La langue française

Terrasse

Sommaire

  • Définitions du mot terrasse
  • Étymologie de « terrasse »
  • Phonétique de « terrasse »
  • Citations contenant le mot « terrasse »
  • Images d'illustration du mot « terrasse »
  • Traductions du mot « terrasse »
  • Synonymes de « terrasse »
  • Antonymes de « terrasse »

Définitions du mot terrasse

Trésor de la Langue Française informatisé

TERRASSE, subst. fém.

A. −
1. Terre-plein aménagé pour l'agrément, souvent dans un terrain en pente, dont les parties verticales sont généralement maintenues par de la maçonnerie. Aux Tuileries, tout le long de la terrasse de l'Orangerie, au bout des ficelles, la montée et la descente de gourdes en fer-blanc, que remplissent sur le quai des garçons de marchand de vin (Goncourt, Journal, 1870, p. 620).M. Lemeunier de Fontevrault avait ménagé sous les pins une terrasse longue d'une demie-lieue, qu'ornait à main droite une balustrade dominant ces jardins en pelouses et en bassins (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 124).
SYNT. Dalles, gravier, sable, terre battue, balustrade, parapet, rampe, mur de soutènement/d'appui d'une terrasse; parterres d'une terrasse; terrasse ornée de statues, de massifs de fleurs, (plantée) de fleurs, d'orangers, de marronniers; la terrasse de Saint-Germain; les terrasses du Luxembourg, des jardins de Versailles.
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Esplanade, jardin aménagé(e), élevé(e) en terrasse. Ma grand'mère occupait (...) une maison dont les jardins descendaient en terrasse sur un vallon (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 35).Ils pénétrèrent par en haut dans le petit square en terrasse, aménagé devant le porche de l'église Saint-Vincent-de-Paul (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 316).
2. AGRIC. Palier aménagé sur un versant pour en permettre la culture. Terrasses de culture; terrasses étagées; terrasses de vignes, d'oliviers. Je voyais au loin des rustauds Grouillant, de terrasse en terrasse, Qui vendangeaient sur les coteaux (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p. 95).Ces centaines d'étroites terrasses cultivées qui montent à l'assaut des collines. Cette pente verte, striée parallèlement par tous ces traits crayeux que font les petits murets de pierres sèches (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 952).
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Champ, verger en terrasse(s); cultures en terrasses. Un cirque accueillant, tout cultivé, aménagé en terrasses pour les mûriers (Barrès, Cahiers, t. 11, 1914, p. 14).Dans le cas très fréquent des cultures en terrasse, la terre elle-même doit être rapportée à bras (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 147).V. muret ex. de Nizan.
3. GÉOMORPHOL. Replat d'un versant formé par l'érosion, par les fluctuations du niveau d'un fleuve, de la mer, d'un lac. Terrasse fluviale, étagée, en gradins; terrasse de remblaiement. On voit par les terrasses de galets et de graviers qui s'étagent au-dessus du niveau actuel de la vallée, le résultat de déplacements et creusements successifs (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 363).Nous nous trouvâmes enfin hors de danger, sur une espèce de terrasse basaltique qui dominait d'une cinquantaine de mètres le couloir de l'oued où nous avions failli rester (Benoit, Atlant., 1919, p. 81).V. fluviatile A ex. de Hist. gén. sc.
4. Travaux de terrassement. L'ingénieur qui nous dirigeait nous fit élever un cavalier gazonné (...). Ces terrasses allaient lentement, car nous étions tous, officiers jeunes et vieux, peu accoutumés à remuer la pelle et la pioche (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 402).[Les] kommandos de terrasse et de carrière, (...) furent avec les kommandos d'usines, métallurgiques ou chimiques, les véritables bagnes de la captivité (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 65).
5. ,,Métier de terrassier`` (Navel, Travaux, 1945, p. 168).
B. −
1. ARCHIT. Dans une habitation ou un édifice dont un niveau est en retrait par rapport au niveau inférieur, plate-forme en plein air formée par le toit de niveau inférieur; comble plat sur lequel on peut se tenir; espace découvert, maçonné, attenant à un édifice, surélevé par rapport au niveau du sol. Je le surpris méditant devant les soubassements percés d'arcades de l'hôtel, examinant de son œil inquiet et jaunâtre l'entablement des colonnades que surmontent des terrasses à l'italienne (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 225):
C'est parce qu'il pleut, en effet, que ces toits ici s'inclinent, que ces théâtres se couvrent (...). Dans les sables brûlants, il n'y avait ni toits, ni tuiles, mais des terrasses planes pour goûter la fraîcheur des soirs. Faure, Espr. formes, 1927, p. 72.
Loc. adj. En terrasse. Couverture, toiture en terrasse. [Mojacar] est bâtie sur une colline en cône tronqué qu'elle recouvre entièrement de ses maisons toutes semblables par leur forme cubique et leur toit en terrasse (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 84).
2. Espace en plein air (partie de trottoir ou de place) situé devant un café ou un restaurant, où sont disposées des tables et des chaises pour les consommateurs. Ce sont les gens du Nord, les climats pénibles qui ont inventé le « home », l'intimité du cercle de famille auquel la Provence et l'Italie préfèrent les terrasses des glaciers, le bruit et l'agitation de la rue (A. Daudet, N. Roumestan, 1881, p. 98).Il alla prendre l'apéritif à un petit café dont la tranquille terrasse s'articulait à l'angle de deux rues (Queneau, Pierrot, 1942, p. 211).
P. méton. Mobilier destiné à cet espace. Lecouvreur, sentant les chaleurs proches, décide de « sortir la terrasse »: quatre tables rondes et huit chaises de jardin, qu'on aligne sur le trottoir, sous un grand store où on lit en lettres rouges: hôtel-vins-liqueurs (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 73).
