La langue française

Tracer

Sommaire

  • Définitions du mot tracer
  • Étymologie de « tracer »
  • Phonétique de « tracer »
  • Citations contenant le mot « tracer »
  • Images d'illustration du mot « tracer »
  • Traductions du mot « tracer »
  • Synonymes de « tracer »

Définitions du mot tracer

Trésor de la Langue Française informatisé

TRACER, verbe

I. − Empl. trans.
A. − Vx. Suivre à la trace (des animaux); poursuivre (quelqu'un). Tracer le gibier. L'ouvrier auquel on proposa l'exécution de ces chausse-trapes (...) prévint la police. On eut bientôt tracé ces gens-là, si bien qu'on les prit sur le fait (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 228).
B. −
1.
a) Ouvrir une voie, frayer un chemin. Rien n'est plus ravissant à suivre que ce chemin, qui a l'air d'être tracé à travers une forêt vierge d'Amérique, tant il est obstrué de feuillages et de fleurs (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 234).Pour mettre fin à un procès, le tribunal ordonna de tracer un chemin entre deux parcelles (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 122).
[P. méton. du suj.] La faux traçait une avenue, et la serpe épointait les ronces, au bord de la grande prairie (R. Bazin, Blé, 1907, p. 210).
Empl. pronom. passif. Un nouveau chemin se trace, tandis que l'ancien se cache sous les ronces et les branchages (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 123).
b) Au fig. Tracer le chemin, la voie (à qqn/qqc.). Indiquer à quelqu'un la route à suivre, lui donner l'exemple. Ce n'est pas tout d'accepter les futures idées, il faut les aider à faire leur chemin, il faut le leur tracer en se servant de la hache (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 97).Sur ces terres immenses dont Dostoievski a ouvert l'accès, Kafka a tracé une voie, une seule voie étroite et longue, il a poussé dans une seule direction et il est allé jusqu'au bout (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p. 24).
2. [Le compl. d'obj. désigne une ligne] Tirer, mener dans une certaine direction en marquant une trace sur une surface, sur un support. Pour assurer cette verticalité, tracer au préalable au crayon sur le mur des lignes verticales qui serviront de guides (Bonnel-Tassan1966).
SYNT. Tracer une circonférence, une courbe, une droite; tracer un diagramme, un graphique, une hyperbole, une parabole, une sinusoïde; tracer des cintres; tracer au compas, au cordeau, à l'équerre, à la règle; tracer un trait, la perpendiculaire à une droite.
P. anal. Un coup de feu vient de retentir à côté de nous, traçant un court et brusque trait phosphorescent (Barbusse, Feu, 1916, p. 245).Ces phénomènes (...) dépendent de la façon dont le conducteur « coupe les courbes magnétiques (...) qui seraient tracées par la limaille de fer, ou qui seraient tangentes à une très petite aiguille aimantée » (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 219).
Au fig. Tracer une ligne de démarcation, des limites; tracer une frontière (entre deux notions, deux champs de connaissance). La/les établir. La langue littéraire dépasse de toutes parts les limites que semble lui tracer la littérature (Sauss.1916, p. 41).Il est assez difficile de tracer ici une démarcation nette entre danse et théâtre (Cuisinier, Danse sacrée, 1951, p. 53).
3. En partic. [Le compl. d'obj. désigne une figure; le compl. de lieu une surface de papier, de tissu,...]
a) Tracer qqc.Former quelque chose, en exécuter le dessin. Synon. dessiner, esquisser, représenter.Tracer un triangle, une croix, une épure, une esquisse, un canevas, une silhouette, une carte; tracer une composition (en peinture), des profils; tracer au canif, au tire-ligne. Rubens trace la première idée de son sujet avec son pinceau, comme Raphaël ou Poussin avec leur plume ou leur crayon (Delacroix, Journal, 1857, p. 36).La gravure est l'art de tracer par incision, à la surface d'une matière quelconque, des caractères, des ornements ou des figures (Dacier1944, p. 5).
[P. méton. du suj.] Les lignes qui tracent le contour du corps (...) ont une valeur par elles-mêmes (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 333).
P. anal. L'enfant saignait de profondes égratignures qui traçaient à ses flancs, ses cuisses, ses genoux et autour de son front comme un noir entrelacs de lierre ou d'hyacinthe (Maurras, Chemin Paradis, 1894, p. 103).[La danseuse] trace des roses, des entrelacs, des étoiles de mouvement, et de magiques enceintes (Valéry, Eupalinos, 1923, p. 28).
Empl. pronom. passif. Ordinairement, les maisons se groupaient autour de l'enceinte de l'abbaye, les rues se traçaient sans un plan bien arrêté (Lenoir, Archit. monast., 1852, pp. 18-19).
Au fig. Tracer à qqn un plan, une ligne de conduite. Je ne suis pas préoccupé avant tout de sauver la société et à bien voir je ne suis pas préoccupé du tout de tracer une règle de conduite morale aux hommes (Barrès, Cahiers, t. 9, 1911, p. 24).
En partic. Synon. de fixer, imposer.La loi trace (une procédure). En France, le statut des banques populaires a été tracé par la loi du 13 mars 1917 (Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 224).La tâche d'administration s'insère dans les cadres que lui tracent les directives gouvernementales (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 4).
b) P. anal. Découper, détacher. Des murs d'un grand palais, dont l'entablement orné de palmettes traçait sa longue ligne droite sur le ciel enflammé, sortait comme un vague murmure de musique (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 192).
4. Marquer sur le terrain l'emplacement d'un bâtiment, d'une voie par des lignes, des jalons. Tracer un alignement, les fondations d'un édifice; tracer un boulevard. Un géomètre municipal n'hésitera pas à tracer une rue qui privera de soleil des milliers de logis (Le Corbusier, Charte Ath., 1957, p. 19).
ARCHIT. Tracer en grand. ,,Tracer sur une surface plane, le plus souvent sur une aire en plâtre, les détails et profils, grandeur d'exécution, suivant lesquels les pierres doivent être taillées et appareillées`` (Adeline, Lex. termes art, 1884). Tracer sur le terrain. ,,Indiquer sur le terrain, à l'aide de piquets ou de tracés sur des objets fixes, l'emplacement et les dimensions d'une construction`` (Adeline, Lex. termes art, 1884).
ARCHIT. MAR. Salle à tracer. Salle au parquet parfaitement lisse sur lequel sont dessinées en vraie grandeur les différentes pièces de construction de la coque (d'apr. Lar. encyclop.).
5. Synon. de creuser.Tracer un sillon (dans un champ), une saignée (dans un sol, une roche). Les rivières principales ont tracé indifféremment leur lit à travers les formations diverses, dures ou tendres, qu'elles rencontraient (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 111).L'appareil d'utilisation (...) se compose d'un réservoir, relié à des tuyaux souples, terminés chacun par une dent qui trace dans le sol des sillons de 10 à 15 cm de profondeur (Industr. fr. engrais chim., 1954, p. 35).
Loc. fig. Tracer son sillon*.
6.
a) Former par les traits, les signes de l'écriture; écrire. Comme les amoureux ont la rage d'écrire, il prit une plume et traça un billet qu'il remit à son groom (Ponson du Terr., Rocambole, t. 4, 1859, p. 54).Daru ouvrit son tiroir, tira (...) le porte-plume de bois rouge avec la plume sergent-major qui lui servait à tracer les modèles d'écriture et il signa (Camus, Exil et Roy., 1957, p. 1614).
SYNT. Tracer des caractères, des jambages, des lettres; mots tracés d'une grosse, d'une grande écriture, d'une écriture inégale; nom tracé d'une encre pâlie, noire; tracer un mot en gros caractères, en (grandes, petites) capitales, en minuscules; tracer au pochoir; quelques lignes tracées à la hâte, à la main, à la plume; tracer au crayon, à la craie, en noir, en rouge; tracer en marge (d'un cahier); tracer l'alphabet, des chiffres; tracer d'une main tremblante.
[P. méton. du suj.] L'amour aime à tracer les serments sur le sable; Un coup de vent répond de sa fidélité (Desb.-Valm., Idylles, 1833, p. 21).
P. anal. Tracer (de la musique) sur une/des portée(s). Verdi (...) aurait été incapable d'écrire ce qu'il ne sentait pas. C'est son âme qui parle le langage qu'il trace sur les portées (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 164).
b) P. anal. Décrire, dresser. Tracer un tableau (de qqc.), l'histoire, l'historique (de qqc.); tracer des maximes morales; tracer le modèle (du parfait gentleman, du guerrier...); les portraits tracés par La Bruyère; des caractères tracés avec vérité. Le librettiste trace a priori (...) un canevas dramatique (P. Lalo, Mus., 1899, p. 20):
