Affecté : définition de affecté


Affecté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFECTÉ1, ÉE, part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de affecter1*.
II.− Adj. Qui manifeste de l'affectation, qui manque de simplicité naturelle et parfois de sincérité.
1. [En parlant d'une pers.] :
1. Malheur à l'homme le moins du monde affecté! même quand il aimerait, même avec tout l'esprit possible, il perd les trois quarts de ses avantages. Se laisse-t-on aller un instant à l'affectation, une minute après, l'on a un moment de sécheresse. Stendhal, De l'Amour,1822, p. 96.
2. ... le fond était mieux que la forme : sous ses dehors prétentieux, sous les exagérations de ses attitudes, il recélait un brin de personnalité vraiment « personnelle ». Il était affecté, mais pas entièrement factice. Il avait un tempérament, et le laissa vibrer avec une spontanéité qui les conquit tous. R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 65.
3. D'abord il avait été affecté, hautain, égoïste, vaniteux dans la vie comme dans ses écrits. − Oui, mais était-ce un tort réel? Tout homme a le droit d'être affecté jusqu'à ce qu'il ait réussi. A. Maurois, La Vie de Disraëli,1927, p. 45.
4. Elle joue mal, pauvre petite, elle parle faux. Sa voix, l'émission de sa voix, la livre tout entière. Toi aussi, jeune femme, tu étais affectée. Mais dès ta première grossesse, tu redevins toi-même. F. Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 80.
2. P. ext. [En parlant du vêt., d'une attitude, du comportement d'une pers.] Ton affecté :
5. Sous Henri IV, l'habit français avait quelque chose de chevaleresque; mais les grandes perruques, et cet habit si sédentaire et si affecté que l'on portait à la cour de Louis XIV, n'ont commencé que sous Louis XIII. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 2, 1817, p. 164.
6. Il passa la soirée entière avec moi, et parut aussi calme que la Méditerranée. Ce qui m'étonnait le plus, c'est que ce calme n'avait rien d'affecté. C'était de l'indifférence sincère. H. Murger, Scènes de la vie de bohème,1851, p. 254.
7. ... Baccarat s'était insensiblement approchée de la croisée, sur laquelle elle s'était accoudée avec une négligence affectée, mais, en réalité, pour jeter un regard ardent et curieux à une croisée de la maison voisine, ... P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 105.
8. Vous brodez avec habileté, citoyenne, mais, si vous voulez que je vous dise, le dessin qui vous a été tracé n'est pas assez simple, assez nu, et se ressent du goût affecté qui régna trop longtemps en France dans l'art de décorer les étoffes, les meubles, les lambris; ces nœuds, ces guirlandes rappellent le style petit et mesquin qui fut en faveur sous le tyran. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 31.
9. Peut-être recevrait-elle dans huit jours un de ces billets où il enfermait son secret d'être aimable avec insulte, ce secret (qui lui fait tant d'ennemis) de donner à ses politesses une banalité si affectée qu'il fût impossible de ne pas sentir qu'il les avait voulues criantes d'indifférence... H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 203.
10. Je m'affectai péniblement, non tant de ces paroles absurdes que de leur ton; un ton déclamatoire, indiciblement affecté, auquel mon vieux maître, si naturel avec moi d'ordinaire et si confiant, ne m'avait pas habitué. A. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1129.
11. Le visage de l'abbé lui apparut mal distinct dans la chambre obscure (les rideaux étaient encore à demi tirés). Ce qu'il en vit démentait suffisamment le calme affecté de la voix. G. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 214.
12. Machinalement, je regardai le portrait. À travers la vitre sale, on apercevait un visage mince encadré d'anglaises blondes; l'ensemble était affecté et banal tout à la fois, mais les yeux, très grands, faisaient oublier le reste et fascinaient. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?,1934, p. 274.
III.− Emploi subst. masc. Ce qui manifeste de l'affectation :
13. ... c'est peut-être à l'aversion que cette petite persécution de tous les instants m'inspira pour le maniéré que je dois d'être restée naturelle dans mes idées et dans mes sentiments. Le faux, le guindé, l'affecté me sont antipathiques, et je les devine, même quand l'habileté les a couverts du vernis d'une fausse simplicité. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 331.
Rem. Affecté, apprêté, compassé, composé, étudié, guindé, maniéré, recherché. ,,Recherché indique que l'on pousse le bon goût et la distraction jusqu'à la minutie (...); étudié renferme une idée de pédantisme ou d'astuce (...); maniéré exprime la prétention ridicule que certaines personnes mettent dans leurs gestes ou dans leurs paroles (...); affecté marque la recherche dans les manières et le langage (...); apprêté ajoute à l'idée d'affecté (...); guindé renchérit encore sur l'idée exprimée par apprêté (...); composé exprime les allures de certains pédants et les manières hypocrites de certains dévots (...); compassé se dit de ce qui est d'une régularité, d'une symétrie minutieuse.`` (Lar. 19e).