C. − Spécialement
1. HÉRALD. ,,Nom de la champagne lorsqu'elle est délimitée par une ligne sinueuse ou courbe`` (Past. Hérald. 1979). V. terrassé rem. infra ex. de L'Hist. et ses méth.
2. ARTS ET TECHN.
a) Socle plat qui supporte une figure; surface de ce socle. On remarquera le soin avec lequel est dessinée la terrasse servant à supporter ce petit groupe [un cavalier et son cheval]; l'artisan a pris soin de la découper de manière à représenter un double ornement quadrilobé, sur lequel reposent les pieds du cheval (D'Allemagne, Hist. jouets, 1902, p. 164).
b) Taille d'une pierre précieuse en rectangle. Quand elle n'est pas présentée en cabochon, l'émeraude se taille très simplement en table et en terrasse (Metta, Pierres préc., 1960, p. 81).
REM. 1.
Terrasse-, -terrasse, élém. de compos.a) [Corresp. à supra A 1] α)
Allée-terrasse, subst. fém.Ce parc en espalier, cette longue allée-terrasse en plein midi, cette allée péripatéticienne, en font un vrai logis d'homme de lettres (Goncourt, Journal, 1880, p. 68).
β)
Appartement-terrasse, subst. masc.À Antibes, joli port de Côte d'Azur votre appartement-terrasse dans un grand jardin avec vue sur la mer et les collines (L'Express, 12 juin 1978, p. 69, col. 1).
b) [Corresp. à supra B 1] α)
Balcon-terrasse, subst. masc.Au fond de la plaza, les façades rythmées par l'alternance des balcons-terrasses et des pans entièrement lattés s'harmonisent aux Alpes avec légèreté (Le Point, 11 déc. 1978, p. 37, col. 3).
β)
Perron-terrasse, subst. masc.Trois marches (...) menaient à un perron-terrasse meublé d'orangers en caisses et de sièges d'osier (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 127).
γ)
Terrasse-balcon, subst. fém.La Société nationale d'Horticulture de France inaugurera à la rentrée des cours réservés aux amateurs de vergers, de gazons, de rosiers, de terrasses-balcons (Le Nouvel Observateur, 13 août 1979, p. 5, col. 2).
δ)
Terrasse-véranda, subst. fém.Nous nous sommes établis tous deux dans deux cabanes en osier, sous la terrasse-véranda (Goncourt, Journal, 1892, p. 287).
ε)
Toit-terrasse, subst. masc.[L']immeuble de la rue Franklin (1903) est le premier ouvrage qui codifie les principes d'une technique nouvelle (ossature portante, murs portés, toit-terrasse) (Arts et litt., 1936, p. 10-3).
2.
Terrassé, -ée, adj.a) Hérald. [Corresp. à supra C 1] Terrassé. Se dit des plantes ou des arbres qui croissent sur une terrasse (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 765).b) [Corresp. à supra A 3] En terrasse. Au-dessus du portail civique, le mur se dressait lourdement. Au sommet terrassé se tenait une multitude toute rouge du soir (Villiers de l'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 165).
3.
Terrassette, subst. fém.,géomorphol. Petit gradin d'un versant raide, dû à des glissements de terrain fractionnés. Terrassettes de décollement. Sur des versants raides, la solifluction crée de petits gradins discontinus suivant à peu près les courbes de niveau. Dans les régions humides, la formation de ces terrassettes semble favorisée par le piétement du bétail (Encyclop. univ.t. 111971, p. 346, s.v. morphogénique).
4.
Terrasseux, -euse, adj.Qui présente des creux. Au point de vue défectuosités, on appelle: marbre fier, celui qui par sa dureté résiste à l'outil (...). Terrasseux, celui qui a des fissures plus grandes, vides ou remplies de substances terreuses auxquelles on est obligé de substituer du mastic (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 87).
5.
Terrasson, subst. masc.a) Petite terrasse. (Dict. xixeet xxes.). b) Archit. Versant supérieur d'un comble à la Mansart. Dans les combles brisés la toiture à deux égouts, au lieu de deux plans inclinés, en comporte quatre. On appelle (...) terrasson la partie supérieure plus plate (Guadet, Archit., t. 1, 1901-04, p. 441).
Prononc. et Orth.: [tε ʀas], [te-]. Homon. terrasse (de terrasser). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1165 terrace « torchis, boue » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 23095) − xvies. ds Hug.: terrasse; subsiste dans des empl. spéc. 1. 1694 (Corneille: Les Marbriers appellent Terrasse de marbre, Un tendre qui se trouve dans les marbres, comme le bousin dans les pierres); 2. 1752 (Trév.: Terrasse. Terme de Lapidaire. Il se dit, dans une pierre, de quelques parties qui ne peuvent recevoir le poliment). B. 1. a) Ca 1260 fortif. terrace « plate-forme aménagée » (Ménestrel de Reims, 384 ds T.-L.); b) 1295 archit. (Cart. de Montieramey, B.N. 1. 5432, fo90 vods Gdf. Compl.); 1690 en terrasse « en forme de terrasse » (Fur.); c) 1883 terrasse « partie en plein air d'un établissement public » (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, p. 231); 2. a) 1835 travaux de terrasse « ceux que l'on fait en remuant la terre » (Ac.); b) 1945 terrasse « métier de terrassier » (Navel, loc. cit.); 3. a) 1380 terrasse « surface du socle sur lequel repose un objet » (Inv. de Ch. V, no263 ds Gdf. Compl.); b) 1621 peint. « premier plan d'un paysage » (E. Binet, Essay des Merveilles de Nature, p. 199); c) 1777 hérald. « pointe de l'ecu faite en forme de champ plein d'herbe » (Encyclop. Suppl. t. 4; cf. déjà l'adj. terrassé en 1765 Encyclop. t. 16); 4. 1853 géogr. (A. Joanne, Itinéraire descriptif et historique de la Suisse, p. 377 ds Quem. DDL t. 27). Dér. de terre* peut-être sous l'infl. de l'a. prov. terrassa « surface plane dans une construction » fin xiiies. [ms. xives.] (Vie de Ste Douceline, éd. J.-H. Albanés, p. 4,3), lui-même dér. du lat. terra, v. terre. Fréq. abs. littér.: 2 659. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 730, b) 4 159; xxes.: a) 4 466, b) 4 062. Bbg. Quem. DDL t. 27; 20 (s.v. terrassette).