La base en est une prévision des effectifs dont tenaient lieu jusqu'alors des négociations ministérielles dispersées avec le ministère des Finances, de manière à tracer les besoins de recrutement. Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 246.
Faire connaître par le langage (parlé). Madame a raison, monsieur! et, puisqu'elle s'est chargée de vous tracer le fond du sujet, je me chargerai, moi, de vous indiquer les détails (Dumas père, Antony, 1831, iv, 6, p. 212).Tout le temps qu'il est là, elle lui trace à haute voix tout ce qu'elle aimerait qu'il fasse pour elle après-midi (Giono, Gds chemins, 1951, p. 205).
c) P. ext. Établir. [Le chef d'équipe] saura tracer les cadres d'une enquête, poser correctement les questions, indiquer précisément les sources d'information (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 427).
Empl. pronom. réfl. Je le vois (...) ouvrant son tiroir, y ensevelissant son manuscrit, et se mettant à sa table pour se tracer un « nouvel ordre systématique d'études, qui lui saisisse l'esprit comme un engrenage » (Bourget, Crit. et doctr., 1912, p. 22).
7. Spécialement
a) BÂT. ,,Marquer par des lignes les coupes à faire sur une pièce de bois ou un bloc de pierre`` (Chabat 1881).
b) MÉCAN. ,,Reporter sur une pièce mécanique les lignes du dessin qui la représente`` (Lar. encyclop.).
c) MINÉR. ,,Reconnaître ou découper (par des galeries) un gisement en vue de son exploitation`` (GDEL).
d) RELIURE. ,,Faire une trace en vue de la dorure`` (GDEL).
e) TRAV. D'AIGUILLE
α) BROD. Tracer un motif. Jalonner avec des points d'aiguille le dessin, le contour d'un motif. Tracer des fleurs sur un canevas, un napperon. Il faut (...) avoir vu les vagues pots de fleurs tracés en tapisserie par nos aïeules sur les fauteuils Louis XIII (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 788).
β) COUT. Tracer un patron. Dessiner les contours d'un patron. Nous vous avons expédié une roulette à aiguilles, pour relever les patrons: elle sert à cet usage et plus fréquemment encore à tracer le patron de grandeur naturelle sur l'étoffe (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 742).
II. − Empl. intrans.
A. −
1. MAR. Aller vite (parce qu'on fait une forte trace, un grand sillage). Ça trace! Nous traçons comme un torpilleur (Merrien1958).
2. SKI. [Corresp. à trace I A 4] ,,Faire la trace`` (Petiot 1982). Les guêtres sont indispensables lorsque le skieur est appelé à « tracer » dans la neige poudreuse (Franco,Le Ski,1967,ds Petiot 1982).
3. Pop. Marcher vite, filer. Ce qu'il trace! (Caput 1969). Sa voiture trace drôlement (GDEL).
Empl. pronom.
Partir, s'en aller. Synon. pop. se trisser.Se tracer au bout du monde. [Le Nantais] comme à regret, se dirigea vers la lourde. Avant de se tracer, il lança:Au revoir, m'man (Le Breton, Razzia, 1954, p. 12).
Tomber. Les bas noirs (...) montaient haut sur les cuisses (...) Des jarretières roses les empêchaient de se tracer (Le Breton, Rififi, 1953, p. 51).Sortir. Un gargouillis se traça de la bouche du Bic [éventré] (Le Breton, Rififi, 1953, p. 228).
B. − Spécialement
1. [Le suj. désigne un animal] Creuser un passage sous terre (d'apr. Guérin 1892).
2. BOT. [Corresp. à traçant II B 1] Avancer entre deux terres, pousser des racines auprès de la surface du sol. J'allai m'asseoir à l'écart, sur une racine qui traçait au bord du ruisseau (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 302).
3. BROD., au passif. [Corresp. à trace B 7] Être orné, en lignes parallèles, soit de fines piqûres, soit de filets de passementerie en or ou en argent (comme à l'époque de Henri II) (d'apr. GDEL).
4. TECHNOL. Se servir du traceret (d'apr. GDEL).
REM. 1.
Trace-lettres, subst.masc.,,Instrument permettant de tracer les lettres, chiffres et signes, en suivant la découpe de ceux-ci, évidée dans un élément en plastique`` (Bég. Dessin 1978). Synon. normographe (s.v. normo- C).
2.
Trace-lignes, subst. masc.Instrument permettant de tracer des lignes parallèles. Le dessinateur lithographe doit avoir (...) un trace-lignes (...) pour obtenir l'écartement uniforme des lignes à tracer (Villon, Dessin. et impr. lithogr., 1932, p. 87).
Prononc. et Orth.: [tʀase], (il) trace [tʀas]. Att. ds Ac. de p. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1remoit. xiies. « chercher à suivre à la trace » (Psautier d'Oxford, 138, 2 ds T.-L.); spéc. 1176 « traquer des animaux » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6345); 2. 1439 « passer un trait sur, biffer » (23 oct., Cart. de Flines, DCCCXLVII, Hautcœur ds Gdf.); 3. 1552 « marquer un chemin, en faisant une trace » (Ronsard, Les Amours, éd. P. Laumonier ds Œuvres compl., t. 4, p. 172: Ja se trassant de l'aigu de sa lance, Un beau sentier pour s'en aller aux cieulx); 1572 (Id., La Franciade, 1856, ibid., t. 16, p. 328: les bouviers en trassant leurs sillons); d'où fig. 1563 tracer la voie « indiquer la voie à suivre » (La Boétie, Poés. div., Œuvr., p. 481 ds Gdf. Compl.); 4. a) 1552 « dépeindre par l'écriture » (Ronsard, Les Amours, ibid., p. 159: En cent papiers tesmoings de mon souci, Je veux tracer la peine que j'endure); b) 1572 « représenter par la peinture » (Id., La Franciade, 566, ibid., t. 16, p. 199: Estoient si beaux, si bien faits de nature Qu'on ne pourroit les tracer en peinture); c) 1588 tracer une ligne (Montaigne, Essais, III, 9, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 985); spéc. 1625 tracer des lignes (d'écriture) (J.-P. Camus, Palombe ou la Femme honorable, p. 558); 5. 1876 technol. « indiquer la dimension, les formes de » (Chabat t. 2). B. Verbe intrans. 1. 1694 bot. « avoir des racines qui s'étendent horizontalement » (Tournefort Bot. t. 1, p. 559); 2. 1810 « creuser des galeries souterraines (en parlant d'animaux) » (Mmede Genlis, Maison rust. t. II, p. 478 ds Littré); 3. a) 1855 « parcourir un endroit » (Nerval, Bohême gal., p. 204); b) 1893 « aller vite » (Martellière, Gloss. Vendômois, p. 310). Du lat. pop. *tractiare (dér. de tractum, supin de trahere « tirer, traîner »), qui a dû signifier « suivre à la trace », « faire une trace ». De ce lat. sont issus le cat. trassar, l'esp. trazar, le port. traçar. Fréq. abs. littér.: 1 557. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 129, b) 1 897; xxes.: a) 1 519, b) 2 025.
DÉR. 1.
Tracement, subst. masc.a) Action de tracer. Synon. traçage.Le tracement d'une route (GDEL). b) Résultat de cette action; ensemble de lignes, réseau. Nous ne pouvons voir de constellation au ciel que nous ne fournissions aussitôt les tracements qui en joignent les astres (Valéry, Variété IV, 1938, p. 264). [tʀasmɑ ̃]. Att. ds Ac. 1762-1835. 1resattest. a) 1476, 2 oct. trachement « action de rayer, d'effacer » (Exéc. test. de Jehan Courtin, Arch. Tournai ds Gdf.), b) 1538 tracement « action de chercher » (Est.), c) 1636 « action de tracer (un dessin) » (Monet); de tracer, suff. -ment2*.
2.
Traceret, subst. masc.a) Technol. [Dans le lang. de l'ajusteur, du charpentier, du menuisier, du sculpteur] Poinçon dont on se sert pour tracer (sur le bois, le métal, la corne, etc.) (d'apr. Quillet 1965). b) Hortic. Synon. de traçoir. [tʀasʀ ε]. 1resattest. a) 1676 « traçoir de charpentier » (Félibien), b) 1812 « outil pointu pour tracer les divisions des instruments de mathématiques » (Boiste); de tracer, suff. -et*.
3.
Traçoir, subst. masc.a) Hortic. Outil composé d'un axe en fer muni de plusieurs dents et adapté à un long manche de bois et qui sert à tracer des lignes sur un terrain ou à creuser de petits rayons pour les semis. L'emploi du cordeau [pour le tracé de la plantation d'une vigne] est (...) long et inexact, car il se déplace sous la pression du traçoir (Brunet, Matér. vitic., 1909, p. 82).b) Lutherie. Appareil composé de deux lames coupantes sur une tige coulissante et servant à tracer les filets tout autour de la table et du fond. Traçoir pour fileter (Catal. Thibouville-Lamy, 1932, p. 46).c) Technol. Synon. de traceret.Au moyen de traçoirs qui repoussent les reliefs en les précisant (...), le ciseleur transforme le bronze informe sorti de la fonte en une œuvre d'art (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 26).d) Reliure. ,,Lame non tranchante, à pointe émoussée, qui sert à tracer à chaud les traits que doivent suivre les roulettes dans la dorure sur cuir`` (Des.-Muller Impr. 1912). [tʀaswa:ʀ]. 1resattest. a) 1676 « poinçon d'acier dont se servent les orfèvres » (Félibien), b) 1715 « outil dont se sert le jardinier pour dessiner les figures des parterres » (La Quintinye, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers); de tracer, suff. -oir*.
BBG.Quem. DDL t. 27, 36.

