La langue française

Touche

Sommaire

  • Définitions du mot touche
  • Étymologie de « touche »
  • Phonétique de « touche »
  • Citations contenant le mot « touche »
  • Images d'illustration du mot « touche »
  • Traductions du mot « touche »
  • Synonymes de « touche »

Définitions du mot touche

Trésor de la Langue Française informatisé

TOUCHE, subst. fém.

I. − Action, manière de toucher.
A. −
1.
a) Vx. Coup plus ou moins fortement appliqué; action de toucher, simple contact. (Dict. xixeet xxes.).
Au fig. Disgrâce, épreuve morale ou matérielle. (Dict. xixes.).
En partic., vieilli ou littér. Sollicitation de Dieu, appel de la grâce, de l'esprit divin. Je sens (...) un travail sourd et têtu, une touche invisible, un besoin de prier, un rappel incessant de Dieu me tenant en haleine (Huysmans, Cathédr., 1898, p. 447).
b) ESCR. [Corresp. à toucher1I A 2 a] Fait d'atteindre, de toucher l'adversaire selon les règles; p. méton., avantage, point ainsi marqué. Décompte des touches; nombre de touches; touche pour, contre; touches simultanées. À l'épée, les touches échangées avec un écart de moins de un vingtième à un vingt-cinquième de seconde engendrent le coup doublenon admis au fleuret (Jeux et sports, 1967, p. 1433).
2. Action du poisson qui mord à l'esche, au leurre. Pêche passionnante, où chaque seconde qui passait pouvait être celle de la touche, de cette attaque du carnassier, brutale et molle comme un spasme (Genevoix, Routes avent., 1958, p. 161).
P. anal., fam. Faire une touche. Recevoir de quelqu'un une marque d'intérêt répondant favorablement à une démarche séductrice, à un essai de séduction. C'est une de ces filles (...) elle fait des touches à chaque coup (Arnoux, Paris, 1939, p. 213).Avoir une, la touche. Plaire physiquement à quelqu'un qui manifeste ouvertement son intérêt. Synon. avoir un/le ticket.Laforgue commença à lui caresser les genoux, puis il se leva et rejoignit ses camarades.Tu avais une touche? demanda Bloyé.Comme tu dis (...). C'était une femme qui avait soif et notamment d'affection, elle était tendre (Nizan, Conspir., 1938, p. 13).J'ai eu la touche avec elle, mardi dernier, elle était bourrée, elle voulait tout le temps m'inviter à danser (Sartre, Âge de raison, 1945, p. 185).
3. Pop. Bouffée d'une cigarette fumée à plusieurs. Il faut (...) par courtoisie accepter la « touche » que propose un voisin, bon-petit-cœur de Belleville qui offre à tous un dernier mégot enduit de vingt salives différentes (H. Bazin, Tête contre murs, 1949, p. 149).
4. Spécialement
a) BIJOUT. [Corresp. à toucher1I A 2 a] Essai de l'or ou de l'argent à l'aide de la pierre de touche (v. pierre B 4). (Dict. xixeet xxes.).
b) IMPR. [Corresp. à toucheur B] Action d'appliquer l'encre sur la forme avec les balles ou le rouleau. (Dict. xxes.).
B. − Action, manière de toucher; effet qui en résulte.
1. PEINT. Action, manière de poser, d'appliquer à l'aide du pinceau la peinture sur la toile; p. méton., couleur appliquée d'un seul coup de pinceau; résultat du coup de pinceau. Synon. facture1, griffe1, style1.Finesse, légèreté de touche/de la touche. Regarde la lumière du sein, et vois comme, par une suite de touches et de rehauts fortement empâtés, je suis parvenu à accrocher la véritable lumière (Balzac, Chef d'œuvre, 1831, p. 32).Le jeune artiste chinois se promène et il aperçoit le papillon (...). Il s'exalte et commence son portrait, de mémoire (...) Cette patience le mène à l'âge de cent ans. Enfin, un soir, avant de mourir, il pose la dernière touche (Cocteau, Potomak, 1919, p. 64).
P. anal. Touche de fard. Les détails qui font « soir » sont les yeux très faits avec plusieurs couches de mascara. Beaucoup de brillant à lèvres par-dessus le rouge. Et des touches de fard « accroche-lumière » sur le front, les pommettes et l'arcade sourcilière (Le Point, 18 oct. 1976, p. 47, col. 4).
P. anal., LITT. Manière personnelle et caractéristique dont un écrivain, un auteur traite un sujet. Synon. style.Écrire à petites touches; sûreté de touche. Dans Cléopâtre (...), on reconnaît à chaque instant la touche de Théophile Gautier, son coloris savant, cette langue originale et précise à laquelle l'expression ne fait jamais défaut (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p. 238).[Victor Hugo] a traduit ce sentiment avec une acuité extraordinaire, d'une touche déjà impressionniste (Arnoux, Visite Mathus., 1961, p. 38).
2. Touche de + compl.Élément, détail qui contraste avec l'ensemble dans lequel il est intégré et lui confère une valeur particulière.
[À propos d'un paysage, d'un décor] Pour des yeux accoutumés au dur climat du Nord (...) le ciel indigo, l'air léger, les montagnes pierreuses relevées par des touches d'ocre et de safran formaient un tableau de lumière et de bonheur (Maurois, Byron, t. 1, 1930, p. 171).Quelque chose de préservé et de monacal flottait dans cette pièce, qui semblait s'être à la longue gauchie autour de lui comme la coquille autour du coquillage, et où sa lourde silhouette assise ajoutait seule une touche dernière de plénitude (Gracq, Syrtes, 1951, p. 46).