Trésor de la Langue Française informatisé

TERRASSE, subst. fém.

A. −
1. Terre-plein aménagé pour l'agrément, souvent dans un terrain en pente, dont les parties verticales sont généralement maintenues par de la maçonnerie. Aux Tuileries, tout le long de la terrasse de l'Orangerie, au bout des ficelles, la montée et la descente de gourdes en fer-blanc, que remplissent sur le quai des garçons de marchand de vin (Goncourt, Journal, 1870, p. 620).M. Lemeunier de Fontevrault avait ménagé sous les pins une terrasse longue d'une demie-lieue, qu'ornait à main droite une balustrade dominant ces jardins en pelouses et en bassins (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 124).
SYNT. Dalles, gravier, sable, terre battue, balustrade, parapet, rampe, mur de soutènement/d'appui d'une terrasse; parterres d'une terrasse; terrasse ornée de statues, de massifs de fleurs, (plantée) de fleurs, d'orangers, de marronniers; la terrasse de Saint-Germain; les terrasses du Luxembourg, des jardins de Versailles.
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Esplanade, jardin aménagé(e), élevé(e) en terrasse. Ma grand'mère occupait (...) une maison dont les jardins descendaient en terrasse sur un vallon (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 35).Ils pénétrèrent par en haut dans le petit square en terrasse, aménagé devant le porche de l'église Saint-Vincent-de-Paul (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 316).
2. AGRIC. Palier aménagé sur un versant pour en permettre la culture. Terrasses de culture; terrasses étagées; terrasses de vignes, d'oliviers. Je voyais au loin des rustauds Grouillant, de terrasse en terrasse, Qui vendangeaient sur les coteaux (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p. 95).Ces centaines d'étroites terrasses cultivées qui montent à l'assaut des collines. Cette pente verte, striée parallèlement par tous ces traits crayeux que font les petits murets de pierres sèches (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 952).
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Champ, verger en terrasse(s); cultures en terrasses. Un cirque accueillant, tout cultivé, aménagé en terrasses pour les mûriers (Barrès, Cahiers, t. 11, 1914, p. 14).Dans le cas très fréquent des cultures en terrasse, la terre elle-même doit être rapportée à bras (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 147).V. muret ex. de Nizan.
3. GÉOMORPHOL. Replat d'un versant formé par l'érosion, par les fluctuations du niveau d'un fleuve, de la mer, d'un lac. Terrasse fluviale, étagée, en gradins; terrasse de remblaiement. On voit par les terrasses de galets et de graviers qui s'étagent au-dessus du niveau actuel de la vallée, le résultat de déplacements et creusements successifs (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 363).Nous nous trouvâmes enfin hors de danger, sur une espèce de terrasse basaltique qui dominait d'une cinquantaine de mètres le couloir de l'oued où nous avions failli rester (Benoit, Atlant., 1919, p. 81).V. fluviatile A ex. de Hist. gén. sc.
4. Travaux de terrassement. L'ingénieur qui nous dirigeait nous fit élever un cavalier gazonné (...). Ces terrasses allaient lentement, car nous étions tous, officiers jeunes et vieux, peu accoutumés à remuer la pelle et la pioche (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 402).[Les] kommandos de terrasse et de carrière, (...) furent avec les kommandos d'usines, métallurgiques ou chimiques, les véritables bagnes de la captivité (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 65).
5. ,,Métier de terrassier`` (Navel, Travaux, 1945, p. 168).
B. −
1. ARCHIT. Dans une habitation ou un édifice dont un niveau est en retrait par rapport au niveau inférieur, plate-forme en plein air formée par le toit de niveau inférieur; comble plat sur lequel on peut se tenir; espace découvert, maçonné, attenant à un édifice, surélevé par rapport au niveau du sol. Je le surpris méditant devant les soubassements percés d'arcades de l'hôtel, examinant de son œil inquiet et jaunâtre l'entablement des colonnades que surmontent des terrasses à l'italienne (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 225):
C'est parce qu'il pleut, en effet, que ces toits ici s'inclinent, que ces théâtres se couvrent (...). Dans les sables brûlants, il n'y avait ni toits, ni tuiles, mais des terrasses planes pour goûter la fraîcheur des soirs. Faure, Espr. formes, 1927, p. 72.
Loc. adj. En terrasse. Couverture, toiture en terrasse. [Mojacar] est bâtie sur une colline en cône tronqué qu'elle recouvre entièrement de ses maisons toutes semblables par leur forme cubique et leur toit en terrasse (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 84).
2. Espace en plein air (partie de trottoir ou de place) situé devant un café ou un restaurant, où sont disposées des tables et des chaises pour les consommateurs. Ce sont les gens du Nord, les climats pénibles qui ont inventé le « home », l'intimité du cercle de famille auquel la Provence et l'Italie préfèrent les terrasses des glaciers, le bruit et l'agitation de la rue (A. Daudet, N. Roumestan, 1881, p. 98).Il alla prendre l'apéritif à un petit café dont la tranquille terrasse s'articulait à l'angle de deux rues (Queneau, Pierrot, 1942, p. 211).
P. méton. Mobilier destiné à cet espace. Lecouvreur, sentant les chaleurs proches, décide de « sortir la terrasse »: quatre tables rondes et huit chaises de jardin, qu'on aligne sur le trottoir, sous un grand store où on lit en lettres rouges: hôtel-vins-liqueurs (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 73).
C. − Spécialement
