Terreur : définition de terreur


Terreur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TERREUR, subst. fém.

A. −
1. [À propos d'un individu] Peur extrême, angoisse profonde, très forte appréhension saisissant quelqu'un en présence d'un danger réel ou imaginaire. Frisson, instant, mouvement de terreur; fausse, grande, vaine terreur; terreur indicible, inexprimable, profonde, religieuse, sacrée, subite; fou de terreur; défaillir, être saisi, mourir de terreur; inspirer, semer la terreur. Elle reconnut la voix qui répondait: « Je vous remercie. » Alors, prise de terreur, elle revint en courant vers le fond de la pièce, s'assit à la table, chercha une contenance (Montherl., Songe, 1922, p. 203).C'est ainsi que l'on apprend à sentir, jusqu'à donner un nom à la terreur et à l'horreur, qui, dans un drame réel, n'ont point de nom ni de forme. On sait bien que, dans les terreurs paniques, ceux qui fuient ne savent pas qu'ils fuient ni qu'ils ont peur; c'est qu'ils ne sont plus du tout au spectacle (Alain, Propos, 1929, p. 844).
Terreur panique*.
PSYCH. Terreurs nocturnes. Cauchemars nocturnes intenses surtout chez l'enfant. La grande personne pleine d'expérience qui rassure les terreurs nocturnes du petit garçon n'a pas d'inflexions plus ironiques ni plus bienveillantes (J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p. 195).
Terreur de + nom de la pers. ou de la chose qui inspire la terreur, ou + inf.Quand on a un amant plus âgé, on vit dans la terreur de sa mort. Et quand il est jeune, dans la terreur des autres femmes (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 157):
Songez à ce qu'il [Stendhal] a le plus haï en ce monde, à la petitesse, à l'économie (...) à toutes les vertus antipassionnelles, − (terreur de l'opinion, terreur de la dépense, terreur d'aimer ce que l'on aime), − qu'il avait observées de près, subies, blasphémées dans son enfance, qui lui avaient rendu Grenoble et toute la province française odieuses. Valéry, Variété II, 1929, p. 97.
HIST. DE LA LITT. La terreur et la pitié. Les deux émotions tragiques selon Aristote et les théoriciens du théâtre classique. Quel que soit le drame (...) qu'il contienne avant tout la nature et l'humanité (...). Ayez la terreur, mais ayez la pitié (Hugo, Les Burgravesds Théâtre complet, Paris, Gallimard, t. 2, 1964 [1843], p. 18).
2. [À propos d'un groupe de pers.] Peur collective qu'on fait régner dans une population, un groupe de personnes, dans le but de briser sa résistance. L'ordre matériel exige, de toute nécessité, ou l'usage de la terreur, ou le recours à la corruption (Comte, Philos. posit., t. 4, 1893 [1839], p. 116).
HIST. Régime politique, mode de gouvernement fondé sur cette grande peur généralement entretenue par des mesures despotiques et par des violences. Jamais Robespierre, Collot ou Barrère, ne pensèrent à établir le gouvernement révolutionnaire et le régime de la terreur; ils furent conduits insensiblement par les circonstances (J. de Maistre, Consid. sur Fr., 1796, p. 5).Déjà même, il n'en était plus à la république théorique et sage, il versait dans les violences révolutionnaires, croyait à la nécessité de la terreur, pour balayer les incapables et les traîtres, en train d'égorger la patrie (Zola, Débâcle, 1892, p. 572).[En France] Terreur blanche. Terreur que firent régner les royalistes dans le Sud-Est au printemps et en été 1795; représailles exercées par les royalistes pendant l'été de 1815 contre les bonapartistes et les républicains. Je pense que si trois terreurs se succédaient coup sur coup en un mois, terreur rouge, blanche et tricolore, la même justice siègerait, jugerait, condamnerait; et s'il y avait des affaires qui traînaient, elle condamnerait sous la terreur blanche au nom de la terreur rouge, et sous la terreur tricolore, au nom de la terreur blanche! (Goncourt, Journal, 1861, p. 986).
[En Union Soviétique] Terreur rouge. La terreur rouge [en U.R.S.S.] dont parlent les témoignages extraordinaires rassemblés dans le livre de Jacques Baynac ne désigne pas cet ensemble de mesures répressives (...) Ce qui est ici analysé, c'est la naissance d'un véritable système de terreur d'État, méthodique, rationnel, qui soudain s'emballe, prend l'habitude du sang et n'en finit plus de reproduire ses terroristes et ses terrorisés comme pour se légitimer lui-même (Le Nouvel Observateur, 12 janv. 1976, p. 59, col. 3).
Équilibre de la terreur. ,,Menace de l'arme nucléaire qui, en réponse à une hégémonie impérialiste, remplace la paix`` (Graw. 1981). Faute de pouvoir être totale, la paix dégénère en guerre froide et l'ampleur démesurée des moyens de destruction fonde le nouvel ordre mondial sur l'équilibre de la terreur (Chazelle, Diplom., 1962, p. 39).
P. méton. La Terreur. Période de la Révolution française comprise entre juin 1793 et juillet 1794 pendant laquelle des mesures d'exception furent prises contraignant les citoyens à obtempérer aux ordres du gouvernement révolutionnaire. La conduite de l'armée française pendant le temps de la Terreur a été vraiment patriotique (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 439).Au plus fort de la Terreur, MlleClairon était retirée à Saint-Germain, et dans le dernier besoin (Delacroix, Journal, 1847, p. 192).
