La langue française

Panache

Sommaire

  • Définitions du mot panache
  • Étymologie de « panache »
  • Phonétique de « panache »
  • Citations contenant le mot « panache »
  • Traductions du mot « panache »
  • Synonymes de « panache »

Définitions du mot « panache »

Trésor de la Langue Française informatisé

PANACHE, subst. masc.

A. − Grande plume ou bouquet de plumes, souvent de couleurs diverses, liées à la base et s'épanouissant librement, utilisé(e) comme ornement. Panache flottant; panache de plumes, en plumes d'autruche, de paon.
1. [Dans les coiffures des femmes en tenue d'apparat] Il s'agissait de se décolleter, de se caparaçonner, de se lancer dans les falbalas et les panaches, de se produire au milieu de cette société choisie, étalage vivant de pierreries et de dentelles (Reybaud, J. Paturot, 1842, p.192).Madame Arthur Pommerel, en velours pourpre, un panache de trois plumes d'autruche noires dans les cheveux (Chardonne, Dest. sent., i, 1934, p.34).
2. [Dans les coiffures masculines à certaines époques, en partic. dans la tenue milit. au xvies. comme ornement du casque] Casque à grand panache; casque, chapeau ombragé, orné d'un panache. Au-dessus de son casque d'airain, un triple panache blanc s'épanouissoit par étage et se balançoit dans l'air (Cottin, Mathilde, t.2, 1805, p.149).Des signori en justaucorps de velours noir à la Véronèse (...), tous le front ombragé du sombrero surmonté d'un panache ou d'une plume d'autruche (Giono, Bonheur fou, 1957, p.161).V. aigrette ex. 15, 20.
En partic. Signe distinctif porté par un chef militaire. Qu'on me rende mes tours, mes vassaux, mes bastilles, Mon panache, mon siége au conseil des Castilles (Hugo, Hernani, 1830, v, 3, p.134).Fritz [le général] (...): Ces grades, ces honneurs... le panache... Il est bien évident que je tiens à garder tout ça (Meilhac, Halévy, Gde duchesse Gérolstein, 1867, ii, 5, p.251):
1. ... le marchand d'estampes (...) avertit Desmahis qu'il lui donnerait désormais des sujets militaires à graver. −Il va nous falloir des victoires et conquêtes, des sabres, des panaches, des générau.. Nous sommes partis pour la gloire. A. France, Dieux ont soif, 1912, p.308.
[P.allus. aux paroles attribuées à Henri IV avant la bataille d'Ivry: Ralliez-vous à mon panache blanc; vous le trouverez toujours au chemin de l'honneur et de la victoire!] La politesse m'a dépouillé au vestiaire de la partie la moins anonyme de mon vêtement [le chapeau de Lafcadio]. Nul doute que vous ne vous y soyez ralliée comme au panache blanc d'ancienne mémoire (Gracq, Beau tén., 1945, p.157).P.plaisant. Je reconnais Mimi à sa robe, et Rougette à son panache blanc, toujours sur le chemin de la friandise (Musset, Mimi Pinson, 1845, p.256).
P.méton. L'uniforme militaire (de parade); en partic., l'uniforme de l'officier supérieur. Avoir l'orgueil du panache. J'avais effectivement l'amour du panache! Les uniformes, les plumets, les plaques, les galons, tout ce qui était «costume» enfin me transportait d'admiration (Gyp, Éduc. prince, 1890, p.278).Parfois je vois moins de vrai courage que de vanité, de gloriole, dans certaines parades en gants blancs, et en panache sous le feu de l'ennemi (Gide, Journal, Feuillets, 1937, p.1279).
3. [Sur la tête d'animaux harnachés; au sommet d'objets utilisés au cours de cérémonies ou réservés à l'usage de hauts personnages] Panache de corbillard, d'un cheval de cirque; baldaquin à panaches. Sur leur tête [des dromadaires] ondulent de hauts panaches en plume d'autruche et de marabout (Du Camp, Nil, 1854, p.56).Balancé selon le pas du boeuf roux, le dais aux grands panaches de couleurs (Adam, Enf. Aust., 1902, p.15).