1. HÉRALD. ,,Nom de la champagne lorsqu'elle est délimitée par une ligne sinueuse ou courbe`` (Past. Hérald. 1979). V. terrassé rem. infra ex. de L'Hist. et ses méth.
2. ARTS ET TECHN.
a) Socle plat qui supporte une figure; surface de ce socle. On remarquera le soin avec lequel est dessinée la terrasse servant à supporter ce petit groupe [un cavalier et son cheval]; l'artisan a pris soin de la découper de manière à représenter un double ornement quadrilobé, sur lequel reposent les pieds du cheval (D'Allemagne, Hist. jouets, 1902, p. 164).
b) Taille d'une pierre précieuse en rectangle. Quand elle n'est pas présentée en cabochon, l'émeraude se taille très simplement en table et en terrasse (Metta, Pierres préc., 1960, p. 81).
REM. 1.
Terrasse-, -terrasse, élém. de compos.a) [Corresp. à supra A 1] α)
Allée-terrasse, subst. fém.Ce parc en espalier, cette longue allée-terrasse en plein midi, cette allée péripatéticienne, en font un vrai logis d'homme de lettres (Goncourt, Journal, 1880, p. 68).
β)
Appartement-terrasse, subst. masc.À Antibes, joli port de Côte d'Azur votre appartement-terrasse dans un grand jardin avec vue sur la mer et les collines (L'Express, 12 juin 1978, p. 69, col. 1).
b) [Corresp. à supra B 1] α)
Balcon-terrasse, subst. masc.Au fond de la plaza, les façades rythmées par l'alternance des balcons-terrasses et des pans entièrement lattés s'harmonisent aux Alpes avec légèreté (Le Point, 11 déc. 1978, p. 37, col. 3).
β)
Perron-terrasse, subst. masc.Trois marches (...) menaient à un perron-terrasse meublé d'orangers en caisses et de sièges d'osier (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 127).
γ)
Terrasse-balcon, subst. fém.La Société nationale d'Horticulture de France inaugurera à la rentrée des cours réservés aux amateurs de vergers, de gazons, de rosiers, de terrasses-balcons (Le Nouvel Observateur, 13 août 1979, p. 5, col. 2).
δ)
Terrasse-véranda, subst. fém.Nous nous sommes établis tous deux dans deux cabanes en osier, sous la terrasse-véranda (Goncourt, Journal, 1892, p. 287).
ε)
Toit-terrasse, subst. masc.[L']immeuble de la rue Franklin (1903) est le premier ouvrage qui codifie les principes d'une technique nouvelle (ossature portante, murs portés, toit-terrasse) (Arts et litt., 1936, p. 10-3).
2.
Terrassé, -ée, adj.a) Hérald. [Corresp. à supra C 1] Terrassé. Se dit des plantes ou des arbres qui croissent sur une terrasse (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 765).b) [Corresp. à supra A 3] En terrasse. Au-dessus du portail civique, le mur se dressait lourdement. Au sommet terrassé se tenait une multitude toute rouge du soir (Villiers de l'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 165).
3.
Terrassette, subst. fém.,géomorphol. Petit gradin d'un versant raide, dû à des glissements de terrain fractionnés. Terrassettes de décollement. Sur des versants raides, la solifluction crée de petits gradins discontinus suivant à peu près les courbes de niveau. Dans les régions humides, la formation de ces terrassettes semble favorisée par le piétement du bétail (Encyclop. univ.t. 111971, p. 346, s.v. morphogénique).
4.
Terrasseux, -euse, adj.Qui présente des creux. Au point de vue défectuosités, on appelle: marbre fier, celui qui par sa dureté résiste à l'outil (...). Terrasseux, celui qui a des fissures plus grandes, vides ou remplies de substances terreuses auxquelles on est obligé de substituer du mastic (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 87).
5.
Terrasson, subst. masc.a) Petite terrasse. (Dict. xixeet xxes.). b) Archit. Versant supérieur d'un comble à la Mansart. Dans les combles brisés la toiture à deux égouts, au lieu de deux plans inclinés, en comporte quatre. On appelle (...) terrasson la partie supérieure plus plate (Guadet, Archit., t. 1, 1901-04, p. 441).
Prononc. et Orth.: [tε ʀas], [te-]. Homon. terrasse (de terrasser). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1165 terrace « torchis, boue » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 23095) − xvies. ds Hug.: terrasse; subsiste dans des empl. spéc. 1. 1694 (Corneille: Les Marbriers appellent Terrasse de marbre, Un tendre qui se trouve dans les marbres, comme le bousin dans les pierres); 2. 1752 (Trév.: Terrasse. Terme de Lapidaire. Il se dit, dans une pierre, de quelques parties qui ne peuvent recevoir le poliment). B. 1. a) Ca 1260 fortif. terrace « plate-forme aménagée » (Ménestrel de Reims, 384 ds T.-L.); b) 1295 archit. (Cart. de Montieramey, B.N. 1. 5432, fo90 vods Gdf. Compl.); 1690 en terrasse « en forme de terrasse » (Fur.); c) 1883 terrasse « partie en plein air d'un établissement public » (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, p. 231); 2. a) 1835 travaux de terrasse « ceux que l'on fait en remuant la terre » (Ac.); b) 1945 terrasse « métier de terrassier » (Navel, loc. cit.); 3. a) 1380 terrasse « surface du socle sur lequel repose un objet » (Inv. de Ch. V, no263 ds Gdf. Compl.); b) 1621 peint. « premier plan d'un paysage » (E. Binet, Essay des Merveilles de Nature, p. 199); c) 1777 hérald. « pointe de l'ecu faite en forme de champ plein d'herbe » (Encyclop. Suppl. t. 4; cf. déjà l'adj. terrassé en 1765 Encyclop. t. 16); 4. 1853 géogr. (A. Joanne, Itinéraire descriptif et historique de la Suisse, p. 377 ds Quem. DDL t. 27). Dér. de terre* peut-être sous l'infl. de l'a. prov. terrassa « surface plane dans une construction » fin xiiies. [ms. xives.] (Vie de Ste Douceline, éd. J.-H. Albanés, p. 4,3), lui-même dér. du lat. terra, v. terre. Fréq. abs. littér.: 2 659. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 730, b) 4 159; xxes.: a) 4 466, b) 4 062. Bbg. Quem. DDL t. 27; 20 (s.v. terrassette).

