La langue française

Dépeindre

Définitions du mot « dépeindre »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPEINDRE1, verbe trans.

Rare. Faire disparaître la peinture de (quelque chose) :
Mais bosselée par la bourrasque qui à chaque bouffée la jette [l'enseigne] violemment contre le mur, dépeinte par les averses, elle ressemble assez aujourd'hui à ces bidons de fer-blanc dont on effraye les corneilles. Bernanos, Un crime,1935, p. 849.
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. dépeint, einte. Dont la peinture est enlevée; qui a perdu sa couleur. Il frappa à la porte dépeinte de la grande maison noire et triste (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 306). Tout près [des usines] moisit la petite fête foraine, entre deux hautes cheminées inégales, ses chevaux de bois dépeint sont trop coûteux pour ceux qui les désirent (Céline, Voyage, 1932, p. 119).
Prononc. et Orth. : [depε ̃:dʀ ̥], (je) dépeins [depε ̃], (nous) dépeignons [depε ɳ ɔ ̃], (vous) dépeignez [depε ɳe], (ils) dépeignent [depε ɳ]. Admis ds Ac. 1694-1932. À comparer avec contraindre, craindre et plaindre qui constituent les exceptions à la finale [-ε ̃:dʀ ̥] gén. écrite -eindre. Étymol. et Hist. Cf. dépeindre2.

DÉPEINDRE2, verbe trans.

A.− Vx, littér. Représenter (quelque chose) par des couleurs, de la peinture. Ces tendres nymphéas que le maître [Claude Monet] a dépeints dans des toiles sublimes (Proust, Chron.,1922, p. 185):
1. ... à l'instar des premiers architectes et maîtres verriers de l'âge gothique, elle [une lanterne] substituait à l'opacité des murs d'impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 9.
B.− P. anal. Représenter, décrire (quelque chose) par le discours, l'écriture, plus rarement par le geste. La passion que Racine a dépeinte dans « Andromaque » ou dans « Phèdre » (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 763).Il y a aussi des pantomimes dépeignant les incidents de la vie quotidienne (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 196).
En partic. Évoquer par des traits précis. Si la société est telle que vous la dépeignez, il faut qu'elle croule (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 198).
Emploi pronom.
Passif. L'étonnement de Paganel ne saurait se dépeindre (Verne, Enf. cap. Grant,1868, p. 56).
Réfl. :
2. Fénelon écrit à la comtesse De Montberon, le 20 novembre 1701, qu'il ne pouvait se dépeindre lui-même, ni jamais rien dire de lui « qui ne lui parût faux l'instant d'après ». Du Bos, Journal,1924, p. 209.
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi région. au sens de « apercevoir, repérer ». On est trop découverts... du pailler de la ferme, ils [les gendarmes] nous dépeindraient vite et nous tomberaient dessus (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 266).
Prononc. et Orth. Cf. dépeindre1. Étymol. et Hist. I. 1. 1erquart xiiies. « peindre, enduire de peinture » (Reclus de Molliens, Miserere, 86, 6 ds T.-L.); sens ,,à peine usité aujourd'hui`` (Littré); 2. av. 1216 « représenter par la couleur, la peinture » (Frère Angier, Vie St Gregoire, éd. P. Meyer, 2909 ds Romania t. 12, p. 191); 3. ca 1550 « décrire et représenter par le discours » (FEW t. 8, p. 524 b); cf. av. 1593 (Amyot, Epit. dédic. Moral., p. 10 ds Littré). II. 1erquart xiiies. descoloré ... et despaint part. passé adj. « qui a perdu sa peinture, au fig. » (Reclus de Molliens, op. cit., 207, 10 ds T.-L.). I empr., avec adaptation d'apr. peindre, au lat. class. depingere « peindre, représenter en peinture; dépeindre, décrire ». II part. passé adj. de despeindre (Reclus de Molliens, Carité, 46, 5 ds T.-L.), « effacer ce qui est peint », dér. de peindre*, préf. dé(s)-*.
STAT. − Fréq. abs. littér. Dépeindre1 et 2: 208. Dépeint : 210. Fréq. rel. littér. : Dépeindre1 et 2: xixes. : a) 284, b) 285; xxes. : a) 254, b) 331. Dépeint : xixes. : a) 294, b) 174; xxes. : a) 233, b) 408.