Trésor de la Langue Française informatisé

TRACER, verbe

I. − Empl. trans.
A. − Vx. Suivre à la trace (des animaux); poursuivre (quelqu'un). Tracer le gibier. L'ouvrier auquel on proposa l'exécution de ces chausse-trapes (...) prévint la police. On eut bientôt tracé ces gens-là, si bien qu'on les prit sur le fait (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 228).
B. −
1.
a) Ouvrir une voie, frayer un chemin. Rien n'est plus ravissant à suivre que ce chemin, qui a l'air d'être tracé à travers une forêt vierge d'Amérique, tant il est obstrué de feuillages et de fleurs (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 234).Pour mettre fin à un procès, le tribunal ordonna de tracer un chemin entre deux parcelles (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 122).
[P. méton. du suj.] La faux traçait une avenue, et la serpe épointait les ronces, au bord de la grande prairie (R. Bazin, Blé, 1907, p. 210).
Empl. pronom. passif. Un nouveau chemin se trace, tandis que l'ancien se cache sous les ronces et les branchages (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 123).
b) Au fig. Tracer le chemin, la voie (à qqn/qqc.). Indiquer à quelqu'un la route à suivre, lui donner l'exemple. Ce n'est pas tout d'accepter les futures idées, il faut les aider à faire leur chemin, il faut le leur tracer en se servant de la hache (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 97).Sur ces terres immenses dont Dostoievski a ouvert l'accès, Kafka a tracé une voie, une seule voie étroite et longue, il a poussé dans une seule direction et il est allé jusqu'au bout (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p. 24).
2. [Le compl. d'obj. désigne une ligne] Tirer, mener dans une certaine direction en marquant une trace sur une surface, sur un support. Pour assurer cette verticalité, tracer au préalable au crayon sur le mur des lignes verticales qui serviront de guides (Bonnel-Tassan1966).
SYNT. Tracer une circonférence, une courbe, une droite; tracer un diagramme, un graphique, une hyperbole, une parabole, une sinusoïde; tracer des cintres; tracer au compas, au cordeau, à l'équerre, à la règle; tracer un trait, la perpendiculaire à une droite.
P. anal. Un coup de feu vient de retentir à côté de nous, traçant un court et brusque trait phosphorescent (Barbusse, Feu, 1916, p. 245).Ces phénomènes (...) dépendent de la façon dont le conducteur « coupe les courbes magnétiques (...) qui seraient tracées par la limaille de fer, ou qui seraient tangentes à une très petite aiguille aimantée » (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 219).
Au fig. Tracer une ligne de démarcation, des limites; tracer une frontière (entre deux notions, deux champs de connaissance). La/les établir. La langue littéraire dépasse de toutes parts les limites que semble lui tracer la littérature (Sauss.1916, p. 41).Il est assez difficile de tracer ici une démarcation nette entre danse et théâtre (Cuisinier, Danse sacrée, 1951, p. 53).
3. En partic. [Le compl. d'obj. désigne une figure; le compl. de lieu une surface de papier, de tissu,...]
a) Tracer qqc.Former quelque chose, en exécuter le dessin. Synon. dessiner, esquisser, représenter.Tracer un triangle, une croix, une épure, une esquisse, un canevas, une silhouette, une carte; tracer une composition (en peinture), des profils; tracer au canif, au tire-ligne. Rubens trace la première idée de son sujet avec son pinceau, comme Raphaël ou Poussin avec leur plume ou leur crayon (Delacroix, Journal, 1857, p. 36).La gravure est l'art de tracer par incision, à la surface d'une matière quelconque, des caractères, des ornements ou des figures (Dacier1944, p. 5).
[P. méton. du suj.] Les lignes qui tracent le contour du corps (...) ont une valeur par elles-mêmes (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 333).
P. anal. L'enfant saignait de profondes égratignures qui traçaient à ses flancs, ses cuisses, ses genoux et autour de son front comme un noir entrelacs de lierre ou d'hyacinthe (Maurras, Chemin Paradis, 1894, p. 103).[La danseuse] trace des roses, des entrelacs, des étoiles de mouvement, et de magiques enceintes (Valéry, Eupalinos, 1923, p. 28).
Empl. pronom. passif. Ordinairement, les maisons se groupaient autour de l'enceinte de l'abbaye, les rues se traçaient sans un plan bien arrêté (Lenoir, Archit. monast., 1852, pp. 18-19).
Au fig. Tracer à qqn un plan, une ligne de conduite. Je ne suis pas préoccupé avant tout de sauver la société et à bien voir je ne suis pas préoccupé du tout de tracer une règle de conduite morale aux hommes (Barrès, Cahiers, t. 9, 1911, p. 24).
En partic. Synon. de fixer, imposer.La loi trace (une procédure). En France, le statut des banques populaires a été tracé par la loi du 13 mars 1917 (Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 224).La tâche d'administration s'insère dans les cadres que lui tracent les directives gouvernementales (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 4).
b) P. anal. Découper, détacher. Des murs d'un grand palais, dont l'entablement orné de palmettes traçait sa longue ligne droite sur le ciel enflammé, sortait comme un vague murmure de musique (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 192).
4. Marquer sur le terrain l'emplacement d'un bâtiment, d'une voie par des lignes, des jalons. Tracer un alignement, les fondations d'un édifice; tracer un boulevard. Un géomètre municipal n'hésitera pas à tracer une rue qui privera de soleil des milliers de logis (Le Corbusier, Charte Ath., 1957, p. 19).
ARCHIT. Tracer en grand. ,,Tracer sur une surface plane, le plus souvent sur une aire en plâtre, les détails et profils, grandeur d'exécution, suivant lesquels les pierres doivent être taillées et appareillées`` (Adeline, Lex. termes art, 1884). Tracer sur le terrain. ,,Indiquer sur le terrain, à l'aide de piquets ou de tracés sur des objets fixes, l'emplacement et les dimensions d'une construction`` (Adeline, Lex. termes art, 1884).
ARCHIT. MAR. Salle à tracer. Salle au parquet parfaitement lisse sur lequel sont dessinées en vraie grandeur les différentes pièces de construction de la coque (d'apr. Lar. encyclop.).
5. Synon. de creuser.Tracer un sillon (dans un champ), une saignée (dans un sol, une roche). Les rivières principales ont tracé indifféremment leur lit à travers les formations diverses, dures ou tendres, qu'elles rencontraient (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 111).L'appareil d'utilisation (...) se compose d'un réservoir, relié à des tuyaux souples, terminés chacun par une dent qui trace dans le sol des sillons de 10 à 15 cm de profondeur (Industr. fr. engrais chim., 1954, p. 35).
Loc. fig. Tracer son sillon*.
6.
a) Former par les traits, les signes de l'écriture; écrire. Comme les amoureux ont la rage d'écrire, il prit une plume et traça un billet qu'il remit à son groom (Ponson du Terr., Rocambole, t. 4, 1859, p. 54).Daru ouvrit son tiroir, tira (...) le porte-plume de bois rouge avec la plume sergent-major qui lui servait à tracer les modèles d'écriture et il signa (Camus, Exil et Roy., 1957, p. 1614).
SYNT. Tracer des caractères, des jambages, des lettres; mots tracés d'une grosse, d'une grande écriture, d'une écriture inégale; nom tracé d'une encre pâlie, noire; tracer un mot en gros caractères, en (grandes, petites) capitales, en minuscules; tracer au pochoir; quelques lignes tracées à la hâte, à la main, à la plume; tracer au crayon, à la craie, en noir, en rouge; tracer en marge (d'un cahier); tracer l'alphabet, des chiffres; tracer d'une main tremblante.
[P. méton. du suj.] L'amour aime à tracer les serments sur le sable; Un coup de vent répond de sa fidélité (Desb.-Valm., Idylles, 1833, p. 21).
P. anal. Tracer (de la musique) sur une/des portée(s). Verdi (...) aurait été incapable d'écrire ce qu'il ne sentait pas. C'est son âme qui parle le langage qu'il trace sur les portées (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 164).
b) P. anal. Décrire, dresser. Tracer un tableau (de qqc.), l'histoire, l'historique (de qqc.); tracer des maximes morales; tracer le modèle (du parfait gentleman, du guerrier...); les portraits tracés par La Bruyère; des caractères tracés avec vérité. Le librettiste trace a priori (...) un canevas dramatique (P. Lalo, Mus., 1899, p. 20):
La base en est une prévision des effectifs dont tenaient lieu jusqu'alors des négociations ministérielles dispersées avec le ministère des Finances, de manière à tracer les besoins de recrutement. Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 246.