[À propos d'une pers., de sa toilette] Le front (...) étroit et pur, laiteux, têtu, les cheveux drus, plantés bas, mettaient sur cet ensemble si harmonieux une touche de férocité secrète (Arnoux, Rêv. policier amat., 1945, p. 117).V. battle-dress ex. de Giono.
3. Pop., fam. Aspect général d'une personne, d'une chose. Synon. allure, dégaine (fam.), tournure.Avoir une drôle de touche. [Gervaise] louchait si fort de la jambe, que, sur le sol, l'ombre faisait la culbute à chaque pas (...). Quelle touche! Ça devait attirer les hommes tout de suite (Zola, Assommoir, 1877, p. 772).D'ordinaire, je ne respire pas l'astuce (...); au contraire, mon innocence, ma naïveté, ma touche d'universitaire, de bête à concours convainquent aisément les plus soupçonneux (Arnoux, Algorithme, 1948, p. 233).
C. − Vx, pop. La sainte(-)Touche. Le jour où l'on touche son salaire. La paie de grande quinzaine emplissait le trottoir d'une bousculade de gouapeurs (...). On célébrait la sainte Touche, quoi! (Zola, Assommoir, 1877, p. 769).
D. − Spécialement
1. JEUX (billard). Action de toucher avec sa bille celle sur laquelle on joue. (Dict. xxes.). Manquer de touche. Ne pas toucher la bille visée. Bonnébault sortit du billard, une queue à la main, et en frappa rudement Marie, en lui disant:Tu m'as fait manquer de touche (Balzac, Paysans, 1850, p. 315).
2. JEUX, SPORTS (balle, ballon). Touche de balle. Manière de jouer la balle, le ballon, de les contrôler, de les diriger. La « touche de balle », clef de la technique, permet de recevoir (...), de lancer (...), de progresser (Jeux et sports, 1967, p. 1388).
3. Arg., AUTOMOB. Aller à la touche. Entrer en contact, sans trop de violence, avec un obstacle, une autre voiture. À cause de la maladresse du concurrent que j'allais doubler, j'allai « à la touche ». Mon bolide grimpa un talus (M. Trintignant, Pilote de courses, 1957ds Petiot 1982).
II. − SPORTS. [Dans les sports de ballon]
A. − Partie du terrain située à l'extérieur des limites latérales du terrain de jeu. Lignes de touche; sortie du ballon en touche. Un public nombreux, massé sur la touche, put applaudir à un résultat sans précédent dans les annales du rugby castalinois (Aymé, Nain, 1934, p. 231).On joue la castagne, jusqu'à ce que l'arbitre, un vendu, envoie les matraqueurs se calmer sur la touche (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1953, p. 176).
Juge de touche. Juge placé sur chaque ligne de touche qui signale à l'arbitre le point où le ballon a franchi la ligne de touche. Le ballon est en jeu à tout (...) moment (...) y compris (...) s'il rebondit dans le terrain de jeu après avoir touché l'arbitre ou un juge de touche se trouvant à l'intérieur du terrain (J. Mercier, Footb., 1966, p. 23).
Locutions
Rester sur la touche. Ne pas participer à un match. Les dirigeants ont laissé sur la touche un de leurs meilleurs joueurs (Le Sporting, 15 déc. 1931ds Petiot 1982).Au fig., fam. Être, rester sur la touche; mettre qqn sur la touche. Être tenu à l'écart, mettre quelqu'un à l'écart d'une entreprise, d'une affaire. (Dict. xxes.).
Remise en touche. Remise en jeu du ballon à partir de la ligne de touche (d'apr. Petiot 1982, s.v. remise).
Rentrée en touche, rentrée de touche. Remise en jeu du ballon sorti en touche. Rentrée de touche. Lorsque le ballon aura entièrement dépassé la ligne de touche, soit à terre, soit en l'air, il sera rejeté en jeu, de l'endroit où il aura franchi la ligne, par un joueur de l'équipe opposée (J. Mercier, Footb., 1966, p. 28).
B. − P. méton. Sortie du ballon en touche; remise en jeu du ballon depuis la ligne de touche. Touche courte, longue; jouer la touche. Un sacré demi (...), la balle glissante comme une anguille, des touches impossibles devant un mur d'os noueux et de viande bien cimentée (Arnoux, Suite var., 1925, p. 41).
III. − Objet qui sert à toucher, qui est touché.
A. − Vx. Objet qui sert à toucher.
1. [Corresp. à toucher1I A 2 a et toucheur A 1] Gaule qui était utilisée pour faire avancer, pour conduire le bétail. (Dict. xixeet xxes.).
2. Petite baguette crochue qui sert à lever les jonchets (Dict. xixeet xxes.).
B. −
1.
a) [Dans les instruments de mus. à clavier] Levier qui bascule sous la pression des doigts et actionne le mécanisme émetteur. Touche blanche, noire; touche d'ébène, d'ivoire; touche de clavecin, d'orgue, de piano. Gambara frappa les touches d'une main sûre, il étendit magistralement le thème de Meyerbeer par une sorte de décharge d'âme à la manière de Liszt (Balzac, Gambara, 1837, p. 92).Marguerite, assise devant son piano, laissait courir ses doigts sur les touches, et commençait des morceaux qu'elle n'achevait pas (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p. 82).
b) [Dans les instruments à cordes pincées ou à cordes frottées] Partie du manche où appuient les doigts pour déterminer la longueur de la corde à faire vibrer. Touche de guitare, de luth, de violon. (Dict. xixeet xxes.).