HIST. DE LA LITT. ,,Idéologie littéraire fondée sur le refus de la rhétorique et l'occultation du travail de l'écriture par les écrivains modernes`` (Angenot 1979). Il est à la terreur je ne sais quoi de flatteur et d'avantageux. Qui prononce qu'un écrivain a cédé aux mots et aux phrases, se sent lui-même meilleur. (« C'était bon à la rhétorique, dit-il, de nous piper à ses fleurs et à ses règles. Mais l'essentiel... ») (Paulhan, Fleurs Tarbes, 1941, p. 121).C'est [la littérature] un métier austère qui s'adresse à une clientèle déterminée, tâche à l'éclairer sur ses besoins et s'efforce de les satisfaire; elle est terreur, elle est rhétorique (Sartre, Sit. II, 1948, p. 238).V. terroriste II C ex. de Paulhan.
B. − P. méton. Tout ce qui inspire une grande peur.
1. Empl. abs.
a) Arg., pop. [À propos d'une pers.] Les souteneurs, les rôdeurs (...) ont des chefs (...) Ce sont les terreurs. Il y en a dans chaque quartier (Grison, Paris, 1882, p. 185).Jouer les terreurs. ,,Chercher à impressionner un adversaire par l'exhibition agressive de sa force`` (Cellard 1982).
P. ext. Individu dangereux ou impressionnant. Personne ne résistait au rire d'Antoinette l'orpheline, même pas le terrible père François qui passait pour une terreur (Cendrars, Homme foudr., 1945, p. 190).Mon interlocuteur (...) est placé et renommé pour connaître toutes les ficelles de la droite et de la gauche (...). C'est une puissance, ou, plus exactement, c'est une « terreur » (Giono, Voy. Ital., 1953, p. 251).
b) [À propos d'une chose] Objet de ce qui suscite la terreur. Tout ce que les couleuvres, les chauve-souris, les gros insectes des marais, les lézards ont de plus horrible, était réuni dans ce monstre [par Léonard de Vinci] (...). Ce qu'il y a de mieux, c'est que toute cette terreur avait été réunie par une longue observation de la nature (Stendhal, Hist. peint. Ital., t. 1, 1817, p. 183).
2. Terreur de + subst.
a) [À propos d'une pers.] Mon père était la terreur des domestiques, ma mère le fléau (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 33).Du fond de ces désolantes ténèbres, tous ces gens-là, « terreurs » du boulevard extérieur, ou « terreurs » du Parlement, cambrioleurs et concussionnaires, ne présentaient plus à Sturel les profils qu'un lecteur honnête leur voit en lisant la Gazette des Tribunaux (Barrès, Leurs fig., 1901, p. 195).
Rem. Dans le lang. arg., terreur déterminé ou non par un nom est toujours précédé de la pour constituer un surnom: Jojo la terreur. Dédé Bénard, la Terreur-de-Montreuil, habitait [vers 1930] sur la zone dans deux roulottes (Trignol, Pantruche, 1946, p. 95).
b) [À propos d'un animal] À l'est de Domremy, s'élevait une colline couverte d'un bois épais où l'on ne s'aventurait guère de peur des sangliers et des loups. Les loups étaient la terreur du pays (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 11).
Prononc. et Orth.: [tε ʀ œ:ʀ]. Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968 aussi [tε rr œ:ʀ] (par gémination expr.). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1375 « crainte violente ressentie » sing. et plur. (Bersuire, Tit. Liv., Bibl. nat. 20312 ter, fol. 59 voet 36 ds Littré); ca 1590 suivi d'un déterm. introd. par de [génitif objectif] (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 445); 2. 1587 « ce qui inspire une grande peur » ici, en parlant de pers. (Lanoue, Discours pol. et milit., Basle, Fr. Forest, p. 238: s'appelans [les nobles] les bras de patrie, les gardiens des armes, et la terreur des ennemis); 3. 1749 p. ext. « individu dangereux qui sème la peur » (lang. poissard d'apr. Esn.). B. Terme pol. 1. 1748 « principe gouvernemental du despotisme » (Montesquieu, Esprit des lois, VI, 9 d'apr. G. Van den Heuvel ds Actes 2ecolloque de lexicol. pol. 1980, t. 3, 1982, p. 894: le gouvernement despotique, dont le principe est la terreur); 1789, 1ermars terme crit. utilisé dans les pamphlets contre le despotisme (L'Aristocratie enchaînée, p. 14, ibid., p. 895 et note 20: Louis XI et Richelieu [...] substituèrent la terreur à la confiance); 2. a) 1789, 11 nov. désigne un moyen d'atteindre un but pol. [l'ordre social fondé sur l'égalité] par la résistance et l'émeute (Marat ds L'Ami du peuple d'apr. G. Van den Heuvel, ibid. et note 23: ce sont elles [les émeutes] qui l'ont rappelée [la faction aristocratique des États généraux], par la terreur, au devoir), cf. H. Kessler, Terreur. Ideologie und Nomenklatur, Munich, 1973, p. 9 sqq. et 68 sqq.; b) 1793, 30 août empl. du concept de terreur lié aux exigences de l',,armée révolutionnaire`` (Royer à la séance des Jacobins d'apr. G. Van den Heuvel, ibid., p. 898 et note 35: Plaçons la terreur à l'ordre du jour), cf. A. Geffroi ds Mél. Guilbert (L.), pp. 125-126; formule souvent mythifiée: 1793, nov. sainte terreur (Musset et Delacroix au Comité de Salut public d'apr. G. Van den Heuvel, ibid., p. 899 et note 42); 1794, 5 févr.(Robespierre, ibid. et note 45: la terreur n'est autre chose que la justice promte, sévère, inflexible [...] elle est une conséquence du principe général de la démocratie, appliqué aux pressants besoins de la patrie), cf. H. Kessler, op. cit., p. 159 sqq.; c) 1795, 3 juill. désigne l'époque où fut appliqué ce mode de gouvernement (ds R. Cobb, Armée révolutionnaire, t. 2, 1963, p. 725 d'apr. G. Van den Heuvel, ibid., p. 902 et note 68: pendant la Terreur), cf. H. Kessler, op. cit., p. 179. Empr. au lat.terror « terreur, épouvante » [terrorem inferre; terror belli]; « objet qui inspire la terreur ». Cf. l'a. prov. terror « menace grave, intimidation » terme de dr. 1254 doc. Arch. Narbonne ds Levy (E.) Prov. Fréq. abs. littér.: 4 351. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 564, b) 7 271; xxes.: a) 6 113, b) 4 475. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 428. − Faye (J.-P.). Dict. pol. portatif en cinq mots: démagogie, terreur, tolérance, répression, violence. Paris, 1982, p. 274 p.

