La langue française

Estrade

Sommaire

  • Définitions du mot estrade
  • Étymologie de « estrade »
  • Phonétique de « estrade »
  • Évolution historique de l’usage du mot « estrade »
  • Citations contenant le mot « estrade »
  • Traductions du mot « estrade »
  • Synonymes de « estrade »
  • Antonymes de « estrade »

Définitions du mot estrade

Trésor de la Langue Française informatisé

ESTRADE1, subst. fém.

[Généralement dans des expr. vieillies appartenant au lang. milit.]
A.− Battre l'estrade. Reconnaître une région, courir les chemins. Les coureurs de la colonne volante de trois cents chasseurs battant l'estrade entre Wavre et Plancenoit (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 393).
B.− Batteur d'estrade. Éclaireur d'une troupe. On décida de l'amener [Jeanne] à Rouen par le Ponthieu (...) où l'on risquait le moins de rencontrer les batteurs d'estrade des divers partis (France, J. d'Arc,t. 2, 1908, p. 223).
P. ext. Coureur d'aventures. Il y a quelque vingt ans que je pratique le métier peu récompensé d'écrivain errant, de batteur d'estrade littéraire sans compagnon (Bloy, Journal,1904, p. 213).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi arg. au sens de « boulevard ». Le filant sus l'estrade, D'esbrouf je l'estourbis (Chanson de Winter ds Vidocq, Mém., t. 3, 1828-29, p. 296).
Prononc. et Orth. : [εstʀad]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1450 aller à l'estrade « parcourir les chemins en éclaireurs » [en parlant de militaires] (Monstrelet, Chron., II, p. 270 ds DG); 1573 « rue » (Testament et epitaphe de Maistre Levrault ds Anc. poésies fr., t. X, p. 133). Empr. à l'ital. strada « route, rue », attesté dep. 1317-21 (Dante, Paradis ds Tomm.-Bell.), du b. lat. strata « id. » proprement part. passé fém. substantivé du lat. class. sternere « paver » (via strata « chemin pavé »). Estrade a remplacé l'a. m. fr. estree (dep. ca 1100, Roland, éd. J. Bédier, 3326). Bbg. Hope 1971, pp. 38-39.

ESTRADE2, subst. fém.