2. Lame munie d'un contact permettant d'établir une connexion électrique. Synon. plot* de contact.Le manipulateur se compose de cinq touches en bois. Chaque touche porte une lame métallique reliée à l'un des plots du distributeur (A. Leclerc, Télégr. et téléph., 1924, p. 146).
En partic. Chacun des éléments d'un clavier d'une machine sur lequel on agit par pression pour commander une action, une sélection. Touche d'un terminal, d'une machine comptable; touche de curseur, d'édition, de fonction. Il était dans tous ses états devant sa machine à écrire (...) pa'c'qu'il avait oublié (...) d'appuyer sur le levier d'la touche des majuscules, et alors, au lieu de souligner le titre de sa page, il avait foutu en plein dessus une ligne de 8 (Barbusse, Feu, 1916, p. 130).
Commande manuelle d'un dispositif électronique. Touche à micro contact; touche silence; touche d'un magnétophone, d'une chaîne hi-fi, d'un téléviseur. Touches sensitives. Même si le terme « microprocesseur » vous paraît un peu barbare, il se traduit pour vous par un système de commande très simplifié. Plus de boutons à tourner ou à pousser, mais des touches sensitives (L'Express, 31 mai 1980, p. 68).
Touche à effleurement. Une touche à effleurement. Le déclencheur électromagnétique du XG2 est un modèle de sensibilité. À peine l'avez-vous effleuré (comme les touches de certains ascenseurs récents) que la cellule se met en marche (Le Point, 16 oct. 1978, p. 115, col. 2).
Touche à impulsion. Super Color 7200 Ligne galbée, 66 cm. Tube auto-convergent 110 degrés. Châssis modulaire. Télécommande sans fil et touches à impulsion (Le Nouvel Observateur, 28 nov. 1977, p. 6, col. 1).
Prononc. et Orth.: [tuʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Objet avec lequel on touche, ou que l'on touche 1. ca 1165 « bâtonnet crochu servant à lever les jonchets » (Troie, éd. L. Constans, 22744: ne joë pas o eus as toches [défini dans le gloss.: « instrument servant à pousser les jonchets »]); 1718 touche (Ac.); 2. 1386 « gaule employée pour faire avancer le bétail » (Preuves de l'hist. de Bretagne, t. 2, col. 504 ds Du Cange, s.v. touchia: esperons ou touches [défini d'apr. FEW t. 13, 2, p. 4b, note 9]); 3. a) 1557 mus. « filet saillant traversant le manche d'un instrument à corde » (B. Des Périers, Discours non plus mélancolique que divers, p. 100: des cordes qui ceinturent ledit col [...] lesquelles on appelle touches); b) 1636 « chacun des leviers qui composent un clavier » (Monet: touche cheville d'orgue, d'epinete); c) 1640 « partie supérieure du manche d'un instrument à corde, sur laquelle les doigts touchent les cordes pour varier les sons » (Oudin Ital.-Fr., s.v. tastiera); 4. 1858 « élément du clavier d'une machine » (L'Année sc. et industr., 2eannée, p. 417: un clavier de trente-six touches [de machine à écrire]); 5. 1890 électr. « lame munie d'un contact métallique » (Lar. 19eSuppl., s.v. rhéostat: un commutateur à manette et à touches multiples). II. Action, manière de toucher A. Objet: être animé 1. ca 1250 « atteinte, coup » (Atre perilleux, éd. B. Woledge, 1213: ainc puis n'oi touce de ce mal [un mal moral]); fin xiiies. (Jacques d'Amiens, Remede d'amours, ms. Dresde, fo18cds Gdf.: d'un dart d'amor senti la touce); 2. 1555 escr. (Ronsard, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 8, p. 10: sans emporter au logis une touche); 3. 1601 fig. « sollicitation de Dieu, appel de la grâce » (Charron, Sagesse, éd. 1797, p. 191: une touche divine). B. Objet: être inanimé 1. a) ca 1260 « aloi ou titre des métaux précieux » (Étienne Boileau, Métiers, éd. G. B. Depping, I, XI, 2, p. 38: or [...] à la touche de Paris); b) α) 1280 fig. « épreuve, pierre de touche » (Adenet Le Roi, Cléomadès, éd. A. Henry, 249: ce est la touche et l'exemplaire); 1313 sens propre « pierre de touche » (Invent. de Pierre Gaveston ds Laborde, p. 445: un touche pour assaer or); β) 1549 pierre de touche fig. (Du Bellay, Deffence et Illustration de la langue fr., éd. H. Chamard, II, 11, p. 179); 1562 pierre de touche sens propre (Du Pinet, trad. Hist. du monde de Pline, l. XXXIII, chap. 8, t. 2, p. 584); c) 1394 « action de toucher, d'éprouver un objet d'or ou d'argent » (texte ds Bibl. Éc. Chartes, t. 89, p. 348 ds Fonds Barbier: faire les touches et essaiz des d. monnoies); 2. a) α) 1627 peint. (Mareschal, La Chrysolite, éd. 1634, p. 317: apres cette premiere touche, il y faut coucher les couleurs [ici, dans un portrait littér.]); 1631 (Saint-Amant, Suite des œuvres, Le Poète crotté ds Œuvres, éd. J. Lagny, t. 2, p. 36: Je veux luy donner une touche De mon Pinceau pour l'habiller [ici, également dans un portrait littér.]); β) 1694 « manière de peindre » (Ac.); γ) 1745 p. ext. grav. (Bosse, Manière de graver, p. 69: les touches des ombres); 1798 (Ac.: touche [...] moyen dont se sert le Dessinateur, le Peintre ou le Sculpteur, pour faire sentir