La langue française

Touffe

Définitions du mot « touffe »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOUFFE1, subst. fém.

Assemblage naturel de plantes, de productions organiques (poils, cheveux), de fils ou de brins rapprochés par la base. Touffe de cheveux, de crins, de fleurs, de plumes, de rejets, de soies, de tiges. Des rochers entassés jusqu'au ciel formoient des deux côtés de grands escarpements stériles, au haut desquels croissoient à peine quelques sapins, comme des touffes d'herbe sur des tours et des murailles en ruines (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 186).Une légère touffe de poils, plantée dans une verrue, poussait au bas de sa joue droite (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 53).
En touffes. Les lianes retombant en touffes énormes, les lierres cramponnés aux fenêtres et aux portes, les lichens qui révèlent partout la pierre, donnent à ce beau monument du moyen âge l'apparence d'un château de mousse et de lierre (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 268).
BOT. Pied d'un végétal présentant un grand nombre de tiges et fortement ramifié à sa base. Nous avons cueilli des fleurs de souvenir, des aconits salutaires pour le cœur, dressées de-ci, de-là, sur leur hampe parmi des touffes de bruyères (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 28).Le lin ne peut se moissonner à la machine. Il faut l'arracher à la main, touffe par touffe (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 28).
P. anal. Partie d'un bois, d'un bosquet, particulièrement épaisse. [Le vieillard, au jeune homme:] − (...) Tu connais les cieux, n'est-ce pas? Tu as vu ces myriades d'anges aux blanches plumes, aux sistres d'or qui tous tendent d'un vol égal vers le trône, et tu as admiré souvent leurs ailes qui, sous la voix de Dieu, s'agitent comme les touffes harmonieuses des forêts sous la tempête (Balzac, Proscrits, 1831, p. 33).Après la touffe d'arbres des Bastides, sur le chemin que suit Gagou, c'est la lande, nue comme la main, et qui monte légèrement vers le haut récif de Lure (Giono, Colline, 1929, p. 90).
P. métaph. ou au fig. [Pour désigner un ensemble formé de choses semblables] Synon. de bouquet1.Les touffes de prières qui s'élevaient du chœur (...) se paraient, en signe de fête, d'astragales (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 74).Olivier ne bouge plus. La mitrailleuse pioche à côté de lui. Un peu de calme. Le vent emporte une touffe de cris et de coups de pétards (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 247).
REM. 1.
Touffette, subst. fém.Petite touffe. Le lapereau effrayé détalait à toutes pattes sous son nez [de Rroû], lui montrant ses semelles usées et la touffette de sa queue blanche (Genevoix, Rroû, 1931, p. 87).
2.
Touffer (se), verbe intrans. et pronom.Prendre la forme d'une touffe, se former en touffes. Pauvres feuilles d'acacia, je les avais vues si fines et si vertes flotter, huit jours auparavant, sous le ciel et se touffer en ondoyant parasol (Nerval, Nouv. et fantais., 1855, p. 140).
Prononc. et Orth.: [tuf]. Homon. touffe2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1352 touffes de fueillaiges (Comptes de l'argenterie, éd. L. C. Douët d'Arcq, p. 146); 1564 « partie épaisse d'un bois, d'une forêt » (Thierry); 2. ca 1393 « assemblage naturel de plantes rapprochées par la base » (Ménagier, II, 44 ds T.-L.); 1539 « ensemble de cheveux » (Est.). D'une forme aléman. *topf « touffe de cheveux, toupet », de même racine que l'a. b. frq. *topp-, all. Zopf « tresse » (v. toupet). Fréq. abs. littér.: 880. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 951, b) 1 579; xxes.: a) 1 378, b) 1 255. Bbg. Guinet 1982, p. 179. − Simoni-Aurembou (M.-R.). De l'espace au temps... R. Ling. rom. 1982, t. 46, pp. 359-360.

TOUFFE2, subst. masc. ou fém.