A.− ARCHIT. INTÉRIEURE. Plancher surélevé dans une pièce. La chambre à coucher, où se dressait, sur une estrade couverte d'une peau de cygne, le grand lit à baldaquin (Flaub., Éduc. sent.,t. 1, 1869, p. 149).
P. anal. (Quasi-)synon. de terrasse.Oh! le charmant jardin avec ses estrades superposées (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, À vendre, 1885, p. 702).
B.− Plate-forme (généralement en menuiserie) élevée dans un édifice ou en plein air, sur laquelle prennent place des personnages importants ou sur laquelle se déroule un spectacle, une cérémonie, un acte solennel de la vie sociale. L'estrade officielle; dresser une estrade, monter sur l'estrade. Il y a presque toujours, dans les salles où les comités se rassemblent (...) une estrade d'où les orateurs s'adressent à l'assemblée (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 2, 1817, p. 314).Les élèves (...) écoutaient le professeur, placé sur une petite estrade (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 215).L'estrade de distribution des prix (Valéry, Variété III,1936, p. 233):
Plusieurs hommes avaient des accordéons, ils se relayèrent. Une table fut transformée en estrade et les chanteurs s'y succédèrent. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 52.
[Avec valeur de symbole] Ce goût bourgeois de présidence (...) le goût de l'« estrade », très bien pour ceux qui de naissance en ont la vénération, mais chez ceux qui le blaguent!... (Goncourt, Journal,1892, p. 291).Un homme qui prétendait droit à la parole au nom d'une organisation syndicale parisienne s'obstinait à l'estrade où son débat avec M. Blondel augmentait le tumulte de la salle. Enfin l'usurpateur de l'attention perdue par le député se mit face à l'assemblée, refit le nœud de sa cravate flottante et claironna : − Citoyens! (Hamp, Champagne,1909, p. 124).
Prononc. et Orth. Cf. estrade1. Étymol. et Hist. 1664 (doc. ds J.-J. Guiffrey, Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, t. 1, p. 14 ds IGLF : une estrade de bois [...] pour la chambre de la Royne mère). Empr. à l'esp. estrado, d'abord « salle de réception ou de réunion » (dep. 1280, General Estoria d'apr. Cor.), puis « partie surélevée d'une salle, servant à recevoir des visites » (dep. 1ertiers xives., J. Ruiz, ibid.), du lat. class. stratum « pavage, assise, couverture de lit; lit », part. passé neutre substantivé de sternere « étendre sur le sol (en partic. une étoffe) ».
STAT. − Estrade1 et 2. Fréq. abs. littér. : 523. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 378, b) 1 127; xxes. : a) 812, b) 808.
DÉR.
Estradier, subst. masc.[Correspond à estrade2B] Péj. Orateur de réunions politiques, volubile et sans scrupules. Déroulède était né estradier, comme disait mon père, agitateur et tribun (L. Daudet, Salons et journaux,1917, p. 245).Enragés de le voir [l'homme français] donner sa foi à de vulgaires estradiers, nous avons cru le séduire à notre tour par une familiarité qui l'a (...) déçu (Bernanos, Gde peur,1931, p. 148).Emploi adj. « M. l'abbé Gérès n'a sans doute pas le temps de lire, dit-il [Delcrous] de son ton estradier et autoritaire, il a trop de misères à visiter et à soulager » (A. Daudet, Pte paroisse,1895, p. 239). [εstʀadje]. 1resattest. 1877 subst. (Id., Nabab, p. 175); 1895 adj. (Id., Pte paroisse, p. 239); de estrade2, suff. -ier*.
BBG. − Herb. 1961, p. 109. − Lew. 1960, p. 22, 24.

Wiktionnaire

Nom commun 1

estrade \ɛs.tʁad\ féminin

  1. Construction, généralement en bois, élevée d’une ou de plusieurs marches sur le plancher d’une chambre, d’une salle ou en plein air.
    • Du côté du château, une estrade était dressée et attendait le prince et sa suite : […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Dans une cour à demi couverte, sur une espèce d’estrade, se dressaient les bois de la guillotine et, devant, les forçats se tenaient à genoux. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • Quand le chef monta sur l’estrade, le pianiste leva les yeux et lui sourit. Puis il hocha la tête, et l'on entendit le frémissement des violons, la pulsion d'un pouls profond qui annonçait l’entrée du piano. — (Michel Benoît, Le Secret du treizième apôtre, Éditions Albin Michel, 2006, chap. 68)
    • Au bout d'un quart d’heure vingt minutes, il n'y avait plus que le petit vieux sur l’estrade, deux trois miteux et Gribovitch dans le fond. — (Pierre Lucas, Police des mœurs, n° 86 : De l'autre côté de rien, Vauvenargues, 2014, chap.9)

Nom commun 2

estrade \ɛs.tʁad\ féminin singulier

  1. (Désuet) (Militaire) Chemin.
    • Les cavaliers pouvaient battre l’estrade sur ses flancs, mais ils ne devaient jamais s’en éloigner. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846, p. 293-301)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESTRADE. n. f.
Construction, généralement en bois, élevée d'une ou de plusieurs marches sur le plancher d'une chambre, d'une salle ou en plein air. Un lit élevé sur une estrade. Le trône était placé sur une estrade. Les autorités étaient assises sur l'estrade. Fig., Monter sur l'estrade, Se donner en spectacle, parader. Il signifiait autrefois Chemin dans ces locutions, usitées parmi les gens de guerre : Battre l'estrade, Parcourir la campagne, aller à la découverte, pour connaître la position, les mouvements de l'ennemi; et, Batteurs d'estrade, Gens détachés d'une troupe pour aller à la découverte, éclaireurs. Batteurs d'estrade, se dit encore, familièrement, de Ceux qui perdent leur temps à courir les grands chemins, des coureurs d'aventures.