le caractère des objets); b) litt. α) 1690 (Fur.: j'y donneray encore une petite touche [à ce poème]); β) 1775 « style, manière d'écrire d'un auteur » (Coqueley de Chaussepierre, Monsieur Cassandre, p. XIII ds Proschwitz Beaumarchais, p. 18: cette touche légere et fine qui caractérisent plusieurs des Ecrivains illustres de ce Siecle); c) α) 1817 fig. « élément d'un ensemble, qui confère à ce dernier une valeur particulière » (Stendhal, Haydn, Mozart et Métastase, p. 109: touches énergiques, claires [dans un opéra]); β) 1823 fig. « trait discret » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, p. 207: quelques touches caractéristiques sur l'Empereur); d) 1848 fam. « allure générale, dégaine » (Pierre, Arg. et jargon: Touche tournure d'individu); 1852 (Gautier, Italia, p. 300: deux ou trois moines d'une assez bonne touche); 3. 1844 billard manque de touche ici, fig. (Balzac, Splend. et mis., p. 68: ton manque de touche au jeu de la vie); 1845 touche, manque de touche (Besch.); 1850 manquer de touche (Balzac, Paysans, p. 315); 4. 1866 La Sainte-Touche « le jour de la paie » (Delvau, p. 351); 5. 1883 « opération consistant à aimanter une pièce de fer » (Jacquez, Dict. d'électr. et de magnét., pp. 196-197 ds Quem. DDL t. 30); 6. a) 1904 pêche « façon propre à chaque espèce de poisson de mordre à l'hameçon » (Nouv. Lar. ill.); b) 1925 fam. avoir une touche (J. Galtier-Boissière, La Bonne vie, p. 118 ds Cellard-Rey: j'ai une touche!); 1925 fam. faire une touche (d'apr. Esn., s. réf.); 1935 (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi! p. 96: on en f'sait nous aussi des touches); 7. 1941 jeux « manière de frapper la balle, le ballon » (L'Auto, 18 févr. ds Petiot 1982: sa touche de balle [au ping-pong]); 1948 (Mémo-Sport, ibid.: touche de balle [au football]). III. Rugby, footb. 1. a) 1889 ligne de touche (G. de Saint-Clair, Jeux et exercices en plein air, 2eéd., Paris, p. 50 ds Bäcker 1975, p. 301); 1925 p. ell. touche « ligne de touche » (J. Prévost, Plaisirs des sports, p. 128 ds Rob. 1985); b) 1889 en touche (G. de Saint-Clair, loc. cit.); 1964 sortie en touche (Rob.); 1921 rentrée en touche (M. Pefferkorn, Le Football-association ds Grubb Sports 1937, s.v. rentrée); 1928 remise en touche (A. Peiny et R. Perrier, Le Basket-ball, S. Bornemann, p. 19, ibid., s.v. bloquer et ds Petiot 1982, s.v. bloquer); c) α) 1896 juge de touche (Almanach Hachette 1897, p. 402 [au rugby]); β) 1927 rester sur la touche (d'apr. Esn., s. réf.); 1931 (Le Sporting, loc. cit.). γ) 1927 rester sur la touche fig. (La Pédale, 12 oct., p. 14: Abbeglen et Mounoud [entraîneurs non-français] restèrent, à leur grand regret, sur la touche); 2. 1896 p. ell. « sortie du ballon en touche » (Almanach Hachette 1897, p. 403: remise au jeu après touche); 3. 1901 p. ell. « remise en jeu du ballon qui a dépassé la ligne de touche » (L'Auto-Vélo, 11 févr. ds Petiot 1982: les Anglais faisaient leurs touches au fond); 4. 1911 « partie du terrain située à l'extérieur des lignes latérales » (J. Manchon, Le Football, p. 127 ds Bäcker, p. 301). I et II déverbal de toucher1*. III empr. à l'angl. touch « partie du terrain située à l'extérieur des lignes de touche et des lignes de but » (1857, T. Hughes ds NED Suppl.2, s.v. play subst. § 10d: [the ball is] in touch, and out of play); touch-in-goal « partie du terrain située derrière la ligne de but » (1864 ds NED, s.v. touch subst. § 12); touch « action de toucher le sol avec le ballon derrière le but » (1864, ibid., s.v. touch verbe § 2f); touch-line « ligne de touche » (1868 ds NED). L'angl. touch, att. dès le xiiies. au sens de « coup », est lui-même empr. au fr. touche*. Fréq. abs. littér.: 771. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 847, b) 1 047; xxes.: a) 1 102, b) 1 335.
DÉR.
Touchette, subst. fém.a) Mus. Chacune des petites barres incrustées dans le manche d'une guitare, d'une mandoline qui permettent de produire les tons et demi-tons. La vînâ est un instrument (...) pincé, à touchettes fixes et sans cordes sympathiques (Les Lettres fr., 2 avr. 1969, p. 14, col. 4).b) Automob., arg. Choc léger, sans gravité. Aller à la touchette. Pour les pilotes (...) il faut être à fond partout. Si tout va bien, on gagne, ou l'on est dans les cinq premiers. Mais on prend le risque de faire une « touchette » ou de casser la mécanique (L'Express, 9 juin 1969, p. 138, col. 2). [tuʃ εt]. 1resattest. a) 1504-09 « pierre de touche » (J. Lemaire de Belges, Couronne Margaritique ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. 4, p. 52 ds Hug.) hapax, b) 1844 mus. (J. de La Fage, Hist. gén. de la mus. et de la danse, t. 2, p. 109), c) 1965 arg. automob. (L'Équipe, 21 juin ds Petiot); de touche ou de toucher1, suff. -ette (-et*).
BBG.Gohin 1903, p. 368. − Meier (H.). Aufsätze und Entwürfe zur rom. Etymologie. Heidelberg, 1984, pp. 89-90. − Porquier(R.). Le Vocab. des sports de ballon dans la presse spécialisée... Besançon, 1967, pp. 167-168.

