La langue française

Traître, traîtresse

Sommaire

  • Définitions du mot traître, traîtresse
  • Étymologie de « traître »
  • Phonétique de « traître »
  • Citations contenant le mot « traître »
  • Images d'illustration du mot « traître »
  • Traductions du mot « traître »
  • Synonymes de « traître »
  • Antonymes de « traître »

Définitions du mot traître, traîtresse

Trésor de la Langue Française informatisé

TRAÎTRE, TRAÎTRESSE, subst. et adj.

I. − Substantif
A. − Celui, celle qui trahit, qui se rend coupable d'une trahison. Synon. délateur, judas, parjure, renégat, transfuge.Le traître tient à sa merci l'État-major. On ne peut pas le condamner, il parlerait (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 75).Il y eut un traître parmi les apôtres (Billy, Introïbo, 1939, p. 66).
B. − P. ext. Personne qui agit avec perfidie, qui est susceptible de nuire d'une manière hypocrite. Synon. félon, fourbe, perfide.Flatteries, bassesses d'un traître. Des imprécations éclataient, il y eut une poussée pour se jeter sur le traître. Eh quoi! il avait juré avec eux, la veille, et on le trouvait au fond, en compagnie des autres? (Zola, Germinal, 1885, p. 1415):
Un léger sourire vint sur les lèvres de la marquise. − Major, dit-elle, mon mari est un traître, ou plutôt c'est un mari comme il y en a tant, qui préfère un échiquier à sa femme, et qui, pour concilier ses devoirs et ses passions, met sa femme sous la protection de son ami. Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 191.
P. métaph. Marcel Proust m'initia à cette « mécanique » que tant de lettres et de confidences nous ont, depuis la mort de Proust, rendue familière; il appelait ainsi l'art de se conduire avec cette fameuse traîtresse qu'est la maladie (Morand, Visit. du soir, 1949, p. 24).
Personne infidèle en amour. Je me trouvais si en colère contre cette traîtresse, que j'avais résolu de partir de Gibraltar sans la revoir (Mérimée, Carmen, 1847, p. 61).
Traître de mélodrame. [P. réf. à l'acteur qui dans les anciens mélodrames, jouait les rôles de traître, de scélérat] Homme qui affecte des airs sombres, tragiques. Vous vous posez là comme un traître de mélodrame (Balzac, Cous. Pons, 1847, p. 298).La grande figure du comte Mosca (...) n'est plus, dans la pièce de M. Paul Ginioty, qu'un personnage secondaire, d'allure médiocre, avec un petit air de traître de mélodrame (Léautaud, Théâtre M. Boissard, 1943, p. 46).
P. exagér., vx. [Sans impliquer de trahison] Bandit, scélérat. Mon traître de fils. On se pénètre. Nous avons l'un sur l'autre une obscure fenêtre, Et nous voyons nos cœurs sinistres. Ton amour, Ton dévouement, j'en ris, vieux traître (Hugo, Torquemada, 1882, p. 13).
En apostrophe injurieuse. Traîtres! lâches! que ne viennent-ils eux-mêmes jouir de mes larmes de démence et de rage? (Hugo, Han d'Isl., 1823, p. 110).Salomon: Ah! vous avez le temps (...) Le feu a pris dans la cave, et vous demeurez au grenier. David: Ah! double traître! (Dumas père, Kean, 1836, ii, 2etabl., 1, p. 121).
Loc. En traître. D'une manière perfide; en agissant par surprise. Agir, attaquer en traître. Ah! Tu m'as pris en traître! s'écria celui-ci en feignant une grande colère (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 26).Avais-je la cervelle éparse? Sans doute entre Auteuil et Bercy... Elle ne m'a pas pris en traître Sais-je pas sur le bout du doigt, Que toute honnête soupe doit Être brûlante ou ne pas être? (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p. 157).
II. − Adjectif
A. −
1. [En parlant d'une pers.] Qui trahit ou est capable de trahir. Synon. déloyal, fourbe, perfide.Âme traîtresse. Eugénie eut peur d'être lâche et traîtresse en divulguant ces secrets que garde la société tout entière (Balzac, Fille Ève, 1839, p. 188).Il s'est décelé en défendant les généraux traîtres et en réclamant les mesures criminelles d'une clémence intempestive (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 249).
[Inv. en genre] Traître à.Traître à son roi, à sa cause. Les gueux capables de vouloir l'abandonner [Mayence] seraient fusillés sur-le-champ comme traîtres à la patrie (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 108).Morand promène des Asiatiques à Londres, des Américains en Syrie (...) il fait voir nos coutumes par ces yeux (...). Mais, en même temps, il s'arrange pour que ces visiteurs aient beaucoup perdu de leur pureté primitive et soient déjà tout à fait traîtres à leurs mœurs sans avoir tout à fait adopté les nôtres (Sartre, Sit. II, 1948, p. 226).