Littré (1872-1877)

ESTRADE (è-stra-d') s. f.
  • 1 Terme de guerre. Usité seulement en cette locution : Battre l'estrade, courir la campagne, aller à la découverte.

    Par extension. Les uns battaient l'estrade autour de sa maison, Hamilton, Gramm. 9. Il fait toute la nuit sentinelle en dedans ; Et sur le point du jour il va battre l'estrade, Regnard, Folies amour. I, 1. Sans adieu, je vais battre l'estrade dans les cafés, Dancourt, Agioteurs, I, 9.

    Les batteurs d'estrade, les éclaireurs. Israël envoya des batteurs d'estrade pour considérer le pays de Jazer, Voltaire, Phil. IV, 185.

    Par extension. Les batteurs d'estrade, les gens qui courent les chemins.

  • 2Plancher élevé dans une chambre, dans un édifice, un peu au-dessus du parquet, pour y placer un lit, un trône, pour y faire une cérémonie. Le grand mouvement est sur une estrade qu'on nomme le théâtre, Montesquieu, Lett. pers. 28.

    Fig. De l'estrade des grands descendant au vulgaire Le mensonge sans frein, sans pudeur, sans raison, S'accroît de bouche en bouche et s'enfle de poison, Voltaire, Don Pèdre, III, 2.

HISTORIQUE

XVe s. Hector bastard de Bourbon vint à tout trois cens armés hommes d'armes, sur aucunes compagnies de gens du roy qui alloient à l'estrade ; si en print et tua plusieurs, Monstrelet, f° 149, dans LACURNE. De là si fu le siege mis Devant la ville de Reolle ; Messire George Soliton Si en avoit la charg et garde, Avecque un autre Anglois gascon Et quatre cens hommes d'estrade, Vigiles de Charles VII, p. 203, dans LACURNE. Adieu, galans, qui souliez faire fringues Parmi les rues, routes et espanades [sic], Saillans en l'air, pour prendre les esplingues Au seing des dames, regardans les estrades, ib. t. II, p. 31.

XVIe s. Là sont Crotte, Estanson et Imbault, Et Fontrailles, lesquelz ont maint ribault, Tous enragiez de courir à l'estrade, Marot, J. V, 90. En telle pompe estans lors decorez, Devers le roy vindrent faire l'estrade, Marot, J. V, 173. Le duc de Guise envoya battre l'estrade vers la Fredonniere, qui estoit le premier rendez-vous à l'entreprise de Blois ; ces estradiots luy amenerent prisonniers 30 ou 40 de ceux qui commençoient à se desbander, D'Aubigné, Hist. I, 93. Quelques batteurs d'estrade, D'Aubigné, ib. I, 93. Bon pied, bon œil, sus à coup qu'on s'esveille, Francs chastellains, soudain tost à l'estrade, Rog. de Collerye, p. 195, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ESTRADE, s. f. (Gramm. & Hist. mod.) est un terme françois qui signifie à la lettre une route publique ou grand chemin. C’est de-là qu’est venue cette phrase militaire, battre l’estrade, c’est-à-dire envoyer des coureurs ou gens à cheval à la découverte pour épier les dispositions de l’ennemi, & donner avis au général de tout ce qu’ils ont apperçû dans la route. Une armée ne marche jamais sans envoyer de tous côtés des batteurs d’estrade.

Ce mot est formé de l’italien sirada, rue ou chemin, qui vient lui-même du latin strata, rue pavée. Quelques-uns le dérivent d’estradiots, qui étoient anciennement des cavaliers qu’on employoit à battre l’estrade.