Terreur : définition du Wiktionnaire

Nom commun

terreur \tɛ.ʁœʁ\ féminin

  1. Émotion profonde causée dans l’âme par la présence, l’annonce, la peinture d’un grand mal ou d’un grand péril ; épouvante, crainte violente.
    • Cromwel n'étoit pas moins agité des terreurs de la tyrannie. Il étoit toujours couvert d'une cuirasse, chargé d'armes offensives, et environné de satellites : […]. — (Étienne-François de Lantier, Voyages d’Anténor en Grèce et en Asie avec des notions sur l’Égypte, Paris : Belin & Bernard, an VI, 2e édition, t.1, p.18 (note de bas de page))
    • Elle voulait habituer ses yeux à ces aspects, endurcir son âme contre la terreur. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Pourquoi régner par la terreur ? Pourquoi inspirer de la crainte qui n’est qu’une forme de la répugnance, de l’horreur. Pourquoi tenir absolument à l’obéissance aveugle, passive ? — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Sur le trottoir, l’un des hommes fit un saut fort comique, un saut de terreur sans doute, au moment où la bombe tomba devant lui. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
    • […] je ne suis pas encore complètement remise des terreurs que vous m’avez causées, terreurs que votre démarche d’aujourd’hui redouble encore au lieu de les diminuer ; […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Bientôt tes appels ne seront plus que rauquements de plus en plus sourds, beuglements de désespoir si fatigués qu'ils ne dépasseront plus ta gorge, étranglée de terreur par la furieuse certitude, la peur atroce et annihilante, la frayeur immonde de périr en Fagne : […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Par extension) Objet de crainte, d’épouvante.
    • Depuis dix ans, continua impassiblement Belhumeur, à la tête d’une troupe de bandits sans foi ni loi, vous êtes devenu la terreur des prairies, pillant et assassinant les hommes blancs et les hommes rouges, car vous n’êtes d’aucun pays, le vol et la rapine sont votre seule règle, […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Bitche n'est plus qu'une vaste fournaise : le sifflement des obus, les craquements de l'incendie, l'effondrement des maisons, […], toutes les terreurs, tous les fracas emplissent l'air. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.431, Bloud & Barral, 1883)
  3. (Par extension) Personnage qui provoque la peur.
    • Pourtant ces mômes ne sont pas des terreurs. Il suffit de voir le mal qu'ils se donnent pour en avoir l'air... A quoi reconnaît-on un loulou ? A son allure, à la fois arrogante et fuyante ; à sa gueule plus ou moins cassée, dents de devant ébréchées par les coups ; et à ses tatouages... — (Guy Gilbert, Un Prêtre chez les loubards, en collaboration avec Michel Clévenot, Paris : chez Stock, 1978)
  4. (Politique) Régime politique qui use d’une rigueur impitoyable et inspire une grande crainte.
    • Lorsque Maximilien demandait un comité de justice, le principe de la terreur était triomphant, et le parti de l’indulgence en très-faible minorité : […]. Au contraire Tallien se prononçait pour la justice, à une époque où les terroristes avaient perdu leur ancien pouvoir, et où presque tous les esprits étaient portés à l'indulgence. — (Philippe Le Bas, France: Annales historiques, t. 2, 1843, p. 415)
    • La crainte assez naturelle qu’inspirait le silence s’augmentait de toute la terreur qui faisait alors gémir la France […] — (Honoré de Balzac, Un épisode sous la Terreur, 1831)

Nom commun

terreur \Prononciation ?\

  1. Terreur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Terreur : définition du Littré (1872-1877)

TERREUR (tèr-reur) s. f.
  • 1Crainte violente que l'on ressent. Cet Achille de qui la pique Faisait aux braves d'Ilion La terreur que fait en Afrique Aux troupeaux l'assaut d'un lion, Malherbe, III, 1. Mais bientôt, malgré nous, leurs princes les rallient, Leur courage renaît, et leurs terreurs s'oublient, Corneille, Cid, IV, 3. La vouloir mettre [la religion] dans l'esprit et dans le cœur par la force et par les menaces, ce n'est pas y mettre la religion, mais la terreur, Pascal, Pens. XXIV, 3, éd. HAVET. La terreur et la désertion se met dans leurs troupes, Bossuet, Louis de Bourbon. Dans le camp du prince de Condé, on ne connaît point les vaines terreurs qui fatiguent et rebutent plus que les véritables, Bossuet, ib. J'ai conçu pour mon crime une juste terreur, Racine, Phèd. I, 3. Il a répandu sur nos armées un esprit de terreur et de vertige, Massillon, Carême, Mot. de conv. Vous avez pris de vaines terreurs, lui répondit l'empereur [Alexandre Sévère], Montesquieu, Esp. XII, 9. L'auteur a cru remplir par ce moyen un des deux grands objets que les Grecs regardaient comme le but de la tragédie, la terreur, D'Alembert, Élog. Crébillon. [Ce Romain qui menaçait de secouer, en déroulant sa toge, les fléaux de la guerre] il était seul, il tenait en ses mains une grande destinée, il portait la terreur, Mirabeau, Collection, t. III, p. 320.

    Terreur panique, voy. PANIQUE.

  • 2La terreur de quelque chose, la terreur que quelque chose inspire. La terreur de son nom rendra nos villes fortes, Malherbe, II, 1. Et, ce que n'avait pu la terreur du supplice…, Corneille, Hor. v, 3. En faisant dire à notre conscience : j'ai péché, il y répand avec empire la terreur de ses jugements, Bourdaloue, 9e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 154. Si vous ne sentez pas assez toute la terreur et l'étendue de cette vérité, souffrez que je vous en développe les conséquences, Massillon, Carême, Tiéd. 2.

    Il remplit tout de la terreur de son nom, se dit d'un conquérant dont le nom répand de la terreur partout.

  • 3 Fig. Objet d'épouvante. Rodrigue maintenant est notre unique appui… Le soutien de Castille et la terreur du Maure, Corneille, Cid, IV, 2. Vous avez vu M. de Bâville, la terreur du Languedoc, Sévigné, 2 oct. 1689. Les Gaulois d'Italie, que leurs guerres continuelles et leurs victoires fréquentes rendaient la terreur des Romains, Bossuet, Hist. I, 8. Le Parthe, des Romains comme moi la terreur, Racine, Mithr. III, 1. Son trône [de la Pologne] vacant par la mort d'un roi qui avait été la terreur des infidèles, Massillon, Or. fun. Pr. de Conti. Un roi [Frédéric II] qui est la terreur des postillons comme de l'Autriche, et qui fait tout en poste, Voltaire, Lett. Thiriot, 8 oct. 1743.