2. [En parlant d'une chose] Vieilli. Qui a le caractère de la trahison, de la perfidie. Affabilité traîtresse; paroles traîtresses. Des faveurs traîtresses (Ac.).
B. − [Parfois inv. en genre] Qui est capable de faire du mal sans qu'on s'y attende, qui est plus dangereux qu'il ne paraît. Brume, pluie traîtresse; eaux stagnantes et traîtresses. Je vais en Espagne (...). Même les femmes en ont [des poignards] dans leurs corsets et dans leurs jarretières (...). Vrai, sans farce, il faut prendre garde, elles sont traîtres en diable (Mérimée, Mosaïque, 1833, p. 234).Il lui fallut bien, tout de même, traverser trois prés, sauter un traître petit ruisseau, où il faillit plonger les deux pieds à la fois (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p. 61).Fam. [En parlant d'un vin] Je crois que tu deviens un peu fou, mon pauvre Auguste. C'est son Moselle [vin]... Il est si traître... (Giraudoux, Ondine, 1939, I, 7, p. 60).
[En parlant d'un animal] Méfiez-vous de ce chien, il est traître; prenez garde à ce cheval, il est traître. Les chats sont ordinairement traîtres (Ac.).
[Dans un cont. métaph.] Que j'en ai levé par-là [quai Malaquais et quai Voltaire], de ces idées de sonnet! (...) plusieurs, m'ayant leurré longtemps, ont fini par s'envoler (...) d'autres (...) étaient de traîtres oiseaux à qui j'ai tordu le cou, de peur qu'ils n'allassent redire ce qui se passe chez moi (Veuillot, Odeurs de Paris, 1866, p. 466).
[En parlant d'une maladie] J'espère que vous aurez quitté Carabanchel sans attendre un traître rhume, pour vous avertir qu'il fait toujours plus froid à la campagne qu'à la ville (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t. 2, 1868, p. 355).
C. − Loc. fam. [L'adj. fonctionne comme un intensif de la nég.] Pas un traître mot. Pas un seul mot. Je n'ai pas compris un traître mot à ses explications. Madame d'Espard, qui depuis plus d'un mois ne voyait plus la princesse, et n'avait pas reçu d'elle un seul traître mot, vint, amenée par une excessive curiosité (Balzac, Secrets Cadignan, 1839, p. 360).Le troisième hésita, puis se décida à commander:Same thing! L'aubergiste, qui ne comprenait pas un traître mot d'anglais, mais trop orgueilleux pour en rien laisser voir, servit les deux premiers (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 229).
P. anal. Tu n'avais pas un traître sou, au début de notre collage (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p. 187).
Rare. [Dans une prop. affirm.] Tout ce que j'ai à dire au maréchal, c'est ce traître mot: « Voilà M. Grandet, excellent financier (...) » (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 332).
REM.
Traîtrillon, subst. masc.,hapax. Le voilà [Marmont] (...) la consolation de la conscience des traîtrillons, quand ils se comparent et qu'ils s'absolvent en l'insultant (Arnoux, Roi, 1956, p. 87).
Prononc. et Orth.: [tʀ εtʀ ̭], fém. [-εs]. Ac. 1694, 1718: traistre, traistresse; dep. 1740: traître, -esse. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 subst. masc. träitre « celui qui trahit » (Roland, éd. J. Bédier, 201); 1636 en traître « par trahison » (Corneille, Cid, V, 6); 1798 (Ac.: On dit familièrement, Il ne m'en a pas dit le traître mot, pour dire, Il ne m'en a pas dit un mot); b) xiiies. subst. fém. traïtresse « femme qui trahit » (La Fille mal gardée, éd. P. Meyer ds Romania, t. 26, p. 89, vers 68); ca 1175 adj. traitresse « qui trahit, qui est perfide » (Chron. Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 4635); 2. 1552 adj. traitre « qui est plus dangereux qu'il n'y paraît » (Ronsard, Les Bacchanales, éd. P. Laumonier, t. 3, p. 211, vers 522); 3. 1647 subst. fém. traîtresse terme d'injure qui n'implique pas trahison ou perfidie (Scarron, Jodelet, III, 7 ds Livet Molière). Francisation d'apr. trahir* du lat. traditor, -oris; le cas suj., parce que ce terme était fréq. empl. comme appellatif, l'a emporté sur le cas régime tradetur fin xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 148) − xves. ds La Curne, s.v. traitour; cf. également la forme trahisseur « id. » xives. (Gloss. lat.-fr., ms. Montp. H 110, fo247 vods Gdf., s.v. traisseur) − 1574 (Fr. Perrin, Pourtraict, fo23 ro, ibid.). Fréq. abs. littér.: 1 651. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 147, b) 2 429; xxes.: a) 3 823, b) 1 586. Bbg. Ascoli (C. I.). Sagginoli diversi. Archivo glottologico italiano. 1890, t. 11, p. 440-441.

