La langue française

Banc

Définitions du mot « banc »

Trésor de la Langue Française informatisé

BANC, subst. masc.

I.− Siège allongé, avec ou sans dossier, sur lequel plusieurs personnes peuvent s'asseoir en même temps. Banc de bois, de pierre; banc en marbre; banc semi-circulaire; char à bancs :
1. Le roi portait un chapeau rond, la ganse enrichie de perles, et surmonté d'un gros diamant connu sous le nom de Pitt. Chacun était assis sur un fauteuil, une chaise, un banc, un tabouret, selon son rang ou sa dignité; ... Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 219.
A.− Spécialement
1. Dans le domaine de l'enseignement.Les bancs de l'école. Les bancs sur lesquels s'asseyent les écoliers et les étudiants.
P. méton. L'école, le collège, l'université. Absol. Être, se mettre sur les bancs. Suivre ou commencer à suivre les cours d'une école, d'un collège, d'une université. (Sur) les bancs. (À) l'école, (à) l'université :
2. − Richard, sitôt sorti des bancs, a perdu son père. − un veuf. Il a dû travailler; ... Gide, Paludes,1895, p. 106.
Vx. Banc d'honneur. ,,Celui qui est réservé aux élèves qui ont obtenu les premières places`` (Lar. 19e).
2. Siège, emplacement réservé à certaines personnes dans certaines assemblées.
a) Domaine jur.
DR. ANC. Banc des baillis et sénéchaux. ,,Banc où siégeaient les baillis et sénéchaux royaux des provinces, lorsqu'ils assistaient aux audiences de la grand'chambre`` (Lar. 19e). Banc de procureur, banc d'avocat. ,,Espèce de bureau où un procureur, un avocat donnait rendez-vous à ses parties, à ses clients, dans la salle du palais`` (Ac. 1835-1878).
Usuel. Banc des accusés. Synon. banc de l'accusation, du crime, des criminels, d'ignominie, d'infamie.Le banc de la nième chambre, du tribunal correctionnel; le(s) banc(s) de la cour d'assises; le banc des jurés :
3. ... Au banc, entre les gendarmes, quelque chose comme un paquet lamentable et qui devient, quand le président lui dit de se lever, une petite vieille épouvantable. E. et J. de Goncourt, Journal,1869, p. 502.
Banc des avocats. ,,Banquettes sur lesquelles s'asseyent les avocats dans les tribunaux`` (Ac. 1835-1932).
Banc ou chambre des huissiers. ,,Banc placé dans l'auditoire d'un tribunal, à défaut d'un local spécial, où les avoués déposent les actes du Palais qui sont signifiés par les huissiers audienciers`` (Cap. 1936).
b) Domaine parlementaire.(En Angleterre) le banc des évêques (à la Chambre des Lords) (Ac. 1932). (En France anciennement) le banc de la noblesse, des sénateurs; (actuellement) le banc des ministres ou du gouvernement (à l'Assemblée nationale).
Banc de la presse. ,,Tribune de la presse dans les endroits où celle-ci est professionnellement et officiellement représentée`` (Ch.-L. Carabelli, [Lang. du journalisme]).
c) Domaine relig.Banc d'église (Vx ou vieilli) ,,Siège ordinairement entouré de menuiserie, réservé à une famille pour l'assistance au service divin`` (Ac. 1932). Bancs d'église. ,,Bancs autrefois réservés à certaines personnes dans les églises`` (Nouv. Lar. ill.). Banc seigneurial. ,,Banc réservé dans l'église à la famille du seigneur`` (DG). Place de banc. ,,Place réservée à telle personne`` (Marcel 1938).
Rem. Les marguilliers et les officiers de la fabrique occupaient, dans les églises, une place située en face de la chaire et appelée banc d'œuvre ou de l'œuvre. Cette place est actuellement réservée aux personnes notables de la paroisse (cf. Ac. 1932).
3. MARINE
Banc de quart. ,,À bord des anciens voiliers, petite plate-forme surélevée à l'arrière, quelquefois même débordant au-dessus de l'eau, où se tenait l'officier de quart. Aujourd'hui, le banc de quart serait la passerelle`` (Gruss 1952) :
4. Rocambole quitta sa cabine et monta sur le pont. Le capitaine était déjà sur son banc de quart et donnait des ordres, les matelots carguaient les voiles, les passagers paraissaient consternés. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 12.
Banc de(s) rameur(s) (Vx) ou banc de nage (mod.). ,,Siège sur lequel s'assoient un, deux ou plusieurs rameurs, maniant chacun sa rame ou tous un seul aviron`` (Littré).
4. Petit banc ou banc de pied. ,,Sorte d'escabeau qu'on met sous ses pieds au théâtre, au concert, etc.`` (DG); agenouilloir :
5. Assise près de terre sur un petit « banc de pied » dur au séant, j'appuie ma tête, comme tous les soirs, contre les genoux de ma mère, ... Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 73.
B.− P. ext. Ensemble des personnes à qui certains bancs sont assignés. Le nième banc d'une classe; le banc des évêques (à la Chambre des Lords), des ministres; un banc de rameurs (cf. Ac. 1798-1835) :
6. − On a souvent discuté sur le nombre de juges dont il convient de composer le banc permanent du tribunal criminel. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 430.
Banc du roi, banc de la reine. ,,Se dit, en Angleterre, d'une cour souveraine où anciennement le roi siégeait en personne`` (Ac. 1835-1932).
C.− P. anal.
1. Banc de gazon, de mousse :
7. Il [Loïs] la fit asseoir [Odette] sur un banc de gazon, auprès d'une fontaine. Zola, Contes à Ninon,1864, p. 86.
2. Meuble sur lequel on pose quelque chose.
a) Batte de blanchisseuse :
8. De temps à autre une grosse chiffe, attirée par l'eau savonneuse, rasant de son ventre le gravier plat, montrait hors de la nappe sa nageoire d'un rouge vif. Pierre s'était assis sur un banc de laveuse, à l'entrée de la prairie. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 231.
b) ,,Table`` (Ch.-L. Carabelli, [Lang. pop.]).
c) Région. Banc des siaux. ,,Meuble spécial sur lequel on pose des seaux d'eau`` (Canada 1930).
3. Au plur., VÉN. Bancs ou bans. ,,Planches sur lesquelles les chiens se couchent dans le chenil`` (Baudr. Chasses 1834).
4. Argot
a) ,,Lit de camp pour quinze à vingt forçats`` (Esn. 1966); cf. F. Vidocq, Les Voleurs, 1836, p. 37, 164).