Wiktionnaire

Nom commun 1

touche \tuʃ\ féminin

  1. Action de toucher. Il se dit spécialement de l’épreuve qu’on fait par le moyen de la pierre de touche.
    • On connut à la touche que cette pièce était fausse.
    • Pierre de touche, pierre en jaspe dont on se sert pour distinguer l’or du cuivre.
    • L’adversité est la pierre de touche de l’amitié.
  2. (Billard) Action d’atteindre la bille sur laquelle on joue.
    • Il a manqué de touche.
    • Un manque de touche.
  3. (Pêche) Action du poisson qui mord à l’hameçon.
  4. (Peinture) Manière dont le peintre pose la couleur sur la toile, dont il indique et fait sentir le caractère des objets.
    • Suivant les objets qu’on imite, la touche doit être large ou légère.
    • Dans les ouvrages des artistes médiocres, la touche est souvent timide ou pesante.
    • On reconnaît facilement la touche de tel maître.
  5. (Par analogie) Finition d'un ouvrage.
    • Aussi les paysagistes sont-ils présents pour apporter la touche finale à la route par la végétalisation des talus et des belvédères, assurant ainsi la cicatrisation des emprises routières. — (Topo-guide de Grande Randonnée : L'Île de la Réunion, Fédération française de la randonnée pédestre, 2011)
  6. (Figuré) Manière de se vêtir ; allure vestimentaire.
    • – Nogrette, il avait une touche de beauf, de voyoucrate, me raconte Mohand Hadjaz, ancien ouvrier de Renault, cégétiste. Mais il avait aussi un côté prolo, titi parisien, rigolard. — (Morgan Sportes, Ils ont tué Pierre Overney, Grasset, 2008)
    • Avoir une drôle de touche : avoir une tournure, une allure ridicule.
  7. Pièces d’ébène, d’ivoire, etc., qui composent le clavier d’un orgue, d’un piano, d’un clavecin, etc. (1)
    • Tenant dans ses bras Marie, âgée de trois ans, il la présentait avec orgueil aux ambassadeurs étrangers et voulait qu'elle jouât du clavecin en leur présence. C’était merveille de voir courir de si faibles doigts sur les touches avec précision et rapidité. — (Adelaïde Celliez, « Marie Tudor », dans Les Reines d'Angleterre, Paris : chez P.-C. Lehuby, 1852, page 461)
    • Un instant après on entendit Andrée attaquer vigoureusement les touches de son clavecin. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
  8. Pièces, qui composent le clavier d’une machine à écrire (2) ou d’un ordinateur (3).
  9. Pièce d’ébène longue et étroite, fixée le long du manche d’un violon ou d’un instrument analogue et sur laquelle les doigts du musicien viennent appuyer les cordes.
  10. Petits filets saillants qui sont appliqués de distance en distance sur le manche d’une guitare ou d’un instrument analogue et qui servent à faire les demi-tons.
    • Il faut mettre des touches au manche de cette guitare.
  11. (Jeux) Petite baguette d’os ou d’ivoire, courbée par un bout, dont on se sert aux jonchets pour lever chaque pièce, après qu’on les a toutes laissées tomber pêle-mêle.
    • Lever les jonchets avec la touche.
  12. (Familier) Fait de plaire à quelqu’un.
    • Dès qu'une femme jetait les yeux sur eux, ça y était : ils avaient fait une touche. — (Raymond Guérin, L'Apprenti, 1946)
  13. (Biochimie) Réponse positive à un test spécifique, au cours du criblage analytique d’un mélange de composés de la même famille, qui décèle le caractère biologiquement actif de l’un d’entre eux.
  14. (Sport) Dans certains sports collectifs de ballon, zone latérale dans laquelle la balle n'est plus en jeu et doit être réintroduite sur le terrain.
    • La balle est sortie en touche.
    • Botter en touche.
  15. (Sport) (Football) (Rugby) (Par métonymie) Dans certains sports collectifs de ballon, procédure de remise en jeu du ballon qui est sorti sur les côtés du terrain.
    • Au rugby à XV, sur un coup de pied pénalité, la touche est attribuée à l'équipe du joueur qui a botté en touche.
  16. (Cosmétologie) Languette en papier buvard que le parfumeur imprègne du parfum qu’il désire évaluer ou comparer à d’autres.

Nom commun 2

touche \tuʃ\ masculin

  1. Apprentissage à toucher la main, pour un chien.
    • Apprendre le touche à son chien peut paraître inutile à première vue. — (Paul Laurent, Comment apprendre le « touche » à son chien sans clicker et en 5 min ?, www.guide-du-chien.com/)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOUCHE (tou-ch') s. f.
  • 1Action de toucher.

    Populairement. Coups qu'on donne. Ils s'écoulent tous et craignent la touche, Perrot D'Ablancourt, Lucien, dans LEROUX, Dict. comique.

    Au jeu de billard, se dit de l'action d'atteindre la bille sur laquelle on joue. Manque de touche.

