La langue française

Vermine

Sommaire

Définitions du mot vermine

Trésor de la Langue Française informatisé

VERMINE, subst. fém.

A. −
1. Ensemble des insectes parasites externes (comme les poux, les puces, les punaises) qui s'attachent à l'homme ou aux animaux. Couvert, rongé de vermine. Il fallut (...) m'étendre sur une paillasse, d'où les puces, les punaises et autres vermines me chassèrent bientôt (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 307).L'on imagine le parfum qui emplissait les locaux, d'ailleurs pullulants de vermine, dans lesquels la rareté de l'eau interdisait les lavages corporels (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 131).
P. métaph. La plus vieille légende chinoise s'imposa à lui: les hommes sont la vermine de la terre (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 352).
2. Ensemble d'insectes ou de larves d'insectes qui se nourrissent de matières végétales ou animales. Si nous n'avions pas le bonheur d'avoir des moineaux, des pinsons, des hirondelles et des centaines d'autres petits oiseaux comme les chardonnerets et les fauvettes, pour exterminer toute cette vermine, nous serions perdus, monsieur Kobus: les hannetons, les chenilles et les sauterelles nous mangeraient tout! (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 48).
B. − P. anal. ou au fig.
1. Vieilli. Une vermine de. Une quantité de. [Peltier] était rongé d'une vermine de petits défauts dont on ne pouvait l'épurer (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 437).J'en doute. Je me sens une vermine de doutes (D'Esparbès, Vent du boulet, 1909, p. 194).
2. Péj. [Désigne des gens jugés méprisables]
a) [En parlant d'individus] [Coupeau] assista à la toilette de la petite (...), trouvant qu'un rien du tout donnait à cette vermine un air de vraie demoiselle (Zola, Assommoir, 1877, p. 679).Tu avoues donc, sacrée petite vermine! cria le Français exaspéré. Cette fois, je m'en vais te ficeler comme un jambon (Bernanos, Nuit, 1928, p. 27).
b) [En parlant collectiv. d'un grand nombre d'individus, d'une foule] À la messe, je suis extraordinairement touché par le Nobis peccatoribus, lu tant de fois sans amour. Répétant cette prière dans la rue, je suis sur le point de pleurer au milieu de la vermine endimanchée (Bloy, Journal, 1901, p. 57).
3. Arg., pop. ,,Avocat, homme de loi`` (France 1907).
REM.
Verminard, subst. masc. arg.,pop. a) ,,Individu sale, crasseux, mal mis`` (France 1907). T'as encore touché à son bandage, enfant d'veau, verminard! tonitrue-t-il [l'infirmier] (Barbusse, Feu, 1916, p. 313).b) ,,Homme méprisable`` (Larch. Suppl. 1880, p. 132).
Prononc. et Orth.: [vε ʀmin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 « toute sorte de bêtes nuisibles (souris, serpents, etc.) » (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 1527); 2. a) 1174 « ensemble des insectes parasites de l'homme et des animaux » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3939); b) 1434 « insectes ou larves d'insectes qui se nourrissent de matières végétales ou animales » (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 299); 3. a) 2emoit. du xives. « personne méprisable » (Eustache Deschamps, Dit du jeu des dés, 120 ds Œuvres compl., éd. G. Raynaud, t. 7, p. 257); b) 1576 « ensemble de personnes méprisables, indésirables » (J. Bodin, La République, V, 2 ds Littré). Dér. de l'a. fr. verm « ver de terre » (v. ver); suff. -ine (v. -in, -ine). Fréq. abs. littér.: 357. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 139, b) 833; xxes.: a) 841, b) 446. Bbg. André (J.). Vermināre, vermināri. R. Philol. Litt. Hist. anc. 1974, t. 48, no2, pp. 267-273.

Wiktionnaire

Nom commun

vermine \vɛʁ.min\ féminin

  1. Ensemble d’insectes parasites, malpropres, nuisibles et incommodes, comme les poux, les puces, les punaises, etc. ; utilisé pour les insectes infectant les humains, les animaux ou les plantes.
    • Soit pour des mésanges, des fauvettes, des becs fins comme les hirondelles : ça détruit la vermine! Mais les mauvis […]? — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Sa maison était propre, bien tenue ; elle tranchait avec la blancheur gaie de sa façade et le luisant de ses meubles, sur les taudis immondes où, d’ordinaire, croupissent dans la fange et dans la vermine, les marins bretons. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Les hommes sont internés en Lituanie, dans les camps de Milejgany, Jewie et Roon où ils souffrent du froid intense, du manque de nourriture et d'eau potable, des conditions précaires d'hébergement, de la vermine et des humiliations. — (Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Armand Colin, 2014)
  2. (Figuré) (Familier) Toute sorte de gens de mauvaise vie, de garnements dangereux ou incommodes pour la société.
    • La vermine des catacombes s'épanouissait lentement au soleil ; les couvents et monastères champignonnaient, rongeant le sol gaulois comme une lèpre hideuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 84)

Forme de verbe

vermine \vɛʁ.min\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de verminer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de verminer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de verminer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de verminer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de verminer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VERMINE (vèr-mi-n') s. f.
  • 1 Terme collectif. Nom général donné aux insectes parasites, tels que les poux, les puces, etc. non-seulement ceux qui s'attachent aux hommes et aux animaux, mais aussi ceux qui infestent les plantes. Cet enfant est plein de vermine. La vermine s'est mise sur cet arbre. Il suffit qu'un faquin marche tout nu, chargé de fer et de vermine, pour qu'il ait des disciples, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. Inde, 24. Redi a reconnu par de nombreuses observations que presque tous les oiseaux étaient sujets à avoir de la vermine dans leurs plumes, Buffon, Ois. t. II, p. 257.