b) ,,Banquette sur laquelle le forçat reçoit, à genoux, la « bastonnade » : Passer sur le banc`` (Esn. 1966); cf. H. Brissac, Souvenirs de prison et de bagne, 1880, p. 68 et A. Humbert, Mon bagne, 1880, p. 18).
II.− TECHNOL. Bâti fait d'un assemblage de montants et de traverses et servant à divers usages dans différents métiers.
A.− CHIR. ANC. Banc d'Hippocrate. ,,Machine inventée par Hippocrate pour la réduction des luxations et des fractures de la cuisse ou de la jambe. C'était une sorte de lit à la tête et au pied duquel était placé un cylindre de bois qui tournait sur son axe à l'aide d'une manivelle`` (Littré-Robin 1865).
B.− COMM. Étal de marchand (boucher, etc.) :
9. Il n'y avait là que des femmes (...) des femmes de la Halle : (...) quelques vendeuses de poissons, propriétaires enviées d'un banc au pavillon de la marée. P. Arène, Veine d'argile,1896, p. 106.
C.− TECHNOL. GÉN. Établi, support de formes très variées, appareil ou ensemble d'appareils reposant sur un support.
1. [En constr. abs.],,Les fondeurs de caractères d'imprimerie donnent le nom de banc à une sorte de table oblongue, autour de laquelle règne un rebord, excepté vis-à-vis (sic) l'ouvrier qui y reçoit les lettres à mesure qu'on les fond`` (Chesn. 1857).
2. [Banc + prép. à]
a) [Suivi d'un verbe]Banc à couper. ,,Petit établi qui porte des cisailles`` (Nouv. Lar. ill.). Banc à river. ,,Appareil à river les roues d'horlogerie sur leurs pignons`` (Lar. 19e). Banc à (é)tirer. ,,Machine qui tire le métal à la filière`` (Guérin 1892) :
10. Le banc à tirer à sangle, qui est le plus simple des trois [sortes de bancs à tirer], se compose d'une roue à cheville, ou seulement de deux leviers en croix, montés sur l'axe d'un treuil (...). On fait usage, pour appliquer la puissance de ce mécanisme, d'une large et forte sangle dont un des bouts s'enveloppe sur le treuil et sur lui-même, ... Chesn.1857.
b) [suivi d'un subst.]Banc à broches. ,,Appareil utilisé pour filer le coton et transformer en mèches les rubans qui viennent du banc d'étirage`` (Lar. 20e). Banc à cric. ,,Établi d'orfèvre`` (Lar. 19e).
3. [Banc + prép. de + subst. désignant ordinairement une pers., une action, un obj., une machine]Banc de menuisier, de tour(neur) (cf. Rob.).
a) Banc de cuve. ,,Sorte de plancher qui entoure une cuve de brasseur`` (DG).
b) Banc d'épreuve. ,,Pour mesurer la résistance des canons d'armes à feu`` (Rob.).
c) Banc d'essai. ,,Installation servant à la détermination des caractéristiques d'une machine tournante ou d'un appareil fonctionnant aux différents régimes`` (Siz. 1968). P. ext. ,,Ensemble de l'atelier correspondant`` (Quillet 1965) :
11. Le ressort fabriqué est placé sur un banc d'essai au moyen de deux chariots minuscules roulant sur rail, sur lesquels reposent ses extrémités. On mesure alors la limite élastique d'allongement du ressort... L. Périssé, Traité gén. des automobiles à pétrole,1907, p. 372.
Au fig. Ce qui permet d'éprouver une personne ou une chose :
12. Ces vils travaux ne constituaient que mon banc d'essai, une sorte de test (...) de comportement... A. Arnoux, Zulma l'infidèle,1960, p. 148.
Spéc., arg. (des coureurs cyclistes professionnels). Épreuve régionale faisant présumer les résultats d'épreuves plus dures (Esn. 1966). Cycliste corpulent, prouvant la résistance d'une machine.
d) Banc de presse. ,,Sorte de buffet sur lequel le pressier dispose son papier. À l'intérieur et dans les tiroirs il range ses outils`` (Ch.-L. Carabelli, [Lang. de la typogr.]).
4. [Banc + adj.]Banc horizontal (R. Champly, Nouv. encyclop. pratique, t. 12, 1927, p. 21), banc métallographique (R. Champly, Nouv. encyclop. pratique, t. 8, 1927, p. 220), banc micrographique (Catal. d'instruments de lab. (Prolabo), 1932, p. 133), banc photométrique (Quillet 1965), banc rompu (P. Gorgeu, Machines-outils, 1928, p. 164), banc tournant (J. Guillemin, Précis de constr., calcul et essai des avions et hydravions, 1929, p. 7).
5. [Banc + subst.]Banc-balance, subst. masc. Bâti utilisé pour mesurer la puissance d'un moteur (cf. Lar. 20eet Lar. encyclop.).Banc-titre, subst. fém. ,,Terme de télévision. Caméra fixée sur un support mobile qui sert à la prise de vues des documents graphiques et à la réalisation de certains truquages`` (Voyenne 1967).
III.− Masse formant une couche, une surface horizontale plus ou moins étendue. Banc d'algues, de corail :
13. Mais c'est que ce serait autre chose encore si l'on s'aventurait là-haut, sur les plateaux où la bise enlève la neige et la roule en grands bancs qu'on nomme congères. Pourrat, Gaspard des montagnes,À la belle bergère, 1925, p. 85.
Rem. À rapprocher de l'expr. banc de neige présentée comme canadianisme dans plusieurs ouvrages : ,,Amas de neige entassée par le vent`` (Canadian. 1969).
A.− Spécialement
1. AGRIC. ,,Place que la charrue n'a pas retournée (Guérin)`` (Plais.-Caill. 1958).
2. GÉOGR., MAR. Amas de matière d'une certaine étendue, caché sous l'eau ou peu élevé au-dessus du niveau de l'eau, qui se forme sur un littoral ou dans le lit d'un cours d'eau. Banc de gravier, de roches, de sable, de vase :
14. Ils [les homards] vivent constamment immergés sur les bancs et les terrasses qui s'étendent le long du continent. H. Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 403.
Banc de glace. ,,Masse de glace d'une grande étendue, flottante et presque immobile, qu'on trouve en mer par les hautes latitudes`` (Ac. 1835-1878).
3. GÉOL., MINES (et CARR.). Couche de matières minérales homogènes, d'une faible épaisseur, mais d'une certaine étendue. Banc de calcaire, de charbon, de pierres, de schiste; banc continu, vertical :
15. Ce grès est rosé, en plaquettes plutôt qu'en bancs, ... A. de Lapparent, Abr. de géol.,1886, p. 16.
Rem. ,,Pour les argiles, les marnes, on dit plutôt lit ou couche`` (Quillet 1965).