A. − Vieilli ou région. (notamment Lorraine). État atmosphérique chaud et lourd. Synon. touffeur.Sa peinture [de Crescent] faisait respirer le bois, l'herbe mouillée, la terre des champs crevassée à grosses mottes, la chaleur et, comme dit le paysan, le touffe d'une belle journée (Goncourt, Man. Salomon, 1867, p. 267).
P. méton. ,,Maladie dangereuse des vers à soie qui est causée par une chaleur trop forte ou trop soudaine`` (Nouv. Lar. ill.). La touffe représente un grave danger pour les élevages de vers à soie entassés et non délités en cas de vent du sud (Lar. encyclop.).
B. − MINES ET CARR. L'acide carbonique (...) parfois appelé par les mineurs la touffe, est à la fois asphyxiant pour l'homme et impropre à la combustion des lampes [de mine] (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 685).
Prononc.: [tuf]. Homon. touffe1. Étymol. et Hist. 1. 1780 « exhalaison pernicieuse dans les mines de charbon » (Morand, Art d'exploiter les mines..., IIepart., Sect. III,144 ds Brunot t. 6, 1, p. 403); 2. 1832 « coups de chaleur qui font périr promptement les vers à soie » (Raymond); 3. 1867 « état atmosphérique chaud et lourd » ici, au masc. (Goncourt, loc. cit.). Du prov. toufo, mêmes sens (v. Mistral), a. prov. estofar « étouffer, suffoquer » (xves. ds Levy Prov.), empr. à l'a. fr. estoffer (v. étouffer).

Wiktionnaire

Nom commun

touffe \tuf\ féminin

  1. Ensemble d’herbes, de fleurs, de cheveux, de poils, etc., naturellement rapprochés.
    • Presque aussitôt une tête se pencha hors de la voiture pour voir ce qui se passait, une grosse tête pâle et grasse, une touffe de cheveux sur le front : c’était Napoléon. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Soudain, au bord du bassin, nous vîmes un petit chat qui buvait. Nous nous dissimulâmes derrière une touffe de seringas. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Ils me font toujours souvenir du ciel gris de chaleur, de la poussière qui portait l’empreinte de pieds nus et des touffes immobiles des hauts papayers lisses qui émergeaient d'une étonnante végétation. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • Cette stérilité contraste avec les nombreuses touffes de retems et de verdure qui croissent dans le lit de la vallée. — (Antonin Jaussen & ‎Raphaël Savignac, Mission archéologique en Arabie: Les châteaux arabes de QueṣairʾAmra, Ḫarâneh et Ṭûba, E. Leroux, 1922, vol.1, page 25)
    • Souvent, à mi-pente, le touriste aperçoit les grosses touffes jaunes des genêts, une broderie d’orfroi court sous les taillis. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • A l'infini, les sables ardents sont bosselés de touffes pâles, vaguement teintées d'un mélange de vert, de bleu et de gris, — les touffes de hâd arrondies, basses, compactes, hérissées de menus piquants. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 22)
    • Il fauchait les touffes d’échaudures qui poussaient dans la pâture de derrière. — (Daniel Bernier, Les terres meurtries, vol.2: Léona, Éditions l'Archipel, 2004)
    • […] je vais vous les jeter, en touffe, sans les mettre en bouquets […]. — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte III scène 7)
  2. (Vulgaire) (Absolument) Toison pubienne, et par métonymie, sexe de la femme.
    • Brouter la touffe.

Forme de verbe

touffe \tuf\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de touffer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de touffer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de touffer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de touffer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de touffer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOUFFE (tou-f') s. f.
  • 1Assemblage d'arbres, d'herbes, de fleurs, de plumes, etc. en quantité et rapprochés. Des touffes de scolopendre suspendues comme de longs rubans, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg. Quelquefois, gravissant la mousse du rocher, Dans une touffe épaisse elle [la Muse] va se cacher, Chénier, Élég. X. Et, colosses perdus dans ses larges contours [de Babel], Les palmiers chevelus, pendant au front des tours, Semblaient d'en bas des touffes d'herbes, Hugo, Orientales, I.
  • 2Partie d'un bois, d'un bosquet extrêmement garnie. Je rencontrais de temps en temps des touffes obscures, impénétrables aux rayons du soleil comme dans la plus épaisse forêt ; ces touffes étaient formées des arbres du bois le plus flexible…, Rousseau, Hél. IV, 11.
  • 3Chevelure, toupet. À Livry, avec sa touffe ébouriffée [de M. de Grignan] vous ne pensiez pas qu'Adonis fût plus beau, Sévigné, 78.
  • 4Maladie des vers à soie.

HISTORIQUE

XIIIe s. Une tuffe de plume, Du Cange, tufa.

XIVe s. Quant marjolaine est bien reprise, adonc la dois arrachier par touffes et replanter à large en pots, Ménagier, II, 2.