Wiktionnaire

Verbe

dépeindre \de.pɛ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Décrire et représenter par le discours.
    • Les chrétiens s'efforcèrent d'agir sur l'opinion publique en diffusant une série de libelles, […], où les juifs étaient dépeints sous les traits les plus odieux. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • […] les effroyables mugissemens de l’Etna retentirent longtemps avant que les beaux vers de Virgile en dépeignissent l’horreur […] — (Julien-Joseph Virey, Recherches médico-philosophiques sur la nature et les facultés de l'homme, 1817)
    • Tout incitait donc un auteur de romans, à l'époque où Jane Austen commençait à écrire les siens, à dépeindre une héroïne à la santé fragile et à la beauté délicate. — (Pierre Goubert, Jane Austen: étude psychologique de la romancière, Publications Univ Rouen Havre, 1975, p. 88)
    • Ahurissant : on la juge pour la complicité dans des crimes abominables, et Monique Olivier se dépeint en ménagère effacée, régalant son tyran de mari de cacasse à cul nu et de tarte au sucre. — (Stéphane Durand-Souffland, Frissons d'assises: L'instant où le procès bascule, Denoël, 2012)
  2. (Rare) Enlever, faire disparaitre la peinture de quelque chose.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPEINDRE. v. tr.
Décrire et représenter par le discours. Il dépeint les choses si vivement, qu'on croit les voir. On m'a bien dépeint le personnage. Dépeindre le caractère d'un homme.

Littré (1872-1877)

DÉPEINDRE (dé-pin-dr'), je dépeins, tu dépeins, il dépeint, nous dépeignons, vous dépeignez, ils dépeignent ; je dépeignais ; je dépeignis ; je dépeindrai ; je dépeindrais ; dépeins, qu'il dépeigne, dépeignons ; que je dépeigne, que nous dépeignions, que vous dépeigniez, qu'ils dépeignent ; que je dépeignisse ; dépeignant ; dépeint v. a.
  • 1Peindre d'une manière distincte. Dépeindre des devises sur un pavois.

    Sens propre à peine usité aujourd'hui.

  • 2Représenter par le discours d'une manière assez vive pour qu'on puisse le comparer à une peinture. Les poëtes tragiques anciens ont beaucoup mieux réussi à exprimer les qualités des héros qu'à dépeindre la magnificence des grands rois, Saint-Évremond, Traité des tragédies, dans RICHELET. Comme les femmes ont un empire absolu sur l'esprit des hommes, elles y dépeignent ou les parties des beautés qu'elles ont ou celles qu'elles estiment, Pascal, Amour. Les poëtes n'ont pas raison de nous dépeindre l'amour comme un aveugle, Pascal, dans COUSIN. On nous dépeint ici M. de Marseille, l'épée à la main, aux côtés du roi de Pologne, ayant eu deux chevaux tués sous lui, et donnant la chasse aux Tartares comme l'archevêque Turpin la donnait aux Sarrasins, Sévigné, 229. Si je veux d'un galant dépeindre la figure, Boileau, Sat. II. S'il rencontre un palais, il m'en dépeint la face, Boileau, Art p. I. Et ces mêmes fureurs que vous me dépeignez, Racine, Iphig. III, 5. Quand tu me dépeignais ce héros intrépide, Racine, Phèd. I, 1.
  • 3Se dépeindre, v. réfl. Faire par le discours son propre portrait. Byron s'est dépeint en ses poëmes.

    Être dépeint. Cela ne saurait se dépeindre.