B. − P.anal. (avec la forme, la légèreté, l'éclat d'un panache). Ce qui surmonte ou couronne quelque chose, flotte ou ondoie. De beaux oiseaux appelés aigrettes, à cause du panache de leur tête (Chateaubr., Mém., t.1, 1848, p.269).La corde [du chaland] s'enfonçait (...) et coulait doucement le long de la berge, en inclinant les panaches soyeux des roseaux (Moselly, Terres lorr., 1907, p.265).Une de ces tornades dont le pied en pas de vis ramasse et porte à cent lieues un panache de sable, de graines, d'insectes (Colette,Sido,1929,p.58) :
2. Les tonneaux de poudre s'enflammaient, le pavillon de l'horloge sautait, avec une violence de poudrière. Une gerbe immense monta, un panache qui emplit le ciel noir, le bouquet flamboyant de l'effroyable fête. Zola, Débâcle, 1892, p.615.
SYNT. Panache de fumée d'une cheminée, d'une locomotive; panache d'étincelles, de flammes, de poussière; panache de feuillage, de fleurs, de verdure; panache d'un jet d'eau; panache de la queue d'un écureuil.
P.anal., région. (Canada). Bois d'orignal, de cerf ou de chevreuil. Nous voyions (...) au bord du lac, un vieil orignal mâle humer le vent, dressant sa tête et son panache énorme (Genevoix, Laframboise, Lac Fou, 1942, p.100).
Locutions
En panache. [Souvent en parlant de la queue d'un animal] Deux jeunes chiennes secouant leurs queues en panaches parmi les verreries du comptoir (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, 6etabl., 3, p.249).
Faire panache. Vieilli, HIPP. [En parlant du cavalier] Tomber en passant par-dessus la tête du cheval. Il se mit en boule, en bon héritier des cavaliers qui font panache (La Varende, Gentilsh., 1948, p.129).[En parlant du cheval] Faire une chute sur l'encolure après l'obstacle (d'apr. Tondra Cheval 1979).
P.anal. [En parlant d'un cycliste] Passer par-dessus le guidon de sa bicyclette. Synon. faire un soleil*. (Dict.xxes.).[En parlant d'une voiture] Se retourner complètement. Synon. faire un tonneau*.[Théry] a manqué être tué à Nice, il y a quelques semaines, dans une promenade en automobile. L'auto où il se trouvait ayant soudain fait panache (Léautaud, Journal littér., 1, 1906, p.257).
Spécialement
ARCHIT. Surface triangulaire et curviligne du pendentif (d'une coupole) (d'apr. Noël 1968). Élément de décoration en forme de plumes dans les chapiteaux introduit par Le Brun dans le chapiteau de l'ordre français à la place d'un ornement de feuilles (d'apr. Barb.-Cad. 1963 et 1971).
HORTIC. ,,Bande ou tache de couleur différente, qui se trouve sur les feuilles de fleurs dites panachées`` (Lar. encyclop.).
SERR. Targette, loqueteau, poignée à panache. ,,Anciens objets de quincaillerie dont la platine est découpée en forme de panache`` (Chabat 1881).
TECHNOL. Partie supérieure d'une lampe d'église. Le panache porte le culot par le moyen de plusieurs chaînes (Ac.1798-1878).
ZOOL., vieilli. Panache de mer. Annélide dont les branchies forment à l'entrée de leur tube calcaire, un panache paré des plus vives couleurs (d'apr. Bouillet 1859).
C. − P. méton. [P.réf. à la mode d'orner de plumes les casques des guerriers depuis l'Antiquité (v. supra A 2)] .
1. Ce qui dénote l'élégance virile et la fière allure du guerrier, la vaillance chevaleresque, la bravoure spectaculaire ou héroïque. Entre représentants des classes dominantes, la guerre avait gardé quelque chose de courtois, de conventionnel, de «bien élevé» (...). Une urbanité de gens policés, quelque chose qui rappelait encore l'ancien état de choses, la guerre en dentelles, le panache, la loyauté réciproque (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p.230).
Le goût, l'amour du panache. Goût, amour de la vaillance chevaleresque, de la bravoure. Latins, amoureux du panache et du galon d'or (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.231).Le général de cavalerie J. B. Stuart dont la hardiesse, la bravoure et le goût du panache l'apparentent à Murat (Green, Journal, 1934, p.200).