Wiktionnaire

Nom commun 1

terrasse \tɛ.ʁas\ ou \te.ʁas\ féminin

  1. Levée de terre artificielle en plate-forme, ordinairement soutenue par de la maçonnerie.
    • Durtal aboutissait à une terrasse dominant la ville et il s’accoudait à une balustrade de pierre grise, sèche, trouée […] — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. (Géographie) Dans les endroits où le relief est accidenté, désigne des terrains aménagés horizontalement en étages et soutenus par des murets.
    • […] le notaire examina si personne ne pouvait l’écouter du haut d’une terrasse, en arrière ou en avant d’eux […] — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (Architecture) Plate-forme aménagée à l’un des étages d’une construction, sans faire saillie, à la différence du balcon.
    • Lasse, elle ouvrit la baie vitrée et sortit sur la terrasse. Elle regardait la mer grise qui ondulait doucement devant elle. — (Éric Mallocher, Matoury, t. 1 : Max et Leïla, Mon Petit Éditeur, 2012, p. 189)
    • Vue sur le soleil couchant depuis la terrasse du restaurant. un bâtiment de plain pied regroupe cinq chambres ventilées spacieuses. — (Petit Futé Laos 2010-2011, p. 268)
  4. (Par extension) Balcon de grande dimension.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. (Architecture) Type de toiture d’un édifice, lorsqu’elle est constituée d’une plate-forme maçonnée.
    • À Moscou, le recours à la terrasse est cette fois souligné avec une emphase justificatrice hors de propos, dans la mesure où pratiquement aucun des projets concurrents n’avait eu recours à un toit en pente […] — (Jean-Louis Cohen, Le Corbusier et la mystique de l’URSS : théories et projets pour Moscou, 1928-1936, Éditions Mardaga, 1987, p. 94)
  6. (Commerce) Partie en plein air d’un établissement public, café ou restaurant.
    • J’ai toujours eu l’amour des terrasses de café, et la conception la plus flatteuse du Paradis serait, pour moi, une terrasse de café, d’où l’on ne partirait plus jamais. — (Alphonse Allais, Les Pensées )
  7. (Spécialement) Emplacement sur le trottoir d’une voie publique où l’on dispose des tables et des chaises pour les consommateurs.
    • Sur les boulevards, à la terrasse d’un bar-tabac, Bob, qu’un placide individu salua sans insister, repris […] — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Aux terrasses des brasseries, échelonnées du faubourg Montmartre, à la rue Drouot, de larges gouttes s’écrasaient sur le sol. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Attablé à une terrasse, cours de la République, un nom qui sonne toujours bien à l'oreille, Alfred expliqua qu'il était en phase de récupération. — (Bernard-Roger Mathieu, Alfred Le Wisigoth, Éditions Le Manuscrit, 2004, p. 105)
  8. (Marbrerie) - Partie tendre qui se présente par veine dans un bloc de marbre ; cheval de terre.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun 2