Banc du ciel. ,,Lit supérieur [dans une carrière exploitée]`` (DG). Banc royal. ,,Pierre calcaire, à grains très fins et de teinte uniforme., utilisée surtout en sculpture`` (Barb.-Cad. 1963). Banc de volée. ,,Lit inférieur, dernier banc exploité dans une carrière`` (Lar. 19e).
4. ICHTYOL., PÊCHE. Troupe importante d'animaux marins de même espèce et se déplaçant ensemble. Banc de moules, de poissons, de harengs, de sardines; banc voyageur :
16. ... arrivons tout de suite au rêve, afin que les impatients, affamés de ces sortes de lectures, ne se mettent pas à rugir, comme un banc de cachalots macrocéphales qui se battent entre eux pour une femelle enceinte. Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, p. 272.
5. MAR., PÊCHE. Banc de pêche(rie). ,,Secteur favorable à l'exploitation des eaux ou du fond`` (George 1970). ,,Par le seul mot de banc, on entend souvent le banc de Terre-Neuve. Ainsi la navigation du Banc signifie la navigation qui s'effectue pour la pêche de la morue sur ce Banc ou dans les parages`` (Gruss 1952).
Arg., vx [P. allus. aux morues qu'on y va pêcher] Banc de Terre-Neuve ou, p. abrév., Banc. Partie des Boulevards située entre la Madeleine et la porte Saint-Denis (cf. D. Poulot, Le Sublime, 1872, p. 116 et 260).,,Trottoir`` (Esn. 1966); cf. A. Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 89.
6. P. ET CH., CH. DE FER. Banc de suintement. ,,Infiltrations qui se produisent sur une certaine étendue dans les talus des tranchées`` (Nouv. Lar. ill.); cf. Ch. Bricka, Cours de ch. de fer, t. 1, 1894, p. 110).
B.− Au fig. Ce qui rappelle une telle masse. Banc de brume, de fumée, de nuages, de poussière, de vapeurs; banc de tulipes :
17. ... et qu'y a-t-il aussi de plus pénible à considérer que ces bancs de volumes, des parapets d'ouvrages de l'esprit qui se forment sur les quais de la rivière, ces millions de tomes, de brochures échoués sur les bords de la Seine, comme des épaves intellectuelles rejetées par le cours du temps qui s'en décharge et se purifie de nos pensées? Valéry, Variété 4,1938, p. 31.
PRONONC. − 1. Forme phon. : [bɑ ̃]. Pour la non prononc. de c final, cf. Fouché Prononc. 1959, p. 411; cf. aussi Grammont Prononc. 1958, p. 55, ainsi que Lab. 1881, p. 73. Enq. : /bã/. 2. Homon. : ban, bang (arbre). ,,Le c ne se lie pas : un banc élevé, dites : un ban élevé... prononciation qui est notée par Chifflet pour le xviiesiècle; l's se lie dans la prononciation soutenue : des bancs élevés, dites : des ban-z-élevés`` (Littré; cf. aussi Lab. 1881).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. xies. « siège étroit et allongé où peuvent se tenir plusieurs personnes » (Alexis, éd. G. Paris, 66, 326 : Li apostolies e li emperedour Siedent es bans e pensif e plorous); d'où « siège réservé à une catégorie de personnes » dans de nombreuses expr. spéc., en partic. 1458 banc de jugement « tribunal siégeant régulièrement » (Coutumes Lille, éd. Roisin, p. 93); 1549 (Est. : Bancs de procureurs); 1611 banc [de rameur] (Cotgr.); 1718 banc d'église (Ac.); 1835 banc de l'œuvre (Ac.); 1680 être sur les bancs, se mettre sur les bancs « soutenir un acte en Sorbonne, et aussi commencer ses études » (Rich.); 2. p. anal. fin xiies. mét. « étal d'un marchand » (1recontinuation de Perceval, éd. W. Roach T 14840 : Lors vint endroit les bans passant Ou on vendoit char et poison, oiseax et autre venison) d'où « bâti, assemblage en métal ou en bois servant à divers usages dans différents corps de métiers » spéc. 2emoitié xves. « comptoir où se faisait en public le commerce d'argent » (Heilemann, Der Wortschatz von G. Chastellain, nach seiner Chronik, [III, 315, 1], p. 187 : les bancs des usures piémontois); 1723 technol. (verrerie) (Savary des Bruslons, Dict. univ. de comm., Paris); 1751 banc d'Hippocrate (chir.), banc à ourdir (passementerie) etc. (Encyclop.); 1866 (Lar. 19e: [...] Banc d'épreuve, Assemblage de charpente sur lequel sont placées des plaques de fonte cannelées, pour recevoir les canons de fusil et de pistolet que l'on veut éprouver); 1907 autom. supra ex. 11; 3. p. anal. 1529 géogr. et mar. « amas de matières (sable, vase ou rocher), formant une couche plus ou moins horizontale caché sous l'eau » (Parmentier, Journal de voyage dans Jal1: Et passames plusieurs Bancs à quatre, à cinq, à six et à huit brasses d'eau); 1797 ichtyol. banc de poissons (Voyage de la Pérouse, p. 129). Du germ. *bank- (Brüch, p. 58), mot masc. et fém., par l'inter médiaire du lat. vulg. bancus attesté au Moy. Âge par son dér. bancalis « coussin où l'on s'assied » (vie-ixes., Capit. reg. Franc., 32, 42 dans Mittellat. W. s.v., 1335, 11) puis attesté lui-même en 1025 au sens 1 (Siffridus dans Du Cange s.v. bancus 1), en 1065-1140 au sens 2 « comptoir de marchand » (Hugues de Flavigny dans Mittellat. W. s.v., 1335, 65). La forme *banki proposée par Dauzat68pour l'étymon germ. ne convient pas, l'hyp. d'un empr. au germ. à une époque ant. à l'amuïssement du -i suivant la syll. rad. ne semblant pas acceptable du point de vue historique. L'hyp., d'un empr. au frq. (Kluge20, s.v. bank1; EWFS2. Gam. Rom.2t. 1, p. 312) fait difficulté étant donnée l'ext. du mot dans la Romania où ces mots sont directement empr. au germ. et non véhiculés par le fr. (REW3).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 3756. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3842, b) 6747; xxes. : a) 7138, b) 4786.
BBG. − Bise (G.). Gloss. du fr. région. dans la Haute-Broye fribourgeoise. Archivum romanicum. 1939, t. 23, p. 292. − Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 296. − Duch. 1967, § 12, 14. − Gossen (C. T.). Zur lexikalen Gliederung des pikardischen Dialektraumes. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 136. − Goug. Mots t. 2 1966, p. 155.

