La langue française

Affolement

Définitions du mot « affolement »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFOLEMENT, subst. masc.

I.− [En parlant d'une pers. ou d'un groupe de pers.]
A.− Action d'affoler ou de s'affoler; état résultant de cette action (cf. affoler1I A) :
1. C'était fatal, les temps prédits arrivaient, la hausse exagérée sur les tableaux aboutissait à une catastrophe. Depuis que la panique s'était mise chez les amateurs, pris de l'affolement des gens de bourse, sous le vent de la baisse, les prix s'effondraient de jour en jour, on ne vendait plus rien. É. Zola, L'Œuvre,1886, p. 359.
2. ... la salle entière s'agenouilla et pria pour l'assassin. Quand les oraisons se turent, il y eut un instant d'affolement et de trouble. Exténuée d'horreur, excédée de pitié, la foule houlait; le tribunal, silencieux et énervé, se reconquit. D'un geste, le promoteur arrêta les discussions, balaya les larmes. J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, pp. 141-142.
3. La ruche s'emplit à nouveau d'un affolement tumultueux : pronostics passionnés, commentaires des discours, aigres discussions dans les groupes. E.-M. de Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 198.
B.− Extrême agitation qui fait perdre la maîtrise de soi dans l'action (cf. affoler1I A 3) :
4. Malgré la série des nouvelles fâcheuses parvenues, depuis le 20 août notamment, au siège du commandement en chef, on n'y sentait nulle trace d'agitation, de désarroi, encore moins d'affolement. L'ordre, le sang-froid, la décision y régnaient d'une façon absolue. F. Foch, Mémoires,t. 1, 1929, p. 81.
5. Cette alternative la jetait dans une sorte de démence. Elle avait vécu plusieurs jours absolument égarée. La vie de famille, ses sœurs, l'église, les regards de sa mère quand elle avait dû quitter brusquement la table, tout concourait à son affolement. Mais au milieu de ses peurs, de la terreur d'une honte rendue publique, des restes mal digérés d'une religion dans laquelle toute sa vie était baignée, une pensée dominante l'étreignait, celle de cette facilité à laquelle elle ne pourrait se soustraire, de l'étrange pouvoir que tous les hommes, presque tous les hommes, avaient sur elle. L. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, pp. 301-302.
6. Sur son visage ruiné se lisaient tour à tour la lassitude, la douleur, la crainte, l'affolement, le soulagement, l'espérance, et de nouveau, l'épouvante. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Combat contre les ombres, 1939, p. 291.
7. Nous n'avions, contre l'irruption mécanique allemande, aucune protection naturelle. Il ne nous manquait, de la part de l'ennemi, aucune de ces assurances, promesses et propositions, ni, chez nous, aucune de ces doctrines de renoncement, qui eussent pu nous engager au repliement et à la neutralité. Pourtant, nous n'avons pas attendu d'être attaqués et envahis pour prendre délibérément le plus grand risque de notre histoire. Nous l'avons fait sans passion de conquêtes, sans fureur de revanche, sans affolement de vanité. Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,Le Salut, 1959, p. 499.
À l'affolement. Dans un état d'agitation :