terrasse \tɛ.ʁas\ ou \te.ʁas\ féminin

  1. (Héraldique) - Sol figuré dans les ornements extérieurs d’un blason, sur lequel reposent les tenants ou supports.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter) → voir illustration « armoiries avec terrasse extérieure »
  2. (Héraldique) - Meuble représentant un sol sur lequel reposent d’autres meubles.
    • De WOODE, en Angleterre, porte d’argent au pin de sinople, planté sur une terrasse de même. — (Claude-François Ménestrier, mis en ordre et augmenté par Pierre Camille Le Moine, Nouvelle méthode raisonnée du blason : ou l’art de l’héraldique, Pierre Bruyset Ponthus, Lyon, 1770, p. 186) → voir illustration « armoiries avec terrasse »

Forme de verbe 1

terrasse \tɛ.ʁas\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de terrasser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de terrasser.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de terrasser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de terrasser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de terrasser.

Forme de verbe 2

terrasse \tɛ.ʁas\

  1. Première personne du singulier de l’imparfait du subjonctif du verbe terrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TERRASSE (tèr-ra-s') s. f.
  • 1Levée de terre ordinairement soutenue par de la maçonnerie, pour la promenade ou pour la vue. Votre terrasse doit être une fort belle chose ; je suis souvent avec vous tous, et mon imagination sait bien où vous trouver dans cette belle et grande principauté, Sévigné, 436.

    Ce jardin est en terrasse, i. est élevé en forme de terrasse.

    Ce jardin est tout en terrasse, il est composé de plusieurs terrasses plus élevées les unes que les autres.

  • 2Travaux de terrasse, tous les travaux qui se font en remuant des terres.
  • 3Ouvrage de maçonnerie en forme de balcon, de galerie, au-devant d'une habitation. Les fenêtres de sa chambre ouvrent sur une terrasse.
  • 4Couverture d'un édifice en plate-forme. Dans l'Orient on passe les nuits sur les terrasses. Les toits de cette ville sont en terrasse. Ces têtes couronnaient, sur les créneaux rangées, Les terrasses de rose et de jasmin en fleurs, Hugo, Orient. les Têtes du sérail.
  • 5 Terme de peinture. Premier plan des paysages.
  • 6 Terme de sculpture. Surface du socle, sur laquelle reposent les pieds de la figure.

    Terme d'architecture. Contre terrasse, terrasse élevée au-dessus d'une autre

  • 7 Terme de blason. Se dit de la pointe de l'écu, faite en forme de champ plein d'herbe.
  • 8Se dit de parties tendres qui se trouvent quelquefois dans les marbres ; défaut qui se répare avec de petits éclats et un mastic de la poudre du même marbre.
  • 9Partie d'une pierre précieuse qui ne peut souffrir le poli.
  • 10Cuvette où l'on chauffe l'argent que l'on veut dorer.

HISTORIQUE

XVe s. Les verrieres y sont [au réfectoire] de belle face, Et de menuz quarreaux par la terrace [le sol] Est tout pavé, Christine de Pisan, Dit de Poissy. Et sur la seconde porte estoit ung drap qui couvroit depuis hault sur la tarrache jusques à la bée de la porte [lors d'une entrée royale à Rouen], Viriville, Chron. normande, ch. 56. Firent ceux de Naples grant joye parmy la ville, et allumerent feux et chandelles parmy les rues et sur les terrasses des maisons, Monstrelet, t. I, ch. 163, p. 241, dans LACURNE. Ainsi que le suppliant fut venu de besongner de certaine terrasse ou torchis en certain endroit de son hostel, Du Cange, terratia.