Avoir du panache. [Le suj. désigne un chef milit.] Savoir enlever ses troupes par l'exemple et la contagion de son enthousiasme (d'apr. Ac. 1935). P.ext. Avoir du panache. Avoir fière allure, de l'allure. C'est difficile de se faire des illusions dans un garni. Les clients n'ont pas de panache. C'est en douce qu'ils voyagent sur la vie d'un jour à l'autre sans se faire remarquer (Céline, Voyage, 1932, p.441).
2. Ce qui a de l'allure, de l'élégance, du brio ou de l'éclat. Bourgeoisie (...) si affamée de places, d'emplois, de distinctions, de panache (Zola, Rome, 1896, p.464).Il appréciait les gestes élégants, les jolis sentiments, la désinvolture, l'allure, le panache, la frivolité, l'ironie (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.36).
Avec une nuance péj. Synon. gloriole, grandiloquence.Entichée de noblesse, −et d'argent aussi, depuis qu'elle en avait, −aimant par dessus tout le panache et la pose, elle ne pardonnait pas à la petite Coryse une simplicité (...) qu'elle ne comprenait point (Gyp, Mariage Chiffon, 1894, p.10).Tous nous avons lu cela dix fois pour une, à une certaine grandiloquence près, un certain panache qui fait à peine illusion (Léautaud, Théâtre M. Boissard, 1943, p.133).
Arg. et pop. Avoir son panache. ,,Être gris`` (France 1907). Avoir son panache. ,,S'empourprer le visage comme un plumet d'uniforme`` (Larchey 1878). Synon. avoir son plumet*.
Prononc. et Orth.: [panaʃ]. Ac. 1694, 1718: pennache ,,on prononce panache``; dep. 1740: panache. Transformation de pen- en pan- p.anal. avec de nombreux mots commençant par pan- et de signif. approchante (v. FEW t.8, p.536 b et 538 a). Étymol. et Hist.1. Ca 1524 pennache «bouquet de plumes» (Epistre adressee à feu Monsrde Bayard, poés. attribuée à J. Lemaire de Belges ds OEuvres, éd. J. Stecher, t.4, p.364); 1527 pannache (Hist.du chevalier Bayart, par le Loyal Serviteur ds M. Petitot, Coll. des Mém. relatifs à l'hist.de France, 1resérie, t.15, p.206); 1546 panache (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap.18, p.136: un panache de plumes Indicques chassant les mouches d'autour); spéc. 1551 «bouquet de plumes ornant un casque» (Ronsard, Tombeau de Marguerite de Valois, 218 ds OEuvres, éd. P.Laumonier, t.3, p.65); 2. 1617 p.ext.pennache «touffe formée par les plumes de la queue d'un oiseau» (D'Aubigné, Aventures du baron de Faeneste, I, 13 ds OEuvres, éd. H. Weber, p.696); 3. spéc. a) 1735 panache cuis. nom donné aux oreilles de cochon (Cuisinier mod., t.3, p.57 ds Quem. DDL t.1); b) 1762 «partie supérieure d'une lampe d'église» (Ac.); 4. 1854 au fig. (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t.13, p.49: Qu'il y ait dans tout ceci et dans la manière dont Villars le raconte, un peu d'appareil, de mise en scène et d'air de gloire, qui en doute? Villars a le panache comme naturel). Empr. à l'ital. pennachio «bouquet de plumes sur un casque» (dep.le xives., Ciriffo Calvaneo ds Tomm.-Bell.), du lat. chrét. pinnaculum «pinacle, faîte», dér. de pinna «plume, créneau» (cf. pinacle). L'initiale pa- est due à l'infl. des nombreux mots commençant par pan- (v. FEW t.8, p.537a et 538a). Fréq. abs. littér.: 393. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 593, b) 889; xxes.: a) 629, b) 310.
DÉR.
Panachard, -arde, adj. et subst.,péj. (Celui, celle) qui aime le panache, la gloire militaire; (celui, celle) qui fait preuve d'un patriotisme exalté, de chauvinisme. La croix de guerre avec palme, pas une recommandation! s'écrie M. Georges, presque indigné, car il était profondément panachard (La Varende, Indulg. plén., 1951, p.166).[panaʃa:ʀ], fém. [-aʀd]. 1reattest.1898 «qui aime la gloire» (A. Daudet, Soutien de famille, p.223 ds Pauli, p.28); de panache, suff. -ard*.
BBG.Dauzat Ling. fr. 1946, p.39.