Faire connaître par le langage (parlé). Madame a raison, monsieur! et, puisqu'elle s'est chargée de vous tracer le fond du sujet, je me chargerai, moi, de vous indiquer les détails (Dumas père, Antony, 1831, iv, 6, p. 212).Tout le temps qu'il est là, elle lui trace à haute voix tout ce qu'elle aimerait qu'il fasse pour elle après-midi (Giono, Gds chemins, 1951, p. 205).
c) P. ext. Établir. [Le chef d'équipe] saura tracer les cadres d'une enquête, poser correctement les questions, indiquer précisément les sources d'information (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 427).
Empl. pronom. réfl. Je le vois (...) ouvrant son tiroir, y ensevelissant son manuscrit, et se mettant à sa table pour se tracer un « nouvel ordre systématique d'études, qui lui saisisse l'esprit comme un engrenage » (Bourget, Crit. et doctr., 1912, p. 22).
7. Spécialement
a) BÂT. ,,Marquer par des lignes les coupes à faire sur une pièce de bois ou un bloc de pierre`` (Chabat 1881).
b) MÉCAN. ,,Reporter sur une pièce mécanique les lignes du dessin qui la représente`` (Lar. encyclop.).
c) MINÉR. ,,Reconnaître ou découper (par des galeries) un gisement en vue de son exploitation`` (GDEL).
d) RELIURE. ,,Faire une trace en vue de la dorure`` (GDEL).
e) TRAV. D'AIGUILLE
α) BROD. Tracer un motif. Jalonner avec des points d'aiguille le dessin, le contour d'un motif. Tracer des fleurs sur un canevas, un napperon. Il faut (...) avoir vu les vagues pots de fleurs tracés en tapisserie par nos aïeules sur les fauteuils Louis XIII (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 788).
β) COUT. Tracer un patron. Dessiner les contours d'un patron. Nous vous avons expédié une roulette à aiguilles, pour relever les patrons: elle sert à cet usage et plus fréquemment encore à tracer le patron de grandeur naturelle sur l'étoffe (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 742).
II. − Empl. intrans.
A. −
1. MAR. Aller vite (parce qu'on fait une forte trace, un grand sillage). Ça trace! Nous traçons comme un torpilleur (Merrien1958).
2. SKI. [Corresp. à trace I A 4] ,,Faire la trace`` (Petiot 1982). Les guêtres sont indispensables lorsque le skieur est appelé à « tracer » dans la neige poudreuse (Franco,Le Ski,1967,ds Petiot 1982).
3. Pop. Marcher vite, filer. Ce qu'il trace! (Caput 1969). Sa voiture trace drôlement (GDEL).
Empl. pronom.
Partir, s'en aller. Synon. pop. se trisser.Se tracer au bout du monde. [Le Nantais] comme à regret, se dirigea vers la lourde. Avant de se tracer, il lança:Au revoir, m'man (Le Breton, Razzia, 1954, p. 12).
Tomber. Les bas noirs (...) montaient haut sur les cuisses (...) Des jarretières roses les empêchaient de se tracer (Le Breton, Rififi, 1953, p. 51).Sortir. Un gargouillis se traça de la bouche du Bic [éventré] (Le Breton, Rififi, 1953, p. 228).
B. − Spécialement
1. [Le suj. désigne un animal] Creuser un passage sous terre (d'apr. Guérin 1892).
2. BOT. [Corresp. à traçant II B 1] Avancer entre deux terres, pousser des racines auprès de la surface du sol. J'allai m'asseoir à l'écart, sur une racine qui traçait au bord du ruisseau (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 302).
3. BROD., au passif. [Corresp. à trace B 7] Être orné, en lignes parallèles, soit de fines piqûres, soit de filets de passementerie en or ou en argent (comme à l'époque de Henri II) (d'apr. GDEL).
4. TECHNOL. Se servir du traceret (d'apr. GDEL).
REM. 1.
Trace-lettres, subst.masc.,,Instrument permettant de tracer les lettres, chiffres et signes, en suivant la découpe de ceux-ci, évidée dans un élément en plastique`` (Bég. Dessin 1978). Synon. normographe (s.v. normo- C).
2.
Trace-lignes, subst. masc.Instrument permettant de tracer des lignes parallèles. Le dessinateur lithographe doit avoir (...) un trace-lignes (...) pour obtenir l'écartement uniforme des lignes à tracer (Villon, Dessin. et impr. lithogr., 1932, p. 87).
Prononc. et Orth.: [tʀase], (il) trace [tʀas]. Att. ds Ac. de p. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1remoit. xiies. « chercher à suivre à la trace » (Psautier d'Oxford, 138, 2 ds T.-L.); spéc. 1176 « traquer des animaux » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6345); 2. 1439 « passer un trait sur, biffer » (23 oct., Cart. de Flines, DCCCXLVII, Hautcœur ds Gdf.); 3. 1552 « marquer un chemin, en faisant une trace » (Ronsard, Les Amours, éd. P. Laumonier ds Œuvres compl., t. 4, p. 172: Ja se trassant de l'aigu de sa lance, Un beau sentier pour s'en aller aux cieulx); 1572 (Id., La Franciade, 1856, ibid., t. 16, p. 328: les bouviers en trassant leurs sillons); d'où fig. 1563 tracer la voie « indiquer la voie à suivre » (La Boétie, Poés. div., Œuvr., p. 481 ds Gdf. Compl.); 4. a) 1552 « dépeindre par l'écriture » (Ronsard, Les Amours, ibid., p. 159: En cent papiers tesmoings de mon souci, Je veux tracer la peine que j'endure); b) 1572 « représenter par la peinture » (Id., La Franciade, 566, ibid., t. 16, p. 199: Estoient si beaux, si bien faits de nature Qu'on ne pourroit les tracer en peinture); c) 1588 tracer une ligne (Montaigne, Essais, III, 9, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 985); spéc. 1625 tracer des lignes (d'écriture) (J.-P. Camus, Palombe ou la Femme honorable, p. 558); 5. 1876 technol. « indiquer la dimension, les formes de » (Chabat t. 2). B. Verbe intrans. 1. 1694 bot. « avoir des racines qui s'étendent horizontalement » (Tournefort Bot. t. 1, p. 559); 2. 1810 « creuser des galeries souterraines (en parlant d'animaux) » (Mmede Genlis, Maison rust. t. II, p. 478 ds Littré); 3. a) 1855 « parcourir un endroit » (Nerval, Bohême gal., p. 204); b) 1893 « aller vite » (Martellière, Gloss. Vendômois, p. 310). Du lat. pop. *tractiare (dér. de tractum, supin de trahere « tirer, traîner »), qui a dû signifier « suivre à la trace », « faire une trace ». De ce lat. sont issus le cat. trassar, l'esp. trazar, le port. traçar. Fréq. abs. littér.: 1 557. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 129, b) 1 897; xxes.: a) 1 519, b) 2 025.
DÉR. 1.
Tracement, subst. masc.a) Action de tracer. Synon. traçage.Le tracement d'une route (GDEL). b) Résultat de cette action; ensemble de lignes, réseau. Nous ne pouvons voir de constellation au ciel que nous ne fournissions aussitôt les tracements qui en joignent les astres (Valéry, Variété IV, 1938, p. 264). [tʀasmɑ ̃]. Att. ds Ac. 1762-1835. 1resattest. a) 1476, 2 oct. trachement « action de rayer, d'effacer » (Exéc. test. de Jehan Courtin, Arch. Tournai ds Gdf.), b) 1538 tracement « action de chercher » (Est.), c) 1636 « action de tracer (un dessin) » (Monet); de tracer, suff. -ment2*.
2.
Traceret, subst. masc.a) Technol. [Dans le lang. de l'ajusteur, du charpentier, du menuisier, du sculpteur] Poinçon dont on se sert pour tracer (sur le bois, le métal, la corne, etc.) (d'apr. Quillet 1965). b) Hortic. Synon. de traçoir. [tʀasʀ ε]. 1resattest. a) 1676 « traçoir de charpentier » (Félibien), b) 1812 « outil pointu pour tracer les divisions des instruments de mathématiques » (Boiste); de tracer, suff. -et*.
3.
Traçoir, subst. masc.a) Hortic. Outil composé d'un axe en fer muni de plusieurs dents et adapté à un long manche de bois et qui sert à tracer des lignes sur un terrain ou à creuser de petits rayons pour les semis. L'emploi du cordeau [pour le tracé de la plantation d'une vigne] est (...) long et inexact, car il se déplace sous la pression du traçoir (Brunet, Matér. vitic., 1909, p. 82).b) Lutherie. Appareil composé de deux lames coupantes sur une tige coulissante et servant à tracer les filets tout autour de la table et du fond. Traçoir pour fileter (Catal. Thibouville-Lamy, 1932, p. 46).c) Technol. Synon. de traceret.Au moyen de traçoirs qui repoussent les reliefs en les précisant (...), le ciseleur transforme le bronze informe sorti de la fonte en une œuvre d'art (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 26).d) Reliure. ,,Lame non tranchante, à pointe émoussée, qui sert à tracer à chaud les traits que doivent suivre les roulettes dans la dorure sur cuir`` (Des.-Muller Impr. 1912). [tʀaswa:ʀ]. 1resattest. a) 1676 « poinçon d'acier dont se servent les orfèvres » (Félibien), b) 1715 « outil dont se sert le jardinier pour dessiner les figures des parterres » (La Quintinye, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers); de tracer, suff. -oir*.
BBG.Quem. DDL t. 27, 36.