Wiktionnaire

Nom commun

banc \bɑ̃\ masculin

  1. (Mobilier) Long siège permettant d’accueillir plus d’une personne.
    • La promenade fut aménagée pour le bonheur des promeneurs : piste cyclable, crottoirs pour toutous à sa mémère, bancs nombreux et propres permettant de s'extasier devant l’ire des marées. — (José Herbert, Signé la grande faucheuse: Un roman déjanté !, éd. Delambre, 2016)
    • Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
      Bancs publics, bancs publics
      En s’foutant pas mal du regard oblique
      Des passants honnêtes
      Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
      Bancs publics, bancs publics
      En s’disant des « Je t’aime » pathétiques
      Ont des p’tit’s gueul’ bien sympatiques.
      — (Georges Brassens, « Bancs publics », in Le Vent, 1953)
    • Les bancs de l’école, les bancs sur lesquels s’assoient les élèves dans les écoles.
    1. (Absolument)
      • Être sur les bancs, se mettre sur les bancs, suivre ou commencer à suivre les cours d’une école ; être ou entrer au collège.
        Il est encore sur les bancs.
  2. (Nom collectif) (Marine) Amas de sable, de vase, de glace ou de certaines espèces de calcaires qui forment les écueils.
    • Un moment, j’ai eu peur qu’à leur image, il ne cherchât à nous faire une bonne blague, en nous collant, par exemple, sur le banc d’Amphard. — (Alphonse Allais, À bord de la Touraine, 1895)
    • Le flot et le jusant courant au large, sans interruption, pendant 2 ou 3 heures après la haute ou basse mer sur la côte, circonstance dont il faut soigneusement tenir compte en franchissant les bancs. — (C. B. Matenas, Renseignements nautiques sur les côtes de France, d’Angleterre, d’Écosse […], 1851, p. 213)
    • Dans certaines dépressions des bancs alluvionnaires où l’humidité s’est maintenue (Bourguignon-les-Conflans rive gauche) le cortège s’enrichit d’espèces plus ou moins hygrophiles […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 40)
  3. (Nom collectif) (Pêche) Grande quantité de poissons de la même espèce voyageant ensemble.
    • Un banc de harengs, de sardines.
    • Un banc de thons.
    • Par extension, on dit aussi un banc d’huîtres.
  4. (Minéralogie) Chaque lit, chaque assise naturelle de pierre, dans une carrière.
    • Une prospectrice sous-marine, Miss Patricia Giddy […] travaillait sur les rocs aurifères du Pays de Galles, et l’idée la frappa que ces bancs de roches pouvaient bien reparaître plus loin sous les flots. […] Grâce à l’heureuse combinaison du raisonnement et de l’intuition particulière à son sexe, elle trouva de l’or à sa première descente […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 22 de l’éd. de 1921)
    • Les grès à Woltzia […] forment dans leur niveau inférieur des bancs compacts et fossilifères où « les couches gréseuses alternent avec des argiles diversement nuancées » […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 12)
  5. (Technique) Tout assemblage de montants ou de traverses servant à tel ou tel usage.
    • Le banc d’étirage se compose d’une table en fonte C sur laquelle sont montés de distance en distance des supports munis de coussinets. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    1. Structure sur laquelle sont installés des moteurs, pour tester leur fonctionnement.
      • Un banc d’essai.
    2. Utilisé comme synonyme de étal.
      • Hier, les vendeurs ambulants étaient peu nombreux à avoir braver [sic] les conditions climatiques, pour installer leur banc sur le marché de Courthézon. — (Le Dauphiné libéré, 4 janvier 2014)
      • Pierre-Yves et Françoise Godard ont repris un banc au sein du marché couvert de la place Jean-Yole où ils proposent fruits et légumes de saison. — (Ouest France, 17 octobre 2012)
      • Le commerçant place son banc principal sur d’autres marchés. À Metz ou en Alsace, par exemple. — (L’Est républicain, 21 décembre 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BANC. (On ne prononce pas le C.) n. m.
Long siège où plusieurs personnes peuvent s'asseoir ensemble. Banc de bois. Banc de pierre. Faire mettre des bancs dans un jardin. Les bancs qui garnissent la salle où se réunit une assemblée politique. Les bancs de la droite, de la gauche, du centre. Le banc des ministres. Les bancs de l'école, Les bancs sur lesquels s'asseyent les écoliers, les étudiants dans les écoles, dans les collèges; et, par extension, L'école, le collège même. Ce jeune homme si tranchant quitte à peine les bancs de l'école. Fig., Être sur les bancs, se mettre sur les bancs, Suivre ou commencer à suivre les cours d'une école; Être ou entrer au collège. Il est encore sur les bancs. Le banc de la noblesse, le banc des députés des villes, etc., désignait autrefois, dans les assemblées qui se formaient des trois ordres de l'État, la Place destinée à l'ordre de la noblesse, aux députés des villes, etc. Le banc des évêques se dit en Angleterre du Banc où siègent les évêques, dans la Chambre des lords. Il se dit aussi de ces Évêques mêmes. Tout le banc des évêques vota contre le bill proposé. Banc d'église, Siège, ordinairement entouré de menuiserie, réservé à une famille pour l'assistance au service divin. Banc de l'œuvre, ou, plus ordinairement aujourd'hui, Banc d'œuvre, Place qui était réservée, dans les églises, aux marguilliers et aux officiers de la fabrique, en face de la chaire, et qui maintenant est réservée aux personnes notables de la paroisse. Banc des avocats, Banquettes sur lesquelles s'asseyent les avocats dans les tribunaux. Cette cause avait attiré une telle affluence que le banc des avocats fut envahi par une partie des auditeurs. Le banc des accusés, dans une Cour d'assises, Le banc où sont placés les accusés pendant les débats. Banc du roi, Banc de la reine, se dit, en Angleterre, d'une Cour de justice où anciennement le souverain siégeait en personne. Banc de rameurs, Siège sur lequel s'asseyent les rameurs. Banc de quart, Banc de bois, placé sur le gaillard d'arrière d'un vaisseau, pour l'officier de quart. Petit banc, Petit tabouret réservé aux dames dans les théâtres. En termes de Navigation, il signifie figurément un Amas de sable, de vase, de glace ou de certaines espèces de calcaires qui forment écueil. L'embouchure des fleuves est souvent obstruée par des bancs de vase. Les bancs de sable empêchent la navigation sur la plus grande partie du cours de la Loire. Les bancs de glace ont causé la perte de maint navire. On rencontre dans certaines mers beaucoup de bancs de corail. En termes de Pêche, Banc de poissons, Grande quantité de poissons de la même espèce voyageant ensemble. Un banc de harengs, de sardines. On dit aussi Un banc d'huîtres. En termes de Minéralogie, Banc de pierre, Chaque lit, chaque assise naturelle de pierre, dans une carrière. Bancs de roches, de calcaire, de marne, Couches géologiques de roches, de calcaire, de marne qui composent un terrain. En termes d'Arts,

BANC est employé pour désigner Tout assemblage de montants ou de traverses servant à tel ou tel usage. Banc de menuisier, de tourneur, de verrier, etc.

Littré (1872-1877)

BANC (ban ; le c ne se lie pas : un banc élevé, dites : un ban élevé ; prononciation qui est notée par Chifflet pour le XVIIe siècle ; l's se lie dans la prononciation soutenue : des bancs élevés, dites : des ban-z-élevés) s. m.
  • 1Long siége pour s'asseoir. Banc de gazon. Des bancs de rameurs. Les bancs du théâtre. Les bancs d'une classe.

    Être sur les bancs, faire ses études dans une école, dans un collége. Si j'eusse étudié, Jeune, laborieux, sur un banc à l'école, Régnier, Sat. IV. Il était sur les bancs de l'école de théologie, Bossuet, Bourg. 1.

    Se mettre sur les bancs, commencer ses études, et aussi soutenir un acte en Sorbonne. Réponds-moi donc, docteur, et mets-toi sur les bancs, Boileau, Sat. VIII.

    Banc d'église, siége, ordinairement entouré de menuiserie, où une famille a le droit de se placer pour assister au service divin. Banc de l'œuvre, siége affecté dans une église aux officiers de la fabrique, etc. Il occupe de plus un banc dans la paroisse Dont jadis mes aïeux ont été possesseurs, Hauteroche, Nobles de province, I, 8.

    Banc des accusés, le banc où, dans une cour d'assises, sont placés les accusés.

    Banc des avocats, banquettes sur lesquelles s'asseyent les avocats dans les tribunaux.

    Anciennement, banc de procureur, banc d'avocat, espèce de bureau où un avocat donnait rendez-vous à ses clients.

    Banc du roi en Angleterre, cour souveraine où le roi siégeait en personne. Le parlement sédentaire à Paris était ce que la cour du banc du roi était à Londres, Voltaire, Mœurs, 76.

    Banc des évêques, le banc où siégent les évêques dans la chambre des Lords.

    Banc de rameur ou banc de nage, siége sur lequel s'assoient un, deux ou plusieurs rameurs, maniant chacun sa rame ou tous un seul aviron.

    Banc de quart, banc de bois à dossier qui se plaçait, pour l'officier de quart, sur le gaillard d'arrière, en avant du mât d'artimon.

  • 2En chirurgie, banc d'Hippocrate, espèce de bois de lit, garni de treuils à la tête et aux pieds, et pourvu de rainures, qu'on employait autrefois à réduire les fractures et les luxations.
  • 3 En termes de marine, banc de sable, et, absolument, banc, écueil, grand amas de sable et de vase. Les sables et les bancs cachés dessous les eaux, Corneille, Pomp. II, 2.

    Banc de glace, masse de glace flottante ou immobile.

  • 4Banc de poissons, grande troupe de poissons d'une même espèce. Un banc de harengs.
  • 5Banc de pierre, chaque lit de pierre dans une carrière. Le banc du ciel, le premier lit.

    En géologie, couche formée de matériaux consistants. Banc blanc, calcaire grossier du terrain tertiaire. Banc de roche, couche de calcaire grossier contenant les traces en creux de certaines coquilles. Banc vert, chaux carbonatée de l'étage supérieur du terrain tertiaire.

  • 6 Terme de métiers. L'établi dans plusieurs arts et métiers.

    Banc de cuve, plancher qui entoure une cuve de brasseur.

    Banc à ourdir, siége où est posée la manivelle de l'ourdisseur.