    Fig. Bonnet de pauvre et royal diadème Ont leur vermine ; un dieu fit cette loi, Béranger, Belges.

  • 2 Fig. Gens méprisables, dangereux et incommodes pour la société. Il faudrait, afin d'avoir ici la paix, mettre toute cette vermine monacale dans des bateaux, et les envoyer en Mozambique ou au royaume de Monomotapa, Patin, Lettres, t. II, p. 304. Il y a trente ans qu'elle n'est occupée qu'à se défendre d'une vermine si maudite, Patru, Plaidoy. 4. Babouc jugea qu'il n'y aurait pas grand mal quand cette vermine [les lettrés de bas étage] périrait dans la destruction générale, Voltaire, Babouc.

HISTORIQUE

XIIe s. D'un altre haire aveit trestut sun cors enclos… La vermine i esteit à torkes e à tors, Qui ne laissout aveir à sa char nul repos, Th le mart. 102. Mais si esteit coverte cele robe chevrine E desus e desuz de menue vermine, ib. 156.

XIIIe s. Formis et petites vermines, la Rose, 18057. Cil que l'en met en chartre [prison] oscure, Et en vermine et en ordure, Qui n'a fors pain d'orge ou d'avoine, la Rose, 2624. Mi marz ; tout droit en cel termine Que de souz terre ist la vermine, Où ele a tout l'yver esté, Si s'esjoït contre l'esté, Rutebeuf, II, 24. La dame jut desus la terre, Qu'il n'est nus qui le cors enterre ; Ne oisel ne autre vermine N'i approcha tout le termine, Rutebeuf, II, 145. Car là où est [un certain arbre], serpens ne wivre [vipère] N'autre vermine n'i puet vivre, Fl. et Bl. 1869. En France avoit si grant famine Et si grant plenté de vermine, Que de vermine sans reclaim Moroient les gens et de faim, Ph. Mouskes, ms. p. 326, dans LACURNE. Et pour che qu'il [Joseph d'Arimathie] s'a encusé, L'a Pylate en terre planté En une cavierne parfonde Qui de viermée flote et onde, Scheler, Notice et extraits sur deux mss, p. 21.

XVe s. Monsieur mon pere eust amassé Plus d'escus que on n'eust entassé, En ung hospital de vermine, Villon, Baillevent et Malepaye.

XVIe s. Crapaux, viperes et autres vermines, Paré, XXIV, 3. Quantité de chenilles et autre vermine qui broustent et rongent les fueilles et gettons des arbres, Paré, XXIV, 5. Ceste vermine [les Bohémiens] se multiplie aux mons Pyrenées, aux Alpes, aux mons d'Arabie, et autres lieux montueux et infertiles, Bodin, la République, v, 2. On a su certainement avoir esté parlé de jeter hors de la republique les trois vermines que l'on disoit estre les moines, la noblesse et les gens de longue robe servant à votre justice, Mém. de Condé, édit. de 1743, t. IV, p. 392.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vermine »

(1121-34) De l’ancien français verm (« ver de terre ») et -ine[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, vermeinn ; bourguig. vermaigne ; picard, vermeinn ; Berry, varmine ; provenç. vermena ; d'un adjectif fictif latin vermineus, appartenant aux vers, de vermis, ver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vermine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vermine vɛrmin

Citations contenant le mot « vermine »

  • Les plus petits animaux ont les plus grosses vermines et les plus petits esprits ont les plus gros préjugés. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Scrupules, vermine de la volonté. De Jules Renard / Journal
  • Les hommes sont la vermine de la terre. De André Malraux / La condition humaine
  • Nous ne sommes, après tout, qu'une vermine provisoire. De Auguste Villiers de l'Isle-Adam / L'Analyse chimique du dernier soupir
  • «J'ai eu deux cancers et, dernièrement, j'ai dû consulter mon médecin pour une plaie à mon bras. Mon médecin m'a dit qu'un insecte contaminé m'a piqué. J'ai dû prendre des antibiotiques. Je suis tannée! Puis, c'est sans parler des odeurs et de la vermine», a déploré Johanne Caissy, une résidente des environs depuis sept ans.  Le Journal de Québec, Des citoyens exaspérés par les ruines d'un incendie à Shawinigan | JDQ
  • Écrite par Kafka en 1912 et publiée en octobre 1915, "Die Verwandlung" ("La Métamorphose") est le récit de la "transformation" corporelle d'un voyageur de commerce en "vermine", un matin de grasse matinée. Cette nouvelle devint emblématique de l'univers kafkaïen et reste un de ses textes les plus lus au monde. rts.ch, "La Métamorphose" de Kafka, une vermine haineuse - rts.ch - Livres

Traductions du mot « vermine »

Langue Traduction
Anglais vermin
Espagnol alimañas
Italien parassiti
Allemand ungeziefer
Chinois 害虫
Arabe الهوام
Portugais vermes
Russe вредители
Japonais 害虫
Basque vermin
Corse vermini
Source : Google Translate API

Synonymes de « vermine »

Source : synonymes de vermine sur lebonsynonyme.fr
Partager