Wiktionnaire

Nom commun

traître \tʁɛtʁ\ (orthographe traditionnelle) masculin et féminin identiques (pour une femme, on dit aussi traîtresse)

  1. Personne qui trahit.
    • Je n’ai donc contre vous que la haine que j’ai pour tout traître, que le mépris que j’ai pour tout calomniateur. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Hélas ! si tous les héros n’ont pas été récompensés comme ils méritaient de l’être, tous les traîtres n’ont pas été punis. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.32)
    • La beauté dont mon traître adore les attraits. — (Pierre Corneille, La Veuve, 1632)

Adjectif

traître \tʁɛtʁ\ (orthographe traditionnelle)

  1. Qui trahit, qui est capable de trahison.
    • Cet homme-là est bien traître.
    • Le cœur le plus traître du monde.
    • Une âme traîtresse.
  2. Qualifie quelques animaux, comme des chiens, des chats, des chevaux, qui mordent, qui égratignent, qui ruent lorsqu’on y pense le moins.
    • Ce chien est traître.
    • Les chats sont ordinairement traîtres.
    • Prenez garde à ce cheval, il est traître.
  3. Qualifie des actes qui marquent de la trahison, de la perfidie.
    • C’est un procédé bien traître.
    • Il lui a joué un tour bien traître.
    • Des faveurs traîtresses.
  4. Qualifie certaines choses qui trompent, qui sont plus dangereuses qu’elles ne le paraissent.
    • Je m'engageai dans la passe et commençai à louvoyer contre la marée et un fort vent debout. Je devais agir avec prudence, car les pointes traîtresses du corail me guettaient sous la mer. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Ahmed Abdou s'effrayait aussitôt, et craignait que la graine dure et traîtresse, cachée sous les fibres, ne blessât la fillette. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)

Forme d’adjectif

traîtresse \tʁɛ.tʁɛs\ (orthographe traditionnelle)

  1. Féminin singulier de traître.

Nom commun

traîtresse \tʁɛ.tʁɛs\ féminin (pour un homme on dit : traître) (orthographe traditionnelle)

  1. Femme qui trahit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRAÎTRE (trê-tr', trè-s') adj.
  • 1Qui trahit. Moi, seigneur ! moi, que j'eusse une âme si traîtresse, Corneille, Cinna, v, 1. Tout flatteur, quel qu'il soit, est toujours un animal traître et odieux, Bossuet, 5e avert. 31. Heureux ! si je pouvais avant que m'immoler Percer le traître cœur qui m'a pu déceler ! Racine, Mithr. IV, 2.

    Traître comme Judas, se dit d'un homme qui, sous le masque de l'amitié, trahit de la manière la plus cruelle.

    Populairement. Il n'est pas traître à son corps, il ne se refuse aucune commodité.