panache < ital. pennacc(h)io « bravoure plus ou moins gratuite »

Wiktionnaire

Nom commun

panache \pa.naʃ\ masculin

  1. Assemblage, faisceau de plumes flottantes qui sert d’ornement.
    • […] et les banderoles dont elles étaient décorées flottaient au-dessus des panaches des casques. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Par analogie) Assemblage d’objets ressemblant à un panache.
    • Un marronnier, ayant soulevé les lames du parquet, avait grandi là et il tournait vers la fenêtre sans vitres les panaches de ses larges feuilles. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, page 89)
  3. (Par extension) Attitude morale analogue, d’un goût pour tout ce qui a un caractère de grandeur, un air d’héroïsme.
    • Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;
      N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
      Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !
      Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
      Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,
      Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
      Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
      J’emporte malgré vous, et c’est… c’est ?… Mon panache.
      — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, V, VI)
    • « Il faut savoir chanter sur le radeau de la Méduse… Toujours le sourire… En France, vous appelez cela, je crois, avoir du panache… Gérard ! Je veux que mon panache chatouille les bottes de Nelson sur la colonne de Trafalgar et qu’il éberlue cette ménagerie composée d’hyènes, de chacals et de loups qu’on nomme le Tout-Londres. » — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 40)
    • Aimer le panache.
  4. (Volcanologie) Colonne de fumée qui émet d’un volcan, un feu etc.
    • […], seuls quelques milliers d’oiseaux y ont établi leur domicile et parfois, prenant leur essor par bandes, ils semblent jouer au panache de fumée s’échappant d’un minuscule volcan. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Un panache énorme, bave blanche, semble glisser le long de son corps sinueux. […]. Maudit train ! — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, page 120)
    • Les premières traces du panache émis par la centrale japonaise de Fukushima ont été relevées en France, mais le niveau de radioactivité mesuré est sans danger pour l’environnement et la santé, assurent les autorités françaises. — (« Premières traces du panache radioactif en France », Le Soir en ligne, 26 mars 2011)
  5. (Géologie) Remontée de roches anormalement chaudes, provenant du manteau terrestre.
  6. (Zoologie) (Canada) Bois des cervidés.
    • La bête pesait environ 560 kg, de quoi nourrir le chasseur et sa famille jusqu’à l’automne prochain. Son panache mesurait 1 m 91, de quoi battre un record mondial, qu’il s’est empressé d’enregistrer officiellement à Reno au Nevada. — (Anne-Marie Yvon, « Yukon : Le plus grand panache jamais enregistré », Radio-Canada International, 4 février 2014)
  7. (Figuré) (Par analogie) Ensemble d’éléments.
    • Une mise en lumière du processus historique aide à répondre à un panache de questions, telles que : « Seveso, quèsaco ? », « Une usine dangereuse dans la ville, est-ce possible ? », « Tire-t-on les leçons d’une catastrophe industrielle ? » Ou encore : « l’industriel : responsable, pas coupable ? » — (Thomas Le Roux, Incendie à Rouen : « La régulation des risques et des pollutions protège avant tout l’industrie », Le Monde. Mis en ligne le 1er octobre 2019)
  8. (Figuré) Belle et franche allure de bravoure. — Note : Il se dit principalement d’un chef qui, par l’exemple et la contagion de son enthousiasme, sait dynamiser ses troupes.
    • Avoir du panache.