Wiktionnaire

Verbe

tracer \tʁa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tirer des traits, indiquer les lignes d’une figure, etc.
    • Tracer une ligne droite.
    • Tracer une circonférence.
    • Tracer les profils d’un membre d’architecture.
    • Tracer des contours.
    • Tracer un plan, une épure.
    • Tracer une légère esquisse de quelque chose.
  2. Ouvrir une piste ; frayer un chemin ou une route.
    • La silva proche des habitats fut totalement modifiée par l'action de l'homme qui traçait ses sentiers, taillait des arbres, bûcheronnait, pendant que ses bêtes broutaient les feuilles et les jeunes pousses. — (Martine Chalvet, Une histoire de la forêt, Éditions du Seuil, 2011)
    • Tracer un sillon : Faire un sillon.
    • (Figuré) Tracer le chemin à quelqu’un : Lui donner l’exemple.
    • Ses ancêtres lui avaient tracé un chemin qu’il devait suivre.
    • Il suit le chemin que ses pères lui ont tracé. On dit dans le même sens :
    • Tracer à quelqu’un des règles de conduite.
    • Sa conduite est toute tracée.
  3. (Soutenu) Écrire.
    • Puis la gravure de cette dalle, l’inscription, sont tracées par un faussaire ignorant et inhabile. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Je reconnais les caractères que sa main a tracés.
    • (Figuré) Tracer l’image, le tableau de quelque chose : Représenter quelque chose par le discours, le décrire.
    • Il nous a tracé le tableau de ses malheurs.
  4. Faire sur le canevas les premiers points, pour marquer le contour des objets dans un ouvrage de broderie, de tapisserie.
    • Tracer de la tapisserie.
    • Tracer des fleurs sur du canevas.
  5. Reconstituer le parcours d'un objet ou d'un être en utilisant les traces laissées par celui-ci.
    • Le portable va ensuite répertorier toutes les bornes et c'est grâce à ça qu'il nous est possible de tracer le parcours d'un utilisateur. — (Sous Android, même coupé, le Wi-Fi permet de vous suivre à la trace !, hitek.fr, septembre 2017)
    • Avant de procéder à une géolocalisation de portable, vous devez avoir l'autorisation du propriétaire du numéro de téléphone que vous souhaitez tracer, conformément à la réglementation CNIL. — (Comment localiser un téléphone portable, geolocalisation-telephone.fr)

tracer intransitif

  1. (Botanique) Se dit des arbres dont les racines s’étendent horizontalement, par opposition à pivoter.
    • L’orme, le noyer tracent beaucoup.
  2. (Populaire) Filer, se dépêcher.
    • Nous traçons à folle allure. Pour peu que le moteur soit fatigué et bouffe de l'huile, l’échappement doit tracer un sillage bleuté dans les streets. — (Frédéric Dard, San-Antonio : J'ai bien l'honneur... de vous buter, Éditions Fleuve Noir, 1955, chap. 11)
    • Mais c’est aussi que Desplechin se serait retrouvé estampillé, rivé ou pas au divan, quand ce grand fumeur n’aime rien tant que cavaler, tracer. — (Sabrina Champenois, série « Portrait », Arnaud Desplechin : “Cow-boy et indien”, Libération, mardi 10 septembre 2013, p. 36)
    • Elle ne nous a jamais intéressés. Ni comme pote, ni comme copine, ni rien. On voulait juste qu'elle trace, franchement. — (Virginie Despentes, Apocalypse bébé, Éditions Grasset & Fasquelle, 2010)

