La langue française

Trembler

Définitions du mot « trembler »

Trésor de la Langue Française informatisé

TREMBLER, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne un animé, un ensemble d'êtres animés]
1. Être agité d'une série de légers mouvements musculaires convulsifs souvent accompagnés d'une sensibilité thermique et provoqués par la fièvre, le froid, ou par une violente émotion. Synon. frémir, frissonner, grelotter, tressaillir.Trembler continuellement, nerveusement; trembler de tout son corps, de la tête aux pieds; trembler comme une/la feuille, comme un lapin, comme un lièvre; pâlir et trembler; rougir et trembler; gémir et trembler. Le premier soin de Jean Valjean avait été (...) d'entrer dans le hangar avec Cosette (...). Cosette tremblait et se serrait contre lui (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 552).Parvenue à la hauteur de Jos-Mari, Kate tremblait de tous ses membres. Jos-Mari alors la plaçait près de lui à l'abri du vent (...) afin qu'elle pût retrouver, recueillir ses forces (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 165).
a) [Le suj. désigne une partie du corps] Bras, genoux, jambes, lèvres qui tremblent. La voiture a fait une embardée, je suppose que mes mains tremblaient; j'ai ralenti, j'ai essayé de détendre mes doigts et de contrôler ma voix (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 198):
1. Je pris sa main, que je sentis trembler dans la mienne, comme si la pauvre enfant était saisie d'une terreur foudroyante. Elle eut la force de se lever pour s'en aller, mais ses genoux tremblaient aussi, et je n'eus pas de peine à la contraindre de se rasseoir. Bourget, Disciple, 1889, p. 158.
b) [Le verbe est suivi d'un compl. prép. introd. par de désignant une cause physique ou psychique] Nous eûmes la visite d'une bande de turcos qui ne savaient pas un mot de français. Vêtus de toile ils tremblaient de fièvre, ils montraient leurs blessures, mimant des charges à la baïonnette et réclamant assistance (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 269).Rosenthal (...) tremblait de colère en pensant aux quatre mille cinq cents arrestations préventives que le préfet de police avait organisées (Nizan, Conspir., 1938, p. 87).
c) Empl. trans., vieilli. Trembler la fièvre. Tu es resté malade chez un paysan qui t'a recueilli par charité comme tu tremblais la fièvre dans un fossé de la route (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 32).
2. Au fig. [Le verbe est gén. suivi d'un compl. prép. ou d'une sub. déterminant la ou les cause(s) du procès] Éprouver un sentiment intense d'appréhension, de crainte, d'épouvante. Synon. appréhender, avoir peur, craindre, s'alarmer, s'effrayer.Le gouvernement, le pays, le peuple tremble. Cette femme si emportée, qui faisait trembler tout le monde, douce avec moi, ne cherchait qu'à me calmer (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 152).
a) Trembler + compl. prép. introd. par devant, pour, sous + subst.Trembler devant Dieu, devant la loi, devant/sous un tyran, un seigneur, une autorité supérieure; trembler pour l'avenir. Tout tremblait sous le despotisme des prêtres et des rois (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 336).L'ordre des choses qui les contraignait à travailler toute la journée, toute la vie, pour un salaire dérisoire, à trembler devant le chef de rayon, etc., n'était pas le seul ordre possible (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 172):
2. Ce lieu de perdition projetait dans tout l'arrondissement un éclat fantastique (...). Les fermières des alentours en tremblaient pour leurs maris, les bourgeoises le redoutaient pour leurs bonnes, parce que la cuisinière de M. le sous-préfet y avait été surprise... Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 287.
b) Trembler de + inf.Trembler de dire, de faire qqc.; trembler d'être vu, reconnu. Il tremblait de commettre quelque gaucherie en dansant (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 12).Morel, retournant la tête à toute minute, tremblant d'être suivi et épié par M. de Charlus, avait fini, n'ayant remarqué aucun passant suspect, par entrer dans la villa (Proust, Sodome, 1922, p. 1081).
c) Trembler que + complét. au suj.Il regardait sa mère, sa sœur et le docteur alternativement, en tremblant qu'on ne devinât ses pensées (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 396).À mesure que Jeanne devenait une femme, sa mère tremblait davantage qu'elle ne tombât un jour amoureuse de quelqu'un, comme ses deux sœurs, et ne s'en allât (Nizan, Conspir., 1938p. 222).