XVIe s. … Qu'on porteroit des materiaux à la porte neuve, pour, sous couleur de la vouloir fermer de murailles, en oster les gabions et terrasses dont elle estoit condamnée, D'Aubigné, Hist. III, 335.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. TERRASSE. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Mes li mur ne sont pas de glise [glaise], Ne de palu, ne de terrace, Benoit de Sainte-Maure, Roman de Troie, V. 23022.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TERRASSE, s. f. (Art milit.) c’étoit dans les sieges des anciens, un épaulement environnant sur le bord du fossé, tout semblable à nos tranchées, où les archers & les frondeurs tiroient à couvert & sans cesse contre les défenses de la ville, pendant qu’on insultoit de toutes parts. Les terrasses servoient aussi de contrevallation pour brider, & resserrer de plus près ceux de la place. On appelloit aussi terrasse, un cavalier élevé fort haut pour dominer les murs d’une ville.

On commençoit la terrasse sur le bord du fossé, ou du-moins fort près, & elle formoit un quarré long. On la formoit à la faveur des mantelets, qu’on élevoit fort haut, derriere lesquels les soldats travailloient à couvert des machines des assiégés. Les terrasses qu’Alexandre fit élever aux sieges du roc de Coriénez & d’Aorne, & celle de Massada, dont Josephe donne la description, sont fameuses dans l’histoire.

Terrasse se prend aussi pour le comblement du fossé des places assiegées ; mais on ne doit pas confondre ces sortes de terrasses, avec les cavaliers ou terrasses élevées sur le bord du fossé pour dominer les murailles, & voir ce qui se passoit sur le parapet. Les traducteurs & les commentateurs tombent souvent dans cette erreur. Il est aisé de distinguer les terrasses considerées comme comblement, & les terrasses considerées comme cavaliers ; car lorsqu’on s’apperçoit qu’il y a de beliers sur la terrasse, il ne faut pas douter que l’auteur ne veuille parler du comblement de fossé ; s’il paroit que ces beliers sont sur un cavalier, il faut décider que l’historien est un ignorant qui ne sait ce que c’est que la guerre. Polybe, commenté par Folard, tom. II. (D. J.)

Terrasse, (Jardin.) ouvrage de terre élevé & revêtu d’une forte muraille, pour raccorder l’inégalité du terrein. La maçonnerie n’est pas cependant toujours nécessaire pour faire une terrasse. Quand la terre est forte, on se contente de faire des taluds & des glacis, qu’on coupe à chaque extrémité. On laisse une pente douce sur la terrasse, pour l’écoulement des eaux, d’environ un pouce & demi par toise, selon la grandeur de la terrasse ; & cette pente se prend toujours sur sa longueur. On orne les terrasses d’arbrisseaux, d’ifs & de charmilles à hauteur d’appui, avec des vases, des caisses & des pots de fleurs, posés sur des dés de pierre. Les figures & les fontaines contribuent encore beaucoup à leur décoration. Malgré ces ornemens, les terrasses n’embélissent pas beaucoup un jardin ; aussi en doit-on faire le moins qu’on peut, & les éloigner toujours les unes des autres. Voyez des modeles de terrasse dans la théorie & la pratique du jardinage.

On appelle contre-terrasse, une terrasse élevée au-dessus d’une autre, pour quelque raccordement de terrein, ou élévation de parterre. (D. J.)

Terrasse. (Joaillerie.) ce terme se dit en style d’ouvriers lapidaires, de quelques parties dans une pierre précieuse qui ne peuvent souffrir le poliment.

Terrasse, (Peint.) on appelle terrasse en Peinture, un espace de terre qu’on place d’ordinaire sur le devant du tableau. Les terrasses doivent être spacieuses & bien ouvertes ; on peut y représenter quelque verdure, ou même des cailloutages qui s’y trouvent comme par accident. (D. J.)

Terrasse, (Sculpt.) c’est le dessus de la plinthe en pente sur le devant, où on pose une figure, une statue, un grouppe, &c. (D. J.)

Terrasse, terme de Tireur d’or, c’est une espece de vaisseau, fait en forme de cuvette un peu longue, formé de brique ou de pavé de grais, avec de hauts rebords, dans lequel ces ouvriers font chauffer le gros fil d’argent qu’ils veulent dorer, avant de le passer aux filieres. Savary. (D. J.)

Terrasse de bâtiment, (Archit.) c’est la couverture d’un bâtiment, en plate-forme. On la fait de plomb, ou de dales de pierre. Telles sont les terrasses du péristile du Louvre & de l’observatoire. Celle-ci est pavée de pierres à fusil, à bain de mortier de ciment & de chaux. (D. J.)

Terrasse de marbre, (Archit.) c’est un tendre, c’est-à-dire un défaut dans les marbres, qu’on appelle bouzin dans les pierres. On corrige ce défaut avec de petits éclats, & de la poudre du même marbre, mêlée avec du mastic de pareille couleur. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « terrasse »

(XIIe siècle) De l’ancien français terrace (« sol, torchis, terre à foulon »), dérivé de terre, peut-être de l’ancien occitan terrassa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. terracia, de l'adjectif latin terraceus, de terra, terre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « terrasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
terrasse tɛras

Citations contenant le mot « terrasse »