    Banc à river, instrument d'horloger.

    Banc à tirer, machine qui tire le métal à la filière.

    Grande table qui supporte la pierre sur laquelle on pose les glaces pour les adoucir.

    Paroi latérale des galeries d'un four à brique.

  • 7Place que la charrue n'a pas retournée.

HISTORIQUE

XIe s. Il fait porter quatre bancs en la place, Ch. de Rol. CCLXXXI.

XIIe s. Chien mu n'abaient pas, suz [sous] le banc lié sunt, As larruns conjoissent, al mesfait od els sunt, Th. le mart. 69. De sur un banc s'assit, ib. 39.

XIIIe s. Le roy s'assit sur le ban de la nef et me fist asseoir à ses piez, Joinville, 285.

XVe s. Le pont n'eut point d'arrest ni de soutenue ; car le banc sur quoi il devoit cheoir estoit osté, Froissart, II, II, 14. Vingt mille ducats contans qu'il [Pierre de Medicis] avoit à son banc en la ville, Commines, VII, 9.

XVIe s. Celle de la montaigne ou trop droite pente sera adoucie par murailles traversantes, appelées bancs, qu'à pierre seche, pour l'espargne, on y bastira…, De Serres, 148.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BANC. Ajoutez :
8Banc d'épreuve, banc sur lequel sont placés les canons des armes à feu portatives, lorsqu'on les éprouve. Il y a un banc d'épreuve à Saint-Étienne ; il n'y en a pas à Paris… ce n'est pas pour 2000 canons qu'on aurait pu établir un banc d'épreuve ; il ne se serait pas soutenu, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. II, p. 36.

Banc de forerie, table qui porte les couteaux et les forets nécessaires au tournage et au forage des bouches à feu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BANC, s. m. (Gramm.) ce mot se prend communément pour un long siége, à dos ou sans dos, soûtenu sur plusieurs piés ; & c’est du rapport que d’autres machines ont avec sa figure ou avec son usage, qu’elles ont pris le nom de banc.

Banc, (terme de Jurisprud.) dans le chœur est un des droits honorifiques qui appartiennent au patron d’une église, ou au seigneur haut-justicier dans la haute justice duquel elle est située. Voyez Honorifiques (droits.)

On appelle au Palais messieurs du grand banc, les présidens au mortier, parce qu’en effet le banc sur lequel ils sont assis est plus élevé que les siéges des autres conseillers.

On appelle aussi bancs au Palais des especes de bureaux où se tiennent les avocats & procureurs pour parler à leurs parties. (H)

Banc du roi, (Hist. mod. & Jurisprud.) tribunal de justice ou cour souveraine en Angleterre. On l’appelle ainsi, parce qu’autrefois le roi y présidoit en personne sur un banc élevé, les juges étant assis à ses piés sur des bancs ou siéges plus bas. C’est dans cette cour que l’on plaide les causes de la couronne entre le roi & ses sujets. Elle connoît aussi des crimes de haute trahison & des complots contre le gouvernement. Ce tribunal est composé de quatre juges, dont le premier s’appelle le lord chef de justice de la cour du banc du roi. Sa jurisdiction est générale, & s’étend par toute l’Angleterre ; il n’y en a point dans ce royaume de plus indépendante, parce que la loi suppose que le roi y préside toûjours. Il y a encore un autre tribunal nommé le banc commun ou cour des communs plaidoyers, qui est la seconde cour de justice du royaume, où l’on porte les affaires communes & ordinaires, c’est-à-dire les procès de sujet à sujet. On y juge toutes les affaires civiles, réelles, & personnelles, à la rigueur de la loi. Le premier juge de cette cour se nomme chef de la justice des communs plaidoyers ou du banc commun. On y comptoit autrefois cinq, six, sept, & jusqu’à huit juges ; leur nombre est maintenant réduit à quatre, comme celui des juges du banc du roi. (G)

Banc, (Comm.) Les banquiers avoient autrefois des bancs dans les places publiques & dans les lieux où se tenoient les foires ; & c’étoit où ils faisoient leur commerce d’argent & de lettres de change. Quand un banquier faisoit faillite, on rompoit son banc, comme pour avertir le public que celui à qui avoit appartenu le banc rompu n’étoit plus en état de continuer son négoce ; & comme cet usage étoit très-ordinaire en Italie, on prétend que le terme de banqueroute dont on se sert en France, vient des mots Italiens banco rotto, qui signifient banc rompu. V. Banqueroute. Dict. du Comm. tome I. (G)

Banc, en terme de Marine, est la hauteur du fond de la mer, qui s’éleve quelquefois jusqu’à sa surface, ou qui n’est couvert que de très-peu d’eau ; desorte que les vaisseaux ne peuvent passer dessus sans échoüer. Il y a des bancs qui restent entierement à sec, lorsque la mer est basse ; ce qui s’exprime en disant que ces bancs découvrent. Il y a des bancs sur lesquels il y a assez d’eau pour que les plus grands vaisseaux puissent y passer en tout tems, & même y mouiller, tels que le banc de Terre-neuve.

On appelle bancs de glaces, de gros glaçons flotans qu’on trouve quelquefois à la mer. (Z)

Banc de galere, de galéasse, de galiote, de brigantin, & de tout bâtiment à ramer. C’est le lieu pour asseoir ceux qui tirent à la rame, soit forçat, bonavoglie, ou matelot ; voyez Planche II. le dessein d’une galere à la rame, & les forçats assis sur le banc.

Les galeres ordinaires sont à vingt-cinq bancs ; ce qui se doit entendre de vingt-cinq de chaque côté, faisant en tout cinquante bancs pour cinquante rames, & quatre ou cinq hommes sur chaque rame.

Les galéasses ont trente-deux bancs, & six à sept hommes pour chaque rame.

De tous les bâtimens à rame, il n’y a que les gondoles de Venise qui n’ayent point de banc ; car les rameurs nagent debout.

Banc de chaloupe ; ce sont les bancs qui sont joints autour de l’arriere de la chaloupe en-dedans pour asseoir ceux qui y sont. (Z)

Banc à s’asseoir dans la chambre du capitaine. On trouve un banc qui est placé contre l’arriere du vaisseau. Il y en a encore un autre à stribord ; c’est par l’endroit qu’occupe ce banc, & qu’on ôte alors que l’on passe le gouvernail pour le monter ; on le leve aussi lorsqu’on veut culer de l’arriere ; les assuts entrent encore par-là. On y place quelquefois un tuyau d’aisement à six pouces du petit montant qui le soûtient, & à un pié du bord du vaisseau.

Banc à coucher. Il y en a aussi un dans la chambre du capitaine. (Z)

Banc d’Hippocrate, (en Chirurgie.) machine dont on se servoit autrefois pour réduire les luxations & les fractures. C’étoit une espece de bois de lit sur lequel on étendoit le malade. Il y avoit un essieu à chaque bout qui se tournoit avec une manivelle ; on attachoit des lacs aux parties luxées ou fracturées d’un côté, & aux essieux de l’autre. En tournant les essieux, les lacs qui s’entortilloient autour faisoient l’extension & la contre-extension pendant que le chirurgien réduisoit les os dans leur situation naturelle. La Chirurgie moderne a simplifié les méthodes de réduire les membres luxés ou fracturés, & ne se sert plus de cette machine dont on voit la description & la figure dans Oribase. Voy. Extension & Machine pour la réduction des luxations. (Y)

Banc, (en Architect.) c’est la hauteur des pierres parfaites dans les carrieres.

Banc de volée ; c’est le banc qui tombe après avoir soûchevé.