d) Trembler à l'idée de + inf. ou subst.Dans l'effondrement de sa maison de banque, il bégayait, il tremblait à l'idée de la police (Zola, Nana, 1880, p. 1455).Il tremblait à l'idée d'arriver en retard à son bureau... ou d'entrer dans un bistrot (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 240).
B. − [Le suj. désigne une chose, un ensemble de choses] Être agité d'une succession rapide de petites secousses, de petits mouvements d'oscillation. Synon. frémir, osciller, remuer, trémuler, vibrer.Feuillages qui tremblent; vitres, piles d'assiettes qui tremblent; gelée qui tremble dans un plat. Le roulement continu du canon faisait trembler nos bouteilles et danser les assiettes peintes de la crédence (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 186).Lui aussi contemplait toutes ces feuilles et sa main parut invinciblement attirée par l'une d'elles qu'il éleva en transparence devant l'ampoule électrique sans abat-jour. La feuille tremblait dans sa main (Camus, Peste, 1947, p. 1302).
1. [Le suj. désigne une lumière, un phénomène lumineux; l'accent est mis sur l'impression visuelle] Vaciller, varier d'intensité. Il (...) vit à travers les vitres trembler la chaste et timide lueur qu'il avait si souvent regardée (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 511).Je suis entré au bal de Loisy à cette heure mélancolique et douce encore où les lumières pâlissent et tremblent aux approches du jour (Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p. 610).
2. [Le suj. désigne une source sonore; l'accent est mis sur l'impression auditive, sur l'espace où règne le phénomène sonore] Synon. trémuler, vibrer.Les oiseaux pépiaient, le bourdonnement des insectes tremblait dans l'air chaud du matin d'été (Vogüé, Morts, 1899, p. 379).Il sonna. Comme le silence sans bornes du matin régnait autour d'eux et que tout bruit était parfaitement amorti sur le fleuve par les plumes du brouillard, la sonnerie trembla assez loin dans la campagne (Nizan, Conspir., 1938, p. 169).
[En parlant du son de la voix] Présenter de brusques variations de hauteur, d'intensité, sous l'effet d'une sensation, d'une émotion. Synon. chevroter.Toute l'angoisse de la terrible semaine fait trembler sa voix, lorsqu'elle demande à Antoine:« Ont-ils seulement dîné, ces pauvres enfants? » (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 653).
3. [Le suj. désigne l'écorce terrestre] Être atteint, ébranlé par un séisme. Le sol tremble. Par des ouvertures éloignées du cratère on voyait la lave sourdre du sol (...). La montagne trembla plus fortement; mais les flots n'en furent point émus, et rien ne me parut plus beau que le sommeil de la mer souriant sous ce volcan déchaîné (Quinet, All. et Ital., 1836, p. 200).La terre ne trembla pas; il n'y eut pas de signes dans le ciel (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p. 169).
REM. 1.
Tremblade, subst. fém.,hapax. [À propos d'un cheval] Hennir à la tremblade. Hennir en émettant un son tremblé. Il y avait le cheval, en bas, dans l'écurie (...). On l'entendait taper du pied, secouer la chaîne, se gratter aux ridelles, et même hennir à la tremblade comme une trompette (Giono, Regain, 1930, p. 174).
2.
Tremblocher, verbe intrans.,hapax. Synon. de trembloter.V. chocotter rem. s.v. chocotte ex. de Céline.
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃ble], (il) tremble [tʀ ɑ ̃:bl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Déb. xiies. « éprouver de la crainte, de l'inquiétude » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, XXVI, 2, p. 31: de qui tremblerai-je?); 2. déb. xiies. « être agité de petits mouvements musculaires vifs (causés par une émotion) » (ibid., LII, 6, p. 70: iluec tremblerent de pour); spéc. ca 1180 « chevroter (de la voix) » (Hue de Rotelande , Ipomedon, éd. A. J. Holden, 10423: Ipomedon tost la salue Od voiz tremblante); 3. déb. xiies. « être agité de mouvements, de secousses (de choses) » (Psautier Oxford, XVII, 9, p. 18: et tremblat la terre; LXXV, 8, p. 102: la terre trembla e reposa). D'un lat. pop. *tremulare, dér. de tremulus « qui tremble », du class. tremere « trembler » et « avoir peur ». Fréq. abs. littér.: 5 859. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 499, b) 8 930; xxes.: a) 10 057, b) 7 674. Bbg. Ascoli (C. I.). Saggiuoli diversi. Archivo glottologico italiano. 1890, t. 11, pp. 440-447.