AFFECTÉ2, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de affecter2*.
II.− Adjectif
A.− Touché par un malaise physique :
1. ... la constitution d'été cesse et l'automnale commence; j'éprouve l'influence du changement; je sens un malaise; mon estomac est affecté, ma tête pesante, mais il y a plus d'aplomb dans tout mon être et une amélioration sensible dans mon état physique et moral. Maine de Biran, Journal,1814, p. 19.
B.− Touché et ébranlé par un événement malheureux ou fâcheux :
2. ... elle affectait de s'en aller chaque soir au bras de son mari, rapprochés tous deux par l'infortune, comprenant que le mal venait de la débandade de leur intérieur; tandis que le pauvre homme, plus affecté qu'elle, dans la peur maladive qu'on ne le soupçonnât lui-même de vol, comptait deux fois les recettes, bruyamment, en faisant avec son mauvais bras de véritables miracles. É. Zola, Au bonheur des dames,1883, p. 725.
3. J'espérais que tu étais... guéri, ô le plus opiniâtre des hommes. Je vois bien, aujourd'hui, que tu souffres encore et j'en suis plus affecté que mécontent. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 148.
C.− MATH. ,,Se dit d'une quantité accompagnée par un signe, un coefficient, un exposant, etc.`` (Lar. 20e).

AFFECTÉ3, ÉE, part. passé, adj. et subst. masc.

I.− Part. passé de affecter3*.
II.− Emploi adj., DR. CANONIQUE. ,,Se dit d'un bénéfice chargé de quelque mandat, indult ou réservation du pape.`` (Ac. Compl. 1842 et Nouv. Lar. ill.).
III.− Emploi subst. masc., MILIT. Affecté spécial (cf. affecter3). Homme mobilisable, attaché, en cas de guerre, à un emploi civil :
L'envie des petits bourgeois, des petits commerçants de quartier, ils ont envié les fonctionnaires puis les affectés spéciaux. À présent, les Alsaciens. J.-P. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 259.
Prononc. − Enq. : /afekte1/.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 144. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 2 392, b) 1 159; xxes. : a) 947, b) 1 633.