Nom commun

tracer \ˈtɹeɪ.sə(ɹ)\

  1. Marqueur.
  2. (Militaire) Projectile traçant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRACER (tra-sé ; le c prend une cédille devant a et o : traçant, traçons) v. n.
  • 1S'étendre, cheminer horizontalement entre deux terres, en parlant de racines qui ne s'enfoncent pas (sens immédiatement dérivé du sens propre qui est aller, courir sur la trace). L'orme, le chiendent tracent beaucoup.

    Il se dit aussi des petits animaux qui creusent des souterrains. Les taupes coupent quelquefois les racines des arbres ; elles tracent et remuent beaucoup de terre, Genlis, Maison rust. t. II, p. 478, dans POUGENS.

  • 2V. a Conduire un trait dans une certaine direction (sens dérivé du sens primitif qui est suivre une trace). Tracer une ligne droite. Son char [de Vénus], qui trace en l'air de longs traits de lumière, A bientôt achevé l'amoureuse carrière, La Fontaine, Adonis. Le blé, pour se donner, sans peine ouvrant la terre, N'attendait point qu'un bœuf pressé de l'aiguillon Traçât à pas tardifs un pénible sillon, Boileau, Épît. III. Les énormes serpents tracent de larges sillons sur cette terre bourbeuse, Buffon, Ois. t. XIV, p. 43. Il s'assit alors, et, pendant qu'à l'exemple des sophistes, il levait la main pour tracer dans les airs un geste élégant…, Barthélemy, Anach. ch. 71.

    Fig. Tracer le chemin à quelqu'un, lui donner l'exemple.

  • 3Indiquer, marquer par une ou plusieurs lignes le contour de quelque chose. Tracer une circonférence. Tracer les profils d'un membre d'architecture. Tracer des contours. Je commence par tracer un homme, Rousseau, Ém. II.
  • 4Tirer les lignes d'une figure, d'un dessin, d'un plan sur le papier, sur la toile, etc. Tracer un plan, tracer une épure, tracer un cadran, tracer une allée, un parterre, un fort. Lui même il nous traça son temple et son autel, Racine, Athal. II, 4. On a conservé la carte sur laquelle il [Pierre le Grand] traça la communication de la mer Caspienne et de la mer Noire, qu'il avait déjà projetée, Voltaire, Russie, I, 9.

    Absolument. Tracer sur le terrain.

    Chez les charpentiers, se servir du traceret.

    Terme de construction. Tracer en grand, tracer sur un mur un arc, une épure, pour quelque construction d'architecture.

    Fig. Tracer un modèle, donner un modèle, un exemple à suivre. Est-ce là cet auteur, l'effroi de la Pucelle, Qui devait des bons vers nous tracer le modèle ? Boileau, Ép. I.

    Fig. Tracer une image, représenter. Ô prince, vous vivrez éternellement dans ma mémoire ; votre image y sera tracée, non point avec cette audace qui promettait la victoire…, Bossuet, Louis de Bourbon.

  • 5Faire les premiers points pour marquer le contour des objets dans un ouvrage de broderie, de tapisserie. Tracer des fleurs sur du canevas. Tracer de la tapisserie.
  • 6Tracer des caractères, des mots, des lignes, les écrire. Ma plume ici, traçant ces mots par alphabet, Pourrait d'un nouveau tome augmenter Richelet, Boileau, Sat. x. Ô lignes que sa main, que son cœur a tracées, Chénier, Élég. III.
  • 7Figurer. Mêlez vos pas à nos sons, Et tracez sur les herbettes L'image de nos chansons, Molière, Am. magn. II, 3e interm. sc. 5.

    Marquer, indiquer. En vain sur la route fatale Dont les cyprès tracent le bord, Quelques tombeaux par intervalle Nous avertissaient de la mort, Lamartine, Méd. II, 1.

  • 8 Fig. Faire connaître par le langage parlé ou écrit. T'ai-je tracé la vieille à morgue dominante ? Boileau, Sat. x. L'un peut tracer en vers une amoureuse flamme, Boileau, Art p. I. Il s'est fait apporter ces annales célèbres Où les faits de son règne avec soin amassés Par de fidèles mains chaque jour sont tracés, Racine, Esth. II, 1. Ces changements prédits, immuables, fixés, Que d'une plume d'or Bailly nous a tracés, Chénier, l'Invention.

    Tracer le tableau, l'image, la peinture de quelque chose. décrire quelque chose. Il nous a tracé le tableau de ses malheurs. Quelle peinture effrayante notre Évangile nous trace-t-il de la rechute, mes très chers frères ! Massillon, Carême, Rechute. Laissons-les en tracer d'effroyables images, Voltaire, Triumv. I, 3.

  • 9 Fig. Donner un enseignement, un plan. Tracer à quelqu'un des règles de conduite. Cet éclat de leurs actions [de nos ancêtres]… nous impose un engagement de leur faire le même honneur, de suivre les pas qu'ils nous tracent, et de ne point dégénérer de leurs vertus, Molière, D. Juan, IV, 4. Mais il est des vertus que je lui puis tracer, Racine, Brit. I, 2. J'ai vu Burrhus, Sénèque, aigrissant vos soupçons, De l'infidélité vous tracer des leçons, Racine, Brit. IV, 2. Le système législatif du nouvel État [la Virginie] fut tracé par le fameux Locke, Raynal, Hist. phil. XVIII, 14.

    Tracer à quelqu'un la conduite, la route qu'il doit tenir, lui donner les conseils nécessaires pour qu'il atteigne le but. Sa conduite est toute tracée. C'est ainsi qu'à son fils un usurier habile Trace vers la richesse une route facile, Boileau, Sat. VIII. Vous-même vous avez tracé votre carrière, Voltaire, Olymp. II, 2.

  • 10Tracer la natte, faire les cordons de paille dont on doit la composer.
  • 11Se tracer, v. réfl. Être tracé. Ces lignes se tracent à la mécanique.

HISTORIQUE

XIIIe s. Desci qu'à la noire montaigne [il] A Baleham trachié et quis, Nel pot trouver…, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 131. Mais tex [tels] soixante après lui tracent [courent], Qui de la mort Jehan menacent, Bl. et Jeh. 4334. Se volez mengier à matin, Si alez en cel bois tracier, Où vos vos alez porchacier Aussi con vos souliez fere, Ren. 3807. Et vont traçant parmi ces rues, Pour veoir, por estre veues, la Rose, 9067.

XIVe s. Dont demanda dam Pietres : " où est li faulx Henris ? Je serai moult dolant, se de ci s'est partis. " Tracier a fait les champs, les vaux et les larris, Guesclin. 12166. Ainsi partout nous tracasmes maint pas, Christine de Pisan, Dit de Poissy.