Wiktionnaire

Verbe

trembler \tʁɑ̃.ble\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être agité de petites et fréquentes secousses.
    • On ne voyait pas les tramways. […]. Pourtant les quais où ils roulaient, avec des piaulements plaintifs, n’étaient guère éloignés, car la rue, quelquefois, tremblait à leur passage […]. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 41)
    • Lorsque Bishop revint et posa un gobelet fumant devant elle, Anise referma les mains dessus pour se réchauffer ; il faisait trente-cinq degrés à l'ombre, et pourtant elle tremblait de froid. — (Kay David, L'ombre du doute, traduit de l'anglais par B. Dufy, en recueil avec La machination de Harper Allen, éd. Harlequin (coll. Black Rose), 2009, chap. 12)
    • Les feuilles des arbres tremblent au moindre vent.
    • Trembler depuis les pieds jusqu’à la tête, de tous ses membres.
    • Le passage de ces lourds camions fait trembler toute la maison.
    • Tout tremblait au son de sa voix, les vitres, les meubles et les gens. — (Victor Hugo, Les Misérables, II, 3, 2 ; 1862)
    • (Par analogie)Sa voix tremblait.
  2. (Figuré) Craindre, appréhender, avoir grand peur.
    • Et les paysans, ces grands flandrins qui tremblaient quelques mois auparavant comme des lièvres, lorsqu’on les regardait de travers… eh bien, je les ai vus traiter d’un air d’arrogance de vieux soldats, […]. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Les républicains triomphants ne déshonorèrent pas leur triomphe : ils veillèrent eux-mêmes à la sûreté de la bourgeoisie, qui tremblait pour sa vie et pour ses biens. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • En lui-même, il souhaitait que Feempje déguerpît, car les colères brusques du Hollandais le faisait trembler pour ses vitres. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 39)
    • Rainie adorait ces montagnes. […]. Elle pensait que la nature se devait d'être grandiose, une présence suffisamment majestueuse pour faire trembler dans leurs bottes les simples mortels. — (Lisa Gardner, Disparue, traduit de l'américain par Cécile Deniard, Éditions Albin Michel, 2008, chap. 10)

trembler \tʁɑ̃.ble\ transitif

  1. (Populaire) Être dans le frisson de …
    • Trembler la fièvre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TREMBLER (tran-blé) v. n.
  • 1Être agité de petits mouvements saccadés, être mû par de fréquentes secousses. Et je tremble à présent dedans la canicule, Molière, Sgan. 2. Point de vos cruelles bises qui font trembler Canaples et votre château ; j'espère pourtant bien y trembler comme les autres, Sévigné, 578. Quand je l'ai aperçu [Fouquet, prisonnier], les jambes m'ont tremblé, et le cœur m'a battu si fort, que je n'en pouvais plus, Sévigné, Lett. à Pompone, 27 nov. 1664. Ses longs mugissements font trembler le rivage, Racine, Phèdre, V, 6. Il était décidé par l'université de Coimbre que le spectacle de quelques personnes brûlées à petit feu en grande cérémonie est un secret infaillible pour empêcher la terre de trembler, Voltaire, Candide, VI. Jacques VI… qui naquit quatre mois après cette aventure [un assassinat commis devant sa mère, Marie Stuart], trembla toute sa vie à la vue d'une épée nue, quelque effort qu'il fît pour surmonter cette disposition de ses organes, Voltaire, Mœurs, 169. Ôtez ce nom de quaker, cette habitude révoltante de trembler en parlant dans leurs assemblées religieuses… il faudra convenir que ces primitifs sont les plus respectables de tous les hommes, Voltaire, ib. 153. Il tremblait comme la feuille ; en passant dans l'antichambre les forces lui manquèrent, Rousseau, Hél. III, 14. Nous sortîmes en frémissant, et nous sentîmes les rochers auxquels la digue est appuyée trembler à cent pas de distance, Marmontel, Mém. VII. De longues herbe tremblent aux ouvertures des dômes, Chateaubriand, Génie, III, V, 5.
  • 2En parlant des choses, s'ébranler facilement, n'être pas ferme Ce pont suspendu tremble sous le poids des voitures.