8. [Imagine que dûment rossé, il meure?] Je vais pas perdre mon temps à le débiter en quartiers, tout de suite, comme ça, à l'affolement! je le cloque au frigo, et on a le temps de réfléchir. A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 149.
C.− Agitation nerveuse :
9. Quel drame! appels, exclamations entre-croisés, affolement de talons par les escaliers. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 10.
II.− Emplois spéc.
A.− Arg. et région.
1. Arg. Hâte, précipitation (cf. affoler1II A) :
10. Affolement, très employé dans l'expression toucher l'affolement, Se hâter. « On a touché un de ces affolements! » R. Mulot, Notes manuscrites sur l'argot de Saint-Cyr en 1903-1905,rédigées en 1918-1919.
2. Région. Passion amoureuse (cf. affoler1I A 2) :
11. Il lui reprochait vivement de ne pas répondre à l'affolement qu'il se sentait pour elle. L. Vincent, La Langue et le style rustiques de George Sand dans les« Romans champêtres », La Petite Fadette, 1916, p. 191.
Aimer à l'affolement (cf. aimer à la folie) :
12. Trois semaines de fiançailles, la présence fréquente de ce Renaud que j'aime à l'affolement... Colette, Claudine en ménage,1902, p. 9.
B.− Emplois techn.
1. PHYS. État d'une aiguille aimantée qui est affolée (cf. affoler1II C et affolé II B 1).
Au fig. :
13. ... je revins vers la maison, bousculé, meurtri, sentant que je ne pourrais retrouver la respiration qu'en rebroussant chemin, qu'en retournant sous un prétexte quelconque auprès de Gilberte. Mais elle se serait dit : « Encore lui! décidément je peux tout me permettre, il reviendra chaque fois, d'autant plus docile qu'il m'aura quittée plus malheureux. » Puis j'étais irrésistiblement ramené vers elle par ma pensée, et ces orientations alternatives, cet affolement de la boussole intérieure persistèrent quand je fus rentré, et se traduisirent par les brouillons des lettres contradictoires que j'écrivis à Gilberte. M. Proust, À la recherche du temps perdu,À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 585.
2. TECHNOL. (cf. affoler1II D)
a) Affolement de l'hélice. ,,Augmentation soudaine et brutale du nombre de tours de l'hélice, quand celle-ci émerge dans les grands coups de tangage.`` (Lar. encyclop.) (cf. affoler1II D 2).
b) Affolement de soupapes. ,,Phénomène perturbateur qui se produit dans les moteurs à combustion interne lorsque, la vitesse de rotation dépassant une certaine valeur, les galets de commande des soupapes décollent de leurs cames en entraînant un déréglage complet de la distribution.`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [afɔlmɑ ̃]. Enq. : /afolmã/. 2. Forme graph. − ,,Affolement, affoler, folâtre et ses dérivés, folie, raffoler de la famille de fou ne prennent qu'un l; follement follet (feu) de la même famille en prennent deux`` (Ortho-vert 1966, p. 60).
Étymol. ET HIST. I.− Ca 1190 « blessure » (Renart, éd. Méon, 14908 [branche VIII] ds T.-L. : Dieu prie... Que il le gart d'afolement). − 1611, Cotgr. II.− 1217 « état d'une personne affolée » (G. de Coincy, Vie Ste Christ., ds Gdf. Compl. : trestous ceux qui la croient sont pres d'afolement). I dér. de affoler* étymol. I; II dér. de affoler* étymol II; suff. -ment1*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 140.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Chesn. 1857. − Hanse 1949. − Lew. 1960, p. 70, 123. − Soé-Dup. 1906.