XVIe s. Si faut-il qu'ils tracent du nombre des papes Jean vingt-deuxieme, lequel publiquement a tenu que les ames estoyent mortelles, Calvin, Inst. 918. Toujours depuis que la voye est tracée, Plus on y passe et plus elle est aysée, La Boétie, 481. Nous traçons dans les bois quelque voye esgarée ; Amour marche devant, et nous marchons après, La Boétie, 330. Tracer une harengue, Cotgrave Nature fait chien tracer, Cotgrave Le desir de marcher sur les erres que mon pere et mon bon oncle le cardinal m'avoyent tracées, Sat. Mén. Harangue de M. le lieutenant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRACER, v. act. on dit en Géométrie pratique, tracer une ligne, c’est la marquer avec de l’encre, du crayon, ou toute matiere semblable. Dans la géométrie spéculative, que les lignes soient bien ou mal tracées, cela n’y fait rien : on y suppose toujours que les lignes données soient exactement telles qu’on les demande. (E)

Tracer, (Botan.) ce mot en Botanique & en Agriculture, veut dire courir & couler entre deux terres ; le chiendent trace extraordinairement, cela signifie que ses racines entrent peu dans la terre, & qu’elles s’étendent sur les côtés. On dit aussi que les fraisiers tracent, mais c’est par des jets qui courent sur la terre. (D. J.)

Tracer, (Archit.) tirer les premieres lignes d’un dessein, d’un plan, sur le papier, sur la toile, ou sur le terrein. Il y a dans l’art de bâtir plusieurs manieres de tracer, que nous allons expliquer dans des articles séparés.

Tracer au simbleau. C’est tracer d’après plusieurs centres, les ellipses, arcs surbaissés, rampans, corrompus, &c. avec le simbleau, qui est un cordeau de chanvre, ou mieux de tille, parce qu’elle ne se relâche point. On se sert ordinairement du simbleau pour tracer les figures plus grandes que les portées du compas.

Tracer en cherche. C’est décrire par plusieurs points déterminés, une section conique, c’est-à-dire une ellipse, une parabole, ou une hiperbole, & d’après cette cherche levée sur l’épure, tracer sur la pierre : ce qui se fait aussi à la main, pour donner de la grace aux arcs rampans de diverses especes.

Tracer en grand. C’est en maçonnerie tracer sur un mur ou une aire, une épure, pour quelque piece de trait ou distribution d’ornemens. Et en charpenterie, c’est marquer sur un ételon, une enrayure, une ferme, &c. le tout aussi grand que l’ouvrage.

Tracer par équarrissement ou dérobement. C’est dans la construction des pieces de trait, ou coupe de pierre, une maniere de tracer les pierres par des figures prises sur l’épure, & cottées pour trouver les raccordemens des panneaux de tête, de douelle, de joint, &c.

Tracer sur le terrein. C’est dans l’art de bâtir faire de petits sillons, suivant des lignes ou cordeaux, pour l’ouverture des tranchées des fondations. (D. J.)

Tracer a la main, (Coupe des pierres.) c’est déterminer à vue d’œil le contour d’une ligne courbe, en suivant plusieurs points donnés par intervalle, ou en corrigeant seulement par le goût du dessein une ligne courbe, qui ne satisfait pas la vûe. Ainsi une doucine composée d’arcs, de cercles mal assemblés, doit être encore tracée à la main.

Tracer, en terme de Boutonnier, c’est ébaucher les moules & les dégrossir avec un outil moins fin que le paroir. Voyez Moule & Paroir.

Tracer, terme d’ouvriers en bois, ce mot signifie parmi les ouvriers en bois, comme les Charpentiers, Menuisiers, Charrons, &c. se servir du traceret pour marquer la besogne. (D. J.)

Tracer, Traceur, (Jardinage.) c’est dessiner avec le traçoir sur le terrein quelques figures suivant le plan qu’on a devant soi. Le traçoir est comme une longue plume avec laquelle le traceur écrit sur le terrein.

La maniere de tracer est ce qu’il y a de plus considérable dans les jardins, principalement dans ceux que l’on appelle de plaisance ou de propreté. On suppose qu’avant de tracer, on s’est instruit des principes de la Géométrie pratique, tels qu’ils sont enseignés dans le livre de la théorie & pratique du jardinage, partie deuxiéme, ou bien dans ce Dictionnaire même aux articles de la trigonométrie rectiligne, pour tracer des triangles, à celui de la longimétrie pour tracer des lignes, & des surfaces à l’article Planimétrie.

On suppose donc ici un homme instruit de ces principes dont il aura fait usage sur le terrein, en traçant les principaux alignemens d’un plan général avec l’équerre d’arpenteur ou avec le demi-cercle, en le retournant d’équerre pour les alignemens de traverse, en prolongeant par des jalons, les longueurs & les largeurs de ces alignemens, & les arrêtant suivant qu’elles sont marquées sur le dessein, en prenant avec le rapporteur les ouvertures d’angles sur le papier, & les rapportant sur le terrein, en ouvrant le demi-cercle sur le même degré que l’on a trouvé sur le rapporteur. Quant aux figures triangulaires, circulaires, ovales, quadrilateres & irrégulieres qui se trouvent dans un dessein, elles se rapporteront toujours aux premiers principes établis, & ne formeront plus de difficultés dans la maniere de tracer les desseins les plus composés.

Il s’agit ici de donner la maniere de remplir les places destinées aux parterres, bosquets, ou boulingrins, & aux potagers dont on n’a tracé dans le plan général que les pourtours.

Le pourtour d’un parterre étant tracé, il offre un quarré ou une place qu’on appelle un tableau, & qu’il faut tracer en la maniere suivante.

Maillez sur le papier le dessein du parterre en le séparant par des lignes tirées au crayon, qui en se croisant formeront des carreaux de trois piés sur tous sens, selon l’échelle qui se trouve toujours au bas du dessein.

Faites la même opération sur le terrein en partageant votre place par le moyen du cordeau en autant de lignes & de carreaux qu’il s’en trouve sur votre papier. Prenez le traçoir, & tracez dans chaque maille les mêmes traits, les mêmes fleurons qui sont marqués dans votre dessein, qu’il faut toujours avoir près de vous. On ne trace d’abord les fleurons qu’à un trait pour les mettre en place, ensuite on les double & on leur donne de la grace, & le contour qu’ils demandent suivant le dessein. Ces petites mesures se prennent à la fois & au pié, & l’on arrête par des trous faits avec la pointe du traçoir le bout & la naissance des feuilles & des rinceaux du parterre, pour les mieux faire remarquer à celui qui plante.

Les bosquets n’ont d’autre difficulté à être tracés, que par rapport aux salles & aux cabinets qu’on y pratique. S’ils ne présentent que de simples étoiles, des pattes d’oyes, des cordons, des ovales, & autres figures, elles reviennent toujours aux principes établis dans les articles ci-dessus énoncés. Ces salles sont ou circulaires ou présentent des parallélogrammes, ornés de pieces d’eau cintrées, ou de tapis de gazon.

Mesurez sur le plan combien il y a de toises depuis le point du milieu de la piece, jusqu’au centre des portions circulaires. Vous porterez les mêmes longeurs sur l’alignement du milieu par où il faut commencer, & vous poserez au centre de ces portions le demi-cercle sur l’alignement du milieu, & son alidade sur 90 degrés pour vous retourner d’équerre, & pour tracer une ligne de traverse qui donnera les oreillons de la piece du milieu. Au-dessus de cette ligne vous porterez de chaque côté la largeur des allées du pourtour de la piéce d’eau ou de gazon, vous ôterez le demi-cercle, & dans le même centre vous mettrez un piquet & vous y passerez la boucle du cordeau pour tracer les portions circulaires, tant de la piece d’eau que de l’allée du pourtour, jusqu’à ce que vous trouviez la trace des oreillons : vous mettrez à toutes ces mesures des piquets, vous en ferez autant à l’autre extrémité de la salle : cela fait vous porterez depuis la ligne du milieu la largeur de la piece d’eau & celle des allées du pourtour, dans chaque bout de la salle & des deux côtés, & par des alignemens prolongés & tracés au cordeau, vous aurez dessiné sur le terrein toute votre salle conformément au dessein. Si vous avez des niches & des renfoncemens pour des bancs & des figures, vous vous servirez de l’équerre de bois pour en tracer les retours, suivant les mesures marquées sur le plan.