    Fig. Je me suis nourri aux grands ouvrages ; je nage quand j'y travaille ; et le marbre tremble devant moi, pour grosse que soit la pièce, Puget, Lett. à Louvois, 1683, dans Journ. des Débats, 17 mars 1869.

  • 3Il se dit de la voix qui n'est pas ferme, qui chevrotte. Je suis bien vieux, mais en vain ma voix tremble ; Accueillez-moi, j'aime à chanter aussi, Béranger, Bon vieill.

    Terme de musique. Exécuter un tremblement.

  • 4Il se dit des ondulations de la lumière. La distance infinie de l'astre à demi voilé, dont les rayons tremblaient à leur surface [des eaux], Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 243, dans POUGENS. Où tremblent dispersés quelques pâles rayons, De ces lacs enflammés lumière ténébreuse [en enfer], Delille, Parad. perdu, I.
  • 5Fig Craindre, appréhender. Tel menace qui tremble. M. le Prince disait une fois à un nouveau chirurgien : Ne trembles-tu point de me saigner ? Pardi, monseigneur, c'est à vous de trembler : il disait vrai, Sévigné, 273. Tout contribue au bonheur du roi ; aussi, quand j'ai peur pour mon fils, c'est par la raison que l'on fait quelquefois des pertes particulières dans les victoires publiques ; mais de la barque entière, je ne tremblerai jamais, Sévigné, 16 sept. 1676. Je tremble au seul récit de la tempête furieuse…, Bossuet, Reine d'Anglet. Pendant que nous tremblons sous la main de ces hautes puissances [les princes], Dieu les frappe pour nous avertir, Bossuet, Duch. d'Orl. Tremblez, âmes réconciliées, qui renoncez si souvent à la grâce de la pénitence, tremblez au terrible exemple de la princesse Palatine, Bossuet, Anne de Gonz. Et mon esprit, tremblant sur le choix de ses mots, N'en dira jamais un, s'il ne tombe à propos, Boileau, Sat. II. Tout… Doit marcher, doit fléchir, doit trembler sous vos lois, Racine, Iph. IV, 6. Mon génie étonné tremble devant le sien, Racine, Brit. II, 2. J'exigeai qu'il [Mithridate] détruisît sa flotte… Mithridate resta immobile ; et Marius, au milieu de Rome, en trembla, Montesquieu, Dial. de Sylla et d'Eucrate. Le crime tremble toujours devant la justice, Voltaire, Pol. et lég. Fragment sur la justice. La France était plus en danger que jamais [sous François Ier] ; Charles était déjà à Soissons, et le roi d'Angleterre prenait Boulogne ; on tremblait pour Paris, Voltaire, Mœurs, 125. Ne vaudrait-il pas mieux que chacun mangeât son pain en paix à l'ombre de son figuier [au lieu de se persécuter] ? je ne fais cette proposition qu'en tremblant, Voltaire, Dict. phil. Hérésies, I. Je tremble d'avoir à me plaindre de l'être des êtres en portant une vue attentive sur cet épouvantable tableau [les maux des hommes], Voltaire, Dial. 25. Un pavillon qui ne tremble point devant celui de la Grande-Bretagne, Raynal, Hist. phil. VII, 13. Chacun baise en tremblant la main qui nous enchaîne : avec la permission du poëte, cela est faux ; on ne tremble point ; on veut de l'argent, et on ne baise que la main qui paye, Courier, Corresp. mai 1804.