  • 2Il se dit des animaux domestiques qui mordent, égratignent ou ruent quand on y pense le moins. Le chat est traître. Prenez garde à ce cheval, il est traître. Un chien traître.
  • 3Il se dit des choses qui ont le caractère de la trahison, de la perfidie. Embûche traîtresse, Tristan, Mariane, IV, I. Une traîtresse voix bien souvent vous appelle ; Ne vous pressez donc nullement, La Fontaine, Fabl. VIII, 21. Ce blé couvrait d'un lacs Les menteurs et traîtres appâts, La Fontaine, Fabl. IX, 2. Et que j'ai cru trouver quelque sincérité Dans les traîtres appas dont je fus enchanté, Molière, Mis. IV, 3. L'excès prodigieux De ce fatal amour né de vos traîtres yeux, Molière, ib. IV, 3.
  • 4Il se dit de certaines choses qui sont dangereuses sans le paraître. Le seul Ulysse en échappa [des piéges de Circé] ; Il sut se défier de la liqueur traîtresse, La Fontaine, Fabl. XII, 1. Il [l'évêque de Saintes] était sans fièvre et se croyait entièrement hors d'affaire ; il causa une heure avec l'abbé Têtu ; ces sortes de mieux sont quasi toujours traîtres, et tout d'un coup il est retombé dans l'agonie, Sévigné, 1er juillet 1676. Pendant que nous en étions là, voilà une pluie traîtresse… qui, sans se faire craindre, se met d'abord à nous noyer, Sévigné, 23 août 1671. Des traîtresses de douleurs qui reviennent quelquefois, et dont il faut se moquer, parce que c'est la manière de peindre du rhumatisme, Sévigné, 1er mars 1676. À peine ai-je senti cette liqueur traîtresse, Que de ces vins mêlés j'ai reconnu l'adresse, Boileau, Sat. III. J'ai banni loin de moi cette liqueur traîtresse [le vin] Qui nourrit des humains la brutale mollesse, Voltaire, Mahom. II, 4.
  • 5 Familièrement. Il ne m'en a pas dit le traître mot, un traître mot, il ne m'en a pas dit un seul mot. (Cela signifie-t-il proprement : il ne m'en a pas dit un mot qui trahît ce dont il s'agissait ? ou bien traître est-il un simple terme d'injure, comme qui dirait : un chien de mot ?)
  • 6 S. m. et f. Celui, celle qui fait une trahison. Quiconque aime le traître, aime la trahison, Mairet, Mort d'Asdrub. II, 3. Au travers de son masque on voit à plein le traître ; Partout il est connu pour tout ce qu'il peut être, Molière, Mis. I, 1. Philippe aimait la trahison, et n'aimait pas les traîtres, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 59, dans POUGENS. Le comte : Quant à moi, j'aime la politesse. - Lisimon : Moi je ne l'aime point, car c'est une traîtresse Qui fait dire souvent ce qu'on ne pense pas, Destouches, Glor. II, 15. Tous les historiens flétrissent le connétable [de Bourbon] du nom de traître ; on pouvait, il est vrai, l'appeler rebelle et transfuge ; il faut donner à chaque chose son véritable nom : le traître est celui qui livre le trésor, ou le secret, ou les places de son maître, ou son maître lui-même à l'ennemi, Voltaire, Mœurs, 123.

    Traître, traîtresse se disent quelquefois comme termes d'injure, sans impliquer trahison ou perfidie. Vous ne m'aimez donc pas, madame la traîtresse ? Scarron, Jodelet, III, 7. … Qui, oui, j'ai su que ce traître d'amant Parle de m'obtenir par un enlèvement, Molière, Éc. des mar. II, 11. Laisse là son nom, traître, et dis ce qu'il t'a dit, Molière, Mis. IV, 4. Si mon traître d'époux par hasard était mort, Regnard, Démocr. II, 7. D'où viens-tu, double traître ? Dans l'état où je suis peut-on laisser un maître ? Legrand, Aveugle clairvoyant, sc. 9.

  • 7Traître de mélodrame, l'acteur qui, dans les anciens mélodrames, jouait le rôle du traître, et qui exagérait presque toujours ses gestes ; et, par moquerie, l'homme qui affecte un air sombre, une marche cachée, des manières dissimulées. Tout à coup j'avise, rasant les maisons, le nez dans la cravate, sombre et voûté comme un traître de mélodrame, devinez qui ? Ch. de Bernard, Un homme sérieux, XX.
  • 8En traître, loc. adv. Avec trahison, traîtreusement. Va, tu l'as pris en traître ; un guerrier si vaillant N'eût jamais succombé sous un tel assaillant, Corneille, Cid, v, 6.

    Avec un sujet au plur. J. J. Rousseau a dit en traîtres. Aucun d'eux osa-t-il l'attaquer en face ? ils le prirent en traîtres, Lett. à M. de St-Germain, 26 fév. 1770. Il faut écrire en traître ; c'est une locution adverbiale.

HISTORIQUE

XIe s. Li reis Marsile i fit mult que traïtre, Ch. de Rol. XI.