Wiktionnaire

Nom commun

affolement \a.fɔl.mɑ̃\ masculin

  1. État d’une personne affolée.
    • L’indice Dow Jones avait baissé de 508 points dès le 19 et le 20, plus rien n'était cotable, l’affolement fut général et les cotations durent être interrompues. — (Daniel Naulleau, Protection de la création informatique : problèmes posés par la fraude et la malveillance, 1991, dans Informatique, communication et société, page 82, L'Harmattan, 1993)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFOLEMENT. n. m.
État d'une personne affolée.

Littré (1872-1877)

AFFOLEMENT (a-fo-le-man) s. m.
  • Action de devenir fou et surtout fou par amour.

HISTORIQUE

XVIe s. Lorsqu'Apollon vient troubler sa prestresse De son divin et sainct affollement…, Du Bellay, J. V, 34, verso. Ta raison toujours attrempée Ne veut souffrir estre trompée Par leur mignard affolement [des passions et des plaisirs], Ronsard, 519.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affolement »

Mot dérivé de affoler avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affolement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affolement afɔlmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « affolement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affolement »

  • En voulant franchir le pont, le bois a cédé et l'animal a chuté d'environ 80 cm avant de se retrouver coincé dans le fossé. Alertés, les pompiers ont d'abord mobilisé la cellule sauvetage animalier. Un bilan de santé de l'animal a permis de rassurer son propriétaire, rapidement arrivé sur les lieux. L'équidé ne souffrait en effet que d'égratignures aux pattes avant et arrière et d'abrasions sur les flancs. Les sauveteurs ont tenté de le faire reculer, mais la manœuvre s'est avérée impraticable en raison de l'état d'affolement du cheval.  lindependant.fr, Pyrénées-Orientales : 15 pompiers mobilisés pendant 3 heures pour secourir un cheval - lindependant.fr
  • Le président de l'Olympique de Marseille, Jacques-Henri Eyraud, a modéré l'affolement autour de la situation économique du club. «Il n'y aura pas de grandes soldes à l'OM», a prévenu Eyraud sur les ondes d'Europe 1. Interrogé sur l'avenir de Steve Mandanda, Florian Thauvin et Dimitri Payet, le dirigeant phocéen a été catégorique : «Bien sûr qu'ils seront là avec un maillot marseillais (la saison prochaine). Il y a une volonté d'être le plus compétitif possible mais sur la base d'un mode économique pérenne. On ne peut pas soutenir un investissement aussi massif pendant une période aussi longue. On entre dans une phase où les performances sportives sont prioritaires mais avec un modèle économique pérenne.» Dimanche, L'Équipe informait que l'OM s'ouvrait à l'idée de brader Thauvin (27 ans) pour 20M€, l'ailier français étant à un an de la fin de son contrat. Sport24, Mercato : suivez le direct de ce mardi 23 juin - Fil Info - Transferts - Football
  • Et l’ex-adjoint de Michel Heinrich de railler la soudaine « prise de conscience durant la crise » de la majorité sortante pour expliquer « certains revirements dans ses projets ». « Cela atteste plutôt d’une bonne maîtrise du copier-coller », estime Benoit Jourdain. « La dernière publication outrancière et excessive de la majorité sortante démontre son affolement et sa perte de sang-froid ». , Elections municipales | Municipales : la fin de campagne est musclée à Épinal
  • Le jardin est doux et calme, vert enchanté de fleurs sous le soleil indolent. Suspendre cet instant, le gonfler, l’iriser, le vivre dans toute sa substance, l’habiter comme on le ferait d’une vie entière, vite avant qu’il n’éclate. La vingtaine perplexe, un peu engourdis par cet arrêt léger du temps, ils confient embarrassés, un rien penaud, qu’ils vont bientôt partir. Non, partir pour de bon. Universitaires, ils ont la chance de bénéficier d’une bourse d’études encore valide, ou d’un budget économisé de longue date par leurs parents, même si lâché au compte-gouttes par les banques, pour ce passeport puissant entre tous, l’éducation. L’heure approche où l’aéroport va rouvrir, et leur cœur bat de manière inhabituelle quand ils en parlent. Ils le savent, qu’ils vont rejoindre un autre monde, certes frappé par la pandémie, plus restreint et réglementé, mais au moins un monde « normal » où l’on ne parle pas à longueur de journée de conversion monétaire, d’affolement des prix et d’adresses confidentielles de changeurs-aspirateurs de devises contre monnaie de singe au prix maléfique du marché noir, où dans toutes les conversations l’on maudit copieusement et nommément chaque membre de la classe au pouvoir sans que lui batte le moindre cil. L'Orient-Le Jour, Ne vous retournez pas - L'Orient-Le Jour
  • De son côté, le propriétaire était persuadé que quelque chose s’était passé durant cette nuit d’affolement de ses vaches. Lors de son tour d’inspection, il a découvert les restes d’un veau de 200 kg, dont la carcasse avait été totalement “nettoyée”. , Faits-divers - Justice | Haute-Savoie : un veau dévoré par un ou plusieurs loups à La Balme-de-Thuy
  • Pas d’affolement, Nice célèbre le 160e anniversaire de son rattachement à la France. Nice-Matin, Vous avez entendu des coups de canon ce dimanche matin à Nice... On vous dit de quoi il s'agissait - Nice-Matin

Vidéos relatives au mot « affolement »

Traductions du mot « affolement »

Langue Traduction
Anglais panic
Espagnol pánico
Italien panico
Allemand panik
Portugais pânico
Source : Google Translate API

Synonymes de « affolement »

Source : synonymes de affolement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affolement »

Affolement

Retour au sommaire ➦

Partager