    Faire trembler, inspirer de la terreur, donner de l'inquiétude. Il faut que je m'élève au-dessus de l'homme, pour faire trembler toute créature sous les jugements de Dieu, Bossuet, Reine d'Anglet. Ils [les Gaulois] se jetèrent dans la Macédoine qu'ils ravagèrent, et firent trembler toute la Grèce, Bossuet, Hist. I, 8. M. de Meaux m'a envoyé des nouvelles de Rome, qui font trembler pour M. de Cambrai, Maintenon, Lett. au cardin. de Noailles, 24 sept. 1697. J'avoue, lui dis-je, que, quand on a une fois fait trembler quelqu'un, on conserve presque toujours quelque chose de l'avantage qu'on a pris, Montesquieu, Dial. de Sylla.

    Familièrement. à faire trembler, beaucoup, extrêmement. Une femme de la cour ayant demandé à l'évêque de Meaux, dans le fort de sa querelle théologique avec Fénelon, si cet archevêque avait en effet autant d'esprit qu'on le disait : Ah ! ma dame, répondit Bossuet, il en a à faire trembler, D'Alembert, Élog. Fén.

  • 6Trembler à, suivi d'un infinitif, éprouver une vive crainte en. Toute ingrate qu'elle est, je tremble à lui déplaire, Corneille, Perth. II, 6. Vous voyez que je tremble à vous le déclarer, Corneille, Oth. v, 8. Je frémis de le perdre, et tremble à m'y résoudre, Th. Corneille, Essex, III, 2. Je tremble à vous nommer l'ennemi qui m'opprime, Racine, Mithr. I, 2.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 7Activement. Trembler la fièvre, être dans le frisson de la fièvre.

    On dit de même : trembler le frisson. J'ai fini ma lettre en tremblant le frisson, Mlle de Lespinasse, Lett. t. I, p. 101, dans POUGENS.

REMARQUE

1. Trembler suit les mêmes règles que craindre. On le construit avec de et l'infinitif : Je tremble de le voir, de ne pas le voir ; avec que… ne et le subjonctif, quand on désire que la chose n'arrive pas : Je tremble qu'il ne succombe ; avec que… ne pas et le subjonctif, quand on désire que la chose arrive : Je tremble qu'il ne réussisse pas.

2. Quelquefois au lieu de de, on emploie à ; mais alors le sens est un peu différent. Je tremble de le voir veut dire : je crains de le voir ; et je tremble à le voir, j'éprouve de la crainte en le voyant. " Je tremble de, dit M. Géruzez, ainsi que le veulent aujourd'hui les grammairiens, n'aurait ni la même vivacité, ni la même énergie, ni tout à fait le même sens. Il faut se hâter de reprendre dans nos grands écrivains tout ce que la tyrannie des puristes ne nous a pas définitivement enlevé. "

HISTORIQUE

XIIe s. Li cors li tranble, Ronc. p. 21.

XIIIe s. Et que pourront dire si ennemi [de Dieu] Là où li saint trembleront de doutance ? Quesnes, Romancero, p. 96. Là ot si grand bruit et si grant noise, qu'il sembloit vraiement que toute terre tremblast, Villehardouin, XVII. Qar messire Coart li lievres, Qui de peor trembloit les fievres, Deus jors les avoit jà eües, Ren. 10150. Li lechierres fremist et tranble, De lecherie esprent et art, ib. 1005. Les povres dehors [les avares] regardent De froit trembler, de fain perir, la Rose, 5141. Pris fu sire Coars li lievres, Mais li roncins en ont les fievres, Et sachiez que mès ne les tramble, Escorchiez en fu, ce me semble, Rutebeuf, 290.

XVe s. Le dieu en tremblant [agitant] une espée lui dit…, Perceforest, t. IV, f° 154. Trembloit comme la feuille en l'arbre, Aresta amorum, p. 220, dans LACURNE.