XIIe s. Il maudit Gilemer le traïtor renois, Sax. XVIII. Queque dient li tuen e li deu traïtur [ceux qui trahissent Dieu et toi], Ne te turne à vilté mais à mult grant honur, Th. le mart. 74. Ne teus ovraignes [telles œuvres] comencier Vils, malvaises, ne traïtresses, Decevables ne felonesses, Benoit de Sainte-Maure, II, 1909.

XIIIe s. Joffrois, qui marescaus estoit de nostre ost, manda à l'empereour que il aroit bataille contre Burile le trahitour, H. de Valenciennes, VII.

XVe s. Furent toutes leurs maisons [aux Mahieux] abattues et portées par terre, ainsi que si ils fussent trahistres à tout le corps de la ville, Froissart, II, II, 54.

XVIe s. Ils crioyent contre les evesques, les blasmant outrageusement comme traistres de la discipline, Calvin, Instit. 994. Mais qui pis est, trahistre et cautelleux, Marot, J. V, 76. Car, maulgré eulx et leur langue traistresse, Je l'aymeray, et serviray sans blasme, Marot, J. V, 259. Vostre traistre soubris, vostre double faintise, Du Bellay, J. III, 70, recto. Complices du meurtrier qui vous tue, et traistres de vousmesmes, La Boétie, 23. Traistre beauté, venimeuse doulceur, La Boétie, 445. C'estoit un traistre qui parloit à un autre traistre, Amyot, Alc. 50. Nous tenons prisonniers en la Bastille de Paris les trahistres qui la vous ont vendu, Carloix, II, 1. Ah traistre amour, donne-moy paix ou treve, Ronsard, 6. Les Gaulois nos cousins, en Asie, haïssoient ces armes traistresses et volantes, duicts à combattre main à main, Montaigne, I, 363. Les meurtriers, les traistres, les tyrans, Montaigne, II, 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « traître »

(Date à préciser) De l’ancien français traïtre, traitre, du latin traditor.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, traitt ; bourg. treite ; provenc. trahire, traire, trahidor, traidor, traitor ; espagn. traydor ; portug. traditor ; ital. traditore ; du lat. traditorem, de tradere (voy. TRAHIR). L'anc. français dit traïtre au nominatif répondant à traditor, et traïtor au régime, répondant à traditorem ; mais, pour que traditor donne traïtre, il faut supposer que les Romans de la Gaule ont prononcé traditor. La contraction de traïstre en traître était effectuée au XVIe siècle, bien qu'on orthographiât encore quelquefois trahistre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « traître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
traître traitr

Citations contenant le mot « traître »