    Fig. Perte, disgrâce, mortification (sens familier qui vieillit). On l'a obligé à restituer une grosse somme ; c'est une rude touche. Voilà pour votre adresse une assez rude touche, Corneille, Ment. v, 3.

  • 2Action de toucher l'or, l'argent, de les éprouver par la pierre de touche. On connut à la touche que cette pièce était fausse.

    Pierre de touche, espèce de pierre basaltique, noire, très dure, sur laquelle on frotte les petits bijoux en or ou en argent, pour en reconnaître le titre ; on traite la trace laissée sur sa surface au moyen de l'acide azotique ; la couleur qu'elle prend indique approximativement le titre de l'alliage. Quant à son mors, il doit être à vingt-trois carats ; car il [le cheval] en a frotté les bossettes contre une pierre que j'ai reconnue être une pierre de touche, et dont j'ai fait l'essai, Voltaire, Zadig, 3. C'est sur la propriété qu'a la cornéenne lydienne de recevoir la trace de certains métaux, qu'est fondé l'usage que l'on fait de cette pierre pour juger, par aperçu, du titre de l'or ; on la nomme vulgairement pierre de touche ; elle porte aussi le nom de lydienne, parce que c'est celui que les anciens donnaient à la pierre de touche, Brongniart, Traité de min. t. I, p. 552.

    Fig. Pierre de touche, tout ce qui sert d'épreuve. Mettant leur jugement sur la pierre de touche, Régnier, Sat. X. L'impromptu est justement la pierre de touche de l'esprit, Molière, Préc. 10. Vous me confirmez dans la bonne opinion que j'en ai [du jeune Grignan], en me disant qu'il vous aime toujours et qu'il vous écrit ; ce sont des pierres de touche que ces endroits-là, Sévigné, à du Plessis [gouverneur du jeune Grignan], 26 juin 1689. L'occasion est, pour ainsi parler, la pierre de touche ; c'est elle qui découvre l'âme, et qui en révèle tout le secret, Bourdaloue, Instruct. charité, Exhort. t. II, p. 374. Ces détails précis, exacts et profonds qui sont la pierre de touche de la vérité d'un système, et que quelques auteurs affectent d'en appeler l'appareil, D'Alembert, Œuv. t. XIV, p. 79.

  • 3 Terme d'imprimerie. Action, manière d'appliquer l'encre sur les formes avec les balles ou le rouleau.
  • 4Troupeau de bœufs gras qu'on amène au marché : dénomination tirée de ce qu'on dit toucher les bœufs pour les conduire.
  • 5Chacune des pièces d'ébène, d'ivoire, etc. qui composent le clavier d'un orgue, d'un piano. Touches blanches. Touches noires. Un clavecin bien accordé ne fournit que des touches qui expriment la juste valeur de chaque son, Fénelon, t. XXI, p. 147.
  • 6Chacun des petits filets saillants du manche de la guitare et de quelques autres instruments à cordes. Il faut mettre des touches au manche de cette guitare.
  • 7Dans le violon, la touche, la partie sur laquelle les doigts font toucher les cordes.
  • 8Par comparaison avec le jeu des instruments à clavier, touche se dit des sons considérés quant à l'organe qui contribue le plus à les former : b, p, v, f, m, appartiennent à la touche labiale, tandis que d, t, sont de la touche dentale.
  • 9Petit crochet d'os ou d'ivoire pour jouer aux jonchets. Lever des jonchets avec la touche.
  • 10Petit brin de bois ou de quelque autre chose dont les enfants qui apprennent à lire touchent les lettres qu'ils veulent épeler.
  • 11 Terme de peinture. Manière dont un peintre indique et fait sentir le caractère des objets. La touche noble et sûre De Raphaël et du Poussin, Voltaire, Ép. 29. Sous ses yeux [de Lesueur] des amours badins Ranimaient ces touches savantes, Voltaire, Temple du Goût. Ici le coloris du peintre et sa touche sont beaucoup plus fermes, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 256, dans POUGENS. J'ai cru quelquefois reconnaître la touche mystique et le ton inspiré de Murillo, Chateaubriand, Itin. part. 3.
  • 12 Terme de sculpture. La façon nécessaire à chaque œuvre. Telle touche convient à tel éloignement du regard, et ne convient pas à tel autre.
  • 13 Par analogie, en littérature, manière dont l'écrivain fait sentir le caractère de la pensée. Il [Fléchier] a peint d'une touche trop faible la noble et dangereuse fonction d'élever l'héritier d'un grand royaume, D'Alembert, Éloges, Fléchier. C'est à la vérité de l'expression, à la force des touches, au choix des situations et des oppositions que le critique doit s'attacher, Marmontel, Œuv. t. VI, p. 256. J'ai heureusement donné quelques touches imperceptibles à ma lettre à Renouard, Courier, Lett. II, 177.
  • 14 Fig. Action de toucher, d'émouvoir. Ces impatiences d'un Dieu qui te cherche [âme pécheresse], ces touches pressantes d'un Dieu qui te trouve, Bossuet, Serm. Ferv. de la pénit. I. Dans les premières touches de l'esprit [de Dieu], on ne sait d'où il vient, ni où il va ; il vous inspire de nouveaux désirs inconnus aux sens, Bossuet, Médit. sur l'Évang. 91e jour. Il restait ce secret regard d'une Providence miséricordieuse qui la voulait rappeler des extrémités de la terre ; et voici quelle fut la première touche, Bossuet, Anne de Gonz.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nus [nul] orfevre ne puet ouvrer d'or à Paris, qu'il ne soit à la touche de Paris ou mieudre [meilleure], laquele touche passe tous les ors de quoi on oevre en nule terre, Liv. des mét. 38.