  • Étends ton mari comme du linge sur la terrasse : si ton destin est de le garder, il ne s’envolera pas. De Proverbe arabe
  • La ministre de l’Ecologie a décidé d’accorder un délai aux restaurateurs et cafetiers et de ne pas appliquer l’interdiction des terrasses chauffées avant l’hiver 2021.  Valeurs actuelles, Devant la colère des restaurateurs, Pompili décale l'interdiction des terrasses chauffées | Valeurs actuelles
  • Une terrasse de neuf étages commence par un tas de terre. De Lao-Tseu
  • Le privilège des grands, c'est de voir les catastrophes d'une terrasse. De Jean Giraudoux
  • Je suis un homme d'intérieur, toujours au comptoir, jamais en terrasse. De Jean-Jacques Peroni / Les carnets d'un malfaisant
  • Le paradis, c’est d’être assis à la terrasse un soir d’été et d’écouter le silence. De Alec Guinness
  • Un camion a créé la panique ce samedi dans les rues piétonnes de Blaye, en Gironde. Il a notamment foncé sur une terrasse. La conductrice tentait d'échapper aux gendarmes depuis Saintes, en Charentes-Maritimes, 80 kilomètres plus au nord. lindependant.fr, Un camion fou sème la panique en emportant une terrasse de restaurant en Gironde - lindependant.fr
  • Avant de vous lancer dans la création d’une terrasse, la construction d’un garage ou l’aménagement des combles pour créer une chambre supplémentaire, il faut vérifier à quelles conditions vous en avez le droit. En la matière, l’Agence départementale pour l’information sur le logement (Adil) – pourra vous renseigner. , Salle de bain, terrasse, étage en plus… Pour quels travaux d’aménagement faut-il une autorisation ?
  • L’interdiction des systèmes de chauffage de terrasses entrera en application en 2021. Les restaurateurs qui n’en sont pas équipés sont satisfaits, les autres inquiets. Journal L'Union abonné, Les restaurateurs de Reims sont partagés sur l’interdiction prochaine des terrasses chauffées
  • Mais elle défend une nouvelle fois cette décision. "Une terrasse équipée de cinq braseros émet autant en CO2 au cours d'un hiver qu'une voiture qui ferait trois fois le tour du monde. Au-delà de la question écologique, c'est aussi une question de bon sens. C'est une totale aberration de chauffer l'air extérieur, tout comme il est absurde que des magasins, comme ces jours-ci, fassent marcher la climatisation tout en laissant les portes ouvertes. C'est absurde, et ça coûte cher en énergie" Boursier.com, Pompili confirme l'interdiction du chauffage en terrasse pour 2021
  • En été, on adore manger dehors, mais une table prendra trop de place sur votre terrasse ou balcon. Ses pieds surtout seront toujours dans le chemin si vous voulez manger à plusieurs. Fort heureusement, il existe des petites tables pliantes que l’on fixe à la balustrade du balcon -comme les jardinières. Vous ne serez pas gêné(e) par ses pieds et vous la replierez facilement quand vous n’en avez pas besoin. Metro, Voici comment transformer votre terrasse en hotspot de l’été
  • Une belle terrasse bien ombragée, recouverte de canisses, ventilée, a été aménagée et les anciens peuvent allègrement s’installer dans ce lieu frais très prisé en ces temps de canicule. midilibre.fr, Une belle terrasse pour les aînés - midilibre.fr
  • Alignées sur le trottoir, les tables et les chaises forment un entrelacs tellement étroit que le serveur peut à peine s’y faufiler pour apporter leurs boissons aux clients. Comment s’étonner que sur la terrasse d’Aux Folies, rue de Belleville, le barman Tarik Kaouri, 23 ans, ait quelque peu perdu la vision d’ensemble. Quand on lui demande combien de tables il a ajoutées, il répond par un sourire gêné. Sa terrasse déborde à présent sur la rue, là où se garent généralement les voitures. Même la petite ruelle au coin du bar a été en partie annexée. Courrier international, Tout Paris n’est plus qu’une terrasse
  • Transformer une contre-terrasse non autorisée en terrasse éphémère, c'est le tour de passe-passe de Bruno et Agnès Mangel, propriétaires depuis 2016 de la brasserie La Placette (XVIIe). leparisien.fr, Paris : ce commerçant s’octroie-t-il une terrasse illégalement ? - Le Parisien
  • « On ne peut pas […] chauffer à plein régime des terrasses en plein hiver lorsqu'il fait zéro degré pour le simple plaisir de boire son café en terrasse en ayant chaud. » La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé lundi 27 juillet l'interdiction des terrasses chauffées au printemps 2021, après l'hiver prochain. Critiquée par les restaurateurs, cette mesure proposée par la convention citoyenne pour le climat, retenue par Emmanuel Macron et validée en conseil de défense écologique, doit selon la ministre « mettre fin à des pratiques qui constituent des aberrations écologiques et qui conduisent à des surconsommations complètement injustifiées d'énergie ». Le Point, Climat : combien consomme vraiment une terrasse chauffée ? - Le Point

Images d'illustration du mot « terrasse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « terrasse »

Langue Traduction
Anglais terrace
Espagnol terraza
Italien terrazza
Allemand terrasse
Chinois 阳台
Arabe مصطبة
Portugais terraço
Russe терраса
Japonais テラス
Basque terraza
Corse terrazza
Source : Google Translate API

Synonymes de « terrasse »

Source : synonymes de terrasse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « terrasse »

Partager