Forme de verbe

panache \pa.naʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de panacher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de panacher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de panacher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de panacher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de panacher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PANACHE. n. m.
Assemblage, faisceau de plumes flottantes qui sert d'ornement. Son casque était ombragé d'un panache. Ce dais est surmonté d'un beau panache. Il désigne figurément une Belle et franche allure de bravoure. Il se dit principalement d'un Chef qui, par l'exemple et la contagion de son enthousiasme, sait enlever ses troupes. Avoir du panache. Il se dit, par extension, d'une Attitude morale analogue, d'un goût pour tout ce qui a un caractère de grandeur, un air d'héroïsme. Aimer le panache. Faire panache se dit en parlant d'un Cheval qui, en courant, tombe la tête en avant et fait un tour complet sur lui-même. Cette expression s'emploie aussi à propos d'une automobile ou d'une bicyclette qui se retourne sur elle-même.

Littré (1872-1877)

PANACHE (pa-na-ch') s. m.
  • 1Faisceau de plumes, ou d'autres choses légères, qui, étant liées par le bas et voltigeant par le haut, forment une espèce de bouquet. Quand un jeune frisé, relevé de moustache, De galoche, de botte, et d'un ample panache, Régnier, Sat. VIII. Quand un des campagnards, relevant sa moustache, Et son feutre à grands poils ombragé d'un panache, Boileau, Sat. III. Ne perdez point de vue, au fort de la tempête, Ce panache éclatant qui flotte sur ma tête ; Vous le verrez toujours au chemin de l'honneur, Voltaire, Henr. VIII.

    Par extension. La queue en panache étalée, La Fontaine, Fabl. VI, 5. Le dattier est couronné d'un panache de feuilles persistantes, d'une forme élégante et d'une verdure perpétuelle, Desfontaines, Instit. Mém. scienc. t. v, p. 159. Le Vésuve qu'on voit… Comme un panache noir, élever sa fumée, P. Lebrun, Poés. t. II, p. 12.

    Fig. Quand l'hypocrisie a perdu le masque de la honte, elle arbore le panache de l'orgueil, Buffon, Morceaux choisis, p. 327.

    Fig. Un panache de cerf, coiffure d'un mari trompé par sa femme. D'un panache de cerf sur le front me pourvoir, Hélas ! voilà vraiment un beau venez-y voir, Molière, Sganar. 6.

  • 2Partie supérieure d'une lampe d'église.

    Branche d'un chandelier, qui s'étend en forme d'aile autour de la tige.

  • 3 Terme d'architecture. Surface triangulaire du pendentif d'une voûte.

    Terme de sculpture. Ornement de plumes d'autruche qu'on introduit dans le chapiteau de l'ordre français, et qu'on mettait au lieu de feuilles à un chapiteau composé.

  • 4Agréable mélange de rayures de différentes teintes dans une fleur. Anémone qui a un beau panache.
  • 5Panache de mer, nom donné à certains animaux aquatiques dont quelques parties ont des formes de plumes ; ce sont diverses espèces d'annélides des genres sabelle et amphitrite.

    Genre de coléoptères.