Banc de ciel ; c’est le premier & le plus dur qui se trouve en souillant une carriere, & qu’on laisse soûtenu sur des piliers pour lui servir de ciel ou de plafond. (P)

Banc, (Ardoise.) On entend par un banc dans les carrieres d’ardoise & autres, le long parallélépipede formé par deux foncées. Les bancs s’élevent les uns au-dessus des autres, & forment à droite & à gauche une espece d’échelle ou plûtôt d’escalier. On ne peut fixer ni la hauteur ni la largeur du banc, ou de chaque degré de cet escalier ; elles varient l’une & l’autre selon la profondeur, l’etendue & la nature de la carriere. Les bancs ou parallélépipedes d’ardoise n’ont pas la même hauteur sur toute leur longueur. Ils vont un peu en s’inclinant vers le fond de la carriere, & forment une pente aux eaux vers la cuvette qui les reçoit. La hauteur du banc est de neuf piés dans nos figures d’ardoise, & sa largeur suit la même échelle. La surface supérieure du banc s’appelle nif. Voyez les articles Foncée, Cuvette, Nif & Ardoise.

Banc de Cuve, ce sont dans les Brasseries, les planchers qui entourent les cuves. Voyez Brasserie.

Banc, en terme de Cardeur, c’est une planche d’environ un pié de large, allant en pente par un bout, & qui porte toutes les parties du roüet. Voyez Carder.

Banc a tirer, (terme & outil de Chainetier.) Il sert aux Chaînetiers pour passer à la filiere le fil de fer, de cuivre ou de laiton, qu’ils veulent employer à des chaînes, & pour le diminuer de grosseur.

Ce banc à tirer est fait comme ceux des Orfevres & autres, & est composé d’un banc, d’une piece, du moulinet, du noyau & de la filiere. Voyez Banc d'Orfevre.

Banc à couper, c’est chez les Cloutiers d’épingles, un banc de figure presque quarrée, garni de rebords plus hauts sur le derriere que sur les côtés, & le devant qui est moins élevé que tout le reste. Les cisailles sont attachées au milieu par une de leurs branches. Voyez. Cisailles, & la figure 13 du banc, Pl. II. du Cloutier d’épingles.

Banc à tirer, (en terme d’Epinglier.) est une espece d’établi adossé d’un bout sur un billot fendu à deux ou trois endroits pour y battre la filiere. Voyez Filiere. Vers le même bout ou à l’autre, selon l’emplacement, est la bobile, voyez Bobile ; plus loin, la filiere arrêtée entre trois montans. Derriere elle on voit une piece de bois plus haute que ces montans, avec un coin ; c’est-là qu’on place la filiere pour en faire l’essai : enfin vers cette extrémité on voit le tourniquet d’où devide le fil que l’on tire. Voyez la fig. Pl. des Trifileries & de l’Orfévrerie.

Banc, servant aux Fondeurs de caracteres d’Imprimerie, est une espece de table oblongue d’environ deux piés & demi, à hauteur d’appui, fermée à l’entour par un rebord, excepté vis-à-vis l’ouvrier où ce rebord finit ; ce banc sert à recevoir les lettres à mesure qu’on les fond, & de décharge pour plusieurs choses nécessaires à l’ouvrier. Voyez la vignette de la Pl. I. du Fondeur de caracteres, & la fig. 2. de la même Planche qui le représente en particulier.

Banc d’Imprimerie, est une espece de table de bois, longue environ de trois piés sur dix pouces de large, soûtenue par deux treteaux garnis de planches tout au tour, en conservant cependant une ouverture pardevant qui forme un receptacle ou bas d’armoire ; ce banc est toûjours situé à la droite de l’Imprimeur ; sur le premier bout il place le papier trempé prêt à être imprimé ; à l’autre extrémité, il pose chaque feuille au sortir de la presse : les Imprimeurs se servent de la cavité de ce banc, pour serrer la laine, les cuirs, les clous de balles, les blanchets, & autres étoffes ou ustenciles d’Imprimerie.

Banc à river, fig. 81. Pl. XVI. de l’Horlogerie, est un instrument dont les Horlogers se servent pour river certaines roues sur leur pignon. On met la partie BB de cet outil entre les mâchoires de l’étau, & on fait entrer la tige du pignon sur lequel on veut river une roue dans un trou T convenable ; on prend ensuite un poinçon à river, & on rabat la rivure à petits coups de marteau sur la roue que l’on fait tourner avec le doigt, afin que les parties de la rivure soient également rabattues de toutes parts.

Comme il est important que les balanciers soient rivés bien droit sur leurs verges, & que ces verges, vû leurs palettes, ne pourroient point tourner dans un trou comme la tige d’un pignon, on fait ordinairement au milieu des bancs à river une creusure ronde L, dâns laquelle on ajuste une petite plaque P à drageoir, de telle sorte qu’elle puisse y tourner sans beaucoup de jeu : on fait aussi au centre de cette plaque une ouverture O, propre à recevoir le corps d’une verge & une de ses palettes.

La petite plaque pouvant, comme il a été dit, tourner dans sa creusure L, lorsqu’on ajuste une verge dans sa fente pour river le balancier sur son assiette : en tournant ce balancier, on fait tourner la plaque, & on le rive sur sa verge, comme on feroit une roue sur son pignon. On a un outil de la même forme qui s’ouvre en deux pour embrasser la tige d’un pignon, sur laquelle est soudée une assiette ; cette assiette reçoit une roue que l’on y rive, en rabattant sur la roue ébiselée & entaillée, la partie de l’assiette qui l’excede. Comme la roue ou le pignon ne sauroient passer par les trous du banc, on est obligé d’en avoir un qui se sépare en deux, comme il a été dit ; ordinairement les deux pieces du banc sont assemblées ensemble à charniere, & peuvent s’ouvrir & se fermer comme un compas. (T)

Banc à cric, (en terme d’Orfévre en grosserie.) se dit d’un banc à tirer, qui ne differe du banc ordinaire, qu’en ce qu’au lieu de sangle, il est garni d’une espece de cremailliere, & d’une boîte qui renferme un arbre à chaque bout duquel on voit hors de la boîte une manivelle. Cet arbre fait tourner une roue de rencontre, qui s’engraine elle-même dans la cremailliere, qui se termine par un crochet qui retient la main. Voyez Cremailliere & Main.

Voyez Planche derniere de l’Orfevre, un banc à tirer & un banc à cric, vignet. fig. 1. 2. ouvriers qui tirent de la moulure ; a tenaille à tirer ; b moulure. Vignet. fig. 3, 4, autres ouvriers au banc à cric ; f d g g banc, ee pitons qui soûtiennent la filiere, d le cric, f la filiere. Fig. 5. ouvrier qui dresse les lames à la lime avant que de les faire passer.

Développement du banc à cric, fig. a b c b d e f g, mouvement hors de sa boîte ; bb arbre où l’on voit deux quarrés pour les manivelles ; c son pignon monté, qui fait mouvoir la roue à dent ou le hérisson d, dont le pignon ou la lanterne s’engraine dans le cric f, au bout duquel est un crochet qui tient un anneau g, où l’on met les branches de la tenaille à tirer ; mm la cage ou boîte ; nn extrémités des vis qui fixent les jumelles ; mm, oo, les jumelles ; p, étrier sur lequel glisse le cric ; q le hérisson ; r la lanterne ; h un des pitons qui soûtiennent la filiere ; i rondelle qui se met sous le banc & l’écrou.