  • Parmi les plus grands traîtres de l’histoire, on pourrait mentionner la météo. De Ilka Chase
  • Un patriote est celui qui soutient la République en masse ; quiconque la combat en détail est un traître. De Saint-Just
  • En politique, il n’y a pas de traîtres, il n’y a que des perdants. De André Thérive / Essai sur les trahisons
  • «Tu révèles ainsi ta nature de traîtresse», conclut-il. Le Soleil, «Traîtresse» : le journal d’une confinée de Wuhan fait hurler les nationalistes | COVID-19 | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Il faut faire très attention aux femmes. C’est encore plus traître que l’alcool. De Michel Galabru
  • Le cerveau, cette merveille de la nature traîtresse... la douleur il l'a reçu en en 5G ou en 3G :) ? Nike a par ailleurs transformé une église en terrain de basket à Chicago en 2018. Les affaires tournent mal. Ils devraient se convertir à l'agriculture biologique :) midilibre.fr, "Je pense à Sainte-Sophie et je ressens une grande douleur", dit le pape - midilibre.fr
  • La sécurité des baigneurs passe aussi par le respect des limites de bassin. « La ballastière est assez traîtresse, poursuit Emmanuel Boisserie. Il y a des trous profonds de plusieurs mètres, voire de sept à dix mètres où il y avait les machines d’extraction… Plus des courants froids à 7 ou 8 ° qui remontent du fond… Mais, les gens sont assez raisonnables dans l’ensemble. » , Culture - Loisirs | Ils assurent la sécurité tout l’été au poste de secours des Ballastières
  • Le flatteur est proche parent du traître. De Proverbe basque
  • Dans chaque ami, il y a la moitié d'un traître. De Antoine de Rivarol
  • Les trois quarts des traîtres sont des martyrs manqués. De Iouri Dombrovski / La Faculté de l'inutile
  • Un traître est plus dangereux qu'un fou. De Jules-Paul Tardivel / Pour la patrie
  • Le regard a quelque chose de traître. De Sahar Khalifa / L'Impasse de Bab Essaha
  • Un traître en nous quittant Nous affaiblit bien moins qu'un lâche défenseur. De Jean Racine / Alexandre
  • La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître. De Victor Hugo / La Légende des siècles
  • Bien que je n'en parle pas un traître mot, je vais prendre un bain turc. De Spike Milligan
  • Les événements font plus de traîtres que les opinions. De François René de Chateaubriand / Mémoires d’outre-tombe
  • Certains traîtres ont une étonnante faculté de se convaincre eux-mêmes de la sainteté de leurs intentions ! De Charles Hamel / Solitude de chair
  • Les demi-teintes, c'est bon pour les traîtres. De Zoé Valdés / La Douleur du dollar
  • Le premier président taïwanais élu au suffrage universel en 1996 est mort jeudi 30 juillet à Taïpei à l’âge de 97 ans. En pleine tension avec la Chine, les hommages rendus à son héritage démocratique à Taïwan provoquent la colère de Pékin qui le qualifie de « traître à la nation chinoise ». La Croix, Mort de Lee Teng Hui, « père de la démocratie » taïwanaise
  • Un traître serait toujours au service de la République. Selon les dires de l’ancien ministre, conseiller de l’ex-Président de la République Me Abdoulaye Wade, Serigne Mbacké Ndiaye, un homme politique très actif sur la scène politique nationale serait à l’origine des brouilles qui ont conduit à la rupture des rapports entre Me Abdoulaye Wade et Macky Sall. Xibaaru, Voici le traître qui avait monté Wade contre…Macky
  • Van Avermaet a reconnu le parcours jeudi et vendredi. « C’est l’été et il n’a pas plu depuis longtemps. Il fait sec. Il y aura plus de poussière mais le gravier est aussi différent et un peu plus traître. Il est plus meuble et il y a plus de sable. C’est pourquoi nous faisons la course avec des pneus de 28 mm avec plus de grip. Cela devrait nous permettre de rouler un peu plus vite. Ce sera un peu plus dangereux qu’en mars. » Le Soir, Greg Van Avermaet avant les Strade Bianche: «C’est étrange qu’une course aussi technique soit la première» - Le Soir
  • En 480 av. J.-C., au défilé des Thermopyles, les troupes du roi Xerxès butent contre les boucliers des Grecs. L’envahisseur perse parvient finalement à percer ces défenses grâce à la félonie d’un traître de légende: Ephialtès de Trachis Le Temps, Pour quelques drachmes de plus - Le Temps
  • Dans le milieu du renseignement, on les appelle des « rats bleus ». Ou plus simplement des « taupes » ou des « traîtres ». Autant de qualificatifs déshonorants pour désigner ces agents secrets recrutés par un service étranger et « retournés » contre leur pays. Une figure qui a nourri bien des romans et films d'espionnage… leparisien.fr, L’improbable trahison de deux espions français «retournés» par la Chine - Le Parisien
  • Cette semaine, «Le Temps» s’intéresse aux transfuges de toute espèce. Où l’on se rendra compte que le traître n’est pas toujours celui que l’on croit. Le Temps, Georges-Henri-Victor Collot, le gouverneur aux pirouettes des Caraïbes - Le Temps
  • Evidemment, Donald Trump considère ce livre qu'il n'a pas lu comme un tas d'inepties et voit en Mary une traîtresse à la dynastie. Il a aussi tenté de faire interdire la publication du livre, via son frère Robert, qu'il a dépêché pour l'occasion, sur base d'un accord de confidentialité signé en 2001 par tous les membres de la famille Trump et qui les empêche de nettoyer leur linge sale en public. Trop tard, les bonnes feuilles étaient déjà envoyées chez les journaux et les premiers exemplaires dans les librairies. La justice a d'ailleurs considéré que l'éditeur Simon & Schuster n'avait rien à voir avec cet accord. Mary Trump, par contre, devra peut-être y répondre devant un tribunal. Mais avec les ventes pharaoniques du livre, elle aura les moyens financiers d'y faire face. Moustique.be, Quand le clan Trump se déchire dans un livre | Moustique.be

Images d'illustration du mot « traître »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « traître »

Langue Traduction
Anglais traitor
Espagnol traidor
Italien traditore
Allemand verräter
Chinois 叛徒
Arabe خائن
Portugais traidor
Russe изменник
Japonais 裏切り者
Basque traidore
Corse traditore
Source : Google Translate API

Synonymes de « traître »

Source : synonymes de traître sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « traître »

Partager