XVe s. Un toffel dortyes, Du Cange, tufa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOUFFE, s. f. est un terme dont quelques auteurs se servent pour dire la partie touffue des arbres, ou cette partie qui est garnie de branches, de feuilles, &c. Voyez Branche.

Parallélisme des touffes d’arbres : on observe que tous les arbres affectent d’une maniere naturelle d’avoir leurs touffes paralleles au terrein qu’elles ombragent. Voyez l’explication de ce phénomene sous l’article Parallélisme.

Touffe de fleurs, chez les Fleuristes, signifie plusieurs fleurs qui naissent ensemble au haut de la tige, comme dans la primevere, l’auricula, &c.

Touffe, Touffu, (Jardinage.) se dit d’un bois entierement garni ; & l’on appelle touffe une sépée de bois qui ne garnit que le bas des grands arbres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « touffe »

Lat. tufa, sorte d'étendard fait de plumes usité chez les Romains. Tufa, qui est dans Végèce, appartient à la latinité dernière et est d'origine germanique : suisse, zuffe, une poignée de quelque chose ; allem. Zopf, touffe de cheveux ; angl. top, sommet. On a dit aussi touche, qui parait provenir d'un radical différent : XVe siècle Retraire je me vueil es touches Des bois, ainsi que les farouches ; Car d'estre au monde j'ay grant honte, Orléans, Rondeau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1352) De l’ancien bas vieux-francique *topf (« touffe de cheveux, toupet ») → voir Zopf (« tresse »), en allemand, tope (« touffe, toupet ») en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « touffe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
touffe tuf

Citations contenant le mot « touffe »

  • Chaque touffe d'herbes cache un ennemi. De Léopold Sédar Senghor / Teddungal
  • Par l’union, vous vaincrez. Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles. De Victor Hugo / Discours prononcé Gare du Nord, le 5 septembre 1870
  • À Évreux, une femme de 31 ans a porté plainte pour violences contre son compagnon, qui lui a marché sur l'index et arraché une touffe de cheveux. Le suspect a été placé en garde à vue mercredi. France Bleu, Évreux : il marche sur l'index de sa compagne et lui arrache une touffe de cheveux
  • Agriculteur depuis 2013, il a rejoint son frère dans la ferme familiale à "Saint-Marsal" où il s'occupe plus précisément des 50 vaches laitières. Le 12 mai dernier, il était en plein travaux d'ensilage. Il raconte : "La machine n'arrêtait pas de bourrer. A chaque fois, c'est 45 minutes d'interruption. C'était la cinquième fois de la journée que ça arrivait. J'ai plongé la main pour retirer une touffe d'herbe mais le rotor était encore en fonctionnement. Il m'a pris la main."Quatre opérations à Clermont , Saint-Julien-Chapteuil : les amis d'un jeune agriculteur se mobilisent pour lui financer une prothèse de main (vidéo) - La Commère 43
  • Mohamed Salah a changé sa coupe de cheveux. Même s'il garde sa touffe bouclée sur le dessus, la star égyptienne, champion d'Angleterre cette saison avec les Reds, a fait un changement capillaire remarqué. Sur ses réseaux sociaux, le meilleur joueur africain de l'année 2019 a publié une photo de son nouveau look. Onze Mondial, Liverpool : la nouvelle coupe de cheveux de Mohamed Salah
  • Cymbopogon martinii, palmarosa ou géranium des Indes est donc une plante herbacée aromatique qui forme une touffe susceptible de mesurer jusqu'à 3 mètres de hauteur dans les pays tropicaux où elle est cultivée : Inde, Népal, Pakistan, Indonésie, Vietnam, Brésil, Guatemala, Madagascar… Binette & Jardin, Le palmarosa : un vrai déodorant
  • Différentes possibilités s'offrent à vous pour multiplier le Sedum : semis, y compris semis spontanés, boutures ou division de touffe. Binette & Jardin, Bouturer un Sedum : quand et comment faire ses boutures de Sedum ?

Images d'illustration du mot « touffe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « touffe »

Langue Traduction
Anglais tuft
Espagnol penacho
Italien ciuffo
Allemand büschel
Chinois 簇绒
Arabe خصل
Portugais topete
Russe хохолок
Japonais
Basque tuft
Corse tuft
Source : Google Translate API

Synonymes de « touffe »

Source : synonymes de touffe sur lebonsynonyme.fr

Touffe

Retour au sommaire ➦

Partager