HISTORIQUE

XVIe s. Là où il [Xénophon] a avec un gentil pinceau depeint de naïfves couleurs, soubs le nom de Cyrus, quel seroit un roy s'il s'en trouvoit au monde de parfait, Amyot, Épît. dédic. Moral. p. 10. De grands pavois, où estoient depeintes les devises de chaque combatant, Castelnau, 169.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dépeindre »

(Premier quart du XIIIe siècle) Emprunté avec adaption d'après peindre, du latin depingere (« peindre, représenter en peinture ; dépeindre, décrire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. dépoindre ; provenç. depenher, despenher ; ital. dipingere ; du latin depingere, de la préposition de, et pingere, peindre (voy. PEINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dépeindre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépeindre depɛ̃dr

Évolution historique de l’usage du mot « dépeindre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépeindre »

  • Le sens de la création littéraire : dépeindre des objets ordinaires tels que leur reflet apparaîtrait dans des miroirs magiques. De Vladimir Nabokov
  • Réalisme. Art de dépeindre la nature telle qu'elle est vue par les crapauds. Charme qui ressort d'un paysage peint par une taupe, ou d'une histoire écrite par un asticot. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Parfaitement malgré moi, j’ai dû faire connaissance, tout récemment, avec ce nouveau «concept». Un caricaturiste auto-proclamé, dont j’ignorais jusqu’alors l’existence – faut dire que son nombre d’abonnés est inférieur à celui de la page du Club optimiste de Verdun – s’est amusé à me dépeindre en Général Wolf. Ah bon. Affaire insignifiante et sans intérêt, bien sûr. Sauf que l’artiste en résidence en rajoute une couche en s’attaquant également à Maïtée Labrecque-Saganash caricaturée en Blanche-Neige («pas assez Saganash et trop Labrecque», à Will Prosper en un Michael Jackson «découvrant sa blanchitude» et enfin, à Fabrice Vil comparé à une barre de chocolat sortie de son emballage et projetant, vous l’imaginez aisément, l’image dégradante propre au stéréotype raciste classique. Journal Métro, Un mauvais film d’Orwell
  • Début du XXe siècle, Nottingham. Frieda, jeune allemande résidant en Angleterre suite à son mariage avec l'ennuyeux mais érudit Ernest, est désormais mère de trois enfants. Elle s'ennuie ferme sans se l'avouer... jusqu'à ce que sa soeur lui rende visite et lui lance à la figure tout l'amusement d'une vie à Munich. Elle s'y rend et y rencontre D.H. Lawrence, de qui elle devient la muse. Annabel Abbs plonge ici dans les tumultes de l'existence de Frieda Von Richthofen, la femme qui inspira D.H. Lawrence pour son «Amant de Lady Chatterley». Dès les premières pages, on se retrouve pieds et poings liés au destin de cette femme que rien ne préparait à choisir son amant à sa famille et ses enfants. Après «The Joyce girl», Annabel Abbs montre l'étendue de son talent à dépeindre la condition de la femme au sein de son époque : plus qu'une femme amoureuse, il est ici question de sacrifice d'une femme sur l'autel de la création littéraire et des tourments que cela provoque en Frieda tout au long de sa vie passée loin de ses enfants. Ce Frieda ne manque ni de souffle romanesque, ni de délicatesse stylistique, ce qui ne gâche rien. CNEWS, Voici 5 romans réservés aux filles à lire sur la plage cet été | CNEWS
  • C’est cette effervescence que choisit de dépeindre l’auteur russe d’expression yiddish Sholem Aleichem (1859-1916), lui-même dramaturge, dans son roman Etoiles vagabondes, resté jusque-là inédit en français. Paru pour la première fois sous forme de feuilleton dans deux journaux yiddish de Varsovie entre 1909 et 1911, ce livre foisonnant met en scène deux adolescents, Reyzl, la fille, pauvre, du chantre de la bourgade, et Leybl, le fils de l’homme le plus riche des lieux, le « Rothschild de Holenechti ». Le Monde.fr, « Etoiles vagabondes » : Sholem Aleichem lève le rideau
  • Un récit sélectif et trompeur dans le but de dépeindre les actes d'Assange comme étant néfastes et conspirateurs plutôt que comme des contributions à des informations d'intérêt public RT en Français, 40 organisations demandent la libération immédiate de Julian Assange au gouvernement britannique — RT en français

Traductions du mot « dépeindre »

Langue Traduction
Anglais portray
Espagnol retratar
Italien ritrarre
Allemand porträtieren
Chinois 写真
Arabe تصوير
Portugais retratar
Russe изобразить
Japonais 描く
Basque erretratatzen
Corse ritrattu
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépeindre »

Source : synonymes de dépeindre sur lebonsynonyme.fr

Dépeindre

Retour au sommaire ➦

Partager