  • 6 Terme de marine. Artifice employé dans les brûlots.
  • 7Espèce de fond qui sépare une fontaine sablée en plusieurs parties.
  • 8Partie d'une marmite ou d'une chaudière qui n'entre pas dans la maçonnerie du fourneau.
  • 9 Terme de serrurier. Feuilles découpées dans une platine.
  • 10 Terme de cuisine. Panaches de porcs, oreilles de cochon panées et cuites sur le gril.

HISTORIQUE

XVe s. C'est un soudart sans panache, C'est un charpentier sans hache, Basselin, LVI.

XVIe s. Quand le paon met au vent son pennache pompeux… Ils different d'un poinct, que l'un monstre ses plumes [le paon], Et que l'autre est paré du panache d'autrui [le courtisan], D'Aubigné, Faen. I, 13. Si vos cornettes vous manquent, raliezvous à mon panache blanc, vous le trouverez au chemin de la victoire et de l'honneur [paroles d'Henri IV, à Ivry], D'Aubigné, Hist. III, 231. Deux poissons, l'un comme une panache, appellé panache de mer, parce qu'il represente les panaches qu'on porte aux chapeaux, Paré, Monstr. app. I. L'espi du mil ressemble à un pennache branchu, De Serres, 109.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PANACHE. Ajoutez :
11 Terme de turf. Faire panache, se dit d'un cavalier qui tombe en passant par-dessus la tête de son cheval.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PANACHE, on a donné ce nom à la femelle du paon. Voyez Paon.

Panache de mer, espece de litophyte. Voyez Lithophyte. La panache de mer ne differe des autres lithophytes, qu’en ce qu’elle forme une sorte de réseau : ses branches latérales au-lieu de sortir de tous les côtés de la tige, ne se trouvent que sur deux côtés opposés l’un à l’autre ; elles se réunissent comme des vaisseaux sanguins qui s’anastomosent ; ensuite elles se séparent & se réunissent plus loin, &c. C’est ainsi qu’elles forment des mailles de réseau qui ont peu d’étendue. (I)

Panache, s. f. (Commerce.) mesure dont on se sert dans l’île de Samos pour les grains & les légumes secs. La panache pese vingt-cinq livres, c’est-à-dire huit ocques ; il faut trois panaches pour faire le quillot, qui pese 75 livres. Voyez Quillot, diction. de commerce.

Panache, (Archit.) c’est une voute en saillie ouverte par-devant, comme les trompes ; élevée sur un ou deux angles rentrans, pour porter en l’air une portion de tour creuse. C’est ainsi que les dômes des églises modernes sont portées sur quatre panaches élevés sur les angles de la croisée de l’église. Le panache est ordinairement un triangle sphérique terminé par trois arcs, dont deux CB, CA (fig. 21.) sont les arcs doubleaux des travées, & le troisieme AB une corniche, qui sert d’empattement à la tour du dôme. Tous les joints de la panache doivent concourir au centre de la sphère, dont elle fait partie. Ce centre est le point d’intersection des deux diagonales menées des sommets C de l’angle inférieur des quatre panaches. Les joints de lit doivent être paralleles à la corniche AB, & en coupe vers le centre de la sphère. Voyez Voute spherique. (D)

Panache, s. m. terme de Sculpture ; c’est un ornement de plumes d’autruche, qu’on introduit dans le chapiteau de l’ordre françois, & qu’on mettoit au lieu des feuilles d’un chapiteau composé. Cet usage, qui avoit pris d’abord par la singularité, ne s’est pas soutenu. Il est à souhaiter que la bisarrerie des artistes ne le fasse jamais revivre, car c’est un ornement vraiment gothique. (D. J.)

Panache, en terme de Chaudronnier ; c’est une espece de fond qui sépare une fontaine sablée en plus ou moins de parties, selon qu’il est plus ou moins répété. Ce fond est percé à son centre, & recouvert d’un couvercle qui le ferme tellement, qu’il n’y a que l’eau qui puisse passer. Voyez nos Pl. du Chauderonnier & leur explic. Une figure montre le couvercle ; une autre montre un autre diafragme, dont l’usage est de garantir le sable dont la panache est couverte de la chute de l’eau qui tombe dessus. Voyez la fig. qui représente la coupe d’une fontaine sablée.