    Il est la terreur des coupables, se dit d'un juge sévère.

  • 4La terreur, se dit absolument de l'époque de la Révolution française pendant laquelle le tribunal révolutionnaire et l'échafaud furent en permanence. Les hommes sensés n'imputeront jamais à la philosophie les horreurs commises en son nom sous le régime de la terreur, Grégoire, Instit. Mém. sc. mor. et pol. IV, p. 70. Les effroyables immolations de la terreur et les stériles agitations du directoire, Lanfrey, Hist. de Nap. t. III, ch. 4.

    La terreur blanche, se dit des massacres que firent les royalistes dans le Midi après la chute de Robespierre, et en 1815 sous la Restauration.

REMARQUE

Terreur, joint aux adjectifs possessifs, se dit de celui qui craint, et non de celui qui est craint : leur terreur signifie la terreur qu'ils ressentent, et non la terreur qu'ils inspirent.

HISTORIQUE

XIVe s. Que il voulsissent de celles terreurs delivrer la chose publique, Bercheure, f° 36. Une soubdaine terreur, Bercheure, f° 59, verso.

XVIe s. Il faut que quelques uns soyent chastiez rudement, à fin que cela apporte terreur aux autres, Lanoue, 106. S'appelans les bras de la patrie, les gardiens des armes et la terreur des ennemis, Lanoue, 199. Il leur faudroit si peu de bon succès pour mettre en terreur toute la chrestienté, que desja j'apprehende un tel inconvenient, Lanoue, 388.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Terreur : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TERREUR, s. f. (Gram.) grand effroi causé par la présence ou par le récit de quelque grande catastrophe.

Il semble assez difficile de définir la terreur ; elle semble pourtant consister dans la totalité des incidens, qui en produisant chacun leur effet, & menant insensiblement l’action à sa fin, opere sur nous cette appréhension salutaire, qui met un frein à nos passions sur le triste exemple d’autrui, & nous empêche par-là de tomber dans ces mêmes malheurs, dont la représentation nous arrache des larmes ; en nous conduisant de la compassion à la crainte, elle trouve un moyen d’intéresser notre amour-propre par un sentiment d’autant plus vif du contre-coup, que l’art de la poésie ferme nos yeux sur une surprise aussi avantageuse, & fait à l’humanité plus d’honneur qu’elle ne mérite.

On ne peut trop appuyer sur les beautés de ce qu’on appelle terreur dans le tragique. C’est pourquoi nous ne pouvons manquer d’avoir une grande opinion de la tragédie des anciens : l’unique objet de leurs poëtes étoit de produire la terreur & la pitié. Ils choisissoient un sujet susceptible de ces deux grandes passions, & le façonnoient par leur génie. Il semble même que rien n’étoit plus rare que de si beaux sujets ; puisqu’ils ne les puisoient ordinairement que dans une ou deux familles de leurs rois. Mais c’est triompher de l’art que de réussir en ce genre, & c’est ce qui fait la gloire de M. Crébillon sur le théâtre françois. Toute belle qu’est la description de l’enfer par Milton, bien des gens la trouvent foible auprès de cette scène de Hamlet, où le phantome paroît. Il est vrai que cette scène est le chef d’œuvre du théâtre moderne dans le genre terrible : elle présente une grande variété d’objets, diversifiés de cent façons différentes, toutes plus propres l’une que l’autre à remplir les spectateurs de terreur & d’effroi. Il n’y a presque pas une de ces variations qui ne forme un tableau, & qui ne soit digne du pinceau d’un Caravage. (D. J.)

Terreur, (Mythol.) divinité du paganisme. Hésiode dans sa théogonie, dit que la terreur & la crainte étoient nées de Mars & de Vénus. Lorsqu’Homere decrit les armes de Minerve allant au secours de Diomede & des Grecs, il met sur son égide la Peur, la Discorde, la Terreur & la Mort. Dans le liv. II. où il décrit le bouclier d’Agamemnon qui se prépare au combat, il dit qu’au milieu de ce bouclier étoit gravé en relief l’épouvantable Gorgone accompagnée de la Terreur & de la Fuite. Dans le XV, lorsque Mars apprend par le récit de Junon que l’on a tué son fils Ascalaphe, ce dieu ému de colere ordonne à la Terreur & à la Fuite d’atteler son char. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « terreur »

Étymologie de terreur - Littré

Prov. et esp. terror ; ital. terrore ; du lat. terrorem, terrere, faire trembler, que les étymologistes rattachent au sanscrit tras, trembler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de terreur - Wiktionnaire

(1375) Emprunté au latin terror (« terreur, effroi, épouvante »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « terreur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
terreur tɛrœr play_arrow

Citations contenant le mot « terreur »