XIVe s. Un petit je fu paoureus Par force de mal amoureus ; Non pourquant à sa douce bouche Fis lors une amoureuse touche, Machaut, p. 47. Deux trompeeurs [joueurs de trompettes]… qui par touches Metent tantost trompes à bouches, Guiart, t. II, p. 313, v. 8119 [17101]. Esperons ou touches pour menei et conduire le cheval, Du Cange, touchia.

XVIe s. La touche et regle de toutes imaginations solides, c'est la conformité à la doctrine d'Aristote, Montaigne, I, 161. Ils n'en donnent jamais une touche qu'ils n'en reçoivent deux [ceux qui prétendentargu menter du succès des entreprises en faveur de leur cause], Montaigne, I, 249. Ce n'est pas comme à l'escrime, où le nombre des touches donne gain, Montaigne, I, 351. Il y a en nous de quoy chercher le vray, mais non pas de quoy l'arrester à la touche, Montaigne, II, 235. Mais d'ouïr une vive touche et une reprehension qui, pour reformer les mœurs, use de parole poignante, sans en estre resserré, Amyot, Comm. il faut ouïr, 24. Auxquelles passions la raison et la loy, venant à toucher avec une touche discrette et salutaire, remet promptement et efficacement le jeune homme en la droite voye, Amyot, De la vertu morale, 29. L'uvule [luette] est comme une touche ou archet qui touche les cordes d'une viole pour la faire resonner, Paré, VI, 7. Proverbe lequel j'ay vu estre fort commun à Paris : il est du bas or, il craint la touche, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 212, dans LACURNE. Et pensent que ce que l'on croit en leur village est la vraye touche de verité, Charron, Sagesse, I, 45.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOUCHE, s. f. (terme de Luthier.) ce mot est équivoque. La touche, en parlant de guitarre, de luth, de théorbe, & autres pareils instrumens, est un morceau de bois d’ébene, délié, poli, proprement collé le long desdits instrumens, & au-tour duquel bois d’ébene sont les cordes qu’on appelle aussi touches. Ce terme, en parlant d’orgues, d’épinettes & de clavecins, est un morceau d’ébene ou d’ivoire quarré, sur lequel on pose avec adresse & avec méthode les doigts pour jouer tout ce que l’on veut.

Touche, Toucher, (Peinture.) lorsqu’un peintre a suffisamment empâté & fondu les couleurs qu’il a cru convenables pour représenter les objets qu’il s’est proposé d’imiter, il en applique encore d’un seul coup de pinceau, qui acheve de caractériser ces objets, & ces coups de pinceau s’appellent toucher. On dit touches légeres, touches faciles ; telles parties sont bien touchées, finement touchées ; pour exécuter telle chose il faut savoir toucher le pinceau, ou avoir de la touche de pinceau, &c.

Touche, s. f. (jeu des Jonchets.) ce mot se dit d’une petite espece de baguette d’os ou d’ivoire dont les enfans se servent aux jonchets pour lever chaque piece de jonchets, après qu’on les a fait tomber.

Touche, pierre de, (Hist. nat.) lapis lydius, basaltes ; c’est une pierre noire fort dure, à qui on a donné le nom qu’elle porte, parce qu’on s’en sert pour essayer la pureté de l’or & de l’argent. Pour cet effet on commence par y frotter de l’or ou de l’argent très-purs, & ensuite on juge de la pureté des métaux que l’on veut éprouver en traçant avec eux une nouvelle raye à côté de celle qui y est déja, & c’est suivant le plus ou le moins de conformité que l’on trouve entre la couleur du métal qu’on vient de frotter sur la pierre de touche & celui qui y étoit auparavant, que l’on est en état de décider de sa pureté.

Toute pierre noire peut absolument servir de pierre de touche, mais il faut deux conditions ; la premiere est que la pierre soit assez dure pour n’être point rayée par les métaux que l’on frotte dessus ; la seconde, que l’eau-forte n’agisse point sur cette pierre, parce que souvent après avoir frotté de l’or sur la pierre de touche, on verse de l’eau-forte sur l’endroit où ce métal a été frotté, & l’on examine si cet acide agit dessus, ce qui n’arrive que lorsque l’or est allié avec du cuivre ou de l’argent. On voit par-là que tous les marbres ne sont point propres à faire des pierres de touche.

Les anciens ont donné le nom de basaltes à la pierre de touche ; ce mot vient du mot grec βασανίζω, j’examine ; ou suivant d’autres, de Bisaltia, province de la Macédoine : dans cette supposition de bisaltes, on aura fait basaltes. On dit que le mot éthyopien basal, signifioit du fer ; ce qui a fait croire que le nom de basaltes avoit été donné à cette pierre parce qu’elle étoit de la couleur de fer. On l’appelloit aussi apis lydius, pierre de Lydie ; apparemment parce qu’il s’en trouvoit en Lydie. Suivant Pline cette pierre se trouvoit en Ethiopie. On en trouve aujourd’hui en plusieurs endroits de l’Europe ; il y en a près de Lauban sur le Queiss en Silésie ; mais elle se rencontre en grande abondance à Stolpen en Misnie, où elle se montre sous la forme de grands crystaux fort élevés, qui forment des especes de tuyaux d’orgue, au haut desquels le château de Stolpen est bâti. Voyez l’article Stolpen (pierre de.)

La pierre de touche se trouve aussi en colonnes formées par un assemblage de plusieurs articulations en Irlande, dans le comté d’Antrim, où il y en a un amas prodigieux, nommé en anglois giant’s causeway, c’est-à-dire, pavé des géans. Voyez l’article Pavé des géans.