Panache, Panaché, (Jardinage.) ce sont des rayeures de différentes couleurs qui se mêlent à la couleur principale d’une fleur, & qui la rendent bariolée.

Les anemones, les renoncules, les œillets, les roses, les tulipes pour être belles, doivent être panachées. On dit cette fleur se panache.

Panache se dit encore de certain feuillage d’un parterre.

Panache, terme d’Orfévre & de Potier d’étain ; partie de la tige ou de la branche du flambeau qui est élevée au-dessus du pié, & qui s’étend en forme de petite aîle autour de la tige ou de la branche du flambeau.

Panache, c’est parmi les orfévres en grosserie, la partie qui se voit immédiatement sous le premier quarré d’un bassinet. Voyez Bassinet & Quarré.

Le panache ne differe du nœud qu’en ce qu’il est quarré par-dessous, & peut être considéré comme la moitié d’un nœud.

Panache, s. m. (Plumassier.) espece de bouquet de plume qui n’est plus en usage. Les hommes de guerre en portoient sur leurs casques, les courtisans sur leurs chapeaux, & les dames sur leurs coëffures. Ces bouquets ne se mettoient que d’un côté de la tête au-dessus de l’oreille, & étoient relevés avec des aigrettes de héron : c’est d’eux que les maîtres plumassiers de Paris ont pris le nom de maîtres panachers-bouquetiers. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « panache »

De l’italien pennacchio (« bouquet de plumes sur un casque »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, panag ; esp. pennacho ; ital. pennacchio ; du lat. penna, plume (voy. PENNE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « panache »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
panache panaʃ

Citations contenant le mot « panache »

  • Ralliez-vous à mon panache blanc ! Henri IV,
  • Ne méprise jamais la dignité en faveur du panache. De Anita Nair / Les Neuf Visages du coeur
  • L'écureuil. Du panache ! Du panache ! Oui, sans doute : mais, mon petit, ce n'est pas là que ça se met ! De Jules Renard / Histoires naturelles
  • L'auteure Cindy Chouinard présente son premier ouvrage, Cindy et ses panaches. -Gracieuseté Acadie Nouvelle, Les panaches amoureux d’une coiffeuse de Saint-Quentin
  • Plusieurs raisons à cela. D’abord, la série se révèle très plaisante. On découvre en préambule Omar Sy dans la peau d’un agent d’entretien du musée du Louvre qui a un jour l’idée de dérober un collier de très grande valeur sur le point d’être mis aux enchères. Au fil de l’intrigue, le voile se lève sur la véritable personnalité d’Assane Diop et sur ses motivations. Une relecture contemporaine du personnage plutôt maligne, un rythme enlevé, de solides seconds rôles (Ludivine Sagnier, Clotilde Hesme, Nicole Garcia, Soufiane Guerrab), de l’action et des rebondissements… Ce Lupin-là s’est donné pour unique mission de divertir, sans se soucier de vraisemblance mais en axant ses exploits sur le charme et le panache. LA VDN, Sur Netflix, le « Lupin » d’Omar Sy conquiert le monde avec un certain panache
  • Il est beaucoup plus difficile de mettre la balle au bord des lignes que de la renvoyer au milieu du terrain. Ça s’appelle le panache et c’est beau. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Vendée Globe. Le panache de Thomas Ruyant et la nouvelle analyse stratégie de Mino Vittet

Traductions du mot « panache »

Langue Traduction
Anglais plume
Espagnol penacho
Italien pennacchio
Allemand feder
Chinois
Arabe عمود
Portugais pluma
Russe шлейф
Japonais 飾り羽
Basque lumaduna
Corse piuma
Source : Google Translate API

Synonymes de « panache »

Source : synonymes de panache sur lebonsynonyme.fr
Partager