Les boulingrins auront de même que les parterres & les bosquets leurs contours marqués dans la trace du plan général ; il ne s’agira plus que de tracer leur renfoncement & ce qui orne leur milieu. On suppose un parallélogramme échancré dans les 4 angles. Si vous avez la ligne du pourtour d’en-haut dressée bien de niveau en reportant la largeur du talus trouvé sur le plan, au-de-là de la trace d’en-haut, avec encore un pié au-delà pour couper le talus en terme ferme, vous pourrez faire creuser & enlever vos terres de la profondeur que vous voudrez y donner, supposé de deux piés. Pour dresser le fond du boulingrin, enfoncez aux encoignures de la trace du pourtour d’en haut, & le long de la trace, des piquets qui excedent la terre d’un pié environ, & enfoncez-en vis-à-vis dans le fond qui ayent la même hauteur, & qui s’alignent sur ceux d’en-haut d’un bout-à-l’autre : ensuite vous mesurerez sur ces jalons en contre-bas le pié qu’ont de hauteur hors de terre, les piquets des encoignures & ceux du pourtour d’en-haut, & vous y ferez une marque au charbon. Joignez les deux piés que vous voulez donner de renfoncement au boulingrin ; alors vous ferez butter ou décharger du pié ces jalons du fond suivant le besoin, de maniere qu’ils ayent en tout trois piés de haut, ensuite vous attacherez un cordeau au pié des piquets d’en-haut, & sur la marque noire faite sur le jalon vis-à-vis, vous y attacherez l’autre bout du cordeau, vous mesurerez dessus ce cordeau bien tendu 6 piés qu’a la largeur du talus de piquet en piquet, au bout desquels 6 piés vous serez tomber un aplomb jusque dans le fond, en faisant arraser & dresser les terres pour y planter un piquet à tête perdue ; faites la même opération aux extrémités du parallélogramme, ainsi ayant arrêté par des piquets les repaires nécessaires, faites tendre le cordeau de l’un à l’autre, & tracez le parallélogramme d’en-bas ; vous alignerez par-tout des jalons dont les têtes s’ajustent à la hauteur des jalons & des piquets des encoignures, & vous les mettrez tous à la hauteur de trois piés, vous tendrez un cordeau de l’un à l’autre jusqu’aux jalons d’en-bas, & par des repaires ou hêmes, vous unirez tous le fond du boulingrin. Pour le talus du pourtour vous poserez des piquets de deux toises en deux toises, & en mettrez en pareil nombre & à même distance sur la ligne qui termine le pié du talus, tendez un cordeau de haut-en-bas d’un jalon à son opposé, & faites une rigole ou repaire d’un pié de large suivant le cordeau, coupez la terre ainsi par rigoles en tendant le cordeau de piquet en piquet : pour dresser entierement ce talus, promenez le cordeau de tous sens & d’une rigole à l’autre en faisant suivre un homme qui coupera & arrasera à la bêche les endroits où il y aura trop de terre en suivant exactement le cordeau sans le forcer, c’est la meilleure maniere d’applanir un terrein que le rateau achevera de bien unir & dresser. A l’égard de la piece longue ceintrée qui occupe le fond du boulingrin, il n’est pas plus difficile de la tracer qu’un autre qui seroit sur le terrein d’en-haut, ce que l’on exécutera par les principes indiqués ci-dessus.

Les potagers, légumiers, vergers, pepinieres ne demandent aucune recherche pour la trace ; leur pourtour tracé dans le plan général suffit ; il n’y a plus qu’à tracer au cordeau des rigoles ou des planches en tendant le cordeau de piquet en piquet à la distance de deux piés l’un de l’autre sans y comprendre la largeur des sentiers, ce qui separera tout le terrein en rigoles ou en planches.

Tracer, (Peinture.) marquer avec un crayon, une pointe de fer, &c. le dessein de quelques chose. On dit tracer un plan, tracer une perspective, un profil. Je n’ai que tracé telle chose. Voyez Trait.

Tracer ne se dit guerre en peinture qu’en parlant de l’architecture qui est dans un tableau ; je viens de tracer mon architecture. A l’égard des autres objets, on dit dessiner.

Tracer la natte, (Nattier.) les nattiers en paille, disent tracer la natte, pour signifier passer alternativement les unes sur les autres, les trois branches de paille dont chaque cordon est composé. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tracer »

Du latin classique trahere (latin populaire tractiare), « tirer, traîner ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de trace avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Normand, trachier, chercher ; picard, tracher, chercher avec soin ; espagn. trazar ; ital. tracciare. Diez le tire d'une forme non latine tractiare, dérivée de tractus, tiré de trahere ; de sorte que le sens primitif est faire un trait ; puis, comme une trace fait un trait, suivre à la trace, chercher, ce qui est un sens très fréquent dans l'ancien français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tracer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tracer trase

Citations contenant le mot « tracer »

  • L’art, c’est comme la moralité, ça consiste à tracer une ligne quelque part. De Gilbert Keith Chesterton
  • Voyageur, il n'y a pas de routes, c'est en marchant que tu vas les tracer. De Proverbe espagnol
  • Ce n'est pas en suivant les pas d'autrui qu'on arrive à tracer son chemin. De Jiang Zilong / La Vie aux mille couleurs
  • Qui penserait que pour construire un violon, il faut d'abord tracer deux pentagones dans un cercle ? De Stradivarius
  • Se servir du temps de la grammaire pour diviser le Temps équivaut à tracer à la craie des points de repère sur l’eau. De Janet Frame
  • Le leadership est la capacité d’un leader à tracer la route en s’assurant de l’adhésion totale de ses collaborateurs. De Alain Ducasse / Leadership d'Eric-Jean Garcia
  • Chacun lutte comme il peut contre l'angoisse de la mort et la solitude ; tracer des mots pour les écarter ne constitue pas l'un des plus mauvais moyens inventés par l'Homme. De André Hardellet / Donnez-moi le temps
  • On ne peut arriver à un accord qu'en discutant. La bonne parole a le mérite de mettre fin à la mésentente et de tracer le chemin qui mène à l'amitié. De Massa Makan Diabaté / Le Coiffeur de Kouta
  • « Depuis vingt-cinq ans, la gauche se divise à chaque échéance électorale locale, ce qui conduit à chaque fois au même résultat : la victoire d’une droite qui ne répond pas aux défis de la justice sociale et climatique. Il est temps que les forces de gauche et écologistes prennent le temps du dialogue et de la réflexion pour tracer un nouveau chemin, reconstruire un projet collectif. La gauche se reconstruira dans les luttes et dans l’élaboration d’une plate-forme commune répondant aux urgences sociales, écologiques et démocratiques. Nous sommes disponibles pour y travailler. » www.paris-normandie.fr, Le PCF au Havre après l’échec aux municipales : « Tracer un nouveau chemin »
  • L’intelligence artificielle est sur la sellette. Dans le domaine du recrutement en particulier, elle doit démontrer qu’elle est équitable, non raciste et même inclusive. Mais où tracer la frontière entre la discrimination et l’usage de critères de choix qui expriment finalement une culture d'entreprise ? La réponse à cette question va mûrir au fil du […] La Revue du Digital, L’IA dans les RH : tracer la frontière entre discrimination et culture d’entreprise | La Revue du Digital

Images d'illustration du mot « tracer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tracer »

Langue Traduction
Anglais trace
Espagnol rastro
Italien traccia
Allemand spur
Chinois 跟踪
Arabe أثر
Portugais vestígio
Russe след
Japonais 痕跡
Basque aztarna
Corse traccia
Source : Google Translate API

Synonymes de « tracer »

Source : synonymes de tracer sur lebonsynonyme.fr
Partager