La pierre de touche de cette espece dans son état naturel, est ou noire, ou d’un gris foncé & couleur de feu, les colonnes de ses crystaux sont unies & lisses comme si elles avoient été polies. Cette pierre est très-dure, elle ne fait nulle effervescence avec les acides, elle entre en fusion au feu sans aucune addition. M. Pott croit que c’est une terre argilleuse mêlée d’une portion de fer qui sert de base à cette pierre.

Au reste, comme pierre de touche est un mot générique emprunté de l’usage qu’on en fait pour essayer les métaux, il peut se donner à des pierres d’une nature toute différente du basaltes qui vient d’être décrit, & toute pierre noire, dure & lisse sera propre à faire une pierre de touche. Un caillou noir pourra, par exemple, être très-bon pour cet usage, parce que l’eau-forte n’agira point sur lui. On dit que les Italiens se servent d’une pierre de touche verte, qu’ils nomment verdello, pour essayer l’or & l’argent ; quelques auteurs ont prétendu que c’étoit un marbre ; mais comme nous l’avons déja remarqué, le marbre n’est pas propre à être employé en pareil cas, par la facilité qu’il a à être mis en dissolution par les acides.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « touche »

Voy. TOUCHER ; provenç. tocha.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « touche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
touche tuʃ

Citations contenant le mot « touche »

  • Une vie touche une autre vie, laquelle touche une troisième et très vite les enchaînements se font innombrables, impossibles à calculer. De Paul Auster / La Chambre dérobée
  • Celui qui touche de la peinture noire se salit les mains. De Proverbe chinois
  • L'adversité est la pierre de touche de l'amitié. De Proverbe français
  • Il dit cela de bouche, mais le coeur n'y touche. De Proverbe français
  • Dès qu'on approche un être humain, on touche à l'inconnu. De Edouard Estaunié
  • Ce qui me touche chez les acteurs ? Peut-on dire ce qui nous touche dans l’oxygène ? De Bertrand Blier / Studio Magazine - Janvier 2000
  • Il existe un effet de vague dans tout ce que nous faisons... Ce que tu fais me touche ; ce que je fais te touche. De Anonyme
  • Une limite ne se touche pas. De Jacques Derrida / Le Monde de l'éducation - septembre 2000
  • Le sublime touche, le beau charme. De Emmanuel Kant / Observations sur le sentiment du beau et du sublime
  • La beauté touche les sens et le beau touche l'âme. De Joseph Joubert / Pensées
  • Quand on arrête d'essayer de plaire, on touche. De Fanny Ardant
  • A la fin de l’envoi, je touche. De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • La pipe est la pierre de touche des nerfs. De Alphonse Rabbe / Album d'un pessismiste
  • Un pouvoir impunément bravé touche à sa ruine. De Honoré de Balzac / La peau de chagrin
  • Nombreux sont opiniâtres en ce qui touche la voie une fois prise, peu en ce qui touche le but. De Friedrich Nietzsche
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/ferrari-touche-de-plein-fouet-par-la-crise-de-lauto-1377043 Capital.fr, Ferrari touché de plein fouet par la crise de l’auto - Capital.fr
  • Villarreal a aussi tenu à recruter un entraîneur de renom pour son banc de touche, après avoir expérimenté pendant des années avec des coachs locaux. Unai Emery est ainsi arrivé sur le banc de touche et voudra notamment mener le Sous-Marin Jaune au bout en Ligue Europa. S'il est vrai que le Basque sort de deux expériences plus que mitigées au PSG et à Arsenal, et que Javi Calleja faisait du bon travail, Emery reste un entraîneur de garanties sur le plan national, et l'assurance pour les Groguets d'avoir une équipe compétitive sur tous les plans. La preuve que désormais, on en a terminé avec les paris chez les dirigeants, on veut du sûr. Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert, Liga : la révolution passe par les bancs de touche
  • Le château de la Touche à Trébry a été construit en 1579 dans le style de la renaissance Bretonne par le Comte Christophe de la Roche, député de Bretagne. Depuis 2004, Tu Phuon et Thomas Brendel sont propriétaires de ce joyau du XVIe siècle qui rayonne dans un espace de verdure de 35 ha. « Nous ouvrons les portes au public pour faire découvrir le jardin de 3 ha. Nous l’avons créé avec des plantes et arbustes très rares en provenance de différents pays. Il est possible de venir avec son pique-nique, en famille, sur réservation », déclare le maître des lieux. Il est possible de suivre le circuit d’interprétation du jardin exotique et de la roseraie grâce aux codes QR disposés sur le parcours. Autre nouveauté, la collection d’armes du XVIe siècle qui est désormais visible dans la salle des chevaliers où se côtoient les arbalètes, épées, boucliers et armures. Un retour dans le passé qui vaut le détour. Jusqu’à fin septembre, ouvert au public du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h 30. Visite du château et jardin. Tarif : 7,50 €. Contact : tél. 02 96 42 61 30 ; e-mail, [email protected]u-de-la-touche.com Le Telegramme, Un patrimoine à découvrir au château de La Touche - Trébry - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « touche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « touche »

Langue Traduction
Anglais touch
Espagnol toque
Italien toccare
Allemand berühren
Chinois 触摸
Arabe لمس. اتصال. صلة
Portugais tocar
Russe сенсорный
Japonais 接する
Basque touch
Corse toccu
Source : Google Translate API

Synonymes de « touche »

Source : synonymes de touche sur lebonsynonyme.fr
Partager