Affecté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFECTÉ1, ÉE, part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de affecter1*.
II.− Adj. Qui manifeste de l'affectation, qui manque de simplicité naturelle et parfois de sincérité.
1. [En parlant d'une pers.] :
1. Malheur à l'homme le moins du monde affecté! même quand il aimerait, même avec tout l'esprit possible, il perd les trois quarts de ses avantages. Se laisse-t-on aller un instant à l'affectation, une minute après, l'on a un moment de sécheresse. Stendhal, De l'Amour,1822, p. 96.
2. ... le fond était mieux que la forme : sous ses dehors prétentieux, sous les exagérations de ses attitudes, il recélait un brin de personnalité vraiment « personnelle ». Il était affecté, mais pas entièrement factice. Il avait un tempérament, et le laissa vibrer avec une spontanéité qui les conquit tous. R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 65.
3. D'abord il avait été affecté, hautain, égoïste, vaniteux dans la vie comme dans ses écrits. − Oui, mais était-ce un tort réel? Tout homme a le droit d'être affecté jusqu'à ce qu'il ait réussi. A. Maurois, La Vie de Disraëli,1927, p. 45.
4. Elle joue mal, pauvre petite, elle parle faux. Sa voix, l'émission de sa voix, la livre tout entière. Toi aussi, jeune femme, tu étais affectée. Mais dès ta première grossesse, tu redevins toi-même. F. Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 80.
2. P. ext. [En parlant du vêt., d'une attitude, du comportement d'une pers.] Ton affecté :
5. Sous Henri IV, l'habit français avait quelque chose de chevaleresque; mais les grandes perruques, et cet habit si sédentaire et si affecté que l'on portait à la cour de Louis XIV, n'ont commencé que sous Louis XIII. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 2, 1817, p. 164.
6. Il passa la soirée entière avec moi, et parut aussi calme que la Méditerranée. Ce qui m'étonnait le plus, c'est que ce calme n'avait rien d'affecté. C'était de l'indifférence sincère. H. Murger, Scènes de la vie de bohème,1851, p. 254.
7. ... Baccarat s'était insensiblement approchée de la croisée, sur laquelle elle s'était accoudée avec une négligence affectée, mais, en réalité, pour jeter un regard ardent et curieux à une croisée de la maison voisine, ... P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 105.
8. Vous brodez avec habileté, citoyenne, mais, si vous voulez que je vous dise, le dessin qui vous a été tracé n'est pas assez simple, assez nu, et se ressent du goût affecté qui régna trop longtemps en France dans l'art de décorer les étoffes, les meubles, les lambris; ces nœuds, ces guirlandes rappellent le style petit et mesquin qui fut en faveur sous le tyran. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 31.
9. Peut-être recevrait-elle dans huit jours un de ces billets où il enfermait son secret d'être aimable avec insulte, ce secret (qui lui fait tant d'ennemis) de donner à ses politesses une banalité si affectée qu'il fût impossible de ne pas sentir qu'il les avait voulues criantes d'indifférence... H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 203.
10. Je m'affectai péniblement, non tant de ces paroles absurdes que de leur ton; un ton déclamatoire, indiciblement affecté, auquel mon vieux maître, si naturel avec moi d'ordinaire et si confiant, ne m'avait pas habitué. A. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1129.
11. Le visage de l'abbé lui apparut mal distinct dans la chambre obscure (les rideaux étaient encore à demi tirés). Ce qu'il en vit démentait suffisamment le calme affecté de la voix. G. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 214.
12. Machinalement, je regardai le portrait. À travers la vitre sale, on apercevait un visage mince encadré d'anglaises blondes; l'ensemble était affecté et banal tout à la fois, mais les yeux, très grands, faisaient oublier le reste et fascinaient. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?,1934, p. 274.
III.− Emploi subst. masc. Ce qui manifeste de l'affectation :
13. ... c'est peut-être à l'aversion que cette petite persécution de tous les instants m'inspira pour le maniéré que je dois d'être restée naturelle dans mes idées et dans mes sentiments. Le faux, le guindé, l'affecté me sont antipathiques, et je les devine, même quand l'habileté les a couverts du vernis d'une fausse simplicité. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 331.
Rem. Affecté, apprêté, compassé, composé, étudié, guindé, maniéré, recherché. ,,Recherché indique que l'on pousse le bon goût et la distraction jusqu'à la minutie (...); étudié renferme une idée de pédantisme ou d'astuce (...); maniéré exprime la prétention ridicule que certaines personnes mettent dans leurs gestes ou dans leurs paroles (...); affecté marque la recherche dans les manières et le langage (...); apprêté ajoute à l'idée d'affecté (...); guindé renchérit encore sur l'idée exprimée par apprêté (...); composé exprime les allures de certains pédants et les manières hypocrites de certains dévots (...); compassé se dit de ce qui est d'une régularité, d'une symétrie minutieuse.`` (Lar. 19e).

AFFECTÉ2, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de affecter2*.
II.− Adjectif
A.− Touché par un malaise physique :
1. ... la constitution d'été cesse et l'automnale commence; j'éprouve l'influence du changement; je sens un malaise; mon estomac est affecté, ma tête pesante, mais il y a plus d'aplomb dans tout mon être et une amélioration sensible dans mon état physique et moral. Maine de Biran, Journal,1814, p. 19.
B.− Touché et ébranlé par un événement malheureux ou fâcheux :
2. ... elle affectait de s'en aller chaque soir au bras de son mari, rapprochés tous deux par l'infortune, comprenant que le mal venait de la débandade de leur intérieur; tandis que le pauvre homme, plus affecté qu'elle, dans la peur maladive qu'on ne le soupçonnât lui-même de vol, comptait deux fois les recettes, bruyamment, en faisant avec son mauvais bras de véritables miracles. É. Zola, Au bonheur des dames,1883, p. 725.
3. J'espérais que tu étais... guéri, ô le plus opiniâtre des hommes. Je vois bien, aujourd'hui, que tu souffres encore et j'en suis plus affecté que mécontent. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 148.
C.− MATH. ,,Se dit d'une quantité accompagnée par un signe, un coefficient, un exposant, etc.`` (Lar. 20e).