Développement du banc à tirer, P P Q Q R R S boîte à filiere pour tirer des moulures ; pp le sommier ; QQ le chapeau ; R, R, les vis qui appuient sur les filieres, & les tiennent serrées ; T clef pour serrer les vis ; V, V, les vis ; X, X, les filieres à moulures ; YZ autre boîte à filiere peu différente de la précédente ; 1. filieres de dessus ; 2. 3. 2. filieres de dessous ; 4. 4. autre filiere ; 5. morceau tiré en rond ; 6. morceau moulé. A banc à tirer ; B, B, pitons qui soûtiennent les filieres ; C, C, aîles du moulinet ; HHGGF tambour sur lequel se roule la sangle du moulinet ; G, G, tourillons ; H, H, quarrés des moulinets ; F corps du tambour ; I, I, deux pieces quarrées qui s’ajustent aux quarrés du tambour, entre les clefs & le moulinet ; s, t, deux tambours ; u la rondelle ; M, M, deux supports du tambour ; N, O, filieres.

L’assemblage & la fonction de ces deux machines se voit si clairement dans la vignette, que ce que nous en pourrions dire n’ajoûteroit rien à ce qu’elle représente.

Banc à tirer, (terme d’Orfévre.) est une piece de bois sur laquelle les Orfévres tirent les fils d’or ou d’argent qu’ils employent. Elle peut avoir cinq, six, sept, huit, & neuf piés de long, douze à quinze pouces de large, sur quatre d’épaisseur. L’on perce sur un bout de cette piece deux trous qui servent à mettre les poupées qui tiennent l’arbre où est attachée la sangle, & où l’on met l’aîle. Voyez Poupée, Arbre, Sangle & Aile.

Les deux autres trous qui sont vis-à-vis l’un de l’autre, servent à mettre les poupées qui retiennent la filiere, & le troisieme est pour recevoir les gratures que la filiere fait à l’or ou l’argent en les tirant : elles tombent dans un tiroir qui est au-dessous. Il y a encore quatre autres trous outre ceux-ci, pour les piés qui soûtiennent le banc ; ces piés ont environ deux sur trois pouces d’équarrissage, & deux piés & demi, ou même trois piés & demi de long à deux pouces du bas : sous ces piés l’on met une planche avec un rebord de quatre ou cinq pouces de haut, pour serrer les outils qui servent au tirage. Voyez Tirage, & l’article suivant.

Banc à dégrossir, (chez les Tireurs d’or.) est un banc sur lequel le dégrosseur donne le troisieme tirage à l’or par le moyen d’une bobine sur laquelle il le devide, en le faisant passer à travers une filiere appliquée contre un faux-ras retenu dans un ajoux. Voyez Faux-ras & Ajoux.

Banc à dorer, (chez les Tireurs d’or.) est composé de deux parties, la tête & l’appui : la tête dans laquelle il y a un morceau de bois en forme de demi-cercle, tient dans un mur ; les tenailles entrent dans un trou pratiqué au milieu de ce cercle, par un bras, tandis que l’autre est retenu par des chevilles de fer fichées sur le cercle. Les tenailles sont appuyées dans une encoche à l’autre extrémité du banc, & le lingot qu’elles serrent est soûtenu par l’autre bout sur un chenet, tandis qu’on le brunit & qu’on le dore. Voyez Tireur d’or.

Banc ou Selle à ourdir, (en Passementerie.) c’est un siége destiné pour l’ourdisseur, & pour porter la manivelle qui fait tourner l’ourdissoir : cette manivelle a en bas une large poulie qui doit être parallele à celle du moulin ; sur cette poulie est passée une corde à boyau, qui après s’être croisée dans son milieu, va passer sur la poulie du moulin ; par le moyen du croisement de cette corde, le moulin tourne du même sens que la manivelle ; si la corde lâche par la secheresse du tems ou de quelqu’autre maniere, il n’y a qu’à reculer ce banc ; si le contraire arrive, on le rapproche ; il y a des ourdissoirs où l’on se passe de ce banc. Voyez Ourdissoir ; voyez aussi Pl. de Passementerie.

Bancs, (dans les manufactures de soie.) ce sont des parties de l’ourdissoir. Des bancs, les uns sont attachés au montant, les autres sont mobiles : il y a entr’eux une roue cavée sur sa circonférence en deux endroits différens ; les cavités sont environ à un pouce de distance prise sur le diametre. Il passe dans ces cavités une corde de boyau qui va envelopper la cage de l’ourdissoir, & lui donner le mouvement que la roue cavée reçoit de l’ourdisseuse. Les bancs mobiles s’éloignent & s’approchent suivant que la corde a besoin d’être lâchée ou tendue. Voyez Ourdissoir.

Banc ; on donne, dans les Verreries, ce nom à un siege sur lequel le maître s’assied pour faire l’embouchure, & poser la cordeline. Voyez Planche de Verrerie VI. fig. 17. un ouvrier au banc. Le banc n’a rien de particulier que ses deux bras qu’on fait plus longs qu’ils n’ont coûtume d’être aux autres siéges de cette nature, afin que l’ouvrier puisse y poser & mouvoir commodément sa canne, en faisant l’embouchure & la cordeline.

Banc, (en Vénerie.) c’est ainsi qu’on appelle les lits des chiens.

Banc ; on entend par ce mot, dans les Salines, un endroit clos, couvert, pratiqué au côté de la poelle, & dont la porte correspond à la pente de la chevre, qui descend par son propre poids, & se renverse sur le seuil du banc, lorsque se fait la brisée. Le sel demeure dix-huit jours dans les bancs, avant que d’être porté dans les magasins. Voyez Brisée, Chevre, & Saline ; & Planche II. des Salines. Dans la coupe de l’attelier I, I, sont deux bancs.

Bancs (controlleurs des) ; officiers de salines : il y en a deux. Leurs fonctions sont d’enregistrer par ordre de numero, & date par date, tous les billets de la délivrance journaliere ; les abattues en abregé, par colonnes & ordre de poelles ; les sels à l’entrée & à la sortie des bancs ; les bois de corde qui viennent à la saline, & d’assister à toutes les livraisons de sels des bancs & des magasins ; se trouver à la brisée ; faire porter les sels des bancs dans les magasins ; assister aux réceptions de bois & de fers ; en un mot, veiller à tout ce qui concerne le service.

Banc de jardin. Rien n’est si nécessaire dans les grands jardins, que les bancs : on en souhaiteroit à chaque bout d’allée. Ils ont des places affectées, telles que sont les renfoncemens, & les niches dans les charmilles, les extrémités des allées, les terrasses & les beaux points de vûe. Il y a des bancs simples, des bancs à dossiers, & des bancs dont le dos se renverse du côté que vous voulez. On en fait de marbre, de pierre, & de bois : ces derniers sont les plus communs ; on les peint à l’huile pour les conserver. (K)

* Banc (le grand), Géog. Banc de l’Amérique septentrionale, vers la côte orientale de Terre-neuve ; c’est le plus grand banc de sable qu’on connoisse ; il n’est pas dangereux. Les Européens y font la pêche des morues.

Banc aux baleines, aussi dans l’Amérique septentrionale, à l’occident du grand banc, & au midi du banc à vert.

Banc de l’ile de sable, dans l’Amérique septentrionale, au midi de l’île & de l’Acadie, dans la mer de la nouvelle France.

Banc des îles, à l’Amérique septentrionale, dans le grand golfe de S. Laurent, en Canada, au-devant de la baie des Chaleurs.

Banc à vert, en Amérique, près de la côte méridionale de Terre-neuve, vis-à-vis des baies de Plaisance & des Trépassés.

Banc jacquet ou le petit banc, en l’Amérique méridionale, à l’orient du grand banc.

