de le haïr ; cela fait une inégalité de mœurs qui est vicieuse, Corneille, Place royale, examen. Il est aussi vicieux de faire trop que trop peu, Fontenelle, Doutes sur les causes occas. Elle [la compagnie hollandaise] adopta dans ses chantiers une construction vicieuse qui lui fit perdre beaucoup de navires et de très riches cargaisons, Raynal, Hist. phil. I, 24.

    Terme de grammaire. Locution vicieuse, locution contraire à la règle et au bon usage.

    Terme de logique. Cercle vicieux (voy. CERCLE, n° 10).

  • 2En parlant des chevaux et autres bêtes de voiture, etc. méchant, rétif, ombrageux. On dit qu'il avait fait pendre un cheval vicieux dans son écurie, pour servir d'exemple aux autres, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 8 oct. 1760.
  • 3En parlant des personnes, adonné au mal, à la débauche. Je croirai qu'il n'est rien au monde qui guérisse Un homme vicieux, comme son propre vice, Régnier, Sat. X. Vertueux sans mérite, et vicieux sans crime [dans la doctrine de la fatalité], Corneille, Œdipe, III, 5. L'exemple de la chasteté d'Alexandre n'a pas tant fait de continents que celui de son ivrognerie a fait d'intempérants ; il n'est pas honteux de n'être pas aussi vertueux que lui, et il semble excusable de n'être pas plus vicieux que lui, Pascal, Pens. VI, 30, édit. HAVET. L'homme le plus dangereux dans nos mœurs est celui qui est vicieux avec de la gaieté et des grâces, Duclos, Consid. mœurs, 8.

    Substantivement. Les vicieux qu'il [l'honneur du monde] engendre, ne sont pas de ces vicieux abandonnés à toutes sortes d'infamies, Bossuet, Sermons, Honneur du monde, 2. Les vices des rois encouragent les vicieux, et rendent pusillanimes les gens de bien qui les approchent, Diderot, Cl. et Nér. I, 83.

  • 4Qui tient du vice, qui a rapport au vice. Les coupables esprits ont toujours mille craintes, Lorsqu'il leur faut quitter ce vicieux séjour, Théophile, Œuvres, p. 306. Nos actions ne sont ni si bonnes, ni si vicieuses que nos volontés, Vauvenargues, Réfl. et max. 314. Les générations des opinions sont conformes à celles des hommes, bonnes et vicieuses tour à tour, Vauvenargues, ib. 33. Comment aurait-il [Sénèque] fait pour dérober à ses entoures la connaissance de sa vie privée vicieuse ? de quel front aurait-il prêché la vertu à son élève ? Diderot, Cl. et Nér. I, 104.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant nos tornons les vitiouses penses es vertus, Job, p. 455.

XIIIe s. Te convient… que tu ne dies à tart chose qui te soit profitable ; ce est hors de ton devisement [plan] ; car ce est mal dire et vicious, Latini, Trésor, p. 526. Pou en y a ou nulz, soit moines ou prieus, Ou abbés ou evesques, qui ne soit vicieus, J. de Meung, Test 726.

XIVe s. Et en cestes choses superhabundance est vicieuse, et deffaute est vituperée et blasmée, Oresme, Éth. 44.

XVIe s. Deux extremes vicieux, Montaigne, III, 13. Combien avons-nous de mestiers et vacations receues, dequoy l'essence est vicieuse [immorale], Montaigne, I, 397. Philippus commanda que l'on le remmenast [Bucéphale] comme beste vicieuse, sauvage et du tout inutile, Amyot, Alex. 9. Cetuicy [d'Aubigné], assez vicieux en grandes choses, et qui peut estre n'eust refusé ce service [porter des paroles d'amour à une femme] par caprice à un sien compaignon…, D'Aubigné, Mém. p. 38.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VICIEUX, adj. (Gramm.) qui a quelque vice. Voyez Vice.

Vicieux, (Maréchal.) un cheval vicieux est celui qui a de fortes fantaisies, comme de ruer & de mordre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vicieux »

Du latin vitiosus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. vicios ; espagn. vicioso ; ital. vizioso ; du lat. vitiosus, de vitium, vice.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vicieux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vicieux visjø

Citations contenant le mot « vicieux »

  • Le christianisme a empoisonné Eros ; il n’en est pas mort mais il en est devenu vicieux. De F. Fischer
  • Tout est cycle, cercle vicieux, éternel retour. De Morgan Sportès / Solitudes
  • Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux ! De Eugène Ionesco / La Cantatrice chauve
  • Dans notre monde, seuls les sots sont punis, non les vicieux. De Marguerite de Navarre
  • Cercle vicieux : changer le monde pour avoir la foi. Avoir la foi pour changer le monde. De Michel Polac / Hors de soi
  • L'homme vicieux et corrompu n'est que faiblesse et lâcheté. De F.-Réal Angers / Les révélations du crime ou Cambray et ses complices
  • C’est parce que la terre est une sphère que tout ce qu’elle engendre débouche sur des cercles vicieux. De Jacques Sternberg
  • « C’est un cercle vicieux. Les gens sont obligés de quitter leur logement parce qu’ils ne peuvent pas payer leur loyer, ils commencent à occuper un immeuble ou un terrain et finissent par être expulsés à nouveau », déplore Talita Gonzales, chercheuse à l’Observatorio das Remoçoes, ONG qui défend le droit au logement. Le Telegramme, Au Brésil, le coronavirus a créé de nouvelles favelas - Monde - Le Télégramme
  • Ils protestent contre un radar un peu vicieux : des centaines de personnes ont signé une pétition sur internet contre un radar de chantier situé sur l'A3 au niveau de Romainville, en Seine St Denis. Le panneau de limitation de vitesse était caché par des broussailles. France Bleu, Seine-Saint-Denis : des automobilistes contestent leurs PV, le panneau était masqué par les broussailles

Images d'illustration du mot « vicieux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vicieux »

Langue Traduction
Anglais vicious
Espagnol vicioso
Italien vizioso
Allemand bösartig
Chinois 恶毒
Arabe وحشي
Portugais vicioso
Russe порочный
Japonais 悪質な
Basque gurpil
Corse viciosu
Source : Google Translate API

Synonymes de « vicieux »

Source : synonymes de vicieux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vicieux »

Vicieux

Retour au sommaire ➦

Partager