Estrade signifie aussi une petite élevation sur le plancher d’une chambre, qui est ordinairement entourée d’une alcove ou balustrade pour mettre un lit, & qui, comme en Turquie, n’est quelquefois couverte que de beaux tapis, pour y recevoir les personnes de distinction qui viennent en visite. Voyez Alcove.

Estrade, (Art milit.) se dit du terrain des environs d’une ville ou d’une armée ; ainsi battre l’estrade, c’est parcourir les environs d’une année ou d’une place, pour découvrir s’il y a quelques partis de l’ennemi. (Q)

Estrade, (Jardinage.) Voyez Gradins de Gazon.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « estrade »

Provenç. espagn. et portug. estrada, voie, chemin ; ital. strada, même sens ; du latin strata, voie pavée, de stratum, supin de sternere, étendre. Estrade vient du provençal ou de l'espagnol ; avant cet emprunt l'ancien français avait estrée, qui est le correspondant de estrada et strada, et signifiait route. Battre l'estrade, c'est battre les routes. L'estrade, sorte de plancher, se rapporte aussi à strata, la chose étendue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) De l’espagnol estrado signifiant d'abord « salle de réception ou de réunion », puis « partie surélevée d'une salle, servant à recevoir des visites », issu du latin classique stratum (« pavage, assise, couverture de lit, lit »), participe passé neutre substantivé de sternere (« étendre, étaler »).
(Nom 2) De l'italien strada (« route, rue »), du bas latin strata (« route, rue », « chemin pavé »), pluriel de stratum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « estrade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
estrade ɛstrad

Évolution historique de l’usage du mot « estrade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « estrade »

  • Ce vendredi, maître René est monté donc une dernière fois sur l’estrade pour mettre un point final à sa carrière. Plus qu’une carrière, un véritable sacerdoce ! « Je viens d’une famille modeste. Pour moi, l’école c’était important, j’ai toujours eu en moi l’envie de faire ce métier-là », glisse cet Altiligérien pur jus dont le frère et l’épouse ont emprunté le même chemin (mais pas ses trois fils). , Education | Ce vendredi, Maître René est monté une dernière fois sur l’estrade
  • Sur les images, publiées ce mardi 7 juillet, on peut voir près de quarante robots s'agiter en rythme sur une estrade. Parmi eux, les célèbres robots-chiens de la société américaine Boston Dynamics. Ces derniers rappellent immédiatement ceux que l'on aperçoit dans la Série Black Mirror, qui met en garde contre de possibles dérives impliquant l'utilisation de nouvelles technologies.  ladepeche.fr, VIDEO. Au Japon, des robots remplacent les pom-pom girls lors d'un match à huis clos - ladepeche.fr
  • Leur pied de nez politique à la seconde puissance mondiale pourrait leur coûter cher. Le site d’information L’Important relaie une vidéo présentant des étudiants, a priori hongkongais, lors de leur remise de diplôme. Ces derniers, durant l’hymne national chinois, décident alors de tourner le dos à l’estrade et de scander « Hong Kong libre ». Valeurs actuelles, [Vidéo] Des étudiants défient Pékin en soutien à Hongkong | Valeurs actuelles
  • La rampe d’accès à l’estrade de West Point était très longue et raide, n’avait pas de rambarde et, surtout, était très glissante, a-t-il avancé. Journal L'Union, Des vidéos sèment le doute sur l’état de santé de Donald Trump le jour de ses 74 ans

Traductions du mot « estrade »

Langue Traduction
Anglais platform
Espagnol plataforma
Italien piattaforma
Allemand plattform
Chinois 平台
Arabe منصة
Portugais plataforma
Russe платформа
Japonais プラットホーム
Basque plataforma
Corse piattaforma
Source : Google Translate API

Synonymes de « estrade »

Source : synonymes de estrade sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « estrade »

Partager