  • Entourée de groupes armés, la vie des habitants de cette ville du nord du Burkina Faso est devenue un enfer à ciel ouvert. L’effondrement de la région se lit dans les centres de santé et les écoles tandis que les déplacés affluent de toute part, fuyant ceux qui sèment la terreur. Emportées par l’ultra-violence, les communautés se fracturent. La Croix, Burkina Faso : Dori, ultime refuge face à la terreur
  • Un peu perplexe devant le déroulement trop prévisible des évènements, on se prend à espérer une surprise, un retournement de situation qui viendrait perturber le programme redouté. Ce qui arrive, et vient – tout en égarant le spectateur quant à la nature, réelle ou non, de ce qu’il a vu – relativement sauver ce film de terreur à petit budget, non dénué de moments effrayants parfois réussis. Le Monde.fr, « The Demon Inside » : un film de terreur à petit budget
  • Les parents de Mila disent également savoir, sur la foi de « témoignages », que des « événements similaires » s'étaient déjà produits dans le même lycée, avant que leur fille n'en fasse les frais, sans qu'aucune suite n'ait jamais été donnée. « Les parents d'élèves nous ont indiqué que l'administration en poste à cette époque avait fermé les yeux », poursuivent-ils dans leur missive, déclarant agir « au nom de la liberté d'expression » et « de la sérénité de nos enfants, pour les années à venir ». Et d'ajouter : « L'enseignement ne doit plus être en échec face à un sentiment d'appartenance religieuse, tellement fort dans certains quartiers et dans certains établissements, que l'idée de mettre à mort une adolescente de 16 ans pour des propos tenus sur l'islam paraît justifiée aux yeux d'un grand nombre. L'école de la République ne peut pas vivre sous le régime de la terreur religieuse. L'Éducation nationale se doit d'être intransigeante au sujet de la laïcité. » « L'Éducation nationale pourra-t-elle, à l'avenir, sauver d'autres Mila de la vindicte religieuse ? » s'interrogent enfin ses parents. Le Point, Affaire Mila : « face à la terreur », les parents dénoncent l'inertie de l'école - Le Point
  • En 2017, lorsque l’État chinois a relancé la terreur d’État en ciblant d’abord les intellectuels, les notables religieux et les hommes d’affaires, Nurtay Hajim Iskender a été une nouvelle fois mis sous les verrous. Cette fois, la répression est encore plus féroce. Personne n’est à l’abri. L’école des orphelins de Nurtay Hajim a été fermée et transformée en camp de concentration. Nous avons appris que la quasi-totalité des professeurs de cette école ont également été arrêtés. Nous n’avons aucune nouvelle concernant les élèves. The Conversation, Terreur chinoise contre les Ouïghours : quand l’histoire se répète
  • Aujourd’hui, nous serons là pendant 4 heures. 4 heures, c’est le temps d’asphyxie d’un poisson hors de l’eau. 4 heures de lutte, de terreur, de souffrance (…) » , Bordeaux : une action L214 pour dénoncer l’agonie silencieuse des poissons | Actu Bordeaux
  • J'ai grandi avec la peur au ventre. Mes parents tenaient une prospère boulangerie, qui fut pour moi un environnement à la fois rassurant - la bonne odeur des pains au chocolat, les bonbons échangés contre des tranches de jambon avec la fille du boucher... - et insécurisant. Ma mère, en plus de ses sept enfants, assumait avec courage le commerce et la tenue de la maison. Dans cette famille catholique ouverte, accueillante et créative, chantante et dansante, j'ai dû être une petite fille désirée, choyée, adulée. Pourtant, j'ai la sensation, moi la petite dernière, d'avoir été abandonnée, livrée à moi-même, dans la terreur, à la merci de mon frère, de 6 ans mon aîné, qui n'a pas accepté ma naissance et m'a poursuivie durant mes premières années de son agressivité. Comme beaucoup, je garde en mémoire de nombreuses phrases blessantes de mes parents : « Tais-toi, tu parleras quand tu seras grande », « Tu es une fille impossible ! », « Qu'est-ce que tu vas... #popup_acces {width: 440px;} La Vie.fr, Maguy Méchinaud : “J'ai accepté mes fragilités comme des promesses de fécondité”
  • "Cette nuit, il y aura des affrontements, il y aura des blessés et des morts. Il y aura de la volonté farouche d’un peuple de mettre à bas ses dirigeants." (Frédéric Paulin - La Fabrique de la terreur) France Culture, "La fabrique de la terreur": rencontre avec Frédéric Paulin
  • Après le 11-Septembre et la guerre contre la terreur, le terrorisme est devenu une catégorie en soi pour justifier la prise de mesures exceptionnelles afin de prévenir les attaques contre la sûreté nationale. Cela a eu pour conséquence d’appliquer le qualificatif de terroriste a un grand nombre d’acteurs hétéroclites ayant différentes motivations et formes d’action. Telos, Mexique: narcotrafic, violence et terreur - Telos
  • Peu importent les risques. Charlotte, elle aussi, sortira armée de son pot de colle. Où affichera-t-elle la phrase peinte pour sa mère ? Impossible encore de le savoir. Mais elle nourrit une certitude : « En collant, on donne de la force aux femmes qui vivent dans la peur, la terreur. Si ma mère avait pu faire ça, ça aurait pu l'aider. » leparisien.fr, Paris : dans les coulisses des collages contre les féminicides - Le Parisien
  • D’après les enquêteurs, Nicolas Zepeda s’était rendu début décembre 2016 à Besançon pour y voir la jeune femme. Le soir du 4 décembre, ils étaient rentrés ensemble dans le logement de Narumi. Cette nuit-là, selon le procureur, plusieurs étudiants ont entendu « des hurlements de terreur, des cris ». Mais « personne n’a prévenu la police ». , Disparition de Narumi Kurosaki : Nicolas Zepeda, son ex-petit-ami et suspect, mis en examen pour assassinat
  • « Je pèche un peu dans la finition », concède le natif de Douala, qui espère que les conseils de Jean-Pierre Papin, terreur des surfaces dans les années 90, sauront lui faire passer un cap. « J’aimerais marquer plus, mais mon principal objectif, c’est d’aider le club à atteindre les siens », recadre-t-il. www.lechorepublicain.fr, Rencontre avec Arnold Lemb, le nouvel attaquant du C'Chartres Foot - Chartres (28000)