Banc des perles, en l’Amérique méridionale, sur la côte de Carracas, entre la ville de Rio de la Gacha & le cap de la Vela.

Banc des perles, en Amérique, vers la côte de Venezuela, en allant de l’île Marguerite à celle de la Tortue.

Banc de S. Georges, en l’Amérique septentrionale, vers la nouvelle Angleterre & le cap de sable, sur la côte de l’Acadie. On l’appelle aussi banc aux Anglois.

Banc de Bimini, en l’Amérique, près de l’île Bimini, une des Lucayes, & de celle d’Abacoa, vers la Floride, sur la partie orientale de Bahama.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « banc »

(XIe siècle) Du gotique 𐌱𐌰𐌽𐌺, bank [1], mot épicène (→ voir banche et banque) attesté en latin médiéval, vers le VIe siècle, via son dérivé bancalis (« coussin sur lequel on s’assoit » → voir bancal).
Un emprunt au francique fait difficulté étant donné l’extension du mot dans la Romania où ces mots sont directement empruntés au germanique et non véhiculés par le francique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. banc ; espagn. et ital. banco ; de l'anc. haut allem. banc et panc. Il y a dans le celtique : kymri, banc ; gaél. et irland. beinc ; corn-wall. benk ; angl. bench ; mais l'italien panca, banc, témoigne de l'origine allemande.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « banc »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
banc bɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « banc »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « banc »

  • Une fausse amitié est comme un banc de sable. De Proverbe indien
  • L’amour est une botte de radis achetée à Tarascon et croquée sur un banc avec du gros sel. De Frédéric Beigbeder / Vacances dans le coma
  • Du banc des ministres au ban de la société, il n'y a que l'espace d'un faux pas. De Henri Jeanson
  • Quand on voit ce que les pigeons ont fait sur ce banc, il faut remercier Dieu de n'avoir pas donné d'ailes aux vaches. De Régis Hauser / Les murs se marrent
  • La techno prend les danseurs comme un courant marin emmène un banc de petits poissons et les entraîne dans un paysage fabuleux... au gré de ses méandres. De Guillaume Bara / La techno
  • Quoi de plus stupide que les remplaçants d’une équipe de football assis sur un banc sous une cage de verre... Ils peuvent l’attendre longtemps le bus. De Patrick Sébastien
  • Regarder le monde, ce n’est pas juste s’asseoir sur un banc et le couvrir des yeux ; c’est aussi y pénétrer, s’y promener, en faire le tour. De Chris Ware / Evene.fr - Mars 2009
  • Sur les bancs de la faculté, il faut bien que jeunesse se tasse. De Pierre Dac
  • S'il fallait dire la messe que pour des anges, le prêtre la dirait devant des bancs vides. De Julien Green
  • Un internaute a publié un timelapse de l’évolution du banc d’Arguin et de la dune du Pilat sur 5 ans, de 2015 à 2020, fabriqué avec des images du programme satellite Sentinel2 SudOuest.fr, Bassin d’Arcachon : un internaute publie un timelapse du banc d’Arguin et de la dune du Pilat sur cinq ans
  • L'international français Antoine Griezmann ne commence pas la rencontre contre le Celta Vigo à 17 heures. Relégué sur le banc contre Séville (0-0, le 19 juin) mais titulaire face l'Athletic Bilbao (1-0, le 23 juin), l'attaquant doit céder sa place de nouveau au jeune joueur espagnol Ansu Fati aux côtés de Lionel Messi et Luis Suarez. En revanche, Samuel Umtiti, remplaçant lors de la dernière rencontre du Barça, réintègre le onze catalan. L'Équipe, Barça : Antoine Griezmann de nouveau sur le banc - Foot - ESP - Barça - L'Équipe
  • Pour avoir un jardin agréable, il faut qu'il soit bien aménagé, mais également bien organisé. Pour cela, vous aurez besoin de rangements bien pensés pour que chaque objets ou outils aient une place précise. Un coffre de rangement est donc tout indiqué pour vous aider à optimiser votre espace extérieur de façon agréable. Comme pour le mobilier, on trouve un grand nombre de modèles de coffre de rangement pour le jardin. Autre avantage de ce meuble, il peut se décliner en banc coffre de rangement ce qui permet d'ajouter un ou plusieurs sièges supplémentaire à votre terrasse ou jardin. Bois, métal, PVC ou encore résine, les coffres de rangement extérieurs sont disponibles dans divers matériaux différents afin de s'adapter aux goûts et aux besoins de chacun. Autre point à noter, on trouve des coffres et bancs de rangement à tous les prix, ce qui permet à tous de s'offrir un rangement extérieur selon ses moyens. Découvrez notre sélection de plusieurs modèles de coffres de rangement extérieurs pour avoir un aperçu de ce qui est disponible sur le marché et sur les sites des cybermarchands. leparisien.fr, Banc coffre de rangement extérieur : notre sélection - Le Parisien
  • Marché mondial Résistances de banc de charge qui permet au consommateur d’évaluer la demande à long terme et d’estimer des implémentations particulières. La croissance croissante qui est vraiment attendue en fonction de l’analyse donne des informations complètes sur le marché mondial Résistances de banc de charge. Les moteurs et les contraintes se préparent après toute la prise de conscience de la croissance de l’industrie mondiale Résistances de banc de charge. boursomaniac, Global Résistances de banc de charge Marché Une demande croissante pour impacter la part des revenus au cours de la période 2020-2029 - boursomaniac
  • LES CHOIX D’INZAGHI – Leiva et Marusic essaient, même si les pourcentages de les voir demain sur le terrain avec la Fiorentina restent très bas. Les deux joueurs blessés tenteront en finale demain matin de revenir à la disposition d’Inzaghi, qui devra également renoncer à Lulic, Luiz Felipe, Adekanye, Raul Moro et Cataldi, les derniers à se retrouver à l’infirmerie après une entorse à la cheville à Bergame. Des choix presque obligatoires donc pour la Lazio: en espace de défense pour un entre Vavro et Bastos, tandis que Parolo sera le réalisateur devant la défense. En attaque, Caicedo trouvera une place à côté d’Immobile: Correa fatiguée partira du banc. Breakingnews.fr, Correa sur le banc, défendant Vavro
  • L. D. : Les sanctions sont trop faibles et les peines maximales ne sont jamais appliquées. Dégrader un bien public est davantage pénalisé que s’adonner à des actes de cruauté sur un animal. Vous cassez un banc sur la voie publique, vous pouvez prendre jusqu’à cinq ans de prison et 75 000 € d’amende ; alors que pour un acte de cruauté, de maltraitance ou de zoophilie, ce n’est que deux ans et 30 000 € d’amende. Un banc a plus de valeur qu’un chien ou qu’un chat. Ce n’est pas normal. La Croix, Condition animale : « Un banc a plus de valeur qu’un chien ou qu’un chat »
  • Hatem Ben Arfa devra prendre son mal en patience sur le banc. L’international tricolore est en effet remplaçant pour le match du Real Valladolid contre Getafe ce mardi (19h30), lors de la 31e journée de la Liga. Ben Arfa, 33 ans, n’a disputé que trois matches avec le Real Valladolid cette saison, pour 40 minutes au total. Sport24, Valladolid : Ben Arfa sur le banc - Fil info - Espagne - Etranger - Football

Images d'illustration du mot « banc »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « banc »

Langue Traduction
Anglais bench
Espagnol banco
Italien banco
Allemand bank
Portugais banco
Source : Google Translate API

Synonymes de « banc »

Source : synonymes de banc sur lebonsynonyme.fr

Banc

Retour au sommaire ➦

Partager