AFFECTÉ3, ÉE, part. passé, adj. et subst. masc.

I.− Part. passé de affecter3*.
II.− Emploi adj., DR. CANONIQUE. ,,Se dit d'un bénéfice chargé de quelque mandat, indult ou réservation du pape.`` (Ac. Compl. 1842 et Nouv. Lar. ill.).
III.− Emploi subst. masc., MILIT. Affecté spécial (cf. affecter3). Homme mobilisable, attaché, en cas de guerre, à un emploi civil :
L'envie des petits bourgeois, des petits commerçants de quartier, ils ont envié les fonctionnaires puis les affectés spéciaux. À présent, les Alsaciens. J.-P. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 259.
Prononc. − Enq. : /afekte1/.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1 144. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 2 392, b) 1 159; xxes. : a) 947, b) 1 633.

Affecté : définition du Wiktionnaire

Adjectif

affecté \a.fɛk.te\

  1. Qui a de l’affectation, qui manque de naturel.
    • Ce comédien est affecté dans son jeu.
    • Cet écrivain est affecté dans son style.
    • Langage affecté.
    • Geste affecté.
    • Humilité, modestie affectée.
    • S’il convient de commencer par les « affects », c’est, je l’ai laissé entendre, que leur appellation renvoie à la nature même de la sensibilité, qui est réceptivité, du fait qu’elle est un être affecté. — (Jean Ferrari, Kant et la naissance de l’anthropologie au siècle des Lumières, 1997)
  2. Qui éprouve un sentiment de peine en réaction à un événement, à une information.
    • Les Anglais se montraient fort affectés, et l’un d’eux sourcilla devant l’attitude de la jeune femme, dont il ne comprenait pas les paroles. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. I, Gallimard, 1937)

Forme de verbe

affecté \a.fɛk.te\ masculin

  1. Participe passé masculin singulier de affecter.
    • Tu vas être affecté comme chef du 3e bureau de l’état-major de l’armée de l’air que tu seras chargé de « laotianiser ». — (Mangkra Souvanna Phouma, L’agonie du Laos, 1976)

Adjectif

affecté \Prononciation ?\

  1. Affectionné, attaché.
  2. Acharné.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affecté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFECTER. v. tr.
Destiner et appliquer une chose à un certain usage. Affecter un fonds de terre pour l'entretien, à l'entretien d'une école. Affecter une rente au paiement d'une dette. Il signifie aussi Feindre ou exagérer certains sentiments, certaines qualités. Affecter la douceur. Affecter l'humilité, la modestie. Il signifie encore Marquer une prédilection excessive pour certaines choses. Affecter certains mots, certaines façons de parler, certains airs, certains gestes. Il affecte le genre anglais. Il affecte toujours de dire des choses flatteuses. Il affecte de dire en grand secret des choses insignifiantes. Il affecte l'air distrait. Il affecte de grands airs. C'est une chose dont il affecte de ne point parler. Il signifie encore Rechercher une chose avec ambition, y aspirer, s'y porter avec ardeur. Affecter le pouvoir suprême. Affecter le premier rang, les premières places. Il se dit figurément pour exprimer la Disposition que certaines substances ont à prendre certaines figures.. Le sel marin affecte dans sa cristallisation la figure cubique. Le participe passé

AFFECTÉ, ÉE, s'emploie comme adjectif et signifie Qui a de l'affectation, où il y a de l'affectation. Ce comédien est affecté dans son jeu. Cet écrivain est affecté dans son style. Langage affecté. Geste affecté. Humilité, modestie affectée.

Affecté : définition du Littré (1872-1877)