  • Le soir du 4 décembre, ils étaient rentrés ensemble dans le logement de Narumi sur le campus universitaire de Besançon. Cette nuit-là, selon les enquêteurs, plusieurs étudiants ont entendu « des hurlements de terreur, des cris ». Nicolas Zepeda est le dernier à avoir vu la jeune femme. leparisien.fr, Affaire Narumi : Nicolas Zepeda, le suspect chilien, placé en cellule d’isolement - Le Parisien
  • Voilà un grand livre que quiconque ayant à cœur de mieux connaître ou de vouloir saisir le sens général de la Révolution française devra consulter de près. La « terreur » répressive de masse dans l’histoire contemporaine de la France est une longue affaire, répétitive, atroce, et qui vient jusqu’à nous : en 1830 avec le dernier Bourbon, en 1834, 1839-1841 et 1848 (sous le dynaste Orléans), 1851, un dernier « Bonaparte » à la manœuvre, 1871, Thiers président, 1940 -1944 sous le duo de collabos Laval-Pétain ! L'Humanité, Essai. L’histoire de la conflagration des temps révolutionnaires | L'Humanité
  • Au sein de la population, un sentiment de terreur se répand. Par croisement de témoignages, il semble que la terreur due au virus soit supérieure à celle que ressentaient les gens dans les caves de Beyrouth pendant les bombardements. Supérieure en tout cas à celle que j’avais connue durant la guerre civile au Yémen, alors que le palais présidentiel était pris d’assaut à quelques centaines de mètres et que j’étais entouré de miliciens houthis, ou en Irak, non loin de la ligne de front avec Daesh, avec les camions de peshmergas (littéralement : ceux-qui-sont-près-de-la-mort, en kurde) roulant vers le front. ladepeche.fr, Virus, terreur et démocratie - ladepeche.fr
  • Toutefois, tout n’est pas perdu d’après l’ancien maire de la ville de Cotonou. Il compte pour l’heure sur la réinvention du Bénin, à chaque fois qu’il se trouve assailli par les épreuves. A l’en croire, malgré la terreur, le Bénin n’a pas basculé dans la violence comme on peut le voir partout sur le continent. Puis d’ajouter: « Le rétablissement de la démocratie et de l’Etat de droit demeure la seule motivation dans la continuité de l’héritage de février 1990 ». Bénin Web TV, Bénin - 60 ans d'indépendance: Lehady Soglo implore le rétablissement de la démocratie - A la Une - Bénin Web TV
  • Les mots sont durs, et ils s'accumulent. « Une ambiance de terreur », décrit l'un. « Je ne suis plus en sécurité », estime un autre. Le terme de « harcèlement moral » apparaît aussi dans le dossier, ainsi que cette confidence : « Si je n'avais pas eu de famille en sortant, j'aurais mis fin à mes jours. » leparisien.fr, «Une ambiance de terreur» : la polémique n’en finit pas au lycée catholique Saint-Jean-de-Passy, à Paris - Le Parisien
  • Puis, quelques heures plus tard, l’abattement, la terreur même, en découvrant que le procureur avait fait appel de la décision et que tout était à recommencer. Après les parents de Christian Rossi, à l’origine de la plainte, « c’est maintenant les représentants de la société qui m’en veulent », confie-t-elle à un ami. « Il n’y a plus d’avenir », écrit-elle à un autre. Le Monde.fr, « L’affaire Gabrielle Russier » : la condamnée
  • Avant que ne monte le débat sur la taxe sur les billets d’avion, l’aéroplane était déjà accablé de tous les maux. Dans quelques romans et surtout en cinéma, la terreur à bord a fait florès – sans nul doute, elle reviendra bientôt. Blocage par tempête de neige, nonnes déchaînées, serpents, courses poursuites aériennes, malaises en cockpit, sous oublier la classique bombe: tout est bon pour secouer le fuselage. Le Temps, Les films le disent: ne prenez surtout pas l’avion! - Le Temps
  • En 2012, après des dizaines d’années de terreur et d’horreur qui la voit subir les coups de son mari, Jacqueline Sauvage décide de se faire justice elle-même en abattant Norbert Marot de trois coups de fusil dans le dos. Le début d’un feuilleton qui va s’étendre jusqu’à la fin d’année 2016 et la grâce totale accordée à la prévenue par François Hollande. À l’annonce du décès de la septuagénaire, l’ancien Chef de l’Etat s’est dit « si ému par sa disparition » lors d’un message publié sur twitter. Toutelatele, Jacqueline Sauvage, victime ou coupable (TF1) : quelle audience pour le documentaire hommage face à Affaire conclue ? | Toutelatele
  • Face aux risques de guerre de la situation actuelle, on peut être tenté d’établir un parallèle plus rassurant avec la Guerre Froide ayant opposé de 1947 à 1991 deux vainqueurs de la Deuxième guerre mondiale, l’URSS et les Etats-Unis. En raison de l’équilibre de la terreur atomique, cette rivalité entre blocs géopolitiques n’a pas débouché sur une guerre totale. Du temps de la première Guerre Froide, avant la mort de Staline en 1953, la rivalité entre les deux superpuissances étaient multiforme notamment en Europe avec la constitution d’alliances militaires et politiques. D’un côté, le Pacte de Varsovie et de l’autre, l’OTAN. Mais les conflits militaires étaient toujours indirects et circonscrits en raison même de la peur d’une apocalypse nucléaire. Ainsi, Américains et Soviétique s’opposaient à travers leurs alliés respectifs au Vietnam, au Moyen-Orient, etc. Mais la guerre restait froide autrement dit maîtrisée. Atlantico.fr, Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914 | Atlantico.fr
  • C’est vers les textes, les dessins d’enfants, quelques films d’époque, les Une des journaux, que se tourne cette exposition. Le témoignage de Jean Moulin, préfet d’Eure-et-Loir, est un atout précieux à la compréhension de ce terrifiant printemps. Il s’ajoute aux récits d’un cauchemar inimaginable de bombardements de civils, de cadavres, de blessés, de bêtes éventrées, d’enfants hurlant de terreur ou d’abandon, de profiteurs et de pillages. Au fil du temps, on a préféré insister, par orgueil national sans doute, sur les élans de solidarité pour voiler la part de sauvagerie qui a jalonné cette fuite désordonnée. La Croix, Le tragique exode de juin 1940 au Musée de la Libération de Paris