XVIe s. Uses hardiment des verbes et participes qui, de leur nature, n'ont point d'infinitifs après eux, avec des infinitifs, comme tremblant de mourir, etc. pour craignant de mourir…, Du Bellay, J. I, 32, verso. Avec une voix tremblante entre le desir et la crainte, Marguerite de Navarre, Nouv. LXX. La douleur s'enorgueillist à nous veoir trembler soubs elle, Montaigne, I, 305. Comme un Domitian, pouiveu de telles armes, Des Romains qui trembloient espouvantoit les larmes, D'Aubigné, Tragiques, édit. LALANNE, p. 241.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « trembler »

Du latin tremere, puis tremulare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, trôné ; liégeois, tronler ; Hainaut, trianer ; picard. traner ; Berry, treminer ; provenç. tremblar ; espagn. temblar ; ital. tremolare ; d'un verbe fictif tremulare, tiré du latin tremulus, tremblant, de tremere, trembler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « trembler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trembler trɑ̃ble

Citations contenant le mot « trembler »

  • Tous les hommes se ressemblent si fort qu'il n'y a point de peuple dont les sottises ne doivent nous faire trembler. De Bernard Fontenelle / De l'origine des fables
  • Tous les esclavages se tiennent ; et les hommes accoutumés à déraisonner sur les dieux, à trembler sous leur verge, à leur obéir sans examen, ne raisonnent plus sur rien. De Jean Meslier / Testament
  • En été, mieux vaut suer que trembler. De Proverbe français
  • La gastronomie fait trembler d'intelligence nos narines. De Charles Monselet
  • Le vrai savoir donne plus lieu de trembler que de s'enorgueillir. De Pierre Corneille
  • Il ne faut jamais trembler qu’on ne voie sa tête à ses pieds. De Proverbe français
  • Celui qui a senti une fois dans ses mains trembler la joie ne pourra plus jamais mourir. De José Hierro / Joie
  • L'idée qu'il n'y a pas de Dieu ne fait trembler personne ; on tremble plutôt qu'il y en ait un. De Denis Diderot / Addition aux pensées philosophiques
  • L'homme passe sa vie à raisonner sur le passé, à se plaindre du présent, à trembler pour l'avenir. De Antoine de Rivarol / Maximes, pensées et paradoxes
  • Aimer, ce n'est pas s'installer une fois pour toutes au sommet de ses certitudes. C'est douter toujours, trembler toujours. Et puis, demeurer vigilant pour éviter que le poison mortel de l'habitude ne s'insinue et nous tue, ou pire : nous anesthésie. De Philippe Besson / Se résoudre aux adieux
  • Les leaders de la grande distribution aux Etats-Unis comme Walmart ou Kroger, commencent peut-être à trembler devant l'énorme succès des ventes alimentaires d'Amazon.Tandis que le confinement a maintenu les consommateurs loin des magasins, et qu'aujourd'hui encore le besoin de pouvoir faire ses courses en sécurité est largement répandu chez les consommateurs, le succès des drives et des courses en ligne se fait de plus en plus sentir. Amazon, jusqu'alors plutôt connu pour les ventes d'high-tech, de beauté et d'autres objets en tout genre, voit ses ventes alimentaires croître à toute vitesse. FashionNetwork.com, Amazon fait aussi trembler les géants de la distribution alimentaire - Actualité : distribution (#1234994)
  • J’étais à moitié endormie et soudain j’ai entendu un grondement qui a fait trembler ma table de nuit et ma télé, j’étais totalement étonnée dans un silence plat. J’ai cru vraiment que c’était de l’orage et non ! France 3 Nouvelle-Aquitaine, Deux-Sèvres : de nombreux témoignages après un tremblement de terre près de Bressuire

Images d'illustration du mot « trembler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trembler »

Langue Traduction
Anglais to shiver
Espagnol para temblar
Italien rabbrividire
Allemand zittern
Chinois 发抖
Arabe يرتجف
Portugais tremer
Russe дрожать
Japonais 震える
Basque dardaraka
Corse frisgià
Source : Google Translate API

Synonymes de « trembler »

Source : synonymes de trembler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « trembler »

Trembler

Retour au sommaire ➦

Partager