AFFECTÉ (a-fè-kté, ktée) part. passé et adj.
  • 1Qui a de l'affectation, où il y a de l'affectation. Ce qui est affecté déplaît ou ne plaît pas longtemps. Geste affecté. Style affecté. On n'aime pas une prononciation affectée. Marchant d'un pas affecté, Bossuet, Vall. 2. Vous dites que vous êtes incompatible avec cette personne, que toutes ses manières semblent affectées pour vous aigrir, Massillon, Car. Pardon des off. Si je n'avais à sa mine affectée Lu de sa passion les signes évidents, Régnier, Élég. II. Des termes qui, sans être étudiés ni affectés, me font concevoir les plus hautes idées de l'être divin, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 421.
  • 2Simulé. Douleur affectée. Avec une déférence affectée. La fausse délicatesse de goût et de complexion n'est telle au contraire, que parce qu'elle est feinte et affectée ; c'est Émilie qui crie de toute sa force sur un petit péril qui ne lui fait pas peur, La Bruyère, 11.
  • 3Attribué, assigné, imputé. Les fonds affectés à cette dépense. Les eaux étaient affectées à l'arrosement. Suivant l'intention de ce système, les fonds [du roi] doivent être affectés sur tous les revenus du royaume, de quelque nature qu'ils puissent être, Vauban, Dîme, p. 132. On ne s'avisa de bâtir cette ville que pour assurer la mémoire de Bucéphale, et, par conséquent, elle est affectée à l'honneur des chevaux, Fontenelle, Démétrius, Érostrate.
  • 4 En termes de spiritualité, tombant sous le coup de. Je me déclare prévaricateur, c'est-à-dire transgresseur affecté de la loi… Vous êtes des blasphémateurs affectés du Dieu véritable, Massillon, Car. Rechute.
  • 5Ému, touché. Plus affecté qu'il n'était convenable. Affecté par ce récit jusqu'aux larmes.
  • 6 En termes de médecine, affligé. Affecté d'un catarrhe. Notre malade est attaqué, affecté, possédé de cette sorte de folie, Molière, Pourc. I, 11.

SYNONYME

AFFECTÉ, APPRÊTÉ, COMPOSÉ. Ces trois termes, qui ne sont que peu synonymes, ne se touchent que parce qu'ils désignent un changement que l'on fait à dessein dans sa propre manière d'être. Affecté est des trois le plus général ; on est affecté de toutes les façons, tandis que l'on n'est composé ou apprêté que d'une seule. Celui qui est composé a l'apparence de la gravité ; celui qui est apprêté a de la roideur, comme la toile gommée ou la dentelle empesée, et est dépourvu d'aisance.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AFFECTÉ. Ajoutez :

6 Terme d'algèbre. Équation affectée, par opposition à équation pure, équation renfermant diverses puissances de l'inconnue ; locution en usage au XVIIe siècle, introduite par Viète, et aujourd'hui inusitée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Affecté : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

AFFECTÉ. Equation affectée, en Algebre, est une équation dans laquelle la quantité inconnue monte à deux ou à plusieurs degrés différens. Telle est, par exemple, l’équation , dans laquelle il y a trois différentes puissances de x ; savoir Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle \scriptstyle x^3, x^2, & x^1} ou x. Voyez Equation.

Affecté se dit aussi quelquefois en Algebre, en parlant des quantités qui ont des coefficiens : par exemple, dans la quantité 2 a, a est affecté du coefficient 2. Voyez Coefficient.

On dit aussi qu’une quantité Algébrique est affectée du signe + ou du signe-, ou d’un signe radical, pour dire qu’elle a le signe + ou le signe-, ou qu’elle renferme un signe radical. Voyez Radical, &c. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affecté »

Étymologie de affecté - Wiktionnaire

Participe passé de affecter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affecté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affecté afɛkte play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « affecté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affecté »

  • Un local est réputé être à usage d’habitation s’il était affecté à cet usage au 1er janvier 1970. Cette affectation ne peut pas résulter de la preuve que le local était affecté à un tel usage après cette date. , Location de courte durée d'un appartement à Paris : pas d'amende sans preuve de l'usage d'habitation - Éditions Francis Lefebvre
  • Pire encore, les chercheurs ont déclaré : « Le presse-papiers universel peut également être affecté par cette possibilité d’accès à ce que les utilisateurs copient ». Cela signifie que si vous copiez quelque chose sur votre Mac, ce contenu peut être lu par une application sur votre iPhone. Ce problème est beaucoup plus grave, car nous avons tendance à utiliser davantage le copier-coller sur un ordinateur que sur un téléphone. Ils ont ajouté : « Nous recevons tellement de questions sur ce point que nous avons fait une vidéo qui illustre comment une application sur un iPhone ou un iPad peut avoir accès à des données stockées sur le presse-papiers d’un Mac ». Forbes France, Quel Est Le Problème Qui Affecte Tous Les Utilisateurs D’Apple ? | Forbes France

Images d'illustration du mot « affecté »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « affecté »

Traductions du mot « affecté »

Langue Traduction
Portugais afectado
Allemand betroffen
Italien assegnato
Espagnol afectado
Anglais affected
Source : Google Translate API

Synonymes de « affecté »

Source : synonymes de affecté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affecté »



mots du mois

Mots similaires