  • Malheureusement ce genre d’événement a lieu effectivement autour de nous, fin 2019, sans que l’opinion n’y attache toute l’attention qu’il faudrait, que ce soit en Chine, en Lybie, en Iran…  S’il s’agit d’appliquer les analyses des « post-traumatic stress disorder (PTSD) » les terrains actuels suffisent largement. En outre, le transfert d’outils élaborés fin XXe siècle-début XXIe sur une situation très antérieure exige beaucoup de précautions, à commencer par définir avec soin ladite situation ce qui n’est pas le cas ici. Toute la description de « la Terreur » tient dans une citation d’Edgar Quinet qui, au XIXe siècle, n’y voyait que l’œuvre de l’Eglise et de l’aristocratie. Les réexamens de la Terreur tels qu’ils ont été effectués depuis une quinzaine d’années ne sont pas pris en compte par l’Auteur, qui assure même que j’ai proposé de ne pas parler de la terreur, parce que le mot ne reposerait que sur des actions incohérentes et qu’il a été attribué à titre posthume[1]. Club de Mediapart, Que faire de «la Terreur»? Pour se débarrasser de mauvaises habitudes | Le Club de Mediapart
  • «Les disparitions sont un outil de terreur, utilisé non seulement pour faire taire la victime, mais aussi pour remplir la communauté au sens large de la peur», a déclaré Omar Waraich, responsable de l’Asie du Sud d’Amnesty International. News 24, Enlèvements, censures et licenciements: les critiques pakistanais sont assiégés - News 24
  • Me voilà donc tétanisé, imaginant le pire. Nager dans cette eau sombre gonflait mon cerveau de terreur. Je ne sais comment, je parvins toutefois à la bouée et y restai accroché le temps de juguler mes angoisses. Nul ne me voyait et l'endroit n'étant pas surveillé, personne ne viendrait me chercher. L'Équipe, Panique à bord - Humeur - L'Équipe
  • Les ingénieurs de la Nasa ont baptisé cet instant fatidique les « 7 minutes de terreur » : à ce moment-là, ce sera Mars ou crève ! , Science et Technologie | Mars ou crève
  • Mon Dieu! Nous sommes déjà en août. Voici le temps des recommandations. Je ne vous conseillerai pas de mettre le masque ou de garder vos distances. Vous subissez bien assez de «théologie de la terreur» toute la sainte journée. Il s’agit de vous recommander des expositions vues en Suisse (où le climat n’est pas plus sain qu’ailleurs) depuis le déconfinement. Il va de soi que d’anciennes présentations restent d’actualité. Je pense notamment à Folies de porcelaine à l’Ariana de Genève (jusqu’au 6 septembre), à l’A fleur de peau du MCB-a de Lausanne (jusqu’au 23 août) ou à Mondes (im)parfaits de la Maison d’Ailleurs d’Yverdon-les-Bains (jusqu’au 15 octobre). Il y a également des choses au Locle (Chapatte) ou à La Chaux-de-Fonds (Kiki Kogelnik). Ces présentations, qui ne sont pas toutes neuves, se sont vues réactivées à partir du 11 mai. Vous pouvez toujours envisager une seconde visite. Comme aurait dit ma grand’mère, qui intervient souvent sous ma plume électronique, «c’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes.» Bilan, Quelles expositions voir en Suisse courant août? Ma sélection, de Genève à Zurich - Bilan
  • Son souhait c’était d’obtenir un visa pour les États-Unis. Toutes ses tentatives s’étaient soldées par un échec. Elle ne trouvait pas d’explications à cela. La jeune top model finit par se rendre compte que son patronyme, "Chef de l’Islam", en est la cause. À l’époque, il y avait une "guerre globale contre la terreur", où certaines personnes vivaient dans une paranoïa anti-musulmane. Bladi.net, Irina Shayk contrainte d’effacer l’islam de son vrai nom
  • S'il y arrive après 200 jours de route, en principe le 18 février prochain, à bon port, après les fameuses « sept minutes de terreur », en résistant à la chaleur et à la vitesse lors du passage dans l'atmosphère de Mars, Perseverance sera le cinquième astromobile à réussir le voyage depuis 1997. Tous sont Américains. La Chine a lancé son premier appareil martien le 23 juillet, Tianwen-1 devrait atterrir en mai 2021. Mars pourrait donc avoir trois rovers en activité l'an prochain, avec l'Américain Curiosity, qui a parcouru 23 km dans les cratères et les vallées martiens depuis 2012. leparisien.fr, Espace : Perseverance, chasseur de vie sur Mars, s’est envolé de cap Canaveral - Le Parisien
  • En dépit des circonstances actuelles difficiles avec la pandémie de Covid-19 et le confinement, l’actualité et la rubrique des faits divers enregistrent des affrontements quasi-quotidiens entre délinquants aux antécédents judiciaires avérés et qui, depuis quelque temps, sèment la terreur à travers plusieurs quartiers de la capitale, poussant les habitants à vivre dans la peur. El Watan, En pleine pandémie et durant le couvre-feu : Les batailles rangées nocturnes sèment la terreur | El Watan
  • Partager la publication "Le Belarus interroge des mercenaires russes pour un complot de “terreur" Yourtopia : Actualités du monde, Le Belarus interroge des mercenaires russes pour un complot de "terreur
  • Le calvaire durait depuis plusieurs semaines pour le voisinage. Deux Guérétois, un homme et une femme de 45 ans, ont semé la terreur dans leurs barres d'immeuble près de la rue de Pommeil, à Guéret. Il leur est reproché des menaces, des insultes et parfois des violences contre leurs voisins, principalement des personnes âgées. Ils habitent chacun dans un bâtiment, situés à un numéro d'intervalle.  France Bleu, Deux Guérétois interpellés pour avoir terrorisé leurs voisins dans le quartier de Pommeil
  • Durant dix-sept ans, B. P. a entretenu la terreur au sein de sa famille, exerçant une emprise sur sa compagne et ses enfants. Pour des faits de violence et de détention de stupéfiants, il a été condamné à six ans de prison ferme mardi 7 juillet par le tribunal correctionnel de Saint-Omer. La Voix du Nord, Une famille arquoise a vécu dans la terreur pendant près de vingt ans, le père condamné
  • Yossi Atia se met en scène (avec David Ofek) dans cette comédie dépressive sur un jeune homme qui propose de faire découvrir - gratuitement - des lieux emblématiques de la terreur vécue dans la rue Jaffa, frappée par un nombre record d’attentats. Au-delà de la dimension romantique de sa rencontre avec celle qui est une touriste dans son propre pays, on le voit marqué psychologiquement par cette menace constante. Se refusant à exploiter financièrement son activité, il en fait plutôt une thérapie, pour surmonter les souvenirs des explosions dont il a été le témoin, et qui le rendent fébrile. Bien qu’il dégage de la sympathie, son émotivité patente est presque inquiétante, notamment grâce au jeu de Yossi Atia.Un regard un peu inédit sur Israël, porté par une compassion et un humour pince sans rire. Le Telegramme, Né à Jérusalem (et toujours vivant) : guide touristique de la terreur - Cinéma - Le Télégramme
  • Alors que le groupe français se débat dans un scandale de harcèlement sexuel, des employés d’Ubisoft Montréal racontent le climat de terreur dans lequel ils travaillent au quotidien. SudOuest.fr, Sexisme, discrimination, plaintes ignorées : le "climat de terreur" du studio de jeux vidéo d’Ubisoft Montréal
  • La ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH) vient de publier son rapport annuel sur la situation des droits de l’homme dans le pays. Le document dresse un tableau sombre du pays en le réduisant à un État de «terreur». Un jugement qui ne fait pas forcément l’unanimité au sein de la société civile togolaise. , La Ligue des droits humains au Togo dénonce un État de «terreur», un jugement excessif? - Sputnik France
  • Bizarre... ce terrorisme en irak, qui tue et essaye de museler les voix opposantes... ca parle aux libanais aussi Bizarrement ... tous ces assassinats « oubliés ».. D’ailleurs ? Où en sont les enquêtes ? De pierre gemayel? Walid eido? Gebrane tueni? Y a plus d’enquêtes ? En Irak... ces terreurs... portaient elles des TSHIRTS noirs aussi ? Se déplacent ils en mobylettes ? Bizarre cette démocratie islamiste iranienne qui tue pour garder le pouvoir dans un pays étranger ? Est-ce le projet similaire que CPL et cie ont réservé aux libanais avec leur couverture totale à l’iran et milices ? A terme , Juste pour savoir si l’iran avale le liban en faillite? et impose son idéologie à nous tous , sans exception. ? Pour savoir si nos femmes vont devoir porter le foulard un jour ou mieux le tchador... et les hommes se faire pousser la barbe et porter des chevalières à l’image de certains barbus. Merci chers responsables pour avoir mené le liban à ce stade d’âge de pierre. merci encore L'Orient-Le Jour, En Irak, la terreur pour museler les voix dissidentes - L'Orient-Le Jour
  • J’ai eu très peur, du coup, je suis allée voir SOS Médecin à Amiens. Le médecin m’a bien examinée et m’a dit que je n’avais pas le coronavirus. Par contre, il m’a conseillé de consulter un psychiatre. J’ai eu un entretien et le spécialiste m’a dit que je commençais à faire de l’angoisse. Mais, j’ai continué à regarder les sites, à répondre à ce test en ligne, à lire les témoignages des malades. Je passais environ deux heures par jour à regarder des sites sur le sujet. J’étais en arrêt garde d’enfant, j’avais du temps à y consacrer. En tout, j’ai dû consulter une vingtaine de médecins. Ils ont mis en place une plateforme de psychologues gratuits en ligne. J’ai eu une psychologue deux fois, mais ça ne m’a pas aidée. J’ai contacté une hypnothérapeute qui a essayé de m’hypnotiser à distance, mais ça n’a pas marché non plus. Ça s’est fini en crise d’angoisse généralisée. Au moindre symptôme, je pensais que j’avais le Covid-19. J’étais dans un état de terreur permanente, j’avais des palpitations, des insomnies. J’ai perdu 6 kg. , Vie en ligne : « J’étais dans un état de terreur permanente », témoigne Céline, devenue hypocondriaque
  • « Il est clair que de plus en plus de Hongkongais auront à endurer […] la terreur communiste. » La Presse, Hong Kong: leurs candidats disqualifiés, des prodémocraties dénoncent la «Terreur»
  • "Il est clair que de plus en plus de Hongkongais auront à endurer (...) la terreur communiste." TV5MONDE, Hong Kong: les candidats prodémocratie disqualifiés, l'opposition dénonce la "Terreur"
  • Visage de la terreur, proche de Danton avant d’oeuvrer à sa condamnation, Robespierre fascine et intrigue. Hervé Leuwers, historien spécialiste de la Révolution française, nous aide à faire toute la lumière sur ce personnage controversé. Geo.fr, Qui était Robespierre, le visage de la terreur ? - Geo.fr
  • La terreur ne doit pas empêcher la joie de vivre, la liberté, l'expression, la démocratie De Philippe Val / France Inter le 7 janvier 2015
  • Quand les despotes reviennent à la terreur, on peut dormir tranquille. Il n'y a là aucun progrès. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • La terreur que l'esprit ressent devant le corps a rendu fous d'innombrables immortels. De David Herbert Lawrence / Le Serpent à plumes
  • Il règne une terreur idéologique activée par une mafia qui se réclame de la gauche. De Michel Onfray / 26 février 2015
  • La jalousie d'un coeur de femme est l'obscure terreur que sa joie doit finir. De Madame de Maintenon / Correspondance
  • Dans ce monde, l'on n’a que la terreur pour se défendre contre l'angoisse. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions
  • Il n'y a pas de terreur dans un coup de fusil, seulement dans son anticipation. De Alfred Hitchcock
  • Une bonne terreur, de temps en temps, vous remet les idées en perspective. De Elisabeth Vonarburg / Chroniques du pays des mères
  • La foi est la consolation des misérables et la terreur des heureux. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. De Kofi Annan / 11 Septembre 2001
  • Nommer sa terreur : une bonne façon de la rendre salutaire. De Claire de Lamirande / L'occulteur
  • La peur est un cri, la terreur est un murmure. De Anonyme
  • Je vis dans la terreur de ne pas être incompris. De Oscar Wilde
  • Qui vante la pitié vante la terreur. De Lautréamont
  • La terreur est humaine. De Jean-Claude Carrière / Détails de ce monde
  • La terreur que l'esprit ressent devant le corps a rendu fous d'innombrables mortels. David Herbert Lawrence, Le Serpent à plumes, Préface The Plumed Serpent, Preface
  • La terreur ne réussit pas à la démocratie, parce que la démocratie a besoin de justice, et que l'aristocratie et la monarchie peuvent s'en passer. Edgar Quinet, La Révolution, XX, 6

Images d'illustration du mot « terreur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « terreur »

Langue Traduction
Corse u spaventu
Basque terror
Japonais テロ
Russe террор
Portugais terror
Arabe الرعب
Chinois 恐怖
Allemand terror
Italien terrore
Espagnol terror
Anglais terror
Source : Google Translate API

Synonymes de « terreur »

Source : synonymes de terreur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « terreur »



mots du mois

Mots similaires